Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Cultura e opulencia do Brasil por suas drogas e minas

 | 
André Joao Antonil

Livre I

[1] Capitulo I. Do cabedal que ha de ter o senhor de hum engenho real

Texte intégral

  • 1 Ce titre n’était pas un titre de noblesse, puisqu’il était simplement utilisé pour reconnaître la q (...)
  • 2 Tel était en effet le rendement moyen d’une habitation à sucre au Brésil (cf. Fernão Cardim, Tratad (...)
  • 3 Sur le contrat qui unissait le maître d’habitation aux planteurs de canne à sucre qui apportaient l (...)

1O ser senhor de engenho he titulo a que muitos aspirão, porque traz consigo o ser servido, obedecido & respeitado de muitos1. E se for, qual deve ser, homem de cabedal & governo, bem se pode estimar no Brasil o ser senhor de engenho quanto proporcionadamente se estimão os títulos entre os fidalgos do Reyno. Porque engenhos ha na Bahia que dão ao senhor quatro mil pães de assucar2 & outros pouco menos, com canna obrigada à moenda, de cujo rendimento logra o engenho ao menos a ametade, como de qualquer outra que nelle livremente se moe, & em algumas partes ainda mais que a ametade3.

  • 4 Cf. infra, pp. 146-147.

2Dos senhores dependem os lavradores que tem partidos arrendados em terras do mesmo engenho como os cidadãos dos fidalgos. E quanto os senhores são mais possantes & bem aparelhados de todo o necessario, affaveis & verdadeyros, tanto mais são procurados, ainda dos que não tem a || 2 canna cativa ou por antiga obrigação ou por preço que para isso recebèrão4.

  • 5 Littéralement, « esclaves à bêche et à serpe ». L’expression « nègres à sarcler et nègres à récolte (...)
  • 6 Ces salaires seront précisés par Antonil, infra, pp. 104-105, 110-113, 116-117, 118-119 et 120-121. (...)

3Servem ao senhor do engenho em varios officios, além dos escravos de enxada & fouce que tem nas fazendas & na moenda5, & fóra os mulatos & mulatas, negros & negras de casa ou occupados em outras partes, barqueiros, canoeiros, calafates, carapinas, carreiros, oleiros, vaqueiros, pastores & pescadores. Tem mais cada senhor destes necessariamente hum mestre de assucar, hum banqueiro & hum contrabanqueiro, hum purgador, hum caixeiro no engenho & outro na cidade, feitores nos partidos & roças, hum feitor mór do engenho, & para o espiritual hum sacerdote seu capellão, & cada qual destes officiaes tem soldada6.

  • 7 Peças, c’est-à-dire peças da India. Ce terme dont l’équivalent français est « pièce d’Inde » appart (...)
  • 8 Roça, qui désigne un terrain défriché par brûlis et planté de cultures vivrières, a été traduit par (...)
  • 9 Carro signifie de nos jours « charrette », mais j’ai préféré le traduire par « cabrouet », terme co (...)
  • 10 Le transport des cannes jusqu’à l’engin à sucre était en effet assuré par cabrouets et, éventuellem (...)
  • 11 Cf. infra, pp. 188-195.
  • 12 Id., ibid.
  • 13 On a vu supra, pp. 90-92, la justification de la traduction de caldeiras et tachas par « chaudières (...)
  • 14 Cf. infra, pp. 208-209 et note 10.
  • 15 Cf. infra, pp. 168-181, 196-201, 206-207 et 234-239.

