Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Cultura e opulencia do Brasil por suas drogas e minas

 | 
André Joao Antonil

Quarta parte. Cultura e opulencia do Brasil pela abundancia do gado e courama e outros contratos reaes que se rematão nesta Conquista/Quatrième partie. De l'exploitation des richesses du Brésil provenant de l'abondance du bétail, des cuirs et des dive

Capitulo III. Da conducção das boyadas do certão do Brasil. Preço ordinario do gado que se mata & do que vay para as fabricas

Texte intégral

  • 1 Ce toponyme qui, de nos jours, a totalement disparu, n’a guère laissé de traces dans les documents (...)
  • 2 Cette manière de conduire le bétail se retrouve, de façon plus ou moins semblable, dans toutes les (...)
  • 3 Vilhena, Notícias soteropolitanas e brasílicas, pp. 161-162, décrit ainsi ce qu’il n’est pas loin (...)
  • 4 Les bœufs répugnent, en effet, à se jeter à l’eau, et pour qu’ils se résolvent à le faire, il leur (...)

1Constão as boyadas que ordinariamente vem para a Bahia, de cem, cento & cincoenta, duzentas & trezentas cabeças de gado. E destas quasi cada semana chegão algumas a Capoâme1, lugar distante da cidade oito legoas, aonde tem pasto & aonde os marchantes as comprão; & em alguns tempos do anno, ha semanas em que cada dia chegão boya-das. Os que as trazem são brancos, mulatos & pretos || 189 & tambem indios que com este trabalho procurão ter algum lucro. Guião-se indo huns adiante cantando, para serem desta sorte seguidos do gado2, & outros vem atraz das rezes tangendo-as & tendo cuidado que não sayão do caminho & se amontem. As suas jornadas são de quatro, cinco & seis legoas conforme a commodidade dos pastos aonde hão de parar. Porém aonde ha falta de agua, seguem o caminho de quinze & vinte legoas, marchando de dia & de noite com pouco descanço até que achem paragem aonde possão parar3. Nas passagens de alguns rios, hum dos que guião a boyada, pondo huma armação de boy na cabeça & nadando, mostra às rezes o vao por onde hão de passar4.

  • 5 On appelle « matalotagem », d’une façon générale, les provisions de bouche emportées par les voyag (...)

2Quemquer que entrega a sua boyada ao passador para que a leve das Jacoabinas v[erbi] g[ratia] até a Capoâme, que he jornada de quinze ou dezaseis até dezasete dias, lhe dá por paga do seu trabalho hum cruzado por cada cabeça da dita boyada. E este corre com os gastos dos tangedores & guias, & tira da mesma boyada a matalotagem da jornada5. De sorte que, se a boyada constar de duzentas cabeças de gado, dão-se-lhe outros tantos cruzados se com todas chegar ao lugar destinado. Porém se no caminho algumas fugirem, tantos cruzados se diminuem quantas são as rezes que faltão. Aos indios que das Jacoabinas vem para Capoâme se dão quatro até cinco mil reis; & ao homem que com o seu cavallo guia a boyada, oito mil reis. Sendo as distancias mayores, crece proporcionadamente a paga de todos. E por isso, do rio de São Francisco acima vindo para Capoâme, alguns dos que tomão à sua conta trazer boyadas alheas querem seis ou sete tostoens por cada cabeça, & mais se for mayor a distancia.

  • 6 Sur le prix du bétail à Bahia, cf. supra, p. 383, note 5.
  • 7 Je n’ai pas trouvé de références au prix du bétail dans la région de Jacobina.
  • 8 On a vu supra, p. 383, le prix fabuleux qu’atteignait le bétail dans les Mines : « cent gros » d’o (...)

3Huma rez ordinariamente se vende na Bahia por quatro até cinco mil reis; os boys mansos por sete para oito mil reis6. Nas Jacoabinas vende-se huma rez por dous mil & quinhentos || 190 até tres mil reis7. Porém nos curraes do rio de São Francisco, os que tem mayor conveniencia de venderem o gado para as Minas o vendem na porteira do curral pelo mesmo preço que se vende na cidade8. Eo que temos dito até aqui das boyadas da Bahia se deve tambem entender com pouca differença das boyadas de Pernambuco & do Rio de Janeiro.

