Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Cultura e opulencia do Brasil por suas drogas e minas

 | 
André Joao Antonil

Terceira parte. Cultura e opulencia do Brasil pelas minas do ouro/Troisième partie. De l'exploitation des richesses du Brésil en mines d'or

Capitulo VI. Das datas ou repartiçoens das minas

Texte intégral

  • 1 Le regimento das minas dont Antonil donne ici l’essentiel fut rédigé en 1702 pour le desembargador(...)
  • 2 Ou, plus exactement, la première concession était donnée à l’inventeur « adonde elle apontar » ; l (...)
  • 3 Ce tirage, au sort se faisait à l’aide de petits papiers qui portaient le nom de chacun des mineur (...)
  • 4 Ibid. Antonil ne mentionne pas la concession que D. João V, en décembre 1706, fit attribuer à la Ju (...)
  • 5 Jusqu’à concurrence de douze esclaves. Cf. Regimento das minas, art. 5, infra, Document no XVIII..
  • 6 Exact, mais c’est à partir de douze esclaves qu’une concession de 30 brasses carrées était accordé (...)
  • 7 Je n’ai pu trouver de documents relatifs au paiement de ce droit tel que 1’énoncé Antonil. L’artic (...)
  • 8 La concession du roi n’était pas vendue, mais affermée au plus offrant. Cf. article 22 du Regiment (...)
  • 9 La vente d’une concession était cependant strictement interdite, sauf si le possesseur venait à pe (...)

1Para evitar a confusão, o tumulto & as mortes que haveria no descobrimento dos ribeiros do ouro, se assentou o que pertence às repartiçoens desta sorte1. Tem o descobridor a primeira data como descobridor, & outra como mineiro; segue-se a que cabe a El-Rey, & atraz desta a do guarda mór2. As outras se distribuem por sortes3. As que chamão datas inteiras são de trinta braças em quadra, & taes são a d’El-Rey & as do descobridor & guarda mór4. As outras, que se dão por sortes, tem a extensão proporcionada ao numero dos escravos que trazem para catar, dando duas braças em quadra por cada escravo ou Indio de que se servem nas catas5. E assim, a quem tem quinze escravos se dá huma data inteira de trinta braças em quadra6. Para ser admitido à repartição por sortes, he necessario fazer petição ao superintendente das ditas repartiçoens, ao qual se dá pelo despacho da petição huma oitava de ouro, & outra ao seu escrivão7. E às vezes acontece ofíereceremse quinhentas petiçoens, & levarem || 139 o repartidor & o escrivão mil oitavas, & não tirarem todos os mineiros juntos outro tanto de taes datas, por falharem no seu rendimento. E por isso procurão outras datas, havendo descobrimento de novos ribeiros. A data d’El-Rey logo se vende a quem mais olferece8; & pode também qualquer vender ou trocar a sua data. E nisto se virão, & vem a cada passo varios & differentes successos, tirando huns mineiros de poucas braças muito ouro, & outros de muitas pouco; & já houve quem por pouco mais de mil oitavas vendeo data, da qual o comprador, tirou sete arrobas de ouro9. Pelo que se tem por jogo de bem ou mal afortunado o tirar ou não tirar ouro das datas.

CHAPITRE VI. DES CONCESSIONS OU LOTISSEMENTS DES MINES

2Afin d’éviter les désordres, les troubles et les meurtres qui pourraient avoir lieu lors de la découverte des cours d’eau aurifères, on a règlementé de la façon suivante ce qui touche aux lotissements1. A l’inventeur revient la première concession, en sa qualité d’inventeur, plus une autre en sa qualité de mineur ; la suivante est celle qui revient au Roi ; puis celle du guarda-mór2. Les autres sont distribuées par tirage au sort3. Les concessions dites entières sont de trente brasses carrées ; telles sont les concessions du Roi, de l’inventeur et du guarda-mór4. La surface de celles qui sont données par tirage au sort est proportionnelle au nombre d’esclaves qu’il y a pour faire les fouilles, à raison de deux brasses carrées pour chaque esclave ou indien utilisé pour ces fouilles5. Ainsi, à qui possède quinze esclaves, on donne une concession entière de trente brasses carrées6. Pour participer au lotissement par tirage au sort, il faut en faire la demande au superintendant des dits lotissements, auquel on donne, ainsi qu’à son secrétaire, un gros d’or pour l’expédition de la demande7. Il arrive parfois que cinq cent demandes soient faites, que || 139 le lotisseur et le secrétaire gagnent mille gros, et que tous les mineurs réunis ne parviennent pas à en retirer autant de leurs concessions, parce que celles-ci ne rendent pas ce qu’on en espérait. C’est pourquoi, dès que de nouveaux cours d’eau sont découverts, ils demandent d’autres concessions. La concession du Roi est aussitôt vendue au plus offrant8 ; n’importe qui peut également vendre ou échanger sa concession9 ; et dans ces opérations, on a vu et on voit encore, à tout moment, des résultats bien différents, certains mineurs extrayant beaucoup d’or d’un petit nombre de brasses, et d’autres, peu d’or d’un grand nombre de brasses ; et on a déjà vu vendre pour à peine plus de mille gros une concession dont l’acheteur put extraire ensuite sept arrobes d’or9. C’est pourquoi l’on tient pour jeu de bonne ou mauvaise chance d’extraire ou non de l’or des concessions.

