Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Cultura e opulencia do Brasil por suas drogas e minas

 | 
André Joao Antonil

Quarta parte. Cultura e opulencia do Brasil pela abundancia do gado e courama e outros contratos reaes que se rematão nesta Conquista/Quatrième partie. De l'exploitation des richesses du Brésil provenant de l'abondance du bétail, des cuirs et des dive

Capitulo I. Da grande extensão de terras para pastos creas de gado que ha no Brasil

Texte intégral

  • 1 Antonil considérera ici uniquement une partie du territoire de la capitainerie de Bahia : au nord, (...)
  • 2 Je n’ai pu retrouver le toponyme d’Agua Grande, mais d’après les indications fournies par Antonil, (...)
  • 3 Santunsé, érigé en vila en 1832 et devenu aujourd’hui la ville de Sento Sé, était au xviie siècle e (...)
  • 4 Rodelas est le nom d’une peuplade d’indiens Cariris qui vivaient au nord de la rive gauche du rio S (...)
  • 5 Le toponyme de Jacobina, que l’on trouve parfois au pluriel sous la forme de Jacobinas ou de Jacoab (...)
  • 6 Une « Noticia sobre a Freguesia nova de Sant’Anna e Santo Antonio do Tucano, na Diocese da Bahia », (...)
  • 7 Les currais sont des parcs, généralement très vastes, dans lesquels est clôturé le bétail. On pourr (...)
  • 8 Ces trois dernières rivières sont des affluents de la rive droite du rio de São Francisco, en amont (...)
  • 9 Le rio Paramerim, ou mieux encore Paramirim, est également un affluent de la rive droite du rio de (...)
  • 10 L’examen de cette énumération, de même que celui des énumérations suivantes, montre qu’Antonil avai (...)
  • 11 A la fin de ce chapitre, Antonil donnera les noms des deux principaux propriétaires des hattes de c (...)
  • 12 Cette nouvelle énumération d’Antonil mérite un commentaire particulièrement détaillé en raison de l (...)

1Estende-se o certão da Bahia até a barra do rio de S[ão] Francisco oitenta legoas por costa1; & indo para o rio acima até a barra que chamão d’Agua grande2, fica distante a Bahia da dita barra cento & quinze legoas; de Santunsé3 cento & trinta legoas; de Rodellas4 por dentro || 184 oitenta legoas; das Jacoabinas5 noventa, & do Tucâno6 cincoenta. E porque as fazendas & os curraes do gado7 se situão aonde ha largueza de campo & agua sempre manante de rios ou lagoas, por isso os curraes da parte da Bahia estão postos na borda do rio de S[ão] Francisco, na do rio das Velhas, na do rio das Raãs, na do rio Verde8, na do rio Paramerîm9, na do rio Jacuippe, na do rio Pojûca, na do rio Enhambûpe, na do rio Itapicurû, na do rio Real, na do rio Vazabarrîs, na do rio Serigippe10, & de outros rios em os quaes, por informação tomada de varios que corrèrão este certão, estão actualmente mais de quinhentos curraes. E só na borda aquem do rio de São Francisco, cento & seis. E na outra borda da parte de Pernambuco, he certo que são muitos mais11. E não sòmente de todas estas partes & rios já nomeados vem boyadas para a cidade & reconcavo da Bahia & para as fabricas dos engenhos, mas tambem do rio Iguaçu, do rio Carainhaem, do rio Corrente, do rio Guaraîra & do rio Piaguî grande, por ficarem mais perto, vindo caminho direito, à Bahia do que indo por voltas a Pernambuco12.

  • 13 Olinda, située à côté de Recife, capitale de la capitainerie de Pernambouc, avait le titre de cidad (...)
  • 14 Aguaçu, forme incorrecte mais courante de Iguaçu. Il a déjà été question de cet affluent du rio São (...)
  • 15 Sur le peuplement de la région baignée par cette rivière, cf. infra, note 16.
  • 16 C’est sur l’ordre de Dom Frei Francisco de Lima, évêque de Pernambouc, que fut fondée, le 11 févrie (...)
  • 17 Même si nous admettons qu’Antonil ait évalué la distance Vitória-Olinda à partir du terme le plus o (...)
  • 18 Ceará-Mirim est le nom d’un fleuve côtier du nord-est, qui prend sa source dans la Serra de Borbore (...)
  • 19 Sur le rio Açu cf. infra, note 24.
  • 20 Il n’existe aucun fleuve portant ce nom, mais le sens du passage d’Antonil indique qu’il s’agit du (...)
  • 21 Le sertan de Pernambouc ainsi délimité par Antonil correspond exactement à la partie septentrionale (...)

2E posto que sejão muitos os curraes da parte da Bahia, chegão a muito mayor numero os de Pernambuco, cujo certão se estende pela costa desde a cidade de Olinda13 até o rio de São Francisco oitenta legoas, & continuando da barra do rio de São Francisco até a barra do rio Aguaçû14, contão-se duzentas legoas. De Olinda para Oeste até o Piaguî15, freguezia de Nossa Senhora da Victoria16, cento e sessenta le goas17; & pela parte do Norte estende-se de Olinda até o Ceará Merim18 oitenta legoas, & dahi até o Açû19 trinta e cinco, & até o Ceará Grande20 oitenta. E por todas vem a estender-se desde Olinda até esta parte quasi duzentas legoas21.

Planche VIII.

Planche VIII.

Rivières du sertan de Beahia et du sertan de Pernambouc

  • 22 Sur ces fleuves, cf. supra, note 12.
  • 23 Ce nom de rivière a disparu, mais on le trouve dans divers documents du xviie siècle sous la forme (...)
  • 24 L’examen attentif de cette nouvelle liste de fleuves et rivières montre une fois encore qu’Antonil (...)

3185 Os rios de Pernambuco que, porterem junto de si pastos ||competentes, estão povoados com gado (fóra o rio Preto, o rio Guaraîra, o rio Iguaçû, o rio Corrente, o rio Guariguaê, a Lagoa alegre e o rio de São Francisco, da banda do Norte22) são o rio de Cabaços23, o rio de São Miguel, as duas Alagoas com o rio do Porto do Calvo, o da Paraíba, o dos Karirîs, o do Açû, o do Podî, o de Jaguarîbe, o das Piranhas, o Payaû, o Jacaré, o Kanindê, o de Parnaîba, o das Pedras, o dos Camaroens & o Piaguî24.

  • 25 Selon l’auteur du Journal d’un voyage aux costes d’Afrique et aux Indes d’Espagne, p. 243, c’est en (...)

4Os curraes desta parte hão de passar de oitocentos, & de todos estes vão boyadas para o Recife & Olinda & suas villas, & para o fornecimento das fabricas dos engenhos desde o rio de São Francisco até o rio Grande, tirando os que acima estão nomeados, desde o Piaguî até a barra de Iguaçû, & de Parnaguâ & rio Preto, porque as boyadas destes rios vão quasi todas para a Bahia por lhes ficar melhor caminho pelas Jacoabinas por onde passão & descanção. Assim como ahi tambem parão & descanção as que às vezes vem de mais longe. Mas quando nos caminhos se achão pastos porque não faltarão as chuvas, em menos de tres mezes chegão as boyadas à Bahia que vem dos curraes mais distantes. Porém se por causa da seca forem obrigados a parar com o gado nas Jacoabinas, ahi o vendem os que o levão & ahi descança seis, sete & oito mezes, até poder ir à cidade25.

