Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Cultura e opulencia do Brasil por suas drogas e minas

 | 
André Joao Antonil

Segunda parte. Cultura e opulencia do Brasil na lavra do tabaco/Deuxième partie. De l'exploitation des richesses du Brésil par la culture du tabac

[118] Capitulo VIII. Do uso moderado do tabaco para a saude, & da demasia nociva a mesma saude, de qualquer modo que se use delle

Texte intégral

  • 1 Le terme d’« herbe sainte » n’était que l'une des nombreuses dénominations en usage depuis le milie (...)
  • 2 Cf. Bluteau, op. cit., VIII, s. v. tabaco, p. 4 : « Alguns theologos moraes, cujo temperamento se n (...)
  • 3 Sur le sens de torcida, « boulette », cf. infra, p. 320, note 9.
  • 4 « Que ne peut point la prévention quand elle s’est une fois emparée de l’esprit des hommes ? » s’ex (...)
  • 5 Cf. Nicolas Monardes, Segunda parte del libro de las cosas que se traen de nuestras Indias Occident (...)
  • 6 Cf. M. de Prade, Histoire du tabac, p. 35 : « Dans toutes les parties de notre monde [le tabac] s’e (...)
  • 7 Les effets produits par la fumée du tabac sont très variables selon les auteurs qui en parlent. Pou (...)

1Os que são demasiadamente affeiçoados ao tabaco o chamão herva santa, nem ha epitheto de louvor que lhe não dem para defender o excesso digno de reprehensão & de nota1. Homens ha que parece não podem viver sem este quinto elemento2, cachimbando a qualquer hora em casa & aos caminhos, mascando as suas folhas, usando de torcidas3, & enchendo os narizes deste pó4. E esta demasia não sòmente se vê nos marítimos & nos trabalhadores de qualquer casta, forros & escravos, os quaes estão persuadidos que só com tabaco hão de ter alento & vigor5, mas tambem em muitas pessoas nobres & ociosas, nos soldados dentro do corpo da guarda, & em não poucos ecclesiasticos, clerigos & religiosos6, na opinião dos quaes toda essa demasia se defende, ainda quando se vê manifestamente que se não usa por mézinha, mas por dar gosto a hum excessivo & mal habituado prurito. Eu, que de nenhum modo uso delle, ouvi dizer que o fumo do cachimbo, bebido pela manhaã em jejum moderadamente, desseca as humidades do estomago, ajuda para a digestão & não menos para a evacuação ordinaria, alivia ao peito que padece fluxão asmatica, & diminue a dor insoportavel dos dentes7.

  • 8 M. de Prade, Histoire du Tabac, p. 131, n’est pas très favorable, lui non plus, au tabac en machica (...)

2O mascallo não he tam sadio; porém assim como mascado || 119 pela manhaã em jejum moderadamente, serve para dessecar a abundancia dos humores do estomago, assim o uso immoderado o relaxa, & pela continuação obra menos, altera o gosto, faz grave o bafo, negros os dentes, & deixa os beiços immundos8.

  • 9 Neander, Traité du tabac, pp. 94-95, signale que l’usage d’une « tente faitte avec des fueilles sec (...)
  • 10 Antoine de Courtin, Nouveau traité de la civilité qui se pratique en France parmi les honnêtes gens(...)

3Usão alguns de torcidas dentro dos narizes, para purgar por esta via a cabeça & para divertir o estillicidio que vay a cahir nas gengivas & causa dores de dentes9; & postas pela manhaã & à noite, não deixão de ser de proveito. Só se encommenda aos que usão dellas o evitarem a indecencia que causa o apparecer com ellas fóra dos narizes & com huma gotta de estillicidio sempre manante, que suja a barba & causa nojo a quem com elles conversa10.

  • 11 Cf. Labat, t. IV, p. 494 : « On en prenait jusque dans les églises, sans que la présence de Dieu qu (...)
  • 12 Antonil a inversé le contenu des deux Brefs qu’il cite. En effet, le Bref d’Urbain VIII en date du (...)
  • 13 Je n’ai pu vérifier cette observation d’Antonil.

