Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Cultura e opulencia do Brasil por suas drogas e minas

 | 
André Joao Antonil

Livre I

Capitulo IV. Como se ha de haver o senhor do engenho na eleição das pessoas & officiaes que admittir ao seu serviço, & primeiramente, da eleição do capellão

Texte intégral

1Se em alguma cousa mais que em outra ha de mostrar o senhor do engenho a sua capacidade prudencia, esta sem duvida he a boa eleição das pessoas & officiaes que ha de admittir ao seu serviço para o bom governo do engenho, porque sendo a eleição filha da prudencia, com razão se arguirá de imprudente quem escolher pessoas ou de ruim vida ou ineptas para o que hão de fazer. E claro está que huns com a ruim vida desagradarão a Deos & aos homens & serão causa de muitos & bem pezados desgostos, & outros || 11 com a ineptidão causarão dano não ordinario à fazenda. E isto lhe poderão estranhar com razão não só os de casa, por mais chegados a queimar-se ou chamuscar-se com o seu trato, mas tambem os de fóra, & principalmente os lavradores obrigados a experimentar sem culpa os prejuizos que se seguem ao seu malogrado suor, de não saberem os officiaes o que requer o seu officio.

  • 1 Nous avons déjà vu supra, p. 21, qu’un autre jésuite de Bahia, le P. Jorge Benci, avait consacré au (...)

2O primeiro que se ha de escolher com circunspecção & informação secreta do seu procedimento & saber, he o capellão, a quem se ha de encomendar o ensino de tudo o que pertence à vida christaã, para desta sorte satisfazer à mayor das obrigações que tem, a qual he doutrinar ou mandar doutrinar a familia & escravos1, não já por hum crioulo ou por hum feitor que quando muito poderá ensinar-lhes vocalmente as oraçoens & os mandamentos da ley de Deos & da Igreja, mas por quem saiba explicar-lhes o que hão de crer, o que hão de obrar & como hão de pedir a Deos aquillo de que necessitão. E para isso, se for necessario dar ao capellão alguma cousa mais do que se costuma, entenda que este será o melhor dinheiro que se dará em boa mão.

  • 2 Benci, op. cit., pp. 71-78, exhortant les curés et vicaires à enseigner aux esclaves la doctrine ch (...)

3Tem pois o capellão obrigação de dizer missa na capella do engenho nos domingos & dias santos, ficando-lhe livre a applicação das missas nos outros dias da semana por quem quizer, salvo se se concertar de outra sorte com o senhor da capella, recebendo estipendio proporcionado ao trabalho. E nos mesmos domingos & dias santos ou pelo menos nos domingos, se se admittir com esta obrigação, explicará a doutrina christaã, a saber os principaes mysterios da fé & o que Deos & a santa Igreja mandão que se guarde. Quam grande mal he o peccado mortal; que pena lhe tem Deos aparelhado nesta & na outra vida, aonde a alma vive & vivirá immortalmente; que remedio nos deo Deos na encarnação & morte de Jesu Christo seu santissimo Filho, para || 12 que se nos perdoassem assim as culpas como as penas que pelas culpas se devem pagar. De que modo havemos de confessar os peccados & pedir a Deos perdão delles com verdadeiro arrependimento & proposito firme de não tornar a commettellos, ajudados da graça divina. Em que consiste fazer penitencia de seus peccados; quem está no santissimo sacramento do altar, porque está ahi & se recebe; com que disposição se ha de receber em vida, &por viatico na doença mortal; quanto importa ganhar as indulgencias para descontar o que se deve pagar no purgatorio; como cada qual se ha de encomendar a Deos para não cahir em peccado, & offerecer-lhe pela manhaã todo o trabalho do dia; quanto são dignos de abominação os feiticeiros & curadores de palavras & os que a elles recorrem, deixando a Deos, de quem vem todo o remedio, os que dão peçonha ou bebidas (como dizem) para abrandar & inclinar as vontades; os borrachos, os amancebados, os ladrões, os vingativos, os murmuradores & os que jurão falso ou por malignidade ou por interesse ou por respeitos humanos, e finalmente, que premio & que pena ha de dar Deos eternamente a cada qual, conforme obrou nesta vida2.

