Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Cultura e opulencia do Brasil por suas drogas e minas

 | 
André Joao Antonil

Livre III

[102] Capitulo XII. Do que padece o assucar desde o seu nacimento na canna até sahir do Brasil1

Texte intégral

  • 1 Sur ce chapitre dans lequel Antonil pousse la personnification de la canne à sucre et du sucre au d (...)

1He reparo singular dos que contemplão as cousas naturaes ver que as que são de mayor proveito ao genero humano não se reduzem à sua perfeição sem passarem primeiro por notaveis apertos. E isto se vê bem na Europa no panno de linho, no pão, no azeite & no vinho, frutos da terra tam necessarios, enterrados, arrastados, pizados, espremidos & moídos antes de chegarem a ser perfeitamente o que são. E nós muito mais o vemos na fabrica do assucar, o qual desde o primeiro instante de se plantar até chegar às mesas & passar entre os dentes a sepultar-se no estomago dos que o comem, leva huma vida chea de taes & tantos martyrios que os que inventàrão os tyrannos lhes não ganhão ventagem. Porque se a terra, obedecendo ao imperio do creador, deo liberalmente a canna para regalar com a sua doçura aos paladares dos homens, estes, desejosos de multiplicar em si deleites & gostos, inventàrão contra a mesma canna, com seus artificios, mais de cem instrumentos para lhe multiplicarem tormentos & penas.

  • 2 Comme on l’a vu supra, p. 64, le terme de cara signifie littéralement « visage », mais sert à désig (...)
  • 3 Le tréteau dit « des moscouades ». Cf. supra, pp. 254-255.
  • 4 Les tréteaux de séchage. Cf. supra, pp. 256-257.

2Por isso, primeiramente fazem em pedaços as que plantão, & as sepultão assim cortadas na terra. Mas ellas, tornando logo quasi milagrosamente a resuscitar, que não padecem || 103 dos que as vem sahir com novo alento & vigor? Já abocanhadas de varios animaes, já pizadas das bestas, já derrubadas do vento, & alfim descabeçadas & cortadas com fouces. Saem do cannaveal amarradas. E oh quantas vezes antes de sahirem dahi são vendidas! Levão-se assim prezas ou nos carros ou nos barcos, à vista das outras filhas da mesma terra, como os reos que vão algemados para a cadea ou para o lugar do supplicio, padecendo em si confusão & dando a muitos terror. Chegadas à moenda, com que força & aperto, postas entre os eyxos, são obrigadas a dar quanto tem de sustancia? Com que desprezo se lanção seus corpos esmagados & despedaçados ao mar? Com que impiedade se queimão sem compaixão no bagaço? Arrasta-se pelas bicas quanto humor sahio de suas veas & quanta sustancia tinhão nos ossos. Tratea-se & suspende-se na guinda. Vay a ferver nas caldeiras, borrifado (para mayor pena) dos negros com decoada. Feito quasi lama no cocho, passa a fartar às bestas & aos porcos. Sae do paról escumando, & se lhe imputa a bebedice dos borrachos. Quantas vezes o vão virando & agitando com escumadeiras medonhas? Quantas, depois de passado por coadores, o batem com batedeiras, experimentando elle de tacha em tacha o fogo mais vehemente, às vezes quasi queimado & às vezes desaffogueado algum tanto, só para que chegue a padecer mais tormentos? Crecem as bateduras nas temperas; multiplica-se a agitação com as espatulas; deixa-se esfriar como morto nas formas; leva-se para a casa de purgar, sem terem contra elle hum mínimo indicio de crime, & nelle chora, furado & ferido, a sua tam malograda doçura. Aqui, dão-lhe com barro na cara2, & para mayor ludibrio até as escravas lhe botão sobre o barro sujo as lavagens. Correm suas lagrimas por tantos rios quantas são as bicas que as recebem, & tantas são ellas que bastão || 104 para encher tanques profundos. Oh crueldade nunca ouvida! As mesmas lagrimas do innocente se poem a ferver & a bater de novo nas tachas; as mesmas lagrimas se estillão à força de fogo em lambique; & quando mais chora sua sorte, então tornão a dar-lhe na cara com barro, & tornão as escravas a lançar-lhe em rosto as lavagens. Sae desta sorte do purgatorio & do carcere tam alvo como innocente; & sobre hum baixo balcão3, se entrega a outras mulheres para que lhe cortem os pés com facoens; & estas, não contentes de lhos cortarem, em companhia de outras escravas armadas de toletes folgão de lhe fazer os mesmos pés em migalhas. Dahi passa ao ultimo theatro dos seus tormentos, que he outro balcão mayor & mais alto4 aonde, exposto a quem o quizer maltratar, experimenta o que pode o furor de toda a gente sentida & enfadada do muito que trabalhou andando atraz delle. E por isso, partido com quebradores, cortado com facoens, despedaçado com toletes, arrastado com rodos, pizado dos pés dos negros sem compaixão, farta a crueldade de tantos algozes quantos são os que querem subir ao balcão. Examina-se por remate na balança do mayor rigor o que peza, depois de feito em migalhas. Mas os seus tormentos gravíssimos, assim como não tem conta, assim não ha quem possa bastantemente ponderallos ou descrevellos. Cuidava eu que, depois de reduzido elle a este estado tam lastimoso, o deixassem. Mas vejo que sepultado em huma caixa, não se fartão de o pizar com piloens nem de lhe dar na cara, já feita em pó, com hum pao. Pregão-no finalmente, & marcão com fogo ao sepulcro em que jaz. E assim pregado & sepultado torna por muitas vezes a ser vendido & revendido, prezo, confiscado & arrastado. E se livra das prizoens do porto, não livra das tormentas do mar nem do degredo, com imposiçoens & tributos, tam seguro de ser || 105 comprado & vendido entre chiristãos como arriscado a ser levado para Argel entre Mouros. E ainda assim, sempre doce & vencedor de amarguras, vay a dar gosto ao paladar dos seus inimigos nos banquetes, saude nas mèzinhas aos enfermos, & grandes lucros aos senhores de engenho & aos lavradores que o perseguirão, & aos mercadores que o comprarão & o levàrão degradado nos portos, cS: muito mayores emolumentos à Fazenda real nas alfandegas.

