Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Cultura e opulencia do Brasil por suas drogas e minas

 | 
André Joao Antonil

Terceira parte. Cultura e opulencia do Brasil pelas minas do ouro/Troisième partie. De l'exploitation des richesses du Brésil en mines d'or

Capitulo II. Das minas do ouro que chamão geraes, e dos descobridores dellas

Texte intégral

  • 1 Par l’expression reino dos Cataguás (« royaume des Cataguás ») les Paulistes désignaient la région (...)
  • 2 Gouverneur et capitaine général du Maranhão de 1687 à 1690, Artur de Sá e Meneses fut nommé gouvern (...)
  • 3 Selon la tradition que rapporte Antonil, la découverte des Minas Gerais dos Cataguás serait donc po (...)
  • 4 Ce nom désigne les hauteurs qui dominent l’emplacement de l’actuelle ville d’Ouro Preto.
  • 5 Sans doute la corrego Ouro preto ou do Xavier, ex Tripuî, qui traverse l’actuelle ville d’Ouro Pret (...)
  • 6 Carvalho Franco (Dicionário de bandeirantes e sertanistas, p. 399) ne fournit, pour l’identificatio (...)
  • 7 C’est-à-dire 180 réis le gros, la pataca étant une pièce d’argent d’une valeur de 320 réis. On sait (...)

1Ha poucos annos que se começàrão a descobrir as Minas Geraes dos Cataguâs1, governando o Rio de Janeiro Artur de Sá2. E o primeiro descobridor dizem que foy hum mulato que tinha estado nas minas de Parnaguâ & Coritîba3. Este, indo ao certão com huns Paulistas a buscar indios & chegando ao serro Tripuî4, deceo abaixo com huma gamella para tirar agua do ribeiro que hoje chamão do Ouro Preto5; & metendo a gamella na ribanceira para tomar agua, & roçando-a pela margem do rio, vio depois que nella havia granitos da cor do aço, sem saber o que erão. Nem os companheiros aos quaes mostrou os ditos granitos souberão conhecer & estimar o que se tinha achado tão facilmente, & só cuidàrão que ahi haveria algum metal não bem formado, & por isso não conhecido. Chegando porém a Taubatê, não deixarão de perguntar que casta de metal || 132 seria aquelle. E sem mais exame, venderão a Miguel de Sousa6 alguns destes granitos por meya pataca a oitava7, sem saberem elles o que vendião, nem o comprador que cousa comprava, até que se resolvèrão a mandar alguns dos granitos ao governador do Rio de Janeiro Artur de Sá, & fazendo-se exame delles, se achou que era ouro finíssimo.

  • 8 Dans le Dicionário de bandeirantes e sertanistas de Carvalho Franco, on ne trouve pas moins de troi (...)
  • 9 Carvalho Franco (Dicionário de bandeirantes e sertanistas) ne consacre aucun article au P. João de (...)
  • 10 Le nom de « Bueno » se retrouve dans le patronyme de plusieurs Paulistes de cette époque qui, tous, (...)
  • 11 Ce Bento Rodrigues est sans doute le même personnage que le Bento Rodrigues dont il sera question, (...)
  • 12 Cf. le témoignage de José Rebelo Perdigão (cité par Basilio de Magalhães, ibid., pp. 223-224) : « O (...)
  • 13 Gisement non identifié.

2Em distancia de meya legoa do ribeiro do Ouro preto, achou-se outra mina que se chama a do ribeiro de Antonio Dias8; & dahi a outra meya legoa, a do ribeiro do Padre João de Faria9; & junto desta, pouco mais de huma legoa, a do ribeiro do Bueno10 & a de Bento Rodriguez11. E dahi tres dias de caminho moderado até o jantar, a do ribeirão de Nossa Senhora do Carmo, descuberta por João Lopez de Lima12, além de outra que chamão a do ribeiro Ibupiranga13. E todas estas tomàrão o nome dos seus descobridores, que todos forão Paulistas.

