Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Cultura e opulencia do Brasil por suas drogas e minas

 | 
André Joao Antonil

Terceira parte. Cultura e opulencia do Brasil pelas minas do ouro/Troisième partie. De l'exploitation des richesses du Brésil en mines d'or

[133] Capitulo III. De outras minas de ouro no rio das Velhas e no Caetê

Texte intégral

  • 1 Le rio das Velhas prend sa source un peu à l’ouest d’Ouro Preto. C’est un des plus importants afflu (...)
  • 2 Les mines du rio das Velhas qu’énumère Antonil sont effectivement à la latitude de Santa Cruz, peti (...)
  • 3 De son nom complet, Domingos Rodrigues da Fonseca Leme, pauliste, sertanista expérimenté, était en (...)
  • 4 C’est-à-dire du Pauliste Francisco Rodrigues Penteado et de ses frères, qui établirent un « arraial (...)
  • 5 Cf. supra, note 3.
  • 6 Gisement non identifié.
  • 7 Gisement non identifié.
  • 8 Le Pauliste Manuel Borba Gato était le gendre du célèbre bandeirante Fernão Dias Pais qui, en 1674, (...)

1Alem das Minas Geraes dos Cataguâs, descobrìrão-se outras por outros Paulistas no rio que chamão das Velhas1 ; & ficão, como dizem, na altura de Porto-Seguro & de Santa Cruz2. E estas são a do ribeiro do Campo, descuberta pelo sargento mor Domingos Rodriguez da Fonseca3 ; a do ribeiro da roça dos Penteados4, a de Nossa Senhora do Cabo, da qual foy descobridor o mesmo sargento mór Domingos Rodríguez5, a de Nossa Senhora de Monserrate6, a do ribeiro do Ajudante7, & a principal do rio das Velhas he a do serro de Seboraboçû, descuberta pelo tenente Manoel Borba Gato, paulista, que foy o primeiro que se apoderou della & do seu territorio8.

  • 9 Dans son article intitulé Os primeiros descobrimentos de ouro em Minas Geraes, p. 276, Orville Derb (...)
  • 10 La notice relative à Luís do Couto publiée par Carvalho Franco (Dicionário de Bandeirantes e Sertan (...)
  • 11 L’article 12 du Begimento das Minas en date du 19 avril 1702, publié infra, Document no XVIII, prév (...)
  • 12 La serra dos Orgâos désigne la partie de la serra do Mar qui s’étend au nord de Rio de Janeiro et s (...)

2Ha mais outras minas novas, que chamão do Caetê, entre as Minas Geraes & as do rio das Velhas, cujos descobridores forão varios9 : & entre ellas, ha a do ribeiro que descobriu o capitão Luis do Couto, que da Bahia foy para essa paragem com tres irmãos grandes mineiros10 ; alem de outras que secretamente se achão & se não publicão para se aproveitarem os descobridores dellas totalmente & não as sujeitarem à repartição11 ; & as que ultimamente descobrio o capitão Garcia Rodriguez Paez quando foy abrir o caminho novo detraz da cordelheira da serra dos Orgãos, no districto do Rio de Janeiro, por onde corta o rio Paraíba do Sul12.

[133] CHAPITRE III. D’AUTRES MINES D’OR, SITUÉES DANS LE RIO DAS VELHAS ET AU CAETÉ

3Outre les Minas Gerais dos Cataguás, d’autres mines ont été découvertes par d’autres Paulistes dans le fleuve qui porte le nom de rio das Velhas1 ; elles se trouvent, disent-ils, à la latitude de Porto Seguro et de Santa Cruz2. Ces mines sont les suivantes : celle du ribeiro do Campo, découverte par le sargento-mór Domingos Rodrigues da Fonseca3 ; celle du ribeiro da Roça dos Penteados4 ; celle de Nossa Senhora do Cabo, découverte par le même sargento-mór Domingos Rodrigues da Fonseca5 ; celle de Nossa Senhora de Monserrate6 ; celle du ribeiro do Ajudante7 ; la principale mine du rio das Velhas est celle de la montagne de Sabarabuçu, découverte par un Pauliste, le lieutenant Manuel Rorba Gato, qui fut le premier à en prendre possession et à en occuper le territoire8.

