Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Cultura e opulencia do Brasil por suas drogas e minas

 | 
André Joao Antonil

Introduction

Texte intégral

I. — L’ÉDITION DE 1711 DE CULTURA E OPULENCIA DO BRASIL ET LES RÉÉDITIONS

  • 1 Valentim da Costa Deslandes, fils de Miguel Deslandes, imprimeur français établi au Portugal depuis (...)

1Au début du mois de mars 1711, des presses de Valentim da Costa Deslandes, imprimeur royal à Lisbonne1, sortait un ouvrage in 8° de [xvi]-205 pages, dont la page de titre est reproduite ci-contre.

  • 2 La pagination indiquée ci-dessous (chiffres romains entre crochets et chiffres arabes) est reprodui (...)

2L’ensemble des pages non numérotées s’y présente de la façon suivante2 :

  • 3 Cette feuille n’existe ni dans l’exemplaire de la B. N. de Paris, ni dans celui du British Museum. (...)

p. [i] : Titre abrégé : CULTURA/E OPULENCIA DO RRASIL/POR SUAS DROGAS E MINAS3 :
p. [ii] (en blanc)
p. [iii] : Titre complet, tel qu’on vient d’en voir la reproduction ;
p. [iv] (en blanc) ;
pp. [
v-vii] : Dédicace AOS SENHORES DE ENGE-/-nhos, Lavradores do Assucar, & do Ta-/ - baco, & aos que se occupão em tirar Ouro das/Minas do Estado do Brasil, et appel à leur générosité en faveur de la canonisation du P. José de Anchieta ;
p. [viii] : PRIMEIRA PARTE./CULTURA/E OPULENCIA DO RRASIL/Na Lavra do Assucar. /ENGENHO REAL/Moente & corrente. Sommaire de cette partie ;
pp. [ix-xi] : Préface de la première partie : PROEMIO, signée O Anonymo Toscano ;

  • 4 Cette feuille n’existe pas non plus dans l’exemplaire de Paris et dans celui de Londres. La page [x (...)

pp. [xii-xiv] : Approbations du Saint-Office (8 et 30 novembre, 5 décembre 1710), de l’Ordinaire (12 décembre 1710) et du Palais (15 et 17 janvier 1711) ;
p. [xv] : Autorisations de mise en vente du Saint-Office (5 mars 1711), de l’Ordinaire (6 mars 1711) et du Palais (6 mars 1711)4 ;
p. [xvi] (en blanc).
Viennent ensuite les pages numérotées :
pp. 1-36 : LIVRO I (de la lre partie), en 12 chapitres ;
pp. 36-75 : LIVRO II, en 12 chapitres ;
pp. 75-105 : LIVRO III, en 12 chapitres ;
p. 106 (en blanc)
pp. 107-127 : SEGUNDA PARTE. /CULTURA/E/OPULENCIA DO BRASIL/Na Lavra do Tabaco. /en 12 chapitres ;
p. 128 (en blanc)
pp. 129-181 : TERCEIRA PARTE. /CULTURA/E/OPULENCIA DO BRASIL/Pelas Minas do Ouro. /en 17 chapitres ;
p. 182 (en blanc)
pp. 183-194 : QUARTA PARTE. /CULTURA/E/OPULENCIA DO BRASIL/Pela abundancia do Gado, & Courama, & outros Contratos Reaes,/que se rematão nesta Con-/-quista. /en 6 chapitres ;
pp. 195-205 : Table des matières.

  • 5 Cf. Basilio de Magalhães, Expansão geográfica do Brasil colonial ; J. Capistrano de Abreu, Capítulo (...)

3En quatre parties d’importance très inégale, comme on le voit, l’auteur brossait un tableau des principales richesses du Brésil à l’aube du xviiie siècle — canne à sucre, tabac, mines d’or, bétail à cornes et commerce des cuirs — accompagné d’abondants commentaires techniques sur l’exploitation de chacune d’elles, et suivi d’un bref résumé des ressources tirées des diverses fermes royales de cette colonie. Et c’est pourquoi, faute de documents d’archives encore insuffisamment exploitées, cette œuvre est devenue la source principale des historiens qui se sont penchés sur l’histoire du Brésil de cette époque5.

