Version classiqueVersion mobile

Cultura e opulencia do Brasil por suas drogas e minas

 | 
André Joao Antonil

Livre III

Capitulo VII. Do pezo, repartição & encaixamento do assucar

Texte intégral

  • 1 Cf. supra, pp. 256-259 et note 16 ; Vilhena, Notícias soteropolitanas..., I, p. 186. L’atelier de (...)
  • 2 Soit 32 kg.
  • 3 C’était en effet, une condition essentielle au bon acheminement du sucre jusqu’à son point de dest (...)
  • 4 Sur les différents contrats qui pouvaient lier le maître d’habitation et les planteurs, cf. supra,(...)
  • 5 Selon l’auteur des Diálogos das grandezas do Brasil, p. 89, ce partage, appelé « partido de meias  (...)
  • 6 Cf. Diálogos das grandezas do Brasil, pp. 89-90 : « Sempre [...] a partilha dos meles, que são ret (...)

1Do balcão de secar vay o assucar em toldos ao pezo, estando presente o caixeiro que tudo assenta com fidelidade & verdade para que se dê justamente a cada hum o que he seu1. E para isso ha balanças grandes & pezos de duas arrobas2 & outros menores de livras, com o pezo tambem da tara do panacú em que vay o assucar ao pezo, usando de pá pequena para tirar o que sobeja ou ajuntar o que falta. E assim como as duas mãys do balcão ajudão ao pezo para dar lugar ao caixeiro que está assentando o que peza, assim dous negros levão o assucar pezado para as caixas enxutas3 & bem aparelhadas, a saber barreadas por dentro nas untas, com barro & folhas secas de bananeira sobre o barro, || 90 pondo igualmente tanto assucar na caixa do senhor do engenho quanto na caixa do lavrador cuja canna se moeo no mesmo engenho, sendo lavrador de suas proprias terras, & não das do engenho. Porque se as terras forem do engenho, paga tambem o lavrador vintena ou quinto, que vem a ser, alem da ametade, de cada cinco paens hum, ou hum de cada vinte, conforme o uso das terras4. Porque em Pernambuco paga quinto, & na Bahia vintena ou quindena, que vem a ser de quinze hum, conforme o que se ajustou nos arrendamentos, por serem as terras já de rendimento ou por necessitarem de menos limpas. E assim como se peza & reparte igualmente o branco, assim se peza & reparte do mesmo modo o mascavado entre o senhor do engenho & o lavrador que moe, como temos dito, de meyas5. E só ficão os meles por em cheyo ao senhor do engenho, por razão dos muitos gastos que faz6. Tira-se tambem o dizimo que se deve a Deos, que vem a ser de dez hum. E este fica no engenho, & poem-se nas caixas que anticipadamente manda o contratador dos dizimos ao caixeiro vazias, & delle as torna a cobrar cheas.

  • 7 Aux Antilles, après avoir pilé une première fois les pains de sucre dans un canot en bois, les nèg (...)
  • 8 Labat (t. III, pp. 372-373) censurait lui aussi la tromperie par laquelle on vendait « du sucre de (...)

2O assucar que se hota nas caixas, ao principio sòmente se iguala com rodo & pilões, & não se pila para que se não quebrem as caixas. Porém depois de botar nellas dous ou tres pezos, que vem a ser quatro ou seis arrobas, então se pila com oito ou dez piloens, quatro ou cinco de cada banda, para que assente unido igualmente7. E ainda que a derradeira porção do assucar, que se chama cara da caixa, he bem que seja do mais escolhido, com tudo seria grande descredito do engenho, engano & manifesta injustiça se no meyo se botassem batidos & na cara assucar mais fino, para encubrir com o bom o ruim, & fazer tambem ao assucar hypocrita8.

  • 9 Si l’origine de la dénomination de juiz, c’est-à-dire « juge », est aisément compréhensible, celle (...)
  • 10 Supra, pp. 240-241.
  • 11 Infra, pp. 266-269.

