Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Cultura e opulencia do Brasil por suas drogas e minas

 | 
André Joao Antonil

Segunda parte. Cultura e opulencia do Brasil na lavra do tabaco/Deuxième partie. De l'exploitation des richesses du Brésil par la culture du tabac

Capitulo V. Como se enrola & encoura o tabaco; & que pessoas se occupão em toda a fabrica delle, desde a sua planta até se enrolar

Texte intégral

  • 1 Dans le Mémoire sur l’Isle de Bourbon, f°  7V, on peut lire qu’au Brésil le tabac était monté « sur (...)
  • 2 Si l’on se réfère à l’ordonnance du 6 février 1707 de M. l’Intendant Deslandes pour l’encouragement (...)
  • 3 L’auteur du Mémoire sur l'Isle de Bourbon, f° 7V, décrit ainsi les opérations : « Quand on a filé d (...)
  • 4 L’uricuri ou ururicuri (Cocos coronata Mart.) est un palmier sauvage très commun dans la province d (...)

1Para enrolar o tabaco, dobrão a corda já curada & melada, de comprimento de tres palmos, sobre huma estaca1, não muito grossa & leve2, que ñas extremidades tem quatro taboinhas em cruz, sobre as quaes, dobrada & segurada de huma & outra parte a dita corda, se vay enrolando até o fim, puxando sempre bem & unindo huma dobra com outra, de sorte que não fique vão algum entre as dobras3. E para que as cabeças fiquem sempre direitas, alem das cruzetas que levão, lhes vão metendo folhas de urucurî nos vãos4, para que fiquem bem unidas com as dobras de dentro.

  • 5 Le caravatá, encore appelé carauatá, caraguata ou gravatá, appartient à la famille des Broméliacées (...)
  • 6 L 'embira ou envira était une matière fibreuse extraite du liber d’un arbre au bois tendre nommé em (...)
  • 7 C’est encore dans le Mémoire sur l’Isle de Bourbon, f° 7V, que l’on peut trouver des précisions int (...)
  • 8 Outre la marque du propriétaire, destinée à l’identification de la provenance des rôles de tabac, e (...)
  • 9 Un rapport adressé par Belchior da Cunha Brochado à D. Pedro II, le 14 décembre 1697 (A. N. T. T., (...)
  • 10 Le 19 octobre 1697, D. Pedro II dut signifier à D. João de Lancastro « os grandes inconvenientes qu (...)

2Acabado o rolo, se cobre primeiramente com folhas de caravatá seccas5, amarradas com embira6; & depois se lhe faz huma cappa de couro da medida do rolo7, a qual, cosida & apertada || 114 muito bem, marca-se com a marca do seu dono8. E desta sorte vão os rolos por terra em carros & por mar em barcos, a serem despachados na alfandega, antes de se meterem nas naos9. E cada rolo peza commummente oito arrobas10.

Atelier de préparation du tabac (extrait de Labat, Nouveau voyage aux Iules de l'Amérique, IV, h. t., pp. 496-497).

