Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Recherche archéologiques dans la vallée du Tempisque, Guanacaste, Costa Rica

 | 
Claude-François Baudez

Introduction

Texte intégral

1Depuis quelques années, la nécessité de réaliser des fouilles scientifiques en Amérique centrale méridionale s’imposait de plus en plus. Les pays de l’Isthme furent en effet longtemps délaissés par les archéologues au profit des zones de hautes civilisations du Mexique et du Guatémala, comme du Pérou. Il est devenu maintenant évident que l’étude des régions marginales doit permettre non seulement d’ajouter un chapitre à l’histoire du Continent, mais doit contribuer en outre, dans une large mesure, à la solution des problèmes relatifs aux origines et au développement des civilisations américaines les plus évoluées.

2Comme nous aurons l’occasion de le montrer plus loin en détail, le Costa Rica était, après le Nicaragua, le pays d’Amérique centrale le plus négligé par les archéologues. Depuis une dizaine d’années cependant, la situation commence à se modifier : des fouilles ont été entreprises au Nicaragua par Willey et Norweb ; au Nord-Ouest du Costa-Rica par leur compatriote Coe et moi-même ; dans le Sud-Ouest du même pays, enfin, par Haberland et Lothrop.

3Grâce aux écrits de certains chroniqueurs espagnols du XVIe siècle et à de rares travaux linguistiques, nous savons qu’au moment de la conquête, la région du Nord-Ouest du Costa Rica (dont les limites correspondent grosso modo à celles de l’actuelle province de Guanacaste) était habitée par une population de langue Chorotega, de famille Oto-Mangue. Toutes les autres langues de ce groupe étaient parlées par des populations établies au Nord, principalement dans le Mexique méridional. Dans tout le reste du pays, à l'exception de quelques enclaves Nahuat (Uto-Aztèque), on parlait des langues de la famille Chibcha, qui a une large distribution dans la partie septentrionale de l’Amérique du Sud. Les données linguistiques permettaient ainsi de diviser le pays en deux zones d’inégale grandeur, l’une en liaison avec le Nord, l’autre avec le Sud. Outre les rares travaux d’archéologie, les incessantes fouilles clandestines qui ont approvisionné les musées et les collections privées, ont paru confirmer cette division : les pièces en provenance du Guanacaste et plus particulièrement de la péninsule de Nicoya, constituent un ensemble original qui montre beaucoup d’analogies avec les régions situées au Nord, dans les actuelles républiques du Nicaragua, du Honduras et du Salvador. Par contre, ce sont avec des vestiges du Panama et de la Colombie que l’on peut comparer le matériel exhumé sur le Plateau Central, sur le versant atlantique, ou dans la région Sud du pays.

4Le Nord-Ouest du Costa Rica constitue la partie la plus méridionale de la Mésoamérique. Cette grande aire culturelle est définie comme le territoire habité par diverses populations possédant en commun un certain nombre de traits culturels (Kirchhoff, 1943). Au moment de la conquête, la Mésoamérique comprenait le centre et le Sud du Mexique, le Guatemala, la partie occidentale du Salvador, du Honduras, du Nicaragua, et enfin, du Costa Rica. Kirchhoff, le créateur de ce concept, a inclus le territoire Chorotega de Costa Rica dans la Mésoamérique, en partant des renseignements transmis par les chroniques du XVIe siècle (Oviedo, Gómara, Martyr de Anghiera).

5En outre, il est probable que le Guanacaste a été témoin de mouvements de population entre les deux continents. Il apparaît en effet comme un couloir compris entre la Cordillère volcanique et le Pacifique, et qui se resserre au Nord dans l’isthme de Rivas, étroit passage entre le lac de Nicaragua et l’Océan (pl. 1).

6Notre séjour au Costa Rica a duré d’octobre 1957 à juin 1960. Les deux premières saisons sur le terrain (novembre 1957-mai 1958 et novembre 1958-mai 1959) ont été consacrées à des travaux sur le site de Papagayo, qui se trouve sur la côte Pacifique, au Nord de la baie de Culebra, et à quelque 50 kilomètres au Sud de la frontière nicaraguayenne. Nous avons distingué dans ce site trois phases d’occupation continue d’une durée approximative de six siècles. Nous avons étudié différents aspects du gisement : emplacements de maisons, cimetières, place cérémonielle, lieux de décharge, etc. Les collections obtenues comprenaient essentiellement des pièces céramiques, des sculptures en pierre, et de l’outillage lithique. Après avoir épuisé, semble-t-il, les principales possibilités qu’offrait ce site, nous avons voulu, pour compléter nos résultats, employer notre dernière saison de fouilles 1959-1960, à l’exploration d’une région de l’intérieur. Le temps dont nous disposions étant restreint, nous nous sommes bornés à l’étude d’un seul problème dans une seule région bien délimitée, en nous proposant d’établir la séquence culturelle de la Vallée du Tempisque. C’est ce dernier travail qui constitue l’objet de cet ouvrage.

