Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Cultura e opulencia do Brasil por suas drogas e minas

 | 
André Joao Antonil

Segunda parte. Cultura e opulencia do Brasil na lavra do tabaco/Deuxième partie. De l'exploitation des richesses du Brésil par la culture du tabac

Capitulo IX. Do modo com que se despacha o tabaco na Alfandega da Bahia

Texte intégral

  • 1 On a vu supra, p. 292 et note 3, ce qu’Antonil appelle sertão da Bahia, par opposition aux campos (...)
  • 2 Sergipe del Rei, ou plus exactement São Cristóvão de Sergipe del Rei, fut fondée en 1590 par Crist (...)
  • 3 Cotinguiba ou Cotindiba est le nom d’un petit affluent de la rive droite du rio Sergipe, tout près (...)
  • 4 Le rio Real est un petit fleuve côtier qui, entre le rio Vasabarris et le rio Itapicuru, forme l’a (...)
  • 5 Inhambupe est un petit bourg situé au nord de la capitainerie de Bahia, à 12 lieues environ de l’e (...)
  • 6 Situé un peu en retrait du littoral, dans le municipe de Camaçari, à quelque 40 kms à vol d’oiseau (...)
  • 7 Ce nom est celui d’une région littorale qui s’étendait un peu au nord de Bahia et appartenait à la (...)
  • 8 Ce chiffre n’a pu être vérifié.
  • 9 Le contrô’e des expéditions de tabac était en effet très strict, en raison de l’importance de la c (...)
  • 10 Des résumés adressés au roi par le gouverneur et capitaine général du Brésil permettent de connaît (...)
  • 11 Afin d’éviter les fraudes, ce droit de sortie de 70 réis par rôle de tabac était, depuis le 27 nov (...)

1Beneficiado e enrolado o tabaco, e pago o seu dizimo a Deos, que he de vinte arrobas huma (e rende este dizimo hum anno por outro dezoito mil cruzados, como consta do arrendamento do dizimo que se tira da Cachoeira da Bahia e suas freguezias annexas, fóra o que se lavra pelas mais partes do certão della1 em Serigippe de El-lley2, Cotinguiba3, Rio Real4, Inhambupe5, Montegordo6 e Torre7, que, apartado do rendimento do dizimo do assucar e mais meunças, rende dez até doze mil cruzados8) vem pagando seus carretos e fretes para a cidade da Bahia, até se meter em huma sua propria alfandega9, aonde se despachão para Lisboa, hum anno por outro, de vinte e cinco mil rolos para cima10. Os quaes pagão por hum contrato da Camera a setenta reis por cada rolo e destes tem El-Rey a terceira parte, e as duas são para o presidio da mesma cidade, que importão cinco mil cruzados11.

  • 12 La seule information que j’ai pu recueillir sur ce droit date des dernières années du xviiie siècl (...)

2Pagão mais a huma balança a tres reis por arroba, que a Camera arrenda na mesma forma já dita, e importa mil e duzentos cruzados12.

  • 13 Ce tabac était ainsi conditionné « porque assim se seca mais e incapacita para se conduzir aos Rei (...)

3121 Deste tabaco se permitte a extracção de treze mil arrobas para a navegação da Costa da Mina, que se arrumão em cinco mil rolos pequenos de tres arrobas, os quaes tambem pagão a setenta reis por cada rolo para o sobredito contrato da Camera, e importa tres mil cruzados13.

  • 14 Quatre vintens, soit 80 réis par arrobe. La Casa dos Contos, c’est-à-dire la Chambre des Comptes, (...)

4Destas treze mil arrobas se pagão por dizimo a El-Rey quatro vintens por arroba, e pagão-se na Casa dos Contos14, o que importa tres mil cruzados.

  • 15 Quelques documents nous permettent d’avoir une idée assez précise de ce que fut la Ferme du tabac (...)

