Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Cultura e opulencia do Brasil por suas drogas e minas

 | 
André Joao Antonil

Segunda parte. Cultura e opulencia do Brasil na lavra do tabaco/Deuxième partie. De l'exploitation des richesses du Brésil par la culture du tabac

Capitulo III. Como se tirão & curão as folhas do tabaco. Como dellas se fazem & beneficião as cordas

Texte intégral

  • 1 Antonil ne donne pas toujours les détails souhaitables au moment voulu. Ici, par exemple, il ne dit (...)
  • 2 Dans sa concision, cette explication nous permet difficilement de nous représenter la façon dont le (...)
  • 3 Là encore, différence notable entre la durée de la mise à la pente à Babia — 2 jours — et aux Antil (...)
  • 4 « On ne se sert d’aucun outil pour ce travail », souligne Labat, t. IV, p. 515 ; « les ongles et le (...)
  • 5 Cf. Labat, t. IV, p. 516 : « On employe les plus grandes feuilles à faire l’extérieur, l’enveloppe (...)
  • 6 Toutes les feuilles d’une même plante n’étaient en effet pas mûres au même moment. Cf. Mémoire sur (...)

1Quebrão-se as folhas rente da hastia com o talo, & juntas ein casa se deixão estar assim por vinte & quatro horas, pouco mais ou menos1. E logo antes de se esquentarem & seccarem, se dependurão duas & duas pelo pé, metidas entre a palha (de que constão as casas em que se beneficião) & as varas, ou em outra parte aonde lhes dê o vento mas lhes não chegue o sol, porque se este lhes chegasse, logo se seccarião & perderião a sustancia2. E tanto que estiverem enxutas em sua conta, que pouco mais ou menos será depois de estarem assim dependuradas dous dias3, se botão no chão & se lhes tira a mayor parte do talo pela parte inferior com o devido cuidado para que se não rasguem corn o desvio do talo; & a isto chamão espinicar4. E então se dobrão pelo meyo as melhores, que hão de servir de capa para a corda que se ha de fazer de todas as mais folhas5. E advirta-se que as folhas que se tiràrão em hum dia não se hão de misturar senão com as que se tirarem no dia seguinte, para que sejão || 112 igualmente sazonadas ; & se não forem assim, humas prejudicarão ao bom concerto das outras6.

  • 7 « Après que les feuilles sont éjambées et placées sur les établis, on les torque, c’est-à-dire on l (...)
  • 8 Cette opération ne peut se faire qu’après que le torqueur a filé une certaine quantité de corde. Ce (...)
  • 9 Une fois de plus, Antonil ne donne pas au moment voulu toutes les précisions nécessaires à la plein (...)

2Curadas as folhas & tirado já o talo como está dito, delias se faz huma corda da grossura quasi de tres dedos. E para isso haverá roda & hum torcedor entendido, para que a corda fique unida, igual e forte7. E atraz delle estará outro colhendo a torcida sobre hum pao ou sobre o aparelho, como qualquer outra corda simples, & não como as que se fazem de cordões8. E junto do torcedor vão os rapazes que dão as folhas para se torcerem em corda9.

CHAPITRE III. DE LA MANIÈRE DONT ON CUEILLE LES FEUILLES DE TABAC, ET DES SOINS QU’ON LEUR DONNE. DE LA MANIÈRE DONT ON EN FAIT DES CORDES ET DONT CELLES-CI SONT CONDITIONNÉES

3On casse les feuilles avec leur pétiole au ras de la tige et, après les avoir rassemblées dans une case, on les laisse ainsi vingt-quatre heures environl. Puis, avant qu’elles ne fermentent et ne sèchent, on les suspend deux par deux par le pétiole en glissant celui-ci entre la paille dont sont faites les cases où on les traite et les lattes qui les revêtent intérieurement, ou encore en tout autre endroit où elles reçoivent de l’air mais où elle se trouvent à l’abri du soleil car, si elles y étaient exposées, elles se dessécheraient aussitôt et perdraient leur substance2. Dès qu’elles auront atteint le degré de sécheresse voulu, ce qui se produira lorsqu’elles auront été mises à la pente ainsi pendant deux jours environ3, on les met par terre et on enlève la plus grande partie de leur côte, en commençant par le bas et en prenant bien soin de ne pas l’arracher de travers afin de ne pas les déchirer. Cette opération se nomme éjamber4. On plie alors en deux les meilleures feuilles, qui serviront de robe à la corde que l’on fera avec toutes les autres feuilles5. On doit bien noter que les feuilles qui ont été cueillies un jour donné ne peuvent être mélangées qu’avec celles qui seront cueillies le lendemain, afin qu’elles aient || 112 toutes le même degré de maturité. Si l’on ne procède pas ainsi, les unes nuiront à la bonne préparation des autres6.

