Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Cultura e opulencia do Brasil por suas drogas e minas

 | 
André Joao Antonil

Livre II

Capitulo II. Da planta & limpas das cannas, & da diversidade que ha nellas

Texte intégral

  • 1 Cf. Labat, t. III, p. 141.
  • 2 C’est-à-dire des sillons de 35 cm de profondeur sur 45 cm de largeur. Cf. Piso, Historia natural e (...)
  • 3 Selon Labat, t. III, p. 148, « les têtes des cannes plantées ne produisent jamais d’aussi belles c (...)
  • 4 Cf. Vilhena, Notícias soteropolitanas..., I, p. 178 : « O tempo mais proprio para plantação das ca (...)

1Feita a escolha da melhor terra para a canna, roça-se, queima-se & alimpa-se, tirando-lhe tudo o que podia servir de embaraço1. E logo abre-se em regos altos palmo & meyo & largos dous2, com seu camalhão no meyo, para que nacendo a canna não se abafe. E nestes regos ou se plantão os olhos em pé, ou se deitão as cannas em pedaços tres ou quatro palmos compridos3. E se for canna pequena, deita-se tambem inteira, huma junta à outra, ponta com pé. Cobrem-se com a terra moderadamente. E depois de poucos dias, brotando pelos olhos, começão pouco a pouco a mostrar sua verdura à flor da terra, pegando facilmente & crecendo mais ou menos conforme a qualidade da terra & o favor ou contrariedade dos tempos4. Mas se forem muito juntas, ou se na limpa lhes chegarem muito a terra, não poderão fdhar como he bem.

  • 5 Par « terres hautes de Bahia », Antonil désigne les collines aux pentes douces qui marquent le rel (...)
  • 6 Cf. Labat, t. III, p. 318 : « Toutes les terres [...] qui sont neuves, c’est-à-dire qui n’ont jama (...)
  • 7 C’est-à-dire hautes de 1,50 m à 2 m. Sur les rejetons de ces cannes venues en terre neuve, Labat o (...)

2A planta da canna nos lugares altos da Bahia começa desde as primeiras aguas no fim de Fevereyro ou nos principios || 39 de Março, & se continua até o fim de Mayo; & nas baixas & varzeas (que são mais frescas & humidas) planta-se tambem nos mezes de Julho & Agosto & por alguns dias de Setembro5. Toda a canna que não for secca ou viciada nem de cannudos muito pequenos serve para plantar. De ser a terra nova & forte segue-se o crecer nella a canna muito viçosa, & a esta chamão canna brava, a qual a primeyra & segunda vez que se corta não costuma fazer bom assucar, por ser muito aguacenta. Porém dahi por diante, depois de esbravejar a terra, ainda que creça extraordinariamente he tam boa no rendimento como fermosa na apparencia6, & destas às vezes se achão algumas altas sete, oito & nove palmos7, & tam bem postas no cannaveal como os capitaens nos exercitos.

  • 8 Je n’ai pu trouver de référence à cette explication sur l’origine des barbes des cannes, ni dans l (...)
  • 9 Tous ceux qui ont traité de la culture de la canne à sucre insistent sur l’importance des sarclage (...)

3A melhor canna he a de cannudo comprido & limpo, & as que tem cannudos pequenos & barbados são as peyores. Nace o terem cannudos pequenos ou da seca ou do frio, porque huma & outra cousa as apertão; & o terem barbas procede de lhes faltarem com alguma limpa a seu tempo8. Começa-se a alimpar a canna tanto que tiver monda ou herva de tirar. No inverno, a herva que se tira torna logo a nacer, & as limpas mais necessarias são aquellas primeiras que se fazem para que a canna possa crecer & o capim a não afogue, porque depois de crecida vence melhor as hervas menores9. E assim vemos que os primeiros vicios são os que botão a perder hum bom natural. As cannas que se plantão nos outeiros são ordinariamente mais limpas que as que se plantão nas varzeas, porque assim como o correr a agua do outeiro he causa que se não criem nelle tam facilmente outras hervas, assim o ajuntar-se ella na varzea he causa de ser esta sempre muito humida & conseguintemente muito disposta para crear de novo o capim.

4Por isso em humas terras às vezes não bastão tres limpas || 40 & em outra o lavrador com a segunda descança, conforme os tempos mais ou menos chuvosos. Assim como ha filhos tam dóceis que com a primeira amoestação se emendão, & para outros não bastão repetidos castigos.

