Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Cultura e opulencia do Brasil por suas drogas e minas

 | 
André Joao Antonil

Livre III

[81] Capitulo IV. Do barro que se bota ñas formas do assucar, qual deve ser & como se ha de amassar. & se he bem ter no engenho olaria

Texte intégral

  • 1 Sur les apicus, cf. supra, pp. 150-151 et note 11. Labat (t. III, pp. 340-343) fournit de nombreuse (...)
  • 2 Girao, qui n’a pas d’équivalent français, désigne une sorte de petit banc très rudimentaire.
  • 3 Cendrier hors des fourneaux et où l’on tenait en réserve la cendre qui servait à faire la lessive d (...)
  • 4 Cf. infra, pp. 246-249, mais Antonil ne précise pas s’il fallait préparer l’argile longtemps à l’av (...)
  • 5 C’est-à-dire avec un râteau de bois sans dents. Technique semblable, à un détail près, à celle en u (...)
  • 6 Cf. supra, pp. 228-229. Mais Antonil avait omis de citer ces esclaves au nombre de ceux qui bénéfic (...)

1O barro com que se purga o assucar tira-se dos apicus que, como temos dito, são as coroas que faz o mar entre si & a terra firme, & as cobre a maré1. Vem este em barcos, canoas ou balças, que são duas canoas juntas com paos atravessados, & sobre elles taboas, nas quaes se amontoa o barro. Chegado ao engenho, poem-se em lugar separado, & dahi passa a secar-se dentro da casa das fornalhas, sobre hum andar de paos segurado com esteyos que chamão girao2, sobre o cinzeiro, quando tem seu borralho, que he a cinza misturada com brazas3. E ainda que se seque em quinze dias, comtudo ahi se deixa, tomando a seu tempo a quantidade que for necessaria para barrear as formas já cheas, como se dirá em seu lugar4. Seco se desfaz com macetes, que são paos para pizar, & dahi se bota em huma canoa velha ou cocho grande de pao, & se vay desfazendo com agua, movendo-o & amassando-o com seu rodo5 o negro amassador que se occupa neste triste trabalho, pois os outros escravos que cortão & trazem canna & os que obrão na moenda, nas caldeiras, nas tachas, na casa de purgar & nos balcões, sempre tem em que petiscar : & só este miseravel & os que metem lenha nas fornalhas passão em seco. E ainda que depois todos tenhão sua parte na repartição da garappa6, com tudo sentem muito o trabalho sem este limitado || 82 alivio entre dia. Mas não faltão parceiros que se compadeção da sua sorte, dando-lhes já huma canna, já hum pouco de mel ou de assucar ; & quando faltasse nos outros a compaixão, não faltaria a elles a industria para buscarem seu remedio tirando donde quer quanto podem.

  • 7 Selon Labat (t. III, p. 345), la consistance de la terre, lorsqu’on la met dans les formes, doit êt (...)
  • 8 Le terme de cuya répond exactement à celui de « couy » couramment employé aux Antilles pour désigne (...)
  • 9 A moins qu’Antonil n’ait ici fait une omission, la technique en usage aux Antilles paraît plus raff (...)
  • 10 Cf. infra, pp. 246-249.

2O sinal de estar bem amassado o barro he não ter já godilhoens, que são huns torrõesinhos ainda não desfeitos ; & então está em seu ponto quando, botando-lhe hum pedaço de telha ou hum caco de forma, se sustem na superficie sem ir ao fundo7. Do cocho se tira com huma cuya8 & se bota em tachos de cobre, & nelles o levão para a casa de purgar9 aonde, com hum reminhol de cobre, se tira dos tachos & se reparte pelas formas quando for tempo, do modo que se dirá mais abaixo10.

  • 11 L’habitation à sucre de Sergipe do Conde ne possédait pas d’atelier de poterie, ainsi que le montre (...)
  • 12 Sur les mangliers et les crustacés qui les peuplent, cf. supra, pp. 150-151 et note 10.
  • 13 On a déjà vu supra, pp. 230-231 et note 3, les quantités de formes achetées par l’habitation de Ser (...)
  • 14 Je n’ai trouvé de référence à cette pratique dans aucun document.

3Ter olaria no engenho, huns dizem que escusa mayores gastos porque sempre no engenho ha necessidade de formas, tijolo & telha. Porém outros entendem o contrario, porque a fornalha da olaria gasta muita lenha de armar & muita de caldear11, & a de caldear ha de ser de mangues os quaes, tirados, são a destruição do marisco que he o remedio dos negros12. E alem disto, a olaria quer serviço de seis ou sete peças que melhor se empregão no cannaveal ou no engenho ; quer oleiro com soldada, roda & aparelho, & quer apicus ou barreiro donde se tire bom barro ; & tudo isto pede muito gasto, & com muito menos se comprão as formas & as telhas que são necessarias13. O melhor conselho he meter hum crioulo em alguma olaria, porque este ganha a ametade do que faz, & em hum anno chega a fazer tres mil formas das quaes o senhor se pode valer com pouco dispendio14. Tendo porém o senhor do engenho muita gente, lenha & mangues para mariscar de sobejo, poderá tambem ter olaria, & servirá esta officina para grandeza, utilidade &commodidade do engenho.

