Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Cultura e opulencia do Brasil por suas drogas e minas

 | 
André Joao Antonil

Livre II

[56] Capitulo VII. Das madeiras de que se faz a moenda & todo o mais madeiramento do engenho, canoas & barcos, & do que se costuma dar aos carpinteiros & outros semelhantes officiaes

Texte intégral

  • 1 Le sapucaya (ou sabucai, jaçapucaya, sasapocaia) est le Lecythis Pisonis, Camb., ou Lecythis zabuca (...)
  • 2 Ces arbres, dont il est fait mention par Gabriel Soares de Sousa (op. cit., II, p. 59) sous le nom (...)
  • 3 Arbre de la famille des Légumineuses mimosées, dont le nom savant est Platymenia reticulata, Benth. (...)
  • 4 Le pao de arco, de son nom portugais, ou 1’urupariba, de son nom indien, est le Bignonia ou Tecoma (...)
  • 5 Le jetay amarelo (ou jataimondé, selon Gabriel Soares de Sousa, op. cit., II, p. 58 ; ietaiba, selo (...)
  • 6 Le jetay preto, ou jetay « noir », est présenté par Horace Say (Histoire des Relations commerciales (...)
  • 7 Le messetauba, ou encore mucelaíba, muçutaíba, mecetaiba, etc., vulgairement appelé pau santo par l (...)
  • 8 Le massaranduba, ou maçarandiba et muçuranduba a été identifié avec le Lucuma procera, Mart. (Hoehn (...)
  • 9 Le pau brasil ou ibirapitanga, de son nom indien, est le Brésillet de Fernambouc (Cæsalpinia echina (...)
  • 10 Le jacaranda appartient à la famille des Bignoniées (Jacaranda brasiliana, Juss.), connu en France (...)
  • 11 Pao de oleo, nom vulgaire donné par les Portugais au copaiba (Copaifera, L.). C’est le Copayer ou « (...)
  • 12 Il s’agit probablement de l’arbre décrit par Gabriel Soares de Sousa (Notícia do Brasil, II, p. 56) (...)
  • 13 Sur ce bois, cf. supra, note 8.
  • 14 Ce terme ne figure dans aucun dictionnaire portugais ancien ou moderne, et pose donc un problème de (...)
  • 15 Les comptes de l’habitation de Sergipe do Conde pour la roulaison de 1680-1681 (A. N. T. T., Cartór (...)
  • 16 Cf. Marcgrave, História natural do Brasil, p. 128 : « Da madeira desta árvore fabricam-se eixos de (...)
  • 17 Cf. Loreto Couto, Desagravos do Brasil, p. 173, et supra, p. 190, note 7.
  • 18 Cf. Loreto Couto, op. cit., p. 173 : « A roda de agua [...] se faz de paus amarelJos ou de pau arco (...)
  • 19 Joairana, forme non enregistrée dans les ouvrages précédemment cités. Je n’ai pu identifier l’arbre (...)
  • 20 Le jequetiba ou jiquitiba ou jecuibá, est un arbre de la famille des Lécythidées, probablement le C (...)
  • 21 La forme utussica n’est pas enregistrée dans les ouvrages précédemment cités. Cependant, étant donn (...)
  • 22 Angelí, ou mieux, angelim., de son nom portugais, et andira, andurababapari et andira ibiariba, de (...)
  • 23 Antonil semble être le seul à avoir enregistré sous cette forme le nom d’un arbre dit guanandi et o (...)
  • 24 On a déjà vu supra, p. 188, note 2, ce qu’était le sapupira. Dans une lettre qu’ils adressaient au (...)
  • 25 Cet arbre est signalé par Marcgrave, História natural do Brasil, p. 120, sous le nom de uty, et par (...)
  • 26 Le buranhém, ou buraem, ou ubiraem (Pradosia glyciphlœa Mart.), famille des Sapotacées, est un gran (...)
  • 27 Sans doute le même que l’inhuibatan. Voir infra, note 28.
  • 28 Selon Pirajá da Silva (in Gabriel Soares de Sousa, op. cit., II, p. 74, note 2), l’inhuibatan serai (...)
  • 29 Selon Gabriel Soares de Sousa (op. cit., II, p. 61), cet arbre très haut et droit fournissait non s (...)
  • 30 Je n’ai retrouvé le terme d’averno ni dans les ouvrages relatifs à la botanique brésilienne précéde (...)
  • 31 Sans doute l'Avicennia nítida dont il a été question supra, p. 151, note 10.
  • 32 Arbre non identifié.
  • 33 Le genipapo ou Genipayer d’Amérique (Genipa americana, L.) est surtout connu pour les propriétés ti (...)