  • 10 Cf. Coutinho, Memoria sobre o preço do assucar, pp. 185-186 : « Os que tem conhecimento das planta (...)
  • 11 Telle n’est pas l’opinion de Labat (t. III, pp. 168-169). Il soutient en effet que les « terres ne (...)
  • 12 Cf. Piso, História natural e médica da India ocidental, p. 254 : « Tarefa é o espaço de terra de c (...)

5As socas tambem (que são as raizes das cannas cortadas a seu tempo, ou queimadas por velhas, ou por cahidas de sorte que se não possão cortar, ou por desastre) servem para planta. Porque se não morrerem pelo muito frio ou pela muita seca, chegando-lhes a terra tornão a brotar, & podem desta sorte renovar ao cannaveal por cinco ou seis annos & mais10. Tanto val a industria para tirar proveito ainda do que pareceria inutil & se deixaria por perdido. Verdade he que, cançando a terra, perde tambem a soca o vigor, & depois de seis ou sete annos a canna se acanha & facilmente se murcha, até ficar secca & azougada11. E por isso não se ha de pertender da terra nem da soca mais do que pode dar, particularmente se não for ajudada com algum beneficio; & a advertencia do bom lavrador consiste em plantar de tal sorte successivamente a canna que cortando-se a velha para a moenda, fique a nova em pé para a safra vindoura, & desta sorte alimente com a sua verdura a esperança do rendimento que se prepara, que he o premio do seu continuado trabalho. Plantar huma tarefa de cannas he o mesmo que plantar no espaço de trinta braças de terra em quadra12. Finalmente, porque a diversidade das terras & dos climas pede diversa cultura, he necessário informar-se & seguir o conselho dos velhos, aos quaes ensinou muito o tempo & a experiencia, perguntando em tudo o que se duvidar para obrar com acerto.

CHAPITRE II. DE LA PLANTATION DES CANNES ET DE LEURS SARCLAGES. DES DIVERSITÉS QU’ELLES PRÉSENTENT

6Une fois choisie la meilleure terre pour la canne, on la défriche, on la brûle et on l’essarte, arrachant tout ce qui pouvait gêner la culture1. Puis on y creuse des sillons d’un empan et demi de profondeur et de deux empans de largeur2, en ménageant des ados entre chacun d’eux afin qu’au moment de sa naissance la canne ne soit pas étouffée. Ou bien on plante les yeux des cannes debout dans les sillons, ou bien on y couche des tronçons de canne longs de trois ou quatre empans3 ; si les cannes sont petites, on les y couche aussi entières, les unes à la suite des autres, bout à bout. Ensuite, on les recouvre de terre modérément. Quelques jours plus tard, jaillissant des nœuds, les cannes commencent petit à petit à montrer leur verdure à fleur de terre ; elles prennent facilement et croissent plus ou moins selon la qualité du terrain et selon que la saison est favorable ou contraire4. Mais si elles sont trop rapprochées les unes des autres ou bien si, en les sarclant, on les chausse trop, elles ne pourront pas rejetonner comme il faut.

7Dans les terres hautes de Bahia, la plantation de la canne commence avec les premières pluies, à la fin de février ou au début || 39 de mars, et elle se poursuit jusqu’à la fin de mai ; dans les dépressions et dans les basses plaines, qui sont plus fraîches et plus humides, on plante aussi pendant les mois de juillet et d’août et pendant quelques jours de septembre5. Toute canne qui n’est ni sèche ni abîmée ou qui n’a pas de tiges trop petites, est bonne à planter. Quand la terre est neuve et forte, la canne y pousse avec beaucoup de vigueur, et on l’appelle « canne sauvage » ; la première et la deuxième fois qu’on la coupe, elle ne donne habituellement pas un bon sucre, car elle est très aqueuse. Mais par la suite, la terre s’étant assagie, bien que la canne continue à pousser de façon extraordinaire, elle a aussi bon rendement que belle apparence6. Et l’on trouve parfois de ces cannes hautes de sept, huit et neuf empans7 et qui se tiennent aussi droites dans la cannaie que capitaines au milieu de leurs troupes.

