Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Cultura e opulencia do Brasil por suas drogas e minas

 | 
André Joao Antonil

Terceira parte. Cultura e opulencia do Brasil pelas minas do ouro/Troisième partie. De l'exploitation des richesses du Brésil en mines d'or

Capitulo VII. Da abundancia de mantimentos & de todo o usual que hoje ha nas Minas, & do pouco caso que se faz dos preços extraordinariamente altos

Texte intégral

  • 1 Les terrains montagneux dans lesquels se trouvaient les mines étaient en effet peu fertiles et les (...)
  • 2 Ce fut même l’occasion d’une rivalité entre Paulistes et Cariocas. En effet, au début de l’année 1 (...)
  • 3 Cf. le Journal d’un voyage sur les Costes d’Afrique et aux Indes d'Espagne... commencé en 1702 et (...)
  • 4 Pendant les premières années de la minération de l’or, les mineurs furent en effet ravitaillés par (...)
  • 5 La conversion en réis de tous les prix indiqués dans cette liste, au taux de 1 200 réis le gros, s (...)

1Sendo a terra que dá ouro esterilissima de tudo o que se ha mister para a vida humana, & não menos esteril a mayor parte dos caminhos das Minas, não se pode crer o que padecerão ao principio os mineiros por falta de mantimentos, achando-se não poucos mortos com huma espiga de milho na mão, sem terem outro sustento1. Porém tanto que se vio a abundancia do ouro que se tirava, & a largueza com que se pagava tudo o que lá hia, logo se fizerão estalagens2 & logo começarão os mercadores || 140 a mandar às Minas o melhor que chega nos navios do Reyno & de outras partes, assim de mantimentos como de regalo & de pomposo para se vestirem, alem de mil bugiarias de França que lá tambem forão dar3. E a este respeito, de todas as partes do Brasil se começou a enviar tudo o que dá a terra, com lucro não somente grande mas excessivo. E não havendo nas Minas outra moeda mais que ouro em pó, o menos que se pedia & dava por qualquer cousa erão oitavas. Daqui se seguio mandarem-se às Minas Geraes as boyadas de Parnaguâ, & às do rio das Velhas as boyadas dos campos da Bahia4, & tudo o mais que os moradores imaginavão poderia appetecer-se, de qualquer genero de cousas, naturaes & industriaes, adventicias & proprias. E ainda que hoje os preços sejão mais moderados, comtudo porey aqui hum rol, feito sinceramente por quem assistio nas Geraes tres annos, dos preços das cousas que por commum assento lá se vendião no anno 1703, repartindo-o em tres ordens: a saber, os preços que pertencem às cousas comestiveis, os do vestuario & armas, & os dos escravos & cavalgaduras5, que são os seguintes.

2Preços das cousas comestiveis.

3Por huma rez, oitenta oitavas.

4Por hum boy, cem oitavas.

5Por huma mão de sessenta espigas de milho, trinta oitavas.

6Por hum alqueire de farinha de mandioca, quarenta oitavas.

7Por seis bolos de farinha de milho, tres oitavas.

8Por hum payo, tres oitavas.

9Por hum prezunto de oito livras, dezaseis oitavas.

10Por hum pastel pequeno, huma oitava.

11Por huma livra de manteiga de vaca, duas oitavas.

12141 Por huma gallinha, tres ou quatro oitavas.

13Por seis livras de carne de vaca, huma oitava.

14Por hum queijo da terra, tres ou quatro oitavas, conforme o pezo.

15Por hum queijo flamengo, dezaseis oitavas.

16Por hum queijo de Alemtejo, tres & quatro oitavas.

17Por huma boceta de marmelada, tres oitavas.

18Por hum frasco de confeitos de quatro livras, dezaseis oitavas.

  • 6 A titre de comparaison pour quelques-uns des prix indiqués ci-dessous par Antonil, voir la lettre (...)

19Por huma cara de assucar de huma arroba6, 32 oitavas.