  • 14 Le rio das Mortes est un affluent de la rive droite du rio Grande. Je n’ai pu trouver de référence (...)
  • 15 L’or du rio das Mortes fut découvert en 1702 par un certain Tomé Portes d’El-Rei, natif de Taubaté, (...)
  • 16 Cf. infra, pp. 424-425.

3Tambem ha huma paragem no caminho para as ditas Minas Geraes, onze ou doze dias distante das primeiras, andando bem até as tres horas da tarde, a qual paragem chamão a do rio das Mortes, por morrerem nella huns homens que o passàrão nadando, & outros que se matàrão às pelouradas, brigando entre si sobre a repartição dos índios gentios que trazião do certão14. E neste rio & nos ribeiros que delle procedem, & em outros que vem a dar nelle, se acha ouro15. E serve esta paragem como de estalagem dos que vão às Minas Geraes, & ahi se provém do necessario, por terem hoje os que ahi assistem roças & creação de vender16.

  • 17 Selon le témoignage de José Rebelo Perdigão, secrétaire du gouverneur Artur de Sá e Meneses, c’est (...)
  • 18 En effet, la région d’Ouro Preto et de ce qu’au début du xviiie siècle on appelait les Minas Gerais (...)

4Não fallo da mina da serra de Itatiaya17 (a saber do ouro branco, que he ouro ainda não hem formado), distante do ribeiro do Ouro preto oito dias de caminho moderado até o jantar, porque desta não fazem caso os Paulistas por terem as outras de ouro formado & de muito melhor rendimento. E estas Geraes, dizem que ficão na altura da capitania do Espirito Santo18.

CHAPITRE II. DES MINES D’OR QUE L’ON NOMME MINAS GERAIS, ET DE CEUX QUI LES ONT DÉCOUVERTES

5C’est il y a quelques années seulement que l’on a commencé à découvrir les Minas Gerais dos Cataguás1, Artur de Sá étant gouverneur de Rio de Janeiro2. Et l’on dit que le premier qui les découvrit fut un mulâtre qui avait été dans les Mines de Parnaguá et de Curitiba3. Comme, avec quelques Paulistes, il allait dans le sertan à la recherche d’indiens, une fois arrivé à la montagne de Tripui4, il descendit dans la vallée avec une écuelle pour puiser de l’eau dans la rivière qui porte aujourd’hui le nom de ribeiro do Ouro Preto5. Et plongeant son écuelle le long du bord afin de prendre de l’eau, et la frottant contre la berge, il vit ensuite qu’elle contenait de petits grains couleur d’acier qu’il ne sut pas identifier. Ses compagnons, auxquels il montra lesdits grains, ne surent pas non plus reconnaître de quoi il s’agissait et n’accordèrent aucune valeur à ce qui venait d’être découvert si facilement ; et ils pensèrent seulement que ce devait être quelque métal imparfaitement formé et, pour cette raison, encore inconnu. Cependant, en arrivant à Taubaté, ils ne 132 manquèrent pas de demander quelle sorte de métal || ce pouvait être. Et sans plus chercher, ils vendirent à Miguel de Sousa6 quelques-uns de ces grains, à raison d’une demi-pataque le gros7, sans savoir eux-mêmes ce qu’ils vendaient, ni l’acheteur ce qu’il achetait, jusqu’à ce qu’ils se décident à en envoyer quelques-uns au gouverneur de Rio de Janeiro, Artur de Sá ; on en fit alors l’examen et on trouva que c’était de l’or le plus fin.

6A une demi lieue du ribeiro do Ouro Preto, on découvrit une autre mine qui porte le nom de mine du ribeiro de Antonio Dias8 ; une demi-lieue plus loin, la mine du ribeiro du Padre João de Faria9 ; à un peu plus d’une lieue de cette dernière, celle du ribeiro do Bueno10 et celle de Bento Rodrigues11 ; et à trois jours de marche modérée jusqu’à l’heure du dîner, celle du ribeirão de Nossa Senhora do Carmo, découverte par João Lopes de Lima12 ; ainsi que celle que l’on appelle mine du ribeiro Ibupiranga13. Toutes ces mines ont pris le nom de leurs inventeurs, qui tous furent des Paulistes.