1Antes de passar da moenda para as fornalhas & casa das caldeiras, parece-me necessario dar noticia dos paos & madeiras de que se faz a moenda & todo o mais madeiramento do engenho, que no Brasil se pode fazer com escolha por não haver outra parte do mundo tam rica de paos selectos & fortes, não se admittindo nesta fabrica pao que não seja de ley, porque a experiencia tem mostrado ser assim necessario. Chamão paos de ley aos mais solidos, de mayor dura & mais aptos para serem lavrados, & taes são os de sapucaya1, de sapupira, de sapupira-cari, de sapupira-merim, de sapupira-açu2, de vinhatico3, de arco4, de jetay amarello5, de jetay preto6, de messetauba7, de massaranduba8, pao brasil9, Jacaranda10, pao de oleo11, picaí12 & outros semelhantes a estes. O madeiramento da casa do engenho, casa das fornalhas & casa das caldeiras & a de purgar, para bem ha de ser de massaranduba porque he de muita dura & serve para tudo13, a saber para tirantes, frechaes, sobrefrechaes14, tisouras ou pernas de asna, espigões & terças. E desta casta de pao ha em todo o Reconcavo da Bahia & em toda a costa do Brasil. Os tirantes & frechaes grandes valem tres & quatro mil reis & às vezes mais, conforme o seu || 57 comprimento & grossura15, assim toscos como vem do matto, só com a primeira lavradura. Os eixos da moenda se fazem de sapucaya ou de sapupira-cari; a ponta ou cabo do eixo grande, de pao de arco ou de sapupira16; os dentes dos tres eixos da moenda, do rodete & da volandeira, são de messetauba17; as rodas da agua, de pao de arco ou de sapupira ou de vinhatico18. Os arcos do rodete & volandeira, & as aspas & contraspas, de sapupira. As virgens & mais esteyos & vigas, de qualquer pao de ley. Os carros, de sapupira-merim ou de jetay ou de sapucaya. A caliz, de vinhatico. As canoas, de picay, joairana19, jequitiba20, utussica21 & angelí22. As cavernas & braços dos barcos, de sapupira ou de landim carvalho23 ou de sapupira-merim; a quilha, de sapupira ou de paroba24; os forros & costados, de utim25, paroba, burayém26 & unhuiba27; os mastos, de inhuibatan28; as vergas, de camassari29; o leme, de averno30 ou angelí; as curvas & as rodas da proa & poppa, de sapupira, com seus coraes metidos; as varas, de mangue branco31 & os remos, de lindirana32 ou de genipappo33.

  • 34 Sur ces deux espèces de bois, cf. supra, p. 192, note 20 et p. 193, note 29.
  • 35 Parmi les différentes espèces de bois utilisées pour la confection des caisses de sucre, l’auteur d (...)
  • 36 Soit environ 0,55 m X 1,65 m ou 1,75 m pour les côtés, et 0,65 m X 1,65 m ou 1,75 m pour les fonds. (...)
  • 37 Les comptes de l’habitation de Sergipe do Conde font état des prix suivants ;
    1 000 réis pour la rou (...)

2As caixas em que se mete o assucar se fazem de jequitiba & camassari34. E não havendo destas duas castas de pao quanto basta, se poderão valer de burissica para fundos & tampos35. E estas taboas para as caixas vem da serraria já serradas, & no engenho só se levantão, endireitão & aparão. E hão de ter nos lados, para bem, dous palmos & meyo de largo, & sete & meyo ou oito de comprido, & os fundos tres palmos de largo & o mesmo de comprimento36. Valia huma caixa, nos annos passados, dez ou doze tostoens; agora subirão a mayor preço37.

  • 38 Les comptes de l’habitation de Sergipe do Conde font état, pour la roulaison de 1710-1711, d’une mo (...)
  • 39 Porto Seguro est le célèbre port du sud de l’actuel État de Bahia où, pour la première fois, les Po (...)
  • 40 C’est-à-dire de la partie nord du Recôncavo de Bahia, riche en forêts, où s’approvisionnaient natur (...)
  • 41 Ce chiffre n’a pu être vérifié en comparaison avec des documents d’archives.

3Hum eixo da moenda, tosco no matto & torado só nas pontas, ou ainda oitavado, val quarenta, cincoenta & sessenta mil reis & mais, conforme a qualidade do pao & a necessidade que ha delle38. Os que vem de Porto Seguro & Patippe || 58 são somenos, por serem creados em varzeas39. Os melhores são os que vem da Pitanga & da Terra Nova acima de Santo Amaro40. Toda a moenda importa mais de mil cruzados, alem da roda grande da agua que, por ser chea de cavilhas & cubos, val mais de duzentos mil reis41.

  • 42 L’examen des comptes de l’habitation de Sergipe do Conde pour la roulaison de 1680-1681, par exempl (...)
  • 43 On appelle carpintaria de obra branca ou de limpos les travaux relatifs aux pièces de charpente app (...)
  • 44 Cf. comptes de l’habitation de Sergipe do Conde, années 1680-1681 (A. N. T. T., Cartório dos Jesuít (...)
  • 45 Dans les comptes de la roulaison de 1708-1709 (A. N. T. T., Cartório dos Jesuítas, maço 17, no 29), (...)

4Ao carapina da moenda se dão cinco tostões cada dia a seco, & se lhe derem de comer dá-se-lhe hum cruzado, & ainda mais nestes annos em que todos os preços subirão42. Quasi o mesmo se dá aos carapinas de obra branca43. Aos carapinas de barcos & aos calafates se dão a seco sete tostões & meyo, & seis tostões ou duas patacas se lhes derem de comer44. Hum barco velejado para carregar lenha & caixas custa quinhentos mil reis, hum barco para conduzir canna trezentos mil reis, & huma rodeira quatro centos mil reis. As canoas vendem-se conforme a sua grandeza & qualidade do pao. Por isso sendo as de que commummente se usa nos engenhos humas pequenas & outras mayores, mayor ou menor tambem será o preço dellas, a saber de vinte, trinta, quarenta & cincoenta mil reis45.

  • 46 Diverses coutumes et superstitions président en effet à la coupe du bois. En ce qui concerne les co (...)