7Au moment où nous élaborions ce programme, arrivait au Costa Rica l’archéologue américain Michael Coe, chargé par l’Institute of Andean Research, de travaux sur la côte Pacifique. Les deux principaux gisements fouillés par Coe sont : Chahuite Escondido et Tamarindo, situés respectivement à 35 kilomètres au Nord et à 45 au Sud de Papagayo. Travaillant sur le même problème, utilisant les mêmes concepts et les mêmes méthodes dans des régions voisines, entretenant en outre d’excellentes relations, Coe et moi avons eu l’occasion à plusieurs reprises d’échanger nos résultats, de les comparer, et d’en tirer quelques conclusions provisoires (Baudez and Coe, 1962, Coe and Baudez, 1961). De nos travaux parallèles, doit naître dans un proche avenir, la comparaison des cultures du littoral avec celles de l’intérieur du Guanacaste.

Cadre géographique

8La province de Guanacaste, limitée à l’Ouest par l’océan Pacifique et au Nord par la dépression du lac de Nicaragua et le fleuve San Juan, peut être divisée en trois régions, qui se présentent sous la forme de trois bandes irrégulières parallèles, orientées Nord-Ouest-Sud - Est. Du littoral vers l’intérieur, on peut distinguer :

  1. les collines de la péninsule de Nicoya ;
  2. la plaine alluviale du Tempisque ;
  3. la cordillère volcanique du Guanacaste (restée en dehors de nos recherches).

9Celle-ci, longue de 150 kilomètres environ, est entièrement constituée de roches éruptives. Elle possède sept volcans principaux, tous éteints, dont les sommets se trouvent entre 1 500 et 2 000 mètres.

10a. La péninsule de Nicoya, si l’on excepte l’étroite et basse plaine littorale, est constituée de groupes de collines d’une altitude moyenne comprise entre 200 et 700 mètres, à l'exception de deux sommets, l’un de 1 017, l'autre de 950 mètres. Ces différents ensembles sont séparés par des failles d’orientation Est-Ouest. La diversité de la topographie est due à la variété des roches, de nature volcanique (basiques et ultra-basiques) et de nature sédimentaire (jaspes, calcaires, marnes, grès...). Le golfe de Nicoya a été formé par une dépression orientée Nord-Ouest - Sud-Est, responsable également du golfe Dulce, à 200 kilométrés au Sud.

11b. La région centrale, comprise entre les collines de Nicoya et la cordillère volcanique, était, au Pliocène, recouverte par les eaux. Pendant le Pliocène et le Pléistocène, elle a été progressivement comblée à la fois par les cendres provenant des éruptions des volcans de la cordillère, et par des sédiments de type lacustre. Le fleuve Tempisque coule maintenant à travers cette plaine de formation récente, et y dépose ses alluvions. Des collines isolées, de type basaltique ou de type calcaire, émergent des sédiments lacustres et fluvio-lacustres.

12Le Tempisque (dont le nom indigène était Sabandi, et qui était parfois appelé Rio de Alvarado pendant l’époque coloniale) est long de 150 kilomètres environ. Il prend sa source au pied du volcan Orosi (1 571 m), situé au Nord de la cordillère, à plus de 1 000 mètres d’altitude, et descend vers le Sud à vive allure sous le nom de Tempisquito. Il reçoit son premier affluent Los Ahogados à 60 mètres d’altitude, et peut alors perdre son diminutif. Trente mètres plus bas, il est devenu un fleuve large de près de 100 mètres, et son cours s’incurve doucement vers le Sud-Est, à la hauteur du village de Comunidad. A près de 20 kilomètres en aval, à La Guinea, il se trouve au niveau de la mer, et entreprend alors de serpenter lentement dans la plaine jusqu’à son embouchure, dans le golfe de Nicoya.

