Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Cultura e opulencia do Brasil por suas drogas e minas

 | 
André Joao Antonil

Quarta parte. Cultura e opulencia do Brasil pela abundancia do gado e courama e outros contratos reaes que se rematão nesta Conquista/Quatrième partie. De l'exploitation des richesses du Brésil provenant de l'abondance du bétail, des cuirs et des dive

Capitulo V. Resumo de tudo o que vay ordinariamente cada anno do Brasil para Portugal, & do seu valor

Texte intégral

1Por ultima demonstração da opulencia do Rrasil em proveito do Reyno de Portugal, porey aqui agora o resumo do que nestas quatro partes tenho apontado, que por junto não deixará de causar mayor admiração do que pode ter causado por partes.

  • 1 Cf. supra, pp. 282-283.
  • 2 Cf. supra, pp. 330-331.
  • 3 Cf. supra, pp. 362-363.
  • 4 Cf. supra, pp. 486-487.
  • 5 Sur le commerce du bois-brésil, les ouvrages d’histoire économique sont très discrets et je n’y ai (...)

Importa pois todo o assucar

2 535 142 U 8001

Importa o tabaco

344 650 U 0002

Importão ao menos cem arrobas de ouro.,,

614 400 U 0003

Importão os meyos de sola

201 800 U 0004

Importa o pao brasil de Pernambuco

48 000 U 0005

O que tudo somma, como parece, tres mil setecentos & quarenta & tres contos, novecentos & noventa & dous mil & oitocentos reis

3 743 992 U 800

2Os || 192 quaes, reduzidos a cruzados, são nove milhoens trezentos & cincoenta & nove mil novecentos & oitenta & dous cruzados.

  • 6 Par suite de la raréfaction des baleines à Bahia, vers l’année 1687, les offres d’adjudication se r (...)
  • 7 La ferme des baleines à Rio de Janeiro était en effet de moindre importance que celle de Bahia et, (...)
  • 8 Ces gratifications étaient perçues par certains fonctionnaires des finances royales au Brésil à l’o (...)
  • 9 C’est à partir de 1695 que le montant de l’adjudication des dîmes royales à Bahia commença à deveni (...)
  • 10 En 1704, cette ferme avait été de 191 000 cruzades (Doc. Hist., XI, p. 369), mais en 1711, elle n’é (...)
  • 11 Je n’ai pu trouver de référence à la ferme de Pernambouc.
  • 12 En 1706, l’adjudication des dîmes royales des capitaineries de São Vicente, São Paulo et Nossa Senh (...)
  • 13 La seule référence que j’ai trouvé sur cette ferme date de 1697 et englobe les « vinhos, aguardente (...)
  • 14 Ce chiffre n’a pu être controlé.
  • 15 Ce chiffre n’a pu être contrôlé.
  • 16 Le commerce du sel faisait l’objet d’un monopole, en vertu duquel il était interdit d’exploiter les (...)
  • 17 On a vu supra, note 13, qu’en 1697 à Bahia, les eaux-de-vie étaient affermées en même temps que les (...)
  • 18 Cf. supra, pp. 364-365.
  • 19 Cf. supra, pp. 362-363.
  • 20 Le revenu de ces droits était appliqué au paiement des bénéfices ecclésiastiques. C’est en 1699 que (...)
  • 21 L’établissement de ce droit, dans le courant de l’année 1700 ou au début de 1701, obligea Artur de (...)

3Aos quaes, se se acrecentar o que rende o contrato das baleas, que por seis annos se rematou ultimamente na Rahia por cento & dez mil cruzados6, & no Rio de Janeiro por tres annos por quarenta & cinco mil cruzados7; o contrato annual dos dizimos reaes, que na Rahia nestes ultimos annos, fóra as propinas8, chegou perto de duzentos mil cruzados9, no Rio de Janeiro por tres annos por cento & noventa mil cruzados10; em Pernambuco por outros tres annos por noventa & sete mil cruzados11; em São Paulo por sessenta mil cruzados12, fóra os das outras capitanias menores, que em todas notavelmente crecèrão; o contrato dos vinhos, que na Bahia se rematou por seis annos em cento & noventa & cinco mil cruzados13; em Pernambuco por tres annos em quarenta & seis mil cruzados14; & no Rio de Janeiro por quatro annos por mais de cincoenta mil cruzados15; o contrato do sal na Bahia arrematado por doze annos a vinte & oito mil cruzados cada anno16; o contrato das aguas ardentes da terra & de fóra, avaliado por junto em trinta mil cruzados17; o rendimento da casa da moeda no Rio de Janeiro, que fazendo em dous annos tres milhoens de moedas de ouro deo de lucro a El-Rey, que o compra a doze tostoens a oitava, mais de seiscentos mil cruzados18, alem das arrobas dos quintos que cada anno lhe vão19, os direitos que se pagão nas alfandegas dos negros que vem cada anno de Angola, São Thomé & Mina em tam grande numero aos portos da Bahia, Recife & Rio de Janeiro, a tres mil & quinhentos reis por cabeça20; & os dez por cento das fazendas no Rio de Janeiro, que importão hum anno por outro oitenta mil cruzados21, bem se vê a utilidade que resulta continuamente do Estado do Brasil à fazenda real, aos portos & Reyno de Portugal, || 193 & tambem às naçoens estrangeiras que com toda a industria procurão aproveitar-se de tudo o que vay deste Estado.

