Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Cultura e opulencia do Brasil por suas drogas e minas

 | 
André Joao Antonil

Livre II

Capitulo V. Do engenho ou casa de moer a canna, & como se move a moenda com agua

Texte intégral

  • 1 Sur ces termes, cf. supra, pp. 60-01 et pp. 76-77, note 1.

1Ainda que o nome de engenho comprehenda todo o edificio com as officinas & casas necessarias para moer a canna, cozer & purgar o assucar, com tudo, tomado mais em particular, o mesmo he dizer casa do engenho que casa de moer a canna com o artificio que engenhosamente inventàrão1. E tendo nós já chegado a esta casa com a canna conduzida para a moenda, daremos alguma noticia do que ella he & do que nella se obra para espremer o assucar da canna, valendo-me do que vi no engenho real de Serigippe do Conde, que entre todos os da Bahia he o mais aflamado.

  • 2 Soit des piliers d’environ 0,90 m de large sur 4,85 m de haut, espacés de 3,30 m.
  • 3 Littéralement « bois de loi » ou « bois d’aloi ». Cette expression désigne les bois imputrescibles (...)
  • 4 Sur la localisation de ces deux ateliers, cf. infra, pp. 182-183, note 2. Selon Loreto Couto (Desa (...)
  • 5 Environ 42,50 m sur 19 m.

2Levanta-se à borda do rio, sobre dezasete grandes pilares de tijolo largos quatro palmos, altos vinte & dous & distantes hum de outro quinze2, huma alta & espaçosa casa cujo tecto cuberto de telha assenta sobre tirantes, frechaes & vigas de paos que chamão de ley3 que são dos mais fortes que ha no Brasil, a quem nenhuma outra terra leva nesta parte || 47 ventagem, com duas varandas ao redor: huma para receber canna & lenha, outra para guardar madeiras usuaes de sobrecellente. E a esta chamão casa da moenda, capaz de receber commodamente quatro tarefas de canna sem perturbação & embaraço dos que necessariamente hão de lidar na dita casa & dos que por ella passão, sendo caminho aberto para qualquer outra ofïicina & particularmente para as casas immediatamente contiguas das fornalhas & das caldeiras4, contando de comprimento todo este edificio cento & noventa & tres palmos, & oitenta & seis de largo5. Moe-se nesta casa a canna com tal artificio de eixos & rodas que bem merece particular reflexão & mais distinta noticia.

  • 6 Cf. Labat, t. III, pp. 239-240 : « On détourne une partie de l’eau de la rivière que l’on coupe av (...)
  • 7 Selon Labat (ibid.), la gouttière devait être « plus étroite de moitié que la roue [...] du moins (...)
  • 8 Antonil ne précise pas la forme de ce « bec ». Quant à Labat (ibid.), s’il ne désigne pas d’un nom (...)
  • 9 Décrivant « le bout de l’arbre qui sert d’axe à la grande roue », Labat (t. III, p. 246) précise q (...)

3Tomão para mover a moenda do rio acima, aonde faz a sua queda natural, a que chamão levada, que vem a ser huma porção bastante de agua do açude ou tanque que para isso tem, divertida com reprezas de pedra & tijolo do seu curso, & levada com declinação moderada por hum rego capaz & forte nas margens para que a agua vá unida & melhor se conserve, cobrando na declinação cada vez mayor impeto & força6, com seu sangrador para a divertir se for necessario quando, por razão das chuvas ou cheas, viesse mais do que se pertende, & com outra abertura para duas bicas, huma que leva agua para a casa das caldeiras & outra que vay a refrescar o aguilhão da roda grande dentro da moenda, servindo-se para a communicar ao outro aguilhão de huma taboa. E assim vay a entrar no cano de pao que chamão caliz7, sustentado de pilares de tijolo & na parte superior descuberto, cujo extremo, inclinado sobre os cubos da roda, se chama feridor porque por elle vay a agua a ferir os ditos cubos, donde se origina & continua o seu moto8. Assentão os aguilhões do eixo desta roda, hum pela parte de fóra & outro pela parte de dentro da casa da moenda, sobre seus chumaceiros de pao com chapa de bronze, & a estes sustentão duas virgens || 48 ou esteyos de fóra & duas de dentro com seu brinquete, que he a travessa em que os aguilhõens se encostão9. E sobre este, como dissemos, vay sempre cahindo huma pequena porção de agua para os refrescar, de sorte que pelo continuo moto não ardão, temperando-se com a agua suficientemente o calor.

  • 10 Cf. Labat, t. III, pp. 238-239. Antonil ne donne pas le diamètre de la roue, mais Loreto Couto (op (...)

4As aspas da roda larga & grande sustentão aos arcos ou circuios della; & dentro apparecem os cubos ou covas feitas no meyo da roda & unidos hum a outro, com o fundo fechado do forro interior da mesma roda entre os dous arcos delia, assegurados com muitas cavilhas de ferro & com suas armellas & chavetas metidas & atravessadas para enchavetar as pontas das cavilhas, causa de não bulirem os arcos nem os cubos ao cahir da agua, & de ir a roda com suas voltas segura10.

  • 11 Le texte d’Antonil contient ici une erreur manifeste puisque, quelques lignes plus haut, l’auteur (...)
  • 12 Pejador, variante de pejadouro, forme plus couramment employée au Portugal. Je n’ai pas trouvé d’éq (...)
  • 13 Soit 2,20 m à 2,45 m. L’iconographie relative aux moulins à sucre et aux roues à eau qui les mouva (...)
  • 14 Cf. note précédente.
  • 15 En particulier, au cas où l’une des esclaves chargées de présenter les cannes au moulin avancerait (...)
  • 16 Nouveau jeu de mots intraduisible qui porte sur un triple sens du verbe pejar : mettre un obstacle (...)

5Perto da roda, pela banda de fóra, estão dous esteyos altos & grossos com tres travessas asseguradas tambem de outra parte, huma das quaes sustenta a extremidade do caliz, duas ao feridor11 & outra ao pejador do engenho12. He o pejador huma taboa pouco mais larga que a roda, de dez ou doze palmos de comprimento13, com suas bordas, semelhante a hum grande taboleiro, debaixo do feridor, com huma cavilha chavetada de sorte que se possa jogar & bulir com ella sem resistencia; & por isso se faz o buraco da cavilha bastantemente largo. E na parte inferior, tem no lado que se vay a encostar à parede da moenda hum espigão de ferro prezo tambem com huma argola de ferro que, entrando por huma abertura pela dita parede com sua mão ou cabo, em o qual se encavilha sobre hum esteyo que chamão mourão, à maneira de engonços, fica à disposição de quem está na moenda o mandalla parar ou andar como quizer, empurrando ou puxando pelo pejador, o qual pondo-se sobre os cubos impede ao feridor o dar-lhe o moto com a queda da agua, & tornando a descobrir aos cubos, torna a mover-se a roda & com a roda a || 49 moenda14. E isto he muito necessario em qualquer desastre que pode acontecer, para lhe acudir de pressa & atalhar os perigos15. E chamão a esta taboa pejador porque tambem ao parar do engenho chamão pejar, por ventura, por se pejar16 hum engenho real de ser retardado ou impedido ainda por hum instante, & de não ser sempre, como he razão, moente & corrente. E isto quanto à parte exterior da moenda, donde principia o seu movimento.