8La meilleure canne est celle à tige longue et lisse ; celles qui ont des tiges petites et barbues sont les plus mauvaises. Le fait d’avoir de petites tiges provient soit de la sécheresse soit du froid, car l’un et 1'autre les empêchent de grandir ; et le fait d’avoir des barbes provient de ce qu’il leur a manqué un sarclage en temps utile8. On commence à sarcler la canne dès qu’il y a de mauvaises herbes à enlever. En hiver, sitôt enlevée, l’herbe se remet à pousser ; les sarclages les plus nécessaires sont donc les premiers, afin que la canne puisse pousser et que la mauvaise herbe ne l’étouffe pas ; quand elle a grandi, en effet, elle triomphe plus aisément des herbes plus petites qu’elle9. De même observons-nous que les premiers vices sont ceux qui conduisent à sa perte un bon naturel. Dans les cannes qu’on plante sur les collines, il y a ordinairement moins de mauvaises herbes que dans celles qu’on plante dans les basses plaines, car de même que les eaux de la colline, en s’écoulant, empêchent d’autres herbes d’y pousser avec autant de facilité, de même, en se réunissant dans les fonds, elles sont cause que ceux-ci sont toujours très humides et, par conséquent, très disposés à ce que la mauvaise herbe pousse. C’est pourquoi, dans certaines terres, il arrive que trois sarclages ne suffisent pas, || 40 tandis que dans d’autres le planteur se repose après le second, selon que le temps est plus ou moins pluvieux. Ainsi est-il des enfants si dociles qu’au premier reproche ils se corrigent, tandis qu’il en est d’autres à qui ne suffisent pas des châtiments répétés.

9Les souches servent aussi de plant : ce sont les racines des cannes coupées à maturité, ou bien des cannes brûlées soit en raison de leur vieillesse, soit parce qu’elles s’étaient couchées et qu’on ne pouvait plus les couper, soit à la suite de quelque accident. En effet, si un froid ou une chaleur excessifs ne les font pas mourir, elles recommencent à pousser des jets quand on les recouvre de terre, et elles peuvent ainsi renouveler le champ de cannes pour cinq ou six ans et davantage10. Tant vaut l’industrie pour tirer profit même de ce qui paraît inutile et qu’on laisserait pour perdu. Il est vrai qu’au fur et à mesure que la terre s’épuise, la souche perd de sa vigueur, et qu’après six ou sept ans la canne se rabougrit et se fane facilement, jusqu’à se dessécher et périr11. C’est pourquoi il ne faut pas demander de la terre ni de la souche plus qu’elles ne peuvent donner, en particulier si elles ne sont pas aidées par quelque engrais ; et la sagesse du bon planteur consiste à planter la canne en observant un tel roulement que lorsqu’il coupe l’ancienne pour la moudre, la jeune reste en pied pour la récolte suivante et alimente ainsi par sa verdeur l’espérance du rendement qui se prépare et qui est la récompense d’un travail incessant. Planter une tâche de cannes signifie planter un espace de terre de trente brasses carrées12. Enfin, comme la diversité des terres et des climats réclame des cultures diverses, il est nécessaire de se renseigner et de suivre les conseils des anciens, auxquels le temps et l’expérience ont beaucoup appris, et de les interroger sur tout ce sur quoi on a quelque doute, afin d’agir à coup sûr.

Notes

1 Cf. Labat, t. III, p. 141.

2 C’est-à-dire des sillons de 35 cm de profondeur sur 45 cm de largeur. Cf. Piso, Historia natural e médica da India ocidental, p. 252 : « Primeiramente, revolvem-se os campos com o arado e abrem-se em sulcos retos e paralelos ». Aux Antilles, on creusait non pas des sillons continus, mais de petites fosses de 20 cm de profondeur sur 40 ou 50 cm de longueur, et de la largeur d’une houe, dans lesquelles on plantait deux tronçons de canne (cf. Labat, t. III, pp. 146-147).

3 Selon Labat, t. III, p. 148, « les têtes des cannes plantées ne produisent jamais d’aussi belles cannes que les tronçons que l’on coupe dans le corps de la canne, qui ayant plus de suc et de sève, ont par conséquent plus de force pour pousser des racines et des rejetions gros et vigoureux ». On peut remarquer qu’au Brésil les tronçons étaient plus grands—« trois ou quatre enpans », soit de 66 à 88 cm environ—-qu’aux Antilles—« quinze à dix-huit pouces », soit de 30 à 50 cm environ.

4 Cf. Vilhena, Notícias soteropolitanas..., I, p. 178 : « O tempo mais proprio para plantação das cannas deve ser em estação de chuvas; se estas lhe cahem, as cannas dentro em oito dias estão rebentadas ».

