Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Cultura e opulencia do Brasil por suas drogas e minas

 | 
André Joao Antonil

Quarta parte. Cultura e opulencia do Brasil pela abundancia do gado e courama e outros contratos reaes que se rematão nesta Conquista/Quatrième partie. De l'exploitation des richesses du Brésil provenant de l'abondance du bétail, des cuirs et des dive

Capitulo ultimo. Quanto he justo que se favoreça o Brasil por ser de tanta utilidade ao Reyno de Portugal

Texte intégral

  • 1 Les Documentos históricos do Arquivo municipal [da Bahia], dont j’ai souvent eu l’occasion de me s (...)
  • 2 On a vu supra, pp. 34-35, quels sont les mobiles qui portent Antonil à se faire ici l’interprète d (...)
  • 3 Le 14 mars 1679, le prince-régent D. Pedro avait accordé aux habitants de Rio de Janeiro une provi (...)

1Pelo que temos dito até agora, não haverá quem possa duvidar de ser hoje o Brasil a melhor & a mais util Conquista, assim para a fazenda real como para o bem publico, de quantas outras conta o Reyno de Portugal, attendendo ao muito que cada anno sae destes portos, que são minas certas & abundantemente rendosas. E se assim he, quem duvida tambem que este tam grande & continuo emolumento merece justamente lograr o favor de Sua Magestade & de todos os seus ministros no despacho das petiçoens que offerecem, & na aceitação dos meyos que para alivio & conveniencia dos moradores as camaras deste Estado humildemente propoem1? Se os senhores de engenhos & os lavradores do assucar & do tabaco são os que mais promovem hum lucro tam estimavel, parece que merecem mais que os outros preferir no favor & achar em todos os tribunaes aquella prompta expedição que atalha as dilaçoens dos requerimentos & o enfado & os gastos de prolongadas demandas2. Se crece tam copioso o numero dos moradores naturaes de Portugal que cada vez mais povoão as partes que antes erão desertas, ficando muito distantes das igrejas, he justo que estas se multipliquem para que todos tenhão || 194 mais perto o necessario remedio de suas almas. Pagando-se tam pontualmente à soldadesca que assiste nas praças & nas fortalezas marítimas, não poderião deixar de sentir os que para isso concorrem se, com serviços iguaes, não fossem adiantados nos postos. Se pelo seu trabalho tanto crecèrão os dizimos que se offerecem a Deos, pede a razão que os seus filhos idoneos sejão pospostos nos concursos & provimentos das igrejas vacantes do Estado3. E sendo commummente tam esmoleres com os pobres & tam liberaes para o culto divino, merecem ter a Deos propicio na terra & remunerador eterno no Ceo.

DERNIER CHAPITRE. COMBIEN IL EST JUSTE QUE L’ON FAVORISE LE BRÉSIL, A CAUSE DE SA GRANDE UTILITÉ POUR LE ROYAUME DE PORTUGAL

2Après tout ce que nous avons dit jusqu’à présent, il ne se trouvera personne pour douter que le Brésil ne soit aujourd’hui, autant pour le Trésor royal que pour le bien public, la meilleure et la plus utile de toutes les conquêtes que compte le Royaume de Portugal, quand on considère la grande quantité de ce qui sort chaque année de nos ports, mines assurées et d’un abondant rendement. Et s’il en est bien ainsi, qui pourrait douter encore qu’un revenu aussi grand et constant ne mérite en toute justice de jouir de la faveur de Sa Majesté et de tous ses ministres dans l’expédition des requêtes que présentent les municipalités de cet État et dans l’acceptation des moyens qu’elles proposent humblement pour le soulagement et le profit de ses habitants1. Puisque les maîtres d’habitation et les planteurs de canne à sucre et de tabac sont ceux qui contribuent le plus à procurer un gain si appréciable, il semble qu’ils ont davantage de droits que les autres à obtenir cette faveur et à trouver auprès de tous les tribunaux la prompte expédition qui écourte les délais dans la satisfaction des requêtes, et évite l’ennui et les dépenses de procès prolongés2. Étant donné le si grand accroissement du nombre des habitants originaires du Portugal qui viennent de plus en plus peupler les régions qui étaient désertes lorsqu’ils les ont occupées, et étant donné que ces régions sont très éloignées des églises, il est juste que celles-ci se multiplient afin que tous trouvent || 194 plus près d’eux les secours nécessaires à leurs âmes. Puisqu’on paie si ponctuellement des troupes qui servent dans les places et dans les forteresses maritimes, ceux qui y concourent ne pourraient laisser d’éprouver quelque ressentiment si, à égalité de services, ils n’obtenaient pas de promotion de grades. Puisque, grâce à leur travail, les dîmes offertes à Dieu ont augmenté en si grande proportion, la raison réclame que ceux de leurs enfants qui le méritent ne soient pas supplantés dans les concours ouverts pour la nomination aux places vacantes des églises de l’État3. Et puisqu’ils sont généralement si charitables envers les pauvres et si généreux pour le culte divin, ils méritent que Dieu leur soit favorable sur terre et leur donne d’éternelles récompenses au Ciel.

Notes

1 Les Documentos históricos do Arquivo municipal [da Bahia], dont j’ai souvent eu l’occasion de me servir pour le commentaire critique de Cultura e Opulencia do Brasil, montrent en effet dans la correspondance adressée au Roi par les officiersde la municipalité de Bahia, non seulement des requêtes, mais des solutions à des problèmes précis, soumises à l’examen du Conselho Ultramarino.

2 On a vu supra, pp. 34-35, quels sont les mobiles qui portent Antonil à se faire ici l’interprète des maîtres d’habitation à sucre et des planteurs de cannes à sucre et de tabac.

3 Le 14 mars 1679, le prince-régent D. Pedro avait accordé aux habitants de Rio de Janeiro une provisão « para que os fdhos dos moradores daquela capitania prefiram nos postos da milícia, ofícios de justiça e fazenda e dignidades eclesiásticas aos destes Reinos, concorrendo neles os merecimentos e requisitos necessarios » provisão qui ne leur apporta sans doute pas les avantages qu’ils escomptaient puisque le 20 mai 1694, ils durent, par l’intermédiaire de leur municipalité, en demander confirmation (cf. consulta du Conselho Ultramarino, 7 octobre 1694, in Doc. Hist., XCIII, pp. 53-54). Bien que je n’aie pas trouvé de documents pour Bahia, relatifs à ce sujet, il est hautement probable que la même provisão avait été accordée aux habitants de cette capitainerie, et que c’est en raison du peu de fruits qu’elle porta qu’Antonil se fait ici l’écho de leurs vœux.

© Éditions de l’IHEAL, 1968

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

amazon.fr