5Só no rio de Iguaçû estão hoje mais de trinta mil cabeças de gado. As da parte da Bahia, se tem por certo que passão de meyo milhão; & mais de oitocentas mil hão de ser as da parte de Pernambuco, ainda que destas se aproveitão mais os da Bahia, para onde vão muitas boyadas, que os Pernambucanos.

  • 26 C’est-à-dire dans le très important domaine que possédait le Collège des Jésuites de Rio de Janeiro (...)
  • 27 Les Campos Novos de São João étaient situés près de l’embouchure du rio de São João, dans la partie (...)
  • 28 On a vu, note précédente, comment le territoire des Goitacás avait été partagé dans le courant du x (...)
  • 29 L’ensemble du cheptel bovin des domaines des Jésuites de Santa Cruz, Campos dos Goitacás et Campos (...)

6A parte do Brasil que tem menos gado he o Rio de Janeiro, porque tem curraes sòmente nos campos de Santa Cruz26, distantes quatorze legoas da cidade, nos campos || 186 novos do rio de São João27 distantes trinta, & nos Guaitacazes28, distantes oitenta legoas. E em todos estes campos não passão de sessenta mil as cabeças de gado que nelles pastão29.

  • 30 Muribeca, autre propriété du Collège des Jésuites de Rio de Janeiro. Elle fut fondée seulement au m (...)

7A capitania do Espirito Santo se provê limitadamente da Moribêca30 & de alguns curraes aquem do rio Paraíba do Sul.

  • 31 Ce sont les habitants de Parnaguá qui, vers 1650, introduisirent l’élevage du bétail dans les campa (...)

8As villas de São Paulo matão as rezes que tem em suas fazendas, que não são muito grandes. E só nos campos de Coritîba vay crecendo & multiplicando cada vez mais o gado31.

  • 32 Par Casa da Torre, « famille de la Torre », ou entend les Garcia de Ávila, non seulement l’une des (...)
  • 33 Antonio Guedes de Brito, né à Bahia vers 1627, fut l’un des grands sertanistas de la seconde moitié (...)
  • 34 La rivalité de ces deux familles se manifesta dans la possession des territoires qui leur étaient c (...)
  • 35 Cf. supra, note 16, p. 471.

9Sendo o certão da Bahia tam dilatado como temos referido, quasi todo pertence a duas das principaes familias da mesma cidade, que são a da Torre32 & a do defunto mestre de campo Antonio Guedes de Britto33. Porque a casa da Torre tem duzentas e sessenta legoas pelo rio de São Francisco acima à mão direita, indo para o Sul; & indo do dito rio para o Norte, chega a oitenta legoas. E os herdeiros do mestre de campo Antonio Guedes possuem desde o morro dos Chapeos até a nacença do rio das Velhas cento e sessenta legoas34. E nestas terras, parte os donos dellas tem curraes proprios, & parte são dos que arrendàrão sitios dellas, pagando por cada sitio que ordinariamente he de huma legoa, cada anno, dez mil reis de foro35. E assim como ha curraes no territorio da Bahia & de Pernambuco & de outras capitanias de duzentas, trezentas, quatrocentas, quinhentas, oitocentas & mil cabeças, assim ha fazendas a quem pertencem tantos curraes que chegão a ter seis mil, oito mil, dez mil, quinze mil, & mais de vinte mil cabeças de gado, donde se tirão cada anno muitas boyadas, conforme os tempos são mais ou menos favoraveis à parição & multiplicação do mesmo gado & aos pastos assim nos sitios como tambem nos caminhos.

CHAPITRE I. DE LA GRANDE ÉTENDUE DE PÂTURAGES PEUPLÉS DE BÉTAIL QU’IL Y A AU BRÉSIL

10Le sertan de Bahia s’étend sur quatre-vingts lieues de côte jusqu’à l’embouchure du rio São Francisco1 ; en remontant le cours de ce fleuve, Bahia se trouve à cent quinze lieues du confluent qu’on appelle Água Grande2, à cent trente lieues de Sento Sé3, et, par terre terme, à quatre-vingts lieues de Rodelas4, || 184 à quatre-vingt-dix lieues des Jacobinas5 et à cinquante lieues de Tucano6. Et comme les domaines d’élevage et les hattes de bétail7 sont établis là où il y a de larges étendues de campagne et des eaux toujours vives, soit de rivières, soit de lacs, les hattes de la région de Bahia sont installées sur les rives du rio São Francisco, du rio das Velhas, du rio das Rãs, du rio Verde8, du rio Paramerim9, du rio Jacuípe, du rio Pojuca, du rio Inhambupe, du rio Itapicuru, du rio Real, du rio Vasa-barris, du rio Sergipe10 et d’autres rivières encore où, selon des renseignements que j’ai obtenus de plusieurs personnes qui ont parcouru ce sertan, se trouvent actuellement plus de cinq cents hattes. Rien que sur la rive droite du rio São francisco, il y en a six, et sur la rive qui se trouve du côté de Pernambouc, il est certain qu’il y en a encore bien plus11. Et ce n’est pas uniquement de toutes ces régions ni de tous ces fleuves déjà nommés que viennent des troupeaux de bœufs vers la cité de Bahia, vers son Recôncavo, et vers les ateliers des habitations à sucre, mais encore du rio Iguaçu, du rio Carainhaem, du rio Corrente, du rio Guaraira, du rio Piauí grande, parce qu’il est plus court de se rendre de ces rivières à Bahia par un chemin direct qu’à Pernambouc par des routes qui font des détours12.

11Bien que les hattes de la région de Bahia soient nombreuses, celles de Pernambuoc sont en bien plus grand nombre. Le sertan de Pernambouc s’étend sur quatre-vingts lieues de côte depuis la cité d’Olinda13 jusqu’au rio São Francisco, et l’on compte deux cents lieues depuis l’embouchure du rio São Francisco jusqu’au confluent de ce fleuve avec le rio Iguaçu14. Depuis Olinda, en allant dans la direction de l’ouest jusqu’au Piauí15, dans la paroisse de Nossa Senhora da Vitoria16, il y a cent soixante lieues17 ; du côté du nord, le sertan s’étend depuis Olinda jusqu’au Ceará Mirim18 sur quatre-vingts lieues ; de là jusqu’au Açu19, sur trente-cinq lieues, et jusqu’au Ceará Grande20, sur quatre-vingt-lieues. Au total, depuis Olinda jusqu’à ce dernier endroit, il s’étend donc sur presque deux cents lieues21.

12185 Comme elles sont bordées de pâturages convenables, les rivières de Pernambouc sont peuplées de bétail. Sans compter le rio Preto, le rio Guaraira, le rio Iguaçu, le rio Corrente, le rio Guariguae, la Lagoa Alegre, et la rive nord du rio São Francisco22, ce sont le rio de Cabaços23, le rio de São Miguel, les deux Alagoas, avec le rio do Porto do Calvo, le rio de Paraíba, le rio dos Cariris, le rio de Açu, le rio do Apodi, le rio do Jaguaribe, le rio das Piranhas, le Pajéu, le Jacaré, le Canindé, le rio de Parnaíba, le rio das Pedras, le rio dos Camarões, et le Piauí24.

