Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Cultura e opulencia do Brasil por suas drogas e minas

 | 
André Joao Antonil

Terceira parte. Cultura e opulencia do Brasil pelas minas do ouro/Troisième partie. De l'exploitation des richesses du Brésil en mines d'or

[164] Capitulo XII. Roteiro do caminho novo da cidade do Rio de Janeiro para as Minas

Texte intégral

  • 1 Irajá est le nom d’une très petite rivière qui se jette dans la partie ouest de la baie de Guanabar (...)
  • 2 Le titre d’alcaide-mor correspond approximativement à celui de gouverneur d’une place. Il s’agit ic (...)
  • 3 Le rio Iguaçu est une rivière qui, descendant des flancs de la serra do Tinguá, se jette dans la pa (...)
  • 4 Personnage non identifié. Sur la localisation de son sitio, c’est-à-dire de son petit domaine, cf. (...)

1Partindo da cidade do Rio de Janeiro por terra, com gente carregada, & marchando à paulista, a primeira jornada se vay a Irajá1; a segunda, ao engenho do alcaide mór Thomé Correa2; a terceira, ao porto do Nóbrega no rio Iguaçû, onde ha passagem de canoas & saveiros3; a quarta, ao sitio que chamão de Manoel do Couto4.

  • 5 Ce port, situé un peu en amont de l'embouchure du rio Iguaçu, pouvait être atteint par les embarcat (...)
  • 6 Le Morobai doit être identifié avec le Maraby, affluent de la rive gauche de l’Iguaçu, signalé par (...)

2E quem vay por mar em embarcação ligeira, em hum dia se poem no porto da freguezia de Nossa Senhora do Pilar5, & em outro, em canoa, subindo pelo rio Morobaî6 acima, ou indo por terra, chega pelo meyo dia ao referido sitio do Couto.

Planche VI.

Planche VI.

«Caminho Novo» de Rio de Janeiro aux Mines.

  • 7 C’est-à-dire « à la cascade du bas de la montagne ». Bien qu’Antonil ne précise pas le nom de cette (...)
  • 8 Cette étape n’est pas mentionnée dans la Descripçam do Mapa geographico..., f. 5V. En effet, voici (...)

3Deste se vay à Cachoeira do Pé da Serra7 & se pousa em ranchos. E daqui se sobe à serra, que são duas boas legoas; & decendo o cume, se arrancha nos Pousos que chamão frios8. No dito cume, faz hum taboleiro direito em que se pode formar hum grande batalhão; & em dia claro, he sitio bem fermoso & se descobre delle o Rio de Janeiro & inteiramente todo o seu reconcavo.

  • 9 Sans doute Marcos da Costa da Fonseca Castelo Branco, natif de Rio de Janeiro, « homem honrado e no (...)
  • 10 Le grade d’alferes correspond à celui d’enseigne. L’alferes dont il est ici question a généralement (...)

4Dos Pousos frios, se vay à primeira roça do Capitão Marcos da Costa9 & delia, em duas jornadas, à segunda roça que chamão do Alferes10.

  • 11 Ce domaine appartenait à 1’alcaide-mór Tomé Correia, et était déjà en exploitation en 1709, ainsi q (...)
  • 12 Celte éminence se dresse probablement près de la petite localité de Cavaru, au sud du rio Paraíba, (...)

5Da roça do Alferes, em huma jornada, se vay ao Pao Grande, roça que agora principia11, & dahi se vay a pousar no matto ao pé de hum morro que chamão o Cabarû12.

  • 13 C’est Garcia Rodrigues Pais qui, recherchant le passage le plus commode pour franchir le rio Paraíb (...)

6165 Deste morro, se vay ao famoso rio Paraíba, cuja passagem he em canoas. Da parte daquem está huma venda de Garcia Rodríguez, & ha bastantes ranchos para os passageiros, & da parte dalem está a casa do dito Garcia Rodriguez, com larguíssimas roçarias13.

  • 14 Le rio Paraibûna, qui prend sa source dans la serra da Mantiqueira, se jette dans le Paraíba à quel (...)

7Daqui se passa ao rio Paraibûna14 em duas jornadas: a primeira no matto, & a segunda no porto, onde ha roçaria & venda importante & ranchos para os passageiros de huma & outra parte. He este rio pouco menos caudaloso que o Paraíba; passa-se em canoa.

  • 15 Simão Pereira de Sá, « ourives do ouro e moedeiro da Casa da Moeda » de Rio de Janeiro, fut l’un de (...)
  • 16 Le nom de Matias Barbosa apparaît dans la caria de sesmaria accordée par D. Fernando Martins Mascar (...)
  • 17 La plantation d’António de Araújo dos Santos jouxtait celle de Matías Barbosa, ainsi qu’on l’a vu s (...)
  • 18 On a déjà vu supra, note 16, que le capitaine José de Sousa Fragoso possédait un domaine situé au-d (...)
  • 19 Après l’étape « Jozeph de Souza », la Descripçam do Mapa geographico..., f. 6, mentionne : « 22. Ju (...)
  • 20 Je n’ai pu identifier ce propriétaire, mais il est probable que cette étape correspond à celle qui (...)
  • 21 L’Arquivo Histórico Ultramarino conserve plusieurs documents relatifs à Manuel Correa Vasques. Fils (...)
  • 22 Manuel de Araújo, « morador e dos primeiros povoadores » de la nouvelle route des Mines, fut élevé, (...)

