Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Cultura e opulencia do Brasil por suas drogas e minas

 | 
André Joao Antonil

Segunda parte. Cultura e opulencia do Brasil na lavra do tabaco/Deuxième partie. De l'exploitation des richesses du Brésil par la culture du tabac

[122] Capitulo X. Que custa hum rolo de tabaco de oito arrobas, posto da Bahia, na Alfandega de Lisboa, & já despachado & corrente para sahir della

Texte intégral

  • 1 Cf. supra, pp. 324-325 et note 10.
  • 2 Le tabac des Alagoas avait en effet grande réputation. Selon Roberto Car Ribeiro, superintendant du (...)

O rolo do tabaco

8 U 000

O couro & o enrolallo nelle

1 U 300

O frete para o porto da Cachoeira

U 550

O aluguer no almazem da Cachoeira

U 040

O frete para a cidade da Bahia

U 080

A descarga no almazem da cidade

U 020

O aluguer no almazem da cidade

U 040

O chegar à balança do pezo

U 010

O pezar, a dez reis por rolo, & botar fóra

U 010

O pezo da balança, a tres reis por arroba

U 024

Direitos & fretes & mais gastos em Lisboa

2 U 050

O que tudo importa doze mil cento & vinte & quatro reis

12 U 124

Vão ordinariamente cada anno da Bahia vinte & cinco mil rolos de tabaco1, & a doze mil cento & || 123 vinte & quatro reis, importão trezentos & tres contos & cem mil reis

303 100 U 000

Vão ordinariamente cada anno das Alagoas de Pernambuco dous mil & quinhentos rolos, & a dezaseis mil seiscentos & vinte reis, por ser melhor o tabaco2, importão quarenta & hum contos quinhentos & cincoenta mil reis

41 550 U 000

Importa todo este tabaco trezentos & quarenta & quatro contos seiscentos & cincoenta mil reis

344 650 U 000

1E reduzidos a cruzados, são oitocentos & sessenta & hum mil seiscentos & vinte & cinco cruzados.

[122] CHAPITRE X. DE CE QUE COÛTE UN RÔLE DE TABAC DE HUIT ARROBES, EXPÉDIÉ DE BAHIA, UNE FOIS DÉPÊCHÉ ET ADMIS A SORTIR DE LA DOUANE DE LISBONNE

Rôle de tabac

8 000 réis

Cuir pour l’envelopper, et main-d’œuvre

1 300 réis

Fret jusqu’au port de Cachoeira

550 réis

Droit d’entrepôt dans le magasin de Cachoeira

40 réis

Fret jusqu’à la ville de Bahia

80 réis

Déchargement dans le magasin de la ville

20 réis

Droit d’entrepôt dans le magasin de la ville

40 réis

Transport jusqu’à la balance

10 réis

Pesage et enlèvement des rôles, à dix réis par rôle

10 réis

Droit de balance, à trois réis par arrobe

24 réis

Droits, frets et autres dépenses à Lisbonne

2 050 réis

Ce qui fait au total douze mille cent vingt-quatre réis

12 124 réis

Généralement, vingt-cinq mille rôles partent chaque année de Bahia1 ; à douze mille cent || 123 vingt-quatre réis le rôle, cela fait trois cent trois contos et cent mille réis

303 100 000 réis

Généralement, deux mille cinq cents rôles partent chaque année des Alagoas de Pernambouc ; à seize mille six cent vingt réis le rôle, parce que le tabac en est meilleur2, cela fait quarante et un contos et cinq cent cinquante mille réis

41 550 000 réis

Au total, ce tabac fait la somme de trois cent quarante-quatre contos et six cent cinquante mille réis.

344 650 000 réis

2En réduisant cette somme en cruzades, cela fait huit cent soixante et un mille six cent vingt-cinq cruzades.

Notes

1 Cf. supra, pp. 324-325 et note 10.

2 Le tabac des Alagoas avait en effet grande réputation. Selon Roberto Car Ribeiro, superintendant du tabac à Recife (lettre à D. Pedro II, Recife, 16 mars 1704, A. N. T. T., Junta do Tabaco, maço 96), « naquella parte se cultivava a maior quantidade do melhor tabaco que nesta Capitania se fabrica » ; aussi s’étonnait-il que « a este Recife se não conduzia quantidade alguma, sendo-lhe facil a conduçam por mar ». Mais nous avons vu supra, p. 326, note 11, que les planteurs des Alagoas préféraient expédier leurs tabacs à Bahia. Les 2 500 arrobes de tabac expédiées depuis Recife dont parle Antonil provenaient donc, non pas des Alagoas, mais d’Itamaraca, et il n’était pas d’une excellence particulière, ainsi qu’en font foi deux lettres de Roberto Car Ribeiro à D. Pedro II (18 février 1704 et 11 mars 1706, A. N. T. T., Junta do Tabaco, maço 96). Le prix plus élevé de ce tabac semblerait plutôt provenir de la majoration des droits payés à Recife.

© Éditions de l’IHEAL, 1968

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

amazon.fr