20Por huma livra de cidrão, tres oitavas.

21Por hum barrilote de agua ardente, carga de hum escravo, cem oitavas.

22Por hum barrilote de vinho, carga de hum escravo, duzentas oitavas.

23Por hum barrilote de azeite, duas livras.

24Por quatro oitavas de tabaco em pó com cheiro, huma oitava.

25Por seis oitavas de tabaco em pó sem cheiro, huma oitava.

26Por huma vara de tabaco em corda, tres oitavas.

27Preços das cousas que pertencem ao vestuario & armas.

28Por huma caçaca de baeta ordinaria, doze oitavas.

29Por huma caçaca de panno fino, vinte oitavas.

30Por huma veste de seda, dezaseis oitavas.

31Por huns calçoens de panno fino, nove oitavas.

32Por huns calçoens de seda, doze oitavas.

33Por huma carniza de linho, quatro oitavas.

34Por humas ciroulas de linho, tres oitavas.

35Por hum par de meyas de seda, oito oitavas.

36Por hum par de çapatos de cordovão, cinco oitavas.

37Por hum chapeo fino de castor, doze oitavas.

38Por hum chapeo ordinario, seis oitavas.

39142 Por huma carapuça de seda, quatro ou cinco oitavas.

40Por huma carapuça de panno forrada de seda, cinco oitavas.

41Por huma boceta de tartaruga para tabaco, seis oitavas.

42Por huma boceta de prata de relevo para tabaco, se tem oito oitavas de prata, dão dez ou doze de ouro, conforme o feitio delia.

43Por huma espingarda sem prata, dezaseis oitavas.

44Por huma espingarda bem feita & prateada, cento & vinte oitavas.

45Por huma pistola ordinaria, dez oitavas.

46Por huma pistola prateada, quarenta oitavas.

47Por huma faca de ponta com cabo curioso, seis oitavas.

48Por hum canivete, duas oitavas.

49Por huma tizoura, duas oitavas.

50E toda a bugiaria que vem de França & de outras partes vende-se conforme o desejo que mostrão ter delias os compradores.

51Preços dos escravos das cavalgaduras.

52Por hum negro bem feito, valente & ladino, trezentas oitavas.

53Por hum molecão, duzentas & cincoenta oitavas.

54Por hum moleque, cento & vinte oitavas.

55Por hum crioulo bom official, quinhentas oitavas.

56Por hum mulato de partes ou official, quinhentas oitavas.

  • 7 Tous les nègres n’étaient pas employés à des travaux serviles, et il se trouvait des maîtres pour (...)

57Por hum bom trombeteiro7, quinhentas oitavas.

58Por huma mulata de partes, seiscentas & mais oitavas.

59Por huma negra ladina cozinheira, trezentas & cincoenta oitavas.

60Por hum cavallo sendeiro, cem oitavas.

61Por hum cavallo andador, duas livras de ouro.

  • 8 Cf. la consulta du Conselho Ultramarino du 24 mars 1710 relative à une demande d’augmentation de t (...)
  • 9 Cf. supra, pp. 31-33 et 380 381.

62E estes preços tam altos & tam correntes nas Minas || 143 forão causa de subirem tanto os preços de todas as cousas, como se experimenta nos portos das cidades & villas do Brasil8, & de ficarem desfornecidos muitos engenhos de assucar das peças necessarias, & de padecerem os moradores grande carestia de mantimentos por se levarem quasi todos aonde, vendidos, hão de dar mayor lucro9.

