Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Cultura e opulencia do Brasil por suas drogas e minas

 | 
André Joao Antonil

Livre I

Capitulo VII. Do purgador do assucar

Texte intégral

  • 1 Sur le terme de girao et sur le séchage de l’argile, cf. infra, pp. 242-243 et note 2.
  • 2 Cf. infra, pp. 242-245.
  • 3 Cf. infra, pp. 246-247.
  • 4 Cf. infra, pp. 246-251.
  • 5 Cf. infra, pp. 250-253; sur la traduction de batidos, voir supra, pp. 63-64.
  • 6 A cause des souillures qu’elles déposaient sur le sucre. Cf. Gabriel Soares de Sousa, Notícia do B (...)

1Ao purgador do assucar pertence ver o barro que vem para o girao a seccar-se sobre o cinzeiro, se he qual deve ser, como se dirá em seu lugar1; olhar para o amassador, se anda, como deve, com o rodo no cocho2; furar os paens nas formas, & levantallas3. Conhecer quando o assucar está enxuto & quando he tempo de lhe botar o primeiro barro, & como este se ha de estender, & quanto tempo se ha de deixar antes de lhe botar o segundo; como se lhe hão de dar as humidades || 21 ou lavagens, & quantas se lhe hão de dar; & quaes são os sinaes de purgar ou não purgar bem o assucar, conforme as diversas qualidades & temperas4. A elle tambem pertence ter cuidado dos meles, ajuntallos, cozellos, & fazer delles batidos, ou guardados para fazer agua ardente5. Deve juntamente usa[r] de toda a diligencia para que se não sujem os tanques do mel, & de alguma industria para afugentar aos morcegos que commummente são a praga quasi de todas as casas de purgar6.

  • 7 Cet emploi n’est mentionné ni dans les comptes de l’habitation de Sergipe do Conde des années 1680 (...)

2Ao purgador de quatro mil pães de assucar, dá-se soldada de cincoenta mil reis7. Aos que tem menos trabalho, dá-se tambem menos, com a devida proporção.

CHAPITRE VII. DU PURGEUR DU SUCRE

3C’est au purgeur du sucre qu’il revient d’examiner si l’argile qui est apportée jusqu’au girao pour y être séchée au-dessus du cendrier est comme il convient qu’elle soit, ainsi que je le dirai en son temps et lieu1 ; de voir si le pétrisseur manie bien comme il faut le râble dans l’auge en bois2 ; de percer les pains dans les formes et de mettre celles-ci debout3 ; de savoir reconnaître quand le sucre est sec, et quand il est temps d’y mettre la première couche d’argile, comment il faut étendre celle-ci, et combien de temps il faut la laisser avant d’y mettre la seconde couche ; comment il faut les humidifier || 21 ou les laver, et combien de fois ; et quels sont les signes qui montrent que le sucre se purge bien ou mal, selon les qualités qu’il possède et les cuites qu’il a reçues4. C’est à lui aussi qu’il revient de prendre soin des sirops, de les mélanger, de les faire cuire et d’en faire des sucres de sirop fin, ou bien de les conserver pour en faire de l’eau-de-vie5. Il doit tout à la fois mettre tous ses soins à ce que les bacs à sirop ne se salissent pas, et quelque habileté pour faire fuir les chauves-souris qui sont ordinairement la plaie de presque toutes les purgeries6.

4Au purgeur qui fait quatre mille pains de sucre, on donne un salaire de cinquante mil-réis7. A ceux qui ont moins de travail, on donne un salaire moindre, selon une juste proportion.

Notes

1 Sur le terme de girao et sur le séchage de l’argile, cf. infra, pp. 242-243 et note 2.

2 Cf. infra, pp. 242-245.

3 Cf. infra, pp. 246-247.

4 Cf. infra, pp. 246-251.

5 Cf. infra, pp. 250-253; sur la traduction de batidos, voir supra, pp. 63-64.

6 A cause des souillures qu’elles déposaient sur le sucre. Cf. Gabriel Soares de Sousa, Notícia do Brasil, II, p. 106: «Nas casas de purgar açúcar se criam infinidade deles, onde fazem muito dano, sujando o açúcar com o seu feitio, que é como de ratos; e comem muito dele».

7 Cet emploi n’est mentionné ni dans les comptes de l’habitation de Sergipe do Conde des années 1680-1681, 1699-1700 et 1703-1716 (A. N. T. T., Cartório dos Jesuítas, maço 17, no 25, 27, 28, 29 et maço 15, no 16), ni dans la lettre des officiers de la Municipalité de Bahia au prince-régent D. Pedro, 12 août 1688, déjà citée supra, p. 116, note 15. On verra infra, pp. 238-239, qu’en l’absence de purgeur, c’est le maître-sucrier qui préside à la purgerie.

© Éditions de l’IHEAL, 1968

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

amazon.fr