5Vão para o Rio de Janeiro todos os annos tres mil arrobas, as quaes nada pagão na Rahia, mas vão a pagar no dito Rio de Janeiro vinte e cinco mil cruzados cada anno por contrato de El-Rey, o qual pouco mais ou menos por tanto se arrenda15.

6E tudo o que neste capitulo do despacho do tabaco está dito importa sessenta e cinco mil e duzentos cruzados.

CHAPITRE IX. DE LA FAÇON DONT ON DÉPÊCHE LE TABAC A LA DOUANE DE BAHIA

7Après que le tabac a été conditionné et mis en rôles, il paie une dîme à Dieu qui est de une arrobe pour vingt. Cette dîme rapporte, une année dans l’autre, dix-huit mille cruzades, ainsi qu’il résulte de la ferme de la dîme perçue à Cachoeira de Bahia et ses paroisses annexes, sans compter le tabac qui est cultivé dans les autres régions du serían de Bahia1, à Sergipe del Bey2, à Cotinguiba3, à Rio Real4, à Inhambupe5, à Montegordo6 et à Torre7 : cette dîme-ci, une fois séparée du revenu de la dîme sur le sucre et sur d’autres choses moins importantes, rapporte de dix à douze mille cruzades8. Puis il paie ses transports et son fret jusqu’à la cité de Bahia, où il est déposé dans une douane qui lui est particulière9 ; de là, on en dépêche à destination de Lisbonne, une année dans l’autre, vingt-cinq mille rôles et plus10. Chacun de ces rôles, en vertu d’un droit affermé par la municipalité, paie soixante-dix réis, dont le Roi perçoit un tiers, les deux autres tiers étant pour la garnison de la même ville ; et le tout se monte à cinq mille cruzades11.

8A la balance, ils paient encore trois réis par arrobe, en vertu d’un droit que la municipalité afferme comme il a été dit plus haut, et cela se monte à mille deux cents cruzades12.

9121 Pour la navigation vers la côte de la Mine, il est permis d’exporter treize mille arrobes de ce tabac, qui sont mises en cinq mille petits rôles de trois arrobes chacun13, lesquels paient également soixante-dix réis chacun en vertu du droit susdit affermé par la municipalité, et dont le montant est de mille cruzades.

10Sur ces treize mille arrobes, on paie au Roi une dîme de quatre vintens par arrobe, versés à la Casa dos Contos14 ; le montant de cette dîme est de trois mille cruzades.

11Tous les ans, trois mille arrobes partent pour Rio de Janeiro ; elles ne paient rien à Bahia, mais à Rio de Janeiro elles paieront vingt-cinq mille cruzades par an à la Ferme du Roi, qui est adjugée environ pour cette somme15.

12Et le total de tout ce qui a été dit dans ce chapitre sur l’expédition du tabac, se monte à soixante-cinq mille deux cents cruzades.

Notes

1 On a vu supra, p. 292 et note 3, ce qu’Antonil appelle sertão da Bahia, par opposition aux campos da Cachoeira. Ici, il va préciser quels sont les principaux centres de culture du tabac de cette région, et l’on pourra utilement comparer ce passage aux lignes suivantes, extraites d’un avis de Belchior da Cunha Brochado, Lisbonne, 14 décembre 1697 (A. N. T. T., Junta do Tabaco, maço 96 A) : « O tabaco no Brazil, no que respeita ao reconcavo da Bahia, se fabrica mais principal e abundantemente em os campos da Cachoeira, Santo Amaro da Pitanga, Maragogipe e Sergipe do Conde. Em o seu destrito, fora do dito reconcavo, se fabrica tambem com mais abundancia em o Rio Real, Sergipe del Rey, Rio de S. Francisco e algum em as Alagoas e destrito da Torre. »