CHAPITRE VII. DE L’ABONDANCE DES VIVRES ET DE TOUS LES OBJETS COURANTS QU’IL Y A AUJOURD’HUI DANS LES MINES, ET DU PEU DE CAS QUE L’ON FAIT DE LEURS PRIX EXTRAORDINAIREMENT ÉLEVÉS

63La terre qui produit l’or étant absolument stérile de tout ce qui est nécessaire à la vie humaine, et la plus grande partie des routes des Mines ne l’étant pas moins, on ne peut imaginer ce que souffrirent les mineurs, au début, par manque de vivres, et combien d’entre eux moururent, un épi de maïs à la main, sans avoir pu trouver d’autre aliment1. C’est pourquoi, dès qu’on vit la quantité d’or qu’on extrayait et la libéralité avec laquelle on payait tout ce qui était apporté dans cette région, on fit des gîtes d’étapes2 et les marchands se mirent à expédier || 140 dans les Mines la fine fleur de ce qui arrive par les navires du Royaume et d’autres pays, aussi bien vivres que vêtements luxueux et magnifiques, sans compter mille bagatelles de France qui s’en allèrent aussi échouer là-bas3. Et de toutes les régions du Brésil, on commença à y envoyer - tout ce que produit la terre, avec un bénéfice non seulement important mais excessif. Et comme il n’y avait dans les Mines nulle autre monnaie que de la poudre d’or, le moins qu’on demandait et qu’on donnait pour n’importe quel objet était des gros. Si bien qu’on envoya dans les Minas Gerais les troupeaux de bœufs de Parnaguá, et dans les mines du Rio das Velhas, ceux des campagnes de Bahia4, ainsi que tout ce que les habitants de ces régions imaginaient qu’on pût désirer, matières premières ou produits manufacturés, superflu ou nécessaire. Bien que les prix soient aujourd’hui plus modérés, je vais donner ici une liste, établie avec exactitude par quelqu’un qui a vécu trois ans dans les Minas Gerais, du prix des choses qui, selon un commun accord, s’y vendaient en 1703, et je vais les répartir en trois séries : à savoir, les prix qui concernent les denrées comestibles, ceux des vêtements et des armes, et ceux des esclaves et des montures5. Les voici :

64Prix des denrées comestibles.

65Une tête de bétail, quatre-vingts gros.

66Un bœuf, cent gros.

67Une « main » de soixante épis de maïs, trente gros.

68Une alqueire de farine de manioc, quarante gros.

69Six gâteaux de farine de maïs, trois gros.

70Un saucisson, trois gros.

71Un jambon de huit livres, seize gros.

72Un petit pâté, un gros.

73Une livre de beurre, deux gros.

74141 Une poule, trois ou quatre gros.

75Six livres de viande de bœuf, un gros.

76Un fromage du pays, trois ou quatre gros selon le poids.

77Un fromage de Hollande, seize gros.

78Un fromage d’Alentejo, trois ou quatre gros.

79Une petite boîte de pâte de coing, trois gros.

80Un pot de dragées de quatre livres, seize gros.

81Un fond de pain de sucre pesant une arrobe6, trente-deux gros.

82Une livre de cédrats, trois gros.

83Un tonnelet d’eau-de-vie, chargement que porte un esclave, cent gros. Un tonnelet de vin, chargement que porte un esclave, deux cents gros. Un tonnelet d’huile d’olive, deux livres.

84Quatre gros de tabac en poudre parfumé, un gros.

85Six gros de tabac en poudre non parfumé, un gros.

86Une vare de corde de tabac, trois gros.

87Prix des choses qui touchent à l'habillement et aux armes.

88Une casaque de baiette ordinaire, douze gros.

89Une casaque de drap fin, vingt gros.

90Un gilet de soie, seize gros.

91Une culotte de drap fin, neuf gros.

92Une culotte de soie, douze gros.

93Une chemise de lin, quatre gros.

94Un caleçon de lin, trois gros.

95Une paire de bas de soie, huit gros.

96Une paire de chaussures en cuir, cinq gros.

97Un chapeau fin en castor, douze gros.

98Un chapeau ordinaire, six gros.

99142 Un bonnet de soie, quatre ou cinq gros.

100Un bonnet de drap doublé de soie, cinq gros.

101Une tabatière en écaille, six gros.

102Une tabatière en argent repoussé pesant huit gros d’argent, dix ou douze gros d’or, suivant le modèle.