4Toda a escravaria (que nos mayores engenhos passa o numero de cento & cincoenta & duzentas peças7, contando as dos partidos) quer mantimentos & farda, medicamentos, enfermaria & enfermeiro, & para isso são necessarias roças de muitas mil covas de mandioca8. Querem os barcos velame, cabos, cordas & breu. Querem as fornalhas, que por sete & oito mezes ardem de dia & de noite, muita lenha, & para isso ha mister dous barcos velejados para se buscar nos portos, indo hum atraz do outro sem parar, & muito dinheiro para a comprar, ou grandes mattos com muitos carros9 & muitas juntas de boys para se trazer. Querem os cannaveaes tambem suas barcas & carros com dobradas esquipaçoens de boys10. Querem enxadas & fouces. Querem as serrarias machados & serras. Quer a moenda de toda a casta de paos de ley de sobrecellente11 & muitos quintaes de aço & de ferro. Quer a carpentaria madeiras selectas & fortes para esteyos, vigas, aspas & rodas12, e pelo menos os instrumentos mais usuaes, a saber serras, trados, verrumas, compassos, regras, escopros, enxós, goivas, machados, martellos, cantins || 3 & junteiras, pregos & plainas. Quer a fabrica do assucar paroes & caldeiras, tachas & bacías13 & outros muitos instrumentos menores, todos de cobre, cujo preço passa de oito mil cruzados, ainda quando se vende não tam caro como nos annos presentes14. São finalmente necessarias, além das sanzallas dos escravos & além das moradas do capellão, feitores, mestre, purgador, banqueiro & caixeiro, huma capella decente com seus ornamentos & todo o aparelho do altar, & humas casas para o senhor de engenho, com seu quarto separado para os hospedes que no Brasil, falto totalmente de estalagens, são continuos, & o edificio do engenho forte & espaçoso, com as mais officinas, & casa de purgar, caixaria, lambique & outras cousas que por miudas aqui se escusa apontallas, & delias se fallará em seu lugar15.

  • 16 Cette multiplication des habitations à sucre était préjudiciable, non seulement à leurs propriétair (...)
  • 17 Cf. Préfontaine, Maison rustique... de Cayenne, p. 75: « L’état d’habitant sucrier étant celui qui (...)

5O que tudo bem considerado, assim como obriga a huns homens de bastante cabedal & de bom juizo a quererem antes ser lavradores possantes de canna, com hum ou dous partidos de mil pães de assucar, com trinta ou quarenta escravos de enxada & fouce, do que ser senhores de engenho por poucos annos, com a lida & attenção que pede o governo de toda essa fabrica, assim he para pasmar como hoje se atrevem tantos a levantar engenhocas tanto que chegarão a ter algum numero de escravos & achàrão quem lhes emprestasse alguma quantidade de dinheiro16 para começar a tratar de huma obra de que não são capazes por falta de governo & de agencia, & muito mais por ficarem logo na primeira safra tam empenhados com dividas que na segunda ou terceira já se declarão perdidos, sendo juntamente causa que os que fiarão delles dandolhes fazenda & dinheiro tambem quebrem, & que outros zombem da sua mal fundada presumpção, que tam depressa converteo em palha secca aquella primeira verdura de huma apparente mas enganosa esperança17.

64 E ainda que nem todos os engenhos sejão reaes nem todos puxem por tantos gastos quantos até aqui temos apontado, comtudo entenda cada qual que com as mortes & fugidas dos servos, & com a perda de muitos cavallos & boys, & com as seccas que de improviso apertão & mirrão a canna, & com os desastres que a cada passo succedem, crecem os gastos mais do que se cuidava. Entenda tambem que os pedreiros & carapinas & outros officiaes desejosos de ganhar à custa alhea lhe facilitarão tudo de tal sorte que lhe parecerá o mesmo levantar hum engenho que huma sanzalla de negros; & quando começar a ajuntar os aviamentos, achará ter já despendido tudo o que tinha antes de se pôr pedra sobre pedra, & não terá com que pagar as soldadas, crecendo de improviso os gastos como por causa das enxurradas os rios.

