Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Cultura e opulencia do Brasil por suas drogas e minas

 | 
André Joao Antonil

Terceira parte. Cultura e opulencia do Brasil pelas minas do ouro/Troisième partie. De l'exploitation des richesses du Brésil en mines d'or

Capitulo VIII. De diversos preços do ouro vendido no Brasil, & do que importa o que cada anno ordinariamente se tira das Minas

Texte intégral

  • 1 Ces pertes éprouvées au cours de la fonte de l’or en poudre provenaient des nombreuses impuretés a (...)

1Varios forão os preços do ouro no discurso destes annos, não só por razão da perfeição de hum, mayor que a do outro por ser de mais subidos quilates, mas tambem a respeito dos lugares aonde se vendia ; porque mais barato se vende nas Minas do que na villa de São Paulo & de Santos, & muito mais val nas cidades do Rio de Janeiro & da Bahia do que nas villas referidas. Também muito mais val quintado do que em pó, porque o que se vende em pó sae do fogo com bastantes quebras1, alem do que vay de differença por razão do que se pagou ou não se pagou de quintos.

2Huma arroba de ouro em pó, pelo preço da Bahia, a quatorze tostoens a oitava, importa quatorze mil trezentos & trinta & seis cruzados. Quintado, pelo preço da Bahia, a dezaseis tostoens a oitava, importa dezaseis mil trezentos & oitenta & quatro cruzados.

3Huma arroba de ouro em pó, pelo preço do Rio de Janeiro, a treze tostoens a oitava, importa treze mil trezentos & || 144 doze cruzados. Quintado, a quinze tostoens a oitava, importa quinze mil trezentos & sessenta cruzados.

4Donde se segue que tirando-se cada anno mais de cem arrobas de ouro, a quinze tostoens a oitava, preço corrente na Bahia &no Rio de Janeiro, sendo quintado, vem a importar cada anno hum milhão quinhentos & trinta & seis mil cruzados. Das quaes cem arrobas, se se quintarem como he justo, cabem a Sua Magestade vinte arrobas que importão trezentos & sete mil & duzentos cruzados, mas he certo que cada anno se tirão mais de trezentas arrobas.

  • 2 Ce ne sont pas deux, mais trois voyages que le gouverneur Artur de Sá e Meneses accomplit dans les (...)
  • 3 Soit 320 kg d’or environ. Le capitaine Baltasar de Godoy Moreira avait été nommé, le 4 mai 1702, « (...)
  • 4 Soit plus de 800 kg d’or. Il n’est pas très facile d’identifier ce Francisco do Amaral. S’agit-il (...)
  • 5 Manuel Nunes Viana est l’une des grandes figures du Brésil au début du xviiie siècle. Né au Portug (...)
  • 6 Sur Manuel Borba Gato, cf. supra, p. 357, note 8.
  • 7 Carvalho Franco, Dicionário dos bandeirantes e sertanistas, p. 21, signale un José Góis de Almeida (...)
  • 8 Garcia Rodrigues Pais, né en 1661, est le fils du célèbre bandeirante Fernão Dias Pais qui, en 167 (...)
  • 9 Soit 80 kg. Sur João Lopes de Lima, qui avait découvert le ribeirão de Nossa Senhora do Carmo, cf.(...)
  • 10 Soit 112 kg. Sur les Penteados, cf. supra, p. 356, note 4.
  • 11 Soit 80 kg. Je n’ai pu retrouver ce personnage ni dans le Dicionário de bandeirantes e sertanistas(...)
  • 12 Soit 80 kg. Le capitaine Rafael de Carvalho exerçait la charge de « procurador da fazenda real do (...)
  • 13 Soit 80 kg. João de Góis de Araújo, fils de Pedro Taques de Almeida, l’un des Paulistes les plus i (...)
  • 14 Soit 128 kg. Selon Antonio Luís Peleja, ouvidor geral de São Paulo, Amador Bueno da Veiga, « natur (...)
  • 15 Soit 640 kg. Le capitaine Tomás Ferreira de Sousa, « por ser pessoa das principais que assistem ne (...)