[81] CHAPITRE IV. DE L’ARGILE QU’ON MET DANS LES FORMES A SUCRE ; DE QUELLE NATURE ELLE DOIT ÊTRE ; COMMENT IL FAUT LA PÉTRIR. DE LA QUESTION DE SAVOIR S’IL EST RON D’AVOIR DANS SON HARITATION UN ATELIER DE POTERIE

4L’argile avec laquelle on purge le sucre est extraite des apicus qui, comme nous l’avons dit, sont les bancs que la mer forme entre elle et la terre ferme, et que recouvre la marée1. Elle est transportée dans des barques, dans des canots ou dans des radeaux, qui sont constitués par deux canots réunis par des traverses et recouverts de planches sur lesquelles on entasse l’argile. Arrivée à l’habitation, elle est mise dans un endroit à part, d’où on la porte à sécher dans l’atelier des fourneaux, sur un tréteau qu’on appelle girao2, formé de piéces de bois fixées sur des poteaux et qu’on pose au-dessus du cendrier quand celui-ci est plein de cendre chaude, c’est-à-dire de cendre mêlée de braises3. Bien qu’elle sèche en quinze jours, on la laisse là en permanence et l’on en prend quand besoin est la quantité nécessaire pour terrer les formes déjà remplies, comme je le dirai en temps voulu4. Une fois sèche, on la morcelle avec des maillets, qui sont des outils en bois servant à piler ; puis on la met dans un vieux canot ou dans une grande auge en bois, et on la délaye avec de l’eau en la remuant et en la pétrissant avec un râble5. Tel est le triste travail du nègre chargé de ce pétrissage, car les autres esclaves chargés de couper la canne et de la charroyer, ceux qui travaillent au moulin, aux chaudières à vesou, aux chaudières à sirop, à la purgerie et aux tréteaux, ont toujours de quoi s’amuser la bouche, tandis que seuls ce malheureux et ceux qui mettent le bois dans les fourneaux se serrent le ventre. Et bien qu’ensuite ils aient chacun leur tour dans la répartition des grappes6, ce travail qui n’a pas le moindre || 82 adoucissement au milieu de la journée leur pèse. Mais ils ne manquent pas de compagnons qui ont pitié de leur sort et leur donnent qui un morceau de canne, qui un peu de sirop ou de sucre ; et quand bien même leurs compagnons manqueraient de pitié, ils ne manqueraient pas, quant à eux, de savoir-faire pour y porter remède, en prenant n’importe où ce qui leur tombe sous la main.

5On reconnaît que l’argile est bien pétrie à ce qu’elle ne fait plus de grumeaux, c’est-à-dire de petites mottes non encore délayées ; elle est à point lorsqu’un morceau de tuile ou un tesson de forme qu’on y dépose restent à la surface sans aller au fond7. On la retire de l’auge au moyen d’un couy8, et on la met dans des bassines de cuivre dans lesquelles on la transporte à la purgerie9. Là, avec une cuillère en cuivre, on la retire des bassines et on la répartit dans les formes au moment où il faut, de la façon qui sera dite plus loin10.

6Quant à la question d’avoir un atelier de poterie dans l’habitation, les uns disent que cela évite de plus grandes dépenses parce qu’on a toujours besoin, dans l’habitation, de formes, de briques et de tuiles. Mais d’autres prétendent le contraire, parce que le four à poterie use beaucoup de bois pour garnir le feu et beaucoup de bois de chauffe11 ; or, le bois de chauffe doit être du bois de mangliers et ceux-ci, une fois coupés, entraînent la disparition des crustacés qui servent de nourriture aux nègres12. En outre, l’atelier de poterie absorbe le travail de six ou sept esclaves qui sont mieux employés dans les cannaies ou dans la sucrerie ; il faut un potier qui reçoit un salaire, un tour ainsi que tout l’outillage nécessaire ; il faut des apicus ou une glaisière d’où l’on puisse extraire de bonne argile. Tout cela exige de grandes dépenses, et on achète pour bien moins cher les formes et les tuiles dont on a besoin13. Le plus avisé est de placer un esclave créole dans quelque atelier de poterie : en effet, il y gagne la moitié de ce qu’il fabrique, et en un an il arrive à faire trois mille formes que le maître peut se procurer sans grandes dépenses14. Cependant, si le maître d’habitation dispose de beaucoup de monde, de beaucoup de bois à brûler et de suffisamment de mangliers pour qu’on puisse ramasser autant de crustacés qu’on en veut, il pourra aussi avoir un atelier de poterie, et cet atelier sera d’une grande utilité et d’une grande commodité pour l’habitation, et il contribuera à sa prospérité.