Notes

1 Le regimento das minas dont Antonil donne ici l’essentiel fut rédigé en 1702 pour le desembargador José Vaz Pinto, superintendant des mines. Une très mauvaise transcription a été faite dans les Documentos interessantes para a história de São Paulo, LI, pp. 74-88 et 72. Mais il en existe une copie à l’Arquivo Histórico Ultramarino de Lisbonne, (São Paulo 65) qui, malgré quelques erreurs, permet l’établissement d’un texte satisfaisant, encore que la date du document ne puisse être fixée avec exactitude : 17 avril 1702 dans les Documentos Int. São Paulo, 19 avril 1702 dans la copie de Lisbonne. Par ailleurs, le texte de l’Arquivo Histórico Ultramarino comporte, à la suite du regimento lui-même, quatre lettres adressées par D. Pedro II à José Vaz Pinto pour en modifier certains articles ou les expliciter davantage. Toutes ces pièces sont publiées infra, Document no XVIII.)

2 Ou, plus exactement, la première concession était donnée à l’inventeur « adonde elle apontar » ; la seconde au roi « no mais bem parado do dito ribeiro » ; la troisième à l’inventeur « como lavrador, em outra qualquer parte que elle apontar, por convir que os descobridores sejão em tudo favorecidos e esta mercê os anime a fazerem muitos descobrimentos ». Cf. Regimento das minas, art. 5. Suivant l’article 9 de ce même règlement, « nenhum dos ministros ou officiaes deputados à administração das minas » ne pouvait avoir de concession. Mais le 7 mai 1703, révoquant les termes des articles 6 et 9, le roi autorisa le superintendant et lé guarda-mór à s’attribuer un lot immédiatement après ceux qui seraient donnés aux associés de l’inventeur, et à l’exploiter ; en revanche le guarda-mór se voyait retirer le traitement primitivement prévu à l’article 10 du règlement. Cf. lettres de D. Pedro II à José Vaz Pinto, 7 mai 1703, infra, Document no XVIII.

3 Ce tirage, au sort se faisait à l’aide de petits papiers qui portaient le nom de chacun des mineurs prétendant a 1 attribution d’un lot ; brassés dans un récipient quelconque, ils étaient ensuite retirés un par un par « hum menino de menor idade que se achar » et les concessions étaient distribuées dans l’ordre du tirage. Cf. Regimento das minas, art. 5, infra, Document no XVIII).

4 Ibid. Antonil ne mentionne pas la concession que D. João V, en décembre 1706, fit attribuer à la Junta dos Tres Estados, organisme chargé d’administrer tous les revenus du royaume, « por ser precizo procurar todos os meyos que possão contribuir para aliviar os povos deste Reino fde Portugal] que se achão gravados com as contribuições que dão para as despezas da guerra e para muitos outros negocios pertencentes a conservação do mesmo Reino ». Chacune de ces concessions qui aurait « alguma ventagem às que se dão a particulares », devait être exploitée et administrée pour le compte de la Junta par « huma pessoa principal e de toda a confiança, verdade e intelligencia » que choisirait le gouverneur de Rio de Janeiro. L’ensemble des concessions attribuées à la Junta dos Tres Estados devait tendre à « estabelecer nas minas de São Paulo hûa renda concideravel », que réclamaient les dépenses faites pour la défense du royaume alors engagé dans la guerre de Succession d’Espagne (A. H. U., Rio de Janeiro 2916).

5 Jusqu’à concurrence de douze esclaves. Cf. Regimento das minas, art. 5, infra, Document no XVIII..

6 Exact, mais c’est à partir de douze esclaves qu’une concession de 30 brasses carrées était accordée. Ibid.

7 Je n’ai pu trouver de documents relatifs au paiement de ce droit tel que 1’énoncé Antonil. L’article 10 du Regimento das minas prévoyait que toute personne qui solliciterait une concession devrait donner, en guise de rétribution du superintendant, du guarda-mór et autres ministres, le dixième du prix pour lequel serait affermée la concession du roi. Cependant, par suite des modifications apportées aux articles G, 9 et 10 par D. Pedro II, le 7 mai 1703, cette disposition fut annulée.

8 La concession du roi n’était pas vendue, mais affermée au plus offrant. Cf. article 22 du Regimento das minas, infra, Document no XVIII). Cet article fut modifié, le 7 mai 1703, par D. Pedro II dans les termes suivants : au cas où les offres d’adjudication ne seraient pas assez fortes, le superintendant permettait à une personne de confiance d’exploiter la concession du roi à ses frais, étant entendu qu’elle garderait pour elle la moitié de l’or trouvé, et que l’autre moitié serait versée au Trésor royal. Cf. infra, Document no XVIII).

9 La vente d’une concession était cependant strictement interdite, sauf si le possesseur venait à perdre les esclaves qui devaient en assurer l’exploitation. Cf. article 1 du Regimento das minas, infra, Document no XVIII.

© Éditions de l’IHEAL, 1968

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

amazon.fr