7Il y a aussi une halte sur la route desdites Minas Gerais, à onze ou douze jours des premières mines en marchant bien jusqu’à trois heures de l’après-midi. On l’appelle halte du rio das Mortes, parce que des hommes y périrent en le traversant à la nage, et que d’autres s’y entretuèrent à coup d’espingole alors qu’ils se disputaient à propos du partage d’une troupe d’indiens sauvages qu’ils ramenaient du sertan14. Dans ce fleuve, dans les rivières qui en dérivent ainsi que dans celles qui viennent s’y jeter, on trouve de l’or15. Et cette halte sert en quelque sorte de gîte d’étape à ceux qui vont aux Minas Gerais, et ils s’y fournissent du nécessaire, car les gens qui y demeurent ont aujourd’hui des plantations de vivres et vendent des produits de leur élevage16.

8Je ne parlerai pas de la mine de la montagne de Itatiaiá17 — à savoir une mine d’or blanc, c’est-à-dire d’or encore imparfaitement formé — et qui se trouve à huit jours de marche modérée jusqu’à l’heure du dîner du ribeiro do Ouro Preto, parce que les Paulistes qui en possèdent d’autres, d’un or parfaitement formé et d’un rendement bien meilleur, n’y attachent pas d’importance. Et ces Minas Gerais sont, dit-on, à la latitude de la capitainerie de Espírito Santo18.

Notes

1 Par l’expression reino dos Cataguás (« royaume des Cataguás ») les Paulistes désignaient la région qui constitue le sud de l’actuel État de Minas Gerais, c’est-à-dire le bassin du rio Grande, peuplé par les indiens Cataguás. L’expression campos gerais dos Cataguás (littéralement « campagnes continues des Cataguás ») désigna plus tard, lorsque les Portugais eurent pénétré le « royaume des Cataguás », non seulement cette région mais une zone plus intérieure, composée de vastes étendues de savanes et de prairies communément appelées campos gerais. Et lorsque commença la découverte des mines d’or dans les multiples cours d’eau de la région montagneuse, on appela cette région les « Minas Gerais dos Cataguás », littéralement « mines continues des Cataguas ». Cf. Saint-Hilaire, Voyage dans les provinces de Rio de Janeiro et de Minas Gerais, t. I, p. 77 : « Des bandes de Paulistes quittèrent leur patrie pour aller à la recherche de l’or, et comme on en trouvait, pour ainsi dire, de tous les côtés, on donna au pays le nom de Minas Geraes, qui désigne une longue suite de mines ». On verra infra, note 3, ce qui concerne l’histoire de la découverte de ces mines.

2 Gouverneur et capitaine général du Maranhão de 1687 à 1690, Artur de Sá e Meneses fut nommé gouverneur et capitaine général de Rio de Janeiro en décembre 1695. Le 2 avril 1697 il prit possession effective de sa charge, qu’il exerça jusqu’au mois de juillet 1702. Cf. consultas du Conselho Ultramarino, A. H. U., Rio de Janeiro 2002, 2005 et 2045, Basilio de Magalhães, Expansão geográfica do Brasil colonial, p. 210, et id., A administração de Arthur de Sá e Menezes e a administração de D. Alvaro da Silveira de Albuquerque, in Doc. Int. São Paulo, LI, pp. 426-428 ; on verra infra, p. 388, note 2, ce qui se rapporte aux trois voyages que fit ce gouverneur « ao exame le averiguação das minas » et pour établir les bases d’une administration dans cette région. L’examen de la date de la découverte des Minas Gerais dos Cataguás et de la tradition rapportée par Antonil sera fait infra, note 3.