5Cortão-se os paos no matto com machados no discurso de todo o anno, guardando as conjunções da lua, a saber, tres diasantes da lua nova ou tres depois della chea46. E tirão-se do matto diversamente, porque nas varzeas huns os vão rolando sobre estivas, outros os arrastão a poder de escravos que puxão. E nos outeiros de alto a baixo se decem com socairo, & para cima dos mesmos outeiros tambem se arrastão puxando. Isto se entende aonde não há lugar de usar dos boys, por ser a paragem ou muito a pique ou muito funda & aberta em covões. Mas aonde podem puxar os boys, se tirão do matto com tiradeiras, amarrando com cordas ou com sipós ou couros a tiradeira, segurada bem com chavelha. E na lama, em tempo de chuva, dizem que se arrastão melhor que em tempo de seca, porque com a chuva mais facilmente escorregão.

[56] CHAPITRE VII. DES BOIS DONT ON FAIT LE MOULIN ET TOUT LE RESTE DE L’ŒUVRE EN BOIS DE L’HABITATION, LES CANOTS ET LES BARQUES. DU SALAIRE QU’ON DONNE HABITUELLEMENT AUX CHARPENTIERS ET AUTRES OUVRIERS DE CE GENRE

6Avant de passer du moulin aux fourneaux et à l’atelier des chaudières, il me semble nécessaire de donner connaissance des bois durs et autres bois dont on fait le moulin et tout le reste de l’œuvre en bois de l’habitation — œuvre qu’on peut faire au Brésil selon un choix judicieux, car il n’est point d’autre région au monde aussi riche en bois excellents et résistants ; pour ces travaux, on n’admet en effet pas d’autre bois que le bois d’œuvre, parce que l’expérience a montré que c’était nécessaire. On appelle bois d’œuvre les bois qui sont les plus solides, qui durent le plus longtemps et qui sont les plus propres à être travaillés, tels que le sapucaya1, le sapupira, le sapupira cari, le sapupira merim, le sapupira açu2, le vinhatico3, le pao de arco4, le jetay jaune5, le jetay noir6, le messetauba7, le massaranduba8, le bois de Brésil9, le Jacaranda10, le pao de oleo11, le picai12, et autres bois de ce genre. Les parties en bois de l’atelier du moulin, de l’atelier des fourneaux, de l’atelier des chaudières et de la purgerie doivent, pour bien faire, être en bois de massaranduba parce que ce bois est très dur et qu’on l’utilise pour tout13, à savoir pour faire les entraits, les sablières, les chevrons14, les arbalétriers, les aisseliers et les pannes. On trouve cette espèce de bois dans tout le Recôncavo de Bahia et sur toute la côte du Brésil. Dans l’état brut où ils arrivent de la forêt, où ils n’ont reçu qu’une première façon, les tirants et les grandes sablières coûtent trois ou quatre mil-réis et parfois davantage, suivant || 57 leur longueur et leur épaisseur15. Les rouleaux du moulin sont faits en sapucaya ou en sapupira cari ; l’extrémité du grand rolle ou pivot en pao de arco ou en sapupira16 ; les dents des trois rouleaux du moulin, du rouet et du balancier sont en messetauba17 ; les roues à eau, en pao de arco, en sapupira ou en vinhatico18. Les circonférences du rouet et du balancier, les bras et leurs renforts, en sapupira. Les pieds-droits et autres poteaux et poutres, en n’importe quel bois d’oeuvre. Les cabrouets, en sapupira merim, en jetay ou en sapucaya. La buse, en vinhatico. Les canots, en picay, en joairana19, en jequetiba20, en utussica21 et en angelí22. Les varangues et les allonges des barques, en sapupira, en landin carvalho23 ou en sapupira merim ; la quille en sapupira ou en paroba24 ; les doublages et les flancs, en utim25, en paroba, en burayem26 et en unhaiba27 ; les mâts, en inhuibatan28 ; les vergues, en camassari29 ; le gouvernail, en averno30 ou en angeli ; les courbes et les rodes de proue et de poupe, en sapupira, munies de leurs accores ; les perches, en manglier blanc31 et les rames, en lindirana32 ou en genipapo33.

7Les caisses dans lesquelles on met le sucre sont faites en jequetiba et en camassari34 ; au cas où l’on n’aurait pas une quantité suffisante de ces deux sortes de bois, on pourra se servir de burissica pour les fonds et pour les couvercles35. Les planches pour faire les caisses arrivent de la scierie déjà sciées, et c’est sur l’habitation seulement qu’on les monte, qu’on les égalise et qu’on les apprête. Pour bien faire, les côtés doivent avoir deux empans et demi de large sur sept empans et demi ou huit empans de long, et les fonds trois empans de large et autant de long36. Ces dernières années, une caisse coûtait dix ou douze testons ; maintenant, elles sont montées à un prix plus élevé37.

8Un arbre de moulin à l’état brut, tel qu’il arrive de la forêt, scié seulement aux extrémités ou bien encore équarri, coûte quarante, cinquante ou soixante mil-réis et davantage, selon la qualité du bois et le besoin 58 qu'on en a38. Ceux qui viennent de Porto Seguro et de Patipe || sont de qualité inférieure parce qu’ils poussent dans les plaines39 ; les meilleurs sont ceux qui viennent de Pitanga ou de Terra Nova, au-dessus de Santo Amaro40. L’ensemble du moulin coute plus de mille cruzades, sans compter la grande roue à eau qui vaut plus de deux cents mil-réis à cause du nombre de chevilles et d’augets qu’elle comporte41.

