Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Cultura e opulencia do Brasil por suas drogas e minas

 | 
André Joao Antonil

Livre I

Capitulo IX. Como se ha de haver o senhor do engenho com seus escravos

Texte intégral

  • 1 Cf. Du Tertre, Histoire générale des Antilles... II, pp. 496-497 : « Il est de l’humeur de la plusp (...)
  • 2 Sur ce terme et sa signification, cf. supra, p. 86, note 7.
  • 3 On trouvera dans F. Mauro, Le Portugal et l’Atlantique au xviie siècle, pp. 152-181, une excellente (...)
  • 4 Les Ardas ou Aradas et les Minas étaient originaires de la côte dite de l’Or, depuis le cap Apollon (...)
  • 5 Barlaeus, ibid., note également que les nègres du Cap Vert étaient « minus ad servitia prompti ». C (...)
  • 6 Ils appartenaient à un groupe ethnique différent, ainsi qu’on l’a vu supra, note 3.
  • 7 Moreau de Saint-Méry, Description... de Saint-Domingue, I, pp. 32-33, confirme le jugement d’Antoni (...)

1Os escravos são as mãos & os pés do senhor do engenho, porque sem elles no Brasil não he possível fazer, conservar & aumentar fazenda, nem ter engenho corrente. E do modo com que se ha com elles, depende tellos bons ou maos para o serviço1. Por isso he necessario comprar cada || 23 anno algumas peças2, & repartillas pelos partidos, roças, serrarias & barcas. E porque commummente são de naçoens diversas, & huns mais boçaes que outros, & de forças muito differentes, se ha de fazer a repartição com reparo & escolha, & não às cegas. Os que vem para o Brasil são Ardas, Minas, Congos, de S[ão] Thomé, de Angola, de Cabo Verde, & alguns de Moçambique, que vem nas naos da India3. Os Ardas & os Minas são robustos4. Os de Cabo Verde & de S[ão] Thomé são mais fracos5. Os de Angola, creados em Loanda, são mais capazes de aprender officios mecanicos que os das outras partes já nomeadas6. Entre os Congos ha tambem alguns bastantemente industriosos & bons, não sòmente para o serviço da canna mas para as officinas & para o meneo da casa7.

  • 8 Ce sont eux qu’on désigne également sous le nom de « bossais ». Cf. supra, p. 110, note 10.
  • 9 Cet adjectif, qui signifie ordinairement « habile », ou encore « expérimenté », a presque une valeu (...)
  • 10 Ce sont les créoles qui, en effet, étaient particulièrement appréciés. Cf. Moreau de Saint-Méry, De (...)

2Huns chegão ao Brasil muito rudes & muito fechados, & assim continuão por toda a vida8. Outros em poucos annos saem ladinos9 & espertos, assim para aprenderem a doutrina christãa como para buscarem modo de passar a vida, & para se lhes encomendar hum barco, para levarem recados & fazerem qualquer diligencia das que costumão ordinariamente occorrer. As mulheres usão de fouce & de enxada como os homens. Porém nos mattos sòmente os escravos usão de machado. Dos ladinos se faz escolha para caldeireiros, carapinas, calafates, tacheiros, barqueiros & marinheiros, porque estas occupaçoens querem mayor advertencia. Os que desde novatos se metèrão em alguma fazenda, não he bem que se tirem delia contra sua vontade, porque facilmente se amofinão & morrem. Os que nacèrão no Brasil ou se creàrão desde pequenos em casa dos brancos, affeiçoando-se a seus senhores, dão boa conta de si. E levando bom cativeiro, qualquer delles val por quatro boçaes10.

  • 11 Cf. Moreau de Saint-Méry, op. cit., I, p. 90: « Ces hommes sont capables de réussir dans tous les a (...)
  • 12 Je n’ai pas retrouvé ce proverbe dans d’autres textes relatifs au Brésil, mais il me paraît intéres (...)
  • 13 Une fois encore s’impose un rapprochement du texte d’Antonil avec Moreau de Saint-Méry, Description (...)

3Melhores ainda são para qualquer officio os mulatos. Porém muitos delles, usando mal do favor dos senhores, são soberbos & viciosos, & pre-zão-se de valentes, aparelhados || 24 para qualquer desaforo11. E comtudo elles & ellas da mesma cor ordinariamente levão no Brasil a melhor sorte, porque com aquella parte de sangue de brancos que tem nas veas, & talvez dos seus mesmos senhores, os enfeitição de tal maneira que alguns tudo lhes sofrem, tudo lhes perdoão, & parece que se não atrevem a reprehendellos; antes, todos os mimos são seus. E não he facil cousa decidir se nesta parte são mais remissos os senhores ou as senhoras, pois não falta entre elles & ellas quem se deixe governar de mulatos, que não são os melhores, para que se verifique o proverbio que diz que o Brasil he Inferno dos negros, Purgatorio dos brancos, & Paraiso dos mulatos &das mulatas12. Salvo quando por alguma desconfiança ou ciume, o amor se muda em odio & sae armado de todo o genero de crueldade & rigor. Bom he valer-se de suas habilidades quando quizerem usar bem dellas, como assim o fazem alguns. Porém não se lhes ha de dar tanto a mão que peguem no braço, & de escravos se façam senhores. Forrar mulatas desenquietas he perdição manifesta, porque o dinheiro que dão para se livrarem raras vezes sae de outras minas que dos seus mesmos corpos, com repetidos peccados. E depois de forras, continuão a ser ruina de muitos13.

  • 14 Après avoir démontré que les maîtres d’habitation n’avaient pas le droit, sous peine d’excommunicat (...)
  • 15 Antonil avait déjà souligné, supra, pp. 100-101, l’impérieuse obligation que l’Église faisait aux m (...)
  • 16 Cf. Jorge Benci, op. cit., pp. 69-70 : « Não é possível que um escravo boçal, que pouco há saiu da (...)
  • 17 Saint Paul, 1re épître à Timothée, 58
  • 18 . Ce point particulier avait fait l’objet d’un ordre adressé par D. Pedro II au gouverneur général (...)