13Les hattes de cette région doivent être plus de huit cents, et c’est d’elles toutes que proviennent les troupeaux de bétail qui vont à Recife, à Olinda et dans tous les bourgs situés sur leur territoire, ainsi que ceux qui vont approvisionner les ateliers des habitations à sucre depuis le rio São Francisco jusqu’au rio Grande, exception faite de ceux qui sont nommés ci-dessus, depuis le Piauí jusqu’au confluent de F Iguaçu, Parnaguá et rio Preto, parce que les troupeaux de bétail de ces rivières-là vont presque tous à Bahia, la route qui passe par Jacobina et où ils se refont leur convenant mieux. Ceux qui viennent de plus loin s’arrêtent aussi à Jacobina et s’y refont. Cependant, lorsque, les pluies n’ayant pas manqué, ils trouvent sur leur route des pâturages, c’est en moins de trois mois que les troupeaux de bétail venant des hattes les plus éloignées arrivent à Bahia. Mais si, à cause de la sécheresse, les hommes qui les conduisent sont obligés de faire halte avec eux à Jacobina, ils les vendent sur place et le bétail s’y refait pendant six, sept et huit mois, jusqu’à ce qu’il puisse gagner la cité de Bahia25.

14Bien que sur les rives du rio Iguaçu, il y a aujourd’hui plus de trente mille têtes de bétail. On tient pour assuré que, dans le sertan de Bahia, elles dépassent le demi-million, et dans le sertan de Pernambouc, il doit y en avoir plus de huit cent mille, bien que les habitants de Bahia, où sont envoyés beaucoup de troupeaux, en tirent davantage de profit que les Pernamboucains.

15La région du Brésil qui contient le moins de bétail est celle de Rio de Janeiro, car il ne s’y trouve de hattes que dans les campagnes de Santa Cruz26, dans les Campos || 186 Novos de São João27, et dans les Centres d’élevage de bétail de la région de Rio de Janeiro Campos dos Goitacás28, respectivement à quatorze, trente et quatre-vingt lieues de distance de la cité. Dans toutes ces campagnes réunies, il n’y a pas en pâture plus de soixante mille têtes de bétail29.

16La capitainerie d’Espírito Santo est fournie de façon limitée par Muribeca30, et par quelques hattes de la rive droite du rio Paraíba do Sul.

17Dans les bourgs de la capitainerie de São Paulo, on procède à l’abattage des bêtes qui se trouvent dans les domaines, qui ne sont d’ailleurs pas très importants. Il n’y a que dans les campagnes de Curitiba que le bétail croisse et se multiplie de plus en plus31.

18Alors que le sertan de Bahia est aussi étendu que nous venons de le rapporter, il appartient presque tout entier à deux des principales familles de la cité de Bahia, celle de la Torre32 et celle de feu le mestre de campo Antonio Guedes de Brito33, car la Casa da Torre possède deux cent soixante lieues sur la rive droite du rio São Francisco quand on en remonte le cours en direction du sud, et quatre-vingts lieues à partir du São Francisco en allant vers le nord ; et les héritiers du mestre de campo Antonio Guedes de Brito possèdent cent soixante lieues de terre depuis le Morro dos Chapéus jusqu’à la source du rio das Velhas34. Dans ces terres, une partie des hattes appartient en propre à leurs propriétaires, et l’autre partie appartient à ceux qui en ont affermé des parcelles ; pour chaque parcelle, qui est ordinairement d’une lieue, ils paient une redevance de dix mille réis par an35.

19De même qu’il y a, dans les territoires de Bahia, de Pernambouc et d’autres capitaineries, des hattes de deux cents, trois cents, quatre cents, cinq cents, huit cents, et mille têtes de bétail, de même il y a des domaines auxquels appartiennent tant de hattes qu’ils arrivent à contenir six mille, huit mille, dix mille, quinze mille et plus de vingt mille têtes de bétail, et d’où l’on extrait chaque année de nombreux troupeaux selon que l’époque est plus ou moins favorable à la parturition et à la reproduction du bétail, et aux pâturages, tant dans les hattes elles-mêmes que sur les routes.

Notes

1 Antonil considérera ici uniquement une partie du territoire de la capitainerie de Bahia : au nord, le bassin inférieur du rio São Francisco (rive droite et affluents) et la zone littorale comprise entre le rio São Francisco et le rio Paraguaçu, et, au sud-ouest, le bassin moyen du rio São Francisco (rive droite et affluents). La région ainsi délimitée correspond très exactement à la partie la plus méridionale de ce que l’on appelle le sertão nordestino, zone semi-aride, incluse dans le fameux « polygone des sécheresses ».

2 Je n’ai pu retrouver le toponyme d’Agua Grande, mais d’après les indications fournies par Antonil, on peut établir qu’il désigne le confluent du rio São Francisco avec le rio do Salitre, affluent de sa rive droite. Voir planche no VIII, h. t.

3 Santunsé, érigé en vila en 1832 et devenu aujourd’hui la ville de Sento Sé, était au xviie siècle et au début du xviiie siècle un village d’indiens Centossés, situé sur la rive droite du rio São Francisco (cf. Aires de Casal, Corografia brasílica, II, p. 135 ; Milliet de Saint-Adolphe, Diccionario geographico..., I, p. 267 et II, pp. 502-503 ; Enciclopédia dos Municípios brasileiros, XXI, p. 359, et planche no VIII, h. t.).

4 Rodelas est le nom d’une peuplade d’indiens Cariris qui vivaient au nord de la rive gauche du rio São Francisco. Les Jésuites installèrent, à partir de 1669, une Mission dite des Rodelas, qui comprenait plusieurs villages (cf. S. Leite, História da Companhia de Jesus no Brasil, V, pp. 292-310). Selon Frederico Edelweiss, notes à l’édition fac-similé de la Relation succinte et sincère de la Mission du père Martin de Nantes..., p. 35, le village d’indiens qui portait le nom de Rodelas était situé à onze lieues en amont de Ia Cachoeira de Paulo Afonso, au lieu dit « São Pedro Dias da Vargem Redonda » de l’Atlas d’Halfeld. Orlando Valverde, dans la carte qui accompagne le texte de Cultura e Opulencia do Brasil qu’il a publié dans le « Boletim Geográfico », São Paulo, no 171 (1962), p. 636, localise Rodelas au confluent du rio São Francisco et de son affluent le rio Pajéu (voir planche no VIII, h. t.).

5 Le toponyme de Jacobina, que l’on trouve parfois au pluriel sous la forme de Jacobinas ou de Jacoabinas, comme c’est ici le cas, s’applique à une région accidentée du nord-ouest de Bahia, qui constitue l’un des contreforts de la Chapada Diamantina. Baignée par le rio Itapicuru et couverte d’une végétation favorable à l’élevage, elle possédait des domaines et des hattes de bétail appartenant à plusieurs grands propriétaires, parmi lesquels Antonio Guedes de Brito, qu’Antonil nommera un peu plus loin. Il s’y trouvait également quelques villages d’indiens Tapuias évangélisés soit par les Jésuites soit par les Franciscains. Ce n’est qu’en 1720 que ce territoire fut érigé en fila qui reçut le nom de Jacobina (cf. Aires de Casal, Corografia brasílica, II, p. 134 ; Miliiet de Saint-Adolphe, Dicionario geographico..., I, pp. 511-512 ; S. Leite, op. cit., V, pp. 270-292, et surtout 271 et 282 ; Enciclopédia dos Municípios brasileiros, XX, pp. 349-351).

