Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Cultura e opulencia do Brasil por suas drogas e minas

 | 
André Joao Antonil

Segunda parte. Cultura e opulencia do Brasil na lavra do tabaco/Deuxième partie. De l'exploitation des richesses du Brésil par la culture du tabac

[124] Capitulo XI. Da estimação do tabaco do Brasil na Europa & nas mais partes do mundo, & dos grandes emolumentos que delle tira a Fazenda real

Texte intégral

  • 1 Cf. supra, pp. 290-291 et note 1.
  • 2 Cf. infra, pp. 334-335, notes 7, 8 et 9.
  • 3 Un tarif des prix de vente du tabac à Lisbonne, fixé par D. Pedro II le 12 août 1701 et mis en vigu (...)
  • 4 La Ferme du tabac fut adjugée à Pedro Gomes, le 15 juin 1700, pour 1 536 000 cruzades (cf. Eduardo (...)
  • 5 Le conservador du tabac à Lisbonne, Luís de Magalhães de Brito, déclarait au Roi, le 4 décembre 170 (...)

1Do que até agora se tem dito, facilmente se pode entender a estimação & valor a que tem chegado o tabaco, & mais particularmente o do Brasil. Pois (como disse ao principio) havendo pouco mais de cem annos que se começou a plantar & beneficiar na Bahia1, forão as primeiras arrobas que se mandàrão a Lisboa como huma sementeira de desejos, para que cada anno se pedissem logo & se mandassem mais & mais arrobas. E passando de mimo a ser mercancia, hoje apenas os tantos milhares de rolos que levão as frotas são bastantes para satisfazer ao appetite de todas as naçoens, não sòmente da Europa, mas tambem das outras partes do mundo, donde encarecidamente se procurão2. Val huma livra de tabaco pizado em Lisboa de vinte até vinte & quatro tostoens, conforme he mais ou menos fino3 E o que El-Rey tira deste Contrato cada anno são dous milhoens & duzentos mil cruzados4. Nem boje tem os principes da Europa contrato de mayor rendimento, pela muita quantidade de tabaco que se gasta em todas as cidades & villas5.

  • 6 Le titre exact (le l’œuvre du Père Henri Engelgrave est Lux evangelica sub velum sacrorum emblematu (...)
  • 7 Le tabac — et le tabac du Brésil, en particulier — continuait à jouir en Angleterre d’une très gran (...)
  • 8 On a vu supra, p. 325, note 10, les quantités considérables de tabac qui étaient absorbées par le p (...)
  • 9 Et même à la Cour de Pékin, par exemple. Cf. C. R. Boxer, Salvador de Sá and the struggle for Brasi (...)

2Sirva de prova o que conta Engelgrave no primeiro tomo da Luz Evangelica, na Dominga quinta depois do Pentecoste, ao § 1, allegando por testemunho do que diz ao || 125 historiador Barnabè de Rijcke como certamente informado6. Diz pois este author que na cidade de Londres, cabeça da Gram Bretanha, povoada de mais de oitocentas mil almas, passão as vendas do tabaco o numero de sete mil ; & dando que cada huma destas não venda mais cada dia que hum florim & meyo de tabaco, importará o que se vende cada dia dez mil & quinhentos florins, os quaes, reduzidos à moeda portugueza em que cada florim são dous tostoens, importão cinco mil & duzentos & cincoenta cruzados. E consequentemente, o que se vende só em Londres em hum anno, que consta de trezentos & sessenta & cinco dias, importa hum milhão novecentos & dezaseis mil duzentos & cincoenta cruzados. E a que somma chegará o que se vende cada anno em toda a Gram Bretanha7, em Flandes, em França, em toda Hespanha & em Italia8 ? para não fallar de outras partes & do que vay para fóra da Europa, particularmente às índias Orienta !9 e Occidental, procurando-se o do Brasil por mais perfeito & melhor curado, em mayor quantidade da que se lhe pode mandar, por não faltarem os commissarios aos mercadores que tratão de prover as partes mais proximas.