CHAPITRE V. RÉSUMÉ DE TOUT CE QUI EST COMMUNÉMENT EXPORTÉ CHAQUE ANNÉE DU BRÉSIL A DESTINATION DU PORTUGAL, ET DE LA VALEUR DE CES EXPORTATIONS

4En guise de dernière démonstration de la richesse que le Brésil apporte au royaume de Portugal, je vais maintenant donner ici le résumé de ce que j’ai indiqué dans les quatre parties de mon ouvrage, et dont la récapitulation ne manquera pas de provoquer un étonnement bien plus grand que n’ont pu le faire les énoncés partiels.

Tout le sucre se monte donc à

2 535 142 800 réis1

Le tabac se monte à

344 650 000 réis2

Cent arrobes d’or se montent au moins à

614 400 000 réis3

Les demi-peaux tannées se montent à

201 800 000 réis4

Le bois-brésil de Pernambouc se monte à

48 000 000 réis5

Comme on le voit, le total se monte à trois mille sept cent quarante-trois contos, neuf cent quatre-vingt-douze mille huit cent réis || 192 qui, convertis en cruzades, font neuf millions trois cent cinquante-neuf mille neuf cent quatre-vingt-deux cruzades

3 743 992 800 réis

5Si l’on ajoute à cela le revenu de la ferme des baleines qui, à Bahia, a récemment été adjugée pour cent dix mille cruzades et pour six ans6, et à Rio de Janeiro pour quarante cinq mille cruzades et pour trois ans7 ; la ferme annuelle des dîmes royales qui, ces dernières années, sans compter les gratifications8, s’est élevée à Bahia à près de deux cent mille cruzades9, et a été, à Rio de Janeiro, d’un montant de cent quatre-vingt-dix mille cruzades pour trois ans10 ; à Pernambouc, de quatre-vingt-dix sept mille cruzades pour trois ans également11, et à São Paulo de soixante mille cruzades12, sans compter la ferme des dîmes des autres capitaineries moins importantes et qui, dans chacune d’elles, a considérablement augmenté ; la ferme des vins qui a été adjugée à Bahia pour cent quatre-vingt-quinze mille cruzades et pour six ans13, à Pernambouc pour quarante-six mille cruzades et pour trois ans14, et à Rio de Janeiro pour plus de cinquante mille cruzades et pour quatre ans15 ; la ferme du sel qui a été adjugée à Bahia pour douze ans à raison de vingt-huit mille cruzades par an16 ; la ferme des eaux-de-vie du pays et des eaux-de-vie étrangères estimée au total à trente mille cruzades17 ; le revenu de l’hôtel des monnaies de Rio de Janeiro, qui a fabriqué en deux ans trois millions de pièces d’or et a donné au Roi, qui achète l’or à raison de douze testons le gros, un bénéfice de plus de six cent mille cruzades18, sans compter les arrobes des quints qui sont envoyés chaque année au Roi19, les droits payés en douane pour les nègres qui, tous les ans, arrivent en si grand nombre d’Angola, de São Tomé et de la Côte de la Mine dans les ports de Bahia, de Recife et de Rio de Janeiro, à raison de trois mille cinq cents réis par tête20, et les dix pour cent imposés sur les marchandises à Rio de Janeiro, qui se montent, une année dans l’autre, à quatre-vingt mille cruzades21, on voit bien de quelle utilité ne cesse d’être l’État du Brésil au Trésor royal, aux ports de Portugal et au Royaume tout entier, || 193 ainsi qu’aux nations étrangères qui mettent toute leurs ingéniosité à essayer de tirer profit de tout ce qui est exporté de cet État.