6 Une « Noticia sobre a Freguesia nova de Sant’Anna e Santo Antonio do Tucano, na Diocese da Bahia », établie en 1757 par le vigário Francisco Cabral de Sousa, nous donne sur Tucano les précisions suivantes : « Consta a Povoaçam desta Freguezia nova de Sant’Anna e Santo Antonio de Tucano de fazendas distantes entre si duas, e a mais quatro legoas ; divide-se em dous lugares chamados Tiuiu e Tucano ; o do Tiuiu extende-se pelo rio do Itapecuru asima trinta legoas [...] O lugar do Tucano consta de dezanove legoas, sendo mais largo, com cento e hua fazendas, com a mesma distancia de duas e tres enthe quatro legoas de fazenda a fazenda » (publiée in E. de Castro e Almeida, Inventario dos documentos relativos ao Brasil, I, Bahia (1613-1762), pp. 233-234). Le nom de Tucano est celui de la tribu à laquelle appartenaient les indiens qui peuplaient ce lieu. Ce n’était encore qu’un village au début du xviiie siècle, et il ne fut érigé en vila qu’en 1842 (cf. Aires de Casal, Corografia brasílica, II, p. 123 ; Milliet de Saint-Adolphe, Diccionario geographico..., II, p. 728 et Enciclopédia dos Municípios brasileiros, XXI, p. 375).

7 Les currais sont des parcs, généralement très vastes, dans lesquels est clôturé le bétail. On pourrait donc traduire ce mot par « parcs à bestiaux ». J’ai préféré employer le terme de « hattes », qui était d’un usage courant dans les Antilles françaises et en particulier à Saint-Domingue (cf. Ordonnances des 25 janvier 1700, 4 avril 1704 et 1er décembre 1710 publiées par Moreau de Saint-Méry, Loix et Constitutions des îles françaises de l'Amérique sous le vent, I, p. 638 et II, pp. 6-7 et 227, et G. Debien, Aux débuts d’une grande plantation à Saint-Domingue, in « Notes d’Histoire coloniale », XXVIII, 1953, pp. 7-8 et 12-14). En tout cas la traduction de curral par « métairie », que l’on trouve dans la Belation succinte et sincère de la Mission du père Martin de Nantes..., p. 114, ne doit pas être retenue.

8 Ces trois dernières rivières sont des affluents de la rive droite du rio de São Francisco, en amont de Sento Sé. Cf. planche no VIII, h. t.

9 Le rio Paramerim, ou mieux encore Paramirim, est également un affluent de la rive droite du rio de São Francisco, en amont de Sento Sé. Cf. planche no VIII, h. t.).

10 L’examen de cette énumération, de même que celui des énumérations suivantes, montre qu’Antonil avait certainement une carte sous les yeux au moment où il rédigea ce chapitre, et qu’il suit un ordre géographique rigoureux. Ici, il s’agit des fleuves côtiers de la capitainerie de Bahia, entre la capitale, au sud, et le rio São Francisco, au nord. Aucun de ces fleuves n’a changé de nom, et on les retrouve aisément sur n’importe quelle carte de géographie du Brésil (voir planche no VIII, h. t.).

11 A la fin de ce chapitre, Antonil donnera les noms des deux principaux propriétaires des hattes de ces régions : la famille de la « Casa da Torre », c’est-à-dire les Ávila, et Antonio Guedes de Brito (cf. infra, pp. 478-479 et notes 32 et 33).

