Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Cultura e opulencia do Brasil por suas drogas e minas

 | 
André Joao Antonil

Terceira parte. Cultura e opulencia do Brasil pelas minas do ouro/Troisième partie. De l'exploitation des richesses du Brésil en mines d'or

[134] Capitulo IV. Do rendimento dos ribeiros & de diversas qualidades de ouro que delles se tira

Texte intégral

  • 1 Je n’ai pu trouver de référence au rendement de ce gisement.
  • 2 En 1705, c’est-à-dire quatre ans après avoir été loti, le ribeirão de Nossa Senhora do Campo était (...)
  • 3 C’est-à-dire environ 80 kgs d’or dans un terrain d’un peu plus de 8 m.
  • 4 Antonil, ou plutôt son informateur, décrira plus loin (infra, pp. 450-451) les dispositions particu (...)

1Das Minas Geraes dos Cataguâs, as melhores & de mayor rendimento forão até agora a do ribeiro do Ouro preto1, a do ribeirão de Nossa Senhora do Carmo2, & a do ribeiro de Bento Rodriguez, do qual em pouco mais de cinco braças de terra se tirarão cinco arrobas de ouro3. Tambem o rio das Velhas he muito abundante de ouro, assim pelas margens como pelas ilhas que tem & pela madre ou veyo da agua; e delle se tem tirado & se tira ainda em quantidade abundante4.

  • 5 C’est-à-dire 7,648 g.
  • 6 Cf. supra, note 4.

2Chamão os Paulistas ribeiro de bom rendimento o que dá em cada bateada duas oitavas de ouro. Porém, assim como ha bateadas de meya oitava & de meya pataca, assim ha tambem bateadas de tres, quatro, cinco, oito, dez, quinze, vinte & trinta oitavas & mais5. E isto não poucas vezes succedeo na do ribeirão, na do Ouro preto, na de Bento Rodriguez & na do rio das Velhas6.

  • 7 Antonil se réfère soit à D. Francisco Naper de Alencastre, qui fut gouverneur de la Nova Colonia do (...)

3Os grãos de mayor pezo que se tiràrão, forão hum de noventa & cinco oitavas, outro de tres livras que repartirão entre si tres pessoas com hum machado, outro que passou de cento & cincoenta oitavas, em forma de huma lingua de boy, que se mandou ao Governador da Nova Colonia7, & outra mayor de seis livras.

  • 8 Je n’ai pu trouver de références particulières à la qualité de l’or de ce gisement et des gisements (...)
  • 9 Cf. supra, p. 355, note 17.

4Quanto às qualidades diversas do ouro, sabe-se que o ouro a quem chamão preto por ter na superficie huma cor|| 135 semelhante à do aço, antes de ir ao fogo, provando-se com o dente, logo apparece amarello, vivo, geniado, & he o mais fino porque chega quasi a vinte & tres quilates. E quando se lhe poem o cunho na fundição, faz gretas na barreta como se arrebentasse de todas as partes, & por dentro dá taes reflexos que parecem rayos do sol8. O do Ribeirão he mais miudo & mais polme, & compete na bondade com o ouro preto porque chega a vinte & dous quilates. O ouro do ribeiro de Bento Rodriguez, posto que seja mais grosso & palpavel & bem amarello, comtudo não tem a perfeição do ouro preto & do ouro do Ribeirão, mas quando muito chega a vinte quilates. O ouro do ribeiro do Campo & o do ribeiro de Nossa Senhora de Monserrate he grosso & muito amarello, & tem vinte & hum quilates & meyo. O ouro do rio das Velhas he finíssimo & chega a vinte & dous quilates. O ouro finalmente do ribeiro de Itatiaya he de cor branca, como a prata, por não estar ainda bem formado, como dissemos acima, & deste se faz pouco caso, posto que alguns digão que indo ao fogo às vezes por mais formado foy mostrando a cor amarella9.

  • 10 Sur l’obligation faite aux mineurs de déclarer les gisements qu’ils trouvaient, cf. supra, p. 359, (...)
  • 11 Étant donné les nombreuses fraudes auxquelles se livraient les mineurs et, d’une façon plus général (...)
  • 12 Cf. lettre de D. Rodrigo da Costa, gouverneur général du Brésil, à D. Pedro II, Bahia, 20 juin 1703 (...)
  • 13 Les documents abondent sur la question du détournement des quints et sur la répugnance avec laquell (...)
  • 14 On sait en effet que les lingots d’or fondus dans une casa de fundição ou à l’hôtel des monnaies de (...)
  • 15 Cf. ordre de D. Pedro II à D. Álvaro da Silveira e Albuquerque, Lisbonne, 7 mai 1703 (A. H. U., Rio (...)
  • 16 Sur l’hôtel des monnaies de Rio de Janeiro et sur la question des monnaies nationale et provinciale (...)