5E com isto não parecerá incrível o que por fama constante se conta haverem ajuntado em diversos tempos assim huns descobridores dos ribeiros nomeados como huns mais bem afortunados nas datas, & tambem os que metendo gado & negros para os venderem por mayor preço, & outros generos mais procurados, ou plantando ou comprando roças de milho nas Minas, se forão aproveitando do que outros tiràrão. Não fallando pois do grande cabedal que tirou o governador Artur de Sá que duas vezes foy a ellas do Rio de Janeiro2, nem dos que ajuntàrão huma, duas & tres arrobas, que não forão poucos. Tem-se por certo que Balthasar de Godôy, de roças & catas, ajuntou vinte arrobas de ouro3. De varios ribeiros & da negociação com roças, negros & mantimentos, fez Francisco de Amaral mais de cincoenta arrobas4. Pouco menos Manoel Nunez Viana5 & Manoel Borba Gato6. E com bastante cabedal se recolheo para São Paulo Joseph Goes de 7& para o caminho novo Garcia Rodriguez Paez8. João Lopez de Lima tirou do seu ribeirão cinco arrobas9 ; os Penteados, de suas lavras & industrias, sete arrobas10 ; Domingos da Silva Moreira, de negocio & lavra, cinco arrobas11 ; Rafael Carvalho, cinco arrobas12 ; João de Goes, cinco arrobas13 ; Amador Bueno da Veiga, do rio do Ouro preto, do Ribeirão & de outras partes, oito || 145 arrobas14. E finalmente, deixando outros muito bem aproveitados, Thomás Ferreira, abarcando muitas boyadas de gado que hia dos campos da Bahia para as Minas, & comprando muitas roças & occupando muitos escravos nas catas de varios ribeiros, chegou a ter mais de quarenta arrobas de ouro, parte em ser & parte para se cobrar. Mas tratando de cobrar o ouro que se lhe devia, houve entretanto quem lhe deo por desgostos humas poucas balas de chumbo, que he o que succédé não poucas vezes nas Minas15.

  • 16 Sur les grappes, cf. supra, pp. 218-219 et p. 132, note 41.
  • 17 Je n’ai pu trouver trace dans aucun document de ce qui semble être davantage une coutume qu’une lo (...)

6Tambem com vender cousas comestiveis, agua ardente & garapas16, muitos em breve tempo accumulàrão quantidade consideravel de ouro. Porque como os negros & os indios escondem bastantes oitavas quando catão nos ribeiros, & nos dias santos & nas ultimas horas do dia tirão ouro para si17, a mayor parte deste ouro se gasta em comer & beber, & insensivelmente dá aos vendedores grande lucro, como costuma dar a chuva miuda aos campos, a qual continuando a regallos sem estrondo os fez muito férteis. E por isso até os homens de mayor cabedal não deixarão de se aproveitar por este caminho dessa mina à flor da terra, tendo negras cozinheiras, mulatas doceiras & crioulos taverneiros occupados nesta rendosissima lavra, & mandando vir dos portos do mar tudo o que a gula costuma appetecer & buscar.

CHAPITRE VIII. DES DIFFÉRENTS PRIX DE L’OR VENDU AU BRÉSIL ET DE LA SOMME A LAQUELLE SE MONTE CE QU’ON EXTRAIT NORMALEMENT DES MINES CHAQUE ANNÉE

7Les prix de l’or ont varié au cours de ces dernières années, non seulement parce que tel or est plus parfait que tel autre en raison de son plus grand nombre de carats, mais aussi suivant les lieux où il était vendu ; car il se vend meilleur marché dans les Mines que dans les villes de São Paulo et de Santos, et il coûte beaucoup plus cher dans les cités de Rio de Janeiro et de Bahia que dans les villes en question. Il coûte aussi plus cher une fois quinté que lorsqu’il est en poudre, car ce qui est vendu en poudre sort du feu avec beaucoup de pertes1, — sans parler des différences qui résultent de ce qu’on a payé ou non au titre du quint.

8Au cours de Bahia, de quatorze testons le gros, une arrobe d’or en poudre vaut quatorze mille trois cent trente-six cruzades. Une fois quinté, au cours de Bahia, de seize testons le gros, l’arrobe vaut seize mille trois cent quatre-vingt quatre cruzades.