Moulin a suche mû par l’eau
(extrait de Alceu Maynard Araújo, Folclore Nacional, III, p. 386).

  • 17 C’est le rouet qui « sert de roue de rencontre » décrit par Labat, t. III, pp. 246-248. Selon Lore (...)
  • 18 Une description de cette roue est faite par Labat, t. III, p. 251, et accompagnée d’une figure, id (...)
  • 19 Le rapport entre les dents du balancier et celles du rouet est généralement combiné de telle façon (...)
  • 20 Sur la traduction de passam pelo pescoço do eixo grande, cf. infra, note 22. Quant au terme eixo, (...)
  • 21 L’ensemble de ces trois rouleaux constitue donc le moulin proprement dit, et sera longuement décri (...)

6Entrando pois na casa interior, o modo com que se communica o moto por suas partes à moenda he o seguinte. O eixo da roda grande que, como temos dito, pela parte de fóra se mete dentro da casa do engenho, tem no seu remate interior, chegado aonde assenta o aguilhão sobre o brinquete & esteyos, hum rodete fixo & armado de dentes que o cerca17. E este, virado ao redor pelo caminho do dito eixo, apanha successivamente na volta que dá com seus dentes outros de outra roda superior tambem grande, que chamão volandeira porque o seu modo de andar circularmente no ar sobre a moenda se parece com o voar de hum passaro quando dá no ar seus rodeos18. Os dentes do rodete que eu vi erão trinta & dous, & os da volandeira cento & doze19. E porque as aspas da volandeira passão pelo pescoço do eixo grande da moenda, por ellas se lhe communica o impulso20; & este, recebido do dito eixo grande cercado de entrozas & dentes, se communica tambem a dous outros eixos menores que tem de ambas as ilhargas, dentados & abertos igualmente com suas entrozas, do mesmo modo que temos dito do grande. E com estes dentes & entrozas se causa o moto com que uniformemente o acompanhão21.

  • 22 La comparaison de la description trop brève d’Antonil avec celle que fait Labat, en l’accompagnant (...)
  • 23 Environ 1,20 m pour les petits rouleaux et 1,32 m pour le grand rolle. Il est regrettable qu’Anton (...)
  • 24 Le type de moulin ainsi décrit par Antonil était déjà abandonné aux Antilles à la même époque. Lab (...)
  • 25 Par ce terme imagé, on désigne donc la partie supérieure du grand rolle qui, surmontant le balanci (...)
  • 26 Environ 2,64 m.
  • 27 Cf. Labat, t. III, pp. 251-252 : « L’arbre du grand rolle n’est pas si long dans les moulins à eau (...)
  • 28 Les madriers sont longs d’environ 9,25 m, et les montants épais de 0,90 m et hauts de 3,30 m envir (...)
  • 29 Littéralement « tables ou chats ». Ces termes ne figurent dans aucun dictionnaire avec le sens qu’ (...)
  • 30 Selon Estevão Pereira, dans sa description de l’habitation de Sergipe do Conde en 1637 (infra, Doc (...)
  • 31 Il semble qu’Antonil ait commencé sa phrase avec l’intention de dire que les corps des rouleaux de (...)
  • 32 Cf. Labat, t. III, pp. 193-194 : « Comme il ne serviroit de rien de faire tourner l’arbre et le gr (...)
  • 33 Environ 22 cm. Cf. Labat, t. III, p. 193 : « Avant que de marquer où les dents doivent être placée (...)
  • 34 En effet, Loreto Couto (Desagravos do Brasil, p. 173) signale que les deux petits rouleaux sont «  (...)
  • 35 Environ 0,44 m à 0,66 m.
  • 36 Environ 0,66 m.
  • 37 Cf. Labat, t. III, p. 190 : « [Le pivot] est de fer, ses deux extrémités sont rondes et cette rond (...)
  • 38 Cf. Labat, t. III, p. 183 : « Le bout du pivot est percé d’une ouverture barlongue de dix sur quin (...)
  • 39 De 3,30 m à 3,52 m environ. Le terme de ponte, littéralement « pont », a été traduit par « table » (...)
  • 40 Soit des montants hauts de 1,98 m et larges de 1,54 m. Labat (t. III, p. 181) parle également de « (...)
  • 41 L’arbre du grand rolle dépassait le corps des petits rouleaux de « six empans et demi », soit de 1 (...)
  • 42 Soit de 2,20 m sur 0,22 m environ.
  • 43 Cf. supra, pp. 176-177 et note 29.
  • 44 Ce système de fixation est différent de celui qui était en usage aux Antilles,, et la comparaison (...)