4Une fois les feuilles traitées et la côte retirée ainsi qu’il a été dit, on en fait une corde de la grosseur de presque trois doigts. Pour cela, il faudra un rouet et un torqueur habile, afin que la corde soit unie, égale et solide7. Derrière le torqueur, se tiendra un autre ouvrier qui montera la corde sur un bâton ou sur l’« appareil », comme n’importe quelle corde simple, et non pas comme celles que l’on fait en cordelières8. Près du torqueur se trouvent de jeunes garçons qui lui passent les feuilles à torquer en corde9.

Notes

1 Antonil ne donne pas toujours les détails souhaitables au moment voulu. Ici, par exemple, il ne dit pas si les feuilles étaient cueillies sur la plante encore en terre ou bien si l’on commençait par couper la plante, comme cela se faisait aux Antilles. Ce n’est qu’au chapitre VI, lorsqu’il traitera des deuxième et troisième repousses du tabac, qu’il précisera que les feuilles étaient cueillies sur pied. Cf. infra, pp. 312-313, et Labat, t. IV, pp. 512-513. A partir du présent chapitre, on notera qu’à Bahia et, sans doute, dans toutes les régions du Brésil où la plante était cultivée, les diverses étapes de la préparation du tabac étaient sensiblement différentes de celles que Labat observa aux Antilles. Tandis qu’à Bahia l’intervalle de temps qui s’écoulait entre la cueillette des feuilles et leur suspension dans un endroit abrité était assez court — une journée —, aux Antilles les tiges de tabac portant encore leurs feuilles étaient laissées, le jour où on les coupait, auprès de leurs souches et retournées trois ou quatre fois, « afin que le soleil les échauffe également de tous les côtés, qu’il consomme une partie de leur humidité et qu’il commence à exciter une fermentation qui est nécessaire pour mettre leurs parties en mouvement » ; puis, le soir même, on les transportait dans une case où on les étendait les unes sur les autres, les couvrant de « feuilles de balisier amorties ou de quelques méchantes toiles, couvertures ou nattes, avec des planches par dessus et des pierres pour les tenir en sujettion », et on les laissait ainsi trois ou quatre jours pendant lesquels elles fermentaient, avant de les suspendre. Cf. Labat, t. IV, pp. 512-513.

2 Dans sa concision, cette explication nous permet difficilement de nous représenter la façon dont les feuilles étaient mises à sécher ou, pour employer le terme technique, mises à la pente. Il semble qu’il faille comprendre que les lattes dont parle Antonil étaient fixées à intervalles réguliers le long des parois de paille de la case, ou bien même qu’elles constituaient la charpente du toit, et qu’un faible jeu entre ces parois ou cette charpente et leur revêtement suffisait pour maintenir les pétioles des feuilles de tabac. Cependant, le Mémoire sur l’Isle de Bourbon, f° 7, nous fournit, toujours à propos de la fabrication du tabac brésilien, une description beaucoup plus claire et satisfaisante : « On attache ensemble par les queues deux feuilles, et ainsi par petits paquets on les met sur des cordes, une feuille d’un costé et une feuille de l’autre, observant de les étendre et de les retourner de tems à autre en sorte que les deux costés de ces feuilles soient exposés à l’air. On étend les cordes dans un lieu couvert par le haut pour qu’elles ne soient pas mouillées, mais le lieu fort ouvert du posté du midy, en sorte pourtant que le soleil ne darde pas sur ces feuilles parce qu’il les grillerait. » Cette disposition est très rudimentaire par rapport à celle qui était en usage aux Antilles et que Labat a parfaitement décrite (t. IV, pp. 509-510 et 513-514) : sur les sablières de la case on appuyait des traverses distantes de huit pieds les unes des autres (2,50 m), et c’est sur ces traverses que venaient reposer les gaulettes où l’on avait attaché les tiges de tabac à l’aide d’aiguillettes de mahot.