8Do rio Paraibûna fazem duas jornadas à roça do contraste Simão Pereira15, & o pouso da primeira he no matto. Da roça do dito Simão Pereira, se vay à de Mathias Barbosa16; & dahi à roça de Antonio de Araujo17; & desta à roça do capitão Joseph de Sousa18; donde se passa à roça do alcaide mór Thomé Correa19. Da roça do dito alcaide mór, se vay a huma roça nova do Avezedo20; & dahi à roça do juiz da alfandega Manoel Correa21; & desta à de Manoel de Araujo22. E em todas estas jornadas se vay sempre pela vizinhança do Paraibûna.

  • 23 Je n’ai pas trouvé de référence à ce second domaine de Manuel de Araújo.

9Da roça do dito Manoel de Araujo, se vay à outra rocinha do mesmo23.

  • 24 Grâce aux cartas de sesmaria délivrées de 1707 à 1713 pour des terrains situés entre les plantation (...)

10Desta rocinha, se passa à primeira roça do senhor Bispo, & dahi à segunda do dito24.

  • 25 Sur le colonel Domingos Rodrigues da Fonseca, cf. supra, p. 356, note 3. Son domaine était situé da (...)

11Da segunda roça do senhor Bispo, fazem huma jornada pequena à Borda do Campo, à roça do coronel Domingos Rodriguez da Eonseca25.

  • 26 Le rio das Mortes prend en effet sa source dans le versant occidental de la serra da Mantiqueira, n (...)
  • 27 Dans la Descripçam do Mapa geographico..., f. 6, cette étape est mentionnée sous le nom de Ressaca.(...)
  • 28 Sur les mines du rio das Mortes, cf. supra, p. 355, note 15.
  • 29 Antonil fait ici allusion à l’un des épisodes de ce qu’on appela la « guerre des Emboabas ». Le ter (...)

12Quem vay para o rio das Mortes, passa desta roça à de Alberto Dias26; dahi à de Manoel de Araujo, que chamão da Resaca27; & desta à Ponta do Morro, que he arrayal bastante, com muitas lavras donde se tem tirado grande copia de ouro28; & ahi está hum fortim com trincheiras & fosso que fizerão os Emboabas no primeiro levantamento29. Deste lugar || 166 se vay jantar ao arrayal do rio das Mortes.

  • 30 Je n’ai trouvé aucune référence à ce personnage, dont le nom n’est pas mentionné dans la Descripçam (...)
  • 31 Personnage non identifié, comme le précédent.
  • 32 Le terme de congonhas désigne vulgairement les arbustes de la famille des Aquifoliacées, des Ochnac (...)

13E quem segue a estrada das Minas Geraes: da roça sobredita de Manoel de Araujo da Resaca do Campo, vay à roça que chamão de João Bautista30; dahi à de João da Silva Costa31; & desta à roça dos Congonhas32 junto ao rodeyo da Itatiaya, da qual se passa ao campo do Ouro Preto, onde ha varias roças; & de qualquer dellas he huma jornada pequena ao arrayal do Ouro Preto, que fica matto dentro onde estão as lavras do ouro.

  • 33 En effet, la source du rio das Velhas se trouve approximativement à la même latitude qu’Ouro Preto, (...)

14Todas as referidas marchas farão distancia de oitenta legoas, a respeito dos rodeyos que se fazem em razão dos muitos & grandes morros; &por rumo de Norte a Sul não são mais que dous graos de distancia ao Rio de Janeiro, porque o Ouro Preto está em vinte & hum graos, & o rio das Velhas estará em vinte, pouco mais ou menos33. E todo o dito caminho se pode andar em dez até doze dias, indo escoteiro quem for por elle.

15Do campo do Ouro Preto ao rio das Velhas são cinco jornadas, pousando sempre em roças.

[164] CHAPITRE XII. ITINÉRAIRE DE LA NOUVELLE ROUTE QUI CONDUIT DE LA VILLE DE RIO DE JANEIRO AUX MINES

16En quittant la ville de Rio de Janeiro par voie de terre avec des hommes chargés, et en faisant route à la manière des Paulistes, la première journée de voyage conduit à Irajá1, la seconde, à l’habitation à sucre de l'alcaide-mór Tomé Correa2 ; la troisième, au port de Nóbrega. sur le rio Iguaçu, où se trouvent des canots et des barques pour assurer le passage3 ; la quatrième, au sítio qui porte le nom de Manuel do Couto4.

17Pour qui prend la voie maritime sur une embarcation légère, en un jour on se rend au port de la paroisse de Nossa Senhora do Pilar5, et en un jour de plus, soit en canot, en remontant le cours du rio Morobaí6, soit par terre, on arrive vers midi audit sítio de Couto.

18De ce sítio, on va à la Cachoeira do Pé da Serra7, où l’on établit des campements. De là, on gravit la montagne, ce qui fait deux bonnes lieues, et, redescendant du sommet, on établit le campement dans les Pousos Frios, ainsi qu’on les appelle8. Ledit sommet forme un plateau où l’on pourrait rassembler un bataillon ; et par temps clair, c’est un bien beau site, d’où l’on découvre Rio de Janeiro et l’ensemble de toute sa baie.