3Vindo agora a fallar das pessoas que se occupão na fabrica & cultura do tabaco, ella he tal que a todos dá que fazer; porque nella trabalhão grandes & pequenos, homens & mulheres, feitores & servos. Mas nem todos servem para qualquer ministerio dos que acima ficão referidos. Para semear & plantar a folha, he necessario que seja pessoa que entenda disso, para que se guarde bem o modo, a direitura & a distancia assim dos regos como das covas. O cavar as covas pertence aos que andão no serviço com a enxada; os rapazes botão os pés da planta, a saber, hum em cada huma das covas que já ficão feitas. E o que planta aperta-lhe a terra ao pé, mais ou menos, conforme a humidade delia. Toda a gente se occupa em catar a lagarta duas vezes no dia, a saber, pela madrugada & depois de estar o sol posto, porque de dia está debaixo da terra; & o sinal de estar ahi he o achar-se alguma folha cortada de noite. Chegar-lhe a terra com a enxada he trabalho dos grandes. Capar a planta já crecida, isto he, tirar-lhe o olho ou grello na ponta da hastia, he officio de negros mestres. Desolhar, que vem a ser tirar os outros olhos que nacem entre cada folha e a hastia, fazem pequenos & grandes. Apanhar ou colher as folhas he de quem sabe conhecer quando he tempo pelo sinal que tem a folha aonde se pega com a hastia, que he o ser ahi de cor preta. Toda a gente de serviço se occupa em dependurar as folhas nos altos; & isto se faz commummente de noite. Pinicar, ou espinicar, ou espicar, que tudo he o mesmo & vem a ser tirar o talo às folhas do tabaco, he trabalho leve de pequenos & grandes. Torcer as folhas fazendo dellas corda, encomenda-se a algum negro mestre; & o que anda com a roda ou engenho || 115 de torcer ha de ser negro robusto; & tambem botar a cappa à corda para que fique bem redonda he obra de negro experimentado. Os rapazes dão ao torcedor as folhas, & tambem as cappas ao que vay cobrindo com as melhores a corda; & o mesmo que bota as cappas he o que enrola. O passar as cordas de hum pao para outro corre por conta de dous negros, dos quaes hum está no virador & outro vay desandando a corda enrolada no pao. Os que virão ou mudão a corda de hum pao para outro são negros mestres, & em cada virador são necessarios tres: hum que largue a corda, outro que a colha & outro que ande no virador. Ajuntar, que he pôr a corda de tres bollas em hum pao, he obra dos negros mais destros, & são tres, & às vezes quatro, porque não hasta hum só no virador, mas ha mister dous para que apertem bem a corda. Enrolar, finalmente, he occupação de bons officiaes para que fique a obra segura.

CHAPITRE V. DE LA MANIÈRE DONT ON MONTE LE TABAC EN RÔLES ET DONT ON ENVELOPPE CEUX-CI DANS DES PEAUX. QUELLES PERSONNES SONT EMPLOYÉES A LA FABRICATION DU TABAC, DEPUIS LE MOMENT OU ON LE PLANTE JUSQU’AU MOMENT OU ON LE MONTE EN RÔLES

4Pour monter le tabac en rôles, on commence par enrouler la corde, déjà traitée et trempée dans le sirop, sur un bâton d’une longueur de trois empans pas trop gros et léger2, aux extrémités duquel quatre planchettes sont placées en croix. On continue d’enrouler ladite corde en la maintenant de part et d’autre contre ces dernières, et on l’enroule ainsi jusqu’au bout, en la tenant toujours bien tendue et en serrant les tours les uns contre les autres afin qu’il n’y ait entre eux aucun espace3. Et pour que les tours des bords restent toujours bien d’aplomb, on ne se contente pas de ces croisettes, mais on dispose encore, au fur et à mesure, des feuilles d’urucuri entre leurs bras4, de telle sorte que les tours des bords demeurent bien appliqués contre ceux de l’intérieur.

5Une fois le rôle achevé, on le recouvre d’abord de feuilles de caravatá sèches5, que l’on attache avec de l'embira6. Puis on lui fait une enveloppe de cuir à ses dimensions7. Celle-ci cousue bien serrée, || 114 on lui imprime la marque du propriétaire8. C’est ainsi faits que l’on transporte les rôles, par voie de terre dans des cabrouets, et par voie de mer dans des bateaux, pour les dépêcher en douane avant de les charger dans les navires9. Chaque rôle pèse ordinairement huit arrobes10.