4Procurará tambem a approvação para ouvir de confissão aos seus applicados, & para que sendo sacerdote & ministro de Deos lhes possa servir frequentemente de remedio, não se contentando só com acudir no artigo da morte aos doentes. Mas advirta na administração deste sacramento que não he senhor delle, por muita authoridade que tenha, porque se o penitente não for disposto por causa de estar amancebado ou andar com odio do proximo ou por não tratar de restituir a fama ou a fazenda que deve, ainda que fosse o mesmo senhor do engenho, o não ha de absolver, & nisto poderia haver, por respeito humano, grande encargo de consciencia & culpa bem grave.

513 Corre tambem por sua conta pôr a todos em paz & atalhar discordias & procurar que na capella em que assiste seja Deos honrado & a Virgem Senhora nossa, cantando-lhe nos sabbados as ladainhas, & nos mezes em que o engenho não moe, o terço do rosario, não consentindo risadas nem conversaçoens & praticas indecentes, não só na capella mas nem ainda no copiar, particularmente quando se celebra o santo sacrificio da missa.

6Advirta alem disto de não receber noyvos nem bautizar fóra de algum caso de necessidade, nem desobrigar na quaresma pessoa alguma sem licença in scriptis do vigario a quem pertencer dalla, nem fazer cousa que toque à jurisdicção dos parocos, para que não encorra nas penas & censuras que sobre isso são decretadas, & de balde se queixe do seu descuido ou ignorancia.

7Finalmente faça muito por morar fóra de casa do senhor do engenho, porque assim convém a ambos, pois he sacerdote & não criado, familiar de Deos & não de outro homen. Nem tenha em casa escrava para o seu serviço que não seja adiantada na idade. Nem se faça mercador ao divino ou ao humano, porque tudo isto muito se oppoem ao estado clerical que professa, & se lhe prohibe por varios Summos Pontífices.

8O que se costuma dar ao capellão cada anno pelo seu trabalho, quando tem as missas da semana livres, são quarenta ou cincoenta mil reis. E com o que lhe dão os applicados, vem a fazer huma porção competente bem ganhada se guardar tudo o que acima está dito. E se houver de ensinar aos filhos do senhor do engenho, se lhe acrecentará o que for justo & correspondente ao trabalho.

  • 3 Ces deux cérémonies sont encore en usage de nos jours. La traduction de l’expression botar a canna (...)

9No dia em que se bota a canna a moer, se o senhor do engenho não convidar ao vigario, o capellão benzerá o engenho & pedirá a Deos que dê bom rendimento & livre || 14 aos que nelle trabalhão de todo o desastre. E quando no fim da safra o engenho pejar, procurará que todos dem a Deos as graças na capella3.

CHAPITRE IV. DE LA FAÇON DONT LE MAITRE DE L’HABITATION DOIT SE COMPORTER DANS LE CHOIX DES PERSONNES ET DES OUVRIERS QU’IL PRENDRA A SON SERVICE. ET, EN PREMIER LIEU, DU CHOIX DU CHAPELAIN

10S’il est une chose dans laquelle, plus qu’en toute autre, le maître de l’habitation doit montrer sa compétence et sa prudence, c’est bien dans le choix judicieux des personnes et des ouvriers que, pour le bon gouvernement de son habitation, il doit engager à son service. Cari le choix est fils de la prudence, et c’est à juste titre que l’on taxera d’imprudent celui qui choisira des personnes soit de mauvaises mœurs soit inaptes à ce qu’elles devront faire. Il est clair que les unes, par leurs mauvaises mœurs, déplairont à Dieu et aux hommes et seront la cause de nombreux et bien lourds ennuis, et que les autres, || 11 par leur inaptitude, causeront au domaine un préjudice peu commun. Et c’est à juste titre que pourront lui en faire le reproche non seulement les gens de la maison, parce qu’ils sont les plus exposés à se brûler ou à se roussir en les fréquentant, mais encore les gens du dehors, et en particulier les planteurs obligés de supporter, alors qu’ils n’y sont pour rien, les dommages qui récompenseront leur sueur dépensée en pure perte, et qui proviendront de ce que les ouvriers ne connaissent pas les exigences de leur métier.