103Un fusil sans argent, seize gros.

104Un fusil bien fait et rehaussé d’argent, cent vingt gros.

105Un pistolet ordinaire, dix gros.

106Un pistolet rehaussé d’argent, quarante gros.

107Un couteau à manche ouvragé, six gros.

108Un canif, deux gros.

109Une paire de ciseaux, deux gros.

110Et toutes les frivolités qui viennent de France et d’autres pays, on les vend selon le désir qu’en manifestent les acheteurs.

111Prix des esclaves et des montures.

112Un nègre de bonne constitution, travailleur et bien formé, trois cents gros.

113Un jeune nègre, deux cent cinquante gros.

114Un négrillon, cent vingt gros.

115Un nègre créole, bon artisan, cinq cents gros.

116Un mulâtre intelligent, ou artisan, cinq cents gros.

117Un bon joueur de trompette7, cinq cents gros.

118Une mulâtresse, six cents gros et plus.

119Une négresse bonne cuisinière, trois cent cinquante gros.

120Un cheval de charge, cent gros.

121Un cheval de selle, deux livres d’or.

122Ces prix si élevés et si courants dans les Mines || 143 ont été cause que les prix de toutes les choses ont tant monté, comme on le voit dans les ports des cités et les villes du Brésil8, que bien des habitations à sucre sont dépourvues des esclaves dont elles ont besoin et que la population souffre une grande pénurie de vivres parce qu’on les envoie presque tous à l’endroit où leur vente produira de plus grands bénéfices9.

Notes

1 Les terrains montagneux dans lesquels se trouvaient les mines étaient en effet peu fertiles et les cultures qu’on y faisait ne pouvaient suffire à alimenter la population de mineurs qui croissait rapidement. Le 20 mai 1698, Artur de Sá e Meneses informait D. Pedro II que les mineurs n’avaient pu s’occuper, cette annéelà, de l’exploitation des gisements « pela grande fome que experimentaram, que chegou a necessidade a tal extremo que se aproveitaram dos mais imundos animais, e faltando-lhes estes para poderem alimentar a vida, largaram as minas e fugiram para os matos com os seus escravos, a sustentarem-se das frutas agrestes que neles achavam » (lettre citée par Diogo de Vasconcelos, História antiga das Minas Gerais, I, p. 199). Et le 30 novembre 1700, il signalait à D. João de Lancastro que les mineurs du Ribeirão de Nossa Senhora do Carmo avaient du abandonner provisoirement leurs fouilles pour se mettre en quête de ravitaillement, car les vivres s’étaient faits rares et très chers, « custando hum alqueire de milho a quinze e dezasseis oitavas de ouro, e o de feijão a trinta, [...] e os mais géneros a este respeito » (Archives Casa Cadaval, lettre publiée infra, Document no XVI). Voir aussi note suivante..