13Le Tempisque reçoit presque toutes ses eaux de la cordillère ; le Bolson, qui est formé par les rivières Las Cañas et Las Palmas, est le seul affluent important de la rive droite. Pendant plus de la moitié de l’année, à marée haute, les caboteurs remontent le fleuve jusqu’à sa confluence avec le Bolson, mais les barques et canots monoxyles peuvent aller sans difficultés jusqu’au-delà de Comunidad. Sur son cours supérieur, son débit obéit au rythme des saisons : en plein cœur de la saison sèche (mars), ses eaux rares et peu profondes coulent lentement entre les bancs de sable ; pendant la période des pluies, le fleuve inonde une grande partie de la plaine.

14Jusqu’à ces dernières années, le cours inférieur du Tempisque jouait un grand rôle comme voie de communication ; pendant l’époque coloniale, était installé à son embouchure le Port royal ou Embarcadère du Roi, qui constituait un relais commercial important entre le Guanacaste et le reste du pays. Par la suite, les marchandises (bétail et grains) provenant des diverses parties de la province, étaient chargées dans les ports de Ballena et de Puerto Humo, pour être transportées jusqu’à Puntarenas, dans le golfe de Nicoya, le premier port du pays sur la côte Pacifique. De nos jours, presque tout le trafic s’effectue par voie terrestre : l'ouverture de la route panaméricaine et de quelques voies secondaires, a fait tomber en désuétude la navigation fluviale.

Climat. Végétation. Faune

15Deux saisons se partagent l’année : « l’été » ou saison sèche commence à la mi-novembre après deux semaines de temps incertain, et se termine dans les premières semaines du mois de mai. La saison humide ou « hiver » est interrompue à la mi-juillet pendant un intervalle de deux à six semaines, appelé le « veranillo de San Juan » (petit été de la Saint-Jean). Les plus fortes précipitations sont enregistrées en octobre. Le Guanacaste est une des régions les plus sèches du pays, et la précipitation annuelle totale ne dépasse pas deux mètres. Les variations de température sont très faibles : en moyenne, elle varie entre 27° et 29°6, les extrêmes étant de 23° 1 et 33° 1.

16La végétation est du type « bois tropical sec ». La majorité des arbres, où dominent les légumineuses, sont à feuilles caduques. La végétation est à deux étages : le premier est constitué d’arbres à troncs larges, et à quelques grandes branches ; le second, de graminées ou d’herbacées.

17La faune est essentiellement de type néotropical, mais comprend aussi quelques espèces de type néarctique. Dans cette région de l’isthme, voisine une faune sud-américaine (grande variété d’édentés, plusieurs espèces de grands rongeurs hystricomorphes, des marsupiaux, des singes et des chauves-souris) avec une faune septentrionale : cerf, coyote, musaraignes (Blarina).

Le Guanacaste en 1960

18Le déboisement de la région, entrepris de bonne heure par les colons espagnols, se poursuit encore aujourd’hui. Les bois ne subsistent que sur le flanc des collines et au bord des cours d’eau. Les terres de la haute et moyenne vallée du Tempisque (jusqu’à Filadelfia), sont consacrées aux cultures vivrières (maïs, haricots, riz) et aux cultures intensives d’exportation : coton, riz, canne à sucre, sorgho, etc. Plusieurs villages s’échelonnent le long du fleuve et sont reliés entre eux par la route carrossable Liberia-Santa-Cruz-Nicoya, qui constitue avec la panaméricaine, la principale voie de communication de la province.

19La situation est fort différente dans la basse vallée, où quelques grandes haciendas se partagent les terres pour y pratiquer l’élevage extensif de bovins (une tête a une tête et demie à l’hectare). Ces propriétés occupent une main-d’œuvre extrêmement réduite, et l’ensemble de la région est très peu habité ; les villages d’Ortega, de Bolson, et de Puerto Humo, relativement prospères au temps où le trafic fluvial était important, végètent misérablement. Un projet d’aménagement des eaux de la vallée est à l’étude depuis quelques années : sa réalisation bouleverserait complètement la physionomie de la région.

20Si l’on fait exception des méthodes mécaniques modernes utilisées dans les grandes exploitations, les techniques agricoles restent dans l’ensemble très rudimentaires, et ont peu changé depuis l’époque de la conquête. La culture se fait sur brûlis : la même parcelle (milpa) est cultivée deux années consécutives et laissée ensuite en jachère pendant six ans en moyenne. Le machette et le bâton-plantoir (macana) constituent les deux principaux, souvent les seuls, instruments agricoles.