9Au charpentier du moulin, on donne cinq testons par jour, non nourri ; et si on le nourrit, on lui donne une cruzade ; on lui donne même davantage ces dernières années, où tous les prix ont monté42. On donne presque la même chose aux menuisiers43. Aux charpentiers qui font les barques et aux calfats, on donne sept testons et demi, non nourris ; et six testons ou deux pataques si on les nourrit44. Une barque à voile où l’on charge du bois à brûler et des caisses, coûte cinq cent mil-réis ; une barque où l’on transporte de la canne, trois cents mil-réis, et un chaland, quatre cents mil-réis. Les canots sont vendus selon leur grandeur et selon la qualité de leur bois. C’est pourquoi les canots qu’on utilise communément dans les habitations étant plus ou moins grands, leur prix en sera également plus ou moins élevé, à savoir, de vingt, trente, quarante ou cinquante mil-réis45.

10On coupe à la hache les bois dans la forêt pendant toute l’année, en observant les phases de la lune, à savoir, trois jours avant la nouvelle lune, ou trois jours après la pleine lune46. On les transporte hors de la forêt de diverses façons. En effet, dans les plaines, les uns les font rouler sur des voies de rondins, les autres les font hâler par des esclaves ; sur les mornes, on les hâle depuis le haut jusqu’en bas au moyen de cordages et, s’il s’agit d’en gravir la pente on les hâle aussi. Ceci s’entend pour les endroits où il n’est pas possible d’employer les bœufs, soit parce que le terrain est très escarpé, soit parce qu’il est très encaissé et creusé de grands trous. Mais là où les bœufs peuvent tirer, on les transporte hors de la forêt à l’aide de traits ; au moyen de cordes, de lianes ou de courroies, le chargement est amarré au trait solidement fixé par des chevilles ; on dit que sur la houe, par temps de pluie, ils se laissent mieux traîner que par temps sec parce que, grâce à la pluie, ils glissent avec plus de facilité.

Notes

1 Le sapucaya (ou sabucai, jaçapucaya, sasapocaia) est le Lecythis Pisonis, Camb., ou Lecythis zabucayo, Aublet, vulgairement appelé « grande marmite de singe », sans doute en raison de la forme de ses fruits. Grand arbre de 19 à 20 m de haut, son tronc atteint un diamètre de 60 cm et plus, et fournit un bois rougeâtre, très dur et imputrescible, dont tous les auteurs portugais s’accordent à dire qu’il est utilisé pour faire des rouleaux de moulin (cf. Dictionnaire des Sciences Naturelles, XXV, pp. 404-405 ; Gabriel Soares de Sousa, Notícia do Brasil, II, p. 57 ; Fr. Vicente do Salvador, Historia do Brasil, pp. 31-32 ; Simão de Vasconcelos, Chronica da Companhia de Jesu do Estado do Brasil..., I, pp. cxxxv-cxxxvi ; Piso, Historia natural e médica da India ocidental, pp. 306-307 ; Marcgrave, Historia natural do Brasil, p. 128). Voir aussi F. C. Hoehne, Botânica e Agricultura no Brasil (Século XVI), p. 316.

2 Ces arbres, dont il est fait mention par Gabriel Soares de Sousa (op. cit., II, p. 59) sous le nom de sepepira, et par Piso (op. cit., p. 363) sous celui de cebepiraguaçú, appartiennent à la famille des Légumineuses papilionacées, groupe des Sophorées, et sont actuellement désignées sous le nom savant de Bowdichia. Le Bowdichia major semble correspondre au sapupira açu ; son écorce, l’écorce d’alcornoque du Brésil, est employée dans le traitement des maladies de la peau. Les autres variétés sont le Bowdichia virgilioides, le Bowdichia nítida, le Bowdichia racemosa et le Bowdichia brasiliensis. Je n’ai malheureusement pu établir leur correspondance avec les espèces signalées par Antonil. Ce sont probablement ces arbres qu’Horace Say (op. cit., p. 270) enregistre sous le nom de sicupirassu, bois « violet grisâtre » qui « se travaille facilement », et de sicupira merim, « comme le précédent mais un peu plus dur ». Voir aussi Hoehne, Botânica e Agricultura no Brasil, p. 284.

3 Arbre de la famille des Légumineuses mimosées, dont le nom savant est Platymenia reticulata, Benth. Je n’ai pu en trouver le nom vulgaire français. Gabriel Soares de Sousa (Notícia do Brasil, II, p.54) lui donne la première place dans le nombre des árvores reais, c’est-à-dire des bois d’œuvre.

4 Le pao de arco, de son nom portugais, ou 1’urupariba, de son nom indien, est le Bignonia ou Tecoma à cinq feuilles (Bignonia pentaphylla, L. et Tecoma pentaphylla, J.), vulgairement appelé « poirier des Antilles ». C’est un arbre de grandeur et de grosseur médiocres, qui « pousse de longues branches peu étalées qui lui donnent en quelque sorte l’aspect d’un poirier » ; son bois très dur est difficile à travailler, mais recherché précisément pour sa résistance et pour son incorruptibilité. Il était donc tout désigné pour l’emploi que lui assigne Antonil. Cf. Dictionnaire des Sciences Naturelles, XXXVII, p. 351 et LII, pp. 444-446 ; Gabriel Soares de Sousa, op. cit., II, p. 65 ; Piso, op. cit., p. 359 s. v. Queraiba ; Marcgrave, op. cit., pp. 118-119.