[124] CHAPITRE XI. DE LA FAVEUR DONT LE TABAC DU BRÉSIL JOUIT EN EUROPE ET DANS LES AUTRES PARTIES DU MONDE, ET DES GRANDS REVENUS QU’EN TIRE LE TRÉSOR ROYAL

3De tout ce qui a été dit jusqu’à présent, on peut déduire aisément la faveur et la valeur que le tabac, et plus particulièrement le tabac du Brésil, est arrivé à gagner. En effet, ainsi que je l’ai dit au commencement, alors qu’il y a un peu plus de cent ans que l’on a commencé à planter et à traiter le tabac à Bahia1, les premières arrobes que l’on envoya à Lisbonne suscitèrent comme une éclosion de désirs pour que, chaque année, on demandât aussitôt et on envoyât un nombre grandissant d’arrobes. Et de plaisir étant devenu marchandise, c’est à peine si, de nos jours, les quelques milliers de rôles emportés par les flottes suffisent à satisfaire l’appétit de toutes les nations non seulement d’Europe, mais encore des autres parties du inonde, où il est ardemment recherché2. Une livre de tabac pilé vaut, à Lisbonne, de vingt à vingt-quatre testons suivant qu’il est plus ou moins fin3. Et la somme que le Roi retire chaque année de cette Ferme se monte à deux millions deux cent mille cruzades4. Et telle est la quantité de tabac qui se consomme dans toutes les cités et toutes les villes, qu’aucun prince d’Europe ne dispose aujourd’hui d’un monopole d’aussi grand rapport5.

4Il n’en est pour preuve que ce que raconte Engelgrave dans le premier tome de sa Lux Evangélica, au cinquième dimanche après la Pentecôte, premier paragraphe, en alléguant pour témoignage de ce qu’il avance l’historien || 125 Barnabé de Rijcke, comme bien informé6. Cet auteur rapporte donc que dans la ville de Londres, capitale de la Grande-Bretagne, peuplée de plus de huit cent mille âmes, les boutiques de tabac dépassent le nombre de sept mille. En admettant que chacune de celles-ci ne vende pas plus d’un florin et demi de tabac par jour, la somme de ce qui se vend par jour est de dix mille cinq cents florins ; convertis en monnaie portugaise, où un florin vaut deux testons, cela fait cinq mille deux cent cinquante cruzades. Et, par conséquent, ce qui se vend à Londres en une année, qui est composée de trois cent soixante-cinq jours, se monte à un million neuf cent seize mille deux cent cinquante cruzades. A quelle somme n’arrivera pas ce qui se vend par an dans toute la Grande-Bretagne7, en Flandres, en France, dans toute l’Espagne et l’Italie8, sans parler des autres pays et de ce qui est envoyé hors d’Europe, en particulier dans les Indes Orientales9 et Occidentales, qui recherchent le tabac du Brésil, parce qu’il est le plus parfait et le mieux traité, en quantité plus grande qu’on ne peut leur en envoyer, car les commissionnaires ne manquent pas aux négociants qui s’occupent de pourvoir les pays les plus proches.

Notes

1 Cf. supra, pp. 290-291 et note 1.

2 Cf. infra, pp. 334-335, notes 7, 8 et 9.

3 Un tarif des prix de vente du tabac à Lisbonne, fixé par D. Pedro II le 12 août 1701 et mis en vigueur à partir du 1er janvier 1702, montre que le meilleur tabac en poudre, dit tabaco de amostra, valait, au détail, 2 560 réis la livre, soit un peu plus de 25 testons. Les qualités inférieures, dites tabaco da cidade et tabaco simonte, valaient respectivement 1 920 réis et 1 536 réis la livre (A. N. T. T., Junta do Tabaco, maço 51, « Regimento dos preços por que [...] hão de vender o tabaco por grosso [...] e por meudo [...] do primeiro de Janeyro do anno de 1702 em diante », publié infra, Document no XII).

4 La Ferme du tabac fut adjugée à Pedro Gomes, le 15 juin 1700, pour 1 536 000 cruzades (cf. Eduardo Freire de Oliveira, Elementos para a historia do Municipio de Lisboa, XI, p. 540, note 2 ; Contrato do tabaco de Pedro Gomes, Lisbonne, 15 juin 1700, Archives Casa Cadaval, Cód. 1056, ff. 180-183, ou A. N. T. T., Junta do Tabaco, maço 51, publié infra, Document no XIII). Par suite des mauvais résultats financiers de la première année de son administration « em razão das muitas fraudes que de todo se não podem evitar », il fallut refaire, le 28 juillet 1701, une nouvelle adjudication pour laquelle Pedro Gomes offrit 800 000 cruzades par an, soit 2 400 000 cruzades pour 3 ans (cf. lettres de D. Pedro II à la municipalité de Lisbonne, Salvaterra, 25 février et 23 décembre 1701, in Freire de Oliveira, op. cit., X, pp. 60-61 et 97-98, et copie d’un décret de D. Pedro II, s. 1. n. d., A. N. T. T., Junta do Tabaco, maço 122. Je n’ai pas retrouvé les textes des baux suivants, mais les 2 200 000 cruzades dont parle Antonil sont effectivement mentionnés, dans plusieurs documents conservés aux Archives nationales de la Torre do Tombo, comme montant de la Ferme du tabac dont Juan Antonio de la Concha avait pris l’adjudication en 1707 (cf. A.N.T.T., Junta do Tabaco, maço 51 et, en particulier, avis de la Junta do Tabaco en date du 6 décembre 1707 dont il sera question infra, note 6 ; voir également déclaration de Juan Antonio de la Concha, Lisbonne, 25 novembre 1709, in Archives Casa Cadaval, Cód. 1056, f. 263).

