Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Cultura e opulencia do Brasil por suas drogas e minas

 | 
André Joao Antonil

Livre I

Capitulo III. Como se ha de haver o senhor do engenho com os lavradores & outros vizinhos, & estes com o senhor

Texte intégral

  • 1 On a déjà vu supra, pp. 84-85, combien ce titre était estimé et source d’orgueil. Santos Vilhena, N (...)

1O ter muita fazenda cria commummente nos homens ricos & poderosos desprezo da gente mais pobre, & por isso Deos facilmente lha tira, para que se não sirvão della para crecer em soberba. Quem chegou a ter titulo de senhor, parece que em todos quer dependencia de servos1. E isto || 8 principalmente se vê em alguns senhores que tem lavradores em terras do engenho, ou de canna obrigada a moer nelle, tratando-os com altivez & arrogancia. Donde nace o serem malquistos & murmurados dos que os não podem sofrer, & que muitos se alegrem com as perdas & desastres que de repente padecem, pedindo os miseraveis opprimidos a cada passo justiça a Deos por se verem tam avexados, & desejando ver aos seus oppressores humilhados para que aprendão a não tratar mal aos humildes. Assim como o medico deseja & procura tirar fóra a malignidade & abundancia do humor peccante que faz ao corpo indisposto & doente, para lhe dar desta sorte não sòmente vida mas tambem perfeita saude.

  • 2 Tout le début de ce chapitre peut être utilement comparé à ce qu’écrivit sur le même sujet Santos V (...)
  • 3 C’est en effet le maître de l’habitation qui établissait le calendrier de la coupe des différentes (...)
  • 4 Le maître-sucrier était spécialement chargé d’y veiller (cf. infra, p. 114-115). Plus tard, une foi (...)

2Nada pois tenha o senhor de engenho de altivo, nada de arrogante & soberbo: antes seja muito affavel com todos, & olhe para os seus lavradores como para verdadeiros amigos, pois taes são na verdade, quando se desentranhão para trazerem os seus partidos bem plantados & limpos, com grande emolumento de engenho, & dê-lhes todo o adjutorio que puder em seus apertos, assim com a authoridade como com a fazenda. Nem ponha menor cuidado em ser muito justo & verdadeiro quando chegar o tempo de moer a canna & de fazer & encaixar os assucares, porque não seria justiça tomar para si os dias de moer que deve dar aos lavradores por seu turno, ou dar a hum mais dias que a outro, ou misturar o assucar que se fez de hum lavrador com o da tarefa de outro, ou escolher para si o melhor, & dar ao lavrador o somenos2. E para evitar estas duvidas & qualquer outra suspeita semelhante, avise ou mande avisar com tempo a quem por direito se segue para que possa cortar & carrear a canna & tella na moenda ao seu dia3, & haja nas formas seu sinal para que se distingão das outras4. Nem estranhe que os lavradores queirão ver no tendal & casa de purgar, no balcão & casa de encaixar, ao seu assu car, pois tanto lhes || 9 custou chegallo a pôr nesse estado & tanta amargura precedeo a esta limitada doçura!

  • 5 C’est-à-dire par des planteurs qui possédaient en propre des champs de canne, ou bien dont les baux (...)

3Tambem seria sinal de ter ruim coração fazer má vizinhança aos que moem a canna livre em outros engenhos5, só porque a não moem no seu, nem ter boa correspondencia com os senhores de outros engenhos, só porque cada qual delles folga de moer tanto como outro, ou porque a algum delles lhe vay melhor, com menos gasto & sem perdas. E se a enveja entre os primeiros irmãos que houve no mundo foy tam arrojada que chegou a ensanguentar as mãos de Caim com o sangue de Abel, porque Abel levava a benção do Ceo & Caim não, por sua culpa, quem duvida que poderia chegar a renovar semelhantes tragedias ainda hoje entre os parentes, pois ha no Brasil muitas paragens em que os senhores de engenho são entre si muito chegados por sangue & pouco unidos por charidade, sendo o interesse a causa de toda a discordia, & bastando tal vez hum pao que se tire ou hum boy que entre em hum cannaveal por descuido para declarar o odio escondido & para armar demandas & pendencias mortaes? O unico remedio, pois, para atalhar pezados desgostos, he haver-se com toda a urbanidade & primor, pedindo licença para tudo cada vez que for necessario, valer-se do que tem os vizinhos & persuadir-se que se negão o que se pede, será porque a necessidade os obriga. E quando ainda se conhecesse que o negar-se he por desprimor, a verdadeira & mais nobre vingança será dar logo a quem negou o que se pedio na primeira occasião dobrado do que pede, para que desta sorte caya por bom modo na conta de como devia proceder.

