Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Cultura e opulencia do Brasil por suas drogas e minas

 | 
André Joao Antonil

Terceira parte. Cultura e opulencia do Brasil pelas minas do ouro/Troisième partie. De l'exploitation des richesses du Brésil en mines d'or

Capitulo X. Roteiro do caminho da villa de São Paulo para as Minas Geraes & para o rio das Velhas

Texte intégral

  • 1 Un document anonyme relatif à l’opportunité de la fondation d’une agglomération entre le rio Grand (...)

1Gastão commummente os Paulistas desde a villa de São Paulo até as Minas Geraes dos Cataguâs pelo menos dous mezes, porque não marchão de sol a sol, mas até o meyo dia, & quando muito até huma ou duas horas da tarde, assim para se arrancharem como para terem tempo de descançar & de buscar alguma caça ou peixe aonde o ha, mel de pao & outro qualquer mantimento. E desta sorte aturão com tam grande trabalho1.

  • 2 La serra de Itatiaiá est un des points culminants de la serra da Mantiqueira, à la limite des troi (...)

2O roteiro do seu caminho desde a villa de São Paulo até a serra de Itatiaya2, aonde se divide em dous, hum para as minas do Caetê ou Ribeirão de Nossa Senhora do Carmo & do Ouro Preto, & outro para as minas do rio das Velhas, he o seguinte, em que se apontão os pousos & paragens || 160 do dito caminho, com as distancias que tem & os dias que pouco mais ou menos se gastão de huma estalagem para outra, em que os mineiros pousão & se he necessario descanção & se refazem do que hão mister & hoje se acha em taes paragens.

  • 3 Ou plus exactement Nossa Senhora da Penha de França. C’est le nom d’une chapelle située au sommet (...)

3No primeiro dia, sahindo da villa de São Paulo, vão ordinariamente a pousar em Nossa Senhora da Penha3 por ser (como elles dizem) o primeiro arranco de casa, & não são mais de duas legoas.

  • 4 Actuelle Itaquaquecetuba. La fondation de cette agglomération est très ancienne, puisqu’elle est d (...)

4Dahi vão à aldea de Tacuaquisetûba4, caminho de hum dia.

  • 5 Située à huit lieues de São Paulo, à peu de distance de la rive gauche du Tietê, Mogi das Cruzes f (...)

5Gastão da dita aldea até a villa de Mogî5 dous dias.

  • 6 Cette étape n’est pas mentionnée dans la Descripçam do Mapa geographico..., f, 4 (Bibl. Univ. Coim (...)

6De Mogî vão às Larangeiras6, caminhando quatro ou cinco dias até o jantar.

  • 7 Cf. Descripçam do Mapa Geographico..., f. 4 : « Villa de Jacarai, passace antes de entrar na villa (...)

7Das Larangeiras até a villa de Jacarey7, hum dia até as tres horas.

  • 8 Entre Jaearei et Taubaté, la Descripçam do Mapa geographico..., f. 4, mentionne ce qui semble être (...)

8De Jacarey até a villa de Taubatê8, dous dias até o jantar.

  • 9 Pindamonhangaba n’était encore, dans les dernières années du xviie siècle, qu’une freguesia placée (...)

9De Taubatê a Pindamonhangâba9, freguezia de Nossa Senhora da Conceição, dia & rneyo.

  • 10 C’est encore à Jacques Félix et à ses compagnons que l’on doit la fondation de ce bourg en 1636, s (...)

10De Pindamonhangâba até a villa de Guiratinguetâ10, cinco ou seis dias até o jantar.

  • 11 Guaipacaré fut fondée sur la rive droite du Paraíba par Rento Rodrigues, dont le nom est lié, ains (...)

11De Guiratinguetâ até o porto de Guaipacarê11, aonde ficão as roças de Bento Rodriguez, dous dias até o jantar.

  • 12 C’est-à-dire la Serra da Mantiqueira. Sous ce nom, on désigne le rebord très escarpé du Planalto b (...)

12Destas roças até o pé da serra afamada de Amantiquîra12, pelas cinco serras muito altas que parecem os primeiros muros que o ouro tem no caminho para que não cheguem lá os mineiros, gastão-se tres dias até o jantar.

  • 13 Le Passavinte est le nom de l’un des affluents de la rive gauche du Paraíba, qui descend des flanc (...)
  • 14 Il s’agit des Araucaria anguslifolia, Bertl., qui couvraient une grande partie du planalto brasile (...)