12 Cette nouvelle énumération d’Antonil mérite un commentaire particulièrement détaillé en raison de la difficulté que présentent certaines identifications. Une première remarque à faire est que, au cours de ce chapitre, Antonil cite trois fois ce groupe de rivières, avec des variantes, et signale deux fois que les troupeaux en provenance des domaines d’élevage situés sur leurs rives, gagnaient Bahia, par une route directe et aisée, de préférence à Pernambouc par une route qui fait des détours. Il s’agit donc de rivières qui appartenaient administrativement et géographiquement à la capitainerie de Pernambouc. Examinons d’abord les rivières citées ici ; Iguaçu, Carainhaem, Corrente, Guaraira, Piauí grande. Le rio Iguaçu est le rio Grande, affluent de la rive gauche du rio São Francisco et dont le confluent avec celui-ci se trouve à l’endroit où le São Francisco, après avoir suivi depuis sa source une direction sud-nord, incline vers le nord-est. Le rio Carainhaem a été identifié avec le rio Carinhanha, affluent de la rive gauche du São Francisco qui déterminait la limite méridionale de la capitainerie de Pernambouc (cf. Capistrano de Abreu, Os caminhos antigos e o povoamento do Brasil, p. 61, et Orlando Valverde, édition d’Antonil, Cultura e Opulência do Brasil in « Boletim Geográfico », São Paulo, no 171 (1962), p. 636). Le rio Corrente a été identifié avec un affluent de la rive gauche du rio São Francisco, entre le rio Carinhanha et le rio Grande, et le rio Guaraira avec le rio Gurgueia, affluent de la rive droite du rio Parnaíba (Orlando Valverde, ibid.). Quant au rio Piauí grande, il s’agit de l’important affluent du rio Parnaiba, rive droite, qui porte de nos jours le nom de rio Piauí. La seconde liste qu’Antonil donne un peu plus loin de ces rivières, fait apparaître trois noms nouveaux : rio Preto, rio Guariguae et Lagoa Alegre, et un ordre légèrement différent ; rio Preto, rio Guaraira, rio Iguassu, rio Corrente, rio Guariguae, Lagoa Alegre, et rive nord du rio Sao Francisco. Pour le rio Preto, aucune difficulté d’identification. Il s’agit certainement de l’affluent le plus important du rio Grande, sur la rive gauche — et donc au nord — de celui-ci. Par contre, leurs noms n’ayant pas été conservés, le rio Guariguae et la Lagoa Alegre restent à identifier. Cependant, le troisième passage relatif à ces rivières fournit une précision capitale pour la pleine compréhension du texte d’Antonil, et j’ai été ainsi conduite a réviser quelquesunes des identifications faites ci-dessus. En effet, après avoir énuméré les principales rivières du sertan de Pernambouc, Antonil indique que les troupeaux qui en provenaient allaient alimenter les places de Recife et d’Olinda, « tirando os [rios] que acima estão nomeados desde o Piagui até a barra de Iguassu e de Pernagua e rio Preto », c’est-à-dire ceux qui alimentaient Bahia. Si nous admettons ce qui a déjà été dit supra, note 10, p. 469, à savoir qu’Antonil rédigeait ce chapitre en s’aidant d’une carte géographique, on peut inférer que par l’expression « desde o Piagui até a barra de Iguassu », non seulement il désigne les fleuves nommément cités dans sa première liste : Iguaçu, Carainhaem, Corrente, Guaraira et Piauí grande, mais encore qu’il les énumère dans un ordre géographique, prenant pour termes le Piauí au nord-est et 1’Iguaçu (rio Grande) au sud-ouest. Cette interprétation fait alors rejeter les identifications du rio Carainhaem avec le Carinhanha, et du rio Corrente avec l’affluent de la rive gauche du rio São Francisco qui porte encore ce nom. L’un et l’autre sont en effet situés très au sud du confluent du rio São Francisco et du rio Grande, et l’on ne voit pas pourquoi Antonil, qui a partout ailleurs suivi un ordre géographique très rigoureux, aurait ici suivi un ordre absolument arbitraire. La disparition totale des toponymes de Carainhaem et de Guaraira — qui ne sont consignés dans aucun ouvrage antérieur ou postérieur à celui d’Antonil — ne me permet malheureusement pas de proposer une identification précise, et je dois me borner à localiser ces rivières dans la zone nettement délimitée par Antonil, c’est-à-dire dans le sud du Piauí. Pour le rio Corrente, deux rivières du Piauí portent précisément ce nom, l’une, affluent du rio Parnaiba, rive droite, entre le rio Gurgueia et le rio Itaueira (cf. carte du munícipe de Floriana, in Enciclopédia dos Municípios brasileiros, III, p. 262), 1 autre, affluent du rio Paraim, rive gauche, un peu au sud du lac de Parnaguá (cf. carte des municipes de Parnaguá et de Corrente, ibid., pp. 311 et 315). En ce qui concerne la Lagoa Alegre, on peut remarquer dans la région de Parnagua, deux toponymes qui comportent l’adjectif « alegre » : Monte Alegre et Alto Alegre, proches du lac de Parnaguá (carte du municipe de Parnaguá, ibid., p. 311). Lagoa Alegre ne serait-il pas le nom autrefois donné à ce lac ? — et ceci d’autant plus qu’Antonil cite aussi Parnagua (3e liste). L’hypothèse que j’avance ici trouve sa confirmation au moins partielle dans une Dezcripção do Peauhy... rédigée en 1697 par le Pe Miguel do Couto à l’occasion de l’érection de la nouvelle paroisse de Nossa Senhora da Vitoria do Piauí (publiée par Ernesto Ennes, Os Palmares Subsídios para a sua história, p. 217). L’auteur de cette description signale en effet, d’une part, que cette paroisse se trouvait à presque 400 lieues de Pernambouc, mais à 300 lieues seulement de Bahia, et, d'autre part, qu’elle était reliée au rio São Francisco par deux routes, l’une qui suivait le cours du rio Piauí et aboutissait au rio São Francisco à 10 lieues en amont de Sento Sé, l’autre qui, partant de la source du rio Canindé, aboutissait elle aussi au rio São Francisco à la « cachoeira chamada de D. Alfonso », c’est-à-dire de Paulo Afonso (op. cit., p. 217). De là, les troupeaux de bœufs descendaient vers les Jacobinas, Tucano et le rio Itapicuru, et suivaient la route traditionnelle du bétail jusqu’à Bahia. On remarquera qu’Antonil ne parle pas de l’existence d’une zone d’élevage autour de Bahia même, ce qui n’est pas étonnant puisque le Recôncavo de Bahia s’oppose, en termes géographiques, au « sertan » de Bahia, et qu’il était essentiellement adonné à l’économie de la canne à sucre et du tabac. Cependant il est intéressant de signaler que quelques propriétaires de la région de Maragogipe, Saubara, Campinhos, et Capanema tentèrent, vers l’année 1700, d’introduire dans leurs domaines l’élevage du gros bétail — bétail non clôturé qui constituait un réel danger pour les cultures, et plus particulièrement pour les plantations de manioc auxquelles le roi de Portugal avait astreint, par alvará du 25 mai 1688, les habitants du Recôncavo, à dix lieues de Bahia à la ronde. Dom Pedro II fut donc amené à promulguer, le 27 février 1701, un autre alvará aux termes duquel la zone de culture obligatoire du manioc fut élargie, passant de dix lieues autour de Bahia à « toda a parte onde chegar a maré, correndo as ditas dez leguas da margem dos rios pela terra dentro ». En outre, il était interdit aux habitants des trois capitaineries de Camamu d’élever plus de bétail qu’il n’était nécessaire au service de leurs domaines, et ce bétail devait être soigneusement clôturé, « com cercas tão fortes que não possa sahir a fazer prejuizo em as rossas e lavouras vizinhas ». Quant à ceux qui se refuseraient à cultiver les 500 pieds de manioc prescrits par la loi, ils encourraient des peines de 30 jours de prison et de 20 000 réis d’amende (cf. Bibl. Univ. Coimbra, ms. 706, f. 47).

13 Olinda, située à côté de Recife, capitale de la capitainerie de Pernambouc, avait le titre de cidade, c’est-à-dire de cité, puisqu’elle était le siège d’un évêché.

14 Aguaçu, forme incorrecte mais courante de Iguaçu. Il a déjà été question de cet affluent du rio São Francisco, supra, note 12.

15 Sur le peuplement de la région baignée par cette rivière, cf. infra, note 16.

16 C’est sur l’ordre de Dom Frei Francisco de Lima, évêque de Pernambouc, que fut fondée, le 11 février 1697, la « Nova Freguesia e Igreija de Nossa Senhora da Vitória do Piauhy » en un lieu appelé Brejo da Mocha, non loin du confluent du rio Itahim et du rio Canindé. Selon le Pe Miguel do Couto, auteur de la Dezcripção do Peauhy dont il a déjà été question supra, note 12, le territoire de cette paroisse formait « hüa cruz de nacente a poente e de norte ao sul, com 120 legoas de comprido e outras cento e vinte de largo », et était constitué de telle sorte que la nouvelle église se trouvait à égale distance des domaines les plus éloignés. Colonisée depuis un petit nombre d’années par Domingos Afonso Sertão et par le colonel Francisco Dias de Ávila, senhor da Casa da Torre, cette région était encore peu peuplée malgré un nombre relativement important de domaines d’élevage : au total, 940 habitants étaient dénombrés dans le « rol dos confessados », c’est-à-dire dans le registre des confessions, et 441 d’entre eux seulement blancs, nègres, indiens, mulâtres et métis — se répartissaient dans 129 domaines d’élevage. La plus grande partie des terres avait d’ailleurs été attribuée sous forme de concessions (sesmarias) à Domingos Afonso Sertão et à Francisco Dias de Ávila, qui ne s’en étaient réservé qu’une partie et louaient le reste, à raison de 10 réis le lot, à ceux qui voulaient y élever du bétail, se faisant ainsi « donatarios das terras sendo só sizmeiros para as povoarem com gados seus » (cf. les documents relatifs à la fondation de Nossa Senhora da Vitoria do Piauí et la Dezcripção do Peauhy... publiés par Ernesto Ennes, Os Palmares Subsídios para a sua história, pp. 210-217).

17 Même si nous admettons qu’Antonil ait évalué la distance Vitória-Olinda à partir du terme le plus occidental de Vitória et non à partir de son centre, ainsi que le fait le Pe Miguel do Couto dans sa Dezcripção do Peauhy..., p. 217, nous trouvons une différence très sensible dans les deux textes puisque Antonil indique 160 lieues et le Pe Miguel do Couto, presque 400. Il est donc probable qu’Antonil calcula les distances en ligne droite, d’après la carte qu’il avait sous les yeux en rédigeant, tandis que le Pe Miguel do Couto, lui, tenait compte des distances réelles par route On a d’ailleurs vu, supra, note 12, pp. 470-471, les routes qui conduisaient depuis le Piauí jusqu’au rio São Francisco.