4Il existe encore d’autres mines, qui portent le nom de Minas do Caeté, situées entre les Minas Gerais et les mines du rio das Velhas, et qui ont été récemment découvertes par différents hommes9 : parmi ces mines, il y a celle de la rivière que découvrit le capitaine Luís do Couto, parti de Bahia avec trois frères, mineurs de renom, en direction de cette région10 ; sans compter d’autres mines qui sont découvertes en secret et qui ne sont pas révélées afin que leurs inventeurs puissent les exploiter tout entières, sans les soumettre au lotissement11, et celles que découvrit récemment le capitaine Garcia Rodrigues Pais, lorsqu’il alla ouvrir la route nouvelle, à l’endroit où elle franchit le Paraíba do Sul, derrière la cordillère de la serra dos Orgãos, dans le district de Rio de Janeiro12.

Notes

1 Le rio das Velhas prend sa source un peu à l’ouest d’Ouro Preto. C’est un des plus importants affluents de la rive droite du rio São Francisco.

2 Les mines du rio das Velhas qu’énumère Antonil sont effectivement à la latitude de Santa Cruz, petite ville de l’actuel État d’Espírito Santo, c’est-à-dire au 20° de latitude sud, mais non à celle de Porto Seguro, qui se trouve à 16° 27’de latitude sud, dans la partie la plus méridionale de l’actuel État de Bahia.

3 De son nom complet, Domingos Rodrigues da Fonseca Leme, pauliste, sertanista expérimenté, était en effet « sargento-mór de ordenanças » de São Paulo en 1700, époque où il découvrit dans la région du rio das Velhas deux gisements aurifères. Le « ribeiro do Campo » que Basilio de Magalhães (Expansão geográfica do Brasil colonial, p. 322) identifie avec Congonhas de Sabara, devenu ensuite Nova Lima, fut sans doute l’un d’eux. L’année suivante, Domingos Rodrigues da Fonseca Leme découvrit un autre gisement, celui du ribeiro de Nossa Senhora do Bom Cabo (et non de « Nossa Senhora do Cabo », comme le dit Antonil un peu plus loin). C’est lui que le gouverneur Artur de Sá e Meneses, en 1702, chargea d’aller examiner des mines nouvellement découvertes dans les forêts de Caeté. Son nom est encore lié au Caminho Novo de Rio de Janeiro aux Mines puisqu’en 1704, ainsi qu’on le verra infra, p. 392, note 8, il vint apporter une aide en argent et en hommes à son beau-frère Garcia Rodrigues Pais qui, à bout de ressources et d’esclaves, était sur le point d’abandonner l’établissement de cette route. Il y était d’ailleurs propriétaire d’un important domaine (cf. infra, pp. 434-435 et note 25. Quelques années plus tard, pendant le gouvernement de D. Fernando Martins Mascarenbas de Lancastro, Domingos Rodrigues de Fonseca Leme fut nommé « coronel das ordenanças » de São Paulo puis, le 17 juin 1720, « coronel da nobreza da Capitania de São Paulo » (cf. patente accordée par D. Pedro de Almeida, gouverneur de la capitainerie de São Paulo et Minas Gerais, Vila Real de Nossa Senhora do Carmo, 17 juin 1720, in « Revista do Arquivo Público Mineiro », XXIII, 1929, pp. 341-343).

4 C’est-à-dire du Pauliste Francisco Rodrigues Penteado et de ses frères, qui établirent un « arraial » et une plantation dénommée Roça Grande un peu en retrait du rio das Velhas (cf. Basilio de Magalhães, op. cit., p. 316 et note ; voir aussi Carvalho Franco, Dicionário de Bandeirantes e Sertanistas, pp. 288-289). Selon Edelweiss Teixeira, cité par Basilio de Magalhães, ibid., l’arraial des Penteados, qui aurait eu son origine dans l’ancien « arraial do rio das Velhas » établi par Manuel de Borba Gato, aurait été également appelé « arraial de Santo António do Bom Retiro ».