3Acabado de encher a caixa, iguala-se com rodo & com hum pao chato & grosso, que huns chamão-lhe moleque de || 91 assentar, outros juiz9. E logo se prega, usando de verruma, pregos & martello, & do gastalho ou gato para apertar alguma taboa rachada, do modo que acima está dito10. Leva huma caixa oitenta & seis pregos. E ultimamente se marca do modo que diremos11, conforme a differença do assucar que agora se ha de explicar.

CHAPITRE VII. DE LA PESÉE DU SUCRE, DE SA RÉPARTITION ET DE SA MISE EN CAISSE

4Des tréteaux de séchage, le sucre est apporté dans les bâches à la pesée, en présence de l’économe qui enregistre fidèlement et conformément à la vérité, afin qu’on puisse donner en toute justice à chacun ce qui lui revient1. A cet effet, il y a de grandes balances, des poids de deux arrobes2 et d’autres poids d’un moins grand nombre de livres, ainsi que le poids de la tare du couffin dans lequel on met le sucre à peser ; pour enlever ce qui est en trop ou ajouter ce qui manque, on se sert d’une petite pelle. Les deux « mères des tréteaux » aident à la pesée pour que l’économe ait le temps d’enregistrer ce qu’on pèse, et deux nègres transportent le sucre pesé jusqu’aux caisses, qui sont bien sèches3 et bien préparées, c’est-à-dire dont les joints sont intérieurement enduits d’argile et recouverts de feuilles sèches de bananier. || 90 Ils mettent autant de sucre dans la caisse du maître d’habitation que dans celle du planteur qui a fait moudre sa canne au même moulin, si, du moins, ce sont ses propres terres qu’il cultive, et non celles de l’habitation. En effet, si les terres appartiennent à l’habitation, le planteur doit, outre la moitié de sa récolte, le vingtième ou le quint, c’est-à-dire un pain pour cinq ou un pain pour vingt, selon la coutume du pays4. Ainsi, à Pernambouc on doit le quint et à Bahia le vingtième ou le quinzième, c’est-à-dire un pain sur quinze, conformément à ce qui a été convenu dans les contrats. De même qu’on pèse et qu’on répartit avec justice le sucre blanc, de même on pèse et on répartit de la même façon la moscouade entre le maître d’habitation et le planteur qui moud, comme nous l’avons dit, à mi-part5. Seuls les sirops reviennent en totalité au maître d’habitation, eu égard aux nombreuses dépenses qu’il assume6. On prélève également la dîme à Dieu, qui est de un pour dix. Cette partie-là reste dans l’habitation, et on la met dans les caisses que le fermier de la dîme a, au préalable, envoyées vides à l’économe et que celui-ci renvoie pleines.

5Le sucre qu’on met dans les caisses est d’abord simplement nivelé avec des râbles et des pilons, mais on ne le pile pas afin de ne pas briser les caisses. Cependant, après y avoir mis deux ou trois pesées, c’est-à-dire quatre ou six arrobes, on le pile avec huit ou dix pilons, quatre ou cinq de chaque côté de la caisse, afin qu’il soit étendu bien uniformément7. Et bien qu’il soit bon que la dernière portion de sucre, que l’on appelle « montre » de la caisse, soit du meilleur choix, ce serait néanmoins un grand discrédit pour l’habitation, une tromperie et une injustice manifeste si l’on mettait des sucres de sirop au milieu, et du sucre le plus fin sur le dessus, afin de dissimuler le mauvais avec le bon, et de rendre également le sucre hypocrite8.

6Une fois la caisse remplie, on l’égalise avec un râble et avec un bâton plat et gros que certains nomment « négrillon à || 91 égaliser », et d’autres « juge »9. Puis on la cloue, en se servant pour cela d’une vrille, de clous, d’un marteau et au besoin d’un serre-joints pour rapprocher les bords d’une planche fendue, de la façon indiquée plus haut10. Pour chaque caisse il faut quatre-vingt-six clous. Enfin, on marque la caisse, de la façon que nous dirons plus loin11, selon les différentes sortes de sucre que nous allons décrire maintenant.

Notes

1 Cf. supra, pp. 256-259 et note 16 ; Vilhena, Notícias soteropolitanas..., I, p. 186. L’atelier de mise en caisses occupait une partie de la purgerie, ainsi qu’on l’a vu supra, pp. 236-237.