4Sendo o tabaco em pó o mais usado, he certamente o menos sadio, assim pela demasia com que se toma, que passa de mézinha a ser vicio, como por impedir o mesmo costume excessivo os bons effeitos que se pertendem & que talvez causaria se o uso fosse mais moderado. Deixando porém de reparar nesta viciosa superfluidade, só lembro quanto dous Summos Pontífices, Urbano VIII & Innocencio X, estranhàrão o usar delle nas igrejas, pela grande indecencia que reparàrão & julgarão ter este intoleravel abuso, digno de se notar & estranhar nos seculares & mais nos ecclesiasticos pouco acautelados ainda quando assistem no coro aos officios divinos, & muito mais nos religiosos, que devem dar exemplo a todos (& mayormente nos lugares sagrados) de gravidade e modestia11». E por isso ambos os sobreditos Pontifices chegàrão a probibillo com excommunhão mayor; o primeiro, com hum Breve de 30 de Janeiro do anno 1642, o prohibio na igreja de São Pedro em Roma & no adro & alpendre do dito templo; o segundo, com outro Breve debaixo da mesma pena, aos 8 de Janeiro de 1650, nas igrejas de todo hum arcebispado em que se hia introduzindo esta demasia || 120 com escandalo12. E em algumas religioens mais observantes, se prohibio o uso publico do tabaco nas igrejas com privação de voz activa & passiva, isto he, sob pena de não poderem ser eleitos os transgressores nem poderem escolher a outros para Superiores & para outros officios da Ordem13.

[118] CHAPITRE VIII. DE L’USAGE MODÉRÉ DU TABAC POUR LA SANTÉ, ET DES EXCÈS NUISIBLES A CETTE MÊME SANTÉ, QUELLE QUE SOIT LA FORME SOUS LAQUELLE ON EN USE.

5Ceux qui sont trop attachés au tabac l’appellent herbe sainte, et il n’est pas d’épithète louangeuse qu’ils ne lui appliquent pour défendre un excès digne d’être blâmé et censuré1. Il est des hommes qui semblent ne point pouvoir vivre sans ce cinquième élément2, qui fument la pipe à toute heure, chez eux comme sur les routes, mâchent des feuilles de tabac, usent de boulettes3, et se remplissent les narines de cette poudre4. Et l’on voit cet excès non seulement chez les marins et chez les travailleurs de toute sorte, esclaves ou affranchis, qui sont persuadés que seul le tabac leur donnera courage et vigueur5, mais encore chez beaucoup de personnes nobles et oisives, chez les soldats dans les corps de garde, et chez un grand nombre de gens d’église, clercs et religieux6. Selon ces gens-là, tout cet excès est défendable, alors qu’on voit clairement qu’ils ne l’utilisent pas comme remède mais pour satisfaire à un prurit excessif et à une mauvaise habitude. Moi qui n’en use d’aucune façon, j’ai entendu dire que le tabac pour la pipe, fumé en quantité modérée le matin à jeun, dessèche les humidités de l’estomac, aide à la digestion non moins qu’à l’évacuation ordinaire, soulage la poitrine atteinte de fluxion asthmatique, et atténue les insupportables maux de dents7.

6En machicatoire, il n’est pas si salutaire. De même que, mâché en quantité modérée || 119 le matin à jeun, il est utile pour dessécher l’abondance des humeurs de l’estomac, de même l’usage immodéré qu’on en fait relâche l’estomac. Et si l’on en fait un usage continuel, ses effets diminuent, il altère le goût, infecte l’haleine, noircit les dents et rend les lèvres immondes8.

7Certains se mettent des boulettes dans les narines, afin de se purger la tête par ce côté-là et de détourner le coryza qui tombe sur les gencives et provoque des maux de dents9 ; utilisées matin et soir, elles ne laissent pas d’être profitables. On recommandera seulement à ceux qui en usent d’éviter l’indécence qu’il y a à se montrer, les boulettes sortant des narines et une goutte de coryza toujours en suspens, qui leur salit le menton et soulève le cœur à la personne avec laquelle ils conversent10.