7As aspas da volandeira são oito: quatro superiores & quatro inferiores; & as inferiores tem suas contraspas para mayor segurança22. Os tres eixos da moenda são tres paos redondos de corpo esferico, alto nos menores iguaes cinco palmos || 50 & meyo, & no mayor, que he o do meyo, alto seis palmos23 & tambem de esfera mayor que os outros & por eleição o melhor porque, jogando com os dous que nas ilhargas continuamente o apertão, gasta-se mais que os outros24. E por isso, por boa regra, os menores tem nove dentes & o mayor onze; & só este (para fallarmos com a lingua dos officiaes) tem seu pescoço & cabeça alta, conforme a altura do engenho25; & commummente ao todo vem a ter o dito eixo doze palmos de alto26. Cuja cabeça de dous palmos & meyo, mais delgada que o pescoço, entra por hum pao furado que chamão porca27, sustentado de duas vigas de quarenta & dous palmos, as quaes assentão sobre quatro esteyos altos dezasete palmos & grossos quatro, com suas travessas proporcionadamente distantes28. E ainda que os outros dous eixos menores não tem pescoço, com tudo pela parte de cima entrão quanto basta com sua ponta ou aguilhão por liuns paos furados que chamão mezas ou gatos, com que ficão direitos & seguros em pé29. Os corpos dos tres eixos, da ametade para baixo, são vestidos igualmente de chapas de ferro unidas & pregadas com pregos feitos para este fim, com a cabeça quadrada & bem entrante para se igualarem com as chapas30, debaixo das quaes os corpos dos eixos são torneados com toritos, de paos de ley para que fique a madeira mais dura & mais capaz de resistir ao continuo aperto que ha de padecer no moer31. Sobre as chapas apparece hum circulo ou faixa de pao, que he a outra parte do corpo dos mesmos eixos despida de ferro; & logo immediatamente se segue o circulo dos dentes de pao de ley, encaixados no eixo com suas entrozas — que são humas cavaduras ou vãos repartidos entre dente & dente — para entrarem & sahirem delias os dentes dos outros eixos collateraes, que para isso são em tudo iguaes os dentes & as entrozas, a saber os dentes na grossura & na altura, & as entrozas na largura & || 51 profundeza do encaixamento ou vazio que commummente saem do corpo do eixo comprimento de cinco ou seis dedos, de largura de huma mão, & de quatro ou cinco dedos de costa, de forma quasi chata & nos extremos redonda32. E ainda que entre dente & dente dos eixos menores haja espaço medido por compasso de igual medida, que he hum palmo grande33, os do eixo mayor tem de mais a mais tanto espaço alem do palmo quanto occuparia a grossura de huma moeda de dous cruzados. E isto se faz para que estejão em sua conta & não entrem no mesmo tempo os dentes dos eixos collateraes, mas hum se siga atraz de outro, & desta sorte se continue em todos tres o moto que se pertende. E por isso tambem os dentes & as entrozas de hum eixo se hão de desencontrar dos dentes & entrozas de outro, a saber ao dente do eixo grande ha de corresponder a entroza do pequeno, & ao dente do pequeno a entroza do grande. São os dentes, como dizia, na parte que sae fóra do eixo, algum tanto chatos & no fim quasi redondos, largos quatro ou cinco dedos, & outro tanto grossos; & entrão quasi outros quatro dedos pela sua raiz no eixo aonde se assegurão, alem da parte com que fazem parede às entrozas, que são na mesma conta quatro ou cinco dedos profundas. Sobre os dentes dos eixos menores fica a terceira parte do pao descuberta, & se remata a modo de degraos em dous circuios menores vestidos de duas argolas de ferro de grossura de hum dedo & meyo, largura de tres dedos34; & na ponta do pao se vaza de tal sorte que entre nelle huma buxa quadrada de dous ou tres palmos de sapupira merim35, a qual buxa também em parte se vaza & nella se encaixa o aguilhão de ferro, comprimento de tres palmos36, grossura de hum caibro, à força de pancadas com hum vayvem de ferro. E para melhor segurança do aguilhão & da buxa, se abre na cabeça dos quatro lados da buxa com huma palmeta de ferro à força de pancadas do vayvem, & se lhe metem humas palmetas || 52 ou cunhas menores de pao de ley, para não aluir37. E pelo mesmo estylo de degraos & argolas, buxa & aguilhão, com que temos dito se remata a parte superior dos dous eixos menores, se rematão tambem as partes inferiores de todos tres, ajuntando de mais a cada aguilhão seu pião de ferro calçado de aço da grossura de huma maçaã, que tambem se encaixa pela parte superior até dous dedos dentro do aguilhão, & pela parte inferior poem a ponta sobre outro ferro chato que chamão mancai, de comprimento de hum palmo, tambem calçado de aço para que se não fure com o continuo virar que sobre elle faz o pião38. E todos estes tres eixos ou corpos da moenda, aonde chega o pião ao mancai, assentão sobre hum pao que chamão ponte, de comprimento de quinze ou dezaseis palmos39. E para sustentar toda a moenda forte & segura, servem quatro virgens, que são quatro esteyos altos da terra nove palmos & grossos sete40, semelhantes no seu officio de suster aos que sustentão as vigas grandes & a porca ou pao furado por onde passa a ponta do eixo grande que sobre os outros collateraes se levanta até a dita altura como parte principal da moenda41. Sobre estas virgens, de ponta a ponta, vão huns paos que chamão mezas, quasi hum palmo de grossura & vinte de comprimento42, sobre as quaes descanção as travessas que chamão gatos, em que se movem os eixos pela parte superior43. E sobre estes vay outro andar ao comprido de taboas que chamão agulhas, as quaes servem para segurar as cunhas com que se aperta a moenda44.

  • 45 Cf. Labat, t. III, pp. 198-199.

8O lugar aonde se poem os feixes da canna que immediatamente ha de passar para se espremer entre os eixos, são dous taboleiros, hum de huma parte & outro de outra, que tem seus encaixos ou meyos circuios ao redor dos eixos da moenda, afastados delles tanto quanto basta para não lhes impedir suas voltas. E o estarem os taboleiros chegados aos eixos he para que não caya a canna ou o bagaço delia perto || 53 dos aguilhões & retarde de algum modo aos piões, & para que se não suje o caldo que sae da canna moida45.

CHAPITRE V. DE L’ENGIN A SUCRE OU ATELIER A MOUDRE LA CANNE, ET DE LA FAÇON DONT LE MOULIN EST MÛ PAR L’EAU

9Bien que l’expression « engin à sucre » désigne l’ensemble de l’édifice où se trouvent les ateliers et bâtiments nécessaires pour moudre la canne, cuire le sucre et le purger, toutefois, pris dans un sens plus restreint, le terme « atelier de l’engin » veut dire « atelier à moudre la canne au moyen de la machine si ingénieusement inventée »l. Et puisque nous sommes maintenant arrivés dans cet atelier en même temps que les cannes apportées au moulin, je vais donner quelque idée de ce qu’il est et du travail qui s’y fait pour exprimer le sucre de la canne, en me servant de ce que j’ai vu à l’engenho real de Sergipe do Conde, le plus réputé de tous ceux de Rahia.

10Au bord de la rivière, sur dix-sept grands piliers de briques de quatre empans de large sur vingt-deux de haut, et espacés de quinze empans les uns des autres2, se dresse un haut et spacieux bâtiment dont le toit recouvert de tuiles repose sur des arbalétriers, des sablières et des poutres en bois dits « d’œuvre »3, qui sont parmi les plus résistants qu’il y a au Brésil, pays avec lequel nul autre ne peut rivaliser || 47 sur ce point. Deux galeries l’entourent : l’une où l’on reçoit la canne et le bois à brûler, l’autre où l’on garde en réserve les bois d’usage courant. On appelle ce bâtiment l’atelier du moulin. Il peut aisément recevoir quatre «tâches» de cannes sans qu’il en résulte de la gêne ou de l’embarras pour ceux qui doivent obligatoirement y travailler ou pour ceux qui le traversent, puisqu’il sert de passage vers n’importe lequel des autres ateliers et, en particulier, vers les ateliers des fourneaux et les ateliers des chaudières qui lui sont immédiatement contigus4. La longueur totale de ce bâtiment est de cent quatre-vingt-treize empans, et sa largeur de quatre-vingt-six5. On y moud la canne au moyen d’une combinaison d’arbres et de roues si habilement conçue qu’elle mérite bien une attention plus particulière et une description plus détaillée.