5Houve anno em que de todas estas minas ou ribeiros se tiràrão mais de cem arrobas de ouro, fóra o que se tirava & tira escondidamente de outros ribeiros que os descobridores não manifestarão para os não sujeitarem logo à repartição10. E se os quintos de El-Rey chegarão a dezasete & a vinte arrobas, sonegando-se tanto ouro não quintado, bem se deixa ver que o ouro que cada anno se tira, sem encarecimento algum, passa de cem arrobas, & que nestes dez annos passados se tem tirado mais de mil arrobas. E se nos primeiros annos não chegàrão a cem arrobas, nos outros certamente passàrão11. E continuando ao presente o rendimento com igual ou com mayor abundancia, por razão do mayor numero dos que se empregão em catar, só os quintos devidos a Sua Magestade || 136 se forão notavelmente diminuindo, ou por se divertir para outras partes o ouro em pó12, ou por não ir a casa dos quintos13, ou por usarem alguns de cunhos falsos14, com engano mais detestavel. Mas ainda assim, não deixou Sua Magestade de ter grande lucro na casa da moeda do Rio de Janeiro, porque, comprando o ouro a doze tostoens a oitava15, & batendo-se em dous annos tres milhoens de moeda nacional & provincial de ouro, foy lucrando seiscentos mil cruzados de avanço16.

134 CHAPITRE IV. DU RENDEMENT DES RIVIÈRES ET DES DIFFÉRENTES QUALITÉS D’OR QU’ON EN EXTRAIT

6Dans les Minas Gerais dos Cataguás, les meilleurs mines et celles qui fournissent le plus grand rendement ont été, jusqu’à présent, celles du ribeiro do Ouro Preto1, celle du ribeiro de Nossa Senbora do Carmo2, et celle du ribeiro de Rento Rodrigues dont on a tiré, dans un espace d’un peu moins de cinq brasses de terre, cinq arrobes d’or3. Le rio das Velhas possède également de l’or en abondance, aussi bien sur ses rives que dans les îles qui le parsèment et dans le fond de son lit. On en a extrait et on en extrait encore de l’or en très grande quantité4.

7Les Paulistes qualifient de rivières d’un bon rendement celles qui donnent deux gros d’or par battée. Mais de même qu’il y a des battées d’un demi-gros et d’une demi-pataque, de même il y a des battées de trois, quatre, cinq, huit, dix, quinze, vingt, trente gros et plus5. Et cela s’est produit bien des fois dans la mine du Ribeirão, dans celle d’Ouro Preto, dans celle de Rento Rodrigues et dans celle du rio das Velhas6.

8Les grains les plus lourds qu’on a extrait furent un grain de quatre-vingt-quinze gros ; un autre de trois livres, que trois personnes se partagèrent entre elles à la hache ; un autre encore, en forme de langue de bœuf, qui pesait plus de cent cinquante gros et qui fut envoyé au gouverneur de la Nouvelle Colonie7 ; et un dernier, enfin, de plus de six livres.

9Quant aux différentes qualités d’or, on sait que l’or qui porte le nom d’or noir parce que sa surface est d’une couleur || 135 semblable à celle de l’acier avant d’être mis au feu, apparaît d’un jaune d’œuf vif lorsqu’on l’essaye en y portant les dents. C’est l’or le plus fin, car il atteint presque vingt-trois carats. Et quand, au cours de la fonte, on le marque au poinçon, le lingot se fendille, comme s’il allait éclater en tous sens, et l’intérieur jette de tels feux qu’on dirait des rayons de soleil8. L’or du Ribeirão est plus petit et plus pâteux, mais il rivalise en qualité avec l’or noir, puisqu’il arrive à faire vingt-deux carats. L’or du ribeiro de Bento Rodrigues, bien qu’il soit plus gros, plus consistant et bien jaune, ne possède pourtant pas la perfection de l’or noir et de l’or du Ribeirão, et il arrive tout au plus aux vingt carats. L’or du ribeiro do Campo et celui du ribeiro de Nossa Senhora de Monserrate est gros et très jaune, et il fait vingt-et-un carats et demi. L’or du rio das Velhas est extrêmement fin, et arrive à vingt-deux carats. Enfin l’or du ribeiro de Itatiaiá est de couleur blanche, comme l’argent, parce qu’il est encore imparfaitement formé, comme nous 1'avons déjà dit, et l’on en fait peu de cas, bien que certains prétendent qu’en allant au feu il apparut parfois de couleur jaune, étant davantage formé9.