9Au cours de Rio de Janeiro, de treize testons le gros, une arrobe d’or en poudre vaut treize mille trois cent || 144 douze cruzades. Une fois quinté, à quinze testons le gros, l’arrobe vaut quinze mille trois cent soixante cruzades.

10Il s’ensuit que, pour une extraction de plus de cent arrobes par an, à quinze testons le gros — prix courant à Bahia et à Rio de Janeiro une fois le quint prélevé —, on arrive à un montant de un million cinq cent trente-six mille cruzades par an. De ces cent arrobes, si on les quinte, comme il est juste de le faire, il revient à Sa Majesté vingt arrobes dont la valeur s’élève à trois cent mille deux cents cruzades. Mais il est certain que l’on extrait plus de trois cents arrobes par an.

11C’est pourquoi on n’estimera pas incroyables les fortunes qu’une constante rumeur publique dit avoir été amassées en diverses époques aussi bien par quelques-uns de ceux qui ont découvert les cours d’eau déjà nommés, que par certains de ceux qui furent plus favorisés par la chance dans la répartition des concessions, et aussi par ceux qui, soit en envoyant dans les Mines du bétail et des nègres pour les y vendre à plus haut prix, ainsi que d’autres denrées très recherchées, soit en y établissant ou en y achetant des plantations de maïs, tirèrent ainsi profit de ce que d’autres avaient extrait. Sans parler ni de la grande fortune amassée par le gouverneur Artur de Sá qui, de Rio de Janeiro, s’y rendit à deux reprises2, ni de ceux, et ils ne furent pas rares, qui récoltèrent une, deux et même trois arrobes d’or. On tient pour certain que Baltasar de Godoy, entre ses plantations et les fouilles qu’il fit, amassa vingt arrobes d’or3. De plusieurs mines qu’il possédait et du commerce auquel il se livra grâce à ses plantations, à ses esclaves nègres et aux vivres qu’il vendait, Francisco do Amaral retira plus de cinquante arrobes4, et Manuel Nunes Viana5 et Manuel Borba Gato6 guère moins. Et c’est avec une coquette fortune que José Góis de Almeida revint à São Paulo7, et Garcia Rodrigues Pais à la nouvelle route8. João Lopes de Lima retira de sa mine cinq arrobes9 ; les Penteados, de leurs exploitations et de leurs affaires, sept arrobes10 ; Domingos da Silva Moreira, de son commerce et de son exploitation, cinq arrobes11 ; Rafael Carvalho, cinq arrobes12 ; João de Góis, cinq arrobes13 ; Amador Bueno da Veiga tira huit arrobes du rio do Ouro Preto, du Ribeirão et d’autres endroits encore14. || 145 Enfin, laissant de côté d’autres hommes fort enrichis, venons-en à Tomás Ferreira qui, entre les nombreux troupeaux de bétail qu’il faisait venir des campagnes de Bahia vers les Mines, les achats qu’il fit de nombreuses plantations, et les nombreux esclaves qu’il employa aux fouilles dans plusieurs cours d’eau, arriva à posséder plus de quarante arrobes d’or, partie en espèces, partie en dettes à recouvrer. Mais alors qu’il essayait de se faire payer l’or qu’on lui devait, il se trouva quelqu’un pour le gratifier de quelques balles de plomb — chose qui arrive bien souvent dans les Mines15.

12Par la vente de denrées comestibles, d’eau-de-vie et de grappes16, beaucoup d’hommes ont également accumulé en peu de temps une quantité d’or considérable. La raison en est que les nègres et les indiens, lorsqu’ils fouillent les cours d’eau, dissimulent bon nombre de gros, et que l’or qu’ils extrayent aussi bien les jours fériés que dans les dernières heures du jour leur appartient17 ; la plus grande partie de cet or est ainsi dépensée en nourriture et en boisson, et procure insensiblement aux vendeurs un grand profit, de même que la pluie fine en donne habituellement aux champs qu’elle arrose sans tapage d’une façon ininterrompue et rend ainsi très fertiles. Et c’est pourquoi même les hommes les plus riches n’ont pas manqué de tirer profit, par ce moyen, de cette mine à fleur de terre, en employant à cette exploitation très fructueuse des négresses pour faire la cuisine, des mulâtresses pour fabriquer des confiseries, et des nègres pour tenir des cabarets, et en faisant venir des ports de mer tout ce que la gourmandise fait habituellement désirer et rechercher.