[102] CHAPITRE XII. DES ÉPREUVES QUE TRAVERSE LE SUCRE DEPUIS SA NAISSANCE DANS LA CANNE A SUCRE JUSQU’A SON DÉPART DU BRÉSIL1

3Pour ceux qui méditent sur les choses de la nature, c’est un objet de réflexion singulière de voir que celles qui apportent au genre humain les profits les plus grands ne sont pas amenées à leur perfection sans passer au préalable par de remarquables épreuves. On observe très bien cela, en Europe, pour le drap de lin, le pain, l’huile et le vin — produits de la terre d’une si grande nécessité, et qui sont enterrés, tramés, foulés, exprimés et moulus avant de parvenir à la perfection de ce qu’ils sont. Quant à nous, nous l’observons bien davantage encore dans la fabrication du sucre : depuis le moment où on le plante jusqu’au moment où il est servi sur les tables, puis où il passe entre les dents pour aller s’ensevelir dans l’estomac de ceux qui le mangent, la vie qu’il mène est pleine d’un si grand nombre de martyres de toutes sortes que ceux qu’inventèrent les tyrans ne l’emportent pas d’un pouce sur eux.

4En effet, si la terre, obéissant à la domination du Créateur, a libéralement donné aux hommes la canne à sucre pour que de sa douceur elle régale leur palais, les hommes, dans leur avidité à multiplier leurs propres délices et leurs propres régals, ont inventé contre cette même canne, grâce à leurs artifices, plus de cent instruments pour multiplier les supplices et les tourments qu’ils lui infligent.