8Le tabac en poudre est le plus utilisé, et il est certainement le moins salutaire, aussi bien à cause de l’excès avec lequel on en prend et qui, d’un remède, en fait un vice, que parce que cette même habitude excessive empêche les bons effets que l’on attend de lui et qu’il provoquerait peut-être si l’emploi en était plus modéré. Je vais cesser pourtant mes considérations sur cette superfluité vicieuse pour me borner à rappeler combien deux Souverains Pontifes, Urbain VIII et Innocent X, blâmèrent son emploi dans les églises, à cause de la grande indécence qu’ils observèrent et considérèrent dans cet intolérable abus, déjà digne de remarque et de blâme chez les laïcs, davantage chez les gens d’église qui manifestent peu de réserve alors même qu’ils assistent dans le chœur aux offices divins, et bien davantage encore chez les moines, qui doivent donner à tous — et principalement dans les lieux sacrés — l’exemple de la gravité et de la décence11. C’est pourquoi les deux Pontifes susdits en vinrent à l’interdire sous peine d’excommunication majeure : le premier, par un Bref du 30 janvier 1642, l’interdit à l’intérieur de l’église de Saint-Pierre de Rome, ainsi que sur le parvis et dans le vestibule dudit temple ; le second, par un autre Bref et sous la même peine, le 8 janvier 1650, dans les églises de tout un archevêché où s’introduisait || 120 scandaleusement cet excès12. Dans certains Ordres très observants, on a interdit l’usage public du tabac dans les églises, sous peine de privation de voix active et de voix passive, c’est-à-dire sous peine, pour les transgresseurs, de ne pouvoir être élus comme Supérieurs ou de ne pouvoir participer à l’élection d’autres religieux à la même charge ou à d’autres charges de l’Ordre13.

Notes

1 Le terme d’« herbe sainte » n’était que l'une des nombreuses dénominations en usage depuis le milieu du xviie siècle. M. de Prade, Histoire du tabac, pp. 6-7, rappelle que, outre les termes de « nicotiane », « herbe du Grand Prieur », « herbe à la Reine », « herbe de Sainte Croix », « tornabonne », qui évoquaient le souvenir des personnes qui avaient introduit et répandu l’usage du tabac dans leurs pays, on employait ceux de « buglose », de « panacée antarctique » et enfin d’« herbe sainte, saine-sainte ou sacrée, soit à cause de ses vertus miraculeuses, soit à cause de sa grandeur, de même que l’os sacrum ainsi nommé pour la même raison ». Il ne faut pas oublier en effet que c’est essentiellement comme remède que le tabac fut considéré et utilisé dans les premiers temps qui suivirent son introduction en Europe, avant qu’il ne devienne l’indispensable objet dont Antonil se fait ici le censeur. Voir aussi Bluteau, Vocabulario portuguez e latino, VIII, s. v. tabaco, pp. 3-5.

2 Cf. Bluteau, op. cit., VIII, s. v. tabaco, p. 4 : « Alguns theologos moraes, cujo temperamento se não conformava com o tabaco, querendo dar a entender que no tomallo havia pacto com o demonio, derão por razão que quem huma vez se costumava a elle, se não podia tirar deste costume. Posso dizer e digo que em mim não teve effeyto semelhante pacto. Tomey tabaco trinta annos continuos, de dia, a cada passo, e muytas vezes de noyte ; sem renunciar o pacto supposto, deixey de repente o tabaco, e havera vinte annos que com esta abstinencia me acho com tão boa saude como dantes. »