21La chasse, pratiquée individuellement, permet aux paysans de manger parfois de la viande. Le gibier est en général abondant et comprend essentiellement : le cerf (Cariacus virginianus), le pécari (Pecari angulatus et P. tayusea), de grands rongeurs, tels que l’agouti (Dasyprocta istmica, D. punctata) et le tepescuintle (Coelogenis paca tomes), plusieurs espèces d’oiseaux enfin. La pêche est peu pratiquée, bien que les eaux des rivières soient poissonneuses.

22Références : Cabrera (1924) ; Quiros Amador (1954) ; Wagner (1958)

23Trois raisons principales ont motivé notre choix de la basse vallée du Tempisque pour y effectuer nos recherches : en premier lieu, cette région possède une incontestable unité géographique, ce qui pouvait nous faire espérer y trouver une certaine unité culturelle. Ensuite, l’importance du Tempisque comme voie de communication a sans doute favorisé l’installation de villages sur ses rives. Enfin, la vallée parait constituer un milieu favorable pour des populations dont l'économie reposait à la fois sur l'agriculture, la chasse et la pêche.

Le Guanacaste au début du XVIe siècle

24Grâce surtout aux travaux de Walter Lehmann (1920), nous savons qu’au moment de la Conquête, les Chorotega habitaient la côte Pacifique d’Amérique centrale, depuis la baie de Fonseca (au Sud du Honduras) jusqu’au golfe de Nicoya. Ils constituaient différents groupes isolés les uns des autres par des populations différentes du point de vue linguistique : les Nicarao parlant Nahuat et établis dans l’isthme de Rivas, les Subtiaba (dont la langue a été rattachée par Sapir (1925) au groupe Hokan) et quelques enclaves Chibcha et Nahua. Les Chorotega étaient appelés Choloteca dans la baie de Fonseca, Mangue dans les plaines de Leon et de Masaya (Nicaragua), et Orotina ou Gurutina, dans le Nord-Ouest du Costa-Rica.

25Anne Chapman dans son livre : « Los Nicarao y los Chorotega segùn las Fuentes Históricas » (1960) a fait la synthèse des renseignements concernant ces cultures du XVIe siècle, à partir des principales sources suivantes : Fernandez de Oviedo y Valdès, López de Gómara, Martyr de Anghiera, Torquemada, Castaneda, etc.

26Comme le suggère Anne Chapman, les chroniqueurs du XVIe siècle, sans doute séduits par le dynamisme et l’activité de la société Nicarao, l’ont décrite en grand détail, au détriment des Chorotega, dont ils n’ont dressé qu’un tableau très incomplet, dont nous retraçons ici les grandes lignes.

27Les villages Chorotega étaient organisés autour d’une grand-place rectangulaire, ou parfois de plusieurs, suivant l’importance de la communauté. Le temple, les plates-formes de sacrifices, les habitations des notables entouraient la grand-place. D’après Oviedo, la ville de Managua, qui s’étendait le long des rives du lac de Nicaragua (dans les faubourgs de l’actuelle capitale), possédait une place principale, et des places secondaires espacées à de grandes distances et entourées de maisons. D’après le même auteur, la population totale de Managua s’élevait à 40 000 personnes, dont 10 000 guerriers ; ce chiffre est le plus important qui ait été cité pour une agglomération de la côte Pacifique. L'agriculture occupait la première place dans l’économie, suivie de la chasse et de la pêche : les Chorotega cultivaient sur brûlis le maïs, les haricots (fríjoles), le manioc doux, les courges, le coton, le tabac... De même que les Nicarao possédaient le monopole de la culture du cacao, les Chorotega avaient celui du fruit appelé níspero ou chico zapote (Achras sapota L.). Outre le bâton-plantoir, utilisé dans toute la Mésoamérique, les Chorotega employaient une houe, faite d’une grande coquille marine emmanchée ; ces mêmes coquilles servaient à confectionner des pagaies, pour mouvoir leurs pirogues ou leurs radeaux. Nous n’avons pas sur les marchés Chorotega la profusion de détails que nous donne Oviedo sur ceux des Nicarao. A ce sujet, cependant, Castaneda nous révèle l’existence d’échanges commerciaux entre les Chorotega de la plaine et des groupes montagnards, sans doute Chibcha :

«Biben (los de Nicoya) de rescates con los de las sierras, que les llevan cántaros e ollas, e platos de barro negro que labran muy bueno, e mantas de algodón e chaquira, e mayz e cosas de la tierra, que los de la syerra no tienen.»