11La première personne qu’il faut choisir avec circonspection et après s’être renseigné en secret sur son comportement et son savoir, est le chapelain, qui sera chargé de l’enseignement de tout ce qui appartient à la vie chrétienne, afin que le maître satisfasse ainsi au plus grand de ses devoirs, qui est celui d’enseigner la doctrine chrétienne ou de la faire enseigner à sa famille et à ses esclaves1, non plus par les soins d’un créole ou d’un commandeur qui, tout au plus, pourra leur apprendre par cœur les prières et les commandements de la loi de Dieu et de celle de l’Église, mais par les soins de quelqu’un qui saura leur expliquer ce qu’ils doivent croire, ce qu’ils doivent faire, et comment ils doivent demander à Dieu ce dont ils ont besoin. Pour cela, s’il est nécessaire de donner au chapelain quelque chose de plus qu’il n’est coutume, que le maître sache bien qu’il n’est pas possible de placer cet argent-là en de meilleures mains.

12Le chapelain a donc pour obligation de dire la messe dans la chapelle de l’habitation les dimanches et jours de fête ; les autres jours de la semaine, il est libre de dire les messes pour qui il le désire, sauf s’il en est convenu autrement avec le maître de la chapelle ; et il reçoit un salaire proportionné à son travail. Les dimanches et jours de fête, ou au moins les dimanches, si son contrat comporte cette dernière obligation, il expliquera le catéchisme, à savoir : les principaux mystères de la Foi, et ce que Dieu et la Sainte Eglise ordonnent d’observer ; quel grand mal est le péché mortel ; quel châtiment Dieu lui a réservé dans ce monde et dans l’autre, où l’âme vit et vivra éternellement ; quel remède Dieu nous a donné par l’Incarnation et la mort de Jésus-Christ, Son très saint Fils, afin || 12 que nous soient remises tant nos fautes que les peines que nous devons souffrir à cause de nos fautes ; de quelle façon nous devons confesser nos péchés et en demander pardon à Dieu, avec un repentir sincère et le ferme propos de ne plus les commettre, avec l’aide de la grâce divine ; en quoi consiste faire pénitence pour ses péchés; qui est dans le très Saint Sacrement de l’autel ; pourquoi il y est et pourquoi on le reçoit ; avec quelles dispositions nous devons le recevoir pendant notre vie et, comme viatique, en cas de maladie mortelle ; combien il importe de gagner les indulgences pour diminuer la peine que nous devrons subir au Purgatoire ; comment chacun doit se recommander à Dieu pour ne pas tomber dans le péché, et lui offrir, le matin, tout le travail de la journée ; combien sont dignes d’abomination les sorciers, les guérisseurs et ceux qui ont recours à eux et qui négligent Dieu, de qui nous vient tout remède ; ceux qui donnent du poison ou des philtres (comme ils disent), pour disposer et incliner les volontés ; les ivrognes, les concubins, les voleurs, les vindicatifs, les calomniateurs, et ceux qui font des faux serments par malignité, par intérêt ou pour d’autres considérations humaines ; et, finalement quelle récompense ou quelle peine Dieu donnera dans l’Eternité à chacun d’entre nous suivant les œuvres accomplies en cette vie2.

13Il se préoccupera aussi d’obtenir l’autorisation de l’Ordinaire pour entendre en confession ceux dont il la charge afin que, étant prêtre et ministre de Dieu, il puisse leur apporter fréquemment secours au lieu de se borner à assister les malades à l’article de la mort. Mais qu’il songe bien, en administrant ce sacrement, que, quelque grande que soit l’autorité qu’il possède, il n’en est pas le maître, car si le pénitent n’est pas en bonnes dispositions, soit parce qu’il est en état de concubinage, soit parce qu’il garde la haine de son prochain, soit parce qu’il ne s’occupe pas de rétablir la réputation qu’il a détruite ou de rendre l’argent qu’il doit, quand ce serait le maître de l’habitation lui-même, il ne devrait pas lui donner l’absolution, et si, par respect humain, il le faisait, il pourrait charger lourdement sa conscience et commettre une faute très grave.

1413 C’est à lui que revient aussi de faire régner la paix sur tout le inonde, de couper court aux discordes et de veiller, dans la chapelle où il officie, à ce que Dieu soit honoré, ainsi que la Vierge Notre Dame, en chantant chaque samedi ses litanies et, pendant les mois où le moulin ne roule pas, en récitant le chapelet ; et enfin de ne pas tolérer les rires, les conversations et les pratiques indécentes, non seulement dans la chapelle mais encore dans la galerie couverte, en particulier lorsqu’on célèbre le saint sacrifice de la messe.