13Daqui começão a passar o ribeiro que chamão Passa-vinte13, porque vinte vezes se passa, & se sobe às serras sobreditas; para passar as quaes se descarregão as cavalgaduras pelos grandes riscos dos despenhadeiros que se encontrão, & assim gastão dous dias em passar com grande difficuldade estas serras, & dahi se descobrem muitas & aprazíveis || 161 arvores de pinhoens que a seu tempo dão abundancia delles para o sustento dos mineiros14, como tambem porcos montezes, arâras & papagayos.

  • 15 Cf. Descripçam do Mapa geographico..., i.4V : « Passece outro rio trinta vezes e por isso se chama (...)
  • 16 Cette étape est également mentionnée dans la Descripçam do Mapa geographico..., f.4V. Je n’ai pu (...)

14Logo passando outro ribeiro que chamão Passa-trinta15 porque trinta & mais vezes se passa, se vay aos Pinheirinhos16, lugar assim chamado, por ser o principio delies. E aqui ha roças de milho, aboboras & feijão, que são as lavouras feitas pelos descobridores das minas, & por outros que por ahi querem voltar. E só disto constão aquellas & outras roças nos caminhos & paragens das Minas, & quando muito tem de mais algumas batatas. Porém em algumas dellas hoje acha-se creação de porcos domesticos, gallinhas & frangãos que vendem por alto preço aos passageiros, levantando-o tanto mais quanto he mayor a necessidade dos que passão. E dahi vem o dizerem que todo o que passou a serra de Amantiquîra ahi deixou dependurada ou sepultada a consciencia.

  • 17 Le rio Verde, affluent secondaire du rio Grande, prend sa source sur le versant nord de la serra d (...)

15Dos Pinheirinhos se vay à estalagem do rio Verde em oito dias, pouco mais ou menos, até o jantar, & esta estalagem tem muitas roças & vendas de cousas comestíveis, sem lhe faltar o regalo de doces17.

  • 18 Entre le rio Verde et Boa Vista, la Descripçam do Mappa geographico..., f. 4V, signale l’étape des (...)
  • 19 Le terme palmito, comme son équivalent français « chou-palmiste », désigne le bourgeon terminal co (...)
  • 20 Saint-Hilaire, op. cit., II, pp. 371-374, ne dénombre pas moins de seize espèces différentes d’abe (...)
  • 21 Caxambu est le nom donné à l’une des éminences du Planalto brasileiro, au sud de l’actuelle Baepen (...)

16Dahi caminhando tres ou quatro dias, pouco mais ou menos, até o jantar, se dá na afamada Boa Vista18, a quem bem se deo este nome pelo que se descobre daquelle monte, que parece hum mundo novo, muito alegre: tudo campo bem estendido & todo regado de ribeirões, huns mayores que outros, & todos com seu matto que vay fazendo sombra, com muyto palmito que se come19, & mel de pao medicinal & gostoso20. Tem este campo seus altos & baixos, porém moderados, & por elle se caminha com alegria porque tem os olhos que ver & contemplar na prospectiva do Monte Caxambû, que se levanta às nuvens com admiravel altura21.

  • 22 Cette étape ne figure pas dans la Descripçam do Mappa geographico..., et je n’ai pu la localiser.

17Da Boa Vista se vay à estalagem chamada Ubay22, aonde || 162 tambem ha roças. E serão oito dias de caminho moderado até o jantar.

  • 23 C’est sous le nom de Emgai que cette étape est enregistrée dans la Descripçam do Mappa geographico (...)

18Do Ubay, em tres ou quatro dias, vão ao Ingay23.

  • 24 Le rio Grande est un des principaux affluents de la rive gauche du Paraná. Il prend sa source dans (...)
  • 25 Cf. provisão du gouverneur Artur de Sá e Meneses, « dada neste ribeiro de Nossa Senhora do Cabo do (...)

19Do Ingay, em quatro ou cinco dias, se vay ao rio Grande24, o qual quando está cheyo, causa medo pela violencia com que corre, mas tem muito peixe & porto com canoas; & quem quer passar paga tres vintens25, & tem tambem perto suas roças.

  • 26 Important affluent de la rive droite du rio Grande, le rio das Mortes prend sa source dans la serr (...)
  • 27 Cf. supra, p. 355, note 15.

20Do rio Grande se vay em cinco ou seis dias ao rio das Mortes, assim chamado pelas que nelle se fizerão26, & esta he a principal estalagem aonde os passageiros se refazem por chegarem já muito faltos de mantimentos. E neste rio, & nos ribeiros & corregos que nelle dão, ha muito ouro & muito se tem tirado & tira27. E o lugar he muito alegre & capaz de se fazer nelle morada estavel, se não fosse tam longe do mar.