5 Le jetay amarelo (ou jataimondé, selon Gabriel Soares de Sousa, op. cit., II, p. 58 ; ietaiba, selon Piso, op. cit., pp. 281 et 283 ; et jetaiba, selon Marcgrave, op. cit., p. 101), n’est autre que le Courbaril de Cayenne ou, plus simplement, le Courbaril (Hymenœa Courbaril, L.). Cet arbre est « un des plus grands et des plus utiles de l’Amérique », non seulement à cause de son bois dur et pesant, dont on fabrique charpentes, arbres et rouleaux de moulins, roues de charrettes, etc., mais encore en raison de la résine qui découle de son écorce et qui est connue en Europe sous le nom de gomme animé d’Occident (cf. Dictionnaire des Sciences Naturelles, XXIV, p. 226 et XI, pp. 225-226, et Labat, t. V, pp. 379-382).

6 Le jetay preto, ou jetay « noir », est présenté par Horace Say (Histoire des Relations commerciales..., p. 268) comme une variété du jetay amarelo ou courbaril, dont il vient d’être question, « bois très solide que les vers n’attaquent pas ». Il semble correspondre au jutaipeba ou Hymenœa stignocarpa, Mart., décrit par Gabriel Soares de Sousa (op. cit., II, pp. 56-57). A défaut de nom vulgaire français connu, on pourrait avancer la traduction de « courbaril noir ».

7 Le messetauba, ou encore mucelaíba, muçutaíba, mecetaiba, etc., vulgairement appelé pau santo par les Portugais, est sans doute le Gayac à feuilles de lentisque (Gayacum sanctum, L.), également appelé Bois saint. Arbre de 18 à 20 m de haut, son bois très dur le fait utiliser pour la confection de roues de moulin et autres objets de ce genre, comme les dents de roue dont parle Antonil (cf. Dictionnaire des Sciences Naturelles, XVIII, pp. 196-198; Gabriel Soares de Sousa, op. cit., II, pp. 73 et 74; Piso, op. cit., pp. 325-327 et Marcgrave, op. cit., p. 106). Toutefois, Hoehne (Botânica e Agricultura no Brasil..., p. 299) identifie cet arbre avec le Zollernia falcata Nees.

8 Le massaranduba, ou maçarandiba et muçuranduba a été identifié avec le Lucuma procera, Mart. (Hoehne, Botânica e Agricultura no Brasil..., pp. 244 et 316). On en trouve la description chez Gabriel Soares de Sousa, Notícia do Brasil, II, pp. 18 et 58; Fr. Vicente do Salvador, Historia do Brasil, p. 32; Piso, História natural e médica da India ocidental, pp. 397-398 et Marcgrave, Historia natural do Brasil, p. 116. Son bois très dur est utilisé non seulement pour la charpente, comme le dit Antonil, mais pour les châssis et les rouleaux de moulin, et ses fruits rouges, semblables à des cerises qui seraient striées, sont très appréciés pour leur douceur.

9 Le pau brasil ou ibirapitanga, de son nom indien, est le Brésillet de Fernambouc (Cæsalpinia echinata, Lamk.), vulgairement appelé bois de Brésil et bois de Pernambouc. Arbre très élevé, au tronc large armé de petites épines, il était davantage connu comme bois de teinture que comme bois d’œuvre, et Antonil ne dira d’ailleurs pas la destination qu’il avait en cette qualité. L’abondance de cet arbre dans les forêts du littoral du nord-est, de Pernambouc à Porto Seguro, permit aux Portugais de se livrer à une exploitation intensive qui dura jusqu’au début du xixe siècle, le commerce de ce bois étant monopole royal, et il fut aussi la cause du changement de nom de la « Terre de Santa Cruz », devenue très rapidement « Terra do [pau] brasil », puis tout simplement « Brasil ». Actuellement, cette espèce a presque totalement disparu du Brésil. (Cf. Dictionnaire des Sciences Naturelles, V, pp. 334-335 ; Piso, op. cit., pp. 355-356 ; Marcgrave, op. cit., pp. 101-102 ; Roberto Simonsen, Historia econômica do Brasil, pp. 52-63).

10 Le jacaranda appartient à la famille des Bignoniées (Jacaranda brasiliana, Juss.), connu en France sous le nom de Jacaranda du Brésil. Son bois dur et marbré le rend très propre à tous les travaux de menuiserie et d’ébénisterie (cf. Dictionnaire des Sciences Naturelles, XXIV, pp. 85-86 ; Gabriel Soares de Sousa, op. cit., II, p. 73 ; Piso, op. cit., p. 357 ; Marcgrave, op. cit., p. 136). Cet arbre ne doit pas être confondu avec l’une des espèces da Dalbergies, et en particulier avec le Dalbergia nigra, qui fournit le bois dit de palissandre.

11 Pao de oleo, nom vulgaire donné par les Portugais au copaiba (Copaifera, L.). C’est le Copayer ou « arbre de copaü », ainsi que l’appelle Labat, t. II, pp. 315-321. Cet arbre fournit non seulement un bois d’œuvre apprécié, mais surtout une résine connue en pharmacie sous le nom de « baume de copahu », dont les principales vertus sont cicatrisantes (cf. Dictionnaire des Sciences Naturelles, X, pp. 311-312 ; Gabriel Soares de Sousa, op. cit., II, pp. 34-35 ; Piso, op. cit., pp. 270-272 ; Marcgrave, op. cit., pp. 130-131). Horace Say (Histoire des Relations commerciales..., p. 269) le présente comme un « excellent bois, huileux, incorruptible, prenant un beau poli, propre à tous les usages, même à la tabletterie ».