2 Sergipe del Rei, ou plus exactement São Cristóvão de Sergipe del Rei, fut fondée en 1590 par Cristóvão de Barros sur la rive gauche du rio Sergipe. Mais ce primitif noyau de population dut, par suite des assauts que lui livrèrent les indiens, se déplacer vers le sud : en 1595-1596 d’abord, vers l’embouchure du rio Poxim, et peu avant 1607, sur la rive gauche de l’embouchure du rio Vasabarris, où il s’établit définitivement. Jusqu’au début du xixe siècle, le territoire de Sergipe del Rei fut une comarca, c’est-à-dire une province de la capitainerie de Bahia. Sa principale activité économique était et est encore la culture de la canne à sucre, et de nos jours, toute culture du tabac y a été abandonnée (cf. Aires de Casal, Corografia brasílica, II, pp. 146-147 ; Milliet de Saint-Adolphe, Diccionario geographico..., II, p. 529-530 ; Enciclopedia dos Municípios Brasileiros, XIX, pp. 459-465).

3 Cotinguiba ou Cotindiba est le nom d’un petit affluent de la rive droite du rio Sergipe, tout près de l’embouchure de celui-ci, et c’est probablement aux terres qui s’étendaient sur chacune de ses rives qu’Antonil se réfère ici, car il ne semble pas qu’aucune agglomération ait jamais porté ce nom. Comme à Sergipe del Rei, la culture du tabac a, de nos jours, disparu de cette région (cf. Enciclopédia dos Municípios Brasileiros, XIX, s. v. Laranjeiras et Riachuelo, municipes que traverse le Cotinguiba)..

4 Le rio Real est un petit fleuve côtier qui, entre le rio Vasabarris et le rio Itapicuru, forme l’actuelle limite des États de Bahia et de Sergipe. Un noyau de colons portugais s’était établi à quelque distance de sa rive droite, dans 1'intérieur des terres, à l’emplacement de la petite ville qui porte aujourd’hui le nom de Rio Real, mais il devait être d’une très faible importance puisque l’agglomération ne fut élevée au rang de vila qu’en 1880. C’est pourquoi je pense qu en parlant de « Rio Real », Antonil se réfère moins à ce centre de population qu aux rives du fleuve elles-mêmes. La culture du tabac a, de nos jours, également disparu de cette région, et a été principalement remplacée par des cultures de maïs, du manioc et de haricots (cf. Enciclopédia dos Municípios Brasileiros, XIX, s. v., Cristinapolis, Indiaroba, Tobias Barreto et Tomar de Geru ; XX, s. v. Itapicuru et Jandaíra ; XXI, s. v. Rio Real).

5 Inhambupe est un petit bourg situé au nord de la capitainerie de Bahia, à 12 lieues environ de l’embouchure de la rivière qui lui a donne son nom, et sur la rive droite de celle-ci. Il avait eu le privilège d’être fondé en un lieu évangélisé par le P. José de Anchieta avant 1572, et colonisé par Alexandre Vaz Gouveia entre 1572 et 1582, mais son principal noyau de population ne fut formé qu’en 1624 par un membre de la Casa da Torre, famille de grands propriétaires fonciers dont il sera question infra, pp. 476-479 et note 32. La culture du tabac en est encore a principale activité (cf. Aires de Casal, Corografia brasílica, II, pp. 123-124 et Enciclopédia dos Municípios Brasileiros, XX, pp. 273-277).

6 Situé un peu en retrait du littoral, dans le municipe de Camaçari, à quelque 40 kms à vol d’oiseau au nord-est de la ville de Bahia, Montegordo appartient à la zone du Recôncavo. Ce petit bourg qui rassemble aujourd’hui un millier d’habitants n’était probablement pas d’une très grande importance et, en tout cas, il n’est pas signalé par Belchior da Cunha Brochado dans son avis du 14 décembre 1697 (A. N. T. T., Junta do Tabaco, maço 96 A). La culture du tabac y est, de nos jours, remplacée par celle des cocotiers (cf. Milliet de Saint-Adolphe, Diccionario geographico..., II, p. 120 et Enciclopédia dos Municípios Brasileiros, XX, p. 119).