Notes

1 Cf. supra, pp. 282-283.

2 Cf. supra, pp. 330-331.

3 Cf. supra, pp. 362-363.

4 Cf. supra, pp. 486-487.

5 Sur le commerce du bois-brésil, les ouvrages d’histoire économique sont très discrets et je n’y ai trouvé aucune référence au revenu de ce monopole pour le début du xviiie siècle (cf. J. Lúcio de Azevedo, Épocas de Portugal económico, pp. 258-263 ; Roberto Simonsen, História econômica do Brasil, pp. 53-63 ; Caio Prado Júnior, Historia econômica do Brasil, pp. 25-28). La seule étude approfondie qui ait été faite sur ce sujet est celle de F. Mauro, Le Portugal et l’Atlantique au xviie siècle, pp. 115-145, mais elle s’arrête malheureusement aux années 1670. Il paraît cependant utile de préciser qu’en août 1697, D. Pedro II ordonna que ce monopole, affermé à des particuliers depuis 1617, soit à nouveau administré par la Couronne ou, plus exactement, par la Junta do Comércio (cf. alvará du 1er août 1697, in Accioli, Memorias historicas e políticas da Bahia, II, pp. 295-296).

6 Par suite de la raréfaction des baleines à Bahia, vers l’année 1687, les offres d’adjudication se raréfièrent elles aussi et le montant de la ferme diminua. De 45 000 cruzades par an en 1687, elle passa à 40 000 cruzades en 1693 et 29 000 cruzades en 1697 (Myriam Ellis, Aspectos da pesca da baleia no Brasil Colonial in « Revista de Historia », São Paulo, XV, 1957, no 32, pp. 439-440). Le chiffre avancé par Antonil — 110 000 cruzades pour 6 ans, soit un peu moins de 20 000 cruzades par an — confirme donc cette chute progressive du montant de la ferme. Rocha Pitta (.Historia da America portugueza, p. 46) l’évalue à 180 000 cruzades pour six ans, pour une époque antérieure à 1723, et à 205 000 cruzades pour 1723.

7 La ferme des baleines à Rio de Janeiro était en effet de moindre importance que celle de Bahia et, de même qu’à Bahia, elle était en baisse depuis la dernière décade du xviie siècle. Avant 1693, la plus forte adjudication jamais réalisée avait été de 20 300 cruzades par an, mais sans que les fermiers puissent tenir leurs engagements, et en 1704, il ne se présenta même aucun adjudicataire (cf. Myriam Ellis, op. cit., pp. 440-441, et consulta du Conselho Ultramarino, Lisbonne, 9 décembre 1693, in Doc. Hist., XCIII, pp. 44-45). Antonil, pour une période légèrement postérieure à 1704, nous montre que la ferme était encore très basse : 45 000 cruzades pour trois ans, soit 15 000 cruzades par an, contre 20 300 cruzades avant 1693.

8 Ces gratifications étaient perçues par certains fonctionnaires des finances royales au Brésil à l’occasion de toutes les adjudications. L’usage en avait été interdit par décret royal du 19 mai 1655, mais après une période pendant laquelle régna à ce sujet la plus complète anarchie, il fut rétabli par un règlement en date du 20 juillet 1704 (Doc. Hist., XVIII, pp. 460-461 et Accioli, Memorias históricas e políticas da Bahia, II, pp. 304-307, note 36). En vertu de ce règlement, seuls quatre fonctionnaires avaient droit à ces gratifications assez substantielles, dont on trouvera le montant dans Accioli, op. cil., pp. 304-305 : le provedor-mór des finances royales du Brésil, le procurador des finances de Bahia, le secrétaire d’État du Brésil, et l’écrivain des finances.