2 Ce fut même l’occasion d’une rivalité entre Paulistes et Cariocas. En effet, au début de l’année 1700, les habitants de São Paulo sollicitèrent du gouverneur Artur de Sá e Meneses, par la voix des officiers de la municipalité, 1'exclusivité des concessions qui seraient distribuées dans la région des mines des Calaguás pour l’établissement de plantations de vivres ou de parcs a bestiaux, et ils protestèrent contre des rumeurs selon lesquelles les habitants de Rio de Janeiro prétendaient eux aussi y obtenir des concessions. Le gouverneur repoussa provisoirement cette requête car il considérait que les habitants des autres capitaineries du Brésil étaient vassaux du roi au même titre que les Paulistes, et qu’il était juste qu’ils puissent bénéficier des mêmes avantages que leurs voisins de la capitainerie de São Paulo, « porque os campos erão tão dilatados que todos haviam de ficar acomodados e satisfeitos », et il s’en remit à la décision de D. Pedro II. Mais en attendant celle-ci, il répartit quelques terres le long des routes qui conduisaient aux Minas Gerais, « por se evitar [...] o dano que se experimentava com a falta delles, perecendo à mizeria os mineiros ». Le 2 mars 1702 enfin, le Conselho Ultramarino présenta au roi un rapport sur cette affaire, aux termes duquel « conveniente parecia que aqueles campos gerais se povoassem e cultivassem para que seus moradores e cultivadores reparassem os danos que se temem e já se vão experimentando naqueles sertões por inabitados e a falta de mantimentos por incultos ». La répartition commencerait « pela parte que distarem das minas, porque junto delas ou sobre elas não convinha dar sesmarias pelo embaraço que os donos delas fariam aos estranhos beneficiarem as suas talhas », et bien entendu, toute réserve serait faite sur les mines qui pourraient être incluses dans les concessions. (Cf. consulta du Conselho Ultramarino, 2 mars 1702, in Doc. Hist., XCIII, pp. 132-134, et lettre de D. Pedro II à Artur de Sá e Meneses, Lisbonne, 15 novembre 1701, in Doc. Int. S. Paulo, LI, p. 43). Cependant, ces concessions ne purent pas fournir immédiatement des récoltes et des produits d’élevage suffisants pour une population qui comptait non seulement les mineurs mais leurs familles, et qui était en accroissement constant. C’est pourquoi il fallut aux Mines, pendant bien des années, l’apport constant des vivres de tout genre en provenance des capitaineries de Bahia et de Pernambuco, malgré l’interdiction de toute communication et de tout commerce entre la région des Mines et ces capitaineries. (Cf. lettre de Baltasar de Godoy Moreira à D. João V, Rio das Velhas, 31 juillet 1705, A. H. U., Rio de Janeiro 3101, publiée infra, Document no XXIII).

3 Cf. le Journal d’un voyage sur les Costes d’Afrique et aux Indes d'Espagne... commencé en 1702 et fini en 1706, pp. 236-237, dont l’anonyme auteur séjourna à Bahia du 1er avril au 28 juin 1703 et à Rio de Janeiro du 10 juillet au 12 août de la même année : « Le commerce est ici [à Bahia] considérable. Premièrement la plus grosse partie de la flotte de Lisbonne, qui est nombreuse, y vient tous les ans, à peu près dans cette saison. Elle y apporte de la farine, du biscuit, du vin, de l’huile, des jambons, etc., quantité d’étoffes de soie et de laine, des chapeaux, des bas, des souliers même ; et en un mot une infinité de marchandises de toutes sortes et de toutes façons dont il se fait une consommation prodigieuse [...] En arrivant elle se partage en trois ; une partie va à Pernambouc, une autre à la Baie, et la troisième au Rio de Janeiro ». Mais les marchandises de luxe arrivaient principalement des pays étrangers, ce qui provoquait d’importantes sorties d’or et d’argent, car beaucoup de négociants exigeaient d’être payés en pièces et en lingots d’or « por terem maior lucro e mais seguro na moeda », plutôt que d’être payés en produits du pays, ainsi que le souhaitait le gouvernement portugais. C’est pourquoi, le 17 juillet 1709, le Conselho Ultramarino représenta à D. João V qu’il fallait « moderar com pragmática os excessos dos moradores do Brasil, prohibindo-lhes os generos e fazendas estrangeiras, [...] que são de maior valor e sem as quais podem passar sem descómodo, como são brocados, telas, primaveras de toda a conta, guarnições de ouro e prata, damascos e veludos e todo o genero de lençaria fina, estrangeira e outras cousas semelhantes ». Quant aux marchandises qui seraient tolérées, elles devraient payer un droit d’entrée de 15 %. Par contre, comme il ne convenait pas que l’or du Brésil cessât d’aflluer au Portugal, on favoriserait l’introduction des soies et des toiles en provenance de l’Inde et de la Chine, qui seraient transportées sur des navires portugais et n’auraient à payer qu’un droit de 5 %. Ainsi les caisses de la métropole se rempliraient, et le commerce avec l’Inde et avec Macau se trouverait développé (cf. consulta du Conselho Ultramarino, 17 juillet 1709, in Doc. Hist., XCIII, pp. 228-229).

