Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Cultura e opulencia do Brasil por suas drogas e minas

 | 
André Joao Antonil

Quarta parte. Cultura e opulencia do Brasil pela abundancia do gado e courama e outros contratos reaes que se rematão nesta Conquista/Quatrième partie. De l'exploitation des richesses du Brésil provenant de l'abondance du bétail, des cuirs et des dive

Capitulo IV. Que custa hum couro em cabello & hum meyo de sola beneficiado, até se pôr do Brasil na Alfandega de Lisboa

Texte intégral

  • 1 On notera qu’Antonil ne fournit aucune explication sur le traitement des cuirs. Toutefois, cette la (...)
  • 2 Lycurgo Santos Filho, op. cit., p. 239, donne la définition suivante de ce terme qu’on ne trouve da (...)

Val cada couro em cabello1

2 U 100

De o salgar & secar

U 200

De o carregar ao cortume

U 040

De o cortir

U 600

Importa tudo dous mil novecentos & quarenta reis.

2 U 940

Hum meyo de sola2 val

1 U 500

De o carregar à praya

U 010

De frete do navio

U 120

De descarga para a alfandega

U 010

Por todos os direitos

U 340

Importa tudo mil novecentos & oitenta reis

1 U 980

1Os meyos de sola que ordinariamente vão cada anno do Brasil para o Reyno importão o seguinte.

191 Da Bahia, cincoenta mil meyos de sola a 1 U 980 reis..

99 000 U 000

De Pernambuco, quarenta mil a 1 U 750

70 000 U 00

Do Rio de Janeiro3 & outras capitanias do sul, vinte mil a 1 U 640 reis

32 800 U 000

O que tudo importa duzentos & hum contos & oitocentos mil reis que, reduzidos a cruzados, são quinhentos & quatro mil & quinhentos cruzados...

201 800 U 000

CHAPITRE IV. DE CE QUE COÛTE UN CUIR EN POILS ET UNE DEMI-PEAU TANNÉE EXPÉDIÉE DU BRÉSIL ET ARRIVÉE EN DOUANE A LISBONNE

Chaque cuir en poils1 vaut

2 100 réis

Pour le saler et le faire sécher

200 réis

Pour le conduire à tanner

40 réis

Pour le tanner

600 réis

Cela fait au total deux mille neuf cent quarante réis

2 940 réis

Une demi-peau tannée2 vaut

1 500 réis

Pour la transporter jusqu’à la plage

10 réis

Pour le frêt du navire

120 réis

Pour le déchargement à la douane

10 réis

Pour tous les droits

340 réis

Cela fait au total mille neuf cent quatre-vingts réis

1 980 réis

2Les demi-peaux tannées qui sont ordinairement exportées chaque année du Brésil à destination du Royaume, se montent à la somme suivante :

  • 3 A Rio de Janeiro, les cuirs étaient frappés d’un impôt qui faisait l’objet d’une ferme. Celle-ci fu (...)

191 De Bahia, cinquante mille demi-peaux tannées à 1 980 réis

99 000 000 réis

De Pernambouc, quarante mille à 1 750 réis

70 000 000 réis

De Rio de Janeiro3 et des autres capitaineries du sud, vingt mille à 1 640 réis

32 800 000 réis

Cela fait au total : deux cent un contos et huit cent mille réis, qui, convertis en cruzades, font cinq cent quatre mille cinq cents cruzades

201 800 000 réis

Notes

1 On notera qu’Antonil ne fournit aucune explication sur le traitement des cuirs. Toutefois, cette lacune peut être partiellement comblée par la description suivante, faite par l’auteur du Mémoire sur l’Isle de Bourbon dont il a été question supra, p. 295, note 5, (op. cit., f. 3V) : « Au Brésil et à Bonnesayres, dans l’Amérique méridionale, lorsque l’animal est dépouillé, on étend la peau du costé en poil sur le sable, on l’étire de tous sens et on en charge les bords de pierres lourdes pour le contenir tendu. Quand il est bien sec du costé de la chair, on met ce costé sur le sable et on fait sécher le costé du poil. Après que ce cuir ou cette peau sont assez secs, on les étend sur une perche à l’air sous entier couvert. Et avant de l’embarquer, on le mouille dans la mer jusqu’à ce qu’il soit ramoly. Ensuite, on le fait sécher sur le sable comme la première fois, et on l’embarque. Il se conserve sans s’échauffer et sans se corrompre ». Ce document ne contient malheureusement aucune indication sur le tannage des cuirs. On trouvera quelques renseignements sur ce point dans Lycurgo Santos Filho, Uma Comunidade do Brasil antigo, p. 239.

2 Lycurgo Santos Filho, op. cit., p. 239, donne la définition suivante de ce terme qu’on ne trouve dans aucun dictionnaire ancien ou moderne de la langue portugaise : « as metades de couros inteiros de boi, curtidos ». Il s’agit donc de « demi-peaux tannées », ainsi que l’indique d'ailleurs le rapport de3 prix énumérés par Antonil : 2 940 réis pour un cuir en poils une fois tanné, et 1 500 réis pour un « meio de sola », c’est-à-dire, pour une demi-peau tannée.

3 A Rio de Janeiro, les cuirs étaient frappés d’un impôt qui faisait l’objet d’une ferme. Celle-ci fut, en 1699, adjugée pour 18 500 cruzades (consulta du Conselho Ultramarino, 23 septembre 1699, in Doc. Hist. XCIII, p. 86). Antonil n’en parle ni dans ce chapitre-ci, ni dans le chapitre suivant, lorsqu’il énumère le revenu de quelques-unes des fermes du Brésil.

© Éditions de l’IHEAL, 1968

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

amazon.fr