  • 6 Cf. infra, pp. 38-46.
  • 7 Innocencio Francisco da Silva, Diccionario bibliographico..., I, p. 63, et Rubens Borba de Moraes, (...)

4Il s’en fallut de très peu, cependant, pour qu’elle demeurât inconnue : pour des raisons que nous examinerons plus tard, elle fut en effet détruite peu après avoir été imprimée6. De très rares exemplaires échappèrent au pilon ou aux flammes, et c’est à peine si on peut actuellement en dénombrer six — un à la Bibliothèque Nationale de Paris, un au British Museum, un à la Bibliothèque Nationale de Lisbonne, deux à la Bibliothèque Nationale de Rio de Janeiro, et un à la Faculté de Droit de l’Université de São Paulo7.

5Mais à partir du xixe siècle plusieurs rééditions firent connaître ce texte précieux.

  • 8 Ou plus exactement Frei José Mariano da Conceição Veloso, moine franciscain, né en 1742 à São José, (...)
  • 9 Un volume in-8° de [vi] + 116 + [viii] p. et 4 pl. Il convient de remarquer que Fr. José Mariano n’ (...)

6La première d’entre elles, partielle, est due à Frei José Mariano Veloso8 qui, en 1800, offrit au public les trente-six premiers chapitres de Cultura e Opulencia do Brasil relatifs à la culture de la canne et à la fabrication du sucre, sous le titre suivant : « Extracto sobre os engenhos de assucar do Brasil e sobre o methodo já então praticado na factura deste sal essencial, tirado da obra Riqueza e Opulencia do Brasil, para se combinar com os novos methodos que agora se propoem debaixo dos auspicios de S. Alteza Beal o Principe Regente Nosso Senhor. Lisboa, na Typographia Chalcographica e Litteraria do Arco do Cego. Anno M. DCCC »9. La transcription du texte d’Antonil est fidèle, à quelques variantes orthographiques près.

  • 10 Un volume in-8° de vii + 214 p.
  • 11 Varnhagen (Historia Geral do Brasil, III, p. 359) identifie cet éditeur anonyme avec le négociant e (...)
  • 12 Antonil, Cultura e Opulencia do Brasil, éd. de 1837, pp. v-vii. Cette préface est reproduite intégr (...)

7Mais c’est à Rio de Janeiro, en 1837, sur les presses de Villeneuve &Cia, que fut réalisée la première réédition intégrale de Cultura e Opulencia do Brasil10. Dans une courte préface, l’éditeur anonyme11 relate les nombreuses difficultés qu’il rencontra, tant au Brésil qu’au Portugal, pour se procurer l’édition de 1711, ouvrage qu’il avait vu à Rio de Janeiro chez un particulier, mais qui, après la mort de celui-ci, avait mystérieusement disparu. Des recherches entreprises simultanément à Lisbonne et à Porto en 1834 lui permirent d’obtenir, sinon l’édition de 1711 elle-même, du moins une copie manuscrite12. Et ce petit détail, qui semble relever du simple domaine de l’anecdote, est en réalité d’une très grande importance, car le texte de 1837, réédité d’après cette copie, est un texte très infidèle. Une comparaison minutieuse, ligne par ligne et mot par mot, de ces deux textes — celui de 1711 et celui de 1837 — nous montre en effet des différences considérables. Certaines phrases ou certains mots de l’édition de 1711 ont été soit modifiés soit omis. Les quelques exemples ci-dessous donneront une idée des graves altérations subies de ce fait par un grand nombre de passages.

Édition de 1711

Édition de 1837

p. [vi] : podem ajudar como agradecidos e liberaes obra tão santa

p. 1 : podem ajudar como agradecidos obra tão santa

p. [vii] : para que publicadas nos templos & celebradas nos altares, acrecentem tambem maior gloria àquelle Senhor que he honrado nas honras dos Santos & glorificado em suas glorias

p. 2 : para que publicadas nos templos e celebradas nos altares, accrescentem tambem maior gloria àquelle senhor bemfazejo

p. 2 : Toda a escravaria (que nos mayores engenhos passa o numero de cento & cincoenta duzentas peças

p. 8 : Toda a escravatura (que nos maiores engenhos passa o numero de cento e cincoenta a duzentas peças