3 Selon la tradition que rapporte Antonil, la découverte des Minas Gerais dos Cataguás serait donc postérieure à décembre 1695 au plus tôt et à avril 1697 au plus tard, selon que l’on considère le gouvernement d’Artur de Sá e Meneses à partir de la date de sa nomination ou de celle de son entrée effective en fonction. On peut utilement la rapprocher de celle qui est rapportée dans le Mémoire inédit d’Ambroise Jauffret dont il a été question supra, p. 343, note 1. Dans ce document, en effet, Jauffret déclare : « Hum homem das principais familias de Sam Paulo, por nome Manuel de Camargo, com alguns parentes seus, forão ao [...] Reino dos Cataguazes a fazer algums escravos, e depois de haver buscado por diversas partes, não achando escravos, se ocuparão a descubrir e tirar ouro, e achando minas tam abundantes, depois que cada hum tirou o que pude carregar, as manifestarão e começarão a entabolar e trabalhar nellas [...]. O descubrimento delias foy no armo de 1698. » (op. cit., p. 440). Ces deux récits diffèrent en ce que le mulâtre du texte d’Antonil et ses compagnons ne surent pas reconnaître le minerai qu’ils avaient trouvé, tandis que Manuel de Camargo, lui, le sut. Mais Antonil aussi bien que Jauffret font état d’une bandeira partie à la recherche d’indiens, et datent cet événement, implicitement ou explicitement, de Ja même époque. En réalité, il est impossible d’assigner une date précise à la découverte des Minas Gerais dos Cataguás, car il y eut non pas une, mais plusieurs découvertes, simultanées ou successives, faites dans des endroits plus ou moins voisins et par des bandeiras différentes, entre les années 1693 (bandeira d’António Rodrigues de Arzão) et 1700 (découverte du ribeirão de Nossa Senhora do Carmo par João Lopes de Lima). Une histoire sérieuse de la minération de l’or au Brésil reste à écrire, appuyée sur les documents conservés dans les archives du Portugal et du Brésil. La bibliographie est pourtant très abondante, mais je me bornerai à renvoyer ici à O. Derby, Os primeiros descobrimentos de ouro em Minas Gerais, in « Revista do Instituto Historico e Geographico de São Paulo », V (1899-1900), pp. 264-275 ; Basilio de Magalhães, Expansão geográfica do Brasil colonial, pp. 209-224, et Alfonso de E. Taunay, Historia geral das Bandeiras paulistas, I, pp. 215-216.

4 Ce nom désigne les hauteurs qui dominent l’emplacement de l’actuelle ville d’Ouro Preto.

5 Sans doute la corrego Ouro preto ou do Xavier, ex Tripuî, qui traverse l’actuelle ville d’Ouro Preto. Cf. Manuel Bandeira, Guia de Ouro Preto, plan de la ville, planche h. t.

6 Carvalho Franco (Dicionário de bandeirantes e sertanistas, p. 399) ne fournit, pour l’identification de Miguel de Sousa, d’autre référence que le passage de l’História antiga das Minas Gerais, I, pp. 160-161, dans lequel Diogo de Vasconcelos paraphrase le texte d’Antonil. Cependant, on peut voir dans le volume LI des Doc. Int. São Paulo, pp. 36-37, un alvará de sesmaria, c’est-à-dire un titre de concession, accordé le 21 août 1701 par Artur de Sá e Meneses à un certain Miguel de Sousa Silva, « morador na vila de Tahybaté » [Taubaté], qui désirait faire des plantations de vivres sur la route des Mines « na paragem chamada rio Verde ». Ne serait-ce pas précisément l’homme dont parle Antonil ?

7 C’est-à-dire 180 réis le gros, la pataca étant une pièce d’argent d’une valeur de 320 réis. On sait que le gros représente la huitième partie de l’once et pèse 3g 824.