7 Ce nom est celui d’une région littorale qui s’étendait un peu au nord de Bahia et appartenait à la puissante famille des Garcia de Avila, c’est-à-dire de la Casa da Torre. Cf. infra, pp. 476-479 et note 32.

8 Ce chiffre n’a pu être vérifié.

9 Le contrô’e des expéditions de tabac était en effet très strict, en raison de l’importance de la contrebande, et justifiait l’existence de cette douane particulière. C’est le trapiche, c’est-à-dire l’entrepôt du sargento-mór Domingos Pires de Carvalho qui avait été choisi pour cela. Cf. règlement pour l’expédition du tabac, Bahia, 12 mai 1698 (A. N. T. T., Junta do Tabaco, maço 96 A) publié infra, Document no VIII.

10 Des résumés adressés au roi par le gouverneur et capitaine général du Brésil permettent de connaître avec exactitude, au moins pour certaines années, le montant des expéditions de tabac de Bahia vers la métropole, et l’on peut vérifier qu’effectivement, celles-ci allaient de 25.000 à 30.000 rôles, suivant les années :
— 1699 : 28.258 rôles, pesant 206.774 arrobes 16 livres
— 1706 : 29.683 rôles, pesant 220.336 arrobes 9 livres
— 1707 et 1708 (les deux années ensemble) : 50.839 rôles, pesant 382.963 arrobes 12 livres (cf. résumés en date des 12 juillet 1699, 22 janvier 1706 et 7 août 1708, A. N. T. T., Junta do Tabaco, maços 96 A et 97. Selon un avis adressé à D. Pedro II le 4 mars 1698 par le duc de Cadaval, président du Conselho Ultramarino, il ne fallait pas laisser sortir du Brésil plus de 30.000 rôles par an, cette quantité étant la plus grande que puisse absorber le commerce intérieur et extérieur du Portugal. Un décompte effectué par ses soins « conforme os livros do estanque e alfandega » montrait que 2.278 rôles seulement étaient consommés au Portugal même, 200 aux Açores et à Madère, tout le reste (soit 24.727 rôles) étant réservé à l’exportation vers les pays du Nord, l’Italie, l’Espagne et la côte d’Afrique (Archives Casa Cadaval, Cód. 884, Tabaco, ff. 404v-406v). Les archives de la Casa Cadaval conservent en outre (Cód. 1056, f. 174) une « Lembrança do tabaco que sahio de Genova no anno de 1694 », qui nous donne une idée des quantités de tabac du Brésil réexpédiées depuis ce port franc : 4.891 rôles, dont la plus grande partie allait à Naples (875 rôles), en Lombardie (2.010 rôles), à Livourne (570 rôles), etc... Il convient encore de rappeler qu’aux 25.000 rôles de tabac de Bahia s’ajoutaient 2 500 rôles qui étaient expédiés depuis Recife (cf. infra, pp. 330-331 et note 2).

11 Afin d’éviter les fraudes, ce droit de sortie de 70 réis par rôle de tabac était, depuis le 27 novembre 1680, affermé en même temps que le droit de 300 + 80 réis par caisse de sucre, et que celui de 80 réis par petite caisse de sucre, et il était effectivement « aplicado para ajuda do socorro da emfantaria » de Bahia (cf. Documentos históricos do Arquivo Municipal [da Bahia] —Atas da Câmara 1669-1684,5e vol., pp. 293-294). Contrairement à ce qui se faisait à Recife, par exemple, cette contribution était à la charge des acheteurs, et non des vendeurs, et c’est pourquoi une partie des tabacs de la capitainerie de Pernambouc était dépêchée en douane à Bahia, les planteurs préférant assumer le prix du transport jusqu’à cette ville où, au surplus, ils trouvaient les marchandises dont ils avaient besoin, plutôt que de payer à Recife une taxe de 160 réis par arrobe de tabac. Cf. information de José da Costa Correia, superintendant du tabac à Bahia, 12 décembre 1705 (A. N. T. T., Junta do Tabaco, maço 96) : « Algums dos moradores da villa das Lagoas e S. Miguel remetem os seus assucres e tabacos a Pernambuco, de cujo destricto he aquella villa, e outros os envião a esta cidade aonde achão mais generos dos que necessitão para se fornecerem, mayor consumo e preço, e menos gravame de subsidios, porque em aquella Capitania de Pernambuco pagão cento e sessenta reis por cada arroba de tabaco para a Camara, e de despachos na Caza da recadação a dous cheiradores que nella ha pagão des reis por arroba, a hum guarda cinco reis por arroba, a hum meyrinho cento e sessenta reis por cada partida que entra ou sae, a hum escrivão do registo oitenta reis por cada assento que faz de entrada ou sahida, e nesta Cidade não pagão couza alguma, porque supposto tenha cada rollo de tabaco a impozição de setenta reis por sahida, esta paga o comprador. »