7Tambem, se não tiver a capacidade, modo & agencia que se requer na boa disposição & governo de tudo, na eleição dos feitores & officiaes, na boa correspondencia com os lavradores, no trato da gente sujeita, na conservação & lavoura das terras que possue, & na verdade & pontualidade com os mercadores & outros seus correspondentes na praça, achará confusão & ignominia no titulo de senhor de engenho, donde esperava acrecentamento de estimação & de credito. Por isso, tendo já fallado do que pertence ao cabedal que ha de ter, tratarei agora de como se ha de haver no governo, & primeiramente da compra & conservação das terras & seus arrendamentos aos lavradores que tem, & logo da eleição dos officiaes que ha de admittir ao seu serviço, apontando as obrigaçoens & as soldadas de cada hum delles, conforme o estylo dos engenhos reaes da Bahia, & ultimamente do governo domestico da sua familia, fdhos & escravos, recebimento dos hospedes & pontualidade em dar satisfação a quem deve, do que depende a conservação do seu credito, que he o melhor cabedal dos que se prezão de honrados.

[1] CHAPITRE I. DES BIENS QUE DOIT POSSÉDER LE MAÎTRE D’UN ENGENHO « ROYAL »

8Être maître d’habitation, c’est un titre auquel beaucoup aspirent car il entraîne avec lui le privilège d’être servi, obéi et respecté par beaucoup1. Si le maître d’habitation est, comme il doit l’être, possesseur de grands biens et bon administrateur, c’est à juste raison que l’on peut, au Brésil, estimer sa condition dans la même mesure où, parmi les gentilshommes du Royaume, on estime les titres de noblesse. Il est, en effet, à Bahia, des habitations qui rapportent à leur maître quatre mille pains de sucre2 et d’autres à peine moins, si on fait entrer en ligne de compte la canne engagée au moulin et dont il revient à l’habitation au moins la moitié, ainsi que de toute autre canne qui y est moulue librement ; et, en certains endroits, cette part est encore supérieure à la moitié3.

9De même que les roturiers dépendent des gentilshommes, ainsi dépendent des maîtres d’habitation les planteurs qui ont affermé des champs de canne sur les terres de l’habitation elle-même. Plus les maîtres sont riches, bien pourvus de tout le nécessaire, affables et loyaux, plus ils sont recherchés, même par ceux dont || 2 la canne n’est pas engagée, soit en vertu d’une ancienne obligation, soit du fait d’une somme d’argent qu’ils ont reçue en échange4.

10Au service du maître de l’habitation se trouvent divers corps de métiers. Outre les esclaves à sarcler et à récolter qui travaillent dans les plantations et au moulin5, outre les mulâtres et mulâtresses, nègres et négresses du service domestique, ou travaillant en d’autres endroits, il y a des matelots pour les barques et d’autres pour les canots, des calfats, des charpentiers, des cabrouetiers, des potiers, des vachers, des bergers et des pêcheurs. Tout maître possède nécessairement, en outre, un maître sucrier, un contremaître-sucrier et un aide-sucrier, un purgeur, un économe employé sur l’habitation, un autre économe employé à la ville, des commandeurs dans les champs de canne et les jardins à vivres, un chef-commandeur pour l’ensemble de l’habitation et, pour le spirituel, un prêtre qui lui sert de chapelain. Chacun de ces derniers reçoit un salaire6.