Notes

1 Ces pertes éprouvées au cours de la fonte de l’or en poudre provenaient des nombreuses impuretés auxquelles celui-ci était mêlé : parcelles de plomb, de cuivre et de fer. Cf. l’information sur les mines et sur l’or rédigée par Manuel de Sousa, juiz de l’hôtel des monnaies de Rio de Janeiro, le 7 décembre 1705, A. H. U., Rio de Janeiro 3121, publiée infra, Document no XX.

2 Ce ne sont pas deux, mais trois voyages que le gouverneur Artur de Sá e Meneses accomplit dans les Mines. Cependant l’analyse de leur itinéraire explique l’omission d’Antonil. En effet, pour son premier voyage, Artur de Sá e Meneses partit de Rio de Janeiro le 16 octobre 1697, accompagné de « toda a nobreza daquelles povos, levando [...] mais de 70 pessoas », et il lut de retour en mai 1698 (consulta du Conselho Ultramarino, 30 octobre 1698, A. H. U., Rio de Janeiro 2128). Mais avant de gagner la région des Mines, il avait fait halte à São Paulo, ainsi que le prouve la lettre adressée à D. Pedro II par les officiers de la Câmara de S. Paulo, le 4 mars 1698 (A. H. U., Rio de Janeiro 2100). C’est probablement la raison pour laquelle Antonil a passé sous silence ce voyage, considérant que le départ pour les Mines s’était seulement effectué depuis S. Paulo. Le 23 août 1700, Artur de Sá e Meneses quitta Rio de Janeiro pour la seconde fois, s’arrêta pendant un mois environ au Ribeirão de Nossa Senhora do Carmo pour procéder à sa répartition, et, le 29 novembre, il arrivait au rio das Velhas où il prolongea son séjour jusqu’en avril ou mai 1701. C’est de ce deuxième voyage aux Mines qu’Antonil donne l’itinéraire par le « caminho velho », infra, pp. 426-429. (Voir aussi lettre d’Artur de Sá e Meneses à D. João de Lanoastro, Rio das Velhas, 30 novembre 1700, Archives Casa Cadaval, Cod. 1087, ff. 481-481v, publiée infra, Document no XVI, et consulta du Conselho Ultramarino, 15 novembre 1701, in Doc. Hist., XCIII, p. 111). Enfin, le troisième et dernier voyage eut lieu à la fin de 1701. Parti de Rio de Janeiro probablement au début de septembre 1701, Artur de Sá e Meneses se trouvait à Parati le 23 septembre, à Guaratingueta le 25 octobre, et nous le trouvons aux Minas Gerais le 15 novembre, au Ribeiro de Nossa Senhora do Cabo do Rio das Velhas le 20 décembre 1701, au Ribeirão de Sabarabuçu le 3 janvier 1702, à l’Arraial de Sabarabuçu encore le 25 février 1702 et dans divers points du Rio das Velhas, en mai, juin et encore le 18 juillet 1702, alors même que son successeur, D. Álvaro da Silveira de Albuquerque, était entré en fonctions à Rio de Janeiro, et qu'un superintendant des Mines avait été nommé (cf. les nombreuses provisões délivrées par Artur de Sá e Meneses, in Doc. Int. S. Paulo, LI, pp. 37-39, 41-42, 43-44, 50, 55-56, etc. ; et Basilio de Magalhães, A Administração de Artur de Sá e Meneses e a administração de D. Alvaro da Silveira de Albuquerque, ibid., pp. 427-428). On sait que ces longs séjours dans les Mines permirent à Artur de Sá e Meneses d’y établir l’ordre, d’apaiser les discordes, et surtout d’établir une structure administrative. Sur la façon dont Artur de Sá e Meneses fut accueilli et apprécié par les mineurs, on lira avec intérêt la lettre que Baltasar de Godoy Moreira écrivit, le 31 juillet 1705, à son ancien gouverneur, infra, Document no XXV. Antonil parle de la « grande fortune » avec laquelle Artur de Sá e Meneses revint de ses voyages. Aucun document ne nous en a laissé la trace, mais il est très vraisemblable que, au cours de ses longs séjours dans la région du rio das Velhas, le gouverneur put se livrer à la minération pour son propre compte.

