Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Cultura e opulencia do Brasil por suas drogas e minas

 | 
André Joao Antonil

Livre II

[41] Capitulo III. Dos inimigos da canna em quanto está no cannayeal

Texte intégral

1As inclemencias do ceo são o principal inimigo que tem as cannas, assim como os outros frutos & novidades da terra, querendo Deos com muita razão que se armem contra nós os elementos por castigo das nossas culpas ou para exercicio da paciencia ou para que nos lembremos que elle he o author & o conservador de todas as cousas, & a elle recorramos em semelhantes apertos.

  • 1 On a déjà vu que la canne à sucre veut un climat chaud et humide (supra, p. 148, note 1 et p. 154, (...)
  • 2 Sur les sarclages, cf. supra, pp. 154-157 et p. 155, note 9.
  • 3 Labat, t. III, p. 162, et Vilhena, Notícias soteropolitanas..., I, p. 178, consacrent eux aussi que (...)
  • 4 On peut voir par exemple, dans un alvará de D. Pedro II en date du 27 février 1701, les recommandat (...)

2Os cannaveaes nos outeiros resistem mais às chuvas quando são demasiadas; porém são os primeiros a queixar-se da secca. Pelo contrario, as varzeas não sentem tam depressa a força do excessivo calor, mas na abundancia das aguas chorão primeiro suas perdas. A canna da Bahia quer agua nos mezes de Outubro, Novembro & Dezembro, & para a planta nova em Fevereiro; & quer tambem successivamente sol, o qual commummente não falta; assim não faltassem nos sobreditos mezes as chuvas1. Porém o inimigo mais molesto & mais continuo & domestico da canna he o capim, pois mais ou menos até o fim a persegue. E por isso, tendo o plantar & o cortar seus tempos certos, o alimpar obriga aos escravos dos lavradores a irem sempre com a enxada na mão; & acabada qualquer outra occupação fóra do cannaveal, nunca se mandão de balde a alimpar2. Exercicio que deveria ser tambem continuo nos que tratão da boa creação dos filhos & da cultura do animo. E ainda que só este inimigo baste por muitos, não faltão outros de não menor enfado || 42 & molestia. As cabras, tanto que a canna começa a apparecer fóra da terra, logo a vão envestir; os boys & os cavallos ao principio lhe comem os olhos, & depois a derrubão & a pizão; os ratos & os porcos a roem; os ladroens a furtão a feixes; nem passa rapaz ou caminhante que se não queira fartar & desenfadar à custa de quem a plantou3. E posto que os lavradores se accommodem de qualquer modo a sofrer os furtos pequenos dos frutos do seu suor, vem-se às vezes, obrigados de huma justa dor, a matar porcos, cabras & boys que outros não tratão de divertir & guardar nos pastos cercados ou em parte mais remota, ainda depois de rogados & avisados que ponhão cobro a este dano4. Donde se seguem queixas, inimizades & odios que se rematão com mortes ou com sanguinolentas & afrontosas vinganças. Por isso, cada qual trate de defender os seus cannaveaes & de evitar occasioens de outros se queixarem justamente do seu muito descuido, medindo os danos alheyos com o sentimento dos proprios.

[41] CHAPITRE III. DES ENNEMIS DE LA CANNE TANDIS QU’ELLE EST DANS LA CANNAIE

3Les inclémences du ciel sont le principal ennemi des cannes aussi bien que des autres fruits et produits de la terre, car Dieu veut, à juste raison, que les éléments se déchaînent contre nous pour nous punir de nos fautes, ou bien pour exercer notre patience, ou bien encore pour que nous nous souvenions qu’il est le créateur et le gardien de toutes choses, et pour que nous ayons recours à Lui en de semblables difficultés.

4Les cannaies des collines résistent davantage aux pluies lorsque celles-ci sont excessives ; mais elles sont cependant les premières à se plaindre de la sécheresse. Au contraire, les plaines n’éprouvent pas aussi vite la violence d’une excessive chaleur, mais c’est dans l’abondance des eaux qu’elles commencent à pleurer leurs pertes. La canne de Bahia veut de l’eau pendant les mois d’octobre, de novembre et de décembre, et, pour les nouveaux plants, en février ; elle a aussi besoin de soleil tout de suite après, ce qui d’ordinaire ne manque pas ; puissent ainsi, pendant les mois susdits, les pluies ne pas manquer1. Cependant l’ennemi le plus gênant, le plus constant et le plus familier de la canne est la mauvaise herbe : elle la poursuit en effet presque jusqu’à la fin. C’est pourquoi, tandis que la plantation et la récolte se font à des époques fixes, le sarclage, lui, oblige les esclaves des cultivateurs à toujours garder la houe à la main ; dès qu’ils ont fini n’importe quel autre travail en dehors de la cannaie, il n’est jamais vain de les envoyer sarcler2. Exercice qui devrait être aussi continuel chez ceux qui s’emploient à la bonne éducation de leurs enfants et à l’élévation de leur âme. Et bien que, à lui seul, cet ennemi compte pour plusieurs, il n’en manque pas d’autres qui ne sont pas moins gênants || 42 et ennuyeux. Les chèvres vont attaquer la canne dès que celle-ci commence à poindre hors de terre ; les bœufs et les chevaux se mettent à lui manger ses bourgeons, puis ils la renversent et la piétinent ; les rats et les porcs la rongent ; les voleurs la volent par bottes ; et il ne passe ni gamin ni piéton qui ne se veuille rassasier et distraire aux dépens de qui l’a plantée3. Et bien que d’une certaine manière, les cultivateurs s’accommodent des larcins dont sont l’objet les fruits de leur sueur, ils se voient parfois contraints, par une juste indignation, de tuer les porcs, les chèvres et les bœufs que les autres cultivateurs ne s’occupent pas de détourner des plantations et de garder dans des pâturages clos ou dans un endroit plus éloigné, même après avoir été priés et avertis d’avoir à mettre fin à ce dommage4. Il s’ensuit des plaintes, des inimitiés et des haines qui finissent par des meurtres ou par des vengeances sanglantes et honteuses. Que chacun s’efforce donc de défendre ses champs de cannes et d’éviter que d’autres aient à se plaindre, à juste titre, de son excessive négligence, et qu’il mesure les dommages faits à autrui comme si c’étaient les siens propres.

Notes

1 On a déjà vu que la canne à sucre veut un climat chaud et humide (supra, p. 148, note 1 et p. 154, note 5).

2 Sur les sarclages, cf. supra, pp. 154-157 et p. 155, note 9.

3 Labat, t. III, p. 162, et Vilhena, Notícias soteropolitanas..., I, p. 178, consacrent eux aussi quelques lignes à ces ennemis de la canne.

4 On peut voir par exemple, dans un alvará de D. Pedro II en date du 27 février 1701, les recommandations faites aux habitants des trois capitaineries de Camamu afin que le bétail qu’ils élevaient pour leur service domestique soit mis dans des pâturages entourés de clôtures si solides qu’il ne puisse en sortir et aller provoquer des dommages dans les champs cultivés voisins (Biblioteca Geral da Universidade de Coimbra, ms 706, f. 47).

© Éditions de l’IHEAL, 1968

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

amazon.fr