4 Pendant les premières années de la minération de l’or, les mineurs furent en effet ravitaillés par des troupeaux de bœufs qui venaient moins de Parnaguá, à cause de la difficulté des routes, que de Bahia et de Pernambouc. Cf. lettre de Pedro Taques de Almeida à D. João de Lancastro, S. Paulo, 20 mars 1700 (citée par O. Derby, Os primeiros descobrimentos de ouro nos districtos de Sabara e Caêthê, p. 283 : « Dizem os homens que tem andado este sertão que será e he mais facil conduzir gado dos currais dessa cidade [da Bahia] para as minas do que levá-los destas capitanias — o que verificou a experiencia nas boiadas dos moradores dessa Bahia que V. S. fez conduzir para as ditas minas ». Voir aussi lettre d’Artur de Sá e Meneses à D. João de Lancastro, Rio das Velhas, 30 novembre 1700, publiée infra, Document no XVI. Le 5 mars 1701, D. João de Lancastro s’informait auprès du capitaine João de Gois, qui revenait d’une mission dans la région des Mines, « se da parte de São Paulo, Rio de Janeiro e mais villas que ficão na repartição do Sul, há gados bastantes e mantimentos para provimento da gente que se acha oje lavrando ouro nas ditas minas, ou se precizamente lhe he necessario valerem-se dos gados e mantimentos dos curraes desta Bahía, e qual caminho he mais acommodado e facil para a condução dos ditos gados e mantimentos, se o que vem de Sam Paulo e Rio de Janeiro para as minas, ou o que para ellas vay deste certam » (lettre de D. João de Lancastro à João de Góis, Bahia, 5 mars 1701, Archives Casa Cadaval, Cód. 1087, f. 482, publiée infra, Document no XXIX ; voir aussi la réponse de João de Góis, Babia, 6 mars 1701, ibid., ff. 482-483, publiée infra, Document no XXX). Cependant, un ordre de D. Pedro II, daté du 7 février 1701, allait bientôt arriver à Bahia et à Rio de Janeiro et annoncer l’interdiction absolue de toute communication et de tout commerce entre la capitainerie de Bahia et les « mines de S. Paulo », c’est-à-dire toute la région minière des Cataguás, Caeté et Rio das Velhas (cartas regias à D. João de Lancastro et à Artur de Sá e Meneses, in Doc. Hist., LXXXIV, pp. 170-171 et Doc. Int. S. Paulo, LI, pp. 19-20). Cette mesure avait été prise pour essayer de remédier aux considérables fraudes sur le quint auxquelles donnait lieu un commerce devenu très actif. Mais comment pouvait-on appliquer la loi avec toute la rigueur requise dans des régions vastes, le plus souvent désertes, et insuffisamment pourvues de soldats ou d’hommes chargés de fonctions de police ? Le 31 juillet 1705, Baltasar de Godoy Moreira, écrivant à Artur de Sá e Meneses, lui énumérait « os impossíveis que se oferecem ao vedar dos caminhos dos currais da Bahia e as inconveniencias que dali resultão. O impossivel é a respeito dos muitos caminhos que hoje há abertos por varias partes, que vão sair onde lhes parece, pela muito largura do sertão e Campos Gerais, tanto do Rio de S. Francisco para cá como para lá, que segurem vão sair ao Rio das Mortes. As inconveniencias são porque os que confiscâo se aproveitão de tal sorte que não cabe à S. M., que Deus guarde, a sexta parte do que se confiscou ». Et Baltasar de Godoy affirmait encore : « É impossivel deixarem de vir de lá carregações, porque me escreve um Barrigudo da Bahia [sans doute un desembargador, ainsi nommé par moquerie] que, quer o Governador queira quer não, hão de vir e mandar, uns movidos da necessidade e outros de interesse » (A. H. U., Rio de Janeiro 3104, publiée infra, Document, no XXV). C’est pourquoi il suggérait qu’on laissât pénétrer dans les Mines ces convois, mais qu’on obligeât les négociants, avant qu’ils ne regagnent les capitaineries de Bahia ou de Pernambouc d’où ils étaient venus, à passer par Rio de Janeiro pour s’acquitter du quint dû au roi (ibid. ; cf. deux autres lettres de Baltasar de Godoy Moreira à D. João V, Rio das Velhas, 30 et 31 juillet 1705, A. H. U., Rio de Janeiro 3106 et 3101, publiées infra, Documents no XXII et XXIII). Cet avis ne fut pas retenu et, en dépit des ordres que les gouverneurs répétaient depuis l’interdiction de 1701, troupeaux de bœufs et caravanes de marchandises et d’esclaves continuèrent à affluer vers les Mines (cf. la volumineuse correspondance adressée par les gouverneurs de Bahia et de Pernambouc aux capitães-mores en poste dans l'intérieur de ces capitaineries, in Doc. Hist., XXXIX, pp. 185-186, XL, pp. 269-270, XLI, pp. 21-22, 40-41, 147, 150-151, 153-155, 157-159, 220-221, 239-241, 266-268 ; Doc. Int. S. Paulo, LU, pp. 165-166 ; « Annaes do Museu Paulista », III, 1927, 2e parte, pp. 312-313).