4Sobre todos, porém, os que se devem haver com mayor respeito para com o senhor do engenho, são os lavradores que tem partidos obrigados à sua moenda; & muito mais os que lavrão em terras que o senhor lhes tem arrendado, particularmente quando desta sorte começàrão sua vida e chegàrão || 10 por esta via a ter cabedal, porque a ingratidão & o faltar ao respeito & cortezia devida he nota digna de ser muito estranhada, & hum agradecimento obsequioso cativa aos animos de todos com correntes de ouro. Porém este respeito nunca ha de ser tal que incline a obrar contra justiça, principalmente quando fossem induzidos a fazer cousa contraria à ley de Deos, como seria a jurar em demandas crimes ou civeis contra a verdade, & a pôr-se mal com os que com razão se defendem. E o que tenho dito dos senhores do engenho, digo tambem das senhoras, as quaes, posto que mereção mayor respeito das outras, não hão de presumir que devem ser tratadas como rainhas, nem que as mulheres dos lavradores hão de ser suas criadas, & apparecer entre ellas como a lua entre as estrellas menores.

CHAPITRE III. DE LA FAÇON DONT LE MAÎTRE DE L’HABITATION DOIT SE COMPORTER ENVERS SES PLANTEURS ET ENVERS SES AUTRES VOISINS, ET CEUX-CI ENVERS LE MAÎTRE

5La possession de grands biens crée généralement, chez les hommes riches et puissants, le mépris des gens plus pauvres, et c’est la raison pour laquelle Dieu les leur reprend facilement, afin qu’ils ne s’en servent point pour accroître leur superbe. Celui qui est parvenu au titre de maître semble vouloir trouver en tous les hommes une soumission d’esclaves1. 8 On voit cela, en particulier, || chez quelques maîtres qui traitent avec hauteur et arrogance les planteurs qui ont des terres sur leur habitation ou qui sont soumis à l’obligation d’y faire moudre leur canne. De là vient qu’ils sont détestés et critiqués par ceux qui ne peuvent les supporter ; que beaucoup de gens se réjouissent des pertes et des accidents soudains qu’ils subissent, et que ces malheureux, opprimés à tout instant, demandent justice à Dieu de toutes les vexations qu’ils souffrent, et souhaitent voir leurs oppresseurs humiliés, afin qu’ils apprennent à ne pas maltraiter les humbles. Ainsi le médecin souhaite-t-il faire sortir la malignité et l’abondance des humeurs peccantes qui indisposent le corps et le rendent malade, et y emploie-t-il tous ses efforts afin de lui rendre ainsi non seulement la vie mais encore une santé parfaite.

6Que le maître de l’habitation n’ait donc rien de hautain, rien d’arrogant ni de superbe ; qu’il soit, au contraire, affable avec tous, qu’il considère ses planteurs comme de véritables amis, car ils le sont en vérité lorsqu’ils s’épuisent à bien planter et nettoyer ses champs de canne, pour le plus grand bénéfice de l’habitation ; et qu’il leur fournisse toute l’aide qu’il pourra dans leurs difficultés, aussi bien par son autorité que par sa fortune. Qu’il n’apporte pas moins de soin à être juste et très loyal quand arrivera le moment de moudre la canne, de faire les sucres et de les mettre en caisses, car il ne serait point juste qu’il utilisât pour lui-même les jours qu’il doit accorder aux planteurs pour moudre pour leur propre compte, ou bien qu’il donnât à l’un plus de jours qu’à l’autre, ou bien qu’il mélangeât le sucre d’un planteur avec celui de la tâche d’un autre, ou bien encore qu’il choisît pour lui le meilleur sucre et donnât au planteur le moins bon2. Pour éviter ces doutes et tout autre soupçon de ce genre, qu’il prévienne ou fasse prévenir à temps celui dont vient normalement le tour, afin qu’il puisse couper la canne, la charroyer et la mettre au moulin au jour fixé3, et qu’il marque les formes à son chiffre, afin qu’on reconnaisse les siennes des autres4. Qu’il ne s’étonne pas si les planteurs désirent voir leur sucre dans l’empli, dans la purgerie, sur les tréteaux et 9 dans l’atelier où on le met en caisse, car il leur en a tant coûté || pour arriver à en faire cela, et tant d’amertume a précédé cette brève douceur !...