6Venons-en maintenant à parler des personnes qui travaillent à la culture et à la fabrication du tabac. Celles-ci sont telles qu’elles donnent de la besogne à tout le monde car, en effet, grands et petits, hommes et femmes, commandeurs et esclaves, tous y travaillent. Mais ils ne sont pas tous employés à n’importe lequel des ministères susdits. Pour semer et repiquer la plante, il faut une personne qui s’y connaisse, afin qu’elle respecte bien la façon de faire les sillons et les trous, leur rectitude, et la distance qui doit les séparer les uns des autres. Le creusage des trous revient à ceux dont le travail habituel est de manier la houe. Les jeunes garçons mettent les pieds de tabac dans les trous qui ont été préparés, à savoir, un pied par trou. Celui qui fait le repiquage presse plus ou moins la terre autour du pied de la plante, selon son degré d’humidité. Tout le monde s’emploie à chasser les chenilles deux fois par jour, à savoir, au point du jour et après le coucher du soleil car, pendant la journée, elles se cachent sous la terre ; et l’on reconnaît qu’il y en a lorsqu’on trouve quelque feuille qui a été coupée pendant la nuit. Butter la terre autour des pieds de tabac à l’aide d’une houe est le travail des grands. Écimer la plante une fois qu’elle a poussé, c’est-à-dire retirer le bourgeon terminal ou bouton floral du sommet de la tige, est le travail de nègres habiles. Ébourgeonner, c’est-à-dire enlever les autres bourgeons qui naissent entre la tige et chaque feuille, petits et grands s’y emploient. Récolter ou cueillir les feuilles est le travail de qui sait reconnaître que le moment en est venu à ce que la feuille, à l’endroit où elle est attachée à la tige, est de couleur noire. Tous les esclaves sont employés à mettre les feuilles à la pente, chose qui se fait ordinairement la nuit. Ejamber (pinicar, espinicar ou espicar, ce qui est tout un et signifie « enlever la grosse côte des feuilles de tabac ») est un travail facile pour les petits et les grands. Torquer les feuilles pour en faire une corde, c’est un nègre « maître » qui en est chargé. Celui qui fait marcher le rouet ou machine || 115 à filer, doit être un nègre robuste ; envelopper la corde dans une robe pour qu’elle reste bien ronde, est également le travail d’un nègre expérimenté. Les jeunes garçons passent les feuilles au torqueur, et ils passent également les robes à l’ouvrier qui enrobe les cordes et qui les enroule sur un bâton. Le passage des cordes d’un bâton à un autre est confié à deux nègres dont l’un actionne le dévidoir tandis que l’autre déroule la corde qui est enroulée sur le bâton. Ceux qui dévident la corde, c’est-à-dire qui la font passer d’un bâton à l’autre sont des nègres « maîtres ». A chaque dévidoir il faut trois hommes : un qui déroule la corde, un autre qui la soutienne, et un troisième qui actionne le dévidoir. Rassembler, c’est-à-dire mettre la corde de trois pelotes sur un seul bâton, est office des nègres les plus habiles. Ils sont au nombre de trois, et parfois de quatre, parce qu’il ne suffit pas d’un seul homme au dévidoir, mais qu’il en faut deux afin de bien serrer la corde. La mise en rôles, enfin, est une occupation qui revient à de bons ouvriers, afin que le travail soit solidement fait.

Notes

1 Dans le Mémoire sur l’Isle de Bourbon, f°  7V, on peut lire qu’au Brésil le tabac était monté « sur un bâton de 2 pieds à 2 pieds et demy de long », ce qui correspond approximativement à la longueur indiquée par Antonil (3 empans, soit 0,70 m). Labat, t. IV, p. 518, indique, lui, que la longueur du bâton « est ordinairement de trois pieds pour les rôles de cent à deux cents livres ». C’est la comparaison du texte d’Antonil avec ces deux extraits qui m’autorise à rectifier ici ce qui doit être une erreur du typographe, car les termes « de comprimento de tres palmos » s’appliquent évidemment au bâton, et non à la corde de tabac qui était certainement bien plus longue. Il faut donc lire : « ... dobrão a corda já curada e melada sobre huma estaca de comprimento de tres palmos, não muito grossa e leve. »

