Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Cultura e opulencia do Brasil por suas drogas e minas

 | 
André Joao Antonil

Segunda parte. Cultura e opulencia do Brasil na lavra do tabaco/Deuxième partie. De l'exploitation des richesses du Brésil par la culture du tabac

Capitulo IV. Como se cura o tabaco depois de torcido em corda

Texte intégral

  • 1 Cette nouvelle phase de la préparation du tabac, ainsi que la phase suivante (assemblage de trois (...)

1Feita a corda do comprimento que quizerem, & enrodilhada em hum pao, se desenrola cada dia, a saber, pela manhaã & à noyte, & passa-se a outro pao para que não arda ; & na passagem se vay torcendo & apertando brandamente para que fique bem ligada & dura. E tanto que ficar preta, vira-se só huma vez cada dia ; & como se vay aperfeiçoando, se diminuem as viraduras, até ficar em estado que se possa recolher sem temor de que apodreça. E commummente este beneficio costuma durar quinze ou vinte dias, conforme vay o tempo mais ou menos humido ou secco1.

  • 2 Le terme d’« étendoir », que l’on trouve dans l’Encyclopédie, VI, p. 43, désigne exactement « l’en (...)

2Segue-se atraz disto o que chamão ajuntar, que vem a ser pôr tres bollas de corda de tabaco em hum pao, aonde fica até que chegue o tempo de enrolar. E entretanto guardão-se estas bollas no tendal, que he como hum andaime || 113 alto com seus regos em baixo para receberem a calda que botão de si essas bollas2 ; & esta se ajunta & guarda para depois usar delia, quando for tempo de enrolar.

  • 3 La différence notable qui existe dans la manière de préparer le jus où l’on trempait la corde de t (...)

3O ultimo beneficio que se lhe faz he o seguinte. Tempera-se a calda do mesmo tabaco com seus cheiros de herva doce, alfayaca & manteiga de porco ; & quem faz manojos de encomenda bota-lhe almiscar ou ambar se o tem ; e por esta calda misturada com mel de assucar (quanto mais grosso, melhor) se passa a mesma corda de tabaco huma vez3, & logo se fazem os rolos do modo seguinte.

CHAPITRE IV. DES SOINS QU’ON DONNE AU TABAC APRÈS L’AVOIR FILÉ EN CORDE

4Une fois que la corde a été faite de la longueur que l’on désire, et qu’elle a été enroulée autour d’un bâton, on la déroule chaque jour, à savoir, le matin et le soir, et on la fait passer sur un autre bâton afin qu’elle ne s’échauffe pas. Pendant cette opération, on la tord et on la serre doucement afin qu’elle soit bien unie et dure. Aussitôt qu’elle devient noire, on ne la change plus de bâton qu’une fois par jour, et à mesure qu’elle se perfectionne, on la change encore moins souvent, jusqu’à ce qu’elle soit en état d’être emmagasinée sans crainte de pourrir. D’ordinaire, ce conditionnement dure quinze ou vingt jours, selon que le temps est plus ou moins humide ou plus ou moins sec1.

5Après cela, vient l’opération que l’on appelle assemblage, et qui consiste à mettre trois pelotes de corde de tabac sur un seul bâton, où on la laisse jusqu’à ce qu’il soit temps de faire les rôles. Entre-temps, on garde ces pelotes sur l’étendoir, qui est une sorte de haute estrade || 113 sous laquelle se trouvent des rigoles destinées à recevoir le jus qui s’écoule de ces pelotes2. Ce jus est recueilli et conservé pour être utilisé par la suite, lorsque ce sera le moment de la mise en rôles.

6Le dernier traitement qu’on lui fait subir est le suivant. On accommode le jus du tabac lui-même avec des plantes odoriférantes, comme l’anis et le basilic, et avec de la graisse de porc. Si l’on fait des manoques sur commande, on y met du musc ou de l’ambre, si on en a. Et dans ce jus, que l’on mélange avec du sirop de sucre (d’autant meilleur qu’il sera gros), on trempe une seule fois la corde de tabac3, et aussitôt après, on fait les rôles de la façon suivante.

Notes

1 Cette nouvelle phase de la préparation du tabac, ainsi que la phase suivante (assemblage de trois pelotes de cordes sur un bâton), sont tout à fait particulières au Brésil, et Antonil semble être le seul à en avoir fourni une description. L’une et l’autre ont échappé à l’auteur du Mémoire sur l’Isle de Bourbon dans sa relation sur le tabac du Brésil, et même l’auteur du petit opuscule intitulé Le Tabac dans la province de Bahia, p. 102, avant de décrire la mise en rôles, se borne à dire que « les cordes sont enroulées sur un bâton puis recouvertes de feuilles de bananier ; les paquets ainsi préparés s’appellent bolas ». Il ne parle ni des enroulements et désenroulements successifs de la corde, ni de l’assemblage de trois pelotes en une seule, ni de leur séjour sur l’étendoir. En ce qui concerne les Antilles, on passait directement du filage de la corde à sa mise en rôles (cf. Labat, t. IV, pp. 516-518).

2 Le terme d’« étendoir », que l’on trouve dans l’Encyclopédie, VI, p. 43, désigne exactement « l’endroit où l’on expose, soit à l’action de l’air soit à celle du feu, des corps qu’il faut sécher ». Remarquons qu’Antonil ne précise pas le temps pendant lequel il fallait y laisser les pelotes de tabac.

3 La différence notable qui existe dans la manière de préparer le jus où l’on trempait la corde de tabac à Bahia et aux Antilles, provient de ce que, aux Antilles, les trois opérations précédemment décrites par Antonil (mise en pelote et passage de la corde de tabac d’un bâton sur un autre, assemblage de ces pelotes et exposition sur l’étendoir) n’existaient pas. Puisqu’aux Antilles on ne pouvait pas disposer d’un jus rendu par les cordes de tabac, il fallait le fabriquer avec les côtes précédemment retirées des feuilles, ainsi qu’avec les feuilles de rebut et les tiges, pilées dans un mortier puis pressées pour en exprimer tout le suc. Cf. Labat, t. IV, pp. 516-517. D’autre part, tandis qu’au Brésil on se bornait à ajouter au jus recueilli sous l’étendoir des plantes odoriférantes, de la graisse de porc, du sirop de sucre et, éventuellement, du musc ou de l’ambre, la recette des Antilles donnée par Labat comporte, outre le jus de tabac et le « gros sirop de sucre », de l’eau de mer, des feuilles et des graines de bois d’Inde, des écorces de cannelle bâtarde, un peu de gomme blanche ou d’autre gomme odoriférante. « Il est certain », dit encore Labat, « que cette composition donne une très bonne odeur au tabac, qu’elle augmente sa force et le conserve parfaitement contre tout ce qui pourrait le gâter. » Dans le Mémoire sur l'Isle de Bourbon, ff° 7-7v, une recette de sirop est indiquée, mais pour le filage de la corde et non pour la mise en rôles ; ce sirop était composé d’eau de mer (2 seaux et demi), de suc de cannes (2 livres) et des meilleures feuilles de tabac (3 livres), mis à bouillir, écumé, réduit aux deux tiers, et clarifié. Quant à l’auteur du Tabac dans la province de Bahia, pp. 102-103, il relate que « les cordes, déroulées, sont plongées dans un extrait, véritable bétun, puis enroulées de nouveau sur un bâton » [pour la mise en rôles], et que ce bétun « n’est autre chose qu’un jus de tabac plus ou moins concentré et additionné de mélasse de canne à sucre ».

© Éditions de l’IHEAL, 1968

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

amazon.fr