5 Cf. supra, note 3.

6 Gisement non identifié.

7 Gisement non identifié.

8 Le Pauliste Manuel Borba Gato était le gendre du célèbre bandeirante Fernão Dias Pais qui, en 1674, sur l’ordre du prince régent D. Pedro, partit dans l’intérieur du « royaume des Cataguás » pour y découvrir la fabuleuse mine d’émeraude et d’argent de la montagne de Sabarabuçu. On sait que cette bandeira dura sept ans, et que Fernão Dias Pais mourut en 1681 sans être jamais revenu à São Paulo (cf. Affonso de E. Taunay, A grande Vida de Fernão Dias Pais). Manuel Borba Gato, qui avait accompagné son beau-père dans cette expédition, resta dans le campement qui avait été établi et poursuivit la recherche des mines. On sait qu’un an plus tard, lorsque D. Rodrigo de Castel Blanco, expert envoyé par D. Pedro pour juger de l’utilité de la poursuite de ces recherches, y rejoignit Manuel Borba Gato, les deux hommes se querellèrent et que D. Rodrigo de Castel Blanco fut assassiné par l’un des familiers de Borba Gato, un certain Martinho Dias (cf. Hélio Vianna, Quem matou Dom Rodrigo de Castel Blanco ?, in « Revista do Instituto Histórico e Geográfico Brasileiro », no 255, 1962, pp. 85-88). Ce meurtre, dont il fut personnellement accusé, l’empêcha de regagner São Paulo, et Borba Gato continua à vivre dans l’intérieur de la capitainerie de São Paulo, à l’abri des poursuites judiciaires. On sait qu’il prit part à diverses bandeiras, dont celle du P. João de Faria Fialho en 1693, et que c’est peu avant 1700 que, le premier, il découvrit de l’or dans le rio das Velhas. La richesse de ce gisement fut telle qu’elle incita Borba Gato à en ramener des échantillons à São Paulo, où se trouvait alors le gouverneur Artur de Sá e Meneses, et à obtenir de celui-ci, en échange de la révélation de l’emplacement des mines, d’être lavé de l’accusation de meurtre qui pesait sur lui. Le 6 mars 1700, Borba Gato fut nommé guarda-mór du district des mines du rio das Velhas, en attendant qu’Artur de Sá e Meneses vienne procéder lui-même à la répartition des lots en avril 1701, et le 9 juin 1702, superintendant de ces mines. Il obtint d’Artur de Sá e Meneses la concession des terres situées entre le rio Paraopeba et le rio das Velhas, le 18 avril 1701, et, le 3 décembre 1710, d’António de Albuquerque Coelho de Carvalho, celle d’autres terres situées dans la région de Caeté. Il joua un rôle de premier plan dans la guerre des Emboabas, où il prit le parti des Paulistes contre les Emboabas, c’est-à-dire contre ceux que les Paulistes considéraient comme « étrangers », et il exerça diverses charges importantes avant de mourir à Sabará en 1718 (cf. Doc. Int. São Paulo, LI, pp. 26, 30, 53, 60, 103, 374 ; « Revista do Archivo Publico Mineiro », II, p. 263 et Carvalho Franco, Dicionário dos Bandeirantes e Sertanistas, p. 176).

9 Dans son article intitulé Os primeiros descobrimentos de ouro em Minas Geraes, p. 276, Orville Derby exprime l’opinion que Caeté fut le point de rencontre de trois mouvements plus ou moins indépendants qui provenaient l’un, d’Ouro Preto, du rio das Velhas ou de Sabará, le second, de l’intérieur de la capitainerie de Bahia, et le troisième, du littoral de la capitainerie d’Espírito Santo, tous ces mouvements ayant été déterminés par la découverte des mines d’or de la région d’Ouro Preto entre 1694 et 1699. Et dans un second article, Os primeiros descobrimentos de ouro nos districtos de Sabará e Caêthê, p. 290, O. Derby émet l’hypothèse que les mines de Caeté furent découvertes en premier lieu par des gens venus de Bahia et non par des Paulistes, et, en particulier, par une grande expédition que D. João de Lancastro envoya à la fin de l’année 1699, expédition dont fit partie notamment le capitaine João de Góis de Araújo. Ces hypothèses ne sont pas exactes et trahissent une grave confusion entre des zones géographiques voisines mais distinctes. L’examen de la correspondance des gouverneurs généraux du Brésil D. João de Lancastro et D. Rodrigo da Costa, de 1700 à 1704 (in Doc. Hist., XI, pp. 278-379) montre en effet que s’il y eut bien des expéditions organisées à partir de Bahia et d’Espírito Santo, elles eurent pour but exclusif les « cabeceiras da Capitania de Espírito Santo », — c’est-à-dire la région la plus intérieure de cette capitainerie. Et c’est précisément parce que les mines de Caeté, qui relevaient du gouvernement de la capitainerie de Rio de Janeiro, étaient déjà découvertes et mises en exploitation, et parce qu’elles étaient limitrophes de ces « cabeceiras da Capitania do Espírito Santo », que les gouverneurs de la capitainerie de Bahia et de l’État du Brésil ordonnèrent qu’on y cherchât des mines. Mais à aucun moment, dans cette correspondance, le terme de Caeté n’est employé (voir aussi lettre de D. João de Lancastro à D. Pedro II, Bahia, 7 janvier 1700, Biblioteca da Ajuda, Cod. 51-VI24, f. 456 et lettres de D. João de Lancastro et de João de Góis de Araujo, Bahia, 5 et 6 mars 1701, Archives Casa Cadaval, Cód. 1087, ff. 482-483). Par ailleurs, une lettre du gouverneur Artur de Sá e Meneses, adressée à D. Pedro II le 12 juin 1697 et conservée à l’Arquivo Histórico Ultramarino de Lisbonne (Rio de Janeiro 2080, lettre publiée infra, Document no XVII), permet d’affirmer que la première découverte des mines de Caeté eut lieu dans le courant de l’année 1697, et qu’elle fut certainement faite par des Paulistes. Ces mines eurent immédiatement la réputation d’être d’un « rendimento nunca visto nestas partes ». Dès le mois de juin de cette année-là, quatre mille personnes y travaillaient et, selon une opinion couramment répandue, ce gisement, qui s’étendait au pied d’une montagne, devait être « de muita duração ». D’autres gisements furent découverts au cours des années suivantes, en particulier par Sebastião Pereira de Aguilar en 1703 (cf. Carvalho Franco, Dicionário de Bandeirantes e Sertanistas, pp. 15-16). Et en 1704, Manuel de Borba Gato s’occupait d’y découvrir du minerai d’argent (cf. consulta du Conselho Ultramarino, 22 septembre 1704, in Doc. Hist., XCIII, p. 185).