15En outre, qu’il prenne garde à ne pas célébrer de mariages ni de baptêmes, sauf en cas de nécessité, à ne pas faire accomplir le devoir pascal à qui que ce soit sans une autorisation in scriptis du vicaire à qui il appartient de le faire, à ne se mêler de rien qui relève de la juridiction des curés, afin de ne pas encourir les peines et les censures qui sanctionnent ces actes, et de ne pas avoir à se plaindre en vain de sa légèreté ou de son ignorance.

16Enfin, qu’il insiste pour loger hors de la maison du maître de l’habitation, car ceci est de leur intérêt à tous deux ; en effet, il est prêtre et non domestique, serviteur de Dieu et non d’un homme. Qu’il n’ait pas chez lui pour le servir de femme esclave qui ne soit d’âge avancé. Et qu’il ne fasse commerce ni des choses divines ni des choses humaines, car tout cela est très opposé à l’état clérical dont il fait profession, et lui est interdit par plusieurs Souverains Pontifes.

17Il est coutume de donner annuellement au chapelain quarante ou cinquante mil réis pour son travail, quand ses messes en semaine sont libres ; avec ce que lui donnent ceux pour lesquels il dit la messe, cela arrive à faire une rétribution convenable et bien gagnée, s’il respecte tout ce qui a été dit plus haut. Et s’il doit enseigner les enfants du maître de l’habitation, on augmentera cette somme de ce qui est juste et correspond à ce travail.

18Le jour où l’on met la canne au moulin, et si le maître de l’habitation n’a pas convié le vicaire, le chapelain bénira le moulin et demandera à Dieu de donner un bon rendement et de garder || 14 ceux qui y travaillent de tout accident. Et quand, à la fin de la récolte, le moulin s’arrêtera de rouler, il s’efforcera de faire venir tout le monde dans la chapelle pour y rendre grâce à Dieu3.

Notes

1 Nous avons déjà vu supra, p. 21, qu’un autre jésuite de Bahia, le P. Jorge Benci, avait consacré aux devoirs chrétiens des maîtres d’habitation un ouvrage rédigé en portugais à Bahia, en 1700, et publié à Rome en 1705 sous le titre de Economia cristã dos senhores no governo dos escravos.... Antonil expose ici rapidement un thème que Benci développait longuement (op. cit., pp. 63-70). Mais tandis qu’il décharge les maîtres du soin de catéchiser eux-mêmes leurs esclaves, en leur conseillant d’utiliser les services d’un chapelain, Benci, lui, insistait sur la responsabilité personnelle et active qui leur incombait. Cf. également le sermon prêché en 1633 à Bahia, à laConfrérie des Noirs, par le P. Antonio Vieira (Obras escolhidas, éd. Sá da Costa, XI, p. 31).

2 Benci, op. cit., pp. 71-78, exhortant les curés et vicaires à enseigner aux esclaves la doctrine chrétienne, leur rappelait qu’ils ne satisfaisaient pas à cette obligation « só com perguntarem pela Quaresma aos escravos, no tempo da desobriga, se sabem as Orações e os Mandamentos da Lei de Deus; e vendo que os sabem ou, para melhor dizer, que os rezam (pois muitos os rezam sem saberem o que rezam) logo sem mais outra doutrina os admitem aos Sacramentos. Este certamente não é o modo com que devem ser doutrinados estes rudes, porque não está o ponto em que os escravos digam quantas são as Pessoas da Santíssima Trindade e rezem o Credo e os Mandamentos e mais Orações; mas é necessário que entendam o que dizem, percebam os mistérios que hão-de crer, e penetrem bem os preceitos que hão de guardar. E ao Pároco pertence explicar-lhos e fazer-lhos perceptíveis de maneira que os entendam os escravos [...] Que importa que o pároco ensine aos escravos as orações, os mistérios da Fé, e os preceitos da Lei se os não propõem com palavras acomodadas à rudeza e pouca capacidade de negros boçais ? Se os não explica e declara, uma e outra vez, para que o entendam ? Se não usa de semelhanças e exemplos palpáveis ? Se lhes não faz patente aos olhos o mistério de que não é capaz o entendimento ? ».

3 Ces deux cérémonies sont encore en usage de nos jours. La traduction de l’expression botar a canna a moer par « mettre la canne au moulin » et de safra par « roulaison » m’a été inspirée par les textes français relatifs aux Antilles (cf. G. Debien, Un colon sur sa plantation, pp. 32, 74, 80, 83, etc. et supra, p. 78, note 4).

© Éditions de l’IHEAL, 1968

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

amazon.fr