2 Si l’on se réfère à l’ordonnance du 6 février 1707 de M. l’Intendant Deslandes pour l’encouragement de la culture du tabac à Saint-Domingue, il fallait que ces bâtons « ne soient point verts ni couverts d’écorce, mais tout à fait secs, parce qu’autrement ils donnent un mauvais goût au tabac et engendrent une humeur qui l’échauffe et le corrompt », et il fallait encore qu’ils ne pèsent tout au plus que quatre livres et ne soient pas plus gros par le milieu que par les bouts » (publié par Moreau de Saint-Méry, Loix et Constitutions des Colonies françaises de l’Amérique..., II, p. 89). Il est probable que les bâtons employés au Brésil pesaient à peu près le même poids. En tout cas, l’auteur du Mémoire sur l’Isle de Bourbon, f°  7V, parle aussi de « 4 à 5 livres ». Mais l’Ordonnance sur le tabac de Saint-Domingue apporte encore une autre précision qui permet de comparer utilement ce qui se faisait dans les colonies françaises de l’Amérique et au Brésil. Elle prévoit, en effet, « des peines établies contre ceux [...] qui monteront [leurs tabacs] sur des bâtons plus gros qu’il ne sera reglé », car on en avait « trouvé autrefois en France qui pesaient quinze livres ». Or, quelques années plus tard, la même observation sur l’excessive grosseur des bâtons à monter les rôles allait être faite aux planteurs de la région de Recife : « Em muitos rollos de tabaco que neste anno se compraram pera a fabrica do Estanco real desta Corte, se acharam dentro delles huns paos em que se costumam enrollar o dito tabaco tão grossos que alguns pezavão quatorze e quinze arrates », écrivait au superintendant des tabacs de Pernambouc le Marquês das Minas, président de la Junta do Tabaco, le 28 mars 1710, et il lui recommandait d’« examinar o motivo desta novidade, pondo o mayor cuidado de que nos trapiches e cazas em que se costumam fazer os ditos rollos se não metam nelles paos da referida grossura, mas somente aquelles de que necessitar pera se enrollar o dito tabaco na mesma forma em que vinham antes desta novidade ». (Cf. lettre du Marquês das Minas à Luís de Vallençuela Ortis, Lisbonne, 28 mars 1710, et réponse de Luis de Vallençuela Ortis au Marquês das Minas, Recife, 21 juillet 1710, A. N. T. T., Junta do Tabaco, maço 97 ; ces deux pièces sont publiées infra, Documents nos V et VI.

3 L’auteur du Mémoire sur l'Isle de Bourbon, f° 7V, décrit ainsi les opérations : « Quand on a filé du tabac assez pour en faire un rolle du poids de 200 livres, on le monte sur un bâton [....] Et à mesure que le rolle grossit, on passe dans le tabac même à chaque bout du rolle quatre éclisses de bois en croix pour retenir la corde du tabac » — ce qui est encore moins explicite que le texte d’Antonil. C’est, une fois de plus, grâce à Labat, t. IV, p. 518, que nous pouvons le mieux nous représenter les choses : « On pose [le bâton] horizontalement sur deux pièces de bois plantées en terre, dont les extrémités échancrées en demi-cercle le soutiennent et donnent la facilité au torqueur de le tourner à mesure qu’il roule la corde autour. On garnit les deux bouts de l’aissieu de deux morceaux de lattes qui se croisent et qui y sont cloués, qui servent à entretenir les tours de la corde et les empêcher de se séparer. C’est en cela que paraît l’adresse du torqueur qui doit rouler sa corde si promptement et si serrement que tous les tours ne se débordent point, qu’ils ne se relâchent point lorsqu’ils viennent à sécher et qu’ils ne se déroulent point lorsqu’on a ôté les ailettes qui y étaient à chaque bout. » La gravure publiée par Labat, ibid., entre les pages 496 et 497 et reproduite infra, Planche no III, h. t., illustre cette opération. Bien qu’Antonil ne le dise pas, il est probable que, comme aux Antilles, on ôtait, une fois le rôle achevé, les croisettes placées aux extrémités du bâton.

4 L’uricuri ou ururicuri (Cocos coronata Mart.) est un palmier sauvage très commun dans la province de Bahia. Guilherme Piso, Historia natural e médica da India ocidental, p. 292, signale que « os ramos desta árvore são muito flexíveis e servem para muitas cousas », dont, probablement, celle dont parle ici Antonil. Mais 1’uricuri est surtout connu par la moelle de son tronc qui fournit la farinha de pau, véritable providence des voyageurs pendant les grandes périodes de sécheresse.