11Pour mouvoir le moulin, on utilise en amont de la rivière et à partir de l’endroit où celle-ci fait une chute naturelle, ce qu’on nomme un bief, c’est-à-dire que l’on capte une part importante de l’eau du réservoir ou bassin aménagé à cette intention, en la détournant de son cours au moyen de chaussées en pierre et en brique, et en la conduisant en pente modérée par un canal suffisamment large et aux parois solides, afin qu’elle y coule sans turbulence, qu’il s’en perde le moins possible et qu’elle prenne avec la pente de plus en plus d’élan et de force6. Ce bief est muni d’un déversoir pour détourner l’eau si cela était nécessaire au cas où, en raison des pluies et des crues, elle viendrait à couler en plus grande abondance qu’on ne le souhaite. Le bief s’ouvre encore sur deux conduites, l’une qui amène l’eau à l’atelier des chaudières, l’autre qui va rafraîchir le pivot de l’arbre de la grande roue qui se trouve à l’intérieur de l’atelier du moulin, une planche servant à amener l’eau sur l’autre pivot. L’eau du bief va pénétrer alors dans une gouttière en bois qu’on nomme buse7. Cette gouttière est soutenue par des piliers de briques ; la partie supérieure en est découverte, et l’extrémité qui est inclinée au-dessus des godets de la roue s’appelle le bec, car c’est par lui que l’eau va frapper les dits godets, et c’est de là que prend naissance et que s’entretient le mouvement de la roue8. Les pivots de l’arbre de cette roue, l’un à l’extérieur et l’autre à l’intérieur de l’atelier du moulin, reposent sur des crapaudines en bois recouvertes d’une plaque de bronze ; ces crapaudines sont soutenues à l’extérieur par deux pieds-droits || 48 ou montants et, à l’intérieur, par deux autres pieds-droits, ainsi que par l’entretoise, c’est-à-dire par la traverse sur laquelle reposent les pivots9. Sur ceux-ci, comme nous l’avons dit, coule sans cesse un petit filet d’eau qui les rafraîchit, afin qu’ils ne prennent pas feu sous l’effet de leur mouvement perpétuel et que leur chaleur soit suffisamment tempérée par l’eau.

12Les bras de la grande roue soutiennent les deux courbes ou circonférences de celle-ci; entre ces courbes, on voit des godets ou cavités qui se creusent au centre de la roue et sont reliés les uns aux autres; leur fond est formé par le fond même de la roue entre ses deux courbes; ils sont maintenus par de nombreuses chevilles de fer dont les pointes sont fixées au moyen de rondelles et de clavettes qu’on enfonce en opposition, afin que ni les courbes ni les godets ne bougent lorsque l’eau tombe dessus et afin que la roue fasse des tours réguliers10.

13Près de la roue, du côté extérieur, se trouvent deux montants hauts et épais, qui servent d’appui à trois traverses dont l’autre extrémité est fixée par ailleurs ; l’une de celles-ci soutient l’extrémité de la gouttière, une autre soutient le bec11, et une autre encore le déflecteur du moulin12. Le déflecteur est une planche légèrement plus large que la roue, longue de dix ou douze empans13, munie de rebords et semblable à un grand plateau. Placé au-dessous du bec, il est fixé à la gouttière par une cheville disposée de telle façon qu’on puisse le faire jouer et remuer sans éprouver de résistance, et c’est pourquoi on fait le trou de la cheville suffisamment large. Dans la partie inférieure du déflecteur, du côté qui va s’appuyer au mur du moulin, se trouve une tige de fer, retenue elle aussi par un anneau de fer ; cette tige pénètre dans une ouverture pratiquée dans ledit mur, avec sa poignée ou manche qui se cheville, à la manière de gonds, sur un poteau appelé mourão ; ainsi est-il possible à quelqu’un qui se trouve à l’intérieur du moulin d’arrêter celui-ci ou de le faire marcher à son gré, en repoussant ou en tirant le déflecteur, car lorsque le déflecteur vient se placer au-dessus des godets, il empêche le bec de la gouttière de mettre la roue en mouvement par la chute de l’eau ; et lorsqu’il découvre à nouveau les godets, la roue recommence à tourner et, avec elle, le || 49 moulin14. Cette disposition est très nécessaire au cas où viendrait à se produire n’importe quel accident, afin d’y remédier très vite et d’écarter tout danger15. On appelle cette planche un déflecteur (pejador) parce qu’on appelle aussi pejar l’arrêt du moulin, et peut-être aussi parce qu’un engenho real a honte (peja)16 d’être ralenti ou arrêté ne fût-ce qu’un instant et de n’être pas toujours, ainsi qu’il se doit, en état de rouler. Voilà pour ce qui concerne la partie extérieure du moulin, là où il prend son mouvement.

14Pénétrons maintenant dans l’intérieur de l’atelier. Voici la façon dont le mouvement se communique au moulin par chacune de ses parties. A l’extrémité intérieure de l’arbre de la grande roue qui, comme nous l’avons dit, pénètre de l’extérieur dans l’atelier du moulin, et près de l’endroit où le pivot repose sur l’entretoise et sur les montants, est fixé un rouet dont le tour est hérissé de dents17. Ce rouet est mis en mouvement par la rotation dudit arbre et, en tournant, il prend successivement dans ses dents les dents d’une autre grande roue placée plus haut, et qu’on appelle balancier ou volant parce que sa façon de tourner en rond dans l’air au-dessus du moulin ressemble au vol d’un oiseau lorsqu’il trace des cercles dans l’air18. Les dents du rouet que j’ai vu étaient au nombre de trente-deux, et celles du balancier au nombre de cent douze19. Comme les bras du balancier pénètrent le « cou » du grand rolle du moulin, c’est par eux que le mouvement se communique à celui-ci20 ; reçu par le grand rolle, qui est entouré de hoches et de dents, le mouvement se communique également à deux autres rouleaux plus petits qui le flanquent de chaque côté, et qui sont eux aussi munis de dents et de hoches de la même manière que nous l’avons dit du grand rolle. C’est au moyen de ces dents et de ces hoches qu’est provoqué le mouvement dont ils accompagnent uniformément le mouvement du grand rolle21.

