Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Cultura e opulencia do Brasil por suas drogas e minas

 | 
André Joao Antonil

Livre I

[29] Capitulo X. Como se ha de haver o senhor do engenho no governo da sua familia e nos gastos ordinarios de casa

Texte intégral

  • 1 Cf. Gilberto Freyre, Sobrados e mucambos, I, p. 181: «Houve engenhos patriarcais com muleques, meni (...)
  • 2 Cf. Labat, t. III, p. 437 : « On prend de jeunes nègres de douze à treize ans les mieux faits et le (...)
  • 3 L’auteur des Diálogos das Grandezas do Brasil, pp. 91-92, remarquait déjà : « O gasto de muitos del (...)

1Pedindo a fabrica do engenho tantos & tam grandes gastos quantos acima dissemos, bem se vê a parsimonia que he necessaria nos particulares de casa. Cavallos de respeito mais dos que bastão, charameleiros, trombeteiros, tangedores1 & lacayos mimosos2 não servem para ajuntar fazenda, [mas] para diminuida em pouco tempo com obrigaçoens & empenhos. E muito menos servem as recreaçoens amiudadas, os convites superfluos, as galas, as serpentinas & o jogo3. E por este caminho alguns, em poucos annos, do estado de senhores ricos chegàrão ao de pobres & arrastados lavradores, sem terem que dar de dote às filhas nem modo para encaminhar honestamente aos filhos.

  • 4 C’est-à-dire le Cours de Philosophie du Collège des Arts de Bahia. Dans ce Collège, que les jésuite (...)
  • 5 Ces deux personnages sont très probablement des personnages des petites comédies ou des dialogues q (...)

2Mao he ter nome de avarento, mas não he gloria digna de louvor o ser prodigo. Quem se resolve a lidar com engenho, ou se ha de retirar da cidade, fugindo das occupaçoens da republica que obrigão a divertir-se, ou ha de ter actualmente duas casas abertas com notavel prejuizo aonde quer que falte a sua assistencia, & com dobrada despeza. Ter filhos sempre comsigo no engenho he creallos tabareos, que nas conversaçoens não saberão fallar de outra cousa mais que do cão, do cavallo & do hoy. Deixallos sós na cidade he dar-lhes liberdade para se fazerem logo viciosos & encherem-se de vergonhosas doenças que se não podem facilmente curar. Para evitar pois hum & outro extremo, o melhor || 30 conselho será pollos em casa de algum parente ou amigo grave & honrado, onde não haja occasioens de tropeçar, o qual folgue de dar boa conta de si & com toda a fidelidade avise do bom ou mao procedimento & do proveito ou negligencia no estudo. Nem consinta que a mãy lhes remetta dinheiro ou mande secretamente ordens para isso ao seu correspondente ou ao caixeiro. Nem crea que o que pedem para livros não possa ser tambem para jogos. E por isso, avise ao procurador & ao mercador de quem se val que lhes não dê cousa alguma sem sua ordem. Porque para pedirem serão muito especulativos & saberão excogitar razões & pretextos verisimeis, principalmente se forem dos que já andão no curso4 & tem vontade de levar tres annos de boa vida à custa do pay ou do tio, que não sabem o que passa na cidade, estando nos seus cannaveaes. E quando se jactão nas conversaçoens de ter hum Aristoteles nos pateos, pode ser que tenhão na praça hum Asinio ou hum Apricio5. Porém se se resolver a ter os filhos em casa, contentando-se com que saibão 1er, escrever & contar, & ter alguma tal qual noticia de successos & historias para fallarem entre gente, não se descuide de vigiar sobre elles quando a idade o pedir, porque também o campo largo he lugar de muita liberdade & pode dar abrolhos & espinhos. E se se faz cercado aos boys & aos cavallos para que não vão fora do pasto, porque se não porá tambem algum limite aos filhos, assim dentro como fora de casa, mostrando a experiencia ser assim necessario? Com tanto que a circunspecção seja prudente &a demasia não acrecente malicia. O melhor ensino, porém, he o exemplo do bom procedimento dos pays, & o descanço mais seguro he dar a seu tempo estado assim às filhas como aos filhos. E se se contentarem com a igualdade, não faltarão casas aonde se possão fazer trocas & receber recompensas.