3 Soit 320 kg d’or environ. Le capitaine Baltasar de Godoy Moreira avait été nommé, le 4 mai 1702, « procurador da fazenda real » du rio das Velhas (provisão du gouverneur Artur de Sá e Meneses, in Doc. Int. São Paulo, LI, pp. 9G-97), puis en 1705, « guarda-menor substituto » du guarda-mór Garcia Rodrigues Pais ; tandis que celui-ci s’occupait de mettre la route de Rio de Janeiro aux Mines « na sua ultima perfeição » (lettre de Baltasar de Godoy Moreira à D. João V, Minas Gerais, 30 juillet 1705, A. H. U., Rio de Janeiro 3105, publiée infra, Document no XXI). La lettre qu’il écrivait à Artur de Sá e Meneses le 31 juillet 1705 nous apprend qu’il possédait un sítio, c’est-à-dire un domaine, avec une église et un point d’eau, et qu’il s’occupait de la découverte de nouvelles rivières aurifères au-delà du Ribeiro de Santa Bárbara (A. H. U., Rio de Janeiro 3104, publiée infra, Document no XXV).

4 Soit plus de 800 kg d’or. Il n’est pas très facile d’identifier ce Francisco do Amaral. S’agit-il de Francisco do Amaral Gurgel ou de Francisco do Amaral Coutinho qui, tous deux, vécurent dans les Mines dans les premières années du xviiie siècle ? Dans son Dicionário de bandeirantes e sertanistas, p. 190, Carvalho Franco attribue au premier d’entre eux, Francisco do Amaral Gurgel, l’information donnée par Antonil. Or, si Gurgel avait la réputation d’être riche, et l’était en effet, il avait surtout celle d’être un des « mais insolentes e criminosos homens » de la région des Mines, et l’on trouve, à l’Arquivo Histórico de Lisbonne, de nombreux documents qui font état de ses crimes et de ses mauvaises actions (Rio de Janeiro 1672, 1673, 1675, 1781, 2698 ; cf. Carvalho Franco, op. cit., pp. 190-191). Aussi semble-t-il surprenant qu’Antonil n’y fasse pas la moindre allusion. Quant à Francisco do Amaral Coutinho, il passait pour l’un des hommes « mais principais e afazendados » de la capitainerie de S. Paulo dont il fut nommé, le 5 février 1709, capitãomór (cf. patente délivrée par D. Fernando Martins Mascarenhas à Francisco do Amaral Coutinho, 5 février 1709, in Doc. Int. S. Paulo, LII, pp. 124-125, et Carvalho Franco, op. cit., pp. 126-127). En tout état de cause, et en l’absence de tout document explicite, il ne me paraît pas.possible de trancher en faveur de l’un ou l’autre.