2 Soit 32 kg.

3 C’était en effet, une condition essentielle au bon acheminement du sucre jusqu’à son point de destination. Dans le courant des années 1687-1689, D. Pedro II avait été informé du grand préjudice causé au commerce des sucres « por virem os açucares mal acondicionados, porque assim tem menos saca pelos estrangeiros » ; la raison en était que certains maîtres d’habitation, venant à manquer de caisses pour achever de conditionner leur sucre, utilisaient des caisses en bois vert qui communiquaient peu à peu leur humidité au sucre. Aussi le gouverneur général fut-il prié d’appliquer toute mesure susceptible de supprimer ces inconvénients (cf. consulta du Conselho Ultramarino, 20 décembre 1688, in Doc. Hist. LXXXIX, pp. 106-107, et lettre de D. Pedro II au gouverneur général du Brésil, Lisbonne, 15 février 1689, in Doc. Hist., LXVIII, p. 196). On a vu supra, pp. 194-195, les bois dont étaient faites les caisses, et ibid., note 37, le prix de celles-ci. Aux Antilles, le sucre était mis en futailles ou barriques, dont la contenance allait de six à sept cent livres de sucre net, soit de 300 à 350 kg, tandis qu’au Brésil les caisses, de forme parallélipipédique, contenaient de 480 à 560 kg (cf. supra, pp. 256-257 et p. 194, note 36).

4 Sur les différents contrats qui pouvaient lier le maître d’habitation et les planteurs, cf. supra, pp. 94-95 et note 6, et pp. 146-147).

5 Selon l’auteur des Diálogos das grandezas do Brasil, p. 89, ce partage, appelé « partido de meias », se faisait rarement, « por ser de pouco proveito para o engenho ».

6 Cf. Diálogos das grandezas do Brasil, pp. 89-90 : « Sempre [...] a partilha dos meles, que são retames e batidos, são todos, livremente, in solido, do senhor do engenho, sem ter obrigação de fazer outra partilha mais que de pagar o dizimo dêles a Deus ». Selon l’auteur de ce texte, ibid., pour un rendement en sucre « mâle » de 4 000 à 4 500 arrobes, les sirops et les sucres de sirop se montaient à 2 500 à 3 000 arrobes, soit plus de la moitié.

7 Aux Antilles, après avoir pilé une première fois les pains de sucre dans un canot en bois, les nègres chargés de la mise en barrique opéraient d’une façon sensiblement analogue (cf. Labat, t. III, pp. 358-359).

8 Labat (t. III, pp. 372-373) censurait lui aussi la tromperie par laquelle on vendait « du sucre de gros sirop de sucre terré pour sucre brut [...] car il est certain que quand ces sucres viennent à être fondus pour être rafinez, ils ne rendent jamais tant à beaucoup près que les sucres de cannes. La conscience veut qu’on les vende pour ce qu’ils sont, afin que celui qui les acheté sçache leur qualité et l’emploi qu’il en doit faire : car la plupart des gens ne sont pas assez habiles pour distinguer ces sucres d’avec ceux qui sont tout purs de cannes, surtout quand ils sont bien travaillez ». Et il signale enfin un moyen de reconnaître à coup sûr le sucre de sirop, qui « peut bien avoir les mêmes qualitez que le sucre tout pur de cannes et même paroître plus beau » : « il sent et sentira toujours le brûlé. Toute l’habilité des rafineurs ne peut aller qu’à le faire sentir un peu moins ». Sur les mesures prises pour réprimer ces fraudes, cf. infra, pp. 266-269 et notes 14, 15 et 16.

9 Si l’origine de la dénomination de juiz, c’est-à-dire « juge », est aisément compréhensible, celle de moleque de assentar, est plus douteuse, ainsi que nous l’avons vu à propos d’un autre type de bâton, le moleque de quebrar, supra, p. 258, note 17. Aucun instrument semblable n’était employé aux Antilles.

10 Supra, pp. 240-241.

11 Infra, pp. 266-269.

© Éditions de l’IHEAL, 1968

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search