  • 28 Sur Garcia Rodrigues Pais, cf. supra, p. 391, note 8. Cette étape ne figure pas dans la Descripçam (...)

21Desta estalagem, vão em seis ou oito dias às plantas de Garcia Rodriguez28.

  • 29 Sur cette montagne, cf. supra, p. 418, note 2.

22E daqui em dous dias chegão à serra de Itatiâya29.

23Desta serra seguem-se dous caminhos: hum que vay a dar nas Minas Geraes do Ribeirão de Nossa Senhora do Carmo & do Ouro preto: & outro que vay a dar nas minas do rio das Velhas, cada hum delles de seis dias de viagem. E desta serra tambem começão as roçarias de milho & feijão a perder de vista, donde se provem os que assistem & lavrão nas Minas.

CHAPITRE X. ITINÉRAIRE DE LA ROUTE DE SÃO PAULO AUX MINAS GERAIS ET AU RIO DAS VELHAS

24De la ville de São Paulo aux Minas Gerais dos Cataguás, les Paulistes mettent communément pour le moins deux mois, car ils ne marchent pas du lever au coucher du soleil, mais seulement jusqu’à midi, et tout au plus jusqu’à une ou deux heures de l’après-midi, aussi bien pour installer leur campement que pour avoir le temps de se reposer et de chercher quelque gibier ou quelque poisson là où il y en a, du miel sauvage et toute autre nourriture. C’est ainsi qu’ils peuvent endurer de si grandes fatigues1.

25Voici la route qu’ils suivent depuis la ville de São Paulo jusqu’à la Serra de Itatiaiá2, où l’itinéraire se divise en deux branches, l’une vers les mines du Caeté ou du ribeirão de Nossa Senhora do Carmo et de Ouro Preto, et l’autre vers les mines du rio das Velhas — avec l’indication des haltes, || 160 des distances qui les séparent et du nombre approximatif de jours que l’on met entre deux gîtes d’étape, c’est-à-dire entre les endroits où les mineurs s’arrêtent, se reposent si c’est nécessaire et se réapprovisionnent des choses dont ils ont besoin et que l’on peut s’y procurer aujourd’hui.

26Le premier jour, en partant de la ville de São Paulo, ils vont généralement gîter à Nossa Senhora da Penha3, car c’est, comme ils disent, le premier pas hors de chez eux, et cela ne fait pas plus de deux lieues de chemin.

27De là, ils vont au village de Itaquaquecetuba4 en un jour.

28De ce village au bourg de Mogi5, ils mettent deux jours.

29De Mogi, ils vont aux Laranjeiras6 en marchant quatre ou cinq jours jusqu’à l’heure du dîner.

30Des Laranjeiras au bourg de Jacareí7, un jour de marche jusqu’à trois heures de l’après-midi.

31De Jacareí au bourg de Taubaté8, deux jours de marche jusqu’au dîner.

32De Taubaté à Pindamonhangaba9, paroisse de Nossa Senhora da Conceição, un jour et demi.

33De Pindamonhangaba au bourg de Guaratinguetá10, cinq ou six jours de marche jusqu’au dîner. De Guaratinguetá au port de Guaipacaré11, où se trouvent les plantations de Bento Rodrigues, deux jours de marche jusqu’au dîner.

34De ces plantations jusqu’au pied de la Serra da Mantiqueira12, célèbre par les cinq montagnes très hautes qui la composent et qui paraissent être les premiers remparts que l’or dresse sur son chemin pour empêcher les mineurs de parvenir à lui, ils mettent trois jours de marche jusqu’au dîner.

35A partir de là, ils commencent à passer la rivière qu’ils appellent le Passa-vinte13, parce qu’on la passe vingt fois, et ils gravissent les montagnes susdites. Pour les franchir, ils déchargent leurs montures en raison des grands dangers que présentent les ravins qui se trouvent sur leur route. Ils mettent ainsi deux jours, au prix de grandes difficultés à franchir des montagnes. A partir de là, ils aperçoivent quantité de beaux || 161 arbres à pignes qui, en leur temps, donnent une abondante nourriture aux mineurs14, et ils rencontrent aussi des sangliers, des aras et des perroquets.