5 Le caravatá, encore appelé carauatá, caraguata ou gravatá, appartient à la famille des Broméliacées et a l’allure d’un aloès. Ses feuilles, très charnues, une fois séchées et convenablement traitées, fournissaient une matière filamenteuse dont les pêcheurs faisaient leurs lignes et tissaient leurs filets (cf. Gabriel Soares de Sousa, Notícia do Brasil, II, p. 30 et note 5, et Guilherme Piso, op. cit., pp. 406-407). Mais aucun de ces auteurs ni de tous ceux qui se sont occupés de la flore brésilienne ne signalent l’emploi des feuilles séchées de caravatá pour envelopper les rôles de tabac. Par contre, dans le Mémoire sur l’Isle de Bourbon, f° 7V, on peut lire que, au Brésil, « on met sur le rolle de tabac des feuilles de palmier », et Labat, t. IV, p. 520, dit que, après avoir porté au magasin les rôles achevés, « on les y couvre de feuilles de balisier amorties au feu ou au soleil ».

6 L 'embira ou envira était une matière fibreuse extraite du liber d’un arbre au bois tendre nommé embiriti, et dont on faisait des « cordas tão alvas como de algodão ». Cf. Gabriel Soares de Sousa, op. cit., II, p. 63.

7 C’est encore dans le Mémoire sur l’Isle de Bourbon, f° 7V, que l’on peut trouver des précisions intéressantes sur le cuir dont, au Brésil, on enveloppait les rôles de tabac : « Le role étant assez gros, on prend un cuir de boeuf ou de vache qui a séché, on le mouille dans l’eau de mer, on le laisse ressécher pour qu’il soit pliant et maniable, on met sur le rolle de tabac des feuilles de palmier, ensuite on enveloppe le rolle avec ce cuir que l’on coüe, et sur les coutures on étend du bray gras, du goldron, de l’aloès ou du benjoin, ou de la gomme de tacamaca liquide pour fermer les coutures et empêcher l’air de pénétrer. » Quant à Labat, t. IV, p. 520, il se borne à dire que « les rôles qui viennent du Brésil sont pour l’ordinaire couverts d’un cuir verd, c’est-à-dire d’une peau qui n’a point été apprêtée », mais il constate toutefois que « cette précaution pour les conserver est très bonne ».

8 Outre la marque du propriétaire, destinée à l’identification de la provenance des rôles de tabac, en particulier en cas de fraude sur leur qualité, une autre marque était apposée sur le cuir qui les enveloppait mais, celle-ci, au moment des opérations douanières qui précédaient l’embarquement des rôles sur les navires partant pour le Portugal. C’est le 30 janvier 1698, en effet, que D. Pedro II donna à ce sujet des ordres très sévères à D. João de Lancastro, gouverneur et capitaine-général du Brésil. Afin de contrôler si le nombre exact de rôles embarqués au Brésil étaient bien déchargé dans les magasins de la douane métropolitaine, une marque spéciale devait être imprimée « no meyo da custura que cada rolo costuma trazer ao comprido, de maneyra que comprehenda a junta do couro de hũa e outra parte », marque différente pour chacun des navires. Et lorsque le cuir du rôle de tabac comportait deux ou trois coutures, D. João de Lancastro eut même la précaution de faire estampiller chacune des coutures. Le chargement achevé, le livre où il avait été enregistré et le fer qui avaient servi à estampiller chaque rôle de tabac étaient remis dans un coffret scellé, à bord du navire, par le chanceler da Belação de Bahia. Lors du déchargement, le coffret était remis au provedor de la douane de Lisbonne qui, aidé de deux écrivains, conférait les registres d’embarquement et de déchargement : si l’on trouvait des rôles supplémentaires, le tabac était saisi et le maître du navire devait payer 500 réis d’amende par livre de tabac ; si, au contraire, il en manquait, le maître du navire était passible des peines appliquées à ceux qui détournaient du tabac (cf. A. N. T. T., Junta do Tabaco, maço 96 A, lettre de D. Pedro II à D. João de Lancastro, Lisbonne, 30 janvier 1698, publiée infra, Document no VII, et lettre de D. João de Lancastro à D. Pedro II, Bahia, 21 juin 1699). La plus grande partie des mesures prévues pour empêcher la contrebande du tabac se trouvent récapitulées dans les règlements que D. João de Lancastro fit tenir à José da Costa Correia, juiz de fora de Bahia et superintendant du tabac, les 12 mai 1698 et 8 septembre 1699, A. N. T. T., Junta do Tabaco, maço 96 A, et dont le premier est publié infra, Document no VIII.