12 La seule information que j’ai pu recueillir sur ce droit date des dernières années du xviiie siècle, mais elle montre que depuis l’époque où écrivait Antonil, le montant n’en avait pas changé : 3 réis par arrobe (cf. Vilhena, Noticias soteropolitanas, I, p. 69)....

13 Ce tabac était ainsi conditionné « porque assim se seca mais e incapacita para se conduzir aos Reinos estranhos aonde [...] não costumão os estrangeiros levar destes tabacos porque lhes não tem conta, tanto por serem secos e dos peores como porque, ainda que foram melhores, a respeito dos longes e intermedeação do tempo se corrompem » (avis du desembargador Manuel Freyre da Silva, 28 février 1708, A. N. T. T., Junta do Tabaco, maço 51). La grande préoccupation de D. Pedro II était en effet que les étrangers — et en particulier les Anglais — n’aillent s’approvisionner en tabac à la Costa da Mina : « Este seria o meio de se destruir o rendimento do tabaco neste Reino », écrivait-il à D. João de Lancastro, gouverneur général du Brésil, le 12 mars 1698, en lui donnant des instructions très précises à ce sujet (in Doc. Hist., LXXXIV, pp. 23-25). Le tabac destiné à l’achat des esclaves dont le Brésil avait besoin, ne devait être « de nenhuma maneira [...] do fino nem do redondo, senão do da terceira e infima qualidade, que não costuma vir para este Reino ». Les embarcations qui se livraient à ce négoce étaient en nombre limité et devaient obtenir du Gouverneur général une autorisation préalable. Quant aux peines prévues pour les contrevenants, elles étaient lourdes : « Será queimada a embarcação e o mestre açoitado e mandado para Angola por tempo de 8 anos » (id., ibid., et avertissements publiés par D. João de Lancastro, Bahia, 26 juin 1698 et 7 juillet 1700, A. N. T. T., Junta do Tabaco, maço 96 A). Il était permis d’expédier 12 500 arrobes par an à la costa da Mina, mais les rapports adressés chaque année accusaient des envois qui montaient parfois à plus de 13.000 arrobes (cf. lettre de José da Costa Correa, superintendant du tabac à Bahia, à D. João V, Bahia, 21 janvier 1706, A. N. T. T., Junta do Tabaco, maço 96). Remarquons au passage l’erreur, probablement involontaire, d’Antonil dans ses calculs, car 5 000 rôles de 3 arrobes chacun font 15 000 arrobes, et non 13 000. Bien entendu, ces exportations de tabac vers la côte de la Mine étaient, malgré la règlementation prévue et effectivement appliquée, l’occasion de fraudes nombreuses et diverses, tant sur la qualité que sur la quantité (cf. requête de Juan Antonio de la Concha, Fermier du tabac, février 1708, A. N. T. T., Junta do Tabaco, maço 51, et avis du desembar gador Manuel Freyre da Silva, 28 février 1708, ibid.).