15Les bras du balancier sont au nombre de huit : quatre en haut et quatre en bas ; pour plus de solidité, ceux d’en bas sont munis de contre-bras22. Les trois rouleaux du moulin sont trois pièces de bois rondes, de corps cylindrique, hautes de cinq empans || 50 et demi pour les deux plus petits, et de six empans pour le plus grand, qui est celui du milieu23 ; ce dernier est d’un diamètre supérieur à celui des autres, et il doit être le meilleur parce que, jouant avec les deux autres qui exercent une pression constante sur ses côtés, il s’use davantage qu’eux24. C’est pourquoi, en bonne règle, les petits rouleaux ont neuf dents et le grand rolle onze ; et pour parler le langage des ouvriers, celui-ci est le seul à avoir un cou et une tête, dont la hauteur est proportionnée à la hauteur du moulin25. Généralement, l’ensemble dudit rouleau arrive à être haut de douze empans26. Sa tête, haute de deux empans et demi, est plus mince que son cou et elle s’engage dans une pièce de bois percée d’un trou qu’on appelle « demoiselle »27, pièce soutenue par deux madriers longs de quarante-deux empans, qui reposent eux-mêmes sur quatre montants hauts de seize empans et épais de quatre, avec leurs entretoises espacées en proportion28. Bien que les deux autres rouleaux plus petits n’aient pas de cou, ils engagent néanmoins leur partie supérieure autant qu’il est nécessaire, par leur pointe ou pivot supérieur, dans des pièces de bois percées de trous qu’on appelle ais ou embasses, de telle sorte qu’ils restent droits et bien fixés29. Les corps des trois rouleaux sont, dans leur moitié inférieure, uniformément revêtus de plaques de fer lisses, clouées au moyen de clous spécialement faits à cet usage et dont la tête carrée est bien aplatie afin qu’ils ne fassent pas saillie hors des plaques30. Sous ces plaques, les corps des rouleaux sont tournés au tour dans du bois d’œuvre, afin qu’ils soient plus solides et plus capables de résister à la pression qu’ils doivent subir pendant qu’on moud les cannes31. Au-dessus des plaques de fer, on voit un cercle ou bande de bois, qui constitue l’autre moitié, non revêtue de fer, du corps de ces mêmes rouleaux. Immédiatement au-dessus vient le cercle des dents en bois d’œuvre qui sont encastrées dans le rouleau, et leurs hoches — c’est-à-dire les creux ou vides qui séparent les dents les unes des autres — de manière que les dents des rouleaux voisins s’y engagent et s’en dégagent tout à tour ; c’est pour cette raison que les dents et les hoches sont absolument égales, à savoir, les les dents en largeur et en hauteur, les hoches en largeur et || 51 en profondeur ; les dents débordent du corps du rouleau de cinq ou six travers de doigt ; elles sont larges d’une main, épaisses de quatre ou cinq travers de doigt, et de forme presque plate, mais arrondie à F extrémité32. Bien qu’entre chaque dent des petits rouleaux il y ait un espace régulièrement mesuré d’un fort empan33, chacune des dents du grand rolle est espacée, en plus de cet empan, de la largeur d’une pièce de deux cruzades. On fait cela pour que les dents des rouleaux collatéraux soient à l’aise et ne s’engrènent pas en même temps, mais les unes après les autres, et pour qu’ainsi se maintienne dans les trois rouleaux le mouvement qu’on recherche. C’est encore pour cette raison que les dents et les hoches d’un rouleau ne doivent pas être en face des dents et des hoches de l’autre, c’est-à-dire qu’à une dent du grand rolle doit correspondre une hoche d’un petit rouleau, et à une dent d’un petit rouleau une hoche du grand rolle. Ainsi que je l’ai dit, les dents sont quelque peu aplaties dans la partie où elles sortent du rouleau, presque rondes à leur extrémité, larges de quatre ou cinq travers de doigt, et épaisses d’autant ; elles pénètrent encore de presque quatre travers de doigt, par leur racine, dans le rouleau où elles sont fixées, sans compter la partie où elles servent de paroi aux hoches, qui sont elles aussi profondes de quatre ou cinq travers de doigt. Au-dessus des dents des petits rouleaux, le tiers de la pièce de bois reste nu, et se termine comme en gradins par deux cercles plus petits revêtus de deux anneaux de fer gros d’un doigt et demi et larges de trois doigts34 ; l’extrémité du rouleau est évidée de telle manière qu’on y fait pénétrer un tampon carré en sapupira merim de deux ou trois empans de côté35. Ce tampon est lui aussi partiellement évidé, et on y enchasse un pivot en fer long de trois empans36 et de la grosseur d’un chevron, enfoncé à force à l’aide d’un marteau en fer. Pour que le pivot et le tampon soient mieux fixés, on fait aux quatre coins du tampon des mortaises, à l’aide d’un coin de fer qu’on enfonce à force à l’aide d’un marteau ; puis on y introduit des coins || 52 en bois d’œuvre plus petits, afin qu’il ne branle pas37. C’est par une combinaison de gradins, d’anneaux, de tampon et de pivot semblable à celle dont nous avons dit que s’achevait la partie supérieure des deux petits rouleaux, que s’achève la partie inférieure de tous les trois. Toutefois, on ajoute à chacun des pivots un œuf de fer recouvert d’acier et de la grosseur d’une pomme, dont la partie supérieure est enchassée dans le pivot sur une profondeur de deux doigts, alors que sa partie inférieure repose par sa pointe sur un autre morceau de fer plat qu’on appelle la platine, et qui, long d’un empan, est revêtu lui aussi d’acier afin de n’être pas percé par les tours incessants qu’y effectue l’oeuf38. Ces trois rouleaux ou corps du moulin, à l’endroit où l’œuf rencontre la platine, reposent sur un madrier qu’on appelle la table, long de quinze ou seize empans39. Pour maintenir avec force et solidité le moulin, il y a quatre pieds-droits, c’est-à-dire quatre montants qui s’élèvent de neuf empans au-dessus du sol et qui sont larges de sept empans40, semblables dans leur office d’étai aux grands pieds-droits et à la demoiselle (ou pièce de bois percée) par où passe la pointe supérieure du grand rolle, lequel, en tant que partie principale du moulin, s’élève au-dessus des rouleaux collatéraux jusqu’à la hauteur que l’on a dite41. D’une extrémité à l’autre de ces pieds-droits, courent deux pièces de bois qu’on appelle les ais, épaisses de presque un empan et longues de vingt42, et sur lesquelles reposent les entretoises qu’on appelle embasses, où se meuvent les rouleaux dans leur partie supérieure43. Sur ces entretoises est appuyée une autre longue plateforme faite de planches, qu’on appelle «aiguilles», et qui servent à maintenir les coins avec lesquels on serre le moulin44.

16L’endroit où l’on dépose les paquets de la canne qui doit immédiatement passer entre les rouleaux pour y être pressée est composé de deux plateaux, un de chaque côté du moulin; ils sont munis d’échancrures ou demi-cercles pour embrasser les rouleaux du moulin, tout en restant aussi éloignés qu’il est nécessaire pour ne pas les gêner dans leur rotation. Et si on rapproche ainsi les plateaux des tambours, c’est afin que les cannes ou les bagasses de canne ne tombent pas près || 53 des pivots, et ne viennent de quelque manière freiner le mouvement, et afin que ne se souille pas le vesou qui sort de la canne pressée45.

Notes

1 Sur ces termes, cf. supra, pp. 60-01 et pp. 76-77, note 1.

2 Soit des piliers d’environ 0,90 m de large sur 4,85 m de haut, espacés de 3,30 m.

3 Littéralement « bois de loi » ou « bois d’aloi ». Cette expression désigne les bois imputrescibles utilisés dans la construction, la charpente, la menuiserie, et correspond approximativement à l’expression française « bois d’œuvre » par laquelle elle sera toujours traduite.

4 Sur la localisation de ces deux ateliers, cf. infra, pp. 182-183, note 2. Selon Loreto Couto (Desagravos do Brasil, p. 174), le moulin devait être installé dans un atelier d’au moins 100 empans carrés (environ 22 m2) : 60 destinés à permettre la rotation du balancier (environ 13,20 m2) et 40 pour le dépôt des cannes (environ 8,80m2).

5 Environ 42,50 m sur 19 m.

6 Cf. Labat, t. III, pp. 239-240 : « On détourne une partie de l’eau de la rivière que l’on coupe avec une chaussée en quelque endroit où l’on est assuré de trouver assez de pente pour la conduire au lieu où l’on propose de faire le moulin, et assez d’élévation pour la faire tomber sur la roue ». Voir aussi Loreto Couto, on. cit., p. 171-172).

7 Selon Labat (ibid.), la gouttière devait être « plus étroite de moitié que la roue [...] du moins à l’endroit où est l’ouverture par où l’eau tombe sur la roue ».

8 Antonil ne précise pas la forme de ce « bec ». Quant à Labat (ibid.), s’il ne désigne pas d’un nom particulier l’extrémité de la gouttière, il précise en revanche qu’à son avis, elle doit « être taillée en portion de cercle, afin que l’eau ne se répande pas en nappes, ce qui diminue considérablement sa force ; au lieu qu’elle se ramasse davantage et son poids joint à la violence de son mouvement et de sa chute, imprime plus de force au mouvement de la roue à mesure que les godets se remplissent ».