9 Un rapport adressé par Belchior da Cunha Brochado à D. Pedro II, le 14 décembre 1697 (A. N. T. T., Junta do Tabaco, maço 96 A), nous fournit d’intéressantes précisions sur le transport du tabac jusqu’à Bahia. Il nous apprend en outre que tout le tabac apporté dans les magasins de la douane de Bahia n’était pas déjà monté en rôle et recouvert de son enveloppe de cuir, ainsi que le dit Antonil : « O tabaco que se fabrica na Cachoeira se costuma pela mayor parte trazer emrollado em paos ao porto do mesmo lugar, e se recolhe em quatro armazens que ha nelle, hum de João Roiz’Adorno, outro de Manuel de Araujo de Aragão, outro do Cortaferro, e outro que novamente se levantou da outra banda do rio. O de Santo Amaro da Pitanga se costuma trazer à cidade em carros e às costas dos pretos, e se recolhe na caza do pezo, e algum que fica mais perto da Torre se manda embarcar a ella. O de Sergipe do Conde se conduz ao rio de Santo Amaro a hum trapiche que está em o porto do mesmo rio. O de Maragogipe se recolhe a mayor parte em outro trapiche que está de fronte do Engenho da Ponta, abaixo da Igreija do Rozario, e parte se condus às cazas de huns moradores que estão em o mesmo porto de Maragogipe. De todos estes recebimentos e trapiche se embarca para a cidade à Caza do Pezo e a outras mais donde se recolhe e beneficia, sendo que algum vem ja emrollado dos mesmos citios assima referidos. O do Rio Real, Sergipe del Rey, Rio de S. Francisco, Allagoas e Torre se recolhe em seus portos em cazas destinadas para isso e dahi se condus em sumacas e lanchas à cidade à mesma Caza do Pezo, e vem de mar em fora pella barra dentro. Deste tabaco a mayor parte vem ja emrollado e encourado, sendo que algum se torna a beneficiar na cidade. De Caza do Pezo serve commummente na mesma cidade hum trapiche de Domingos Pires de Carvalho que está entre o seu grande e o de Domingos Masiel de Britto ; porem ha na praya varios armazens athe o trapiche de Julião de Souza, em que se recolhe e se fabrica o tabaco. E a estes se leva muitas vezes a balança por se escuzar o custo dos carretos. » Une fois parvenu dans l’un des trapiches de Bahia, le tabac était donc pesé et, selon qu’il était déjà monté en rôle et enveloppé de cuir ou simplement à l’état de « pelote », on le conduisait dans une maison particulière où il était dûment conditionné. Il est évident que ces entrées et sorties successives étaient la cause d’un certain désordre, dont le roi craignait que les fraudeurs ne tirassent parti. Aussi, le 9 janvier 1699, prescrivit-il à D. João de Lancastro de faire faire, dans le trapiche même où le tabac arrivait, les aménagements nécessaires pour qu’on puisse procéder à la mise en rôles et à l’emballage de ceux-ci dans des enveloppes de cuir (A. N. T. T., Junta do Tabaco, maço 96 A, lettre de D. Pedro II à D. João de Lancastro, Lisbonne, 9 janvier 1699). Lorsque le gouverneur reçut cet ordre, il ne put lui donner même un commencement d’exécution, car les opérations d’expédition du tabac pour la prochaine flotte étaient déjà en cours dans le principal trapiche de Bahia, celui de Domingos Pires de Carvalho. Cela donna au gouverneur le temps d’étudier le problème et, le 21 juin 1699, il fit part à D. Pedro II de ses réflexions et de son désaccord : « Vejo que de nenhuma sorte convem se faça a tal obra por me mostrar a experiencia que de se beneficiarem os tabacos naquelle lugar se seguião muitos inconvenientes assy em dano do serviço de V. Mage. como dos lavradores que o cultivão, porque sendo a mayor parte destes os mesmos que o beneficião e emrollão em suas cazas, repugnavão fazello no trapiche, pella publicidade e comfuzão que precizamente havião de experimentar ; e mandando-os emrollar pellos seus escravos, não estando elles prezentes ou alguma pessoa das que vivem de beneficiar tabacos, porque nenhuma o há de fazer fora de sua caza pella conveniencia que tem de estar nella, trabalhando despidos e à sua vontade, era infalível perdellos por lhe não saberem fazer o beneficio de que o tabaco necessita. E sabendo alguns lavradores que este se havia de emrollar no dito almazem, se rezolvião a deyxar esta lavoura pella não beneficiarem naquelle lugar. E considerando eu com toda a ponderação que nenhum descaminho podia haver em que os donos dos tabacos que vem por emrollar os levassem para as cazas donde o costumão fazer para nellas o beneficiarem, e que no almazem de donde sayem para ellas se lhes entregão os dittos tabacos pezados e registados, e depois se tornão a restituir a elle com a mayoria que lhe accresce no pezo em razão do mel com que se concertam, me pareceo suspender a execução daquella obra e deixar que os donos delles os beneficiassem nas ditas cazas como sempre foy styllo. » (A. N. T. T., Junta do Tabaco, maço 96 A, lettre de D. João de Lancastro à D. Pedro II, Bahia, 21 juin 1699).

