Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Cultura e opulencia do Brasil por suas drogas e minas

 | 
André Joao Antonil

Quarta parte. Cultura e opulencia do Brasil pela abundancia do gado e courama e outros contratos reaes que se rematão nesta Conquista/Quatrième partie. De l'exploitation des richesses du Brésil provenant de l'abondance du bétail, des cuirs et des dive

[187] Capitulo II. Das boyadas que ordinariamente se tirão cada anno dos curraes para as cidades, villas & reconcavos do Brasil, assim para o açougue como para o fornecimento das fabricas

Texte intégral

  • 1 Sur l’enveloppe de cuir des rôles de tabac et le nombre de rôles exporté depuis Bahia et les Alagoa (...)

1Para que se faça justo conceito das boyadas que se tirão cada anno dos curraes do Brasil, basta advertir que todos os rolos de tabaco que se embarcão para qualquer parte vão encourados. E sendo cada hum de oito arrobas, & os da Bahia, como vimos em seu lugar, ordinariamente cada anno pelo menos vinte & cinco mil, & os das Alagoas de Pernambuco dous mil quinhentos, bem se vê quantas rezes são necessarias para encourar vinte & sete mil & quinhentos rolos1.

  • 2 Sur les « meios de sola » ou demi-peaux tannées, cf. infra, pp. 486-487 et note 2.
  • 3 Sur la Nova Colonia do Sacramento, cf. supra, p. 360, note 7. Dans cette phrase, l'emploi d’un impa (...)

2Alem disto, vão cada anno da Bahia para o Reyno até cincoenta mil meyos de sola2; de Pernambuco quarenta mil, & do Rio de Janeiro (não sey se computando os que vinhão da Nova Colonia3 ou só os do mesmo Rio & outras capitanias do sul), até vinte mil: que vem a ser por todos cento & dez mil meyos de sola.

  • 4 Cf. Dezcripção do certão do Piauí... p. 217 : « Comem estes homenz só carne de vaca com latecinios, (...)

3O certo he que não somente a cidade, mas a mayor parte dos moradores do reconcavo mais abundantes se sustentão, nos dias não prohibidos, da carne do açougue & da que se vende nas freguezias & villas, & que commummente os negros, que são hum numero muito grande nas cidades, vivem || 188 de ferçuras, bofes & tripas, sangue & mais fato das rezes, & que no certão mais alto a carne & o leite he o ordinario mantimento de todos4.

4Sendo tambem tantos os engenhos do Brasil que cada anno se fornecem de boys para os carros, & os de que necessitão os lavradores de cannas, tabaco, mandioca, serrarias & lenhas, daqui se poderá facilmente inferir quantos haverão mister de anno em anno, para conservar este trabalhoso meneyo. Por tanto, deixar isto à consideração de quem 1er este capitulo, julgo que será melhor acerto do que affirmar precisamente o numero das boyadas, porque nem os mesmos marchantes, que são tantos & tam divididos por todas as partes povoadas do Brasil, o podem dizer com certeza; & dizendo-o, temo que não pareça crivei & que se julgue encarecimento fantastico.

[187] CHAPITRE II. DES TROUPEAUX DE BÉTAIL QU’ON EXTRAIT COMMUNÉMENT CHAQUE ANNÉE DES HATTES POUR LES ENVOYER DANS LES CITÉS, DANS LES VILLES ET SUR LE LITTORAL DU BRÉSIL, TANT POUR L’APPROVISIONNEMENT DES ABATTOIRS QUE POUR CELUI DES ATELIERS

5Afin qu’on se fasse une juste idée des troupeaux de bétail qui sont extraits chaque année des hattes du Brésil, il suffit de faire remarquer que tous les rôles de tabac qui sont embarqués à destination de n’importe quelle région sont enveloppés de cuir. Étant donné que chacun de ces rôles pèse huit arrobes, que les rôles de Bahia sont généralement, ainsi que nous l’avons vu en son temps, au nombre de vingt-cinq mille au moins, et ceux des Alagoas de Pernambouc au nombre de deux mille cinq cents, on voit bien clairement combien de bêtes sont nécessaires pour envelopper de cuir vingt-sept mille cinq cents rôles1.

6Outre cela, on exporte chaque année de Bahia, à destination du Royaume, jusqu’à cinquante mille demi-peaux tannées2 ; de Pernambouc, quarante mille, et de Rio de Janeiro, jusqu’à vingt mille (je ne sais si on y compte ceux qui provenaient de la Nouvelle Colonie [du Sacramento]3 ou seulement ceux de Rio de Janeiro même, joints à ceux des autres capitaineries du sud) : cela fait au total cent dix mille demi-peaux tannées.

7Il est certain que non seulement les habitants de Bahia même, mais la plus grande partie des habitants les plus fortunés du Reconcavo, se nourrissent, les jours gras, de viande en provenance de l’abattoir et de celle qui est vendue dans les paroisses et les bourgs ; que les nègres qui sont en très grand nombre dans les cités, || 188 vivent généralement des fressures, des poumons, des tripes et du sang et autres abats des bêtes, et que dans le sertan le plus reculé, la viande et le lait sont la nourriture habituelle de tout le monde4.

8Étant donné le très grand nombre des habitations à sucre du Brésil qui, chaque année, se fournissent en bœufs pour le service des cabrouets, et le très grand nombre de bœufs qui sont nécessaires aux planteurs de canne à sucre, de tabac, de manioc, aux scieries et au transport du bois à brûler, on pourra facilement déduire le nombre de bœufs qu’il faudra, d’une année sur l’autre, pour assurer toutes ces activités. C’est pourquoi je trouve qu’il sera plus avisé de laisser tout ceci à la réflexion de ceux qui liront ce chapitre, que d’avancer avec précision le nombre de troupeaux de bœufs, car les marchands eux-mêmes, si nombreux et si dispersés dans toutes les régions peuplées du Brésil, ne peuvent le dire avec certitude. Et si je le disais, je craindrais que cela ne paraisse incroyable et qu’on ne le prenne pour une fantastique exagération.

Notes

1 Sur l’enveloppe de cuir des rôles de tabac et le nombre de rôles exporté depuis Bahia et les Alagoas de Pernambouc, cf. supra, pp. 308-309 et note 7, pp. 328-331 et note 2. Selon Lycurgo Santos Filho, Uma comunidade rural do Brasil antigo, p. 238, le cuir servait encore à envelopper drap de coton et autres tissus qui étaient transportés à dos d’âne dans l’intérieur du pays.

2 Sur les « meios de sola » ou demi-peaux tannées, cf. infra, pp. 486-487 et note 2.

3 Sur la Nova Colonia do Sacramento, cf. supra, p. 360, note 7. Dans cette phrase, l'emploi d’un imparfait, vinhão, montre qu Antonil rédigea nécessairement ce passage après l’abandon du territoire du Sacramento aux Espagnols en 1705, et constitue un nouvel argument en faveur de l’hypothèse des différentes dates de composition de Cultura e Opulencia de Brasil (cf. supra, pp. 30-31).

4 Cf. Dezcripção do certão do Piauí... p. 217 : « Comem estes homenz só carne de vaca com latecinios, e algum mel que tirão pellos paus ; a carne ordinariamente se come assada, porque não ha panellas em que se coza ».

© Éditions de l’IHEAL, 1968

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

amazon.fr