CHAPITRE III. DE LA CONDUITE DES TROUPEAUX DE BŒUFS DU SERTAN DU BRÉSIL. DU PRIX COURANT DU BÉTAIL QUI EST ABATTU ET DE CELUI QUI EST DESTINÉ AUX ATELIERS

4Les troupeaux de bœufs qui viennent ordinairement à Bahia sont composés de cent, cent cinquante, deux cents et trois cents têtes de bétail. Chaque semaine il en arrive à Capoame1, endroit situé à huit lieues de distance de la cité ; ils y trouvent un pâturage et les marchands viennent les y acheter. A certaines époques de l’année, il y a des semaines où il en arrive chaque jour. Ce sont des blancs, des mulâtres et des nègres ainsi que des indiens qui les conduisent || 189 et qui, par ce travail, essaient de gagner quelque argent. Voici comment on les convoie : les uns marchent en tête en chantant, de manière à ce que le bétail les suive2, tandis que d’autres marchent derrière les bêtes, les touchant et veillant à ce qu’elles ne s’écartent pas du chemin et ne s’enfuient pas dans la nature. Leurs étapes sont de quatre, cinq et six lieues, selon la commodité qu’offrent les pâturages où ils s’arrêteront. Cependant, quand l’eau fait défaut, ils poursuivent leur chemin pendant quinze et vingt lieues, marchant jour et nuit et prenant peu de repos, jusqu’à ce qu’ils trouvent une halte où ils puissent s’arrêter3. Dans la traversée de certaines rivières, l’un des hommes qui conduisent le troupeau se met sur la tête une paire de cornes de bœuf et, se jetant à la nage, il montre aux bêtes le gué par où elles doivent passer4.

5Quiconque confie son troupeau à un passeur pour qu’il le conduise depuis Jacobina, par exemple, jusqu’à Capoame — ce qui fait un voyage de quinze ou seize, et même dix-sept jours — lui donne en rétribution de son travail un cruzade par tête de bétail dudit troupeau ; le passeur prend à sa charge les frais des bouviers et des guides, et il prélève sur le troupeau lui-même les vivres nécessaires au voyage5. De sorte que si le troupeau comporte deux cents têtes de bétail, on lui donne autant de cruzades qu’il y a de têtes s’il parvient à destination avec le troupeau au complet. Mais si des bêtes s’enfuient en route, le nombre de cruzades diminue en proportion du nombre des bêtes manquantes. On donne quatre à cinq mille réis aux indiens qui vont de Jacobina à Capoame, et huit mille réis à l’homme qui, à cheval, conduit le troupeau. Quand les distances sont plus grandes, le salaire de chacun augmente proportionnellement. C’est pourquoi, pour venir du rio São Francisco jusqu’à Capoame, certains de ceux qui se chargent de conduire des troupeaux qui ne leur appartiennent pas, exigent six ou sept testons par tête de bétail, et plus encore si la distance est plus grande.

6Une tête de bétail est généralement vendue à Bahia pour quatre à cinq mille réis ; les bœufs domestiqués, pour sept à huit mille réis6. A Jacobina, on vend une tête de gros bétail pour deux mille cinq cents || 190 à trois mille réis7. Cependant, dans les hattes du rio São Francisco, ceux qui ont davantage d’intérêt à vendre leur bétail pour les Mines le vendent à la porte même de la hatte pour le même prix qu’il est vendu en ville8. Ce que nous avons dit jusqu’à présent des troupeaux de bétail de Bahia doit s’entendre aussi, à peu de différence près, pour les troupeaux de Pernambouc et de Rio de Janeiro.