4Oppoem-se alguns senhores aos casamentos dos escravos & escravas, & não sòmente não fazem caso dos seus amancebamentos, mas quasi claramente os consentem & lhes dão principio dizendo: Tu, Fulano, a seu tempo casarás com Fulana. E dahi por diante os deixão conversar entre si como se já fossem recebidos por marido & mulher; & dizem que os não casão porque temem que enfadando-se do casamento se matem logo com peçonha ou com feitiços, não faltando entre elles mestres insignes nesta arte. Outros, depois de estarem casados os escravos, os apartão de tal sorte por annos que ficão como se fossem solteiros, o que não || 25 podem fazer em consciencia14. Outros são tam pouco cuidadosos do que pertence à salvação dos seus escravos, que os tem por muito tempo no cannaveal ou no engenho sem bautismo15. E dos bautizados muitos não sabem quem he o seu Creador; o que hão de crer; que ley hão de guardar; como se hão de encomendar a Deos; a que vão os christãos à igreja; porque adorão a hostia consagrada; que vão a dizer ao Padre quando ajoelhão & lhe fallão aos ouvidos; se tem alma & se ella morre, & para onde vay quando se aparta do corpo16. E sabendo logo os mais boçaes como se chama & quem he seu senhor, quantas covas de mandioca hão de plantar cada dia, quantas mãos de canna hão de cortar, quantas medidas de lenha hão de dar, & outras cousas pertencentes ao serviço ordinario de seu senhor, & sabendo tambem pedir-lhe perdão quando errarão & encomendar-se-lhe para que os não castigue, com promettimento da emenda, dizem os senhores que estes não são capazes de aprender a confessar-se, nem de pedir perdão a Deos, nem de rezar pelas contas, nem de saber os dez mandamentos, tudo por falta de ensino & por não considerarem a conta grande que de tudo isto hão de dar a Deos, pois, como diz São Paulo, sendo christãos & descuidando-se dos seus escravos, se hão com elles peyor do que se fossem infieis17. Nem os obrigão os dias santos a ouvir missa; antes, tal vez, os occupão de sorte que não tem lugar para isso18. Nem encomendão ao capellão doutrinallos, dando-lhe por este trabalho, se for necessario, mayor estipendio.

  • 19 Cf. Benci, op. cit., pp. 33-61.
  • 20 Id., ibid., pp. 184-193.
  • 21 Cette trilogie est composée à l’imitation d’un verset de l’Ecclésiastique, 3325: « Cibaria, et virg (...)
  • 22 Sur les châtiments, cf. infra, pp. 128-131.

5O que pertence ao sustento, vestido & moderação do trabalho, claro está que se lhes não deve negar, porque a quem o serve, deve o senhor de justiça dar sufficiente alimento, mezinhas na doença, & modo com que decentemente se cubra & vista, como pede o estado de servo, & não apparecendo quasi nú pelas ruas19. E deve tambem moderar o serviço de sorte que não seja superior às forças dos que trabalhão, se quer || 26 que possão aturar20. No Brasil, costumão dizer que para o escravo são necessarios tres P. P. P., a saber Pao, Pão & Panno21. E posto que comecem mal, principiando pelo castigo que he o pao, com tudo prouvera a Deos que tão abundante fosse o comer & o vestir como muitas vezes he o castigo dado por qualquer causa pouco provada ou levantada, & com instrumentos de muito rigor, ainda quando os crimes são certos, de que se não usa nem com os brutos animaes, fazendo algum senhor mais caso de hum cavallo que de meya duzia de escravos22, pois o cavallo he servido & tem quem lhe busque capim, tem panno para o suor & sella & freyo dourado.

  • 23 Il arrivait en effet que certains maîtres d’habitation, plutôt que de nourrir eux-mêmes leurs escla (...)
  • 24 Cf. Benci, Economia cristã..., pp. 164-177. Par lettre du 7 février 1698, D. Pedro II avait dû reco (...)
  • 25 Ces recommandations sur la modération dans le travail se retrouvent dans Benci, op. cit., pp. 178-1 (...)
  • 26 Matth. XXV, 41-46.
  • 27 Cf. Benci, op. cit., pp. 44-53. En 1702, l’évêque de Rio de Janeiro, D. Francisco de S. Jerónimo, s (...)
  • 28 Cf. infra, pp. 130-131 et note 35.
  • 29 Cf. infra, pp. 130-131 et note 36.
  • 30 Exode, 123-1237

6Dos escravos novos se ha de ter mayor cuidado, porque ainda não tem modo de viver como os que tratão de plantar suas roças23. E os que as tem por sua industria, não convem que sejão só reconhecidos por escravos na repartição do trabalho, & esquecidos na doença & na farda. Os domingos & dias santos de Deos, elles os recebem24, & quando seu senhor lhos tira & os obriga a trabalhar como nos dias de serviço, se amofinão & lhe rogão mil pragas. Costumão alguns senhores dar aos escravos hum dia em cada semana para plantarem para si, mandando algumas vezes com elles o feitor para que se não descuidem. E isto serve para que não padeção fome, nem cerquem cada dia a casa de seu senhor pedindolhe a ração de farinha. Porém não lhes dar farinha nem dia para a plantarem, & querer que sirvão de sol a sol no partido, de dia & de noite com pouco descanço no engenho25, como se admittirá no tribunal de Deos sem castigo? Se o negar a esmola a quem com grave necessidade a pede he negalla a Christo Senhor nosso, como elle o diz no Evangelho26, que será negar o sustento & o vestido ao seu escravo? E que razão dará de si quem dá serafina & seda & outras galas às que são occasião da sua perdição27, & depois nega quatro || 27 ou cinco varas de algodão & outras poucas de panno da serra a quem se derrete em suor para o servir & apenas tem tempo para buscar huma raiz & hum caranguejo para comer? E se em cima disto o castigo for frequente & excessivo, ou se irão embora fugindo para o matto28, ou se matarão per si, como costumão, tomando a respiração ou enforcando-se29, ou procurarão tirar a vida aos que lha dão tam má, recorrendo (se for necessario) a artes diabolicas, ou clamarão de tal sorte a Deos que os ouvirá & fará aos senhores o que já fez aos Egypcios quando avexavão com extraordinario trabalho aos Hebreos, mandando as pragas terríveis contra suas fazendas & filhos que se lem na Sagrada Escritura30, ou permittirá que assim como os Hebreos forão levados cativos para Babylonia em pena do duro cativeiro que davão aos seus escravos, assim algum cruel inimigo leve esses senhores para suas terras para que nellas experimentem quam penosa he a vida que elles derão & dão continuamente aos seus escravos.

  • 31 Cf. Benci, op. cit., pp. 107-108: «Merecendo o escravo o castigo, não deve deixar de lho dar o senh (...)
  • 32 Id., ibid., pp. 111-112: «Averiguem pois os senhores primeiro os delitos dos servos, e depois deles (...)
  • 33 l’entrave, cf. supra, p. 108, note 4.
  • 34 P. António Vieira, dans l’un des sermons qu’il prêcha à Bahia, s’était déjà élevé contre les châtim (...)
  • 35 Le terme de mocambo, ou encore quilombo, désigne l’endroit où vont se réfugier les nègres marrons, (...)
  • 36 Cf. Benci, Economia cristã..., p. 137 ; « Não podendo os tristes servos sofrer as tiranias do senho (...)