28On peut rapprocher sans doute les « cántaros e ollas, e platos de barro negro » dont parle Castaneda, des poteries de céramique noire, polie, devant lesquelles Oviedo s’est extasié, les jugeant dignes d’un prince. Lothrop (1926) pense que la céramique qu’il a désignée sous le nom de « Black Ware » est la même que celle qu’a admirée Oviedo dans l'île de Chira. Dans notre classification, il peut s’agir de certaines poteries du type Murrillo. Nous ferons observer, pour finir cette parenthèse, l’absence de toute allusion dans les chroniques, à des poteries polychromes.

29Les Chorotega portaient des vêtements de coton : pagne pour les hommes, jupe et blouse pour les femmes. Les bijoux consistaient en colliers, dont certains en perles de coquillage, en bracelets, pendants d’oreille et labrets. La société était divisée en groupes hiérarchisés : nobles, plébéiens, esclaves et prisonniers de guerre. Le gouvernement était exercé par un conseil d’anciens, élus par la population. Ils désignaient un chef de guerre qui était responsable devant eux. Les Chorotega faisaient la guerre pour obtenir des prisonniers, et aussi pour élargir leurs frontières. Les guerriers portaient des armures de coton et des boucliers, et étaient armés d’épées munies de lames d’obsidienne, d’arcs et de flèches, et de bâtons de jet. Comme leurs voisins Nicarao, ils pratiquaient le sacrifice humain, l’anthropophagie et l’auto-sacrifice. Ils célébraient de grandes fêtes trois fois par an, au cours desquelles ils s’enivraient rituellement en absorbant de grandes quantités de chicha (boisson de maïs fermenté)...

Histoire antérieure à la conquête

30Au XVIIe siècle, l’historien Torquemada (vol. 1, livre 3, chap. 40) nous a transmis une tradition Nicarao, qui fait état de la migration vers le Sud des peuples Nicarao et Chorotega. D’après ce récit, ces deux groupes vivaient dans la région de Soconusco (Chiapas, Mexique), qu’ils durent abandonner par suite des mauvais traitements que leur infligeaient leurs maîtres, les Olmèques. Les Chorotega partirent en avant et allèrent s’établir sur la côte Pacifique du Nicaragua et d’une partie du Guanacaste. Plus tard, arrivèrent les Nicarao, qui chassèrent les Chorotega de l’isthme de Rivas, en les repoussant dans les régions voisines, notamment dans la péninsule de Nicoya.

31Thompson (1948) et Jimenez Moreno (1955) ont calculé que les Nicarao abandonnèrent le Soconusco vers l’an 800 de notre ère, d’après les détails qui sont donnés dans le récit rapporté par Torquemada. Nous ignorons par ailleurs, les dates respectives d’arrivée au Nicaragua des Chorotega et des Nicarao. Dans la tradition de Torquemada, il est établi que l’arrivée des Chorotega précéda celle des Nicarao en Amérique centrale ; en outre, un informateur Nicarao de Bobadilla, lui précisa en 1538 que son peuple n’était pas originaire du Nicaragua, mais des lieux-dits Ticomega et Maguatega, que Lehmann a pu identifier comme des localités Nahua situées au Sud de Cholula (État de Puebla, Mexique). Les Chorotega, par contre, se croyaient originaires de la région qu’ils habitaient au XVIe siècle. Thompson a fait remarquer qu’en considération de la différence linguistique des deux groupes il est fort peu probable qu’ils aient émigré en même temps, de la même région (Soconusco). Il semble que seuls les archéologues puissent maintenant résoudre la question de savoir à quelle époque sont arrivés les Chorotega au Nicaragua, et au bout de combien de temps l’arrivée des Nicarao les repoussa dans la péninsule de Nicoya.