5 Le conservador du tabac à Lisbonne, Luís de Magalhães de Brito, déclarait au Roi, le 4 décembre 1707 : « A. V.Magde convem-lhe muito a conservação de dous milhões e duzentos mil cruzados, e ainda que fora soo de dous milhões, porque nenhum Monarca logra a prerogativa que V.Magde no seu Reino tem de em hum soo genero ter este rendimento sem vexação nem clamor nos vassalhos » (avis pour une consulta de la Junta do Tabaco, A. N. T. T., Junta do Tabaco, maço 51). E. Gondolff, Le Tabac sous l'ancienne monarchie La Ferme royale (1629-1791), pp. 158-159 et notes, établit un tableau comparatif de la Ferme du tabac en France et au Portugal pour les années 1674 à 1716, et montre que, depuis le début du monopole, le produit moyen par tête avait été, au Portugal, quarante fois plus élevé qu’en France et deux fois et demi plus élevé qu’en Espagne.

6 Le titre exact (le l’œuvre du Père Henri Engelgrave est Lux evangelica sub velum sacrorum emblematum recondita in anni dominicas, selecta historia et morali doctrina varie adumbrata, publiée à Anvers en 3 volumes de 1648 à 1658. C’est au tome I et au quatrième dimanche après la Pentecôte, et non au cinquième (domina quarta post Pentescostem), que se trouve le passage auquel Antonil fait allusion et que je transcris ici : « Hujus rei testis historicus qui rem penitius examina vit a fumo nobis lucem ostendet. Refert is Lugduni in Anglia numerari officinas supra septem millia, in quibus ab aromatariis, apothecariis, tabernariis, etc... tabacum venditur. [note en marge : De deghelijckheydt van onsen tijdt by Barnabas de Rijcke] Facit autem computum ut si quaeque officina in singulos dies recepiat medium aureum, id est 25 asses, quotidie expendentur in fumos septem millia mediorum aureorum, summa vero octo millium septingentorum et 50 florenorum. Annue autem haec excrescet in unum et triginta vasa auri nonaginta tria millia, septingentos quinquaginta florenos, quid per annos complures, quid per universam Angliam, quantumque auri in fumos in nihilum evanescit ? haec miramur et omnes divitias una cum supremo habitu oris, e manibus evanescere et in nihilum abire non cogitamus, quam tamen lectionem non semel filio, ac nobis omnibus occinuit David : Dormierunt omnes viri divitiarum, et nihil invenerunt in manibus suis [note en marge : Psal. 75] ». La comparaison du texte d’Engelgrave et du texte d’Antonil montre une différence dans le calcul des sommes : 8 750 florins par jour chez Engelgrave, contre 10 500 chez Antonil ; 3 193 750 florins par an chez Engelgrave, contre 1 916 250 cruzades, soit 3 832 500 florins chez Antonil. Une vérification faite sur le texte original de Barnabas de Rijcke, De Deghelijckheydt van onsen tijdt, Amsterdam, 1634, pp. 68-71, ne m’a pas permis de prendre en défaut Engelgrave, qui a cité avec exactitude les chiffres de sa source. 11 faut donc admettre que, pour actualiser des calculs vieux de 70 ans, Antonil a délibérément procédé à une réévaluation des chiffres ; c’est la seule explication satisfaisante de son infidélité. Je remercie très vivement Mme Morel, bibliothécaire à l’Universiteits Bibliotheek d’Amsterdam, qui a retrouvé dans Barnabas de Rijcke le passage correspondant à Engelgrave et Antonil, et m’en a fait adresser le microfilm, et M. Brachin, professeur à la Sorbonne, qui a bien voulu transcrire et traduire pour moi ce texte hollandais très difficile et me permettre ainsi de procéder à une rigoureuse comparaison de textes. Je n’ai pu recueillir la moindre information sur Barnabas de Rijcke, mais la page de titre du Deghelijckheydt van onsen tijdt montre que cet ouvrage a été traduit de l’anglais en hollandais par un certain William Christiaens — ce qui laisse une petite énigme bio-bibliographique à résoudre.