9 Décrivant « le bout de l’arbre qui sert d’axe à la grande roue », Labat (t. III, p. 246) précise que « cette extrémité est soutenue par un châssis planté en terre à un pied de distance du bout de celui qui porte la table et les tambours, faisant une ligne droite avec eux. Ce chassis est composé de deux montants et de deux entretoises ; l’entre-toise supérieure porte la crapaudine dans laquelle tourne le pivot de l’arbre ». Voir aussi Loreto Couto, op. cit., p. 172.

10 Cf. Labat, t. III, pp. 238-239. Antonil ne donne pas le diamètre de la roue, mais Loreto Couto (op. cit., p. 173) en évalue la circonférence à cent empans, soit environ 22 m, ce qui correspond à un diamètre de 7 m environ. C’est à peu de chose près le diamètre indiqué par Labat pour les roues employées aux Antilles : « dix-huit à vingt-deux pieds », soit 5, 75 m à 7 m environ (Labat, t. III, p. 235).

11 Le texte d’Antonil contient ici une erreur manifeste puisque, quelques lignes plus haut, l’auteur annonçait seulement « trois traverses », et que son énumération détaillée nous conduit maintenant à un total de quatre. C’est pourquoi, dans la traduction, j’ai cru nécessaire de rétablir une certaine cohérence et de limiter à une seule le nombre des traverses qui soutenait le bec de la gouttière.

12 Pejador, variante de pejadouro, forme plus couramment employée au Portugal. Je n’ai pas trouvé d’équivalent à ce mot dans la terminologie technique française, et en ai donné la traduction qui m’a semblé la plus appropriée.

13 Soit 2,20 m à 2,45 m. L’iconographie relative aux moulins à sucre et aux roues à eau qui les mouvaient ne comporte jamais de figure de cette pièce, dont la description faite par Antonil est peu claire et peu précise. Ce type de déflecteur ne correspond ni à ceux qui sont relevés par Jorge Dias, Ernesto Veiga de Oliveira et Fernando Galhano dans leur étude sur les Sistemas primitivos de moagem em Portugal, I Moinhos de água e azenhas, pp. 34-36, ni à celui que décrit Labat, t. III, p. 245. Cependant, on peut conclure que, fixé par une cheville sous l’extrémité de la gouttière d’adduction d’eau de manière à en constituer un prolongement mobile qui amène l’eau à tomber au-delà de la roue (position de déflection permettant d’arrêter le mouvement de la roue), le déflecteur formait normalement avec la gouttière un angle d’environ 45° et s’appuyait alors contre le mur de l’atelier du moulin, laissant ainsi l’eau tomber directement de la gouttière sur la roue.

14 Cf. note précédente.

15 En particulier, au cas où l’une des esclaves chargées de présenter les cannes au moulin avancerait imprudemment ses mains et les ferait prendre entre deux rouleaux en même temps que les cannes. Cependant Labat (t. III, p. 245) remarquait avec justesse que « comme il y a toujours des godets pleins d’eau qui par leur poids font encore tourner la roue, le mouvement violent qui lui avoit été imprimé ne cesse pas aussitôt que la cause qui l’a produit a cessé d’agir, et ne laisseroit pas d’écraser ceux qui auroient le malheur d’y être pris, même après que l’ouverture est fermée ». C’est pourquoi il avait imaginé de faire aménager le déflecteur de la gouttière d’adduction d’eau de telle manière que l’eau retombant sur l’autre côté de la roue, « rompoit son mouvement, ce qui donnoit le moyen de retirer ou de coupelles membres engagez entre les tambours et d’empêcher la perte du reste du corps. »

16 Nouveau jeu de mots intraduisible qui porte sur un triple sens du verbe pejar : mettre un obstacle, d’où « arrêter », et avoir honte. Seul le verbe français « embarrasser » pourrait rendre compte, au moins partiellement, d’un tel jeu de mots, mais il ne permettrait pas une traduction satisfaisante.

17 C’est le rouet qui « sert de roue de rencontre » décrit par Labat, t. III, pp. 246-248. Selon Loreto Couto (Desagravos do Brasil, p. 173), la circonférence de cette roue était égale au tiers de celle de la roue à eau, et n’était maintenue que par quatre bras. Si nous admettons un diamètre de 7 m pour la roue à eau, le diamètre du rouet devait donc être de 2,30 m environ. Quant aux dents qui y étaient encastrées, elles étaient longues d’un empan, soit de 22 cm environ.

18 Une description de cette roue est faite par Labat, t. III, p. 251, et accompagnée d’une figure, id., p. 246. Selon Loreto Couto (op. cit., p. 173), les dimensions du balancier étaient égales à celles de la roue à eau ; son diamètre était donc de 7 m.

19 Le rapport entre les dents du balancier et celles du rouet est généralement combiné de telle façon que pour un tour du balancier, le rouet et la roue à eau font trois ou quatre tours. Loreto Couto (op. cit., p. 173) note un rapport de 3 pour 1 ; Yilhena (Notícias soteropolitanas..., I, p. 198) note respectivement 32 et 96 dents, soit un rapport de 3 pour 1 ; Labat (t. III, pp. 250-251), 24 et 96 dents, soit un rapport de 4 pour 1. Or le nombre de dents compté par Antonil — 32 pour le rouet et 112 pour le balancier — ne permet pas d’établir un rapport exact. Comme il est très improbable qu’Antonil se soit trompé, il semble qu’il y ait ici une erreur de typographie, par suite de chiffres mal écrits, car il est facile de prendre un 7 pour un 2 et un 1 pour un 2. En ce cas, la correction pourrait être la suivante : 37 dents pour le rouet, et 111 pour le balancier, ce qui donne un rapport de 3 pour 1.

20 Sur la traduction de passam pelo pescoço do eixo grande, cf. infra, note 22. Quant au terme eixo, qui signifie littéralement « axe » ou « arbre », il a également posé un problème de traduction. En effet, dans la terminologie employée par Antonil, selon que ce terme est seul ou dans les expressions composées, il sert à désigner trois pièces du moulin, et trois parties différentes de l’une de ces pièces. La suite de ce chapitre oppose l’eixo grande aux deux eixos collaterais, et nous montre que si ces trois eixos sont dotés d’un « corps » (corpo), seul l'eixo grande possède un « cou » (pescoço) — terme qui désigne la partie de l’eixo qui prend son mouvement dans celui du balancier —, ainsi qu’une « tête » (cabeça), comme on le verra infra, pp. 176-177 et note 25. Une comparaison avec la terminologie en usage aux Antilles était donc nécessaire. En se référant à Labat (t. III, pp. 187-191), on voit alors que les eixos correspondent aux « rouleaux », mais que le rouleau central (eixo grande, d’Antonil) porte le nom de « grand rolle » ou de « grand arbre », les rouleaux latéraux (eixos collaterais) étant les « petits rouleaux ». Cependant, lorsqu’il considère la partie de ces rouleaux qui, pour moudre les cannes, est revêtue d’un « tambour » en fer, Labat parle de « grand tambour » pour le grand rolle, et de « petits tambours » pour les petits rouleaux, et c’est ce qu’Antonil désigne sous le nom de corpos dos eixos. Il était tentant de suivre ici encore la terminologie de Labat, mais alors l’image du « corps » du rouleau, surmonté d’un « cou » et d’une « tête », disparaissait. Et d’ailleurs ces deux derniers termes n’avaient pas de correspondants dans la terminologie de Labat. C’est pourquoi, malgré leur commodité, les expressions « tambours », « grand tambour » et « petit tambour » ont été rejetées, et seules les expressions de « rouleaux », « petits rouleaux » et « grand rolle » ont été retenues dans cette traduction.

