Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Cultura e opulencia do Brasil por suas drogas e minas

 | 
André Joao Antonil

Segunda parte. Cultura e opulencia do Brasil na lavra do tabaco/Deuxième partie. De l'exploitation des richesses du Brésil par la culture du tabac

Capitulo I. Como se começou a tratar no rrasil da planta do tabaco, & a que estimação tem chegado

Texte intégral

  • 1 Si nous savons, grâce à Damião de Góis (Crónica do felicíssimo Rei D. Manuel, I, p. 130), que le t (...)
  • 2 L’expression campos da Cachoeira, soit « campagnes de Cachoeira », désigne une zone de terrains dé (...)
  • 3 Le sertão da Bahia dont parle ici Antonil et dont il parlera encore infra, pp. 324-325, ne corresp (...)

1Se o assucar do Brasil o tem dado a conhecer a todos os reynos & provincias da Europa, o tabaco o tem feito muito afamado em todas as quatro partes do mundo, em as quaes hoje tanto se deseja & com tantas diligencias, & por qualquer via se procura. Ha pouco mais de cem anuos que esta folha se começou a plantar & beneficiar na Bahia, & vendo o primeiro que a plantou o lucro, posto que moderado, que então lhe derão humas || 108 poucas arrobas mandadas com pequena esperança de algum retorno a Lisboa, animou-se a plantar mais, não tanto por cobiça de negociante quanto por se lhe pedir dos seus correspondentes & amigos que a repartião por preço accommodado, porém já mais levantado1. Até que, imitado dos vizinhos que com ambição a plantàrão & enviàrão em mayor quantidade, & depois, de grande parte dos moradores dos campos que chamão da Cachoeira2 & de outros do certão da Bahia3, passou pouco a pouco a ser hum dos generos de mayor estimação que hoje saem desta America meridional para o reyno de Portugal & para os outros reynos & republicas de nações estranhas. E desta sorte, huma folha antes desprezada & quasi desconhecida tem dado & dá actualmente grandes cabedaes aos moradores do Brasil & incriveis emolumentos aos Erarios dos principes.

2Desta, pois, fallaremos agora, mostrando primeiramente como se semea & planta, como se alimpa & colhe, como se beneficia & cura, como se enrola & se despacha na Alfandega; 2o como se piza & se lhe dá o cheiro, qual he melhor para se mascar, qual para o cachimbo & qual para se pizar, & se o granido ou o em pó; 3o do uso moderado delle para a saude, & do immoderado & vicioso na quantidade, no lugar & no tempo; 4o dos rolos que cada anno ordinariamente se embarcão do Brasil para Portugal; do valor delle na Bahia & no Reyno; das penas para se não mandar ou introduzir sem despacho, & dos artificios para se passar de contrabando, não obstante a vigilancia dos guardas, assim dentro como fóra de Portugal; e finalmente, do rendimento deste Contrato, & da repartição do tabaco por todas as partes do mundo, tudo conforme as noticias certas que procurey & me derão os mais intelligentes & mais versados nesta lavra, aos quaes no que direy me reporto.

CHAPITRE I. DE LA FAÇON DONT ON A COMMENCÉ A S’OCCUPER DU TABAC AU BRÉSIL, ET DE LA VALEUR QU’IL EST ARRIVÉ A PRENDRE

  • 4 La même constatation conduit le P. Bluteau, dans son Vocabulario portuguez e latino, VIII, p. 4, s (...)

3Si le sucre du Brésil s’est fait connaître dans tous les royaumes et provinces de l’Europe, le tabac s’est rendu plus célèbre encore à travers les quatre parties du monde, où il est aujourd’hui si recherché que l’on met tout en œuvre pour se le procurer par n’importe quel moyen. Voici un peu plus de cent ans qu’on a commencé à planter et à traiter cette feuille à Bahia. Le premier homme qui la planta, voyant le gain, tout modéré qu’il fût, que lui rapportèrent alors les || 108 quelques arrobes qu’il avait envoyées à Lisbonne dans le faible espoir d’en obtenir quelque chose en échange, se décida à en planter davantage, moins par cupidité de négociant que pour répondre aux demandes de ses correspondants et de ses amis, qui le redistribuaient à un prix raisonnable, quoique déjà plus élevé1. Cet homme fut alors imité par des voisins ambitieux qui en plantèrent et en expédièrent en plus grandes quantités, puis par une grande partie des habitants des campagnes dites campagnes de la Cachoeira2 et du sertan de Bahia3. Et le tabac devint peu à peu l’une des marchandises les plus estimées qui sont expédiées aujourd’hui de notre Amérique méridionale vers le royaume de Portugal et vers d’autres royaumes et états de nations étrangères. C’est ainsi que cette plante, autrefois méprisée et presque inconnue, a donné à l’heure présente de grandes richesses aux habitants du Brésil, et de fabuleuses ressources aux Trésors des princes4.

4Nous allons donc en parler maintenant et, en premier lieu, décrire la façon dont on la sème et la repique, dont on la nettoie et la cueille, dont on la conditionne et la traite, dont on la met en rôles et la dépêche en douane ; 2° comment on la pile et la parfume ; quel est le meilleur tabac à mâcher, le meilleur tabac pour la pipe, et le meilleur tabac à piler ; et si le tabac grené est meilleur que le tabac en poudre ; 3° de l’usage modéré qu’on en fait pour la santé, et de son usage immodéré et vicieux quant à la quantité, au lieu et au temps ; 4° des rôles que l’on embarque chaque année au Brésil à destination du Portugal ; de leur valeur à Bahia et dans le Royaume ; des peines infligées si on l’expédie ou l’introduit sans passer par la douane, et des ruses employées pour le passer en contrebande, malgré la vigilance des gardes, aussi bien au Portugal qu’à l’étranger ; enfin, des revenus de cette Ferme, et de la distribution du tabac dans toutes les parties du monde. Tout cela, conformément aux renseignements sûrs que j’ai recherchés et que m’ont donnés les hommes les plus intelligents et les plus compétents dans cette culture, et auxquels je me référerai dans tout ce que je dirai.