10Une année, on a extrait de toutes ces mines ou rivières plus de cent arrobes d’or, sans compter ce qui était extrait et est encore extrait en cachette d’autres cours d’eau que leurs inventeurs n’ont pas déclaré afin de ne pas les soumettre aussitôt au lotissement10. Et si les quints pour le Roi se sont montés à dix-sept et même vingt arrobes, alors que tant d’or était soustrait au quint, il est bien évident que la quantité d’or qu’on extrait chaque année dépasse, sans la moindre exagération, les cent arrobes, et que, pendant ces dix dernières années, on en a extrait plus de mille arrobes. Et si, au cours des premières années, on n’atteignit pas cent arrobes, il est certain que, les années suivantes, on les a dépassées11. Et alors qu’en ce moment le rendement est toujours égal et même plus grand, grâce au plus grand nombre de ceux qui s’emploient à faire des fouilles, seuls les quints dûs à sa Majesté || 136 ont notablement diminué, soit qu’on détourne l’or en poudre vers d’autres pays12, soit qu’on ne l’envoie pas à la maison des quints13, soit que, par une tromperie encore plus détestable, certaines gens usent de faux poinçons14. Mais même encore ainsi, Sa Majesté ne laisse pas d’avoir de grands bénéfices à l’hôtel des monnaies de Rio de Janeiro car, en faisant acheter l’or à douze testons le gros15, et frapper en deux ans trois millions [de cruzades] de monnaie d’or, « nationale » et « provinciale », son bénéfice a été de six cent mille cruzades16.

Notes

1 Je n’ai pu trouver de référence au rendement de ce gisement.

2 En 1705, c’est-à-dire quatre ans après avoir été loti, le ribeirão de Nossa Senhora do Campo était toujours exploité « com a mesma grandeza como antes », et l’on supposait que le gisement serait durable « porque não lavrando os mineiros ainda por terra », ils tiraient profit uniquement du lit de la rivière. Cf. lettre de Baltasar de Godoy Moreira au loi, Minas Gerais, 31 juillet 1705, A. H. U., Rio de Janeiro 3102.

3 C’est-à-dire environ 80 kgs d’or dans un terrain d’un peu plus de 8 m.

4 Antonil, ou plutôt son informateur, décrira plus loin (infra, pp. 450-451) les dispositions particulières du gisement du rio das Velhas, où il se trouva des bâtées contenant chacune quarante, cinquante gros d’or et plus, c’est-à-dire 153 g, 191 g et plus.

5 C’est-à-dire 7,648 g.

6 Cf. supra, note 4.

7 Antonil se réfère soit à D. Francisco Naper de Alencastre, qui fut gouverneur de la Nova Colonia do Sacramento de 1690 à 1703, soit à Sebastião da Veiga Cabral, qui succéda à celui-ci en 1703. La fondation de cette colonie trouve son origine dans la bulle Romani Pontificis Pastoralis Solicitudo du 22 novembre 1676. Cette bulle, en effet, créait l’évêché indépendant de Rio de Janeiro et lui attribuait pour diocèse les terres qui s’étendaient depuis la capitainerie d’Espírito Santo jusqu’au Rio da Prata. C’est le 20 janvier 1680 qu’une escadre conduite par D. Manuel Lobo, gouverneur de Rio de Janeiro, jeta l’ancre dans le Rio da Prata, près de S. Gabriel, afin de prendre possession de ce territoire et d’y édifier une forteresse. Mais dès le mois suivant, la petite colonie se trouva en difficulté par suite du manque de vivres et, le 7 août de la même année, ne put résister à l’attaque d’une importante escadre espagnole. Cette défaite fut vivement ressentie par la Couronne portugaise qui entama aussitôt d’importantes négociations avec l’Espagne et avec le Saint-Siège, et se vit confirmer ses droits sur le Sacramento. Le 28 janvier 1683, une escadre partie de Rio de Janeiro reprit possession de la forteresse de S. Gabriel et, cette fois, les Portugais se maintinrent jusqu’en 1705 dans ce qu’on avait appelé la « Nova Colónia do Sacramento » — date à laquelle ils furent à nouveau attaqués par les Espagnols et durent subir la domination de ceux-ci jusqu’en 1715 (cf. História geral da Civilização brasileira, 1-1, pp. 327-338 et Varnhagen, História geral do Brasil, V, p. 305).