18 Ceará-Mirim est le nom d’un fleuve côtier du nord-est, qui prend sa source dans la Serra de Borborema et dont l’embouchure se trouve entre le rio Potengí au sud et le cap São Roque au nord.

19 Sur le rio Açu cf. infra, note 24.

20 Il n’existe aucun fleuve portant ce nom, mais le sens du passage d’Antonil indique qu’il s’agit du fleuve côtier qui marque la limite la plus occidentale du territoire de Pernambouc. Peut-être pourrait-on l’identifier avec la branche orientale de l’embouchure du rio Parnaíba, qui porte le nom de Igaraçu ? Cf. Planche no VIII, h. t.

21 Le sertan de Pernambouc ainsi délimité par Antonil correspond exactement à la partie septentrionale du « sertão nordestino » inclus dans le polygone des sécheresses et dont il a déjà été question supra, p. 466, note 1. On remarque en outre que, dans l’énumération des distances, Antonil s’est référé à divers jalons dans l’ordre géographique que devait lui présenter une carte, et qu’il inclut dans le sertan de Pernambouc, pris comme unité géographique, outre la capitainerie de Pernambouc elle-même, les capitaineries secondaires de Paraíba, Rio Grande do Norte et Ceará, soumises à l’autorité du gouverneur et capitaine-général de Pernambouc, ainsi que la future capitainerie du Piauí.

22 Sur ces fleuves, cf. supra, note 12.

23 Ce nom de rivière a disparu, mais on le trouve dans divers documents du xviie siècle sous la forme de « rio das Cabaças », « rio das Cabassas » et « rio dos Cabassos » (cf. cartas de sesmaria des 8 juillet et 17 novembre 1658, in Doc. Hist., XIX, pp. 355-357 et 422-425). Selon ces textes, il s’agit d’un affluent de la rive gauche du rio São Francisco, que je n’ai pu localiser avec précision.

24 L’examen attentif de cette nouvelle liste de fleuves et rivières montre une fois encore qu’Antonil s’aida d’une carte géographique pour composer ce chapitre. Ces cours d’eau sont en effet énumérés dans un ordre rigoureux, et selon leur répartition dans des groupes naturels. En premier lieu, depuis le rio de São Miguel jusqu’au rio Jacaré, ce sont les principales rivières qui prennent leur source dans le plateau de Borborema, et appartiennent à ce qu’on appelle aujourd’hui le réseau hydrographique du Nordeste : les fleuves côtiers d’abord, depuis le rio São Francisco, au sud, jusqu’au rio Jaguaribe au nord-est, et les rivières de l’intérieur ensuite. En ce qui concerne les fleuves côtiers, on retrouvera aisément sur une carte moderne les noms du rio de São Miguel, du rio Paraíba et du rio Jaguaribe ; les deux Alagoas sont les deux grandes lagunes voisines de Maceió, lagoa Manguaba et lagoa do Norte ; le rio do Porto do Calvo est l’actuel rio Manguaba, qui passe à Porto Calvo ; pour le rio dos Cariris, l’identification est délicate car il n’existe de nos jours aucun cours d’eau de ce nom, mais il s’agit certainement de l’un de ceux qui prennent leur source dans le plateau de Borborema, parfois appelé Serra dos Cariris, et, en suivant l’ordre géographique que nous présente une carte, il est possible d’avancer le nom du rio Potengi, qui se jette dans l’Océan Atlantique à hauteur de la ville de Natal ; le rio de Açu désigne actuellement l’une des branches du delta du rio das Piranhas, mais à l’époque d’Antonil, ce nom devait s’appliquer à tout le cours inférieur de ce fleuve, qui passe précisément à côté de la ville d’Açu ; c’est d’ailleurs la raison pour laquelle Antonil continue son énumération des fleuves côtiers par le rio do Podi — actuel Apodi —-et par le rio Jaguaribe, avant de commencer son énumération des fleuves de l’intérieur par le rio das Piranhas, c’est-à-dire le cours moyen et le cours supérieur du fleuve qu’il appelait plus haut rio do Açu ; les deux autres rivières sont deux importants affluents de la rive gauche du rio São Francisco : le nom du rio Jacaré n’a pas changé, quant au rio Payau, c’est l’actuel Pajéu. Ayant ainsi fait le tour des rivières qui proviennent du plateau de Borborema, Antonil achèvera alors son énumération par un deuxième groupe de cours d’eau, plus restreint, celui qui est formé par le rio Parnaíba et par ses affluents de la rive droite, et qui constitue ainsi une partie de ce qu’on appelle le réseau hydrographique du Meio Norte. Dans ce groupe, on retrouve trois noms qui n’ont pas, ou peu, changé : le rio Parnaíba, le rio Canindé et le rio Piauí. Pour les deux autres — le rio dos Camarões et le rio das Pedras — leur nom a complètement disparu, du moins sous sa forme portugaise, mais on peut essayer de les identifier grâce à leur équivalent en langue tupi. En ce cas, le rio dos Camarões serait le rio Poti, affluent de la rive droite du Parnaíba, sur les rives duquel le mestre de campo Domingos Jorge Velho et ses compagnons avaient fondé, vers 1680, des domaines d’élevage (cf. carta de sesmaria accordée le 20 décembre 1704 à D. Jerónima Cardim Froes, veuve de Domingos Jorge Velho, apud Basilio de Magalhães, Expansão geográfica do Brasil colonial, pp. 464-468) ; et le rio das Pedras serait le rio Itahim, affluent de la rive droite du Canindé. Ces deux rivières sont d’ailleurs citées sous leur nom tupi par Rocha Pita (Historia da America Portugueza, 3a ed., p. 243). Voir aussi Pe Miguel do Couto, (Dezcripção do Peauhy..., pp. 219 et 220 ; dans ce document, le rio « Itaim Merim » semble correspondre à l’actuel rio Itahim •— rio das Pedras d’Antonil). Dans son énumération, Antonil a donc encore observé un ordre géographique bien déterminé : d’abord les cours d’eau considérés à son époque comme les plus importants de la région qu’ils baignent, c’est-à-dire le rio Canindé et le cours moyen du rio Parnaíba, puis les rivi ères au nord du Canindé — rio das Pedras et rio dos Camarões — et enfin le principal affluent du Canindé, le Piauí.

25 Selon l’auteur du Journal d’un voyage aux costes d’Afrique et aux Indes d’Espagne, p. 243, c’est en un triste état qu’arrivaient à Bahia ces troupeaux : « Le bœuf et la vache s’y trouvent [à Bahia] assez abondamment ; mais il s’en faut bien qu’ils soient gras. Et comment le seraient-ils ? Ils les nourrissaient à plus de quatre cent lieues de la Baie, dans un pays qu’ils nomment le Salton (sic). Pour les amener ici, ils sont obligés de leur faire faire tout ce chemin, sur lequel les pauvres bêtes trouvent fort peu de pâturage. Et au lieu des les laisser engraisser pendant quelque temps, on les mène en arrivant droit à la boucherie. Trouvez-vous après cela que ces pauvres animaux aient tort d’être maigres ? » Ce témoignage qui, seul, pourrait être suspect, est largement corroboré par celui de Luís dos Santos Vilhena, Notícias soteropolitanas e brasílicas, I, pp. 161-162, cité infra, p. 484, note 3.