7Não castigar os excessos que elles commettem seria culpa não leve31. Porém estes se hão de averiguar antes para não castigar innocentes, & se hão de ouvir os delatados32; & convencidos, castigar-se-hão com açoutes moderados, ou com os meter em huma corrente de ferro por algum tempo, ou tronco33. Castigar com impeto com animo vingativo, por mão propria & com instrumentos terríveis, & chegar talvez aos pobres com fogo ou lacre ardente, ou marcallos na cara, não seria para se sofrer entre barbaros, muito menos entre christãos catholicos34. O certo he que se o senhor se houver com os escravos como pay, dando-lhes o necessario para o sustento & vestido, & algum descanço no trabalho, se poderá tambem depois haver como senhor, & não estranharão, sendo convencidos das culpas que commettèrão, de receberem com misericordia o justo & merecido castigo. E se depois de errarem como fracos, vierem per si mesmos a pedir perdão ao senhor || 28 ou buscarem padrinhos que os acompanhem, em tal caso he costume no Brasil perdoar-lhes. E bem he que saibão que isto lhes ha de valer, porque de outra sorte fugirão por huma vez para algum mocambo no matto35; & se forem apanhados poderá ser que se matem a si mesmos antes que o senhor chegue a açoutallos36, ou que algum seu parente tome à sua conta a vingança, ou com feitiço ou com veneno.

  • 37 Ces «rois» et «reines» étaient couronnés au cours des fêtes des confréries nègres de Nossa Senhora (...)
  • 38 Nossa Senhora do Rosário, c’est-à-dire Notre Dame du Rosaire, était la patronne traditionnelle du p (...)
  • 39 Très populaire en Sicile où il naquit et mourut, ce saint avait trouvé, en raison de la couleur bru (...)
  • 40 On appelle juizes, c’est-à-dire « juges », dans les confréries, les hommes et les femmes qui ont la (...)

8Negar-lhes totalmente os seus folguedos, que são o unico alivio do seu cativeiro, he querellos desconsolados & melancolicos, de pouca vida & saude. Por tanto não lhes estranhem os senhores o crearem seus revs37, cantar & bailar por algumas horas honestamente em alguns dias do anno, & o alegrarem-se innocentemente à tarde, depois de terem feito pela manhãa suas festas de Nossa Senhora do Rosario38, de São Benedito39 & do orago da capella do engenho, sem gasto dos escravos, acudindo o senhor com sua liberalidade aos juizes40 & dando-lhes algum premio do seu continuado trabalho. Porque se os juizes & juizas da festa houverem de gastar do seu, será causa de muitos inconvenientes & offensas de Deos, por serem poucos os que o podem licitamente ajuntar.

  • 41 On verra infra, pp. 218-219, que cette boisson est constituée par le3 écumes que rejette le jus de (...)
  • 42 L’aipim est une espèce de manioc qui peut sans danger être mangé cru et qui, roti, a le goût de châ (...)

9O que se ha de evitar nos engenhos he o emborracharem-se com garapa azeda ou agua ardente, bastando conceder-lhes a garapa doce que lhes não faz dano41; & com ella, fazem seus resgates com os que a troco lhes dão farinha, feijoens, aipins42 & batatas.

  • 43 Cf. Du Tertre, Histoire générale des Antilles..., II, p. 510 : « Les nègres ayment leurs enfants av (...)

10Ver que os senhores tem cuidado de dar alguma cousa dos sobejos da mesa aos seus filhos pequenos he causa de que os escravos os sirvão de boa vontade & que se alegrem de lhes multiplicar servos & servas43. Pelo contrario, algumas escravas procurão de proposito aborto, só para que não cheguem os filhos de suas entranhas a padecer o que ellas padecem.

CHAPITRE IX. COMMENT LE MAÎTRE DE L’HABITATION DOIT SE COMPORTER ENVERS SES ESCLAVES

11Les esclaves sont les bras et les jambes du maître de l’habitation car sans eux, au Brésil, il n’est pas possible de constituer, de conserver et d’agrandir un domaine, ni d’avoir un moulin en état de rouler. Et de la façon dont on se comporte envers eux, dépend qu’ils soient bons ou mauvais à l’ouvrage1. C’est pourquoi il est nécessaire d’acheter tous les ans || 23 quelques pièces d’Inde2, et de les répartir entre les champs de canne, les jardins à vivres, les scieries et les barques. Comme ils sont généralement de nations diverses, le uns plus grossiers que les autres, et de constitutions très différentes, il faut en faire la répartition avec soin et discernement, et non à l’aveuglette. Ceux qui arrivent au Brésil sont des Ardas, des Minas, des Congos, des nègres originaires de São Tomé, d’Angola et du Cap Vert, et quelques-uns de Mozambique, qui sont amenés sur les bateaux de l’Inde3. Les Ardas et les Minas sont robustes4. Ceux du Cap Vert et de São Tomé sont plus faibles5. Ceux d’Angola, élevés à Luanda, sont plus capables d’apprendre les métiers mécaniques que ceux des autres régions déjà nommées6. Parmi les Congos, il y en a aussi quelques-uns d’assez industrieux et aptes non seulement au travail de la canne, mais aux ateliers et au service de la maison7.

12Les uns arrivent au Brésil très rudes et très renfermés, et ils restent ainsi toute leur vie8. D’autres, en quelques années, deviennent « faits au pays »9 et s’entendent aussi bien à apprendre leur catéchisme qu’à chercher le meilleur moyen de vivre, à être responsables d’une barque, à porter des commissions, et à s’acquitter de n’importe laquelle des tâches qui peuvent ordinairement se présenter. Les femmes manient la serpe et la houe comme les hommes ; mais dans les forêts, seuls les hommes manient la hache. On choisit ceux qui sont « faits au pays » pour en faire des chaudronniers, des cabrouetiers, des calfats, des sucriers en sirop, des bateliers et des marins, parce que ces occupations requièrent une attention plus grande. Pour ceux qui depuis leur jeune âge ont été employés dans quelque domaine, il n’est pas bon de les en retirer contre leur gré, car ils dépérissent et meurent. Quant à ceux qui sont nés au Brésil ou qui, dès leur enfance, ont été élevés chez les blancs et se sont attachés à leurs maîtres, ils donnent toute satisfaction ; et comme ils supportent bien leur esclavage, n’importe lequel d’entre eux vaut quatre « bossais »10.