11Pour tous les esclaves (qui, dans les habitations les plus importantes, dépassent le nombre de cent cinquante et deux cents pièces7, en comptant ceux qui sont occupés dans les champs de canne), il faut des vivres, des vêtements, des médicaments, une infirmerie et un infirmier ; il est donc nécessaire d’avoir des jardins à vivres plantés de plusieurs milliers de pieds de manioc8. Les barques veulent des voiles, des cables, des cordes et du brai. Les fourneaux qui, pendant sept ou huit mois, brûlent nuit et jour, veulent beaucoup de bois. Et pour cela il faut avoir deux bateaux à voile qui, se relayant sans cesse, aillent en chercher dans les ports, et il faut beaucoup d’argent pour l’acheter ; ou bien il faut de grandes forêts, avec beaucoup de cabrouets9 et beaucoup de paires de bœufs pour le charroyer. Les cannaies veulent aussi leurs barques, et leurs cabrouets à double attelage de boeufs10, et aussi des bêches et des serpes. Les scieries veulent des haches et des scies. Le moulin veut toutes sortes de bois durs en réserve11, et beaucoup de quintaux de fer et d’acier. L’atelier de charpenterie veut des bois choisis et résistants pour les poteaux, les poutres, les roues et leurs rayons12, et au moins les outils les plus usuels, à savoir des scies, des tarières, des vrilles, des compas, des règles, des ciseaux, des assettes, des gouges, des haches, des marteaux, des bouvets || 3 et des mouchettes, des clous et des rabots. La fabrication du sucre veut des bailles et des chaudières à vesou, des chaudières à sirop et des rafraîchissoirs13, et nombre d’autres ustensiles plus petits, tous en cuivre, et dont le prix dépasse huit mille cruzades, même quand le cuivre ne se vend pas aussi cher qu’actuellement14. Enfin, outre les cases des esclaves et les logements du chapelain, des commandeurs, du maître-sucrier, du purgeur, du contremaître-sucrier et de l’économe, il faut une chapelle décente, avec ses ornements et tout l’appareil de l’autel, et une maison pour le maître de l’habitation, comportant un appartement séparé pour les hôtes qui, au Brésil, pays totalement dépourvu d’auberges, s’y succèdent sans arrêt ; il faut encore le bâtiment du moulin, robuste et spacieux, avec tous les ateliers qui en dépendent, plus la purgerie, l’atelier de mise en caisses, la distillerie et bien d’autres choses encore, trop minimes pour que je les mentionne ici, mais dont je parlerai en temps voulu15.

12De même que tout ceci, bien considéré, conduit certains hommes assez fortunés et de bon sens à préférer être planteurs propriétaires de canne à sucre, avec un ou deux champs de cannes qui leur rapportent mille pains de sucre, et trente ou quarante esclaves à sarcler et à récolter, plutôt qu’être maîtres d’habitation pendant un petit nombre d’années, avec tout le labeur et l’attention que réclame l'administration de toute cette entreprise, de même il est étonnant de voir comment, de nos jours, tant d’hommes se lancent dans l’exploitation d’engenhocas dès qu’ils sont arrivés à posséder quelques esclaves et qu’ils ont trouvé quelqu’un qui leur prête quelque argent16. Ils se hasardent ainsi dans une affaire qu’ils ne sont pas capables de bien conduire parce qu’ils manquent d’esprit d’administration et de diligence, et plus encore, parce que dès la première récolte ils sont tellement endettés qu’à la seconde ou la troisième ils s’avouent déjà perdus ; et ils sont en même temps cause que ceux qui ont eu confiance en eux et qui leur ont donné terre et argent, manquent à leur tour, et que les autres se gaussent de cette présomption mal fondée qui, si vite, a changé en feuilles sèches la verdeur première d’une apparente mais trompeuse espérance17.

134 Bien que tous les engenhos ne soient pas « royaux » et n’entraînent pas à autant de dépenses que nous l’avons indiqué jusqu’ici, il faut cependant que chacun se mette dans l’idée que, avec les décès et les fuites d’esclaves, avec la perte de nombreux chevaux et bœufs, avec les sécheresses qui soudain étiolent et brûlent la canne, et avec les accidents qui surviennent à tout instant, les dépenses augmentent bien plus qu’on ne l’escomptait. Il faut aussi se mettre dans l’idée que les maçons, les charpentiers et autres ouvriers, désireux de gagner de l’argent aux dépens d’autrui, rendront toutes choses si faciles qu’il lui paraîtra aussi simple de construire un moulin qu’une case de nègres. Mais quand le maître de l’habitation commencera à réunir les matériaux, il se rendra compte que, avant même d’avoir mis pierre sur pierre, il a déjà dépensé tout ce qu’il possédait, et il n’aura rien pour payer le salaire de ses ouvriers, car ses dépenses auront soudainement augmenté à la façon dont, en raison des crues, se gonflent les rivières.