Notes

1 Ce toponyme qui, de nos jours, a totalement disparu, n’a guère laissé de traces dans les documents d’archives et dans les ouvrages chorographiques. Si Milliet de Saint-Adolphe lui consacre une courte et imprécise notice dans son Diccionario geographico..., I, p. 239, c’est certainement d’après le texte d’Antonil. Quant à Aires de Casal, Corografia brasílica, et à Luís dos Santos Vilhena, Notícias soteropolitanas e brasílicas, ils sont l’un et l’autre muets à cet égard. Même silence dans les diverses descriptions des paroisses de l’archevêché de Bahia rédigées entre 1755 et 1757 sur l’ordre de D. José I (cf. Castro e Almeida, Inventario dos documentos relativos ao Brasil..., Bahia, I, pp. 178-234). Cependant, l’acte de séquestre des biens du Collège des Jésuites de Bahia dressé en 1760 (publié par S. Leite, História da Companhia de Jesus no Brasil, V, p. 578), fait état d’un terrain de deux lieues de long sur une lieue de large, sur lequel s’était tenue et se tenait encore à cette époque « a Feira chamada de Capoame [...], terra comumente areenta e [...] avaliada pouco mais ou menos em 100 000 reis ». Wanderley Pinho (História de um engenho do Recôncavo, p. 228) signale qu’au début du xixe siècle encore, les maîtres d’habitation à sucre avaient coutume d’aller acheter à la « Feira de Capuame » le bétail dont ils avaient besoin ; et dans son article Em torno do castello de Garcia Davila, publié dans « Revista do Instituto Geographico e Historico da Bahia », no 55 (1929) p. 403, il parle de « Feira Velha a antiga Capuame ». Je n’ai malheureusement pu retrouver Capuame ou Feira Velha ni dans les notices relatives aux municipes de Bahia dans l'Enciclopédia dos Municípios brasileiros, XX et XXI, et en particulier dans les municipes de Camaçari et de Mata de São João, ni dans les cartes de ces deux derniers municipes, ibid., IV et V. Dans la réédition de Cultura e Opulencia do Brasil qu’il présente dans le « Boletim Geográfico » de São Paulo, no 171 (1962), p. 136, Orlando Valverde identifie Capuame avec l’actuel Dias d’Ávila, petit bourg du municipe de Camaçari, au nord de Bahia. Bien que cette identification ne soit accompagnée d’aucune justification, il est possible de l’accepter car Dias d’Ávila est située à une cinquantaine de kilomètres au nord de Bahia — ce qui correspond aux 8 lieues d’Antonil — et à peu de distance de la rive droite du rio Jacuípe, dont il est vraisemblable que les troupeaux en provenance de Jacobina empruntaient la vallée. Voir Planche no VIII, h. t.

2 Cette manière de conduire le bétail se retrouve, de façon plus ou moins semblable, dans toutes les régions du monde où se pratique l’économie pastorale. Selon Câmara Cascudo, Dicionário do Folclore brasileiro, p. 2, s. v. aboio, « o canto dos vaqueiros, apaziguando o rebanho levado para as pastagens ou para o curral, é de efeito maravilhoso ». Ce chant, qui porte le nom d’aboio, se termine toujours pa une phrase d’encouragement au troupeau, telle que « ei boi », « ei lá », « ei surubim », dont les dernières syllabes sont prononcées d’une manière très allongée (id. ibid.).

3 Vilhena, Notícias soteropolitanas e brasílicas, pp. 161-162, décrit ainsi ce qu’il n’est pas loin de considérer comme le « calvaire » des bœufs : « Vem estes por toda a mencionada distancia agitados por vaqueiros, montados em cavados e armados com ferroens de huma pollegada de comprimento com que os atravessão até as entranhas, comendo por toda a viagem o que hé mais facil suppor, athé que finalmente chegão a feira, distante doze leguas da cidade [Bahia], e ali são recolhidos em curraes em que só ha area e estrumes ; estes são conduzidos para a cidade sem comerem mais que o que andando podem apanhar com a lingoa, por huma só e unica estrada, frequentada de boiadas innumeraveis desde o principio da cidade fundada ha 250 anos ; chegão finalmente e ahi são recolhidos no curral do conselho donde só sahem em quartos para os assougues, desde a sexta feira de huma semana até a quinta feira da outra, e se neste meyo tempo sahem, hé só para beber e nunca para pastarem, por não haver nesta cidade hum palmo de baldios. »

4 Les bœufs répugnent, en effet, à se jeter à l’eau, et pour qu’ils se résolvent à le faire, il leur faut l’exemple d’un de leurs semblables, même aussi grossièrement simulé que par un homme coiffé d’une carcasse de tête cornue. Afin de vaincre le courant, il faut traverser la rivière obliquement. Bien qu’Antonil ne le précise pas, il est probable que, de son temps comme de nos jours encore, des hommes montés dans des barques aiguillonaient le bétail et veillaient à ce qu’aucune bête ne se perde (cf. Nelson Werneck Sodré, Travessia de gado, in Tipos e Aspectos do Brasil, pp. 390-392.

5 On appelle « matalotagem », d’une façon générale, les provisions de bouche emportées par les voyageurs. Ici, il s’agit d’un bœuf ou d’une vache, dits « boi » ou « vaca de matalotagem », prélevés sur le troupeau convoyé et abattus pour fournir la nourriture nécessaire au passeur et aux bouviers pendant la durée du voyage (cf. Lycurgo Santos Filho, Uma comunidade rural do Brasil antigo, p. 217).

6 Sur le prix du bétail à Bahia, cf. supra, p. 383, note 5.

7 Je n’ai pas trouvé de références au prix du bétail dans la région de Jacobina.

8 On a vu supra, p. 383, le prix fabuleux qu’atteignait le bétail dans les Mines : « cent gros » d’or pour un bœuf, soit 120 mil-réis.

© Éditions de l’IHEAL, 1968

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

amazon.fr