8 Je n’ai pu trouver de références particulières à la qualité de l’or de ce gisement et des gisements suivants. Et d’ailleurs, dans un rapport rédigé le 28 août 1705 sur l’ordre du Conselho Ultramarino dont il était membre, Francisco Dantas Pereira évoquait les difficultés rencontrées à l’hôtel des monnaies de Rio de Janeiro pour essayer de déterminer le titre de l’or de chaque gisement « pela grande differença que vai do ouro que se tira de huma mina existente ou do ouro que se tira por lavagens de rios e ribeiros, com tanta distancia de humas para as outras com a diversidade das gentes que maneyão este ouro, e assim não se pode fazer numqua ponto fixo para se reconhecer a bondade do ouro de cada rio ou ribeiro, sem embargo de que a experiencia tem mostrado que o ouro destas minas de 22 quillates a 23 e alguns grãos não baixa nem sobe » (A. H. U., Rio de Janeiro 3117).

9 Cf. supra, p. 355, note 17.

10 Sur l’obligation faite aux mineurs de déclarer les gisements qu’ils trouvaient, cf. supra, p. 359, note 11.

11 Étant donné les nombreuses fraudes auxquelles se livraient les mineurs et, d’une façon plus générale, les habitants de la région de Minas Gerais et les négociants qui s’y rendaient pour leurs affaires, il était impossible de connaître avec certitude le rendement des mines, et c’est pourquoi les chiffres avancés par Antonil sont difficilement contrôlables : « Affirmâo os de mayor experiencia e millior ponderação que se do ouro que nellas se tira cada armo se pagassem os quintos e dalas com pontualidade, teria V. Magde mais de cem arrobas cada anno », écrivait au roi le desembargador João Pereira do Vale le 7 décembre 1705 (A. H. U., Rio de Janeiro 3100). Cependant j’ai pu confronter le texte d’Antonil à deux informations, l’une datée de 1700, l’autre de 1709, et voir que ses chiffres sont approximativement acceptables. En effet, le 26 juin 1700, Manuel de Sousa, juiz de l’hôtel des monnaies de Rio de Janeiro, annonçait à D. Pedro II l’envoi de 12 arrobes d or, montant du quint, et il estimait que 1'année suivante le quint serait encore plus important, « em razão da riqueza do mineral e de muita gente que se acha nas minas e a que todos os dias está indo, uns a tirar ouro, outros com mantimentos e todos com sede de trazer ouro, que nenhum lá vai a outro fim » (A. H. U., Rio de Janeiro 2404). Et une consulta du Conselho Ultramarino du 17 juillet 1709 signalait « o estado em que de presente se acha o rendimento dos quintos, sendo tão limitado que não chegou nestes próximos anos a duzentos mil cruzados », soit 80 contos de réis ou 15 arrobes d’or environ (in Doc. Hist., CXIII, p. 229).

12 Cf. lettre de D. Rodrigo da Costa, gouverneur général du Brésil, à D. Pedro II, Bahia, 20 juin 1703 (in Doc. Hist., XXXIV, p. 250) : « É certo, Senhor, que todas as naos estrangeiras que vão da Europa para o Oriente, e voltam do Oriente para a Europa, e vêm tomar o porto desta Bahia com o pretexto de trazerem doentes ou de se virem refrescar, o não fazem a este respeito, senão pelo das suas conveniencias, para levarem a troco dos seus generos, não só o assucar, o tabaco, senão tambem todo o ouro e toda a moeda de prata que podem haver a mão ». C’est pour cette raison que D. Pedro II donna à D. Rodrigo da Costa l’ordre de faire fouiller tous les navires et toutes les embarcations qui arriveraient à Bahia en provenance de Rio de Janeiro et des autres ports des capitaineries du sud (cf. lettres de D. Pedro II à D. Rodrigo da Costa, Lisboa, 28 janvier 1704, ibid., pp. 258 et 259). Voir aussi un avis non daté ni signé, examiné par le Conselho Ultramarino le 25 juin 1706 (A. H. URio de Janeiro 3110) : « Todos certificão está V. Magde perdendo milhões que pode interessar em quintos, porque é tanto o ouro que vem à dita Cidade da Bahia que não só se pode contar às arrobas senão aos quintais, o qual está passando para todo o Reino e o levão tambem os estrangeiros livremente sem pagar quintos ».