13Les mulâtres sont encore meilleurs pour n’importe quel métier ; cependant beaucoup d’entre eux, usant mal de la faveur de leurs maîtres, sont orgueilleux et vicieux, ils font les braves, et sont prêts || 24 à n’importe quelle insolence11. Et pourtant, hommes et femmes de cette couleur ont généralement au Brésil le meilleur des sorts : grâce, en effet, à cette part de sang de blancs qu’ils ont dans les veines, et qui peut même être le sang de leurs propres maîtres, ils les ensorcellent de telle façon que certains de ceux-ci en acceptent n’importe quoi et leur pardonnent tout. Il semble même qu’ils n’osent pas les réprimander, et que ce sont bien plutôt eux qui font toutes les amabilités. Et ce n’est pas une chose facile que de décider si, en cela, les maîtres ou les maîtresses sont les plus fautifs ; il n’en manque pas, en effet, parmi eux et parmi elles, qui se laissent gouverner par des mulâtres qui ne sont pas des meilleurs, afin que se justifie le proverbe qui dit que le Brésil est l’Enfer des nègres, le Purgatoire des blancs, et le Paradis des mulâtres et des mulâtresses12 — sauf lorsque, sur quelque soupçon ou quelque jalousie, l’amour se transforme en haine et s’arme de toutes sortes de cruautés et de rigueurs. Il est bon de se servir de leurs talents lorsqu’ils veulent les utiliser d’une manière droite, ainsi que le font quelques-uns d’entre eux. Mais il ne faut cependant point tant leur donner la main qu’ils ne saisissent le bras, et d’esclaves ne se fassent maîtres. Affranchir des mulâtresses dissolues est une perdition manifeste, car l’argent qu’elles donnent pour se libérer sort rarement d’autres mines que de leurs propres corps, par le moyen de péchés répétés ; et une fois affranchies, elles continuent à être la ruine de beaucoup d’hommes13.

14Certains maîtres s’opposent au mariage de leurs nègres et négresses esclaves, et non seulement ils n’attachent pas d’importance à leurs concubinages, mais encore c’est presque ouvertement qu’ils y consentent et y donnent naissance en disant : toi, un tel, le moment venu, tu épouseras une telle ; et dès ce moment il les laisse se fréquenter comme s’ils s’étaient reçus pour mari et femme. Ils prétendent qu’ils ne les marient pas de crainte que, lassés du mariage, ils ne se tuent bientôt, soit en absorbant du poison, soit en recourant à des sortilèges, car il ne manque pas, parmi eux, de maîtres insignes dans cet art. D’autres maîtres, après que leurs esclaves se sont mariés, les séparent pendant des années de telle sorte qu’ils sont comme célibataires — chose que, || 25 en conscience, ils n’ont pas le droit de faire14. D’autres encore sont si peu soucieux de ce qui appartient au salut de leurs esclaves, qu’il les gardent très longtemps dans les champs de canne ou au moulin sans les faire baptiser15. Et parmi ceux qui sont baptisés, beaucoup ne savent pas qui est leur Créateur, ce qu’ils doivent croire, quelle loi ils doivent observer, comment ils doivent se recommander à Dieu, pourquoi les chrétiens vont à l’église, pourquoi ils adorent l’hostie consacrée, ce qu’ils vont dire au Père quand ils s’agenouillent et lui parlent à l’oreille, s’ils ont une âme, si elle est mortelle, et où elle va lorsqu’elle se sépare du corps16. Et alors que les plus « bossais » savent tout de suite comment s’appelle leur maître et qui il est, combien de pieds de manioc ils doivent planter par jour, combien de mains de canne ils doivent couper, et bien d’autres choses qui relèvent du service ordinaire de leur maître ; alors qu’ils savent aussi lui demander pardon quand ils ont commis une faute, et se recommander à lui pour qu’il ne les punisse pas, en lui promettant de se corriger — les maîtres prétendent que les esclaves se sont pas capables d’apprendre à se confesser, de demander pardon à Dieu, de réciter leur chapelet, ni de savoir les dix commandements : tout cela par manque de doctrine, et parce qu’ils ne considèrent pas les grands comptes qu’ils auront à rendre Dieu de tout cela car, comme le dit saint Paul, bien qu’ils soient chrétiens, s’ils négligent leurs esclaves, ils se comportent plus mal envers eux que s’ils étaient infidèles17. Et ils ne les obligent pas non plus, les jours saints, à aller à la messe ; au contraire ils les occupent de telle sorte qu’ils n’en ont pas le loisir18. Ils ne recommandent pas non plus au chapelain de leur enseigner le catéchisme, en lui accordant pour ce travail une plus grande rémunération, si cela est nécessaire.

15Pour ce qui est de leur nourriture, de leur habillement et de la modération dans leur travail, il est clair que le maître ne doit pas les leur refuser. En effet, le maître doit, en justice, donner à ceux qui le servent une alimentation suffisante, des remèdes lorsqu’ils sont malades, et les moyens de se couvrir décemment et de se vêtir, ainsi que le requiert la condition d’esclave, afin qu’ils ne se montrent pas quasiment nus dans les rues19 ; et il doit également modérer le travail de telle sorte qu’il ne soit pas supérieur aux forces de ceux qui l’accomplissent, si l’on veut || 26 qu’ils puissent le supporter20. Au Brésil, on a coutume de dire que l’esclave a besoin de trois P. P. P., c’est-à-dire de Pau, de Pão et de Panno (de bâton, de pain et de vêtements)21. Et bien qu’on débute mal, puisqu’on commence par le châtiment, qui est le bâton, plaise au Ciel cependant que la nourriture et les vêtements soient aussi abondants que l’est, bien souvent, le châtiment infligé pour n’importe quelle raison peu fondée ou même inventée, et avec des instruments très cruels, même lorsque les fautes sont prouvées — instruments dont on ne se sert pas même pour les bêtes, puisqu’un maître d’habitation fait plus de cas d’un cheval que d’une demi-douzaine d’esclaves22 : le cheval est, en effet, servi ; il a quelqu’un qui va lui chercher du fourrage, une couverture pour étancher sa sueur, une selle, et un mors doré.