8 Dans le Dicionário de bandeirantes e sertanistas de Carvalho Franco, on ne trouve pas moins de trois Antonio Dias qui furent « parmi les premiers » à découvrir de l’or dans les Minas Gerais à l’extrême fin du xviie siècle : Antonio Pereira Dias (op. cit., p. 135), Antonio Dias Leme (op. cit., p. 206) et Antonio Dias de Oliveira (op. cit., p. 268). Il serait difficile de déterminer lequel d’entre eux est l’inventeur du ribeiro de Antonio Dias, si nous ne possédions une lettre patente de « capitan e guarda-mór de todos os descobrimentos que fizer daqui em diante » concédée le 11 janvier 1711 à António Dias de Oliveira, eu égard aux grands services que celuici avait rendus au roi « nestas minas de ouro em muitos descobrimentos, como forão os de Ouro Preto, Ribeiros de Antonio Dias e Pe Faria » (publiée in « Revista do Archivo Publico Mineiro », II, 1897, pp. 777-778). Selon Diogo de Vasconcelos, História antiga de Minas Gerais, I, pp. 184-187, 201-202 et 223, c’est António Dias de Oliveira qui, à la demande des membres de la bandeira du Tripui, aurait redécouvert les gisements d’Ouro Preto.

9 Carvalho Franco (Dicionário de bandeirantes e sertanistas) ne consacre aucun article au P. João de Faria Fialho, dont l’activité n’est pourtant pas négligeable. En effet, ce vicaire de Taubaté, petit bourg situé sur la route des mines à quelque 32 lieues à l’est de São Paulo, avait résolu de se joindre à l’une des bandeiras qui, en 1694, partit à la recherche de l’or dans les Campos Gerais dos Cataguás. Il découvrit alors, dans la région du rio Grande et du rio das Mortes, trois rivières « de pinta muito boa e geral de ouro de lavagem », c’est-à-dire des rivières qui contenaient de très sérieux indices d’or alluvial. Peu d’années plus tard, il découvrit dans la région d’Ouro Preto le ribeiro aurifère auquel il laissa son nom, et si l’on en croit un rapport adressé à D. Pedro II par Antonio Luís Peleja, ouvidor geral de São Paulo, le 9 novembre 1703, toute cette activité de bandeirante et de mineiro n’eut d’autre but que de fournir des revenus à la paroisse naissante de Nossa Senhora do Rom Successo de Pindamonhangaba, à trois lieues de Taubaté, et à son vicaire (cf. lettre de Bernardo Correa de Sousa Coutinho à D. João de Lancastro, Rio de Janeiro, 29 juillet 1694, in Doc. Hist., XI, pp. 204-207 et lettre d’António Luís Peleja à D. Pedro II, São Paulo, 9 novembre 1703, A. H. U., Rio de Janeiro 2789).

10 Le nom de « Bueno » se retrouve dans le patronyme de plusieurs Paulistes de cette époque qui, tous, prirent part à la minération de l’or dans la région d’Ouro Preto : Francisco Bueno de Camargo, Bartolomeu Bueno de Mendonça, Bartolomeu Bueno de Siqueira, Félix de Gusmão Mendonça e Bueno (cf. Carvalho Franco, Dicionário de bandeirantes e sertanistas, pp. 84, 88, 93, etc.). Une carta de sesmaria accordée le 29 septembre 1710 par le gouverneur Antonio de Albuquerque Coelho de Carvalho à Félix de Gusmão Mendonça e Bueno dans les mines d’Ouro Preto m’incline à croire que c’est à ce dernier que se réfère Antonil (in « Revista do Archivo Publico Mineiro », II, pp. 257-258).

11 Ce Bento Rodrigues est sans doute le même personnage que le Bento Rodrigues dont il sera question, infra, pp. 420-421, comme propriétaire de plantations de vivres à Guaipacaré, sur la route de São Paulo aux Minas Gerais. Antonil déclare encore, infra, pp. 360-361, que Bento Rodrigues aurait extrait 5 arrobes d’or — environ 75 kg — « dans un espace d’un peu moins de cinq brasses de terrain », soit dans un espace de moins de 8 m. La richesse exceptionnelle de ce gisement est confirmée par le témoignage de José Rebelo Perdigão, secrétaire du gouverneur Artur de Sá e Meneses : « Uma destas bandeiras descobriu e socavou o ribeiro que chamão Bento Roiz’, nome do cabo, de tanta grandeza que tirarão delle alguma bateyadas de duzentas e trezentas oitavas, sendo a pinta geral de duas e tres oitavas » (cité par Basilio de Magalhães, Expansão geográfica do Brasil colonial, pp. 222-223).

