Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Cultura e opulencia do Brasil por suas drogas e minas

 | 
André Joao Antonil

Livre I

Capitulo VIII. Do caixeiro do engenho1

Texte intégral

  • 1 Sur la traduction de ce terme, selon qu’il s’applique à un homme employé sur l’habitation ou à la (...)
  • 2 Dans les comptes de l’habitation de Sergipe do Conde afférents aux années 1699-1700, on trouve en (...)
  • 3 Cf. infra, pp. 254-259.
  • 4 Cf. infra, p. 260-261.
  • 5 C’est-à-dire par les planteurs « engagés envers le moulin ».
  • 6 Cf. infra, pp. 260-261.
  • 7 Cf. infra, pp. 262-267. Sur la traduction des diverses variétés de sucre, voir supra, pp. 92-93.
  • 8 Cf. infra, pp. 256-257.
  • 9 Cf. infra, pp. 262-269.

1O que aqui se dirá não pertence ao caixeiro da cidade, porque este trata só de receber o assucar já encaixado, de o mandar ao trepiche, de o vender ou embarcar, conforme o senhor do engenho ordenar; & tem livro de razão de dar & haver; ajusta as contas & serve de agente, contador, procurador & depositario de seu amo; ao qual, se a lida he grande, dá-se soldada de quarenta ou cincoenta mil reis2. Fallo aqui do caixeiro que encaixa o assucar depois de purgado. E sua obrigação he mandar tirar o assucar das formas, estando já purgado & enxuto, em dias claros & de sol, assistir quando se mascava, & quando se beneficia no balcão de seccar, partindo-o, quebrando-o, como se dirá em seu lugar3. Elle he que peza o assucar & que o reparte com fidelidade entre os lavradores & o senhor do engenho4, & tira o dizimo que se deve a Deos, & a vintena ou || 22 quinto que pagão os que lavrão em terras do engenho5, conforme o concerto feito nos arrendamentos & o estylo ordinario da terra, o qual em varios lugares he diverso; & tudo assenta para dar conta exactamente de tudo. A elle tambem pertence levantar as caixas & mandallas barrear nos cantos6, encaixar & mandar pilar o assucar, com a divisão do branco macho, do batido & mascavado7; fazer as caras & os fechos quando assim lho encomendarem os donos do assucar8, & finalmente pregar & marcar as caixas9 & guardar o assucar que sobejou para seus donos em lugar seguro & não humido, & os instrumentos de que usa. Entrega as caixas quando se hão de embarcar com ordem de quem as recada ou como dono dellas, ou porque as alcançou por justiça, como muitas vezes acontece, fazendo os acredores penhora no assucar dos devedores antes que saya do engenho. E de tudo pedirá recibo & clareza para poder dar conta de si a quem lha pedir.

  • 10 L’économe de l’habitation de Sergipe do Conde reçut effectivement un salaire annuel de 40 mil-réis (...)

2A soldada do caixeiro nos engenhos mayores he de quarenta mil reis10, & se feitoriza alguma parte do dia ou de noyte, dão-se-lhe cincoenta mil reis. Nos menores dão trinta mil.

CHAPITRE VIII. DE L’ÉCONOME DE L’HABITATION1

3Ce qui va être dit ici ne concerne pas l’économe employé en ville. Celui-ci. en effet, ne s’occupe que de recevoir le sucre déjà mis en caisses, de l’envoyer à l’entrepôt, de le vendre ou de le charger sur un navire, suivant les ordres du maître de l’habitation ; il tient le grand livre du doit et de l’avoir ; il ajuste les comptes et sert d’agent, de comptable, de fondé de pouvoirs et de dépositaire de son maître. A celui-là, si la besogne est grande, on donne un salaire de quarante ou cinquante mil-réis2. Mais je veux parler ici de l’économe qui met le sucre en caisses après que celui-ci a été purgé. Il a pour obligation de faire enlever le sucre des formes une fois qu’il est purgé et égoutté, par temps clair et ensoleillé, d’être là quand on en sépare les moscouades et quand on le conditionne sur les tréteaux de séchage, en le divisant et en le brisant, ainsi que je le dirai en son temps et lieu3. C’est lui qui pèse le sucre et qui le répartit avec loyauté entre les planteurs et le maître de l’habitation4 ; il en prélève la dîme qui est dûe à Dieu, et le vingtième ou || 22 le quint, payé par ceux qui travaillent sur les terres de l’habitation5 selon les conditions fixées dans les baux et selon l’usage courant du pays — usage qui varie selon les endroits ; et il règle tout, afin de rendre exactement compte de tout. C’est à lui aussi que revient de faire le montage des caisses et d’en faire enduire d’argile les coins6 ; de mettre en caisses le sucre et de le faire piler, en le séparant en cassonade blanche, en sucre de sirop fin et en moscouade7 ; de préparer les fonds des pains de sucre et les petites caisses, quand les propriétaires de sucre lui demanderont de le faire8. Enfin, de clouer les caisses et de les marquer9, de ranger le sucre qui reste, à l’intention de ses propriétaires, dans un lieu sûr et non humide, ainsi que les instruments dont il se sert. Il livre les caisses quand il faut les embarquer, selon les ordres de celui qui les dépêche en douane, soit en tant que propriétaire, soit parce qu’il les a obtenues par voie de justice, ainsi que cela arrive souvent, les créanciers prenant des gages sur le sucre de leurs débiteurs avant même qu’il n’ait quitté l’habitation. Et de tout cela il demandera reçus et justifications, afin de pouvoir rendre des comptes de sa gestion à qui lui en demanderait.

4Dans les habitations les plus importantes, le salaire de l’économe est de quarante mil-réis10. Et il s’effectue quelque travail de régie pendant la journée ou pendant la nuit, on lui donne cinquante mil-réis. Dans les habitations de moindre importance, on lui en donne trente.

Notes

1 Sur la traduction de ce terme, selon qu’il s’applique à un homme employé sur l’habitation ou à la ville, cf. supra, p. 86, note 6.

2 Dans les comptes de l’habitation de Sergipe do Conde afférents aux années 1699-1700, on trouve en effet, pour l’économe de la ville, un salaire de 60 mil-réis « por embarcar as caixas, remeter e comprar tudo o que he necessario » (A. N. T. T., Cartório dos Jesuítas, maço 17, no 27). Il faut cependant noter que dans les comptes des années postérieures à 1700, il n’y a trace d’aucun salaire payé à cet employé.

3 Cf. infra, pp. 254-259.

4 Cf. infra, p. 260-261.

5 C’est-à-dire par les planteurs « engagés envers le moulin ».

6 Cf. infra, pp. 260-261.

7 Cf. infra, pp. 262-267. Sur la traduction des diverses variétés de sucre, voir supra, pp. 92-93.

8 Cf. infra, pp. 256-257.

9 Cf. infra, pp. 262-269.

10 L’économe de l’habitation de Sergipe do Conde reçut effectivement un salaire annuel de 40 mil-réis pour les années 1680-1681 et 1699-1700, mais de 50 mil-réis pour les années 1704-1705 et 1705-1706 (A. N. T. T., Cartório dos Jesuítas, maço 17, no 25, 27, 28 et 29). Dans la lettre de la municipalité de Bahia du 12 août 1688, déjà utilisée à titre de référence pour d’autres salaires, le salaire de l’économe est évalué à 50 [mil-] réis (Documentos históricos do Arquivo Municipal [de Bahia] Cartas do Senado, 1684-1692, 3o vol., p. 64).

© Éditions de l’IHEAL, 1968

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

amazon.fr