5 La conversion en réis de tous les prix indiqués dans cette liste, au taux de 1 200 réis le gros, suivant la valeur courante de l’or en poudre non quinté à Rio de Janeiro, permet de constater que les marchandises de première nécessité atteignaient dans les Mines de 1 500 à 4 800 fois la valeur qu’ils avaient à Bahia ou à Sã o Paulo. Ainsi, alors qu’un bœuf était vendu de 4 à 8 000 réis à Bahia, il en valait 120 000 dans les Mines ; alors qu’une arrobe de sucre était vendue pour un prix moyen de 1 600 réis à Bahia, dans les Mines elle en valait 38 400, etc.

6 A titre de comparaison pour quelques-uns des prix indiqués ci-dessous par Antonil, voir la lettre adressée le 10 février 1704 par le chanoine Gaspar Ribeiro, résidant au Rio das Velhas, au gouverneur D. Álvaro da Silveira de Albuquerque (A. H. U., Rio de Janeiro 2853, publiée infra, Document no XXXI) : une petite courtepointe avait été vendue 80 gros ; 3 nègres, 660 gros ; 1 tonnelet d’eau-devie de canne, 80 gros ; un tonnelet de Cataluna ( ?), 80 gros. Voir aussi Affonso de E. Taunay, O Preço da vida em S. Paulo em fins do século XVII e em meados do século XVIII, in « Annaes do Museu Paulista », III (1927), pp. 389-405.

7 Tous les nègres n’étaient pas employés à des travaux serviles, et il se trouvait des maîtres pour leur faire apprendre la musique. On parle même de tel maître d’habitation à sucre de Bahia qui, au xvie siècle, eut un orchestre de nègres dirigé par un marseillais... (cf. Gilberto Freyre, Sobrados e mucambos, I, p. 181).

8 Cf. la consulta du Conselho Ultramarino du 24 mars 1710 relative à une demande d’augmentation de traitement présentée par les ouvidores gerais nouvellement nommés au rio das Velhas, au rio das Mortes et au rio do Ouro Preto (A. H. U., São Paulo 81) : « Deste requerimento se deu vista ao Procurador da Fazenda, e respondeu que o Rio de Janeiro e o seu sertão, pelo grande número de gentes que tem concorrido às Minas e pela distância e dificuldade de mantimentos, tinha grande carestia os frutos e viveres necessarios para o sustento dos habitadores ».

9 Cf. supra, pp. 31-33 et 380 381.

© Éditions de l’IHEAL, 1968

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

amazon.fr