36Passant ensuite une autre rivière qu’ils appellent le Passa-trinta15 parce qu’on la passe trente fois et plus, ils vont aux Pinheirinhos16, endroit ainsi appelé parce que c’est là que les pins commencent à pousser. On y trouve des plantations de maïs, de courges et de haricots, cultures faites par ceux qui vont à la découverte des mines ou par d’autres gens qui veulent y revenir. Ces plantations et d’autres encore, établies dans les haltes des routes des mines, ne comportent rien d’autre ; tout, au plus offrent-elles en outre quelques pommes de terre. Aujourd’hui pourtant, quelques-unes d’entre elles font l’élevage des cochons, des poules et des poulets que l’on vend à haut prix aux voyageurs, d’autant plus cher qu’ils en ont plus besoin. C’est de là que vient le dicton que tout homme qui a franchi la Serra da Mantiqueira y a mis au clou ou enterré sa conscience.

37En à peu près huit jours de marche jusqu’au dîner, on va des Pinheirinhos au gîte d’étape du rio Verde qui possède de nombreuses plantations et des débits de denrées comestibles, où il ne manque pas même la douceur des sucreries17.

38De là, faisant route pendant trois ou quatre jours environ jusqu’au dîner, on arrive à la célèbre Boa Vista18, qui mérite bien ce nom car le pays que l’on découvre du haut de cette montagne semble être un monde nouveau, très riant : tout n’est qu’une vaste campagne arrosée par de nombreux cours d’eau, les uns plus abondants que d’autres, et qui tous sont bordés d’arbres offrant de l’ombrage ainsi que des choux-palmistes bons à manger19 et du miel sauvage, salutaire et savoureux20. Cette campagne est modérément ondulée et on y chemine avec joie parce que les yeux ont de quoi voir et contempler dans la perspective du mont Caxambu, qui se dresse à une étonnante hauteur jusqu’aux nuages21.

39De Boa Vista on se rend au gîte d’étape appelé Ubaí22, où se trouvent || 162 également des plantations. Il y faut environ huit jours de marche modérée jusqu’au dîner.

40De Ubaí, en trois ou quatre jours, on va à Ingai23.

41De Ingai, en quatre ou cinq jours, on va au rio Grande24 qui, lorsqu’il est en crue, est terrifiant par la violence de son cours ; mais il est très poissonneux et possède un port avec des canots. Pour le passer, on paye trois vintens25. A proximité, on trouve également des plantations.

42Du rio Grande, on va en cinq ou six jours au rio das Mortes, ainsi appelé à cause des morts dont il fut le théâtre26, et c’est là le principal gîte d’étape où les voyageurs se refont, car ils y arrivent déjà très démunis d’approvisionnements. Dans cette rivière et dans les cours d’eau et ruisseaux qui s’y jettent il y a beaucoup d’or, et on en a extrait et on en extrait encore beaucoup27. Cet endroit est très riant et serait susceptible de devenir un lieu de résidence stable s’il n’était si loin de la mer.

43De ce gîte d’étape, on va en six ou huit jours aux plantations de Garcia Rodrigues28.

44Et de là, en deux jours, on parvient à la Serra d’Itatiaiá29.

45De cette montagne partent deux routes : l’une qui aboutit aux Minas Gerais do Ribeirão de Nossa Senhora do Carmo et de Ouro Preto ; l’autre qui aboutit aux mines du rio das Velhas. Chacune d’elles comporte six jours de voyage. Et c’est seulement à partir de cette montagne que commencent, à perte de vue, les plantations de maïs et de haricots où viennent s’approvisionner ceux qui habitent et travaillent dans les Mines.

Notes

1 Un document anonyme relatif à l’opportunité de la fondation d’une agglomération entre le rio Grande et le rio Paraguay, étudié par le Conselho Ultramarino le 31 octobre 1695 (A. H. U., Rio de Janeiro —1981, publié in E. de Castro e Almeida, Inventario dos documentos relativos ao Brasil..., VI, pp. 223-224), fournit sur les étapes des Paulistes l’indication suivante : « Os Paulistas costumão marchar, a respeito do sustento que ham de achar ou buscar no matto, desde a manhã athe às 10 horas, rompendo campos e matos com infinitos rodeos ».