9 C’est à partir de 1695 que le montant de l’adjudication des dîmes royales à Bahia commença à devenir important. Entre 1690 et 1694, le manque de numéraire, la dévaluation de la monnaie et, parfois, la perspective de récoltes peu prometteuses l’avaient empêché de s’élever à plus de 94 000 cruzades (Doc. Hist., XXXIII, p. 361 ; XXXIV, pp. 123-124 ; LXXXIII, pp. 140-193). En 1695, la ferme monta à 150 000 cruzades, « preço nunca visto nem esperado por este contrato », pour redescendre à 100 000 cruzades en 1696 ; en 1698, elle était passée à 120 000 cruzades, et en 1702 elle était encore en augmentation sensible (Doc. Hist., LXXXIII, pp. 218, 249-250 ; LXXXIV, pp. 30 et 183). En 1704, elle fut conclue pour 150 000 cruzades et pour un an (Doc. Hist., XCV, p. 185), et en 1707, pour 200 000 cruzades et pour un an, mais le Conselho Ultramarino la jugea alors d’un montant dangeureusement excessif, car la dîme était entièrement subordonnée à l’écoulement du produit des récoltes, lui-même dépendant de l’arrivée de la flotte du Portugal à Bahia en temps suffisamment opportun (Doc. Hist., XCV, pp. 218-219). En 1711, elle ne put être adjugée au-dessus de 130 000 cruzades (Doc. Hist., XCVI, p. 19). L’évaluation qu’en fait Antonil doit être celle de 1707.

10 En 1704, cette ferme avait été de 191 000 cruzades (Doc. Hist., XI, p. 369), mais en 1711, elle n’était plus que de 133 000 cruzades (Doc. Hist., XCVI, p. 24).

11 Je n’ai pu trouver de référence à la ferme de Pernambouc.

12 En 1706, l’adjudication des dîmes royales des capitaineries de São Vicente, São Paulo et Nossa Senhora da Conceição, effectuée à Santos, s’éleva à 70 000 cruzades. A cette occasion, il y eut même conflit entre les adjudicataires de Santos et de Rio de Janeiro, car celui de Rio de Janeiro prétendit percevoir — et perçut effectivement, sous la menace de censures ecclésiastiques — les dîmes de la région des Mines, soit 11 500 gros d’or (138 000 000 réis), alors que ces dîmes revenaient habituellement à l’adjudicataire de Santos (lettre de D. João V à D. Fernando Martins Mascarenhas de Lancastro, gouverneur de Rio de Janeiro, in Doc. Int. São Paulo, LII, pp. 82-83).

13 La seule référence que j’ai trouvé sur cette ferme date de 1697 et englobe les « vinhos, aguardentes e azeites » de Bahia. L’adjudication s’élevait alors à 180 000 cruzades pour 6 ans, et était en augmentation sur celles des années précédentes (cf. consulta du Conselho Ultramarino du 16 novembre 1697, in Doc. Hist., XC, p. 27).

14 Ce chiffre n’a pu être controlé.

15 Ce chiffre n’a pu être contrôlé.

16 Le commerce du sel faisait l’objet d’un monopole, en vertu duquel il était interdit d’exploiter les salines du Brésil (cf. lettre de D. Pedro II à Antonio Luis Gonçalves da Câmara Coutinho, gouverneur général du Brésil, Lisbonne, 18 janvier 1691, in Accioli, Memorias historicas e políticas da Bahia, II, p. 253). Je n’ai malheureusement pas trouvé de références au montant de la ferme du sel à Bahia.

17 On a vu supra, note 13, qu’en 1697 à Bahia, les eaux-de-vie étaient affermées en même temps que les vins et l’huile. Je n’ai pu trouver de références au montant de cette ferme.

18 Cf. supra, pp. 364-365.

19 Cf. supra, pp. 362-363.

20 Le revenu de ces droits était appliqué au paiement des bénéfices ecclésiastiques. C’est en 1699 que le montant en fut porté de 1 750 réis à 3 500 réis par tête, en considération de l’augmentation du prix des esclaves vendus au Brésil et des gains réalisés par les trafiquants (lettre de D. Pedro II à Francisco Lamberto, provedor-mór des finances rovales, Lisbonne, 10 janvier 1699, in Doc. Hist., LXXXIV, pp. 46-47).

21 L’établissement de ce droit, dans le courant de l’année 1700 ou au début de 1701, obligea Artur de Sá e Meneses, gouverneur de Rio de Janeiro, à demander au Roi l’autorisation de faire agrandir les bâtiments de la douane, déjà trop petits pour le trafic du port, et qui se révélaient désormais insuffisants pour contenir toutes les marchandises qu’il fallait contrôler avant de leur faire payer les 10 % imposés. Le gouverneur obtint que ces travaux fussent effectués aux frais du Trésor royal (consulta du Conselho Ultramarino, 16 novembre 1701, in Doc. Hist., XCIII, p. 114).

© Éditions de l’IHEAL, 1968

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

amazon.fr