Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Cultura e opulencia do Brasil por suas drogas e minas

 | 
André Joao Antonil

Livre III

Capitulo IX. Dos preços antigos & modernos do assucar

Texte intégral

  • 1 Tous les prix indiqués ici par Antonil ont été étudiés dans l’introduction, supra, pp. 28-30.

1De vinte annos a esta parte, mudàrão-se muito os preços assim do assucar branco como do mascavado & batido. Porque o branco macho, que se vendia por oito, nove & dez tostoens a arroba, subio depois a doze, quinze & dezaseis, & ultimamente a dezoito, vinte, vinte & dous, & vinte & quatro tostoens; & depois tornou a dezaseis. Os brancos batidos que se largavão por sete & oito tostoens, subirão a doze & a quatorze. O mascavado macho, que || 95 valia cinco tostoens, vendeo-se por dez & onze, & ainda mais. E o mascavado batido, cujo preço era hum cruzado, chegou a seis tostoens1.

  • 2 En effet, à une époque où le Portugal craignait des attaques ennemies en mer, un système de convoi (...)
  • 3 Cf. lettre d’António Luís Gonçalves da Câmara Coutinho, gouverneur du Brésil, à D. Pedro II, Bahia (...)
  • 4 Sur la question des monnaies nationale et provinciale, cf. infra, p. 374, note 14.
  • 5 Antonil fait ici allusion aux mines d’or récemment découvertes et exploitées dans la région dite d (...)
  • 6 Sur cette idée qu’Antonil exprimera encore une fois avec la même conviction (infra, pp. 464-465), (...)

2A necessidade obriga a vender barato & a queimar (como dizem) o assucar fino que tanto custa aos servos, aos senhores de engenho, & aos lavradores da canna, trabalhando & gastando dinheiro. Tambem a falta de navios he causa de se não dar por elle o que val2. Mas o ter crecido tanto nestes annos o preço do cobre, ferro & panno, & do mais de que necessitão os engenhos, & particularmente o valor dos escravos, que os não querem largar por menos de cem mil reis, valendo antes quarenta & cincoenta mil reis os melhores3, he a principal causa de haver subido tanto o assucar, depois de haver moeda provincial & nacional4, & depois de descubertas as minas de ouro que servirão para enriquecer a poucos & para destruir a muitos5, sendo as melhores minas do Brasil os cannaveaes & as malhadas em que se planta o tabaco6.

  • 7 La liberté de fixation des prix du sucre avait été accordée aux producteurs, maîtres d’habitation (...)

3Se se attentar para o valor intrinseco que o assucar merece ter pela sua mesma bondade, não ha outra droga que o iguale. E se tanto sabe a todos a sua doçura quando o comem, não ha razão para que se lhe não dê tal valor extrínseco quando se compra & vende, assim pelos senhores de engenho & pelos mercadores como pelo magistrado a quem pertence ajustallo7, que possa dar por tanta despeza algum ganho digno de ser estimado. Portanto, se se reduzirem os preços das cousas que vem do Reyno & dos escravos que vem de Angola & Costa de Guiné, a huma moderação competente, poderão tambem tornar os assucares ao preço moderado de dez & doze tostoens, parecendo a todos impossível o poderem continuar de huma & outra parte tam demasiados excessos sem se perder o Brasil.

CHAPITRE IX. DES PRIX ANCIENS ET ACTUELS DU SUCRE

4Depuis vingt ans, le prix de la cassonade blanche aussi bien que celui de la moscouade et du sucre de sirop fin ont beaucoup changé. En effet, la cassonade blanche, qui se vendait au prix de huit, neuf et dix testons l’arrobe, est montée ensuite à douze, quinze, seize, et tout récemment, dix-huit, vingt, vingt-deux et vingt-quatre testons, pour revenir ensuite à seize testons. Les sucres de sirop fin, que l’on cédait à sept et huit testons, sont montés à douze et quatorze testons. La moscouade « mâle » qui || 95 valait cinq testons, s’est vendue à dix et onze testons, et même davantage. Et la moscouade de sirop fin, dont le prix était d’un cruzade, est montée à six testons1.