19Des Pousos Frios, on va à la première plantation du capitaine Marcos da Costa9, et de là, en deux jours, à la seconde plantation appelée plantation de l’Alferes10.

20De la plantation de l’Alferes, on gagne en une journée le Pau Grande, plantation qui en est actuellement à ses débuts11, et de là, on va faire halte dans la forêt, au pied d’une colline qu’on appelle le Cavaru12.

21165 De cette colline, on va au fameux rio Paraíba qu’on traverse en canot. Sur la rive de ce côté-ci, se trouve un débit de Garcia Rodrigues, et il y a là suffisamment de campements pour les voyageurs ; et sur la rive de l’autre côté, se trouve la maison dudit Garcia Rodrigues, avec de très vastes plantations13.

22De là, on gagne le rio Paraibuna14 en deux jours de marche ; le premier jour, on traverse la forêt, et le second jour on arrive au port, où se trouvent une plantation, un débit important, et des campements suffisants pour les passagers des deux rives. Ce fleuve n’est guère moins abondant que le Paraíba, et on le traverse en canot.

23Du rio Paraibuna à la plantation du contrôleur Simão Pereira15, on fait deux jours de marche, et la halte du premier jour a lieu dans la forêt. De la plantation dudit Simão Pereira, on gagne celle de Matías Barbosa16 ; de là, la plantation d’António de Araújo17 ; de celle-ci, la plantation du capitaine José de Sousa18, d’où l’on passe à la plantation de l'alcaide-mór Tomé Correa19. De la plantation dudit alcaidemór, on va à une plantation récente d’Azevedo20 ; de là, à la plantation du juge des Douanes Manuel Correa21, et de celle-ci, à celle de Manuel de Araújo22. Et dans toutes ces étapes, on reste toujours dans le voisinage du Paraibuna.

24De la plantation dudit Manuel de Araújo, on va à une autre petite plantation de celui-ci23.

25De cette petite plantation, on passe à la première plantation de Monseigneur l’évêque, et de là, à la deuxième plantation de celui-ci24.

26De la deuxième plantation de Monseigneur l’évêque, on fait une petite journée de marche jusqu’à la Borda do Campo, à la plantation du colonel Domingues Rodrigues da Fonseca25.

27Ceux qui vont au rio das Mortes passent de cette plantation à celle d’Alberto Dias26 ; de là, à celle de Manuel de Araújo, dite de la Ressaca27, et de celle-ci à la Ponta do Morro, qui est un campement important, avec beaucoup d’exploitations d’où l’on a tiré une grande quantité d’or28. Il y a là un fortin, avec des tranchées et un fossé, que construisirent les Emboabas lors de leur première révolte29. De cet endroit, || 166 on va dîner au campement du rio das Mortes.

28Et pour ceux qui suivent la route des Minas Gerais : de la plantation susdite de Manuel de Araújo de la Ressaca do Campo, ils vont à la plantation dite de João Baptista30 ; de là, à celle de João da Silva Costa31 ; de celle-ci, à la plantation des Congonhas32, près du détour de la serra da Itatiaiá ; de là, ils passent au Campo do Ouro Preto, où se trouvent plusieurs plantations, et de n’importe laquelle d’entre elles, il faut une petite journée de marche jusqu’au campement d’Ouro Preto, qui est à l’intérieur de la forêt et où se trouvent les exploitations d’or.

29Toutes les étapes citées font une distance d’environ quatre-vingt lieues, à cause des détours qu’imposent les collines nombreuses et hautes ; du nord au sud, il n’y a pas plus de deux degrés d’écart avec Rio de Janeiro, car Ouro Preto est situé à la latitude de vingt-et-un degrés et le rio das Velhas à vingt degrés environ33. Et toute cette route peut être faite en dix à douze jours par un voyageur sans bagages.

30Du Campo do Ouro Preto au rio das Velhas il y a cinq jours de marche, et toutes les étapes se font dans des plantations.

Notes

1 Irajá est le nom d’une très petite rivière qui se jette dans la partie ouest de la baie de Guanabara, en face de l’île du Governador, et c’est aussi le nom du petit port qui s’était installé à son embouchure. Selon Aires de Casal (Corografia brasílica, II, p. 13), Irajá se trouve à « un quart de lieue » au sud du rio de Meriti. Un schéma de cet itinéraire a été tenté Planche no VI, h. t.

2 Le titre d’alcaide-mor correspond approximativement à celui de gouverneur d’une place. Il s’agit ici du gouverneur du castelo de Rio de Janeiro, Tomé Correa Vasques, qui possédait encore une autre plantation sur cette route, dans les parages du Paraibuna (cf. infra, pp. 432-433 et note 19).

3 Le rio Iguaçu est une rivière qui, descendant des flancs de la serra do Tinguá, se jette dans la partie ouest de la baie de Guanabara, quelques kilomètres au nord du rio Irajá, et il est navigable sur « quatre lieues et demie » (Aires de Casal, op. cit., II, p. 13). Je n’ai pu localiser le port du Nóbrega, qui devait se trouver déjà assez à l’intérieur des terres, peut-être un peu en aval du confluent de l’Iguaçu et de son affluent, le Tinguá.