5 Manuel Nunes Viana est l’une des grandes figures du Brésil au début du xviiie siècle. Né au Portugal, à Viana do Minho, il arriva très jeune à Bahia, d’où il gagna bientôt l’intérieur de la capitainerie et se signala par diverses prouesses dans la lutte contre les indiens. Il obtint bientôt de D. Isabel Maria Guedes de Brito, fille du mestre de campo Antonio Guedes de Brito dont il sera question infra, pp. 478-479, une procuration qui lui permit non seulement de défendre les droits de celle-ci sur l’immense domaine que lui avait légué son père, mais encore de se faire conférer par le gouverneur général de l’État du Brésil le titre de regente t de mestre de campo du rio São Francisco, comme l’avait été Antonio Guedes de Brito — c’est-à-dire qu’il fut chargé de surveiller l’élevage du bétail dans les limites comprises entre le morro do Chapéu et la source du rio das Velhas, de combattre les indiens sauvages, de détruire les quilombos, centres où se regroupaient les esclaves nègres fugitifs, et de châtier voleurs et assassins. Il fonda pour son propre compte plusieurs grands domaines d’élevege, se fit construire une belle demeure à Tábua, près du confluent du rio das Velhas avec le São Francisco. Mais peu après le début de la minération de l’or, il fut attiré vers les mines de Caeté où il eut plusieurs riches exploitations. Et parallèlement à cette dernière activité, il favorisait, contre les ordres du roi, le commerce du bétail entre la capitainerie de Bahia et la région des Mines. Lors de la guerre des Emboabas, qui éclata en 1707, il prit la tête des Emboabas contre les Paulistes. En 1710, avec l’arrivée du nouveau gouverneur de São Paulo e Minas, Antonio de Albuquerque Coelho de Carvalho, il revint à sa demeure de Tábua, et le 14 février 1715, il obtint de D. João V le pardon de ses crimes. Toutefois, en raison des abus de pouvoir incessants auxquels il se livrait en tant que mestre de campo du rio S. Francisco, le roi le contraignit à revenir résider à Bahia. De 1725 à 1728, il séjourna à Lisbonne où il reçut do nouveaux témoignages de la faveur du roi. Et de retour à Bahia en 1728, il y mourut 10 ans plus tard (cf. Carvalho Franco, Dicionário de bandeirantes e sertanistas, pp. 427-431).

6 Sur Manuel Borba Gato, cf. supra, p. 357, note 8.

7 Carvalho Franco, Dicionário dos bandeirantes e sertanistas, p. 21, signale un José Góis de Almeida, sertanista des premières années de la minération de l’or dans les Minas Gerais, mais je n’ai pu vérifier les documents qu’il cite en référence. Par contre, dans les Doc. Int. S. Paulo, LI, pp. 110-111, on trouve un capitaine José de Góis qui, le 28 juin 1702, fut nommé « thesoureiro dos quintos e da Fazenda Real do districto do Rio das Velhas ». Le texte d’Antonil s’appliquerait assez bien à lui.