5La nécessité oblige à vendre bon marché et à brûler, comme on dit, la cassonnade « fine » qui coûte tant aux esclaves, aux maîtres d’habitation et aux planteurs de cannes par le travail qu’elle leur donne et par l’argent qu’elle leur fait dépenser. De même, le manque de bateaux est cause de ce qu’on n’en donne pas ce qu’elle vaut2. Mais au cours de ces dernières années, les prix du cuivre, du fer, des blanchets et de tout ce dont les habitations à sucre ont besoin, ont excessivement monté ainsi, surtout, que la valeur des esclaves, car on ne veut pas les céder pour moins de cent mil-réis, alors que les meilleurs d’entre eux valaient auparavant quarante et cinquante mil-réis3. Et c’est la principale raison pour laquelle le prix du sucre a lui aussi excessivement monté, après que nous ayons eu l’institution d’une monnaie provinciale et d’une monnaie nationale4, et après la découverte de ces mines d’or qui ont servi à enrichir un petit nombre d’hommes et à en ruiner beaucoup5, car les meilleures mines que possède le Brésil sont les champs de canne à sucre et les champs où l’on plante le tabac6.

6Si l’on considère la valeur intrinsèque que le sucre mérite par sa bonté même, il n’est pas d’autre drogue qui le vaille. Et si sa douceur est si savoureuse à tous ceux qui en mangent, il n’y a pas de raison pour qu’on ne lui donne pas une égale valeur extrinsèque lorsqu’il est acheté ou vendu, tant par les maîtres d’habitation que par les négociants et par le magistrat à qui il incombe d’en fixer le prix7, afin qu’il puisse donner, en contrepartie des grandes dépenses qu’il entraîne, un bénéfice appréciable. C’est pourquoi, si l’on ramène à un prix modéré les objets qui arrivent du Royaume et les esclaves qui arrivent de l’Angola ou de la Côte de Guinée, on pourra aussi faire revenir les sucres au prix modéré de dix à douze testons, car il paraît impossible à tout le monde qu’on puisse conserver de part et d’autre des prix aussi excessifs sans que le Brésil ne se perde.

Notes

1 Tous les prix indiqués ici par Antonil ont été étudiés dans l’introduction, supra, pp. 28-30.

2 En effet, à une époque où le Portugal craignait des attaques ennemies en mer, un système de convoi avait été institué pour la navigation avec le Brésil, et il n'y avait plus qu’un seul départ annuel de navires à destination du Portugal, groupés en ce qu’on appelait « a frota » (cf. infra, p. 279, note 7). Dès lors, on comprend que le sucre, conditionné dans des caisses qui séjournaient pendant de plus ou moins longues périodes dans les entrepôts en attendant l’arrivée des navires, exposées à toutes les variations de température et surtout d’hygrométrie, perdait nécessairement de ses qualités intrinsèques et de sa valeur (cf. João Peixoto Viegas, Parecer e tratado..., p. 214).

3 Cf. lettre d’António Luís Gonçalves da Câmara Coutinho, gouverneur du Brésil, à D. Pedro II, Bahia, 4 juillet 1692 (in Doc. Hist., XXXIII, p. 435) : « Tanto que em Portugal levantou a moeda, levantaram todos os generos (costume sempre usado em semelhantes casos) e se navegam para este Brasil por altíssimos preços, assim os generos que precisamente são necessarios para o fornecimento dos engenhos como as fazendas, ainda as que a mesma terra de Portugal produz para o commum sustento. Seja exemplo o cobre que vale a 240 reis à libra, vale 360 e a 400. O ferro que valia 3 000 reis o quintal vale a 4 e 5 000 reis ; o breu que valia a 2 000 vale 5 e 6 000 reis, e assim todas as outras cousas. A este repeito, se levantaram tambem todos os generos da terra que servem aos engenhos. Os caixões que valiam a 800 reis, valem a 1 200. A lenha que valia 2 000 reis a tarefa vale a 2 500. Os negros que se compravam a 50 mil reis se não tiram a menos de 60 mil reis. O mesmo excesso corre nos bois, cavallos, carro, telha e tijolo, e nas soldadas de tantos ofliciaes. Donde se segue infallivelmente que se o Brasil estava já miseravel, e quasi perdido, vendendo os assucares a mil e a mil cem reis, valendo todas as cousas de que usa para fabrica delles, e as fazendas por moderados preços, forçosamente crescendo o preço dos fornecimentos com o sobredito excesso, e abatendo-se por falta da moeda, o preço dos assucares sem divida não poderão moer os engenhos ». En ce qui concerne plus particulièrement le prix des esclaves, l’examen des comptes de l’habitation de Sergipe do Conde confirme cette hausse (A. N. T. T., Cartório dos Jesuítas, maço 17, no 25, 28 et 29) :
1680-1681 : achat de 13 esclaves :