12 Il s’agit probablement de l’arbre décrit par Gabriel Soares de Sousa (Notícia do Brasil, II, p. 56) et par Piso (História natural e médica da India ocidental, p. 317) sous le nom de pequi et pequiá. Il existe aussi en Guyane française, où il est désigné sous le nom de Péki, ou Pekea, et où il était utilisé dans la construction navale. Cf. Dictionnaire des Sciences Naturelles, XXXVIII, pp. 275-277, où deux espèces principales sont signalées, le Péki butireux (Pekea butirosa, Aublet) et le Péki à feuilles ternées (Pekea ternata, Poir). Hoehne (Botânica e Agricultura no Brasil..., p. 336) l’identifie avec l'Apidosperma eburneum Fr. All.

13 Sur ce bois, cf. supra, note 8.

14 Ce terme ne figure dans aucun dictionnaire portugais ancien ou moderne, et pose donc un problème de traduction. L’analyse de sa composition (sobre + frechai) semble indiquer qu’il s’agit d’une pièce destinée à être posée au-dessus de la sablière (frechai). Or les principales pièces de charpente qui correspondent à une telle localisation sont déjà énumérées par Antonil : arbalétriers (tisouras) et pannes (terças). Seuls manquent les indispensables chevrons. Ne serait-ce pas eux qui, habituellement appelés caibros seraient ici désignés sous le nom de sobrefrechaes ?

15 Les comptes de l’habitation de Sergipe do Conde pour la roulaison de 1680-1681 (A. N. T. T., Cartório dos Jesuítas, maço 17, no 25) nous fournissent les prix de diverses pièces de bois et confirment les indications données ici par Antonil :
1 tirante (entrait)…………. 4 et 5 mil-réis
1 perna de tesoura (arbalétrier)…………. 2 mil-réis
1 caibro (chevron)…………. 140 réis
1 frechal (sablière) …………. 3 et 4 mil-réis 16

16 Cf. Marcgrave, História natural do Brasil, p. 128 : « Da madeira desta árvore fabricam-se eixos de máquina porque é durável no elemento humido ». Voir aussi Fr. Vicente do Salvador, Historia do Brasil, pp. 31-32.

17 Cf. Loreto Couto, Desagravos do Brasil, p. 173, et supra, p. 190, note 7.

18 Cf. Loreto Couto, op. cit., p. 173 : « A roda de agua [...] se faz de paus amarelJos ou de pau arco ». Voir aussi supra, p. 189, note 4.

19 Joairana, forme non enregistrée dans les ouvrages précédemment cités. Je n’ai pu identifier l’arbre qu’elle désigne.

20 Le jequetiba ou jiquitiba ou jecuibá, est un arbre de la famille des Lécythidées, probablement le Couratari (Couratari legalis, Mart.), vulgairement appelé Balatas blanc. C’est un arbre fort grand, dont le bois de couleur blanchâtre était utilisé, selon Gabriel Soares de Sousa (op. cit., II, p. 58) pour faire diverses pièces de moulin et des planches ; cependant, il est « léger et de courte durée là où il reçoit la pluie ». S’il était utilisé dans la construction des canots, ainsi que le dit Antonil, cela devait être pour des parties hors du contact de l’eau. Horace Say (Histoire des relations commerciales..., p. 268) signale son emploi pour les caisses à sucre, comme Antonil le dira un peu plus loin.

21 La forme utussica n’est pas enregistrée dans les ouvrages précédemment cités. Cependant, étant donné les nombreuses variations de vocalisation subies par les termes d’origine indienne, il n’est pas impossible qu’il s’agisse de l’arbre connu de nos jours sous le nom de oiti et oiticica. Si l’on suit le commentaire fait par Pirajá da Silva pour la Noticia do Brasil de Gabriel Soares de Sousa, II, pp. 18-19, note 2, l'oiticica et le pequiá ne seraient qu’un seul et même arbre (sur le pequiá, cf. supra, p. 191, note 12). Mais selon le Pequeno Dicionário brasileiro da Língua portuguesa, l’oiticica serait le nom vulgaire donné à deux arbres de familles différentes, le Licania rigida (Rosacées) et le Clarisia nítida (Euphorbiacées). Voir aussi Hoehne, Botânica e Agricultura no Brasil..., p. 234.

22 Angelí, ou mieux, angelim., de son nom portugais, et andira, andurababapari et andira ibiariba, de son nom indien (cf. Gabriel Soares de Sousa, op. cit., II, p. 58, et Marcgrave, História natural do Brasil, p. 100). Cet arbre très haut existe également aux Antilles et en Guyane, et il est connu dans la nomenclature française sous le nom d’ » angelin » ou « bois-angelin » (Dictionnaire des Sciences Naturelles, II, p. 137 et V, p. 52). Plutôt que pour faire des canots, ce bois est utilisé pour faire des charpentes, diverses pièces du moulin et pour les caisses destinées à contenir le sucre.

23 Antonil semble être le seul à avoir enregistré sous cette forme le nom d’un arbre dit guanandi et olandi en tupi, et landin ou lantim selon l’adaptation portugaise. Si l’on se réfère à l’identification proposée par Pirajá da Silva (in Gabriel Soares de Sousa, Notícia do Brasil, II, p. 62 et note 2), cet arbre serait une variété de calophylle dit vulgairement « calaba », le Calophyllum brasiliensis Camb. Le calaba, très répandu dans l’île de Bourbon, y était d’un grand usage « pour la charpente, la marine et le charronnage (cf. Dictionnaire des Sciences Naturelles, VI, pp. 179-180).