21 L’ensemble de ces trois rouleaux constitue donc le moulin proprement dit, et sera longuement décrit quelques lignes plus loin.

22 La comparaison de la description trop brève d’Antonil avec celle que fait Labat, en l’accompagnant d’une gravure (t. III, pp. 249-250 et planche entre les pp. 246-247) ne permet pas de résoudre la double difficulté qui est contenue dans cette phrase d’apparence pourtant simple, d’une part à cause de l’imprécision d’Antonil sur la disposition des bras du balancier, d’autre part à cause de l’équivalent français à donner au terme contraspa. En effet, «as aspas da volandeira passam pelo pescoço do eixo grande» peut signifier ou bien que les bras du balancier s’appuient contre le cou du grand rolle, ou bien qu’ils le traversent, ou bien qu’ils le pénètrent. Me référant à de nombreuses représentations du balancier dans une iconographie de la fin du xviie siècle qui, malheureusement, ne concerne que les pays d’Europe, c’est cette dernière signification qui m’a paru la plus vraisemblable et que j’ai donc adoptée. Quant au terme de contraspa, ignoré par tous les dictionnaires portugais anciens ou modernes, il posait également un problème de traduction. On sait que, dans un type de roue tel que le balancier, les quatre bras supérieurs ont pour seul rôle d’empêcher une déformation de la circonférence de la roue, et que ce sont les quatre bras inférieurs qui portent tout le poids de la roue et qui sont soumis aux forces les plus grandes. Il était donc normal que ces bras inférieurs soient renforcés, ainsi qu’on peut le voir sur diverses gravures. Antonil ne précisant pas le système adopté pour cela, c’est le terme très général de «renforcement» que j’ai retenu pour traduire contraspa.

23 Environ 1,20 m pour les petits rouleaux et 1,32 m pour le grand rolle. Il est regrettable qu’Antonil n’ait pas cru devoir en indiquer le diamètre. Mais on verra infra, p. 177, note 30, qu’il est possible de l’évaluer à 0,80 m pour les petits, et 0,95 m pour le grand.

24 Le type de moulin ainsi décrit par Antonil était déjà abandonné aux Antilles à la même époque. Labat (t. III, p. 189), dit en effet que « les premiers moulins qui avoient été faits aux Isles avoient le tambour du milieu beaucoup plus gros que les deux autres. On prétendoit avoir de bonnes raisons pour cela [...] mais comme on a reconnu depuis que cette grosseur causoit plus d’incommodité qu’elle n’apportoit de profit, on fait à présent les trois tambours égaux et d’une épaisseur raisonnable : cependant ceux des cotez ont toujours conservé le nom de petits tambours ». Les moulins successivement décrits, au milieu du xviiie siècle, par Loreto Couto (Desagravos do Brasil, p. 173) et, au début du xixe siècle, par Vilhena (Notícias soleropolitanas..., I, p. 198) sont du type décrit par Labat, à trois cylindres égaux.

25 Par ce terme imagé, on désigne donc la partie supérieure du grand rolle qui, surmontant le balancier, s’engage dans la pièce de bois de soutien appelée « demoiselle ». En regroupant les différentes mesures données par Antonil, on peut déduire que le « cou » est long de trois empans et demi, soit 0,77 m environ. Quant à la « tête », ainsi qu’il le dit quelques lignes plus loin, elle mesure deux empans et demi, soit 0,57 m environ.

26 Environ 2,64 m.

27 Cf. Labat, t. III, pp. 251-252 : « L’arbre du grand rolle n’est pas si long dans les moulins à eau que dans les autres. On ne lui donne que six ou sept pieds au-dessus du chassis » [environ 1,92 m à 2,24 m]. « Son extrémité arrondie ou portant un pivot de fer passe dans une demoiselle ». L’utilité de cette dernière pièce est de « tenir l’arbre droit sans qu’il puisse aller ni venir ni pancher de côté ou d’autre en tourtournant» (id., ibid., p. 192).

28 Les madriers sont longs d’environ 9,25 m, et les montants épais de 0,90 m et hauts de 3,30 m environ. La description de ce châssis correspond à peu près à celle, plus riche en détails techniques, qu’en fait Labat (t. III, p. 252) : la demoiselle « est soutenue et attachée avec quatre chevilles de fer, des rondelles et des goupilles, sur les deux traverses d’un grand chassis de douze à quinze pieds de haut [3,84 m à 5,25 m], composé de quatre poteaux d’un pied en quarré [0,32 m X 0,32 m], enfoncez en terre de sept à huit pieds [2,24 m à 2,56 m], bien appuyez sur une solle aussi en terre, et liez ensemble par de fortes entre-toises ».

29 Littéralement « tables ou chats ». Ces termes ne figurent dans aucun dictionnaire avec le sens qu’ils ont ici. Il convient d’ailleurs de noter qu’ils ne sont pas synonymes, comme Antonil le laisse croire. En effet, décrivant le châssis du moulin dans un autre passage (infra, pp. 180-181), Antonil précisera que les mezas sont d’épais madriers sur lesquels reposent les traverses appelées gatos, traverses percées de trous où se meuvent les extrémités supérieures des petits rouleaux. C’est alors Labat (t. III, pp. 184-185 et 197) qui permet de suggérer la traduction de meza par « ais » et de gato par « embasse ». L’embasse désigne une « pièce de bois large de huit à dix pouces », où sont enchassés les pivots des petits arbres, tant supérieurs qu’inférieurs.

30 Selon Estevão Pereira, dans sa description de l’habitation de Sergipe do Conde en 1637 (infra, Document n° III), l’ensemble des rouleaux était revêtu de 90 plaques de fer ou plus, larges de 5 travers de doigt, longues de presque trois empans [environ 66 cm] et épaisses d’un demi-travers de doigt, et l’on employait pour les faire dix quintaux du fer le meilleur. 11 arrivait d’ailleurs qu’au cours d’une roulaison on fût obligé de changer certaines d’entre elles. Si l’on évalue les « 5 travers de doigt » à 9 cm, c’est une circonférence totale de 8,10 m que ces plaques venaient à couvrir. Sachant que le diamètre du grand rolle est supérieur à celui des deux petits rouleaux, on pourrait attribuer au corps de ces trois rouleaux, c’est-à-dire à leur partie la plus large, les diamètres approximatifs suivants : 0,95 m pour le grand rolle et 0,80 m pour chacun des petits rouleaux. Une comparaison avec Labat (t. III, p.187) montre alors qu’aux Antilles les rouleaux, ou plutôt les tambours de fer qui revêtaient les rouleaux, étaient inférieurs de moitié aux rouleaux employés au Brésil. Mais cette différence n’est pas surprenante, étant donné la différence de technique employée dans la construction de ces rouleaux dans l’un et l’autre pays. Aux Antilles, en effet, le tambour de fer était une seule pièce fondue en forme de cylindre, que venait remplir le rouleau lui-même, le vide entre le tambour et le rouleau étant comblé avec des « serres de fer, afin que le tambour tienne bien au rouleau, sans pouvoir en sortir et sans pancher de côté ni d’autre ».