[29] CHAPITRE X. DE LA FAÇON DONT LE MAÎTRE DE L’HABITATION DOIT SE COMPORTER DANS LE GOUVERNEMENT DE SA FAMILLE ET DANS LES DÉPENSES ORDINAIRES DE SA MAISON

3Étant donné que l’équipage de l’habitation à sucre réclame des dépenses aussi nombreuses et aussi importantes que nous l’avons dit plus haut, on voit clairement l’économie qui est nécessaire dans les dépenses particulières de la maison.

4Chevaux de prix plus qu’il n’en faut, joueurs de flûte, joueurs de trompette, musiciens de toutes sortes1 et mignons valets2 ne l’aident pas à accroître sa fortune mais à la diminuer en peu de temps, à cause des obligations qu’il contracte et des engagements qu’il doit tenir. Et bien moins encore les distractions fréquentes, les invitations superflues, les habits élégants, les palanquins et le jeu3. En suivant cette voie, il est des hommes qui, en peu d’années, sont passés de la condition de maîtres riches à celle de planteurs pauvres et misérables, n’ayant plus rien à donner en dot à leurs filles, et n’ayant plus de moyens d’établir honnêtement leur fils.

5Il est mauvais d’être réputé avare, mais ce n’est pas une gloire digne de louange que d’être prodigue. Tout homme qui se décide à travailler à une habitation doit ou bien se retirer de la ville et fuir les occupations de la république qui l’obligent à se distraire, ou bien avoir en permanence deux maisons ouvertes, ce qui entraîne des dommages remarquables en tout endroit où il ne se trouve pas, et des dépenses doublées. Garder toujours ses fils avec soi sur l’habitation, c’est les élever en rustres, car dans les conversations ils ne sauront parler d’autre chose que de leurs chiens, de leurs chevaux et de leurs bœufs. Mais les laisser seuls à la ville, c’est leur donner la liberté de devenir aussitôt vicieux et d’être pourris de maladies honteuses qu’on ne peut aisément guérir. Pour éviter ces deux extrêmes, la meilleure || 30 conduite à tenir sera donc de les placer chez quelque parent ou quelque ami sérieux et honnête chez lequel ils n’aient pas d’occasion de faire de faux pas, qui se plaira à donner bonne opinion de lui-même et qui rendra compte très fidèlement de leurs bonnes ou mauvaises actions, ou de leur négligence à l’étude. Qu’il ne consente pas à ce que leur mère leur donne de l’argent ou à ce qu’elle envoie en secret des ordres à cette intention à son correspondant ou à l’économe. Et qu’il ne s’imagine pas non plus que ce qu’ils demandent pour acheter des livres ne puisse être utilisé pour le jeu. Pour cela, qu’il avertisse le fondé de pouvoirs et le négociant avec lesquels il est en relation, de ne rien leur donner sans son ordre. Car pour demander, ils auront beaucoup d’imaginatioon et sauront inventer raisons et prétextes vraisemblables, surtout s’ils sont de ceux qui fréquentent déjà le Cours4 et qui ont envie de mener la belle vie pendant trois ans aux frais de leur père ou de leur oncle qui, étant sur leurs plantations de canne à sucre, ignorent ce qui se passe à la ville ; et lorsqu’ils se flattent, dans leurs conversations, d’avoir un Aristote dans la cour du Collège, il est bien possible qu’ils aient, sur la place publique, un Asinius ou un Apricius5. Si, cependant, le maître d’habitation se décide à garder ses fils chez lui, et s’il se contente de ce qu’ils sachent lire, écrire et compter, et de ce qu’ils aient quelque vague connaissance de certains événements et de certaines histoires pour entretenir leurs conversations dans le monde, qu’il ne néglige pas de veiller sur eux quand l’âge l’exigera : car la pleine campagne est elle aussi un lieu de grande liberté, où peuvent pousser ronces et épines. Alors qu’on enclôt les bœufs et les chevaux pour qu’ils ne sortent pas du pâturage, pourquoi le maître n’imposerait-il pas à ses fils une certaine limite, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur de chez lui, si l’expérience montre que cela est nécessaire ? A condition que la circonspection s’exerce avec prudence et que son excès ne fasse pas accroître la malice. Mais la meilleure leçon à leur donner est l’exemple de la bonne conduite des parents, et le repos le plus assuré est d’établir en temps opportun aussi bien ses filles que ses fils ; et s’ils se contentent d’une situation égale, il ne manquera pas de maisons avec lesquelles on pourra faire des échanges et recevoir des compensations.