3 Sur le sens de torcida, « boulette », cf. infra, p. 320, note 9.

4 « Que ne peut point la prévention quand elle s’est une fois emparée de l’esprit des hommes ? » s’exclame Labat, t. IV, pp. 493-494, après avoir rappelé les thèses de médecine publiées à Paris « pour » et « contre » l’usage du tabac. « Elle l’emporte en effet en faveur du tabac, malgré tout ce qu’on peut dire et faire contre lui. On se porta à en prendre avec une espèce de fureur qui ne permit plus de distinguer ni les lieux, ni les temps, ni les âges, ni les sexes, ni les tempéraments, ni les personnes. Tel n’en avait jamais pris qui dans deux ou trois jours s’en fit une habitude si forte, s’y asservit tellement, qu’il se réveillait la nuit exprès pour en prendre, qu’il en prenait en mangeant, en conversant, en marchant, en travaillant, en priant. On le regarda comme le bien de la société, la chose la plus nécessaire qu’il y eut au monde ; que dis-je ? On s’étonna comment on avait pu vivre tant de siècles sans tabac, et on s’imagina qu’on cesserait de vivre dès qu’on cesserait d’en user. »

5 Cf. Nicolas Monardes, Segunda parte del libro de las cosas que se traen de nuestras Indias Occidentales, pp. 22-23 : « Los negros que han ydo destas partes a las Indias han tomado el mismo modo y uso del tabaco que los Indios, porque quando se veen cansados lo toman por las narizes y boca y les acontece lo que a los Indios, estando tres y quatro horas amortecidos, y quedan livianos y descansados para mas trabajar, y hazen esto con tanto contentamiento que aunque no esten cansados se pierden por hazerlo, y ha venido el negocio a tanto que sus amos los castigan por ello y les queman el tabaco porque no usen dello. »

6 Cf. M. de Prade, Histoire du tabac, p. 35 : « Dans toutes les parties de notre monde [le tabac] s’est justement acquis une très grande estime. Il a la voix des Cours aussi bien que celle des peuples, il captive les plus hautes puissances. Il a part aux inclinations même des dames les plus illustres. Il est la passion de divers prélats qui semblent n’en avoir point d’autres, et qui ne peuvent pecher par excez qu’en l’usage innocent qu’ils en font à toute heure. » Voir aussi le témoignage de Bluteau, particulièrement précieux puisqu’il était homme d’église, supra, note 2.

7 Les effets produits par la fumée du tabac sont très variables selon les auteurs qui en parlent. Pour Neander, Traité du tabac, pp. 94-95, « il n’y a de remede meilleur à la douleur de teste invétérée, causée de pléthore ou repletion, que le suc des fueilles destrempé avec eau de vie et tiré par le nez, ou la fumée prise par le nez avec la pippe, ou bien de mascher des fueilles seches ». M. de Prade, Histoire du tabac, pp. 135-138, exprime l’avis que « le tabac en fumée agit sur toute la masse du sang de la même sorte que le tabac en poudre ou en feuilles, mais neantmoins avec plus de force à cause qu’étant plus ténu il pénètre plus avant et plus promptement. » Cependant, il note que « comme il evacuë les serositez des veines du gosier, si par le larynx il penetre dans le poumon, il excite la toux, quelquefois modérée et quelquefois très violente. Aussi est-il nuisible aux poumons dont il pénètre la substance, et s’arrestant à sa membrane il y brûle le sang et l’endurcit en plusieurs endroits ». Enfin, « estant pris en abondance et promptement, il fait dormir quelque peu de temps par sa vertu sulphurée [...] et fait aussi rêver ». Quant à Labat, t. IV, p. 485, il déclare : « Je n’en finirais point si je voulais rapporter tout ce qu’on disait à la louange de cette fumée. Elle réjouissait l’esprit, elle dissipait le chagrin, et comme elle agissait bien plus puissamment sur le corps que quand on prenait le tabac de quelqu’une des autres manières que j’ai rapportées ci devant [c’est-à-dire principalement en poudre et machicatoire], on prétendait qu’elle procurait les mêmes avantages bien plus promptement et bien plus sûrement ».