2 La serra de Itatiaiá est un des points culminants de la serra da Mantiqueira, à la limite des trois États de Minas Gerais, São Paulo et Rio de Janeiro, non loin de la source du rio Grande. Mais étant donné la position géographique qu’elle occupe, il est impossible que ce soit à elle que se réfère Antonil. En réalité il s’agit d’une autre montagne que je n’ai pu identifier, mais qui doit se trouver non loin de Queluz, à l’endroit où la serra de Mantiqueira se divise en trois branches, l’une occidentale, qui sépare les affluents du Paraná et ceux du São Francisco, l’autre orientale, qui se prolonge vers l’État d’Espírito Santo, et la troisième septentrionale, qui longe le rio das Velhas. Dans une Descripçam do Mapa geographico que comprehende os lemites do Governo de S. Paulo e Minas, e tambem os do Rio de Janeiro, manuscrit anonyme du début du xviiie siècle conservé à la Bibliothèque générale de l’Université de Coimbra, ms. 148, ff. 6V et 8V, la serra de Itatiaiá, ou plutôt « Titiaya » et « Tiaya » est donnée pour une montagne située aux environs d’Ouro Preto, et où le ribeirão do Carmo prend sa naissance. Ce manuscrit sera souvent utilisé en référence pour les notes du présent chapitre et pour celles du chapitre XII, car il comporte les itinéraires des routes de Santos, São Paulo, et Rio de Janeiro vers les Mines. L’itinéraire depuis la serra de Itatiaiá jusqu’aux mines de Caeté, de Nossa Senhora do Carmo et d’Ouro Preto sera donné de façon sommaire par Antonil, infra, pp. 436-437. On en trouvera infra, Planche no V, h. t., une tentative de reconstitution géographique.

3 Ou plus exactement Nossa Senhora da Penha de França. C’est le nom d’une chapelle située au sommet d’une colline entre la vallée du Tietê et celle de son affluent, l’Aricanduva. Elle fut érigée en paroisse en 1796, et devint un centre important de pèlerinage, encore très fréquenté de nos jours. Elle a donné son nom à tout un quartier, qui est maintenant englobé dans la ville de São Paulo (cf. A Cidade de São Paulo. Estudos de geografia urbana, III, pp. 244-249).

4 Actuelle Itaquaquecetuba. La fondation de cette agglomération est très ancienne, puisqu’elle est due au P. José de Anchieta, venu évangéliser les indiens de cette région vers 1560. Ce village, qui ne comptait encore que 59 « feux » en 1765, est situé sur la rive gauche du Tietê, à une vingtaine de kilomètres de São Paulo (cf. Enciclopédia dos Municípios Brasileiros, XXVIII, p. 466).

5 Située à huit lieues de São Paulo, à peu de distance de la rive gauche du Tietê, Mogi das Cruzes fut érigée en vila en 1611, et devint rapidement un bourg important, point de départ de nombreuses explorations (entradas et bandeiras) vers l’intérieur de la capitainerie de São Paulo (cf. Aires de Casal, Corografia brasílica, I, p. 239 ; Enciclopédia dos Municípios brasileiros, XXIX, p. 144 ; en ce qui concerne la distance de São Paulo à Mogi exprimée en lieues, j’ai suivi l’indication qui en est donnée par Artur de Sá e Meneses dans une lettre à D. Pedro II, Rio de Janeiro, 24 mai 1698, A. H. U., Rio de Janeiro 2099).

6 Cette étape n’est pas mentionnée dans la Descripçam do Mapa geographico..., f, 4 (Bibl. Univ. Coimbra, ms. 148), et je n’ai pu retrouver ce toponyme sur les cartes très détaillées de 1’Enciclopédia dos Municípios Brasileiros, X, p. 350, carte de Mogi das Cruzes, et VII, p. 558, carte de Guararema et p. 549, carte de Jacareí. Cependant, il est possible de localiser ce qui n’était sans doute qu’un lieu-dit. En effet, en sortant de Mogi das Cruzes, la route abandonne le cours du Tietê et doit franchir la serra de Itapeti pour rejoindre le cours du Paraíba, sur les rives duquel se trouve l’étape suivante de Jaeareí. On s’explique ainsi qu’il faille quatre ou cinq jours de marche entre Mogi et Laranjeiras, et qu’il n’en faille qu’un seul entre Laranjeiras et Jaearei. Par conséquent, il y a de fortes probabilités pour que Laranjeiras se trouve sur l’une des rives du Paraíba, à l’endroit où son cours abandonne la direction est-ouest pour prendre la direction exactement opposée, et peut-être non loin de l’emplacement de l’actuelle ville de Guararema.