4 Personnage non identifié. Sur la localisation de son sitio, c’est-à-dire de son petit domaine, cf. infra, note 6.

5 Ce port, situé un peu en amont de l'embouchure du rio Iguaçu, pouvait être atteint par les embarcations d’une certaine importance qui remontaient cette rivière depuis la baie de Guanabara. Ses habitants tenaient à la disposition des voyageurs des canots qui leur permettaient de parcourir encore quelque distance en amont du Pilar, jusqu’au « sítio do Couto » (cf. provisão de D. João V pour Bartolomeu de Siqueira Cordovil, provedor da fazenda de Rio de Janeiro, 14 juin 1725, A. H. U., Rio de Janeiro — 4947, et infra, note 6).

6 Le Morobai doit être identifié avec le Maraby, affluent de la rive gauche de l’Iguaçu, signalé par Aires de Casal (Corografia brasílica, II, p. 13), et probablement avec le « canal de Capivari » que l’on peut voir sur la carte du municipe de Duque de Caxias (Enciclopédia dos Municipios brasileiros, VI, p. 167). Aires de Casal, (ibid.) confirme d’ailleurs l’itinéraire d’Antonil, puisqu’il précise que cette rivière « vem da Serra da Boavista, e dá navegação athé o porto do Couto que fica tres legoas e meia acima de sua foz ». Ainsi, le « sítio do Couto » doit être localisé sur les bords de cette rivière, sans doute non loin de l’actuel bourg de Xerém (cf. Enciclopédia dos Municípios brasileiros, VI, p. 167). Dans la Descripçam do Mapa geographico... déjà utilisée pour le commentaire de l’itinéraire de la route de São Paulo aux Mines, on trouve les indications suivantes sur le trajet depuis Rio de Janeiro jusqu’au sítio do Couto (f. 5V) : « Partesse da cidade do Rio de Janeiro em lancha, e se entra pello rio de Aguassu, em huma maré se pode chegar ao citio do 1. Pilar : e daqui em canoa pello rio assima se vai ao [...] Coutto ».

7 C’est-à-dire « à la cascade du bas de la montagne ». Bien qu’Antonil ne précise pas le nom de cette montagne, on peut affirmer qu’il s’agit de la serra da Boavista dont il a été question supra, note 6, c’est-à-dire de l’actuelle serra do Couto, qui marque la limite des munícipes de Duque de Caxias et de Miguel Pereira (cd. Enciclopédia dos Municípios brasileiros, VI, p. 167 et VII, p. 496). Voir aussi la Descripçam do Mapa geographico (f. 5V) : « 2. Coutto. Aqui se monta a cavalo e se segue jornada a 3. Taquarussû : pé da Boa Vista, onde está o registo. Sobece a serra com inexplicavel trabalho : do mais eminente da estrada se vê o mar, os rios e a planicie da terra em reciproco comercio ; goza aqui a vista de hum formozo espectaculo ».

8 Cette étape n’est pas mentionnée dans la Descripçam do Mapa geographico..., f. 5V. En effet, voici l’itinéraire indiqué par l’auteur depuis le sommet de la serra de Boa Vista : « Porseguindo a jornada fica à mão esquerda hum monte inaccessivel, tão redondo e igual que parece ser feito ao torno ; he todo de pedra, e por huma banda de sua fralda vai a estrada, deixando a sua agigantada eminencia muito atras os Athalantes e Olimpos. No pé desta serra da parte do Norte se situa a rossa do 4. Sylvestre. 5. Bispo. 6. Governador. 7. Alferes ». Je n’ai pu localiser qu’approximativement ces Pousos Frios sur le versant nord de la serra do Couto.

9 Sans doute Marcos da Costa da Fonseca Castelo Branco, natif de Rio de Janeiro, « homem honrado e nobre por seus parentes e avôs de limpo sangue », qui, le 19 janvier 1696, reçut pour trois ans la charge d’almoxarife da Fazenda real de la capitainerie de Rio de Janeiro, c’est-à-dire percepteur des droits et revenus royaux (cf. consulta du Conselho Ultramarino, Lisbonne, 7 janvier 1696, A. H. U., Rio de Janeiro —2015). Le domaine dont il avait obtenu la concession, et qui n’est pas mentionné dans la Descripçam do Mapa geographico..., f.5V, se trouve dans l’actuel municipe de Miguel Pereira, près de la source du rio Santana (cf. Enciclopédia dos Municípios brasileiros, VII, p. 496 et XXII, p. 300).

10 Le grade d’alferes correspond à celui d’enseigne. L’alferes dont il est ici question a généralement été identifié avec l'alferes de ordenanças Leonardo Cardoso da Silva, et le domaine qui lui appartenait localisé dans le territoire de l’actuel municipe de Vassouras, près du bourg qui a précisément reçu le nom de Pati do Alferes (cf. Enciclopédia dos Municípios brasileiros, VII, p. 490 et XXII, pp. 453-454). On a pu voir supra, note 8, cette étape mentionnée par l’auteur de la Descripçam do Mapa geographico...