8 M. de Prade, Histoire du Tabac, p. 131, n’est pas très favorable, lui non plus, au tabac en machicatoire : « L’on doit conseiller à ceux qui en prennent plus par besoin que par habitude, qu’ils se précautionnent auparavant par quelque médicament qui nettoye au moins les premières voyes ; qu’ils en usent le matin à jeun et toujours en petite quantité, car au commencement il lâche le ventre, excite le vomissement, fait tourner la tête, échauffe et deseiche le gosier ». Toutefois il reconnaît, ibid., p. 127, que « le tabac récent, surtout celuy de l’Amérique, pris en feuille et mâché, ôte le sentiment de la soif et de la faim et empêche que les forces ne diminuent, même dans le travail ». Selon les propos tenus par les amateurs de tabac en machicatoire, et rapportés par Labat, t. IV, p. 483, « rien n’était plus propre pour purger la bile, tenir le ventre libre, décharger le cerveau des sérosités qui lui sont si nuisibles, empêcher ou guérir les douleurs des dents, détourner toutes sortes de fluxions. On n’y trouvait à redire que la mauvaise odeur dont l’haleine de ceux qui en usaient était infectée, qu’il n’était pas possible de corriger même en se lavant la bouche avec quantité d'eau de vie ». Buc’hoz, Dissertations sur le tabac..., p. 21, soutient qu’« une longue expérience démontre que le tabac mâché est un cordial très salutaire », qu’« il ranime les vieillards et produit souvent de bons effets dans les obstructions mésentériques », et, contrairement à ce qu’affirme Labat, qu’« il ne donne d’ailleurs aucun mauvais goût à la bouche, ne gâte pas les dents, et réveille l’appétit, ce qu’on ne peut pas dire du tabac fumé » ; il cite même le cas d’un médecin de Newcastle qui avait guéri son épouse d’un asthme en lui faisant souvent mâcher du tabac...

9 Neander, Traité du tabac, pp. 94-95, signale que l’usage d’une « tente faitte avec des fueilles seches, mise dans les narines, est [....] très profitable et descharge merveilleusement le cerveau », ce qui semble correspondre à l’usage des torcidas ici décrit par Antonil. Mais c’est la Dissertation sur le tabac de Buc’hoz, p. 18, qui nous permet de comprendre le mieux le sens de ce mot, qui n’est expliqué dans aucun dictionnaire portugais même ancien, et d’en donner la traduction la plus satisfaisante : « Depuis peu, on a la méthode de faire usage de petites boulettes de tabac qu’on insère dans les narines et qui produisent, à ce qu’on prétend, des effets merveilleux ; on se sert pour cet usage de tabac du Brésil préférablement à tout autre ; les feuilles de ce tabac sont pour l’ordinaire renfermées dans des boîtes de plomb pour conserver leur fraîcheur ; on les déplie, on les étend et on en fait de petites boulettes longues qu’on introduit pendant quelque temps dans la narine ; elles attirent beaucoup d’eau et de pituite, déchargent la tête, préviennent les catharres, et rendent la respiration plus libre et moins gênée. Plusieurs laissent les boulettes dans le nez pendant la nuit, mais l’on a observé qu’elles occasionnaient des vomissemens le lendemain matin. « Dans son article sur le tabac, publié dans 1'Encyclopédie, XV, p. 785, col. 2, le chevalier de Jaucourt désignait la même chose sous le nom d.e « cornets ». En tout cas, il ne faut ni rapprocher le mot portugais torcida du français « torquette », qui désigne un conditionnement particulier du tabac (cf. Encyclopédie XV, p. 790, col. 2), ni lui donner ici le sens de « corde » qu’il a dans l’expression tabaco de torcida.

10 Antoine de Courtin, Nouveau traité de la civilité qui se pratique en France parmi les honnêtes gens, publié à Paris en 1702, recommandait à ses lecteurs de ne « point prendre de tabac en poudre, ny en mâcher ny s’en mettre des feuilles dans le nez si la personne qualifiée qui est en droit d’en prendre devant nous, ne nous en présentait familièrement, auquel cas il faut en prendre ou en faire le semblant si on y avait répugnance » — ce qui montre qu’au début du xviiie siècle, l’usage des boulettes ou torcidas existait déjà non seulement au Brésil mais en France.