14 Quatre vintens, soit 80 réis par arrobe. La Casa dos Contos, c’est-à-dire la Chambre des Comptes, avait son siège à Lisbonne et employait de très nombreux fonctionnaires dont les émoluments étaient tirés, entre autres, des revenus de la douane de Lisbonne (cf. Virgínia Rau, A. Casa dos Contos, p. 394). Il est très vraisemblable que la dîme de 4 vintens perçue à Bahia sur le tabac destiné à la Costa da Mina, s’appliquait au même effet.

15 Quelques documents nous permettent d’avoir une idée assez précise de ce que fut la Ferme du tabac à Rio de Janeiro dans les toutes premières années du xviiie siècle. A la fin du siècle précédent, le Fermier qui avait obtenu l’adjudication pour 31 000 cruzades et pour 4 ans, n’était autorisé à importer de Bahia que 800 arrobes à distribuer dans la seule capitainerie de Rio de Janeiro (consulta de la Junta do Tabaco, 18 janvier 1700, A. N. T. T., Junta do Tabaco, maço 5 ; lettre de D. Pedro II à Artur de Sá e Meneses, gouverneur et capitaine général de Rio de Janeiro, Lisbonne, 27 janvier 1700, in Doc. Hist., LXXXIV, pp. 81-82). Mais le 7 mars 1701, D. Pedro II ordonna d’étendre le domaine de la Ferme à toutes les capitaineries du Sud, et, en conséquence de cette décison, autorisa l’importation de 2 500 arrobes. Le 1er août 1700, une adjudication fut faite sur ces nouvelles bases, au prix de 31 000 cruzades pour 4 ans, à Luís do Gouto — ce qui représentait une augmentation sensible sur la Ferme précédente (lettre de D. Pedro II à Artur de Sá e Meneses, Lisbonne, 7 mars 1701, in Doc. Hist., LXXXIV, pp. 128-129 ; lettre de Luís Lopes Pegado, provedor da Fazenda à Rio de Janeiro, à Francisco Lamberto, provedor-mór da Fazenda à Bahia, Rio de Janeiro, 2 août 1701, ibid., p. 127 ; consulta du Conselho Ultramarino donnée pour examen à la Junta do Tabaco le 29 décembre 1700, A. N. T. T., Junta do Tabaco, maço 51), En 1704, c’est moyennant 44 000 cruzades pour 3 ans que la Ferme fut adjugée à Francisco Rodrigues da Silva, « e a muito mais podera subir se os contractadores tiverão largueza para tirarem da Bahia todo o tabaco que quizessem », ainsi que l’écrivait à D. Pedro II le provedor da Fazenda de Rio de Janeiro. Le nouveau Fermier demandait en effet l’octroi de 1 000 arrobes supplémentaires par an et, en cas de cargaison perdue ou avariée, la faculté de la remplacer intégralement. Cette requête fut soumise à l’examen du Conselho Ultramarino puis de la Junta do Tabaco, mais en dépit des avis favorables qui furent émis et dont le dernier est daté du 21 février 1705, c’est seulement le 27 mars 1707 que le Roi accorda l’autorisation de faire venir de Bahia les 1 000 arrobes supplémentaires, ce qui portait le montant des envois annuels à 3 500 arrobes (cf. lettre de Luís Lopes Pegado à D. Pedro II, Rio de Janeiro, 12 février 1704 ; lettre de D. Alvaro da Silveira de Albuquerque, gouverneur et capitaine général de Rio de Janeiro, à D. Pedro II, Rio de Janeiro, 1er février 1704 ; ordre du Roi à la Junta do Tabaco, 16 septembre 1704, suivi de l’avis favorable de la Junta, en date du 21 février 1705 ; consultas do Conselho Ultramarino, 7 juin 1706 et 10 mars 1707, in A. N. T. T., Junta do Tabaco, maço 51). Les chiffres indiqués par Antonil sont donc postérieurs à 1707, et concernent soit l’adjudication de 1707, soit celle de 1710, dont je n’ai pas retrouvé trace.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/4082/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 175k

© Éditions de l’IHEAL, 1968

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

amazon.fr