16Des jeunes esclaves il faut avoir plus de soin encore, parce qu’ils n’ont pas de moyens d’assurer leur vie comme ceux qui s’occupent de planter leurs jardins à vivres23. Quant à ceux qui, grâce à leur savoir-faire, possèdent de ces jardins, il ne convient pas qu’on ne les reconnaisse pour esclaves que lors de la répartition du travail, et qu’on les oublie dans leurs maladies et dans leur dénuement. Les dimanches et les jours saints leur appartiennent24, et quand leur maître les en prive et les oblige à travailler comme les jours ouvrables, la tristesse s’empare d’eux et ils se mettent à lui souhaiter tous les maux de la terre. Certains maîtres ont coutume de donner à leurs esclaves un jour par semaine pour faire des cultures pour eux-mêmes, et ils envoient parfois avec eux le commandeur afin qu’ils ne s’en désintéressent pas. Cela leur permet de ne pas souffrir de la faim, et de ne pas assiéger tous les jours la demeure de leur maître pour lui demander leur ration de farine de manioc. C’est pourquoi ne pas leur donner de farine, ni leur accorder de jour pour cultiver leur manioc, et vouloir qu’ils travaillent du lever au coucher du soleil dans leur champ de canne pendant la journée, et au moulin pendant la nuit, en leur laissant peu de repos25, comment cela serait-il admis sans châtiment devant le tribunal de Dieu ? Si refuser l’aumône à qui, se trouvant dans un grave besoin, la demande, c’est la refuser au Christ Notre Seigneur, comme II le dit dans l’Évangile26 — que sera-ce donc que de refuser à son esclave les vivres et les vêtements ? Et quels comptes rendra-t-il de lui-même celui qui donne du tissu de laine, de la soie et d’autres frivolités à celles qui sont l’occasion de sa perdition27, et qui refuse ensuite quatre || 27 ou cinq aunes de coton et quelques autres de drap grossier à qui sue sang et eau pour le servir et n’a que le temps de chercher quelque racine et quelque crabe pour se nourrir ? Si, en plus de cela, les châtiments sont fréquents et excessifs, ou bien les esclaves partiront et s’enfuiront dans la forêt28, ou bien ils se tueront, suivant leur coutume, en se coupant la respiration ou en se pendant29, ou bien ils chercheront à ôter la vie a ceux qui rendent la leur si dure, en ayant recours, si cela est nécessaire, à des pratiques diaboliques, ou bien encore ils élèveront de telle sorte leurs clameurs vers Dieu que Dieu les entendra et qu’il fera aux maîtres ce qu’il fit aux Égyptiens quand ceux-ci opprimaient les Hébreux en les obligeant à d’extraordinaires labeurs, en envoyant contre leurs biens et contre leurs enfants les terribles plaies qu’on lit dans la Sainte Écriture30, à moins qu’il ne permette que, de même que les Hébreux furent conduits à Babylone en punition de la dure captivité qu’ils infligeaient à leurs esclaves, un cruel ennemi n’emmène ces maîtres dans ses propres terres, afin qu’ils y fassent l’expérience de la vie pénible qu’ils ont infligée et infligent sans cesse à leurs esclaves.

17Ne pas châtier les excès dont ils se rendent coupables ne serait pas une faute légère31 ; mais il faut auparavant en faire la preuve, afin de ne pas châtier des innocents, et il faut entendre ceux qui ont été dénoncés32 ; une fois qu’on les aura convaincus de leurs fautes, on les châtiera, soit en les fouettant avec modération, soit en les enchaînant pendant un certain temps à quelque chaîne de fer ou en les mettant à l’entrave33. Châtier avec violence, d’un cœur vindicatif, de sa propre main et au moyen d’instruments terribles, brûler les malheureux avec des tisons ou avec de la cire brûlante, ou bien encore les marquer au visage, cela ne saurait être toléré chez des barbares, et bien moins encore chez des chrétiens catholiques34. Ce qui est certain, c’est que si le maître se conduit comme un père envers ses esclaves, et s’il leur donne ce qui est nécessaire pour leur nourriture et leurs vêtements, ainsi que quelque repos dans leur travail, i1 pourra également se conduire ensuite en maître, et ses esclaves, convaincus des fautes qu’ils ont commises, ne s’étonneront pas de recevoir un châtiment juste et mérité, appliqué avec miséricorde. Et si après avoir commis des fautes par faiblesse, ils viennent d’eux-mêmes demander pardon au maître || 28 ou chercher leurs parrains pour les accompagner, en un tel cas, il est d’usage au Brésil de leur pardonner. Et il est bon qu’ils sachent que ceci doit leur être compté : car autrement, ils s’enfuiront un beau jour, dans la forêt, pour se réfugier dans quelque mocambo35, et s’ils sont rattrapés, il pourra se faire qu’ils se tuent sans attendre que le maître vienne les fouetter36, ou que quelqu’un des leurs prenne à sa charge de les venger, soit par un charme soit par du poison. Leur refuser totalement leurs amusements, qui sont l’unique allègement de leur captivité, c’est vouloir qu’ils soient désespérés, mélancoliques, c’est abréger leur vie ou altérer leur santé. Que les maîtres ne s’opposent donc pas à ce qu’ils élisent leurs rois37, à ce qu’ils chantent et dansent honnêtement pendant quelques heures à certains jours de l’année, et à ce qu’ils se divertissent honnêtement l’après-midi après avoir le matin célébré leurs fêtes de Nossa Senhora do Rosario38, de São Benedito39 et du saint patron de la chapelle de l’habitation, sans qu’il leur en coûte rien, le maître aidant de sa libéralité les « juges »40 et leur donnant quelque récompense pour leur incessant travail. Car si les « juges des fêtes, hommes et femmes, devaient dépenser leur propre argent, ce serait l’origine de bien des inconvénients et de bien des offenses à Dieu, car peu nombreux sont ceux qui peuvent en amasser licitement.

18Ce qu’il faut éviter dans les habitations, c’est que les esclaves s’enivrent avec de la grappe aigre ou avec de l’eau-de-vie. Il suffît de leur donner de la grappe douce, qui ne leur fait pas de mal41, et grâce à laquelle ils se procurent par échange de la farine de manioc, des haricots, des aipins42 et des patates.

19S’ils constatent que les maîtres ont soin de donner à leurs jeunes enfants quelque relief de leurs repas, les esclaves les serviront de bonne grâce et se réjouiront de leur multiplier des serviteurs43. Dans le cas contraire, certaines esclaves cherchent délibérément à avorter, afin que les fils de leurs entrailles n’aient pas l’occasion de souffrir ce qu’elles souffrent elles-mêmes.

Notes

1 Cf. Du Tertre, Histoire générale des Antilles... II, pp. 496-497 : « Il est de l’humeur de la pluspart des Nègres, comme de ces couleurs bizares qui paroissent tantost vertes et tantost dorées selon la difference du jour où elles sont exposées : car ils sont gays ou mélancoliques, laborieux ou faineans, amis ou ennemis, selon les traitemens qu’ils reçoivent de leur maistres ou de leurs commandeurs. Quand on les traite avec douceur et qu’on les nourrit bien, ils s’estiment les plus heureuses gens du monde, ils sont à tout faire, et on voit sur leurs visages et dans leurs actions des marques certaines de la satisfaction de leur esprit. Au contraire quand on les traite avec rigueur, on s’aperçoit bien-tost que la mélancolie les ronge ».