Notes

1 Sur les apicus, cf. supra, pp. 150-151 et note 11. Labat (t. III, pp. 340-343) fournit de nombreuses indications sur les qualités nécessaires à cette terre, dont la bonté devait consister en trois choses : « La première, de ne pas teindre l’eau qu’elles renferment ; la seconde, de la laisser filtrer d’une manière douce et insensible, et la troisième, de ne pas s’imbiber de la graisse du sucre qui ne manque jamais de s’y attacher, mais de la laisser dissiper à l’air, où l’on a soin de l’exposer après qu’on l’a levée de dessus le sucre ». Ceci écartait donc l’emploi des « terres colorées et qui colorent les liqueurs dans lesquelles on les détrempe », des « terres grasses et fortes qui ne rendent point l’eau ou qui la repoussent vers leur superficie, où l’air et la chaleur la dissipent et la font évaporer », des terres qui « étant sablonneuses laissent tomber en un moment toute l’eau dont on les a imbibées, qui passe au travers de leurs pores, eomme dans un crible, sans s’y arrêter », et enfin celui des « terres maigres qui s’imbibent facilement de graisse et qui l’incorporent dans leurs pores ». Labat préconisait l’emploi de terre de Rouen, « presque blanche, fine, déliée, douce, sans mélange de pierre ni de sable », probablement un genre de kaolin, et à défaut, celui de certaine terre grise qui se trouvait en profusion dans son habitation de la Guadeloupe, terre qui avait l’inconvénient de se graisser facilement et dont on ne pouvait se servir plus de trois fois.

2 Girao, qui n’a pas d’équivalent français, désigne une sorte de petit banc très rudimentaire.

3 Cendrier hors des fourneaux et où l’on tenait en réserve la cendre qui servait à faire la lessive destinée à purger le vesou, ainsi que nous l’avons vu supra, pp. 204-205.

4 Cf. infra, pp. 246-249, mais Antonil ne précise pas s’il fallait préparer l’argile longtemps à l’avance. Labat (t. III, pp. 343-344) dit que « la terre dont on doit couvrir le sucre doit avoir trempé huit ou dix jours avant que d’y être employée ».

5 C’est-à-dire avec un râteau de bois sans dents. Technique semblable, à un détail près, à celle en usage dans les Antilles. Labat précise toutefois que le récipient dont on se sert pour le délayage « doit être à couvert sous un toit, parce que si le soleil donne sur la terre pendant qu’elle est à tremper, il échauffe l’eau, fait fermenter la terre et la fait aigrir, ce qui la rend inutile à l’usage auquel on la doit employer » (Labat, t. III, p. 344).

6 Cf. supra, pp. 228-229. Mais Antonil avait omis de citer ces esclaves au nombre de ceux qui bénéficiaient de cette distribution.

7 Selon Labat (t. III, p. 345), la consistance de la terre, lorsqu’on la met dans les formes, doit être telle que « faisant une trace dessus de la profondeur d’un demi-doigt, cette trace ne doit se remplir que peu à peu et à peu près comme la bouillie qui est prête à être cuite. Sa bonté intrinsèque et sa bonne préparation se reconnoissent lorsqu’étant mise sur les fonds elle ne bout point et ne fait aucune bouteille, et qu’en y approchant le nez on ne sent aucune odeur ».

8 Le terme de cuya répond exactement à celui de « couy » couramment employé aux Antilles pour désigner une moitié de calebasse (cf. Du Tertre, Histoire générale des Antilles, II, pp. 188-189 et Labat, t. III, p. 346).

9 A moins qu’Antonil n’ait ici fait une omission, la technique en usage aux Antilles paraît plus raffinée, puisqu’on filtrait la terre dans une passoire avant de la verser dans les bassines de cuivre, « pour en separer les parties qui ne se trouveroient pas bien dissoutes et pour en ôter les pierres et les ordures qui pourroient s’y rencontrer » (Labat, t. III, p. 345).

10 Cf. infra, pp. 246-249.

11 L’habitation à sucre de Sergipe do Conde ne possédait pas d’atelier de poterie, ainsi que le montrent la description de 1635 publiée infra, Document no III, et les achats de formes, de briques et de tuiles renouvelés à chaque roulaison et dont la plupart étaient faits à Jaguaripe (Documentos para a historia do açúcar, t. II, passim, et A. N. T. T., Cartório dos Jesuítas, maço 17, no 25, 27, 28 et 29, et maço 15, no 16).

12 Sur les mangliers et les crustacés qui les peuplent, cf. supra, pp. 150-151 et note 10.

13 On a déjà vu supra, pp. 230-231 et note 3, les quantités de formes achetées par l’habitation de Sergipe do Conde et leur prix. Les comptes font également mention d’achats de tuiles et de deux sortes de briques — tijolos de alvenaria, briques ordinaires utilisées dans la maçonnerie courante, et tijolos de volta, briques dont un côté est arrondi en creux, utilisées pour faire des glacis dans lesquels étaient scellées les chaudières. Les tuiles valaient 3 000 réis le mille en 1699-1700, les briques ordinaires, 2 800 réis le mille, et les briques pour les glacis des chaudières, 5 500 réis le mille.

14 Je n’ai trouvé de référence à cette pratique dans aucun document.

© Éditions de l’IHEAL, 1968

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

amazon.fr