8 Garcia Rodrigues Pais, né en 1661, est le fils du célèbre bandeirante Fernão Dias Pais qui, en 1674, était parti à la recherche des légendaires mines d’émeraudes de Sabarabuçu (cf. alvará de folha corrida du 26 novembre 1700, A. H. U., Rio de Janeiro 2497). D’ailleurs, malgré son jeune âge, il accompagna son père dans cette expédition et, après la mort de celui-ci en 1681, il regagna São Paulo avec des échantillons de ce qu’il croyait être des émeraudes. Il fit le voyage du Portugal pour les apporter au prince régent D. Pedro, mais l’examen de ces pierres ne fut pas concluant. Garcia Rodrigues Pais s’offrit alors à reprendre ses recherches, « profundando mais a terra por se entender que só assim se virão achar mais perfeitas com diferente bondade em razão dos que trouxe serem da superfície », et il convainquit D. Pedro de lui laisser tenter cette dernière expérience. Alors qu’il était déjà revenu au Brésil et s’était rendu à Sabarabuçu pour remettre en état les plantations établies par son père, il reçut la charge d 'administrador das minas de esmeraldas (provisão régia du 23 décembre 1683, A. H. U., Rio de Janeiro 2480). Il organisa alors une nouvelle expédition, qui dura cinq à six ans, « fazendo exactas deligencias examinando a serra cavando athe o centro ». Or, non seulement il ne trouva pas d’émeraudes, mais encore tous ses compagnons l’abandonnèrent, et il dut regagner ses plantations. Faute de capitaux, il se borna pendant quelques années à s’occuper de l’exploitation de ses domaines, dans la région située entre le rio das Mortes et Ouro Preto, puis il se retira à São Paulo « deixando aquele sertão franco, de sorte que hoje estão indo homens sem risco ao ouro » (cf. certificat d’André Baruel, « juiz dos reziduos e casamentos e vigario da Vara eclesiástica da vila de São Paulo », sur les services rendus par Garcia Rodrigues Pais, S. Paulo, 22 mars 1698, A. H. U., Rio de Janeiro 2488, et requête de Garcia Rodrigues Pais, A. H. U., Rio de Janeiro 2434). En 1698, sur la demande du gouverneur Artur de Sá e Meneses, il vint à Rio de Janeiro avec cinquante esclaves nègres qu’il entretint à ses frais pour ouvrir une nouvelle route de Rio de Janeiro vers les Mines, qui permettrait d’éviter aux habitants de cette ville le trajet en bateau jusqu’à Parati, puis le difficile franchissement de la serra do Mar entre Parati et Taubaté (l’ancienne route de Rio de Janeiro aux Mines, cf. infra, pp. 426-429). En échange de ce service, il souhaitait recevoir dix mille cruzades des habitants de Rio de Janeiro et de ceux qui obtiendraient des concessions dans la région des Mines, afin de subvenir aux frais de son entreprise. Mais, lorsqu’en 1699, la nouvelle route, ou du moins sa première ébauche, eut été tracée, les habitants de Rio de Janeiro se refusèrent à payer une telle somme. En compensation, et par une provisão d’Artur de Sá e Meneses en date de 2 octobre 1699, Garcia Rodrigues Pais obtint alors les avantages suivants : pendant une période de deux ans, qui commencerait le 1er juin 1700, il serait le seul à pouvoir faire circuler des marchandises sur cette route, et personne ne pourrait emprunter celle-ci sans son autorisation expresse (A. H. U., Rio de Janeiro 2491). Il assurait alors que cette route était « muito capaz para a condução de gado e cavalgaduras carregadas » et que, grâce à elle, il ne fallait pas plus de 14 jours pour se rendre de Rio de Janeiro aux Mines (cf. lettre de Pedro Taques de Almeida à D. João de Lancastro, São Paulo, 20 mars 1700, citée par O. Derby, Os primeiros descobrimentos de ouro nos districtos de Sabard e Caêthé, in « Rev. do Inst. Hist. e Geog. de S. Paulo », V, 1899-1900, pp. 282-283). En outre, par carta régia du 19 avril 1702, il fut nommé guarda-mor geral das minas. Cependant, le 7 septembre 1702, le nouveau gouverneur de Rio de Janeiro, D. Álvaro da Silveira de Albuquerque, dut informer D. Pedro II du véritable état de cette route : elle n’était praticable que pour « a gente que vae a pé, e carregada com suas cargas, mas não a que for a cavallo, porque não he para isso », et Garcia Rodrigues Pais reconnaissait lui-même que « o atalho não estava inda feito » (lettre publiée in Doc. Int. São Paulo, LI, p. 45). Seul le tronçon reliant Rio de Janeiro aux rives du Paraiba, où il avait établi d’importantes plantations, était à peu près achevé. Il fallut alors à Garcia Rodrigues Pais l’aide de son beau-frère, le colonel Domingos Rodrigues da Fonseca Leme, pour en venir à bout. Le 30 août 1705, il écrivait au roi : « Na obra do caminho acisti ate de prezente desde o primeiro de junho de 1704, que sahi das minas, e o tenho ja de todo aberto, mas não se pode inda curçar por falta de mantimentos ; vou agora plantar as roças, e da Paschoa por diante se pode andar por elle » (A. H. U., Rio de Janeiro 3095). Ce n’est donc qu’à partir de 1706, au plus tôt, que la route nouvelle fut ouverte à la circulation. On en trouvera les principales étapes infra, pp. 428-437. Pour une biographie complète de Garcia Rodrigues Pais, cf. Carvalho Franco, Dicionário de bandeirantes e sertanistas, pp. 209-211, s. v. Leme, Garcia Rodrigues Pais.

9 Soit 80 kg. Sur João Lopes de Lima, qui avait découvert le ribeirão de Nossa Senhora do Carmo, cf. supra, p. 354, note 12.

10 Soit 112 kg. Sur les Penteados, cf. supra, p. 356, note 4.

11 Soit 80 kg. Je n’ai pu retrouver ce personnage ni dans le Dicionário de bandeirantes e sertanistas de Carvalho Franco ni ailleurs. Par contre, dans les Doc. Int. S. Paulo, LI, pp. 32-33, se trouve une « provisão de tesoureiro das datas reais das Minas Gerais » accordée, le 25 avril 1701, par Artur de Sá e Meneses au capitaine Domingos da Silva « Mon™ », c’est-à-dire Monteiro. Ne serait-ce pas de lui qu’il s’agit ici ? L’hypothèse paraît vraisemblable. Très souvent les lectures de la collection des Documentos Interessantes para a História e Costumes de São Paulo sont défectueuses, et il se pourrait que le document original ait comporté l’abréviation « Morra », transcrite de façon erronée en « Mon™ ». Une vérification serait donc à faire.