26 C’est-à-dire dans le très important domaine que possédait le Collège des Jésuites de Rio de Janeiro à l’ouest de la ville, la Fazenda de Santa Cruz. Le noyau central en était une concession accordée en 1576 à un habitant de São Vicente, Cristóvão Monteiro, et dont la veuve et la fille firent donation, en 1590, au Collège des Jésuites : un carré de quatre lieues de côté, déterminé à partir de quatre lieues de littoral qui s’étendaient entre l’île de Guarequeçaba (paroisse de Guaratiba, dans l’actuel État de Guanabara), et l’île d’Itinguçu (municipe de Mangaratiba, actuel État de Rio de Janeiro). Agrandi en 1616, en 1654 et en 1656 par des achats de terrains, c’est une superficie de cent lieues carrées que finit par occuper ce domaine modèle où l’on trouvait non seulement une église, une grande maison d’habitation, une hôtellerie, une école, un hôpital et même une prison, mais un véritable complexe agricole et industriel : plantations de manioc, de haricots et autres cultures vivrières, plantations de coton, forges, ateliers de tissage, de poterie, de charpenterie, de décorticage du riz, de fabrication de chaux, de tannerie, etc., et enfin les hattes de bétail dont parle Antonil, au nombre de vingt environ (Serafim Leite, História da Companhia de Jesus no Brasil, I, pp. 177, 420-421, VI, pp. 54-58, et Planche no IX, h. t.). Dans l’inventaire des biens du Collège des Jésuites de Rio de Janeiro daté de 1701 et publié par S. Leite, op. cit., V, pp. 591-592, le domaine de Santa Cruz ; ne fait malheureusement pas l’objet d’une rubrique particulière, mais l’ensemble du cheptel bovin des trois domaines de Santa Cruz, de Santo Inácio et des Campos dos Goitacás, qui dépendaient du Collège, est évalué à 20 000 tètes. Par ailleurs, on sait qu’en 1742, il y avait à Santa Cruz 7 658 têtes de bétail, et 9 344 en 1749, (id., op. cit., VI, p. 57). Il semble donc qu’on puisse évaluer à 6 à 7 000 le nombre des bœufs du domaine de Santa Cruz dans les premières années du xviiie siècle. Les pâturages étaient groupés dans la zone littorale, plaine basse, humide et sablonneuse qui leur était favorable, tandis que les cultures étaient réservées aux terres argileuses et riches de l’intérieur (Aspectos da Geografia carioca, p. 174).

27 Les Campos Novos de São João étaient situés près de l’embouchure du rio de São João, dans la partie méridionale de la région que les géographes modernes ont appelé « baixada fluminense », zone de plaines coupées de lagunes qui s’étend entre la Serra do Mar et le littoral depuis Rio de Jaueiro jusqu’au rio Itabapoana (voir Planche no IX, h. t.). Toute cette région était primitivement peuplée d’indiens Goitacás — d’où le nom de « terra goitacá » sous lequel elle est aussi connue —-et les Portugais ne commencèrent à la pacifier et à la coloniser qu’au début du xviie siècle. Un partage effectué en 1627 entre Je gouverneur de Rio de Janeiro, les capitaines qui avaient participé à la pacification, les Jésuites et les Bénédictins de Rio de Janeiro, attribua aux Jésuites le quart de son territoire. Outre les « aldeias » d’indiens, les Jésuites y fondèrent plusieurs domaines, dont les plus importants furent celui des Campos dos Goitacás, dont il sera question dans la note suivante, et celui des Campos Novos appelé « Fazenda de Campos Novos », ou « Fazenda de Santo Inácio de Campos Novos », qu’ils ne commencèrent à mettre en valeur qu’à la fin du xviie siècle. On y faisait de la polyculture et l’élevage du bétail, et en 1707, son cheptel bovin était évalué à 1 500 têtes. Ce chiffre ne fut jamais dépassé, bien que, selon une opinion formulée en 1741, plus de 20 000 bœufs eussent pu y paître (S. Leite, História da Companhia de Jesus no Brasil, VI, pp. 78-84 et 93-94).

28 On a vu, note précédente, comment le territoire des Goitacás avait été partagé dans le courant du xviie siècle. Par l’expression de « Campos dos Goitacás », on désignait plus particulièrement la zone qui s’étendait de part et d’autre du rio Paraíba, donc au nord des Campos Novos de São João, et dans laquelle se trouvaient les plus importants domaines consacrés à l’élevage. Les principaux étaient celui des descendants du gouverneur Salvador Correia de Sá e Benevides, qui possédaient des pâturages entre le cap de São Tomé et le Paraíba et, en 1652, 7 000 têtes de bovins ; celui des Maldonado, celui des Bénédictins, et enfin la « Fazenda do Colégio » des Jésuites de Rio de Janeiro. Ce dernier domaine ne fut érigé en résidence fixe qu’en 1692, mais dès 1659 on pouvait y compter plusieurs milliers de bœufs. Il y avait aussi, dans les Campos dos Goitacás, de nombreux petits fermiers qui louaient des terres aux grands propriétaires pour élever du bétail. Il faut d’ailleurs remarquer que la configuration du sol obligeait à la dispersion. Cependant, si les campagnes offraient une végétation exceptionnellement propice à l’élevage, les conditions climatiques particulières à la région — alternance de fortes sécheresses et de pluies violentes — lui étaient défavorables et occasionnaient parfois des hécatombes dans le bétail comme, par exemple, en 1725, lorsque 7 000 bœufs de la Fazenda do Colégio périrent (cf. Alberto Ribeiro Lamego, O Homem e o Brejo, pp. 56-64 ; Pizarro, Memórias históricas do Rio de Janeiro, III, pp. 81-131 ; S. Leite, História da Companhia de Jesus no Brasil, VI, pp. 78-94, et Pedro Pinchas Geiger et Myriam Gomes Coelho Mesquita, Estudos rurais da Baixada fluminense, pp. 119-126). D’après l’inventaire des biens des Jésuites dressé en 1701, que nous avons déjà cité supra, note 26, p. 474, il semble que l’on puisse évaluer à 10 000 à 12 000, le nombre des têtes de bétail de leur domaine des Campos dos Goitacás.

29 L’ensemble du cheptel bovin des domaines des Jésuites de Santa Cruz, Campos dos Goitacás et Campos Novos de Saõ João se montait, en 1701, à 20 000 têtes (cf. supra, note 26, p. 474). Il resterait donc, selon l’estimation d’Antonil, quelque quarante mille bœufs appartenant à des particuliers, chiffre qui paraît assez exagéré eu égard à la pénurie de bétail dans la capitainerie de Rio de Janeiro signalée par divers documents d’archives. Le 6 mars 1701, en effet, le capitaine João de Góis de Araújo, de retour à Bahia après une mission d’information sur la route des Mines à Bahia, rendait compte au gouverneur et capitaine-général du Brésil, D. Rodrigo da Costa, du peu de bétail qui se trouvait dans la capitainerie de Rio de Janeiro : « Muito apenas nos Campos dos Itaicazes ha alguns currais de que se sustenta aquelle povo, e inda que haja alguns outros, sam tão poucos que escasamente bastarem para serventia dos engenhos e lavradores, e a este respeito, as villas annexas à dita cidade, suposto tenhão tambem alguns, não são com tanta abundancia que bastem para servir as lavouras e despedir boyadas, porque se o chegarem a fazer hum anno, dahy a muitos o não ham de reiterar, assim por lhes faltar a largueza dos campos e pastos que ha no Rio de São Francisco, por serem ordinariamente aquelas terras muito montuozas e asperas como porque, ou por razam de clima ou por outra alguma particular, não multiplicão tanto como nos certoens do dito rio de Sam Francisco » (lettre de João de Góis de Araújo à D. João de Lancastro, Bahia, 6 mars 1701, Archives Cadaval, Cód. 1087, ff. 482-482v, publiée infra, Document no XXX). Ces renseignements sont confirmés, le 3 mars 1703, par une information de l’ancien gouverneur de Rio de Janeiro Artur de Sá e Meneses, information qui apporte une explication intéressante sur les pâturages de la région de Rio de Janeiro : « E sem duvida que a capitania do Rio de Janeiro é mui falta de gado, e todos os dias se experimenta mais esta falta, porque a gente cresce muito por causa das minas, e os campos em que se cria o gado se diminuem porque se cria neles uma erva a que chamão bassoura, que é mui danosa ao sobredito gado » (avis d’Artur de Sá e Meneses sur une lettre de D. Álvaro da Silveira de Albuquerque, Lisbonne, 3 mars 1703, A. H. U., Rio de Janeiro — 2629, publié infra, Document no XXXIV). Cette bassoura, ou plutôt vassoura, est une malvacée, tribu des Sidées. Je n’ai malheureusement pu trouver d’autres détails à son sujet. C’est donc pour tenter de remédier à cette pénurie de bétail que, le 7 mai 1703, D. Pedro II ordonna à D. Álvaro da Silveira de Albuquerque, gouverneur de Rio de Janeiro, de concéder à ceux qui le voudraient la plus grande partie possible des terres entre Rio de Janeiro et la Serra dos Orgãos, « com a obrigação de cada hum dos donatarios pôr hum curral de gado dentro de dous até tres annos no sitio que se lhe der, por se entender que com a fertilidade destas terras abundarão essas capitanias em gado » (apud Simonsen, História econômica do Brasil, p. 158, note 14).

30 Muribeca, autre propriété du Collège des Jésuites de Rio de Janeiro. Elle fut fondée seulement au milieu du xviie siècle, sur des terres données par le comte de Castelo Melhor, et agrandie en 1702 grâce à une donation de D. Alvaro da Silveira de Albuquerque. Elle s’étendait sur 9 lieues et demie de littoral, depuis le rio Guaxindiba (actuel État de Rio de Janeiro) jusqu’à l’embouchure du rio Itapemirim (actuel État d’Espírito Santo), et sur 8 lieues et demie à l’intérieur des terres. Voir Planche no IX, h. t. Essentiellement consacrée à l’élevage du bétail, malgré une tentative de culture de canne à sucre bientôt abandonnée, elle ne possédait en 1701 que 1 630 têtes de bétail, sur lesquelles on prélevait les bêtes nécessaires au ravitaillement du Collège des Jésuites de Vitoria et les bœufs de charroi. En 1739, on ne comptait encore que 1 730 têtes de bétail, chiffre qui, comparé à ceux de la Fazenda de Santa Cruz, montre bien la faiblesse de cet élevage et la moindre importance de la propriété (Serafim Leite, História da Companhia de Jesus no Brasil, V, p. 588 et VI, pp. 152-154).

31 Ce sont les habitants de Parnaguá qui, vers 1650, introduisirent l’élevage du bétail dans les campagnes de Curitiba. Mais cette nouvelle activité économique, qui se juxtaposait à la minération de l’or, ne prit son véritable essor que lorsque celle-ci déclina, dans les toutes dernières années du xviie siècle (cf. « Relação das Capitanias da Repartição do Sul com suas barras e portos, por Pedro de Sousa Pereira » [1653], in E. de Castro e Almeida, Inventario dos documentos relativos ao Brasil..., VI, p. 206, et Enciclopédia dos Municípios brasileiros, XXXI, p. 149).

32 Par Casa da Torre, « famille de la Torre », ou entend les Garcia de Ávila, non seulement l’une des principales familles de Bahia, comme l’écrit Antonil, mais l’une des plus anciennes. En effet, c’est en 1549 que Garcia de Ávila, gentilhomme de petite noblesse, arriva au Brésil, en même temps que le premier gouverneur de cette colonie, Tomé de Sousa. Trois ans plus tard, il obtint une concession de terrain au nord-est de Bahia, près de l’embouchure du rio Pojuca, dans les campagnes d’Itapoã, où il installa des hattes de bétail et édifia une tour fortifiée destinée à la défense de la côte et des navires portugais contre les pirates. Et cette tour fut associée au patronyme de Garcia de Ávila de façon si étroite qu’elle en vint à désigner très rapidement cette famille et ses descendants. Au cours du xvie siècle et du xviie siècle, les membres de la Casa da Torre obtinrent de très nombreuses concessions dans la région du São Francisco et s’occupèrent, non seulement d’économie pastorale, mais de la recherche des mines de salitre, d’or et d’argent, et de la lutte contre les indiens sauvages (cf. Pedro Calmon, Historia da Casa da Torre, pp. 13-115 ; Carvalho Franco, Dicionário de bandeirantes e sertanistas, pp. 41 et 42).

33 Antonio Guedes de Brito, né à Bahia vers 1627, fut l’un des grands sertanistas de la seconde moitié du xviie siècle, qui s’illustra particulièrement dans la lutte contre les indiens et contre les quilombos de nègres. Il établit de nombreuses hattes de bétail dans les régions qu’il avait contribué à pacifier, et particulièrement dans la région de Jacobina. Nommé « mestre de campo » et « regente » du São Francisco, il participa au gouvernement intérimaire du Brésil de 1675 à 1678, et fut élevé au rang de fidalgo cavaleiro par alvará du 18 mars 1679. La date de sa mort n’est pas connue avec précision, mais doit être située entre 1692 et 1695 (cf. Carvalho Franco, Dicionário de bandeirantes e sertanistas, p. 80). On a vu supra, p. 390, note 5, que Manuel Nunes Viana fut le procureur de son héritière, D. Isabel Maria de Brito.

34 La rivalité de ces deux familles se manifesta dans la possession des territoires qui leur étaient concédés pour y installer des domaines d’élevage. Cependant, en 1668, un arrangement à l’amiable put être réalisé : la Casa da Torre se réserverait les terrains situés au nord d’une ligne allant du rio Real à la source de l’Itapicuru et au São Francisco, tandis que les Guedes de Brito garderaient les terrains situés au sud de cette ligne, ce qui confirme les précisions apportées par Antonil (cf. Pedro Calmon, História da Casa da Torre, pp. 82-85).

35 Cf. supra, note 16, p. 471.

Table des illustrations

Titre Planche VIII.
Légende Rivières du sertan de Beahia et du sertan de Pernambouc
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/4154/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Titre Planche IX.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/4154/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 193k

© Éditions de l’IHEAL, 1968

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

amazon.fr