3 Là encore, différence notable entre la durée de la mise à la pente à Babia — 2 jours — et aux Antilles — 12 à 15 jours environ. Selon Labat, t. IV, p. 514, le moment de retirer les feuilles de tabac des gaulettes où elles séchaient était venu lorsqu’on s’apercevait que les feuilles étaient « devenues tout-à-fait maniables, grasses, raisineuses, d’une couleur brune ou tannée, flétries et amorties d’une manière à pouvoir être torses ou torquées sans danger qu’elles se rompent ». L’auteur du Mémoire sur l’Isle de Bourbon, f° 7, ne donne pas de précision de durée, et se borne à dire que lorsque les feuilles « sont assez essorées et qu’on connoit qu’elles ont un peu sué, c’est-à-dire qu’on y sent quelque humidité sous les doigts avec une espèce de fleur qui tire sur le blanc, on en coupe la queue et on les file comme de la chanvre (sic), du lin ou du cotton, mais de la grosseur du pouce ».

4 « On ne se sert d’aucun outil pour ce travail », souligne Labat, t. IV, p. 515 ; « les ongles et les dents doivent faire l’office de couteaux et de ciseaux ». On dit aussi « écoter ».

5 Cf. Labat, t. IV, p. 516 : « On employe les plus grandes feuilles à faire l’extérieur, l’enveloppe ou, comme l’on dit, la robe de la corde, et les petites à la remplir. » L’écotage de ces grandes feuilles était plus délicat car il fallait prendre soin de ne pas les déchirer, ce qui les aurait rendues impropres à la confection de l’enveloppe de la corde. Le pliage était destiné à donner aux feuilles plus de résistance afin qu’elles ne se déchirent pas au moment du filage. Voir aussi l'Encyclopédie, XV, s. v. Tabac, p. 789, col. 1 et 2.

6 Toutes les feuilles d’une même plante n’étaient en effet pas mûres au même moment. Cf. Mémoire sur l’Isle de Bourbon, f° 7 : « Les feuilles de tabac murissent ordinairement à trois fois. La feuille est mure lorsqu’elle est d’un jaune tirant sur l’or ou sur la feuille de noyer [...]. On cueille les feuilles du tabac à mesure qu’on les reconnaît mures par leur couleur aurore par toute la feuille [...]. On sépare les premières feuilles mures d’avec les secondes, et on ne mesle point celles-cy avec les dernières. » C’est probablement grâce à ce procédé, complètement différent de celui qui était en usage aux Antilles, et qui permettrait de ne récolter que des feuilles parfaitement mûres, que le tabac du Brésil acquérait la bonté particulière qui le faisait tant rechercher à l’étranger.

7 « Après que les feuilles sont éjambées et placées sur les établis, on les torque, c’est-à-dire on les file à peu près comme une corde. C’est le métier d’un ouvrier qu’on appelle torqueur, dont l’habileté consiste à faire sa corde bien égale, à manier son rouet de manière qu’elle ne casse point » (Labat, t. IV, pp. 515-516). Voir la figure 2 de la gravure insérée ibid., entre les pages 496 et 497 et reproduite infra, Planche no III, h. t.

8 Cette opération ne peut se faire qu’après que le torqueur a filé une certaine quantité de corde. Celle-ci est alors saisie par un homme qui se met à l’enrouler sur un bâton — opération consécutive au filage et non simultanée. Le texte d’Antonil, peu explicite, est ici éclairé par celui de Labat, t. IV, p. 516 : « Dès que le torqueur a filé une quantité de corde suffisante pour faire un rôle, il la met en œuvre, car il ne faut pas lui donner le temps de se sécher, elle deviendrait raide et cassante et ne s’arrangerait plus ni si bien ni si facilement sur le tour. »

9 Une fois de plus, Antonil ne donne pas au moment voulu toutes les précisions nécessaires à la pleine compréhension des opérations qu’il décrit. C’est à la fin du chapitre V, infra, pp. 312-313, qu’il nous apprend que ce sont trois hommes — et non deux, comme il le dit ici — qui s’employaient à la confection de la corde, sans compter les enfants qui fournissaient feuilles et robes. L’un filait ou torquait les feuilles de tabac, un autre maniait le rouet et un troisième recouvrait la corde ainsi obtenue avec les robes et la montait sur un bâton.

© Éditions de l’IHEAL, 1968

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

amazon.fr