13 Les documents abondent sur la question du détournement des quints et sur la répugnance avec laquelle mineurs et négociants portaient leur or en poudre à la maison des quints ou à l’hôtel des monnaies, suivant la ville où ils se trouvaient. Voir à ce sujet, outre les documents précédemment cités supra, note 11, consulta du Conselho Ultramarino du 8 novembre 1697 (A. H. U., Rio de Janeiro 2079) ; lettre d’Artur de Sá e Meneses à D. Pedro II, Rio de Janeiro, 7 juin 1699, accompagnée de deux bandos des 27 avril et 29 mai 1699 (A. H. U., Rio de Janeiro 2216, 2217 et 2218) ; lettre de Manuel de Sousa à Mendo Foyos Pereira, Rio de Janeiro, 26 juin 1700 (A. H. U., Rio de Janeiro—2404), etc.

14 On sait en effet que les lingots d’or fondus dans une casa de fundição ou à l’hôtel des monnaies de Rio de Janeiro devaient être estampillés à l’aide d’un poinçon particulier, signe que le quint dû au roi avait été prélevé. Par conséquent, les faux poinçons étaient un des artifices grâce auxquels les mineurs ou les habitants de la capitainerie de Rio de Janeiro pouvaient se soustraire à l’obligation du quint. Dans les toutes dernières années du xviie siècle il y eut, dans la capitainerie de Rio de Janeiro, plusieurs affaires de faux poinçons, dont la plus célèbre fut peut-être celle du P. Roberto ou Ruperto, moine bénédictin du couvent de Sorocaba, qui exerçait à São Paulo le talent très particulier, non seulement de fabriquer de faux poinçons, mais encore de rogner les pièces d’or et d’argent grâce à une machine de son invention, et même d’ouvrir n’importe quelle serrure grâce à des passe-partout (lettre de D. Pedro II à Artur de Sá e Meneses, Lisbonne, 29 octobre 1698 et procès-verbal de l’interrogatoire des témoins fait sur l’ordre de Luís Lopes Pegado, procurador et contador da Fazenda Real, Rio de Janeiro, 3 août 1699, A. H. U., Rio de Janeiro 2386 et 2387.

15 Cf. ordre de D. Pedro II à D. Álvaro da Silveira e Albuquerque, Lisbonne, 7 mai 1703 (A. H. U., Rio de Janeiro —- 3122) : « Me pareceo ordenarvos mandeis pôr editaes em todo o destrito dessa capitania para que toda a pessoa que trouxer ouro em pó das minas e o levar a caza da moeda dessa cidade, se lhe pagará a doze tostões por cada outava de ouro, livres para seu dono, dandome por pago dos quintos querendo o dono do ouro vendello na dita caza, e não o querendo vender, será obrigado à pagar somente os quintos, e o restante do ouro se lhe tornará à entregar ou em barra ou em moeda na forma costumada... » Le roi espérait ainsi vaincre le peu d’enthousiasme que les mineurs apportaient à soumettre leur or au quint, et les nombreuses fraudes auquelles ils se livraient pour échapper à cette obligation ; mais cette mesure, qui fut appliquée à partir du 15 octobre 1703, ne donna pas les résultats qu’il en attendait. Cf. le rapport sur l’hôtel des monnaies de Rio de Janeiro fait par le desembargador João Pereira do Valle, Rio de Janeiro, 7 décembre 1705 (A. H. U, Rio de Janeiro 3100, publié infra, Documents, no XIX ; voir également lettre de Manuel de Sousa, juiz de l’hôtel des monnaies de Rio de Janeiro, 10 novembre 1705, A. H. U,, Rio de Janeiro 3091 ; rapport de Manuel de Sousa, 7 décembre 1705 (A. H U., Rio de Janeiro 3121 publié infra, Document no XX,, et, sur la manière dont se faisaient les achats d’or à l’hôtel des monnaies, l’« Instrucção da forma com que se ha de prosseder na compra do ouro em poô e quintos desta Caza da Moeda », rédigée par Manuel de Sousa (A. H. U., Rio de Janeiro 3122).

16 Sur l’hôtel des monnaies de Rio de Janeiro et sur la question des monnaies nationale et provinciale, voir infra, p. 374, note 14. Antonil nous fournit une évaluation qui porte sur « deux ans », forcément compris entre 1703 — début des opérations de frappe — et 1710 — date limite à laquelle il dut soumettre le manuscrit de son ouvrage à la censure gouvernementale et ecclésiastique de Lisbonne. Je n’ai malheureusement pas trouvé, à l’Arquivo Histórico Ultramarino de Lisbonne, de documents qui confirment ses données. En effet, les deux pièces déjà citées supra, note 15 (rapports de João Pereira do Vale et de Manuel de Sousa, 7 décembre 1705), font état de chiffres qui, bien que portant eux aussi sur une période de deux ans (1703 à 1705), ne correspondent pas du tout à ceux d’Antonil.

© Éditions de l’IHEAL, 1968

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

amazon.fr