Notes

1 Cf. Gilberto Freyre, Sobrados e mucambos, I, p. 181: «Houve engenhos patriarcais com muleques, meninos de coro, com banda de música, com pianos de cauda, com orquestras tocando ouvertures de ópera. Já no século XVI opulento senhor de engenho na Bahia tivera a sua orquestra de negros dirigida por um marselhês».

2 Cf. Labat, t. III, p. 437 : « On prend de jeunes nègres de douze à treize ans les mieux faits et les plus spirituels pour servir de laquais ».

3 L’auteur des Diálogos das Grandezas do Brasil, pp. 91-92, remarquait déjà : « O gasto de muitos deles [senhores de engenho] é grandíssimo, com os muitos cavalos ajaezados, librés e vestidos custosíssimos que tiram de ordinário para si e seus filhos, porque a cada quatro dias se fazem festas de touros, canas e argolinhas e outras semelhantes neste Estado, nos quais gastam os que as fazem e nelas entram, grande quantidade de dinheiro, além de serem muito liberais em darem a particulares dádivas de muita importancia. E eu vi já afirmar a homens mui experimentados na côrte de Madrí que se não traja melhor nela do que se trajam no Brasil os senhores de engenhos, suas mulheres e filhas, e outros homens afazendados e mercadores ».

4 C’est-à-dire le Cours de Philosophie du Collège des Arts de Bahia. Dans ce Collège, que les jésuites avaient été autorisés à fonder en 1554 sur le modèle de leur collège de Santo Antão à Lisbonne, trois « Cours » principaux étaient donnés : le Curso de Humanidades, où l’on enseignait non seulement la grammaire et les humanités, mais la rhétorique, le latin, le grec, l’hébreu, l’histoire et la géographie ; le Curso de Artes, encore appelé Curso de Filosofia, où l’on enseignait, outre la philosophie, la logique, la physique, la métaphysique, l’éthique et les mathématiques ; et le Curso de Ciências sacras, réservé à l’étude de la théologie morale, de la théologie spéculative, à l’Écriture sainte, au droit, etc... Les élèves internes, ceux qui se destinaient à la prêtrise, suivaient l’ensemble de cet enseignement. Les élèves externes se bornaient aux deux premiers cours, les Humanités et les Arts. Le Curso de Artes durait trois ans, et les études y étaient sanctionnées, depuis 1575 et 1578, par les grades de bachelier ès-arts et de maître ès-arts. La réputation du Collège de Bahia était fort grande : dès 1592, on le compara à une bonne Université et, à plusieurs reprises, on chercha à lui en faire conférer le titre. Mais pour différentes raisons, aussi bien le Général des jésuites que le roi du Portugal s’y refusèrent toujours, et le seul privilège accordé aux étudiants du Brésil fut celui de faire valider à l’Université de Coimbra une partie des études qu’ils auraient effectuées au Collège des Arts de Bahia (cf. S. Leite, História da Companhia de Jesus no Brasil, I, pp. 41-101, V, pp. 69-105 et VII, pp. 211-212, et consulta du Conselho Ultramarino, Lisbonne, 13 novembre 1681, in Doc. Hist., LXXXVIII, p. 215). Il n’est pas inutile de rappeler qu’Antonil, ou plutôt le P. João Antonio Andreoni, fut recteur de ce Collège des Arts de 1698 à 1702, et de 1709 à 1713 (cf. supra, pp. 17-18).

5 Ces deux personnages sont très probablement des personnages des petites comédies ou des dialogues que les jésuites faisaient exécuter, en latin, par les élèves de leurs Collèges, ainsi que me l’a très aimablement suggéré M. le Professeur J. Perret, que j’ai consulté à ce sujet. Asinius et Apricius (l’Ane et celui qui flâne au soleil) représenteraient donc deux types de paresseux.

© Éditions de l’IHEAL, 1968

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

amazon.fr