2 Sur ce terme et sa signification, cf. supra, p. 86, note 7.

3 On trouvera dans F. Mauro, Le Portugal et l’Atlantique au xviie siècle, pp. 152-181, une excellente étude sur l’origine ethnique des esclaves africains et sur leur transport au Brésil. La traite fut organisée entre l’Afrique et le Brésil dès la seconde moitié du xvie siècle, et prit l’importance que l’on sait « avec la poussée du sucre », après 1570. En gros, les esclaves se répartissaient en deux grands groupes ethniques : les Soudanais, qui venaient de l’Afrique occidentale, depuis les îles du Cap Vert jusqu’au golfe de Guinée, et les Bantous, qui venaient de l’Afrique centrale, depuis le golfe de Guinée jusqu’à l’Afrique méridionale. Les Ardas, Minas, São Tomé et Cabo Verde que recense Antonil appartenaient au groupe soudanais, et les Congos et Angolas au groupe bantou, de même que les Mozambiques.

4 Les Ardas ou Aradas et les Minas étaient originaires de la côte dite de l’Or, depuis le cap Apollonie jusqu’au Bénin. Moreau de Saint-Méry, Description... de Saint-Domingue, I, pp. 28-31, brosse les principaux traits de leur caractère, et note qu’ils sont estimés pour la culture, mais qu’en général « leur caractère altier en rend la conduite difficile » et qu’« elle exige des maîtres qu’ils sachent les étudier ». Voir aussi Barlaeus, Rerum per octennium in Brasilia..., p. 128.

5 Barlaeus, ibid., note également que les nègres du Cap Vert étaient « minus ad servitia prompti ». Ce jugement est aussi celui du P. Du Tertre, Histoire générale des Antilles..., II, p. 496: «Nos habitans estiment davantage les nègres d’Angole que ceux du Cap verd, tant pour la force du corps que pour l’adresse à bien faire les choses qui leur sont commandées ».

6 Ils appartenaient à un groupe ethnique différent, ainsi qu’on l’a vu supra, note 3.

7 Moreau de Saint-Méry, Description... de Saint-Domingue, I, pp. 32-33, confirme le jugement d’Antonil, en particulier pour le service domestique : « Les vrais Congos ou Francs-Congos [...] sortent des royaumes de Congo et d’Angola et sont, comme tous ceux de cette Côte, d’une douceur et d’une gaieté qui les fait rechercher. Aimant le chant, la danse et la parure, ils font d’excellents domestiques [...]. On en fait aussi d’habiles ouvriers et de bons pêcheurs. On prise beaucoup les femmes Congo pour la culture, parce qu’elles y sont accoutumées dans leur pays [...]. D’ailleurs d’excellents mimes, ayant toujours le rire sur la figure, ils sont précieux dans un atelier où ils appellent la gaieté, qui ne convertit pas toujours le travail en délassement, mais qui retarde du moins la fatigue qui marche à sa suite. » Voir aussi Barlaeus, op. cit., p. 128.

8 Ce sont eux qu’on désigne également sous le nom de « bossais ». Cf. supra, p. 110, note 10.

9 Cet adjectif, qui signifie ordinairement « habile », ou encore « expérimenté », a presque une valeur de terme générique puisqu’il est couramment appliqué pour distinguer ces esclaves de ceux qu’on appelait « bossais ». C’est pourquoi je l’ai traduit par « fait au pays », selon l’expression couramment employée aux Antilles (cf. G. Debien, Les colons des Antilles et leur main d’œuvre..., pp. 5-6).

10 Ce sont les créoles qui, en effet, étaient particulièrement appréciés. Cf. Moreau de Saint-Méry, Description... de Saint-Domingue, I, pp. 39-40 : « Il n’est aucun objet pour lequel on ne préfère les nègres créols et leur valeur est toujours, toutes choses égales d’ailleurs, d’un quart, au moins, au-dessus de celle des Africains. Une prédilection assez générale fait préférer les nègres créols pour les détails domestiques et pour les différents métiers. Il est assez simple qu’étant élevés avec des blancs, ou sous leurs yeux, ces derniers se les attachent d’une manière plus immédiate et qu’on leur destine des soins moins pénibles, et une vie qui a aussi plus de douceurs, notamment celle d’une nourriture plus agréable et plus facile ». Voir aussi Vilhena, Noticias soteropolitanas, I, p. 46.

11 Cf. Moreau de Saint-Méry, op. cit., I, p. 90: « Ces hommes sont capables de réussir dans tous les arts méchaniques et libéraux, et quelques-uns l’ont prouvé d’une manière qui aurait dû les exciter tous, si ne rien faire n’était pas pour eux le bonheur suprême ». Quant à leur insolence, Yilhena, op. cit., I, p. 46, l’évoque en une phrase lapidaire: « Quasi todos os mulatos querem ser fidalgos, muito fofos e soberbos, e pouco amigos dos brancos e dos negros ».

12 Je n’ai pas retrouvé ce proverbe dans d’autres textes relatifs au Brésil, mais il me paraît intéressant de signaler un proverbe en usage aux îles Antilles au xviie siècle et qui, bien que différent, est construit sur l’opposition Enfer-Paradis. Le P. Du Tertre, Histoire générale des Antilles..., II, p. 475, souligne en effet la vanité et le luxe des Françaises qui résidaient aux îles, et déclare que cela « avait donné lieu à ce proverbe que les Isles estoient l’enfer des hommes françois et le paradis de leurs femmes, et au contraire qu’elles estoient l’enfer des femmes sauvages et le paradis de leurs maris, parce que les femmes sauvages travaillent comme des esclaves et font tout pendant que leurs maris se promènent ou s'arrachent la barbe, et que les François s’éventrent à force de travailler, pendant que leurs femmes ne se mettent en peine que de faire les belles »

13 Une fois encore s’impose un rapprochement du texte d’Antonil avec Moreau de Saint-Méry, Description... de Saint-Domingue, II, pp. 92-95.

14 Après avoir démontré que les maîtres d’habitation n’avaient pas le droit, sous peine d’excommunication, d’interdire à leurs esclaves de se marier, Jorge Benci, Economia cristã..., pp. 83-84, s’élevait avec une égale vigueur contre la séparation imposée aux esclaves mariés.

15 Antonil avait déjà souligné, supra, pp. 100-101, l’impérieuse obligation que l’Église faisait aux maîtres d’habitation d’enseigner ou de faire enseigner à leurs esclaves la doctrine chrétienne.