5Ils commencent pour cela par mettre en morceaux les cannes qu’ils vont planter, et ils les ensevelissent dans la terre ainsi coupée. Mais alors que, presque miraculeusement, les cannes ressuscitent aussitôt, quels tourments ne souffriront-elles pas, || 103 dans leur jeune vie et leur jeune vigueur, de la part de ceux qui les voient pousser ? Tantôt mordues par toutes sortes d’animaux, tantôt foulées par les bêtes de trait, tantôt abattues par le vent, décapitées enfin et coupées à la serpe. C’est ligotées qu’elles quittent la cannaie, et combien de fois sont-elles déjà vendues avant même d’en sortir ! Ainsi prisonnières, on les transporte soit dans des cabrouets, soit dans des barques, à la vue même de leurs sœurs, filles de la même terre, tels les condamnés qui, dans les fers, sont conduits à la prison ou au lieu de leur supplice, souffrant honte en eux-mêmes et inspirant la terreur à tous. Une fois rendues au moulin et engagées entre les rouleaux, ne sont-elles pas obligées de livrer, avec quelle force et sous quelle pression, toute la substance qu’elles renferment ? Avec quel mépris ne lance-t-on pas à la mer leurs corps écrasés et mis en pièces ? Avec quelle cruauté ne brûle-t-on pas sans pitié leurs bagasses ? Tout le sang qui est sorti de leurs veines et toute la substance que renfermaient leurs os sont entraînés dans les becs d’écoulement ; on le manipule sans ménagement, on le suspend au câble de levage ; il va bouillir dans les chaudières où les nègres, pour sa plus grande peine, l’aspergent de lessive ; amené dans le canot presque à l’état de boue, il va rassasier les bêtes de trait et les porcs ; il sort de la baille sous forme d’écume, et on lui impute l’ivresse des ivrognes. Combien de fois ne le fait-on pas tourner et ne l’agite-t-on pas à l’aide de monstrueuses écumoires ? Combien de fois, après l’avoir filtré dans des blanchets, ne le bat-on pas avec des mouverons, tandis que de chaudière en chaudière il expérimente un feu de plus en plus ardent, tantôt presque brûlé tantôt reprenant quelque peu de souffle, pour en arriver seulement à souffrir encore davantage de tourments. Dans les cuites, on le bat de plus en plus, et sous l’effet des pagalles, l’agitation se multiplie ; on le laisse refroidir comme un mort dans les formes ; on l’amène à la purgerie, alors qu’on n’a pu retenir contre lui la moindre présomption de crime, et là il pleure, transpercé et blessé, sa douceur si fatale. C’est alors qu’on lui jette de l’argile sur la tête2 et que pour plus de dérision, les négresses esclaves elles-mêmes lui jettent de l’eau par dessus cette argile sale. Ses larmes coulent en autant de torrents qu’il y a de becs d’écoulement pour les recevoir, et elles sont si nombreuses qu’elles || 104 suffisent à emplir de profonds bassins. Oh, cruauté inouïe ! Les larmes mêmes de cet innocent sont mises à bouillir, et on recommence à les battre dans les chaudières ; et ces mêmes larmes sont distillées dans un alambic à grand renfort de feu ; et c’est au moment où il pleure le plus son triste destin, qu’on lui jette à nouveau de l’argile sur la tête et que les négresses esclaves lui jettent à nouveau de l’eau sur le visage. Il sort enfin de son purgatoire et de sa geôle, aussi blanc qu’innocent ; sur un tréteau bas3, il est alors livré à d’autres femmes qui, armées de grands couteaux, lui coupent les pieds ; et non contentes de les lui couper, ces femmes se joignent à d’autres esclaves armés de bâtons, et s’amusent à réduire ces pieds eux-mêmes en miettes. De là, il passe au dernier théâtre de ses supplices, formé par d’autres tréteaux plus grands et plus hauts4 où, exposé à qui veut le maltraiter, il souffre la fureur déchaînée de tous les hommes animés contre lui de la rancune et du dégoût que leur ont fait éprouver les travaux qu’ils ont accomplis en le suivant. Alors, brisé au moyen de bâtons briseurs, coupé avec de grands couteaux, mis en pièces par des bâtons, traîné par des râbles, foulé aux pieds par des nègres sans pitié, il repaît la cruauté d’autant de bourreaux qu il y a d’hommes à vouloir monter sur les tréteaux. Pour terminer, on examine dans la balance, avec la plus grande rigueur, ce qu’il pèse une fois réduit en miettes : mais les supplices les plus atroces qu’il endure ne peuvent pas davantage être dénombrés qu’il ne peut se trouver quelqu’un pour les considérer avec suffisamment d’attention ou pour en faire la description. Je croyais qu’après avoir été réduit à un état si lamentable on le laisserait en paix. Mais je vois au contraire que, même enseveli dans une caisse, on ne se lasse pas de le piler avec des pilons ni de cogner sur son visage, déjà réduit en poudre, à l’aide d’un bâton. Finalement, on le cloue et on marque au fer rouge le sépulcre dans lequel il gît. Et c’est ainsi cloué et enseveli qu’il est vendu et revendu bien des fois, saisi, confisqué, et traîné. Et s’il échappe aux prisons du port, il n’échappe par contre ni aux tempêtes de la mer ni au bannissement, avec leur cortège d’impôts et de tributs, et il est aussi assuré d’être || 105 acheté et vendu par des chrétiens qu’exposé au risque d’être conduit à Alger parmi les Maures. Et même ainsi, toujours doux et triomphant des amertumes, il va réjouir dans les banquets le palais de ses ennemis, rendre la santé aux malades sous forme de remèdes, donner de grands profits aux maîtres d’habitation, aux planteurs qui l’ont persécuté, et aux négociants qui l’ont acheté et l’ont emmené en exil dans les ports, et, grâce aux douanes, assurer de bien plus grandes ressources encore au Trésor royal.

Notes

1 Sur ce chapitre dans lequel Antonil pousse la personnification de la canne à sucre et du sucre au degré le plus extrême, cf. supra, p. 65.

2 Comme on l’a vu supra, p. 64, le terme de cara signifie littéralement « visage », mais sert à désigner la surface la plus large du pain de sucre, c’est-à-dire le « fond ». C’est donc ainsi qu’il faut le comprendre, bien que la nécessité de conserver à l’image développée par Antonil toute sa valeur, m’ait conduite à la traduire ici par « tête ».

3 Le tréteau dit « des moscouades ». Cf. supra, pp. 254-255.

4 Les tréteaux de séchage. Cf. supra, pp. 256-257.

© Éditions de l’IHEAL, 1968

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

amazon.fr