12 Cf. le témoignage de José Rebelo Perdigão (cité par Basilio de Magalhães, ibid., pp. 223-224) : « Outra bandeira fez o capitão João Lopes de Lima, morador no Tibaia de S. Paulo, levando consigo ao Pe Manuel Lopes, seu irmão, o Buá de alcunha, e descobrirão o famoso ribeiro do Carmo, que mandou repartir, estando já em S. Paulo, o meu general, nomeando para isso por Guarda-mór destas minas ao Sargento-mór Manuel Lopes de Medeiros ; o ouro deste ribeirão se avaliou então por melhor que o do Ouro preto ». La répartition de ce ribeiro, qui était considéré comme assez riche, eut lieu dans le courant de l’année 1700. Cependant, le manque de vivres se fit bientôt si fortement sentir que l’alqueire de maïs y coûta de 15 à 16 gros d’or, l’alqueire de haricots, 30 gros, etc., et que « se retirarão muitos Mineyros para a montaria para haverem de sustentar a sua gente, e outros para suas cazas, deixando plantos para voltarem em Março de 1701 » (lettre de Artur de Sá e Meneses à D. João de Lancastro, Rio das Velhas, 30 novembre 1700, Archives Casa Cadaval, Cód. 1087, ff. 481-481v, publiée infra, Document no XVI). Sur les activités antérieures de João Lopes de Lima, voir Alfredo Ellis Júnior, O Bandeirismo paulista, p. 287 et Carvalho Franco, Dicionário de Bandeirantes e Sertanistas, p. 217).

13 Gisement non identifié.

14 Le rio das Mortes est un affluent de la rive droite du rio Grande. Je n’ai pu trouver de référence confirmant ou infirmant l’explication qu’Antonil donne à son nom.

15 L’or du rio das Mortes fut découvert en 1702 par un certain Tomé Portes d’El-Rei, natif de Taubaté, tout près de l’endroit où s’édifia plus tard la ville de São José del-Rei. Le gisement fut réparti par ses soins entre ses compagnons, tous originaires de Taubaté, et lui-même, et bientôt se forma un important campement auquel ils donnèrent le nom d’« arraial de Santo Antonio ». Dans les années suivantes, d’autres gisements furent découverts et donnèrent lieu à la fondation d’autres campements, en particulier l’« arraial novo de Nossa Senhora do Pilar » (cf. Basilio de Magalhães, Expansão geográfica do Brasil colonial, pp. 317-320).

16 Cf. infra, pp. 424-425.

17 Selon le témoignage de José Rebelo Perdigão, secrétaire du gouverneur Artur de Sá e Meneses, c’est en 1695-1696 qu’une bandeira conduite par Miguel Garcia découvrit dans cette montagne une rivière aurifère à laquelle on donna plus tard le nom de Gualaxo do Sul. Mais les Paulistes de cette bandeira ayant refusé de partager le gisement avec leurs compagnons originaires de Taubaté, ces derniers se séparèrent d’eux et, continuant leur marche vers l’intérieur, ils découvrirent le ribeiro d’Ouro Preto (cf. O. Derby, Os primeiros descobrimentos de ouro em Minas Gerais, in « Revista do Instituto Historico e Geographico de São Paulo », V, 1899-1900, p. 275). On sait que cet or blanc n’est pas de l’or « imparfaitement formé », comme le dit Antonil, et comme on le croyait communément à cette époque, mais de l’or mêlé de palladium. Sur la localisation de cette montagne, cf. infra, p. 418, note 2.

18 En effet, la région d’Ouro Preto et de ce qu’au début du xviiie siècle on appelait les Minas Gerais dos Cataguás est située à la même latitude que le sud de la capitainerie d’Espírito Santo, et en particulier de sa capitale.

© Éditions de l’IHEAL, 1968

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

amazon.fr