11 Ce domaine appartenait à 1’alcaide-mór Tomé Correia, et était déjà en exploitation en 1709, ainsi qu’en témoigne la carta de sesmaria accordée le 2 juin 1709 par D. Fernando Martins Mascarenhas de Lancastro à 1’alferes de mestre de campo Antonio Vaz Gago » pour des terres situées « entre a roça que chamão de Pau Grande, que é do alcaide-mor Thomé Correa, e Paraíba, correndo rumo direito pelo dito caminho das minas, ficando este em meyo » (in Doc. Int. São Paulo, LU, pp. 158-159). Cette étape est mentionnée dans la Descripçam do Mapa geographico..., f. 5V : « 7. Alferes. 8. Rossinha. 9. Pao grande ». Pizarro e Araujo (Memórias históricas do Rio de Janeiro, 4° vol., p. 98) précise que Pau Grande se trouvait à deux lieues du bourg de Pati do Alferes. Il semble qu’on puisse le localiser au nord-est du municipe de Vassouras, près du rio Uba (cf. Enciclopédia dos Municípios brasileiros, VII, p. 490).

12 Celte éminence se dresse probablement près de la petite localité de Cavaru, au sud du rio Paraíba, dans Factuel municipe de Paraíba do Sul (cf. Enciclopédia dos Municípios brasileiros, VII, p. 482). Il en est fait mention dans des cartas de sesmaria concédées par le gouverneur Antonio de Albuquerque Coelho de Carvalho, le 13 août et le 20 août 1712, à deux habitants de Rio de Janeiro, Domingos Gonçalves et José Marques (in Doc. Int. São Paulo, XLIX, pp. 79-81 et 83-84). Par ailleurs, après Pau Grande, la Descripçam do Mapa geographico..., f. 5V, signale les deux étapes suivantes : « 10. Cavarû merim. 11. Cavarû assû ».

13 C’est Garcia Rodrigues Pais qui, recherchant le passage le plus commode pour franchir le rio Paraíba et tracer la route nouvelle de Rio de Janeiro aux Minas Gerais, trouva ce point autour duquel il établit des plantations indispensables pour approvisionner les voyageurs. Il obtint de D. Pedro II le privilège de pouvoir fonder une vila « à sua custa no sitio da Parahiba do Sul que fica no meyo do caminho que abrio », c’est-à-dire précisément en cet endroit (cf. requête de Garcia Rodrigues Pais, s. d., A. H. U., Rio de Janeiro — 3093). Dans la Descripçam do Mapa geographico..., f. 6, après les deux étapes de Cavarû, on trouve les indications suivantes : « 12. D. Maria. 13. D. Maria. 14. D. Maria. Aqui se passa o rio Paraiba em canoa ». Il est curieux de constater que le nom de Garcia Rodrigues Pais n’y est même pas mentionné.

14 Le rio Paraibûna, qui prend sa source dans la serra da Mantiqueira, se jette dans le Paraíba à quelques kilomètres en aval de Paraíba do Sul, dans l’actuel municipe de Três Rios. Sa traversée s’effectuait à peu de distance en aval de son confluent avec le rio Preto, et à partir de cet endroit, la route nouvelle tracée par Garcia Rodrigues Pais en longeait le cours, remontant vers sa source, ainsi qu’Antonil le précisera plus loin (cf. carte du municipe de Matías Barbosa in Enciclopedia dos Municípios brasileiros, VII, p. 452). Dans la Descripçam do Mapa geographico..., f. 6, l’itinéraire fait mention d’une étape entre le Paraíba et le Paraibûna : « 15. D. Maria Taquarussu », et signale ainsi le franchissement du Paraibuna : « 16. D. Maria Paraibuna, passace aqui o rio deste nome ».

15 Simão Pereira de Sá, « ourives do ouro e moedeiro da Casa da Moeda » de Rio de Janeiro, fut l’un des premiers à obtenir une concession de terrain sur la nouvelle route des Mines et, selon les termes de la requête par laquelle il en demanda confirmation, il avait eu « bastante trabalho pela cultivar em tempo que o mesmo caminho não era frequentado de gente nem de mantimentos, razão por que fizera grande despeza » (cf. carta de sesmaria accordée à Simão Pereira de Sá par le gouverneur Francisco de Távora le 4 octobre 1715, in Doc. Int. São Paulo, XLIX, pp. 172-174). Ce domaine, auquel il avait donné le nom de « roça de Nossa Senhora da Gloria », était situé au nord-est du confluent du rio Paraibuna et du rio Preto, probablement à l’endroit où s’élève maintenant le petit bourg de Simão Pereira (cf. requêtes de Simão Pereira examinées par le Conselho Ultramarino les 12 mai et 2 juin 1723, A. H. U., Rio de Janeiro — 4405 et 4404, et Enciclopédia dos Municípios brasileiros, VII, p. 452, carte du municipe de Matias Barbosa ; voir aussi Auguste de Saint-Hilaire, Voyage dans les provinces de Rio de Janeiro..., I, pp. 87 et 88-89). Dans la Descripçam do Mapa geographico..., f. 6, cette étape est la seconde après la traversée du Paraibuna : « 16. D. Maria Paraibuna, passace aqui o rio deste nome. 17. Rossinha do Araujo. 18. Contraste ».

16 Le nom de Matias Barbosa apparaît dans la caria de sesmaria accordée par D. Fernando Martins Mascarenhas de Lancastro le 2 juin 1709 à Antonio de Araújo dos Santos, pour « uma légua de terras de testada com três de sertão », située entre le domaine de Matias Barbosa et celui du capitaine José de Sousa Fragoso (A. H. U., Rio de Janeiro —-3272). Le domaine de Matias Barbosa, sur la rive gauche du Paraibuna, devint au cours des années, le noyau de la petite agglomération qui porte aujourd’hui son nom (cf. Enciclopédia dos Municípios brasileiros, VII, p. 452 et XXVI, p. 67). Il n’est pas mentionné dans la Descripçam do Mapa geographico..., f. 6, à moins qu’il ne faille l’identifier avec l’étape indiquée sous le nom de « Captivo », entre « Contraste » et « Medeiros ».