10 La notice relative à Luís do Couto publiée par Carvalho Franco (Dicionário de Bandeirantes e Sertanistas, p. 128) et qui attribue à ce bahianais la découverte de gisements aurifères dans la région de Caeté, est précisément basée sur ce passage du texte d’Antonil, et je n’ai pu trouver aucun document qui le confirme ou l'infirme. Luís do Couto aurait été un emboaba convaincu, d’abord partisan de Manuel Nunes Viana, puis adversaire de celui-ci ; et lorsque le nouveau gouverneur Antonio de Albuquerque de Carvalho arriva à Caeté, il fut le seul, avec un de ses frères, à être admis à l’accompagner à Sabara. Malgré cette allusion à un frère de Luís do Couto, il ne me paraît pas possible d’interpréter le texte d’Antonil ainsi que l’a fait Carvalho Franco (op. cit., p. 128) : « Sertanista baiano que descobriu minas de ouro no Caetê, cêrca de 1700, em companhia de tres irmãos seus ». Si Antonil avait voulu signifier que Luís do Couto était accompagné par trois de ses frères, il n’aurait pas manqué d’écrire, comme Carvalho Franco, « com tres irmãos seus, grandes mineiros ».

11 L’article 12 du Begimento das Minas en date du 19 avril 1702, publié infra, Document no XVIII, prévoyait au profit des dénonciateurs la confiscation des gisements non déclarés. Mais cette mesure s’avérant insuffisante, le gouverneur Antonio de Albuquerque Coelho de Carvalho fut amené à en prendre de plus sévères, du moins pour les mines de Sabará : quiconque ne déclarait pas aux guardas mores ou à lui-même les gisements qu’il viendrait à découvrir, serait emprisonné, devrait payer une amende égale au triple de la quantité d’or susceptible d’être extraite de son gisement, plus six cents gros d’or comme contribution aux dépenses de la prison et de l’hôtel de la municipalité, et serait banni pendant deux ans dans la forteresse de la barre de Santos. Cependant, à titre d’encouragement, et compte tenu des dépenses engagées par les mineurs, le gouvernement accorda un lot supplémentaire à ceux qui déclareraient leurs nouvelles découvertes.

12 La serra dos Orgâos désigne la partie de la serra do Mar qui s’étend au nord de Rio de Janeiro et serait ainsi appelée « por estar semeada de penedos mui agudos com tal correspondencia entre si, abaixando uns e levantando-se outros, que se assemelham a orgãos » (cf. P. Jacome Monteiro, Relação da Província do Brasil, in Serafim Leite, História da Companhia de Jesus no Brasil, VIII, p. 398 ; voir aussi Aires de Casal, Corografia brasílica, II, p. 5). Sur Garcia Rodrigues Pais et sur la route qu’il traça entre Rio de Janeiro et les mines, cf. infra, p. 391, note 8.

© Éditions de l’IHEAL, 1968

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

amazon.fr