5 Par « terres hautes de Bahia », Antonil désigne les collines aux pentes douces qui marquent le relief du nord du Recôncavo, dans la région de São Francisco do Conde et de Santo Amaro, et par « dépressions », les fonds des vallées des nombreuses rivières de cette partie du Recôncavo, principalement le Sergi, le Traripe, le Joanes, le Jacuípe, le Pojuca, le Camurujipe et le Pitanga, c’est-à-dire toute la zone qui est en majorité constituée par des terrains de massapé et consacrée à la culture intensive de la canne à sucre. Dans cette région, soumise à l’influence des alizés du sud-est et caractérisée par un climat chaud et humide, la période pluvieuse la plus intense est située en automne et en hiver, soit du mois de mars au mois d’août—ce qui correspond exactement aux informations d’Antonil (cf. Alfredo José Porto Domingues et Elza Coelho de Souza Relier, Bahia..., pp. 167-175. C’est également la saison des pluies que recommandait le P. Labat pour la plantation des cannes aux Antilles (t. III, pp. 148-149).

6 Cf. Labat, t. III, p. 318 : « Toutes les terres [...] qui sont neuves, c’est-à-dire qui n’ont jamais été plantées ni semées, dans lesquelles on met des cannes aussitôt qu’on a abattu les arbres qui les couvraient, portent des cannes très grosses et en quantité, remplies de beaucoup de suc, mais gras, crud, peu sucré, très difficile à cuire et à purifier ». Labat raconte à ce propos l’expérience qu’il fit à la Guadeloupe, puis à la Martinique. Ayant planté en cannes une terre neuve, il les fit couper au bout de six mois, malgré la beauté des pousses, ne garda que les cannes nécessaires à une seconde plantation, et fit mettre le feu au terrain: quatorze mois après cette coupe, il fit « employer en sucre blanc les rejetions qui étaient crûs, dont la bonté répondit parfaitement à la beauté qui ne pouvoit être plus grande » (id., ibid.).

7 C’est-à-dire hautes de 1,50 m à 2 m. Sur les rejetons de ces cannes venues en terre neuve, Labat observe, avec un peu d’exagération peut-être, que « leur longueur étoit depuis dix jusqu’à dix-sept pieds [soit de 3 à 5 m.], et leur diamètre d’un pouce jusqu’à vingt lignes » [3 cm environ], de manière qu’il les faisait charger « tout entiers dans les charettes ou cabrouets sans les amarrer, comme si c’eut été des perches » (t. III, p. 139).

8 Je n’ai pu trouver de référence à cette explication sur l’origine des barbes des cannes, ni dans les auteurs portugais ni dans les auteurs français.

9 Tous ceux qui ont traité de la culture de la canne à sucre insistent sur l’importance des sarclages. Cf. Piso, Historia natural e médica da India ocidental, p. 254 ; Vilhena, Notícias soteropolitanas..., I, p. 178 et, pour les auteurs français, Rochefort, Relation de l'Isle de Tabago..., p. 53 et Labat, t. III, pp. 150-151.

10 Cf. Coutinho, Memoria sobre o preço do assucar, pp. 185-186 : « Os que tem conhecimento das plantações das canas de assucar sabem que hum dos maiores lucros delles são as socas ou as canas que rebentão dos olhos ou pimpolhos que ficão nos pés ou nos pequenos troncos das canas que se cortão, não só por serem as socas huma produção espontânea da natureza independente de huma nova plantação, mas tambem por ser huma producção tanto maior quanto he maior o numero dos olhos ou pimpolhos que vingarão em cada pé ou tronco que ficou de cana cortada; e se a terra he boa, ainda he maior a producção da segunda e da terceira soca: a cana soca he sempre mais doce, e por consequencia contém em si mais partículas de assucar do que a da primeira plantação; e por isso o rendimento daquella he sempre à proporção maior do que o desta. »

11 Telle n’est pas l’opinion de Labat (t. III, pp. 168-169). Il soutient en effet que les « terres neuves grasses et fortes fournissent abondamment de la nourriture aux souches et les entretiennent pendant quinze et vingt ans et plus sans qu’on s’aperçoive d’aucune diminution ni dans l’abondance, ni dans la bonté, ni dans la grandeur, ni dans la grosseur des rejetions : au contraire, plus les souches vieillissent, plus elles s’étendent et conduisent plus tôt leurs rejettons à une parfaite maturité, pourvu qu’on ait soin de rechausser les souches quand, à force d’être coupées et d’avoir produit, elles se trouvent beaucoup hors de terre ».

12 Cf. Piso, História natural e médica da India ocidental, p. 254 : « Tarefa é o espaço de terra de cerca de vinte passos, e produz tanta cana quanto se pode moer durante um dia natural ». Voir aussi infra, pp. 162-163 et note 5.

© Éditions de l’IHEAL, 1968

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

amazon.fr