17 La plantation d’António de Araújo dos Santos jouxtait celle de Matías Barbosa, ainsi qu’on l’a vu supra, note 16, et elle était située au lieu-dit « os pecados mortais », ainsi que le précise la copie de carta de sesmaria qu’il sollicita du gouverneur de Rio de Janeiro au début de 1710 (A. H. U., Rio de Janeiro — 3272 ; voir aussi la carta de sesmaria elle-même, Rio de Janeiro, 2 juin 1709, in Doc. Int. São Paulo, LII, pp. 160-161). Elle fut achetée vers 1710 par un certain João de Medeiros Teixeira (cf. carta de sesmaria accordée par le gouverneur Francisco de Távora le 4 décembre 1713, in Doc. Int. São Paulo, LU, pp. 117-119), et c’est sous le nom de Medeiros qu’on en trouve mention dans la Descripçam do Mapa geographico..., f. 6 : « 20. Medeiros ».

18 On a déjà vu supra, note 16, que le capitaine José de Sousa Fragoso possédait un domaine situé au-delà de ceux de Matias Barbosa et d’António de Araújo, et toujours dans le voisinage du Paraibuna. Il avait obtenu la concession de ce terrain par carta de sesmaria du 9 juin 1708, « entre a roça de Antonio de Araujo e do alcaide-mor Thomaz Correa, em um ribeiro ou corrego que desemboca no braço do Parahybuna, fazendo centro no meio das ditas roças e a testada ao dito braço com o sertão que tiver » (in Doc. Int. São Paulo, LII, pp. 104-105). Une seconde carta de sesmaria délivrée le 28 juillet 1712 précise en outre que sa plantation était établie « ao pé do morro chamado Marmelo » (in Doc. Int. São Paulo, XLIX, pp. 62-63). Par conséquent, on peut la localiser à la limite des actuels municipes de Matias Barbosa et Juiz de Fora, au lieu-dit Pedra do Marmelo (cf. Enciclopédia dos Municípios brasileiros, VII, p. 452, carte du municipe de Matias Barbosa). Il est encore fait mention de cette étape dans la Descripçam do Mapa geographico..., f. 6 : « 20. Medeiros. 21. Jozeph de Souza ».

19 Après l’étape « Jozeph de Souza », la Descripçam do Mapa geographico..., f. 6, mentionne : « 22. Juiz de Fora. 23. Alcaide-mor. 24. Alcaide-mor ». Cette indication, jointe à celles que fournissent les documents cités supra, note 18, permettent donc de situer les plantations de l'alcaide-mór Tomé Correa dans le territoire du municipe de Juiz de Fora, et peut-être même à l’emplacement de l’actuelle ville de Juiz de Fora (cf. Enciclopédia dos Municípios brasileiros, VII, p. 444).

20 Je n’ai pu identifier ce propriétaire, mais il est probable que cette étape correspond à celle qui est mentionnée dans la Descripçam do Mapa geographico... f. 6, comme « 24. Alcaide-mor » (cf. supra, note 19).

21 L’Arquivo Histórico Ultramarino conserve plusieurs documents relatifs à Manuel Correa Vasques. Fils de Marthn Correa Vasques, qui avait été mestre de campo de Rio de Janeiro, gentilhomme de la Maison du Roi, bachelier de l’Université de Coimbra, il reçut, le 2 avril 1705, la charge de « juiz e ouvidor da Alfândega da Capitania de Rio de Janeiro », qui fut ainsi desannexée de celle de proredor da fazenda (carta régia de mercê pour Manuel Correa Vasques, Lisbonne, 2 avril 1705, A. H. U., Rio de Janeiro — 2716). Mais en raison des nécessités de service, le 4 novembre 1705, le gouverneur D. Fernando Martins Mascarenhas de Lancastro confia également à Manuel Correa Vasques la charge de provedor da fazenda, dont il s’acquitta « com muita expedição e desinteresse, e fazendo todas as diligencias possíveis para que se aumentassem as rendas dos contratos reais [...], como se esperava da sua qualidade, letras e mais partes que concorrem na sua pessoa » jusqu’au 15 juin 1707, date à laquelle entra en fonctions le nouveau provedor da fazenda, Luís de Almeida de Correa de Albuquerque (cf. attestations de D. Fernando Martins Mascarenhas de Lancastro, Lisbonne, 2 mars 1712, A. H. U., Rio de Janeiro — 3404 et de Antonio Moreira da Cruz, A. H. U., Rio de Janeiro — 3403). Les documents de l’Arquivo Histórico Ultramarino nous apprennent même que Manuel Correa Vasques, de tempérament « obeso e suficientemente gordo », fut frappé au début de l’année 1713, d’une paralysie partielle du bras et de la jambe gauches, et qu’il sollicita en vain du roi l’autorisation de se rendre au Portugal, et plus précisément à Caldas da Rainha, pour s’y soigner (cf. consultas du Conselho Ultramarino, 10 février et 2 décembre 1714, et certificats médicaux délivrés les 2, 3 et 4 août 1713 par Francisco da Costa Ramos, « médico aprovado pela Universidade de Coimbra », par Domingos Pereira da Gama, « médico formado pela Universidade de Coimbra » et par Lourenço Pereira da Fonseca, « cirurgião-mor de um dos Terços da guarnição do presídio do Rio de Janeiro », A. H. U., Rio de Janeiro — 3397 à 3402). En ce qui concerne le domaine qu’il possédait sur la nouvelle route des Mines, et qui était situé « na paragem que chamão a Cachoeira », il en vendit une partie à un certain Antonio Moreira da Cruz avant 1712 (cf. carta de sesmaria accordée à Antonio Moreira da Cruz, le 28 juillet 1712, par le gouverneur Antonio de Albuquerque Coelho de Carvalho, in Doc. Int. São Paulo, XLIX, pp. 58-59. Dans la Descripçam do Mapa geographico..., f. 6, on trouve d’ailleurs, après l’étape « 24. Alcaide-mor », « 25. Antonio Mor[eir]a. 26. Manoel Correa ». On pourrait localiser le domaine de Manuel Correa au sud-ouest de l’actuel municipe de Santos-Dumont, près de la rivière qui porte le nom de corrego da Cachoeira (cf. Enciclopédia dos Municípios brasileiros, VII, p. 415).