10 Le 19 octobre 1697, D. Pedro II dut signifier à D. João de Lancastro « os grandes inconvenientes que rezultavão do excessivo pezo com que se fazião os rollos do tabaco, por cuja cauza se embarrassava a sua descarga, porque os homens que assistião a este trabalho não podião com elles e se escuzavão muitos por lhe faltarem as forças e não arriscarem as vidas com pezos tão immoderados ». En conséquence de quoi il ordonnait que « de hoje em diante se não carregasse rollo dessa Capitania para este Reyno, cujo pezo passe de sete ate oito arrobas », sous peine de confiscation pour les contrevenants. Même ordre était donné le 20 octobre aux gouverneurs de Pernambuco et Paraiba. D. João de Lancastro ne put appliquer aussitôt les mesures nécessaires car, lorsqu’il reçut, en juin 1698, la lettre du roi, « estavão já nos almazens [...] a mayor parte da çafra dos tabacos emrollados e encourados ». Mais le 16 juillet de la même année il publia, à l’intention de ses administrés, une ordonnance conforme aux ordres de D. Pedro II, et dès l’année suivante, les nouvelles dispositions concernant le poids des rôles furent appliquées. (Cf. A. N. T. T., Junta do Tabaco, maço 96 A, lettre de D. Pedro II à D. João de Lancastro, Lisbonne, 19 octobre 1697, lettre de D. João de Lancastro à D. Pedro II, Bahia, 30 juin 1698, et copie de l’ordonnance de D. João de Lancastro, 16 juillet 1698, publiées infra, Documents no IX, X et XI, Cf. également A. N. T. T., Junta do Tabaco, maço 96 A, lettre de D. Pedro II à D. João de Lancastro, Lisbonne, 8 janvier 1699 ; lettre de D. João de Lancastro à D. Pedro II, Bahia, 16 juin 1699 ; lettres de D. Pedro II à Caetano de Mello de Castro, gouverneur de Pernambuco, et à Manuel Soares Albergaria, gouverneur de Paraíba, Lisbonne, 20 octobre 1697 ; lettre de Manuel Soares Albergaria à D. Pedro II, Paraíba, 6 juin 1698, et lettre de Caetano de Mello de Castro à D. Pedro II, Recife, 20 juin 1698).

Table des illustrations

Légende Atelier de préparation du tabac (extrait de Labat, Nouveau voyage aux Iules de l'Amérique, IV, h. t., pp. 496-497).
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/4067/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 324k

© Éditions de l’IHEAL, 1968

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

amazon.fr