7Ce serait aussi la marque d’un cœur méchant que de faire mauvais voisinage avec ceux qui font moudre leur canne « libre » dans d’autres moulins5, pour la seule raison qu’ils ne la font pas moudre dans le leur, ou bien de ne pas être en bons termes avec les maîtres d’autres habitations, pour la seule raison que chacun se réjouit de moudre autant que l’autre, ou bien encore que pour l’un cela se passe mieux que pour l’autre, avec moins de dépenses et sans pertes. Si l’envie qui opposa les deux premiers frères qu’il y eut au monde fut si violente qu’elle en vint à ensanglanter les mains de Caïn du sang d’Abel, parce qu’Abel avait reçu la bénédiction du Ciel et que Caïn, par sa faute, en avait été privé, est-il quelqu’un pour douter que l’on pourrait arriver, aujourd’hui encore, à voir se répéter semblables tragédies entre parents ? Car il existe au Brésil de nombreux endroits où les maîtres d’habitation sont entre eux très proches par le sang, mais peu unis par la charité, car l’intérêt est la cause de toute leur discorde, et il suffit parfois d’un piquet qu’on arrache ou d’un bœuf qui pénètre par manque de surveillance dans un champ de cannes pour faire éclater la haine secrète et pour déchaîner des procès et des querelles mortelles. Le seul remède pour couper court à de lourds ennuis est donc de se comporter toujours avec urbanité et courtoisie, de demander l’autorisation pour toute chose chaque fois qu’il sera nécessaire d’utiliser le bien de ses voisins, et d’être persuadé que si ces derniers refusent ce qu’on leur demande, c’est parce qu’ils y sont contraints par la nécessité. Et quand bien même on viendrait à savoir que le refus provient d’un manque de courtoisie, la véritable et la plus noble vengeance sera, à la première occasion, de donner immédiatement le double de ce qu’il demande à celui qui a refusé ce qu’on lui demandait, afin qu’il se rende ainsi compte, par un bon exemple, de la façon dont il aurait dû agir.

8Parmi tous ceux qui doivent se comporter avec le plus grand respect envers le maître de l’habitation, se trouvent en particulier les planteurs qui ont des champs de canne engagés au moulin, et plus encore ceux qui travaillent sur des terres que le maître leur a louées, surtout lorsqu’ils ont ainsi commencé leur vie et qu’ils sont arrivés, || 10 par ce moyen, à posséder quelques biens. Car montrer de l’ingratitude et manquer au respect et à la déférence auxquels on est tenu sont des défauts qui méritent d’être vivement blâmés, tandis qu’un remerciement plein de courtoisie retient captifs tous les cœurs dans des chaînes d’or. Ce respect ne doit pourtant jamais être tel qu’il incite à agir contrairement à la justice, surtout s’il se trouvait qu’on poussât ces hommes à faire des choses contraires à la loi de Dieu, comme par exemple, dans des procès criminels ou civils, de jurer contre la vérité, et de mal se comporter envers ceux qui se défendent à juste raison.

9Et ce que j’ai dit des maîtres d’habitation, je le dis aussi de leurs épouses : bien qu’elles méritent de la part des autres femmes le plus grand respect, il ne faut pas qu’elles s’imaginent qu’elles doivent être traitées comme des reines, ni qu’elles doivent considérer les femmes des planteurs comme leurs servantes et se montrer au milieu d’elles comme la lune au milieu des étoiles de faible grandeur.

Notes

1 On a déjà vu supra, pp. 84-85, combien ce titre était estimé et source d’orgueil. Santos Vilhena, Notícias soteropolitanas..., I, p. 187, jugeait les maîtres d’habitation « soberbos de ordinário, e tão pagos da sua gloria vã que julgão nada se pode comparar com elles ».

2 Tout le début de ce chapitre peut être utilement comparé à ce qu’écrivit sur le même sujet Santos Vilhena (op. cit., I, p. 182).

3 C’est en effet le maître de l’habitation qui établissait le calendrier de la coupe des différentes cannaies, et le chef-commandeur qui avisait les planteurs des jours fixés. Cf. infra, pp. 108-109 et 160-163.

4 Le maître-sucrier était spécialement chargé d’y veiller (cf. infra, p. 114-115). Plus tard, une fois le sucre purgé et prêt à être séché au soleil, c’est l’économe de l’habitation qui devait à son tour observer cette juste distinction entre les sucres des différents planteurs (cf. infra, pp. 256-259).

5 C’est-à-dire par des planteurs qui possédaient en propre des champs de canne, ou bien dont les baux de fermage ne comportaient pas de clause les obligeant à faire broyer leurs cannes au moulin de leur propriétaire.

© Éditions de l’IHEAL, 1968

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

amazon.fr