22 Manuel de Araújo, « morador e dos primeiros povoadores » de la nouvelle route des Mines, fut élevé, le 21 juillet 1711, au grade de « capitão da ordenança e moradores do destricto do Caminho Novo, da Rorda do Campo até o Rio Paraybuna » (cf. lettre patente du gouverneur Antonio de Albuquerque de Carvalho, Villa Real da Conceyção, 21 juillet 1711, in « Revista do Arquivo Publico Mineiro », II, 1897, pp. 793-794). Son domaine était assez proche de la serra da Mantiqueira, ainsi qu’en témoigne la carta de sesmaria accordée le 12 août 1710 à Joseph Rodrigues de Lima pour un terrain situé « entre a roça do capitão Manuel de Araujo e a Mantiqueira » (in Doc. Int. São Paulo, LII, pp. 204-205). Cette étape est mentionnée dans la Descripçam do Mapa geographico... f. 6 : « 26. Manoel Correa. 27. Azevedo. 28. Araujo ».

23 Je n’ai pas trouvé de référence à ce second domaine de Manuel de Araújo.

24 Grâce aux cartas de sesmaria délivrées de 1707 à 1713 pour des terrains situés entre les plantations de Manuel de Araújo et celle de Domingos Rodrigues da Fonseca, dont il est question aussitôt après celles « do senhor Rispo », on peut établir que, de 1707 à 1713, entre Manuel de Araújo et Domingos da Fonseca, s’installèrent les personnages suivants : Bernardo Alvares da Silva (30 janvier 1707), Domingos Jorge Santarém (21 mai 1708), Domingos Gonçalves Ramos (26 février 1709), José Rodrigues de Lima (12 août 1710), João Afonso de Oliveira (5 août 1712) et Luís Ferreira Ribeiro (26 mai 1713). Mais à aucun moment, dans la délimitation de ces concessions, il n’y a de références à des domaines possédés par Fr. Francisco de São Jerónimo, évêque de Rio de Janeiro de 1701 à 1721 (cf. Doc. Int. São Paulo, LII, pp. 60-61, 93-94, 136-137, 204-205, et XLIX, pp. 66-68, 107-109). Les informations d’Antonil sembleraient donc inexactes pour cette partie de l’itinéraire de la nouvelle route si, dans la Descripçam do Mapa geographico..., f. 6, on ne trouvait aussi mention d’une étape « Bispo » ; « 28. Araujo. 29. Gonçalves. 30. Gonçalves. 31. Pinho. 32. Bispo. Sobesse aqui a grande Cordelheira da Mantequeira ». Faute de plus amples explications, et quels que soient les propriétaires des deux plantations « do Senhor Bispo », nous pouvons du moins localiser celles-ci sur la bordure orientale de la serra da Mantiqueira, au nord de l’actuel municipe de Santos Dumont (cf. Enciclopédia dos Municípios brasileiros, VII, p. 415).

25 Sur le colonel Domingos Rodrigues da Fonseca, cf. supra, p. 356, note 3. Son domaine était situé dans les parages de l’actuelle ville de Barbacena, à la limite de la zone de la forêt de la serra da Mantiqueira et d’une zone de campagnes découvertes — d’où le toponyme de Borda do Campo. La Descripçam do Mapa geographico..., f. 6, indique, après l’étape « 32. Bispo », une étape intermédiaire, « 33. Rossinha. Saesse ao campo », avant l’étape dite « 34. Coronel. Borda do Campo ».

26 Le rio das Mortes prend en effet sa source dans le versant occidental de la serra da Mantiqueira, non loin de Barbacena, c’est-à-dire de la borda do campo. Je n’ai pu identifier Alberto Dias. Cependant, son nom figure dans la Descripçam do Mapa geographico..., f. 6. Voir infra, note 27.