1 nègre

35 000 réis

2 nègres

37 000 réis (chacun)

1 nègre

39 000 réis

1 nègre

45 000 réis

3 nègres

150 000 réis (ensemble)

1 négresse

34 000 réis

2 négresses

39 000 réis (chacune)

2 négresses

40 000 réis (chacune)

1704-1705 : achat de 7 esclaves :

1 nègre

70 000 réis

2 nègres « minnas buçais »

110 000 réis (chacun)

1 négresse « arda »

64 000 réis

1 négresse « ladina »

100 000 réis

1 « moleque »

80 000 réis

1 « moleque »

85 000 réis

1 « moleque ladino »

105 000 réis

2 « molequas »

80 000 réis (chacune)

1705-1706 : achat de 5 esclaves

2 négresses « minnas »

65 000 réis (chacune)

1 négresse « ladina escapa de bobas e bigigas »

100 000 réis

2 nègres « ladinos »

120 000 réis (chacun)

1706-1707 : achat de 7 esclaves :

1 négresse « grande bossal »

50 000 réis

1 « moleque » et 1 « molequona »

150 000 réis (ensemble)

2 « molecois »

150 000 réis (ensemble)

1 « moleque grande novo »

85 000 réis

1 « molecona grande, peito atacado »

80 000 réis

1 « molecona, por nome Lianor »

85 000 réis

1707-1708 : achat de 2 esclaves :

2 nègres « minas »

190 000 réis (ensemble)

1708-1709 : achat de 3 esclaves :

1 nègre « mina »

60 000 réis

1 nègre « mina »

80 000 réis

1 négresse

65 000 réis

1709-1710 : achat de 6 esclaves :

1 nègre

80 000 réis

1 nègre et une négresse

176 000 réis (ensemble)

1 négresse

60 000 réis

2 négresses

110 000 réis (ensemble)

1710-1711 : achat de 3 esclaves :

1 nègre

130 000 réis

1 négresse

62 000 réis

1 « criollo »

150 000 réis

On pourra également voir infra, pp. 386-387, le prix des esclaves dans la région des mines d’or.

4 Sur la question des monnaies nationale et provinciale, cf. infra, p. 374, note 14.

5 Antonil fait ici allusion aux mines d’or récemment découvertes et exploitées dans la région dite des Mines, au nord de la capitainerie de Rio de Janeiro et São Paulo, et auxquelles il consacrera toute la troisième partie de son ouvrage.

6 Sur cette idée qu’Antonil exprimera encore une fois avec la même conviction (infra, pp. 464-465), cf. supra, pp. 31-35.

7 La liberté de fixation des prix du sucre avait été accordée aux producteurs, maîtres d’habitation et planteurs, par le prince régent D. Pedro, le 21 décembre 1677 (cf. Doc. Hist., LXXXII, pp. 266-267). C’est pourquoi la municipalité de Bahia, et sans doute de chacune des villes où se concentrait la production sucrière, invitait chaque année les représentants des maîtres d’habitation à sucre, des planteurs de cannes et des négociants à se réunir pour fixer lex prix du sucre selon ses qualités. Et si aucun accord ne pouvait être réalisé par eux, le « Senado da Câmara » faisait appel à l’arbitrage de trois magistrats qui déterminaient alors les prix. Dans un cas comme dans l’autre, il était interdit de vendre le sucre à d’autres prix que ceux ainsi fixés (cf. ordres donnés par D. João de Lencastro, gouverneur général du Brésil, au Senado da Câmara de Bahia, 7 mai 1697, 24 mai 1697, 5 mai 1698, 27 mai 1698, etc., in Doc. Hist., LXXXVII, pp. 6-7, 15-17, etc.).

© Éditions de l’IHEAL, 1968

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

amazon.fr