Notes

1 Si nous savons, grâce à Damião de Góis (Crónica do felicíssimo Rei D. Manuel, I, p. 130), que le tabac fut, probablement à titre de curiosité et sûrement en qualité de remède, introduit au Portugal par un certain Luís de Góis, et cela sous le règne de D. João III, ainsi que l’a démontré Serafim Leite (Luís de Góis, senhor de engenho no Brasil, introdutor do tabaco em Portugal, Jesuíta na India (1504 ?-1567), in Novas Páginas de História do Brasil, p. 283), par contre nous ignorons tout des débuts de sa culture et de son exportation par les colons portugais installés au Brésil. Selon la tradition rapportée ici par Antonil, ces débuts remonteraient au dernier quart du xvie siècle. Or il est curieux de constater que dans aucun des grands ouvrages descriptifs du Brésil écrits à cette époque, et même dans le premier quart du xviie siècle, il n’est question d’une quelconque culture du tabac par les colons, et moins encore de son commerce. En effet, ni Gabriel Soares de Sousa, dans son Memorial e declaração das grandezas da Bahia de Todos os Santos, écrit en 1587, ni 1'anonyme auteur du Diálogo das Grandezas do Brasil publié en 1618, ne présentent le tabac autrement que comme une herbe médicinale essentiellement utilisée par les indiens. Silence encore plus grand sur ce sujet dans la Relação da Provincia do Brasil rédigée en 1610 par le Pe Jacome Monteiro (publiée par Serafim Leite in História da Companhia de Jesus no Brasil, VIII, pp. 393-425), et dans le Livro que dá razão do Estado do Brazil écrit en 1612 par le sargento-mór Diogo de Campos Moreno, puisque leurs auteurs n’en mentionnent pas même le nom. Il semble donc que l’estimation d’Antonil doive être considérablement réduite, et ramenée à « moins de cent ans ».

2 L’expression campos da Cachoeira, soit « campagnes de Cachoeira », désigne une zone de terrains découverts qui s’étendaient « sur plus de 20 lieues » tout autour de la ville de Cachoeira, en remontant le cours du Paraguaçu et du Sergipe, donc à l’ouest et au nord de la ville (cf. requête adressée par João Peixoto Vieigas à Afonso Furtado de Castro do Rio de Mendonça, décembre 1674, in Accioli, Memórias históricas e políticas da Bahia, II, p. 231). La vila de Nossa Senhora do Rosário do Porto da Cachoeira, située sur la rive gauche du Paraguaçu à 14 lieues, soit 80 km environ, au nord-ouest de Bahia, fut administrativement créée à une date assez tardive, le 29 janvier 1698 ; mais un noyau de population s’y était fixé très peu de temps après la découverte du Brésil, à partir de l’habitation à sucre que Paulo Dias Adorno avait établie en cet endroit (cf. Vilhena, Notícias soteropolitanas, II, pp. 504-505 ; Accioli, op. cit., II, pp. 265-267 et Enciclopédia dos Municípios Brasileiros, XX, pp. 95-105). La principale activité économique de Cachoeira et de ses « campagnes » était la culture du tabac, car le terrain en était « o mais proprio que na America Portugueza se tem descuherto para a plantação e produção daquelle rendozo vegetal » (Vilhena, op. cit., II, pp. 505-506). Dans les entrepôts de cette ville était rassemblée toute la production de tabac des environs en attendant qu’elle fût conduite à Bahia (cf. ordres divers du gouverneur Luís Cesar de Meneses au cours des années 1705 et 1708, in Doc. Hist., XLI, pp. 129-132, 216-217, etc., et infra, p. 309, note 9). Enfin, Cachoeira était un très important point de passage des voyageurs et négociants qui se rendaient de Bahia aux Minas Gerais et qui en revenaient.

3 Le sertão da Bahia dont parle ici Antonil et dont il parlera encore infra, pp. 324-325, ne correspond en rien à la moderne zone du sertão délimitée dans 1'Enciclopédia dos Municípios Brasileiros, IV, planche Nordeste-Regiões naturais, insérée entre les pp. 48-49. Pour Antonil, le sertão da Bahia désigne une zone littorale boisée, de climat chaud et humide, dite zone de la mata, située au nord et au nordest de Bahia et qui s’étend jusqu’au rio Sergipe, hors des limites du Recôncavo. On verra infra, pp. 324-325, et note 1 et Planche no IV, h. t., les principaux points de culture du tabac de cette région.

4 La même constatation conduit le P. Bluteau, dans son Vocabulario portuguez e latino, VIII, p. 4, s. v. Tabaco, à une amusante glose sur l’utilité du nez pour la république : « Dizem que Amurath quarto, Emperador dos Turcos, o Grão Duque de Moscovia e hum Rey da Persia prohibirão aos seus subditos o uso do tabaco sob pena de cortamento do nariz. Não reparavão estes Principes nos grandes proveytos que podião tirar desta notavel parte do corpo humano. Desde a creação do mundo não era o nariz de proveyto algum a Republica. Passados alguns sessenta seculos, passou dos campos da America para as outras partes do mundo o tabaco, e pouco a pouco se fez o nariz tão proveytoso que encheo o erario dos Principes e com hum pequeno de pó teve materia para formar hum dos mais solidos fundamentos das riquezas desta Monarquia. »

© Éditions de l’IHEAL, 1968

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

amazon.fr