24 On a déjà vu supra, p. 188, note 2, ce qu’était le sapupira. Dans une lettre qu’ils adressaient au prince régent D. Pedro le 2 juillet 1685, les officiers de la Municipalité de Bahia évaluaient à 300 le nombre des embarcations utilisées dans les habitations à sucre du Recôncavo, « as mais delias de oitenta e cem palmos de quilha, que todos os anos se refazem e fabricão de novo de madeiras que chamão sicupira » (Documentos históricos do Arquivo Municipal [de Bahia] — Cartas'do Senado 1684-1692, 3o vol., p. 4). Quant au paroba, cet arbre est mentionné sous le nom de paroba vermelha par Horace Say (Histoire des relations commerciales..., p. 269) et donné pour un « bois solide, très dur, d’un grain fin, couleur de chair nué de jaune et de rouge ». On ne le trouve cependant pas dans les ouvrages des xvie et xviie siècles déjà cités en référence, ni dans le Pequeno Dicionário brasileiro da língua portuguesa. Si l’on admet une forme légèrement différente, il pourrait s’agir du peroba (Aspidosperma polyneuron, Mull. Arg.), arbre de la famille des Apocynacées, groupe des Plumériées, dont on connaît une vingtaine d’espèces, pour la plupart au Brésil (cf. Gustavo Edwall, Catálogo da Collecção de Madeiras da Secção Botânica, p. 8).

25 Cet arbre est signalé par Marcgrave, História natural do Brasil, p. 120, sous le nom de uty, et par Gabriel Soares de Sousa (Notícia do Brasil, II, p. 16) sous celui de guti, arbre au bois blanc et flexible. Il s’agit probablement de l’actuel oiti, dont il a été question supra, p. 192, note 21.

26 Le buranhém, ou buraem, ou ubiraem (Pradosia glyciphlœa Mart.), famille des Sapotacées, est un grand arbre dont le bois jaune presque incorrruptible est utilisé non seulement pour la construction navale mais encore pour la confection de diverses parties du moulin à sucre (cf. Gabriel Soares de Sousa, op. cit., II, pp. 59 et 60 ; Diálogos das grandezas do Brasil, p. 110).

27 Sans doute le même que l’inhuibatan. Voir infra, note 28.

28 Selon Pirajá da Silva (in Gabriel Soares de Sousa, op. cit., II, p. 74, note 2), l’inhuibatan serait un arbre au bois dur très employé dans les constructions civiles et navales, le Pseudocariophyllus sericeus Berg., tandis que son nom aurait été faussement appliqué par Soares de Sousa à un arbre d’une autre espèce, le Nectandra leucothyrsus Meissn., arbre au bois tendre d’apparence voisine du laurier.

29 Selon Gabriel Soares de Sousa (op. cit., II, p. 61), cet arbre très haut et droit fournissait non seulement du bois débité en planches, mais des pièces de charpente telles qu’entraits et sablières, et même des mats pour les bateaux. Mais 1'auteur des Diálogos das grandezas do Brasil, p. 109, et Marcgrave (História natural do Brasil, p. 102) limitent son emploi aux caisses à sucre. Hoehne, Botânica e Agricultura no Brasil..., pp. 285-286, identifie le camaçari avec le Caraipa fasciculata Mart.

30 Je n’ai retrouvé le terme d’averno ni dans les ouvrages relatifs à la botanique brésilienne précédemment cités, ni dans le Pequeno Dicionário brasileiro da Língua portuguesa. Cependant, le Dictionnaire des Sciences Naturelles, III, p. 334, 1'enregistre et le donne pour le nom provençal de l’aune, « connu sous celui de verne dans quelques autres provinces méridionales de la France ». Il ne semble pas impossible que l’arbre désigné sous ce nom par Antonil soit, sinon un aune, du moins une espèce du même genre, d’autant plus que le bois d’aune se conserve parfaitement bien sous l’eau, et que cette caractéristique le recommande particulièrement pour la fabrication de gouvernails, ainsi que le dit Antonil.

31 Sans doute l'Avicennia nítida dont il a été question supra, p. 151, note 10.

32 Arbre non identifié.

33 Le genipapo ou Genipayer d’Amérique (Genipa americana, L.) est surtout connu pour les propriétés tinctoriales du jus de ses fruits, traditionnellement utilise par les indiens pour leurs peintures corporelles. Cependant, son bois « très léger une fois sec », était utilisé pour faire non seulement des rames, comme le signale Antonil, mais des montures d’outils (cf. Gabriel Soares de Sousa, Notícia do Brasil, II, p. 77, Frei Vicente do Salvador, Historia do Brasil, p. 32, et Dictionnaire des Sciences Naturelles, XVIII, pp. 553-554).

34 Sur ces deux espèces de bois, cf. supra, p. 192, note 20 et p. 193, note 29.

35 Parmi les différentes espèces de bois utilisées pour la confection des caisses de sucre, l’auteur des Diálogos das grandezas do Brasil, p. 109, signale le munguba, le burarema, le visgueiro, le pau-de-gamela, le pau de alho ainsi qu’un autre bois blanc non précisé, tous bois tendre « porque para caixões se busca sempre madeira mole por ser mais fácil de serrar ». Je n’ai pu identifier le burissica, qui ne figure dans aucun des ouvrages déjà cités en référence.

36 Soit environ 0,55 m X 1,65 m ou 1,75 m pour les côtés, et 0,65 m X 1,65 m ou 1,75 m pour les fonds. Les caisses étaient donc à peine plus hautes que larges. On verra infra, pp. 276-277, qu’elles devaient contenir 35 arrobes de sucre, soit 560 kg.