Histoire de l’archéologie du Guanacaste

32L’Américain J. F. Bransford fût le premier archéologue à effectuer des fouilles au Guanacaste. En 1877, après avoir entrepris d’importants travaux au Nicaragua (dans l'île d’Ometepe et l’isthme de Rivas), Bransford, accompagné de Earl Flint, se rendit dans la péninsule de Nicoya. Ces savants avaient un double objectif : d’une part, se procurer des pièces archéologiques pour le compte de la Smithsonian Institution, d’autre part, rechercher les gisements de jadéite, d’où les indigènes auraient obtenu la matière première nécessaire à la fabrication de leurs « amulettes ». A cette époque, plusieurs hommes de science avaient en effet engagé une polémique sur ce point : les objets de jadéite trouvés en Amérique centrale étaient-ils originaires ou avaient-ils été importés d’Asie (de Birmanie notamment, comme le soutenait le Dr Heinrich Fischer) ? Si Bransford et Flint ne découvrirent aucune mine de la précieuse pierre verte, du moins visitèrent-ils plusieurs sites : à Boquerones (village situé au bord du Tempisque, entre Comunidad et Guardia) ; dans la baie de Culebra ; et dans les environs de Nicoya. Dans cette zone, Bransford fouilla des monticules en deux endroits, et exhuma plusieurs tombes. Dans son ouvrage (1881), il donne peu de détails sur ses travaux, et ne publie que quelques objets obtenus par achat, des pendentifs en jadéite et deux ocarinas en céramique (notre pl. 26 : A, B). De février à mai 1881, Bransford revint seul au Guanacaste pour y poursuivre ses recherches. Au cours d’un long périple, il explora successivement le Sud de la péninsule de Nicoya, la baie de Culebra, et le Nord de la province. Il acheta de nombreux objets et entreprit de très rapides fouilles dans plusieurs localités, mettant au jour plusieurs sépultures signalées en surface par des tas de pierres. Malheureusement, dans le rapport de la Smithsonian (1884) où Bransford relate son voyage, la description des sites visités et des travaux effectués est très sommaire, et les pièces obtenues ne sont pas publiées.

33Le Costaricien Anastasio Alfaro publie à la fin du siècle dernier divers opuscules relatifs à l'archéologie de son pays. Dans l’un d’eux (1896), il décrit rapidement sa visite d’un cimetière à Sardinal, d’amas coquilliers dans les baies de Junquillal et de Conventillos, et d’un cimetière dans l'hacienda Mojica.

34En 1895, le géologue suédois Ǻke Sjogren, résidant au Costa Rica, se passionna pour le problème de l’origine de la jadéite, et par voie de conséquence pour l’archéologie du pays. De retour en Suède, il communiqua son enthousiasme à son compatriote Cari Hartman, qui avait fait partie, en tant que botaniste, de l’expédition dirigée par Carl Lumholtz, dans le Nord du Mexique. Sjogren finança la première mission archéologique de Hartman au Costa Rica.

35De mai à juillet 1896, le savant suédois effectua des recherches sur le versant Atlantique, en particulier au site de Mercedes, où il exhuma 17 sépultures dans plusieurs plates-formes circulaires, fit des sondages dans d’autres monticules pour en déterminer la nature, et découvrit enfin un atelier de sculpteurs et le contenu d’une cache. Hartman poursuivit ses travaux dans la vallée de Cartago, sur le Plateau Central. A Santiago, il fouilla une plate-forme qui contenait 24 sépultures. A Chircot, il découvrit 205caveaux funéraires disposés en trois niveaux superposés. A Los Limones, il exhuma 65 caveaux, répartis dans deux monticules. A Orosi, enfin, il fouilla plusieurs emplacements de maisons circulaires, limités par des pierres, et mit au jour 92 sépultures. Infatigable, Hartman se rendit ensuite sur la côte Pacifique où, de mars à septembre 1897, il travailla dans des sites de part et d’autre du golfe de Nicoya, ainsi que dans certaines îles. Les travaux effectués sur le versant Atlantique et dans la vallée de Cartago ont été publiés en 1901. Les notes et les collections obtenues sur la côte Pacifique sont au Musée de Stockholm, et restent malheureusement inédites.