31 Il semble qu’Antonil ait commencé sa phrase avec l’intention de dire que les corps des rouleaux devaient être tournés au tour pour être parfaitement cylindriques ; mais qu’il se soit en même temps souvenu qu’il n’avait pas précisé la nature du bois dont les rouleaux devaient être faits. Le résultat de cette superposition d’idées est une phrase obscure, dont j’ai cependant essayé de donner une traduction satisfaisant à la fois aux exigences des termes portugais et de la clarté du texte.

32 Cf. Labat, t. III, pp. 193-194 : « Comme il ne serviroit de rien de faire tourner l’arbre et le grand tambour si ceux des cotez demeuroient immobiles, on les garnit tous trois de dents qui s’engrenant les unes dans les autres font que les petits tambours se meuvent dès que le grand est en mouvement. Ces dents s’enchassent sur la circonférence des rouleaux dans des mortoises de trois pouces de haut sur deux pouces de large [81 mm X 54 mm], dont le commencement de l’ouverture est à trois pouces au-dessus des tambours [c’est-à-dire à 8 cm au-dessus du revêtement de fer] [...] La profondeur des mortoises doit être de cinq pouces [13,5 cm] et la longueur entière de la dent de neuf [24,3 cm], de maniere qu’elles sortent du rouleau de quatre pouces [10,8 cm]. Ce qui suffit afin qu’elles s’engrenent suffisamment les unes dans les autres [...] Afin de faciliter leur mouvement et leur rencontre, on coupe leurs vives arrêtes et on les arrondit un peu selon leur hauteur, de sorte que leur bout fait comme un demi-cercle ». Antonil précise un peu plus loin que les dents étaient en bois de messetauba, c’est-à-dire de gaïac (cf. infra, pp. 190-191 et note 7).

33 Environ 22 cm. Cf. Labat, t. III, p. 193 : « Avant que de marquer où les dents doivent être placées, on partage toute la circonférence en parties égales, de deux en deux pouces, afin qu’il y ait autant de plein que de vuide, c’est-à-dire autant de dents que d’espaces vuides entr’elles ».

34 En effet, Loreto Couto (Desagravos do Brasil, p. 173) signale que les deux petits rouleaux sont « argolados nas cabeças de sorte que se não abrão ». Ce renforcement de l’extrémité supérieure était nécessaire puisque seule la moitié inférieure du corps du rouleau était revêtue de plaques de fer. Cf. Labat, t. III, pp. 190-191 : « Comme le bois pourroit éclater par le bout, on le garnit d’un cercle de fer de deux pouces de large et de neuf à dix lignes d’épaisseur, que l’on fait entrer dans le bois de manière qu’il ne déborde point : il sert à l’entretenir et à empêcher qu’il ne fende par l’effort des serres que l’on y fait entrer pour affermir le pivot ».

35 Environ 0,44 m à 0,66 m.

36 Environ 0,66 m.

37 Cf. Labat, t. III, p. 190 : « [Le pivot] est de fer, ses deux extrémités sont rondes et cette rondeur est d’environ trois pouces de diamètre à chaque bout [...] Celui d’en haut est plein [...] On assure le pivot dans le rouleau avec des serres de fer dessus et dessous, et on en enfonce même quelques-unes dans l’épaisseur du rouleau, haut et bas, pour tenir le pivot plus fortement attaché au rouleau ». Voir aussi Loreto Couto, op. cit., p. 173.

38 Cf. Labat, t. III, p. 183 : « Le bout du pivot est percé d’une ouverture barlongue de dix sur quinze à seize lignes, dans laquelle on fait entrer la queue d’un morceau de fer, gros comme la moitié d’un œuf d’Oye, dont la pointe qui est acerée repose sur une platine de fer aceré, longue de six pouces et large de trois, sur le milieu de laquelle on a pratiqué deux ou trois petits enfoncements pour déterminer la pointe de l’œuf à s’y arrêter, sans varier de côté ni d’autre en roulant ». Voir aussi Loreto Couto, op. cit., p. 173. C’est la comparaison du texte d’Antonil avec celui de Labat qui, ici encore, m’a suggéré la traduction des termes de pião (littéralement « toupie ») et mancal (dont les dictionnaires fournissent seulement une définition) par ceux de « œuf » et de « platine ».

39 De 3,30 m à 3,52 m environ. Le terme de ponte, littéralement « pont », a été traduit par « table », afin de suivre le vocabulaire technique des Antilles (cf. Labat, t. III, p. 182). Cette pièce devait être particulièrement épaisse et solide puisque c’est elle qui recevait tout le poids des trois rouleaux du moulin, et qui devait résister au travail intense auquel la soumettait leur rotation. Elle était fixée au châssis du moulin, ainsi que va l’expliquer Antonil.

40 Soit des montants hauts de 1,98 m et larges de 1,54 m. Labat (t. III, p. 181) parle également de « quatre poteaux », mais dont les dimensions sont sensiblement différentes en largeur comme en hauteur (2,24 m de haut sur 0,27 m de large).

41 L’arbre du grand rolle dépassait le corps des petits rouleaux de « six empans et demi », soit de 1,54 m. Cf. supra, pp. 176-177.

42 Soit de 2,20 m sur 0,22 m environ.

43 Cf. supra, pp. 176-177 et note 29.

44 Ce système de fixation est différent de celui qui était en usage aux Antilles,, et la comparaison avec la description de Labat (t. III, p. 198) ne m’a pas fourni le terme susceptible de traduire agulhas autrement que littéralement : « Afin de ne rien négliger de tout ce qui peut contribuer à la solidité du moulin, on taille de telle sorte les entre-toises qui portent les crapaudines du haut des petits tambours qu’on laisse à une de leurs extrémitez une épaisseur de deux pouces de leur même bois, et on arrête l’autre par le moyen d’une cheville de fer qui la traverse et qui l’accolle de telle sorte qu’elle fait l’effet d’une entre-toise. On remplit le reste du vuide de la mortoise avec des coins dont on augmente ou diminue le nombre à proportion que l’on veut tenir le rolle serré ou lâché, pourvu qu’il soit bien à plomb : car sans cela on s’exposeroit à voir sauter toutes les dents et à faire gâter les œufs et les platines sur lesquelles ils roulent ».

45 Cf. Labat, t. III, pp. 198-199.

Table des illustrations

Légende Moulin a suche mû par l’eau(extrait de Alceu Maynard Araújo, Folclore Nacional, III, p. 386).
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/3992/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 392k

© Éditions de l’IHEAL, 1968

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

amazon.fr