16 Cf. Jorge Benci, op. cit., pp. 69-70 : « Não é possível que um escravo boçal, que pouco há saiu da gentilidade de Guiné, se possa catequizar e instruir nos mistérios da Fé em tão pouco tempo como muitos senhores querem; pois apenas o trouxerem aos pés do Instrutor quando o querem levar ou baptizado ou confessado ».

17 Saint Paul, 1re épître à Timothée, 58

18 . Ce point particulier avait fait l’objet d’un ordre adressé par D. Pedro II au gouverneur général du Brésil, le 7 février 1698 (apud Benci, Economia cristã..., p. 176). Et Benci lui-même, op. cit., pp. 164-177, lui consacre de longues pages.

19 Cf. Benci, op. cit., pp. 33-61.

20 Id., ibid., pp. 184-193.

21 Cette trilogie est composée à l’imitation d’un verset de l’Ecclésiastique, 3325: « Cibaria, et virga et onus asino,/ panis et disciplina et opus servo », c’est-à-dire « A l’âne le fourrage, le bâton, les fardeaux,/au serviteur le pain, le châtiment, le travail. » Tout l’ouvrage de Benci, déjà cité à mainte reprise, consiste en un large commentaire des trois mots « panis, disciplina et opus », ainsi que s’en explique l’auteur dans son introduction, p. 32. Dans le dicton que rapporte Antonil, « opus », c’est-à-dire le travail, a été remplacé par « pano », c’est-à-dire du tissu, et par extension, des vêtements, sans doute pour uniformiser le rythme et la sonorité de la formule.

22 Sur les châtiments, cf. infra, pp. 128-131.

23 Il arrivait en effet que certains maîtres d’habitation, plutôt que de nourrir eux-mêmes leurs esclaves, leur laissent un jour de liberté par semaine pour cultiver ce qui leur était nécessiare. Cf. Benci, Economia cristã..., p. 38 et Antonil, infra. Cette coutume s’était d’ailleurs transportée du Brésil à la Guadeloupe et à la Martinique où les Hollandais «chassez du Récif» ne donnaient à leurs esclaves «ny nourriture ny habits ny quoi que ce soit», mais «leur laissaient la liberté de travailler pour eux le samedy de chaque semaine, leur donnant pour ce sujet une quantité de terre sur l’habitation pour y planter du manyoc, des patates et des pois» (Du Tertre, Histoire générale des Antilles..., II, p. 515). Cependant, la négligence dont faisaient preuve certains maîtres dans l’application de ce devoir d’humanité, conduisit D. Pedro II, par ordonnances des 31 janvier et 13 novembre 1701, à leur en rappeler l’obligation. (Cf. Pizarro e Araújo, Memórias históricas do Rio de Janeiro, III, p. 260, n° 61).

24 Cf. Benci, Economia cristã..., pp. 164-177. Par lettre du 7 février 1698, D. Pedro II avait dû recommander au gouverneur général du Brésil de rappeler cette obligation à tous ceux qui ne la remplissaient pas (id. ibid., p. 176).

25 Ces recommandations sur la modération dans le travail se retrouvent dans Benci, op. cit., pp. 178-184.

26 Matth. XXV, 41-46.

27 Cf. Benci, op. cit., pp. 44-53. En 1702, l’évêque de Rio de Janeiro, D. Francisco de S. Jerónimo, s’était ému du luxe avec lequel s’habillaient certaines esclaves qui, la nuit tombée, parcouraient les rues de la ville « vestidas e enfeitadas com as ofensas de Deus ». Il essaya d’obtenir du roi l’interdiction, pour ces femmes, de sortir dès l’angélus du soir sonné, ainsi que de porler des vetements de soie et des bijoux en or, mais satisfaction ne lui fut donnée que pour la seconde partie de sa requête (lettre de D. Francisco de S. Jerónimo à D. Pedro II, Rio de Janeiro, 20 septembre 1702, A. H. U. Rio de Janeiro-2666, et consulta du Conselho Ultramarino, Lisbonne, 4 septembre 1703, in Doc. Hist., XCIII, pp. 158-159). Voir aussi Benci, Economia cristã..., pp. 51-52.

28 Cf. infra, pp. 130-131 et note 35.

29 Cf. infra, pp. 130-131 et note 36.

30 Exode, 123-1237

31 Cf. Benci, op. cit., pp. 107-108: «Merecendo o escravo o castigo, não deve deixar de lho dar o senhor, porque não só não é crueldade castigar os servos quando merecem por seus delitos ser castigados, mas antes é uma das sete obras de misericórdia, que manda castigar aos que erram». Et ibid., p. 112: «Ouvindo enfim o escravo e constando que realmente tem culpa, não há duvida que faltaria gravemente o senhor à obrigação faltando-lhe com o castigo e cometeria um pecado que nas Balanças de Deus igualmente pesa, como se o castigasse sendo elle inocente».

32 Id., ibid., pp. 111-112: «Averiguem pois os senhores primeiro os delitos dos servos, e depois deles averiguados, então lhes não faltem com o castigo... É tão contra razão condenar alguém sem o ouvir primeiro de sua justiça, que não há na terra poder que a isto se estenda».

33 l’entrave, cf. supra, p. 108, note 4.

34 P. António Vieira, dans l’un des sermons qu’il prêcha à Bahia, s’était déjà élevé contre les châtiments excessifs infligés aux esclaves (Obras escolhidas, ed. Sá da Costa, XI, p. 93) : « Que teologia há ou pode haver que justifique a desumanidade e sevícia dos exorbitantes castigos com que os mesmos escravos são maltratados. Maltratados, disse, mas é muito curta essa palavra para a significação do que encerra ou encobre. Tiranizados devera dizer. ou martirizados, porque ferem os miseráveis, pingados, lacrados, retalhados, salmourados, e outros excessos maiores que calo, mais merecem nome de martirios que de castigos. » Le 23 mars 1688, D. Afonso VI dut donner au gouverneur général du Brésil des ordres très précis pour que les maîtres d’habitation qui excèderaient les limites permises en cette matière soient jugés devant un tribunal présidé par 1’Ouvidor geral, et condamnés à des peines diverses laissées à la discrétion du tribunal, ainsi qu’à la vente de leurs esclaves (lettre de D. Afonso VI au gouverneur général du Brésil, Lisbonne, 23 mars 1688, in Doc. Hist., LXVIII, pp. 160-161 ; voir aussi lettre de D. Pedro II à D. João de Lancastre, gouverneur général du Brésil, 1698, apud Benci, Economia cristã..., p. 136 et Benci lui-même, op. cit., pp. 132-150.