36En 1901, Hartman fut nommé Conservateur du Département d’Ethnologie et d’Archéologie du Musée Carnegie à Pittsburgh, et pour le compte de ce musée, entreprit en 1903 une deuxième campagne de fouilles au Costa Rica. Elle débuta par l’exploration de trois petits cimetières à Curridabat, dans les faubourgs de San José (Hartman 1907), et se poursuivit par la fouille intensive du cimetière de Las Huacas, près du village de Nicoya, dans la péninsule du même nom. Nous reviendrons en détail sur ce travail, dont la publication, en 1907, constitue jusqu’à présent notre seule source de renseignements précis sur Varchéologie du Guanacaste. En 1959, J. H. Rowe, dans une communication intitulée : « Cari Hartman and his place in the history of Archaeology » (Rowe 1959), en dressant le bilan des travaux du grand pionnier suédois, mit l’accent sur la découverte par Hartman sur le Plateau Central, de deux ensembles céramiques différents. Le premier appelé « stone-cist ware » était caractéristique du matériel funéraire des caveaux de pierre des sites de Chircot, de Los Limones et d’Orosi. Le second, « Curridabat ware » nommé d’après le cimetière du même nom, désignait une poterie très différente de la première, qui était trouvée dans de simples fosses, non signalées à la surface par des pierres. Hartman n’a rien dit de la relation chronologique existant entre ces deux ensembles, mais J. Rowe, en relisant les travaux du suédois, n’eut pas de peine à montrer Vantériorité du « Curridabat ware » par rapport au « stone-cist ware ». En effet, dans le caveau 3 du groupe V d’Orosi, à des poteries « stone-cist » étaient associées des perles de verre européennes ; par ailleurs, des tessons « Curridabat » se trouvaient dans le sol, où avaient été creusés les caveaux d’Orosi.

37Si nous avons tant insisté sur les travaux de Hartman, c’est d’abord parce que son œuvre occupe une place de tout premier plan dans l’archéologie costaricienne, et ensuite parce que nous avons l'intention à la fin de notre travail, de comparer nos résultats à ceux obtenus par Hartman, tant sur la côte Pacifique que dans les autres régions du pays.

38De 1907 à 1909, le grand américaniste allemand Walter Lehmann, au cours d’un voyage en Amérique centrale, entreprit quelques fouilles limitées dans le Nord-Ouest du Costa Rica (Lehmann 1910). Dans sa publication, il mit l’accent sur sa découverte d’un ensemble céramique original (différent de ceux déjà décrits, caractérisés par un décor polychrome sur fond clair), qu’il désigna du nom de « Style El Viejo ». Cette céramique, que son inventeur attribue aux Corobici, sera décrite avec plus de détails par Lehmann dans son étude de la collection Félix Wiss du Musée de Nuremberg (Lehmann 1913). Ce « Style El Viejo » n’est autre que le complexe céramique de la Phase Cruelas de notre séquence, caractérisée par les types Guinea Incisé, Charco Noir-sur-Rouge et Lopez Polychrome.

39En 1926, S. K. Lothrop publie son monumental ouvrage intitulé : « Pottery of Costa Rica and Nicaragua ». Après avoir étudié 35 000 à 40 000 pièces, provenant essentiellement des collections publiques et privées du Costa Rica et des États-Unis, Lothrop établit une classification en « wares », « sub-wares », motifs décoratifs, eux-mêmes divisés en types de motifs... dont le premier objectif était de présenter de façon cohérente l’infinie variété du matériel. A la fin de son travail, Lothrop, d’après la distribution géographique de certaines classes de poterie ou de certains motifs, s’efforce d’en attribuer la paternité à une population historique déterminée : Chorotega, Nicarao, Nahua, etc...

40Ces deux volumes, abondamment illustrés, constituent l’ouvrage fondamental de référence de l’archéologie du Costa Rica et du Nicaragua. On peut se permettre cependant de déplorer l’absence générale de descriptions de poteries non décorées, et de fréquentes lacunes concernant les céramiques à décor élémentaire. La responsabilité en incombe surtout aux collectionneurs, mus en général par des préoccupations plus esthétiques qu’archéologiques.

41Les publications postérieures à 1926, qui ont trait de près ou de loin à l’archéologie du Guanacaste, sont des travaux de synthèse (Strong 1946, Stone 1958...) ou des descriptions d’objets ou de séries d’objets non recueillis scientifiquement (Mason 1945, Lothrop 1955, Stone et Baiser 1958). Le très sommaire travail de Lines (1936) peut faire exception à la règle : il s’agit d’un ensemble de poteries surtout polychromes exhumées à Filadelfia, et dont la description est accompagnée d’un plan montrant la position respective de chaque objet dans le sol.

© Éditions de l’IHEAL, 1967

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter