Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Cultura e opulencia do Brasil por suas drogas e minas

 | 
André Joao Antonil

Terceira parte. Cultura e opulencia do Brasil pelas minas do ouro/Troisième partie. De l'exploitation des richesses du Brésil en mines d'or

Capitulo XVII. Dos danos que tem causado ao Brasil a cobiça depois do descobrimento do ouro nas minas

Texte intégral

  • 1 Cf. supra, pp. 370-371 et note 8.
  • 2 Soit 400 mil-réis, quatre fois plus que ne valait un esclave à cette époque.
  • 3 Allusion à l’arrivée du gouverneur Antonio de Albuquerque Coelho de Carvalho dont il a été questio (...)
  • 4 Cf. supra, pp. 368-369 et note 6.
  • 5 Sur cette réflexion d’Antonil, cf. supra, pp. 31-35.
  • 6 Cf. supra, pp. 364-365 et note 12.
  • 7 Cf. supra, pp. 128-129 et note 27.

1Não ha cousa tãm boa que não possa ser occasião de muitos males, por culpa de quem não usa bem della. E até nas sagradas se commettem os mayores sacrilegios. Que maravilha, pois, que sendo o ouro tam fermoso & tam precioso metal, tam util para o commercio humano & tão digno de se empregar nos vasos & ornamentos dos templos para o culto divino, seja pela insaciavel cobiça dos homens continuo instrumento & causa de muitos danos? Convidou a fama das minas tam abundantes do Brasil homens de toda a casta & de todas as partes, huns de cabedal, & outros vadios. Aos de cabedal, que tiràrão muita quantidade delle nas catas, foy causa de se haverem com altivez & arrogancia, de || 180 andarem sempre acompanhados de tropas de espingardeiros de animo prompto para executarem qualquer violencia, & de tomar, sem temor algum da justiça, grandes & estrondosas vinganças1. Convidou-os o ouro a jogar largamente & a gastar em superfluidades quantias extraordinarias sem reparo, comprando (por exemplo) hum negro trombeitero por mil cruzados2, & huma mulata de mao trato por dobrado preço, para multiplicar com ella continuos & escandalosos peccados. Qs vadios, que vão às Minas para tirar ouro não dos ribeiros mas dos canudos em que o ajuntão e guardão os que trabalhão nas catas, usàrão de traiçoens lamentaveis & de mortes mais que crueis, ficando estes crimes sem castigo, porque nas minas a justiça humana não teve ainda tribunal, nem o respeito de que em outras partes goza, aonde ha ministros de supposição, assistidos de numeroso & seguro presidio; & só agora poderá esperar-se algum remedio, indo lá governador & ministros3. E até os bispos & os prelados de algumas religioens sentem summamente o não, se fazer conta alguma das censuras para reduzir aos seus bispados & conventos não poucos clerigos & religiosos que escandalosamente por lá andão ou apostatas ou fugitivos4. O irem tambem às Minas os melhores generos de tudo o que se pode desejar, foy causa que crecessem de tal sorte os preços de tudo o que se vende, que os senhores de engenhos & os lavradores se achem grandemente empenhados, & que por falta de negros não possão tratar do assucar nem do tabaco, como fazião folgadamente nos tempos passados, que erão as verdadeiras minas do Brasil & de Portugal5. E o peyor he que a mayor parte do ouro que se tira das minas passa em pó & em moedas para os reynos estranhos6, & a menor he a que fica em Portugal & nas cidades do Brasil, salvo o que se gasta em cordoens, || 181 arrecadas & outros brincos, dos quaes se vem hoje carregadas as mulatas de mao viver & as negras, muito mais que as senhoras7. Nem ha pessoa prudente que não confesse haver Deos permittido que se descubra nas Minas tanto ouro para castigar com elle ao Brasil, assim como está castigando no mesmo tempo tam abundante de guerras aos Europeos com o ferro.