7 Cf. Descripçam do Mapa Geographico..., f. 4 : « Villa de Jacarai, passace antes de entrar na villa o rio Paraiba em canoa ». C’est en 1652 seulement que se forma le premier noyau de population de la future Jaeareí, sur la rive droite du Paraíba. En 1653, la petite agglomération qui s’était placée sous l’invocation de Nossa Senhora da Conceição fut érigée en vila, et, par lettre royale du 27 octobre 1700, elle reçut officiellement le nom de Paraíba, sous lequel elle est d’ailleurs déjà mentionnée dans une lettre d’Artur de Sá e Meneses à D. Pedro II (24 mai 1698, A. IL U., Rio de Janeiro — 2099 ; voir aussi Enciclopédia dos Municípios Brasileiros, XXIX, p. 20). On ignore la date à laquelle elle prit le nom de Jaearei, mais ce fut en tout cas avant 1709, ainsi qu’en témoigne Antonil. Selon Artur de Sá e Meneses, la distance qui la séparait de Mogi était de 8 lieues.

8 Entre Jaearei et Taubaté, la Descripçam do Mapa geographico..., f. 4, mentionne ce qui semble être deux autres étapes secondaires : « Princípio do Capão grande » et « Capella ». L’origine de Taubaté se trouve dans un ancien village d’indiens Guaianás connu sous le nom de Itaboaté, mais c’est à Jacques Félix, habitant de São Paulo, que l’on doit le début de son peuplement en 1636. En 1639 se dressaient déjà une église, l’hôtel de la municipalité et la prison, et São Francisco das Chagas de Taubaté fut érigé en vila le 5 décembre 1645 (cf. Enciclopédia dos Municípios brasileiros, XXX, p. 351).

9 Pindamonhangaba n’était encore, dans les dernières années du xviie siècle, qu’une freguesia placée sous l’invocation de Nossa Senhora do Bom Successo de Pindamonhangaba, et située à trois lieues de Taubaté, sur la rive droite du Paraíba. Une trentaine de maisons y avaient été édifiées par quelques propriétaires des environs, « para o seu abrigo e recolhimento quando vem à missa ». On a déjà vu supra, p. 353, note 9, que le P. João de Faria Fialho avait voulu consacrer à l’extension de cette agglomération une partie de ses revenus personnels et, pour cela, était allé à la découverte des mines d’or. Selon des informations recueillies par António Luís Peleja, ouvidor geral de São Paulo, Pindamonhangaba était devenu « um receptaculo de mamelucos e bastardos malevolos e facinorosos, sendo no caminho das Minas ». En tout cas, ses habitants s’étaient soulevés, en 1703, contre l’autorité de la municipalité de Taubaté, et avaient eux-mêmes procédé à l’érection de leur freguesia en vila (cf. lettre d’António Luís Peleja à D. Pedro II, São Paulo, 9 novembre 1703, A. H. U. Rio de Janeiro 2789 ; représentation des habitants de Pindamonhangaba à D. Pedro II, 21 novembre 1703, in E. de Castro e Almeida, Inventario dos documentos..., VI, p. 293 ; et lettre de D. Álvaro da Silveira de Albuquerque à D. Pedro II, Rio de Janeiro, 24 décembre 1703, in Doc. Int. São Paulo, LI, p. 268, et consulta du Conselho Ultramarino du 18 septembre 1704, in E. de Castro e Almeida, ibid.). C’est seulement le 10 juillet 1705 que la régente D. Catarina autorisa la transformation de Pindamonhangaba en vila (cf. Enciclopédia dos Municípios brasileiros, XXIX, p. 276).

10 C’est encore à Jacques Félix et à ses compagnons que l’on doit la fondation de ce bourg en 1636, sur la rive droite du Paraíba, sans doute peu après la fondation de Taubaté. Guaratinguetá se trouve sur la rive droite du Paraíba à la croisée de la route de São Paulo aux Mines et de celle de Rio de Janeiro aux Mines par Parati (cf. Descripçam do Mapa geographico..., f. 4 et Enciclopédia dos Municípios brasileiros, XXVIII, p. 367).

11 Guaipacaré fut fondée sur la rive droite du Paraíba par Rento Rodrigues, dont le nom est lié, ainsi que nous l’avons vu supra, p. 354, note 11, à l’un des gisements aurifères de la région d’Ouro Preto. C’est à Guaipacaré que l’on franchissait le Paraíba pour continuer la route vers les Mines, et le passage, qui se faisait en canot, donnait lieu au paiement d’une redevance qui fut affermée à partir de 1710. La petite agglomération ne fut élevée au rang de freguesia qu’en 1718, et au rang de vila en 1788, date à laquelle, du nom du gouverneur et capitaine-général de São Paulo, Rernardo José Lorena, elle devint l’actuelle Lorena. (Cf. Descripçam do Mapa geographico..., f. 4V, s. v. Aypacaré ; lettre de Timoteo Correa de Góis à D. João V, Santos, 4 novembre 1710, A. H. U., São Paulo — 92 ; Aires de Casal, Corografia brasílica, I, p. 241 et Enciclopédia dos Municípios brasileiros, XXIX, p. 82).