27 Dans la Descripçam do Mapa geographico..., f. 6, cette étape est mentionnée sous le nom de Ressaca. Mais ne faudrait-il pas corriger en ressaco ? En effet, tandis que ressaca est un terme maritime qui désigne le ressac, ressaco désigne une enclave de campagne découverte en bordure d’une zone de forêt, ou une clairière au milieu d’une zone de campagne (cf. Bernardino José de Souza, Dicionário da terra e da gente do Brasil, p. 277). Il convient en outre de signaler une légère divergence entre l’itinéraire décrit par Antonil et celui de la Descripçam do Mapa geographico... Pour Antonil, c’est à partir de la plantation de Manuel de Araujo dite da Ressaca, que s’effectuait la bifurcation entre la route du rio das Mortes et la route des Minas Gerais. Mais pour l’auteur de la Descripçam..., f. 6, c’est après la borda do campo : « 34. Coronel. Borda do Campo. 35. Registo : quem quer hir para a villa de S. João d’El Rey toma huma estrada à mão esquerda e vai ao citio do Barrozo. E em outra jornada pode chegar à villa. E vamos prosseguindo o nosso caminho das Minas Gerais. 36. Joseph Roiz’. 37. João Roiz’. 38. Alberto Diaz. 39. Passagem. 40. Ressaca. 41. Canandai, etc. ».

28 Sur les mines du rio das Mortes, cf. supra, p. 355, note 15.

29 Antonil fait ici allusion à l’un des épisodes de ce qu’on appela la « guerre des Emboabas ». Le terme d’« Emboabas », qui n’apparaît dans aucun document antérieur à 1708, est une épithète appliquée par les Paulistes aux Portugais métropolitains et aux Brésiliens non Paulistes venus s’établir dans les Mines, lors des dissensions qui éclatèrent entre eux cette année-là. Diverses étymologies en ont été données, généralement à partir de mots de la langue tupi, mais elles ne sont guère satisfaisantes. Après les avoir toutes réfutées, Afonso A. de Freitas (Emboaba, in « Revista do Arquivo Municipal de São Paulo », ano I, 1934, vol. I, pp. 35-41) propose une étymologie à partir du dialecte africain de Cabinda, introduit au Brésil par les esclaves ; « emboaba » serait une adaptation régionale du cabinda « emboá », qui signifie « chien » — ce qui a du moins le mérite de rendre compte du mépris dans lequel les Paulistes tenaient leurs adversaires. Quant à la « guerre des Emboabas », ce conflit trouva son origine dans la conviction qu’avaient les Paulistes de leur droit absolu sur le territoire des Mines, dont ils étaient les premiers et principaux inventeurs. Leur exaspération devant le nombre toujours croissant d’« étrangers », c’est-à-dire de Portugais et de Brésiliens originaires d’autres régions que de São Paulo, qui venaient s’installer dans les Mines, fut portée à son comble par divers incidents au cours des années 1707 et 1708 et ce fut la guerre ouverte. Les Emboabas s’abritèrent à deux reprises dans un retranchement du rio das Mortes à l’endroit dit « Ponta do Morro » : une première fois, entre la fin de décembre 1708 et le début de janvier 1709, lorsque, après l’acclamation de leur chef, Manuel Nunes Viana, comme « gouverneur des Mines », ils furent menacés d’être attaqués par les Paulistes ; et une seconde fois, entre octobre et novembre 1709, juste avant l’arrivée de Antonio de Albuquerque Coelho de Carvalho, nouveau gouverneur et capitainegénéral de São Paulo et Minas envoyé par D. João V pour rétablir l’ordre (cf. Rocha Pitta, Historia da America Portugueza, pp. 333-342 ; [José Joaquim da Rocha], Memoria historica da Capitania de Minas Gerais, in « Revista do Arquivo Publico Mineiro », II, 1897, pp. 431-435 ; Afonso de E. Taunay, Historia das Bandeiras paulistas, I, pp. 243-280, et Historia geral da Civilização Brasileira, I-1, A Época colonial, pp. 297-306. On a vu supra, p. 30, l’intérêt de la précision du primeiro levantamento pour l’étude des dates de composition de Cultura e Opulencia do Érasil.

30 Je n’ai trouvé aucune référence à ce personnage, dont le nom n’est pas mentionné dans la Descripçam do Mapa geographico...

31 Personnage non identifié, comme le précédent.

32 Le terme de congonhas désigne vulgairement les arbustes de la famille des Aquifoliacées, des Ochnacées et des Solanées, qui devaient être caractéristiques de cet endroit. Depuis la « Ressaca », mentionnée supra, p. 435, note 27, l’itinéraire de la Descripçam do Mapa geographico..., f. 6, est le suivant : « 41. Canandai. 42. Outeiro. 43. Os dous Irmãos. 44. Galo cantante. 45. Rossinha. d. Amaro Ribeiro, e. Carijós, f. Ma Cabello. Passace aqui o Rodeyo, isto he hir a roda de huma serra a que chamão a Titiaya ». On a déjà vu supra, p. 418, note 2, la localisation approximative de cette montagne d’Itatiaiá, aux environs sud-ouest de l’actuelle ville d’Ouro Preto.

33 En effet, la source du rio das Velhas se trouve approximativement à la même latitude qu’Ouro Preto, soit entre 20° et 21° de latitude sud.

Table des illustrations

Titre Planche VI.
Légende «Caminho Novo» de Rio de Janeiro aux Mines.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/4133/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 254k

© Éditions de l’IHEAL, 1968

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

amazon.fr