CHAPITRE XVII. DES MÉFAITS QUE LA CUPIDITÉ A PROVOQUÉ AU BRÉSIL APRÈS LA DÉCOUVERTE DE L’OR DANS LES MINES

2Il n’est chose si bonne qui ne puisse être l’occasion de bien des maux par la faute de ceux qui n’en font pas bon usage. Et c’est même dans les choses sacrées que sont commis les plus grands sacrilèges. Alors, pourquoi s’étonner que l’or, qui est un métal si beau et si précieux, si utile pour le commerce des hommes, si digne d’être employé dans les coupes et dans les ornements sacrés des temples pour servir au culte divin, pourquoi s’étonner, dis-je, qu’en raison de la cupidité des hommes, l’or soit l’instrument et la cause perpétuelle de nombreux méfaits ? La renommée des mines si riches du Brésil y a attiré des hommes de toute sorte et de tous pays, les uns déjà fortunés, les autres démunis de tout. Pour ceux qui avaient de la fortune et qui ont extrait de grandes quantités d’or dans les fouilles, il a été cause qu’ils se sont conduits avec orgueil et arrogance, || 180 qu’ils se sont faits perpétuellement accompagner par des troupes d’hommes armés, toujours disposés à exécuter n’importe quels actes violents et à tirer [de leurs ennemis], sans aucune crainte de la justice, de grandes et fracassantes vengeances1. L’or les a invités à se livrer au jeu sans réserve, et à dépenser sans discernement des sommes extraordinaires pour des choses superflues, achetant par exemple un nègre joueur de trompette pour mille cruzades2, et une mulâtresse de mauvaise vie pour le double de ce prix, afin de multiplier avec elle d’incessants et scandaleux péchés. Quant à ceux qui sont sans fortune, ils vont aux mines pour extraire de l’or, non point des cours d’eau, mais des roseaux creux où le rassemblent et le gardent ceux qui travaillent dans les fouilles, et dans cette intention ils tendent des embuscades regrettables et commettent des meurtres plus que cruels, sans que ces crimes reçoivent leur châtiment. Car dans les Mines, la justice des hommes n’a pas encore de tribunal et ne jouit pas du respect dont elle jouit ailleurs, là où il y a des magistrats capables et qui disposent d’une garnison nombreuse et sûre. Et c’est seulement maintenant que l’on pourra espérer un remède à tout cela, grâce à l’arrivée là-bas d’un gouverneur et de magistrats3.

3Et même les évêques et les prélats de certains Ordres regrettent au plus haut point qu’on ne tienne aucun compte de leurs blâmes pour faire revenir dans leurs évêchés ou dans leurs couvents un grand nombre de prêtres et de religieux apostats ou fugitifs qui se trouvent dans ces régions et y apportent le scandale4. Le fait que les meilleures qualités de toutes les choses qu’on peut souhaiter soient envoyées dans les Mines est la cause que les maîtres d’habitation à sucre et les planteurs sont considérablement endettés, et qu’en raison du manque de nègres ils ne peuvent plus, comme ils le faisaient à loisir dans le temps passé, s’occuper du sucre et du tabac, qui étaient bien les véritables mines du Brésil et du Portugal5. Et le pire est que la plus grande partie de l’or qui est extrait des mines passe en poudre ou en pièces aux royaumes étrangers6, et que seule la plus petite partie en reste au Portugal et dans les villes du Brésil ; sans parler de ce qui est dépensé en chaînes, || 181 boucles d’oreilles et autres pendentifs dont se couvrent aujourd’hui les mulâtresses de mauvaise vie et les négresses, bien davantage que les dames7. Et il n’est pas une personne sensée qui ne confesse que Dieu a permis qu’on découvre tant d’or dans les Mines pour en faire l’instrument de son châtiment au Brésil, au moment même où il est en train de châtier les Européens par le fer, en cette époque où abondent les guerres.

Notes

1 Cf. supra, pp. 370-371 et note 8.

2 Soit 400 mil-réis, quatre fois plus que ne valait un esclave à cette époque.

3 Allusion à l’arrivée du gouverneur Antonio de Albuquerque Coelho de Carvalho dont il a été question supra, p. 376, note 16.

4 Cf. supra, pp. 368-369 et note 6.

5 Sur cette réflexion d’Antonil, cf. supra, pp. 31-35.

6 Cf. supra, pp. 364-365 et note 12.

7 Cf. supra, pp. 128-129 et note 27.

© Éditions de l’IHEAL, 1968

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

amazon.fr