14Ajoutons que s’il n’a pas les capacités, la manière et l’habileté que requièrent le bon ordre et la bonne administration de toute chose, le choix des commandeurs et des ouvriers, les bonnes relations avec les cultivateurs, la façon de traiter les gens qui sont à son service, l’entretien et la culture des terres qu’il possède, et la loyauté et la ponctualité envers les marchands et envers ses autres correspondants sur la place, il ne trouvera que honte et déshonneur dans ce titre de maître d’habitation, alors qu’il espérait y trouver accroissement de considération et de crédit. C’est pourquoi, après avoir parlé de ce qui touche aux biens qu’il doit posséder, je traiterai maintenant de la façon dont il doit se comporter dans son administration, et d’abord, de l’achat et de l’entretien des terres et des contrats de fermage avec les planteurs qui dépendent de lui ; ensuite, du choix des ouvriers qu’il doit admettre à son service, en indiquant les obligations et les salaires de chacun d’eux, selon l’usage qui est en pratique dans les engenhos « royaux » de Bahia ; et enfin, du gouvernement domestique de sa famille, de ses enfants et de ses esclaves, de la façon de recevoir ses hôtes, et de la ponctualité à satisfaire ceux dont il est le débiteur, car c’est de cela que dépend le maintien de son crédit, le meilleur des biens de ceux qui se flattent d’être gens de qualité.

Notes

1 Ce titre n’était pas un titre de noblesse, puisqu’il était simplement utilisé pour reconnaître la qualité de propriétaire d’engin à sucre, et pourtant il contribua rapidement à la formation d’une véritable aristocratie rurale qui joua un très grand rôle, non seulement dans la vie économique du Brésil mais dans la vie politique et sociale de ce pays, principalement du xviie à la fin du xixe siècle.

2 Tel était en effet le rendement moyen d’une habitation à sucre au Brésil (cf. Fernão Cardim, Tratado da terra e da gente do Brasil, apud Wanderley Pinho, História de um engenho do Recôncavo, pp. 49-50 ; Rocha Pita, Historia da America Portugueza, p. 32. Il correspond à une roulaison normale de huit mois environ. Le P. Labat, III, p. 397, évalue le rendement d’une sucrerie des Antilles à 6 000 pains, mais il ne tient pas compte des inévitables suspensions de roulaison.

3 Sur le contrat qui unissait le maître d’habitation aux planteurs de canne à sucre qui apportaient leur récolte à son moulin, cf. infra, pp. 94-95 et note 6, et pp. 146-147.

4 Cf. infra, pp. 146-147.

5 Littéralement, « esclaves à bêche et à serpe ». L’expression « nègres à sarcler et nègres à récolter » qui est employée par Dutrône la Couture dans son Précis sur la canne..., tableau hors texte, pp. 340-341, répond exactement à l’expression d’Antonil, et c’est pourquoi je l’ai préférée à « nègres de jardin », beaucoup plus courante aux Antilles (cf. 1’Encyclopédie, XV, p. 618 ; Boyer-Peyrelau, Les Antilles françaises, I, pp. 176-177 ; G. Debien, Les origines des esclaves des Antilles, p. 371 et Les colons des Antilles et leur main d’œuvre..., p. 6).

6 Ces salaires seront précisés par Antonil, infra, pp. 104-105, 110-113, 116-117, 118-119 et 120-121. La désignation de certains de ces employés a posé un problème de traduction assez délicat, en particulier mestre de assucar, banqueiro, contrabanqueiro et caixeiro. Pour les trois premiers, à partir de la désignation de « sucriers », employée aux Antilles pour les « ouvriers qui travaillent dans les sucreries » (cf. Encyclopédie, XV, p. 618), j’ai composé les expressions « maître-sucrier », « contremaître-sucrier » et « aide-sucrier », car il n’existait pas d’équivalents exacts. Quant à caixeiro, qui s’applique à la fois à deux employés, l’un travaillant à l’atelier de mise en caisse, l’autre travaillant à la ville comme dépositaire et fondé de pouvoir du maître d’habitation, il a été traduit par « économe », selon la terminologie de Tollenare dans ses Notes dominicales, f. 157 (manuscrit en cours de publication par M. le Professeur Bourdon).