7 Le tabac — et le tabac du Brésil, en particulier — continuait à jouir en Angleterre d’une très grande vogue. Le 13 septembre 1707, D. Luís da Cunha, ambassadeur du Portugal à Londres, écrivait à D. João V : « O tabaco moido no Brasil tem notavel estimação e se [vende] prezentemente a cinco guinéz o arratel porque, alem de ser pouco, se lhe acha hum gosto particular ». En conséquence, il demandait au roi de diminuer les droits de sortie établis sur le tabac en corde, et d’autoriser l’exportation directe du Brésil, à destination de l’Angleterre, de mille livres de tabac en poudre « do mais selecto e da cor mais amarella ». Aucune clause du bail de la Ferme du tabac n’accordait alors au Fermier l’exclusivité du commerce du tabac avec le port de Londres, aussi, tandis que la Junta do Tabaco examinait la requête de D. Luís da Cunha, le Fermier du tabac, Juan Antonio de la Concha, demandait-il la promulgation d’un décret « no qual se declare que o porto de Londres não poderá ninguem mandar tabaco de po nem de fumo para elle senão o supplicante », et la permission de faire venir du tabac en poudre fabriqué à Bahia, « porque o que se moe nesta Corte lhe falta o requezito que os estrangeiros apetesem » — tabac qui serait exporté par ses soins non seulement en Angleterre, mais en Hollande et en Italie. Il n’avait d’ailleurs pas même attendu le moment de formuler ces requêtes pour écrire à ses représentants à Bahia « que todo o tabaco que acharem feito em pó em poder de qualquer pessoa que seja, ainda marinheiros da frota que o costumão introduzir nesta cidade [de Lisboa], o comprem e o remetão a este Reino », agissant ainsi contre les ordres formels qui interdisaient l’expédition de tabac en poudre de Bahia. Le 6 décembre 1707, après avoir pris l’avis du procurador da Fazenda, la Junta do Tabaco exprima au roi son opinion sur l’ensemble des requêtes présentées par D. Luís da Cunha et par Juan Antonio de la Concha. Elle approuvait l’introduction en Angleterre des mille livres de tabac en poudre réclamées par D. Luís da Cunha car, étant donné le prix de vente du tabac dans ce pays (« cinco guines que, reduzidos a moeda nacional, importão, segundo o cambio, mais de 17 U [17 milreis] »), cette affaire était « de grande utilidade para a fazenda real ». Mais la Junta rejetait la diminution des droits sur le tabac en corde, ainsi que les deux requêtes du Fermier du tabac (cf. A. N. T. T., Junta do Tabaco, maço 51). Le 15 avril 1708, D. João V notifia au superintendant du tabac de Bahia des ordres relatifs à l’interdiction qu’il avait faite à Juan Antonio de la Concha d’acheter du tabac à Bahia (cf. lettre de José da Costa Correa, superintendant du tabac de Bahia, à D. João Y, Bahia, 19 juillet 1708, A. N. T. T., Junta do Tabaco, maço 97). Quant aux suites données à l’avis favorable de la Junta do Tabaco sur l’importation du tabac en poudre en Angleterre, les documents que j’ai consultés à la Torre do Tombo ne me permettent pas de les connaître, aucune décision du roi n’y figurant.

8 On a vu supra, p. 325, note 10, les quantités considérables de tabac qui étaient absorbées par le port franc de Gênes et redistribuées non seulement en Italie, mais encore, pour une petite partie, à Majorque, à Marseille et à Arles.

9 Et même à la Cour de Pékin, par exemple. Cf. C. R. Boxer, Salvador de Sá and the struggle for Brasil and Angola (1602-1686), p. 384, note 79 : « The Jesuits at the court of Peking noted that no present was more acceptable to the Mandchu emperor ans his mandarins than, tobacco of Portugal’, by which was meant snuff from Brazil ».

© Éditions de l’IHEAL, 1968

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

amazon.fr