11 Cf. Labat, t. IV, p. 494 : « On en prenait jusque dans les églises, sans que la présence de Dieu qu’on y adore et le sacrifice redoutable qu’on lui offre pussent inspirer le respect, le recueillement et l’attention que les chrétiens convaincus de la vérité de leur religion devaient avoir naturellement. » Une gravure de N. Guérard, du xviie siècle, conservée au Musée du tabac de Bergerac, pourrait illustrer plaisamment les propos d Antonil et de Labat : sous le titre Ils font ailleurs tout comme ici et Causeurs d’église, on peut y voir, dans la nef d’une église, un gentilhomme occupé à râper du tabac, le dos tourné à l’autel, tandis qu’une élégante dame se détourne elle aussi de l’autel pour converser avec lui et, peut-être, prendre de sa main une prise de tabac... Quelques vers de mirliton, au bas de la gravure, commentent ainsi la scène : « Pour caqueter plus à leurs ayses / Gens de grand air ont tous leurs chaises/Hors du commun et place à part./ De croire qu’ils soient à l’écart / Pour méditer serait folie./ Ils font plutôt en ce saint lieu / Les turlupins de commédie / Que le devoir d’enfants de Dieu. »

12 Antonil a inversé le contenu des deux Brefs qu’il cite. En effet, le Bref d’Urbain VIII en date du 30 janvier 1642 concerne non pas l’église de Saint-Pierre de Rome, mais toutes les églises de Séville et de son diocèse (cf. Bullarum privilegiorum ac diplomatum romanorum Pontificum amplíssima collectio... Opera et studio Caroli Coquelines, VI, 2e partie, pp. 311-312). Par contre, c’est le Bref d’innocent X, daté du 8 janvier 1650, qui concerne la basilique de Saint-Pierre de Rome (cf. Collectionis Bullarum Brevium aliorumque diplomatum sacrosanctae Basilicae Vaticanae, III, p. 265). Innocent XI compléta ces mesures le 1er avril 1678 (peine de suspension pour les prêtres qui prendraient du tabac avant de célébrer la messe) et le 10 octobre 1681 (peine de suspension « a divinis ipso facto incurrenda » pour les prêtres qui prendraient du tabac dans les sacristies de Saint-Pierre de Rome ; cf. Gaetano Moroni Romano, Dizionario di erudizione storico-ecclesiastica, LXXII, p. 177). Cependant, « l’abus et le scandale » ayant cessés, le Pape Benoît XIII révoqua, par un Bref du 10 janvier 1725, le Bref d’innocent X du 8 janvier 1650 : en égard à ceux à qui le tabac était médicalement prescrit et à ceux qui, dès l’aurore, étaient contraints de fréquenter les « luoghi freddi ed umidi », il autorisait l’usage du tabac dans la basilique de Saint-Pierre de Rome, pourvu qu’on ne manque pas au respect et à la révérence dûs à une basilique réputée dans le monde catholique tout entier (cf. Collectionis Bullarum, Brevium..., III, pp. 293-294). On sait que les premières interdictions ecclésiastiques dont fut frappé le tabac remontent aux dernières années du xvie siècle. Le 7 octobre 1588, en effet, le concile provincial de Lima interdit, sous peine de péché mortel, l’usage du tabac aux prêtres se préparant à célébrer la messe et, le 27 octobre 1589, le concile de Mexico étendit cette interdiction à toute personne s’apprêtant à recevoir l’Eucharistie. Ces deux décisions obtinrent l’approbation du Saint-Siège et, bien qu’elles ne fussent applicables qu’aux vice-royaumes du Pérou et du Mexique, elles firent autorité en Europe dans la querelle des partisans et des détracteurs du tabac (cf. Gaetano Moroni Romano, op. cit., LXXII, p. 176).

13 Je n’ai pu vérifier cette observation d’Antonil.

© Éditions de l’IHEAL, 1968

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

amazon.fr