12 C’est-à-dire la Serra da Mantiqueira. Sous ce nom, on désigne le rebord très escarpé du Planalto brasileiro qui, depuis Bragança jusqu’à Juiz de Fora, suit approximativement la direction de la vallée du Paraíba, à la limite septentrionale des actuels Etats de São Paulo et de Rio de Janeiro. Pour en atteindre les premières pentes, après avoir franchi le Paraíba à Guaratinguetá, la route devait remonter le cours de l'un des affluents du Paraíba (peut-être le ribeiro da Limeira) avant de suivre la vallée d’une rivière nommée l’Embau, elle-même affluent du Passavinte. (Cf. Planche no V, h. t., et infra, note 13).

13 Le Passavinte est le nom de l’un des affluents de la rive gauche du Paraíba, qui descend des flancs de la serra da Mantiqueira. La route vers les mines en remonte le cours, et devait le couper en plusieurs endroits ainsi qu’en témoigne la Descripçam do Mapa geographico..., f.4V : « Cítios ou rossas deste caminho. S. Embaû. Passace hum rio vinte vezes, e por isso se chama o passevinte. Sobece a notavel cordilheira ou Serra da Mantiqueira ».

14 Il s’agit des Araucaria anguslifolia, Bertl., qui couvraient une grande partie du planalto brasileiro, et dont chaque pigne était « como huma botija », et chaque pignon « depois de limpo, como huma castanha ou belota de Portugal » (cf. Frei Vicente do Salvador, Historia do Brasil, p. 91, et Hoehne, Botânica e Agricultura no Brasil..., pp. 101, 328 et 332.

15 Cf. Descripçam do Mapa geographico..., i.4V : « Passece outro rio trinta vezes e por isso se chama o passatrinta ». Il s’agit de l'actuel rio Passaquatro, qui descend le versant septentrional de la serra da Mantiqueira, et est l’un des affluents du rio Verde (cf. O. Derby, Um Mappa antigo de partes das capitanias de S. Paulo, Minas Geraes e Rio de Janeiro, in « Revista do Instituto Historico e Geographico de São Paulo », II, 1896-1897, pp. 203-204, note 2.

16 Cette étape est également mentionnée dans la Descripçam do Mapa geographico..., f.4V. Je n’ai pu la localiser. On sait en tout cas que les forêts de conifères sont caractéristiques des versants de la serra da Mantiqueira. Cf. Enciclopédia dos Municipios brasileiros, VIII, pp. 58-GG.

17 Le rio Verde, affluent secondaire du rio Grande, prend sa source sur le versant nord de la serra da Mantiqueira, à l’ouest du massif de l’Itatiá. Je n’ai pu localiser avec précision cette étape, où Miguel de Sousa Silva, habitant de Taubatê, avait établi des plantations de vivres ainsi qu’on l’a vu supra, p. 352, note G, et qui est mentionnée dans la Descripçam do Mapa geographico..., f. 4V. Quant aux confiseries dont les débits étaient approvisionnés, on a vu supra, pp. 384-385, à quel prix elles se vendaient. Au début du xixe siècle, Auguste de Saint-Hilaire (Voyage dans les provinces de Rio de Janeiro..., I, p. 211) remarquait que « nulle part peut-être on ne consomme autant de confitures que dans la province des Mines ; on met en confitures une foule de choses différentes, mais le plus souvent on ne distingue le goût d’aucune tant le sucre y est prodigué ».

18 Entre le rio Verde et Boa Vista, la Descripçam do Mappa geographico..., f. 4V, signale l’étape des Pousos Altos, dont ne parle pas Antonil, puis on y trouve la description suivante de cette montagne de Boa Vista : « Sobece hum monte em cujo cume se dilata a vista circularmente pellos orizontes com igualdade e sem algum obstaculo ou estorvo de outro monte que se oponha ; prova da sua grande eminencia ». Je n’ai pu la localiser qu’approximativement près du mont Caxambu, dont il sera question infra, note 21.

19 Le terme palmito, comme son équivalent français « chou-palmiste », désigne le bourgeon terminal comestible de diverses espèces de palmiers.