35 Le terme de mocambo, ou encore quilombo, désigne l’endroit où vont se réfugier les nègres marrons, généralement dans une forêt. L’un d’eux, celui de Palmares, dans l’intérieur de la capitainerie de Pernambouc, qui avait pris naissance en 1630 au moment de l’occupation de Recife par les Hollandais, devint d’une telle importance et constitua un tel danger pour les colons des régions avoisinantes que, pour en venir à bout, il fallut plusieurs expéditions militaires dont la dernière dura de 1686 à 1697, et utilisa non seulement le concours des Pernamboucains, mais celui des Paulistes. Sur ce sujet, voir Ernesto Lnnes, Os Palmares (Subsídios para a sua história), Edison Carneiro, O Quilombo dos Palmares, et Nina Rodrigues, A Troia negra (Erros e lacunas da historia de Palmares).

36 Cf. Benci, Economia cristã..., p. 137 ; « Não podendo os tristes servos sofrer as tiranias do senhor, para se livrarem do cativeiro tomam por suas mãos a morte e fazendo-se algozes de si mesmos, acabam a vida ou às facadas por suas próprias mãos, ou enforcados nas árvores, ou afogados nas águas, ou precipitados das janelas ». Selon Froger, Relation du voyage de M. de Gennes au détroit de Magellan, p. 149, voici le châtiment qui, au Brésil, était réservé aux esclaves fugitifs : « Lorsque leurs maîtres les peuvent rejoindre, ils ne leur font point de quartier ; ils leur mettent au col un gros collier de fer qui a des deux cotez des croqs, par lesquels ils les pendent à un poteau ou à une branche d’arbre pour les fustiger à plaisir ; ce qu’ils réitèrent si souvent qu’a peine leur laissent-ils la force de travailler. Si après ces châtiments ils retombent dans le même cas, on leur coupe une jambe, et quelques fois on les fait pendre pour donner exemple ».

37 Ces «rois» et «reines» étaient couronnés au cours des fêtes des confréries nègres de Nossa Senhora do Rosário, dont il sera question quelques lignes plus loin. Voir aussi infra, note 39.

38 Nossa Senhora do Rosário, c’est-à-dire Notre Dame du Rosaire, était la patronne traditionnelle du plus grand nombre des confréries de nègres. Ces confréries, dont 1'usage avait été introduit au Congo par les missionnaires portugais, s’étaient également développées au Brésil, ce qui permettait aux esclaves congos de continuer à se livrer à leurs dévotions particulières, et à célébrer toutes les cérémonies liturgiques, para-liturgiques et profanes qui y étaient attachées. La fête de Nossa Senhora do Rosário, fixée au premier dimanche d'octobre par la Bulle Sollicitudo Pastoralis Oficii du 11 juin 1681, se déroulait de la façon suivante: après la célébration de la messe en présence de tous les membres de la confrérie venus en cortège, un «roi» et une «reine» préalablement élus parmi eux étaient couronnés par le prêtre lui-même, et une certaine autorité sur leurs compagnons leur était ainsi conférée. Les esclaves se réunissaient ensuite sur l’habitation à laquelle appartenait le «roi», et se livraient à des chants et des danses d’origine africaine. Ceux-ci ne doivent pas être confondus avec les danses dramatiques; dites coligadas, et qui consistent dans 1 évocation des histoires guerrières de la reine Ginga, ou plus exactement Njinga Mbandi, célèbre reine d’Angola morte en 1663, et d’une ambassade qu’elle avait envoyée à un autre potentat nègre, etc. Cf. Câmara Cascudo, Dicionário do folclore brasileiro, pp. 191-194. Artur Ramos, O Folclore negro do Brasil, pp. 38 et 78-86; Artur Ramos, O Negro e o folclore cristão do Brasil, pp. 75-76; et Luiz Monteiro da Costa, A Devoção de Nossa Senhora do Rosario na cidade do Salvador, pp. 95-96.

39 Très populaire en Sicile où il naquit et mourut, ce saint avait trouvé, en raison de la couleur brune de sa peau, une grande popularité chez les nègres qui lui vouaient un culte particulier. Cf. Câmara Cascudo, Dicionário do folclore brasileiro, pp. 97-98.

40 On appelle juizes, c’est-à-dire « juges », dans les confréries, les hommes et les femmes qui ont la charge d’organiser des fêtes.

41 On verra infra, pp. 218-219, que cette boisson est constituée par le3 écumes que rejette le jus de canne ou vesou au cours de sa cuisson dans la seconde chaudière à vesou. Elle est dite douce lorsqu’on vient de recueillir ces écumes, et aigre lorsqu’on les a laissé fermenter pendant un certain temps. Les dictionnaires ne fournissent aucune traduction du terme garapa. C’est l'Encyclopédie, XV, p. 830, s. v. taffia, qui m’a fourni le terme de «grappe», car la garapa correspond à peu près à l’étape de la fabrication du tafia ainsi décrite: «On commence par mettre dans de grandes auges de bois construites d’une seule pièce, deux parties d’eau claire, sur lesquelles on verse une partie de gros sirop, d’écumes et de débris de sucre fondus; on ouvre les auges avec des planches et on donne à la fermentation le temps de produire son effet. Au bout de deux ou trois jours, selon la température de l'atmosphère, il s’excite dans les auges un mouvement intestin qui chasse les impuretés grossières et les fait monter à la surface de la grappe, c’est-à-dire de la liqueur, laquelle acquiert une couleur jaune et une odeur aigre extrêmement forte, signe évident que la fermentation a passé de son état spiritueux à celui d’acidité. On passe alors à l’alambic après avoir écumé». Boyer-Peyrelau, Les Antilles françaises, I, pp. 27-28, enregistre le terme de «rapes».

42 L’aipim est une espèce de manioc qui peut sans danger être mangé cru et qui, roti, a le goût de châtaigne (cf. Fr. Vicente do Salvador, História do Brasil, pp. 38-39, Rocha Pita, Historia da America portugueza, p. 35, etc.). Je n’ai pu m’assurer qu’elle correspondait à l’espèce dite « kamanioc » enregistrée par Du Tertre (Histoire générale des Antilles..., II, p. 114).

43 Cf. Du Tertre, Histoire générale des Antilles..., II, p. 510 : « Les nègres ayment leurs enfants avec tant de tendresse, qu’ils s’ostent le morceau de la bouche pour leur donner ; et le meilleur moyen pour gagner leur affection c’est de faire du bien à leurs enfants, car ils se mettraient en pièces pour reconnaître l’amitié qu’on leur porte ».

© Éditions de l’IHEAL, 1968

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

amazon.fr