37 Les comptes de l’habitation de Sergipe do Conde font état des prix suivants ;
1 000 réis pour la roulaison de 1680-1681
1 200 et 1 300 réis pour celle de 1699-1700
1 550 et 1 600 réis pour celle de 1704-1705.
1 600 réis à partir de 1705
(cf. A. N. T. T.,
Cartório dos Jesuítas, maço 17, no 25, 27, 28 et 29). Par conséquent, l’évolution des prix indiquée par Antonil et confirmée par ces documents, renforce l’hypothèse des différentes étapes de la composition de Cultura e Opulencia do Brasil exposée supra, pp. 28-31.

38 Les comptes de l’habitation de Sergipe do Conde font état, pour la roulaison de 1710-1711, d’une moenda, c’est-à-dire d’un arbre de moulin, pour 55 mil-réis (A. N. T. T., Cartório dos Jesuítas, maço 17, no 29).

39 Porto Seguro est le célèbre port du sud de l’actuel État de Bahia où, pour la première fois, les Portugais touchèrent la terre du Brésil. Quant à Patippe, c’est l’ancien nom du rio Pardo, au nord de Porto Seguro (cf. Aires de Casal, Corografia brasílica, II, p. 394). Ces deux régions constituent encore de nos jours d’importantes réserves forestières riches en madeiras de lei, c’est-à-dire en bois d’œuvre, et le jugement d’Antonil sur la qualité de ces bois paraît peu justifié (cf. Enciclopédia dos Municípios brasileiros, XX, p. 133, et XXI, pp. 134-135). Il est plus vraisemblable que, ces forêts étant loin du Recôncavo de Bahia, un renom de « bois de qualité inférieure » était venu à dissimuler une désaffection due au prix de revient trop élevé provoqué par le coût du transport du bois.

40 C’est-à-dire de la partie nord du Recôncavo de Bahia, riche en forêts, où s’approvisionnaient naturellement les habitations à sucre de cette région. A Pitanga était installée une importante habitation à sucre qui appartenait à la Compagnie de Jésus (cf. Pe Serafim Leite, História da Companhia de Jesus no Brasil, V, pp. 254-259). Mais je n’ai pu retrouver le toponyme de Terra Nova. S’agirait-il du petit bourg de Terra Boa, à quelques kilomètres au nord de Santo Amaro ?

41 Ce chiffre n’a pu être vérifié en comparaison avec des documents d’archives.

42 L’examen des comptes de l’habitation de Sergipe do Conde pour la roulaison de 1680-1681, par exemple, indique en effet un salaire journalier de 500 reis au carapina do engenho (A. N. T. T., Cartório dos Jesuítas, maço 17, no 25). Mais pour les autres années, les comptes ne donnent que d’une manière générale le salaire perçu par tel ou tel artisan pour les divers travaux accomplis pendant une roulaison. Il n’est donc pas possible de vérifier si, au cours des années suivantes, ces salaires ne subirent pas de variations.

43 On appelle carpintaria de obra branca ou de limpos les travaux relatifs aux pièces de charpente apparentes, telles que fenêtres, portes, escaliers, planchers, etc., c’est-à-dire les travaux de menuiserie. Par conséquent, les carapinas de obra branca sont les menuisiers. Notons que, de nos jours, le terme de carpinteiro a totalement remplacé celui de carapina.

44 Cf. comptes de l’habitation de Sergipe do Conde, années 1680-1681 (A. N. T. T., Cartório dos Jesuítas, maço 17, no 25) : 750 réis par jour de travail au carapina da ribeira.

45 Dans les comptes de la roulaison de 1708-1709 (A. N. T. T., Cartório dos Jesuítas, maço 17, no 29), j’ai effectivement trouvé une « canoa » pour 50 mil-réis. Mais je n’ai trouvé aucune autre référence pour les embarcations plus importantes précédemment citées par Antonil.

46 Diverses coutumes et superstitions président en effet à la coupe du bois. En ce qui concerne les coutumes, on peut constater que, selon Antonil, le traditionnel rythme des saisons, selon lequel on ne doit couper le bois qu’à la fin de l’hiver ou au début du printemps, n’était pas observé. Quant à la superstition qui fait tenir compte des phases de la lune, Caminhoa (Elementos de Botanica geral e medica-Primeira parte, p. 377) signale qu’elle est en usage dans le nord et le centre du Brésil ; « Segundo a phase do astro, a arvore derrubada pode fornecer boa madeira ou má ou lascar-se-ha facilmente ». De son côté Labat (t. III, pp. 13-14) remarque qu’ » il ne suffit pas de faire abattre les arbres dont on veut se servir pour la charpenterie et pour d’autres usages qui sont de durée, dans le décours et même dans les derniers jours de la lune si on veut les conserver longtemps et les préserver des vers et de la pourriture, mais il faut prendre garde qu’ils ne soient point en sève ». Il signale encore que « les ouvriers ont une pratique assez ridicule qui est que le premier vendredi de la nouvelle lune est aussi bon que le décours pour couper les arbres ; c’est une espèce de superstition indigne de gens de bon sens » (op. cit., pp. 14-15). On trouvera de nombreuses références à toutes ces croyances dans Varron, De Agricultura, chapitre 37, Olivier de Serres, Le Théâtre d'Agriculture et mesnage des champs, I, pp. 45-46 et II, p. 580, de la Quintinye, Instructions pour les jardins fruitiers et potagers, pp. 354 sqq., etc.).

© Éditions de l’IHEAL, 1968

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

amazon.fr