12 Soit 80 kg. Le capitaine Rafael de Carvalho exerçait la charge de « procurador da fazenda real do districto das Minas Gerais dos Cataguases » avant 1701. Cf. provisão accordée par Artur de Sá e Meneses au sargento-mór António da Rocha, Rio das Velhas, 17 avril 1701, in Doc. Int. S. Paulo, LI, pp. 24-25.

13 Soit 80 kg. João de Góis de Araújo, fils de Pedro Taques de Almeida, l’un des Paulistes les plus importants de la fin du xviie siècle, était un grand sertanista. Peu avant le début de l’année 1700, alors qu’il se trouvait à Rahia, il fut chargé par D. João de Lancastro, gouverneur et capitaine général du Brésil, de se rendre aux confins de la capitainerie d’Espírito Santo, dans une région que l'on disait être à vingt-cinq lieues des mines découvertes et exploitées par les Paulistes, pour en reconnaître le terrain, voir s’il y trouvait aussi des mines d’or, et chercher au retour la route la plus courte jusqu’à Bahia (lettre de D. João de Lancastro à D. Pedro II, citée par O. Derby, Os primeiros descobrimentos de ouro nos districtos de Sabara e Caêthé, pp. 290-291. Il est possible que João de Góis ait profité de cette mission, qui dura un peu plus d’un an, pour extraire de l’or pour son propre compte. Les archives de la Casa Cadaval renferment, Cód. 1087, ff. 482-483, une copie du rapport qu’il adressa à D. João de Lancastro, le 6 mars 1701, sur le ravitaillement en bétail des mineurs (publiée infra, Document no XXX).

14 Soit 128 kg. Selon Antonio Luís Peleja, ouvidor geral de São Paulo, Amador Bueno da Veiga, « natural e morador de S. Paulo, insolente, regulo, o mais facinoroso homicida de muitas vidas », s’était fait attribuer, au moment de sa répartition, « o mais precioso » du ribeiro de Bento Rodrigues. Il habita la région des Mines « muitos anos com muito gentio e roças em tempo que davão os maiores lucros, trazendo grande número de arrobas de ouro », et il avait même eu, pendant plusieurs mois, un orfèvre chez lui pour fondre cet or en lingots, le poinçonner, ou en faire des bijoux ou objets précieux (lettre de Antonio Luís Peleja à D. João V, Rio de Janeiro, 20 janvier 1708, A. H. U., Rio de Janeiro 3205).

15 Soit 640 kg. Le capitaine Tomás Ferreira de Sousa, « por ser pessoa das principais que assistem nestas minas [do Rio das Velhas] e dos mais poderosos », avait été nommé trésorier des quints de ce district le 18 avril 1701 (provisão signée par Artur de Sá e Meneses, Rio das Velhas, 18 avril 1701, in Doc. Int. 5. Paulo, LI, pp. 29-30). Mais il n’était pas aussi riche que le dit Antonil car, s’il avait des débiteurs, lui-même était débiteur envers bien des gens que sa mort plongea dans de grandes difficultés. Ses biens ne suffirent pas à payer le dixième de ses dettes, et seul José Rebelo Perdigão, l’ancien secrétaire du gouverneur Artur de Sá e Meneses, parvint à en récupérer douze esclaves (cf. lettre de Raltasar de Godoy Moreira à Artur de Sá e Meneses, Minas de mato dentro, 6 août 1705, A. H. U., Rio de Janeiro 3103, publiée infra, Document no XXVI).

16 Sur les grappes, cf. supra, pp. 218-219 et p. 132, note 41.

17 Je n’ai pu trouver trace dans aucun document de ce qui semble être davantage une coutume qu’une loi.

© Éditions de l’IHEAL, 1968

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

amazon.fr