20 Saint-Hilaire, op. cit., II, pp. 371-374, ne dénombre pas moins de seize espèces différentes d’abeilles dans la province des Mines, abeilles « qui fournissent un miel très limpide et exempt de cet arrière-goût désagréable qu’a celui de l’Europe », et qui « sont extrêmement familières », venant se poser sur les mains, sur le visage et se laissant prendre sans peine. Saint-Hilaire signale encore que « plusieurs des abeilles de la province des Mines font leur nid dans la terre », mais qu’« un plus grand nombre le construit dans les arbres. Ceux qui cherchent le miel des abeilles abattent ordinairement les arbres où elles se logent et détruisent sans pitié les œufs et les nymphes ».

21 Caxambu est le nom donné à l’une des éminences du Planalto brasileiro, au sud de l’actuelle Baependi. Dans la Descripçam do Mappa geographico..., f. 4V, il constitue l’étape suivant celle de Boa Vista, et il est décrit comme « hum monte cuja fralda é lambida de todo o genero de cassa que ali vem gostar daquella terra por ser salitrada ». Des « roças de mantimentos » avaient été établies dans ces parages par des habitants de Taubaté, le capitão-mor Carlos Pedrozo da Silveira et son gendre Francisco Alves Correa (cf. carta de sesmaria de D. Fernando Martins Mascarenhas de Lancastro, Rio de Janeiro, 30 septembre 1706, in Doc. Int. São Pauto, LU, pp. 42-43).

22 Cette étape ne figure pas dans la Descripçam do Mappa geographico..., et je n’ai pu la localiser.

23 C’est sous le nom de Emgai que cette étape est enregistrée dans la Descripçam do Mappa geographico, f. 5, et il semble qu’on puisse la localiser entre les actuelles villes de Baependi et de Carrancas. Plusieurs domaines d’élevage de bétail y étaient installés avant 1706 (cf. cartas de sesmaria accordées le 18 juin 1706 par le gouverneur D. Fernando Martins Mascarenhas de Lancastro au capitaine Antonio Pinto Guedes, au capitão-mor José de Góis de Morais et à José Pompeu de Proença, in Doc. Int. São Paulo, LII, pp. 24-29).

24 Le rio Grande est un des principaux affluents de la rive gauche du Paraná. Il prend sa source dans la serra da Mantiqueira, à l’est du massif d’Itatiaiá, et son cours est très impétueux, ainsi que le dit Antonil.

25 Cf. provisão du gouverneur Artur de Sá e Meneses, « dada neste ribeiro de Nossa Senhora do Cabo do Rio das Velhas », 20 décembre 1701, accordant à José Pompeu Taques l’adjudication du passage du rio Grande : « Porque as passagens dos rios são das maiores [dificuldades], e pelas muitas desgraças que estão sucedendo no dito rio Grande morrendo muita gente afogada e perdendo-se cargas por não haver canoa certa, e se quer obrigar Joseph Pompeo Taques a ter embarcação segura com negros para a dita passagem e por se cuidarem tão grandes perigos, Hei por bem fazer mercê ao dito Joseph Pompeo Taques da passagem do dito rio Grande, no qual terá sempre canoa prompta com negros para passarem os passageiros, e levará por cada pessoa e carga o mesmo que levava o Capitão Thome Portes no rio das Mortes » (in Doc. Int. São Paulo, LI, pp. 55-56).

26 Important affluent de la rive droite du rio Grande, le rio das Mortes prend sa source dans la serra da Mantiqueira, au sud-est de Barbacena. Un noyau de population était établi sur sa rive gauche, à l’endroit où la route des Mines devait le franchir, et est à l’origine de la ville de S. João del Rei. Sur l’étymologie du rio das Mortes, cf. supra, pp. 354-355 et note 14.

27 Cf. supra, p. 355, note 15.

28 Sur Garcia Rodrigues Pais, cf. supra, p. 391, note 8. Cette étape ne figure pas dans la Descripçam do Mappa geographico..., f. 5. Par contre, l’auteur anonyme de ce manuscrit signale que de S. João del Rei on pouvait gagner les Minas Gerais en cinq ou six jours par deux routes, « ambas quazi iguais, assim na extenção como nas comodidades e caminho. Huma se intitula o caminho velho, outra o caminho novo. A estrada da velha se toma à mão direita, fica à esquerda a nova ».

29 Sur cette montagne, cf. supra, p. 418, note 2.

Table des illustrations

Titre PLANCHE V.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/4127/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 218k

© Éditions de l’IHEAL, 1968

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

amazon.fr