7 Peças, c’est-à-dire peças da India. Ce terme dont l’équivalent français est « pièce d’Inde » appartenait au vocabulaire de la traite des nègres et désignait, ainsi que l’explique Savary des Brulons, Dictionnaire universel de Commerce..., III, col. 832, « un homme ou une femme depuis quinze jusqu’à vingt-cinq ou trente ans au plus qui est sain, bien fait, point boiteux et avec toutes ses dents ». Labat, t. III, pp. 416-417, estime à 120 le nombre d’esclaves nécessaires pour une sucrerie fabricant 6 000 pains de sucre annuellement, ce qui paraît très peu.

8 Roça, qui désigne un terrain défriché par brûlis et planté de cultures vivrières, a été traduit par « jardin à vivres », expression correspondante en usage aux Antilles. On sait que le manioc constituait, au Brésil comme aux Antilles et en Guyane, l’aliment de base non seulement des esclaves mais de toute la population.

9 Carro signifie de nos jours « charrette », mais j’ai préféré le traduire par « cabrouet », terme constamment employé aux Antilles (cf. Du Tertre, Histoire générale des Antilles, II, p. 470 ; Labat, III, p. 421 ; Moreau de Saint Méry, Description... de Saint-Domingue, I, p. 553 ; Boyer-Peyrelau, Les Antilles françaises, I, p. 284, etc.).

10 Le transport des cannes jusqu’à l’engin à sucre était en effet assuré par cabrouets et, éventuellement, par barques. Cf. infra, pp. 164-167.

11 Cf. infra, pp. 188-195.

12 Id., ibid.

13 On a vu supra, pp. 90-92, la justification de la traduction de caldeiras et tachas par « chaudières à vesou » et « chaudières à sirop ». Quant à la traduction de paroes et bacias, par « bailles » et « rafraîchissoirs », elle est conforme à la nomenclature employée par Labat, III, pp. 268-275. Antonil reviendra sur l’utilisation précise de chacun de ces récipients, infra, pp. 205-209 et 212-214.

14 Cf. infra, pp. 208-209 et note 10.

15 Cf. infra, pp. 168-181, 196-201, 206-207 et 234-239.

16 Cette multiplication des habitations à sucre était préjudiciable, non seulement à leurs propriétaires et à ceux qui leur avançaient les capitaux nécessaires, mais encore aux habitations établies de façon plus ancienne. En effet, la consommation de bois à brûler qu’entraîne la fabrication du sucre étant très forte, les forêts ne pouvaient plus suffire aux besoins des habitations devenues trop proches les unes des autres ; et faute de combustible pour les sucreries, les récoltes se perdaient, provoquant ainsi la ruine des maîtres d’habitation. Les choses en arrivèrent à un tel point qu’en 1680 les officiers de la municipalité de Bahia portèrent cette question devant le Conselho Ultramarino de Lisbonne et que, le 3 novembre 1681, une provision du prince régent D. Pedro essaya de réfréner cette prolifération en interdisant la création de nouvelles habitations à sucre à moins d’une demi-lieue de distance des habitations déjà établies (cf. consulta du Conselho Ultramarino, Lisbonne, 7 octobre 1681 in Doc. Hist., LXXXVIII, pp. 209-211 et provision du prince régent D. Pedro, Lisbonne 3 novembre 1681, in Doc. Hist., XXVIII, pp. 26-28).

17 Cf. Préfontaine, Maison rustique... de Cayenne, p. 75: « L’état d’habitant sucrier étant celui qui donne le plus de considération aux colons, quant à la partie de la culture, bien des gens le préfèrent à celui de caféyer, d’indigotier, etc., et sont souvent les dupes de leur vanité et de leur peu de réflexion. On ne fait jamais de démarches à faux dans cette partie sans qu’on ait lieu de s’en repentir. L’imprudence et le défaut de calcul détruisent la fortune de quiconque tente cette entreprise sans la connaître. De vingt-six sucreries qui étaient à Cayenne en 1724, plus de la moitié ont été détruites par cet inconvénient. Il faut donc compter avec soi-même et calculer avant que de se porter à une entreprise sujette à tant de revers ».

© Éditions de l’IHEAL, 1968

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540