p. 2 : Querem os barcos velame

p. 8 : Querem os barcos velames

p. 3 : & dellas se fallará em seu lugar

p. 9 : e delias se fallará

p. 3 : a quererem antes ser lavradores possantes de canna

p. 9 : a quererem antes serem lavradores possantes de canna

p. 3 : por falta de governo & de agencia

p. 9 : por falta de governo e diligencia

p. 4 : com as mortes & fugidas dos servos, & com a perda de muitos cavallos & boys & com as seccas que de improviso apertão e mirrão a canna

p. 9 : com as mortes e com as secas que de improvizo apertão e mirrão a canna

p. 4 : achará confusão & ignominia no titulo de senhor de engenho

p. 10 : achará confusão e ignorancia no titulo de senhor de engenho

p. 14 : Nem os outros feitores por terem mando hão de crer que o seu poder não he coartado nem limitado

p. 21 : Nem os outros feitores por terem mando hão de crer que os seus poderes não são restringidos nem limitados

p. 15 : quando se não emende, o ha de despedir certamente

p. 22 : quando se não emende, o ha de despedir directamente

p. 16 : Pergunta quanto caldo ha mister nas caldeiras

p. 23 : Pergunta quando caldo ha mister nas caldeiras

8Et l’on pourrait encore allonger cette liste, car en bien des pages de la réédition de 1837 on relève des fautes de ce genre.

  • 13 Un volume in-8° de [iv] + 117 p.
  • 14 Je n’ai trouvé aucune biographie de ce personnage, mais on sait qu’il fut l’un des principaux colla (...)
  • 15 Né à Rio de Janeiro en 1823, mort en 1904, José da Costa Azevedo commença sa carrière comme officie (...)
  • 16 Cette dédicace est reproduite infra, Document no II.
  • 17 Sur l’expression « maîtres d’habitation à sucre » par laquelle je traduis senhores de engenho, cf. (...)

9La seconde réédition de Cultura e Opulencia do Brasil fut réalisée à Macau en 1898, sur les presses de Noronha & Cia13, par les soins de l’un des esprits cultivés de cette petite colonie portugaise, Horácio Poiares14, et dédiée par lui au Conseiller brésilien José da Costa Azevedo, Barão do Ladário, qu’il avait eu l’occasion de connaître lorsque celui-ci, en 1893, avait été envoyé comme ambassadeur au Japon15. Dans sa brève dédicace, Horácio Poiares expose, dans un style très ampoulé, les motifs qui l’ont conduit à faire cette réédition, et il indique le texte dont il s’est servi pour cela : « Le manuscrit porte la date de 1711. L’impression est faite selon l’original, et on en a conservé l’orthographe »16. Par « manuscrit », il faut entendre « édition princeps », bien entendu ; quant à l’orthographe, en dépit de l’affirmation d’Horácio Poiares, elle a été très souvent modernisée. Par ailleurs, le titre est amputé de la référence au P. José de Anchieta, et toutes les pages non numérotées de l’édition de 1711, c’est-à-dire la dédicace « aux Maîtres d’habitation à sucre, aux planteurs de cannes à sucre et de tabac, et à ceux qui s’emploient à extraire l’or des mines de l’État du Brésil »17, les approbations et l’avant-propos, ne sont pas reproduites. Cependant, le texte d’Antonil qui nous est offert est fidèle dans son ensemble, et on n’y trouve aucune des omissions ou des erreurs grossières de la réédition de 1837. On regrettera d’autant plus que, devenue très rare, cette réédition de 1898 soit demeurée pratiquement inconnue des chercheurs.

  • 18 « Revista do Archivo Publico Mineiro », IV (1899), pp. 397-557.

10La troisième réédition fut publiée en 1899, à Belo Horizonte, dans le tome IV de la Revista do Archivo Publico Mineiro, par João Pedro Xavier da Veiga18. Malheureusement, c’est le texte de 1837 qui fut reproduit, avec les mêmes erreurs.

  • 19 Un volume in-8° de 280 p. L’étude de Taunay occupe les pages 7-59 et l’ouvrage d’Antonil les pages  (...)

11Vers 1920, dans un programme de réimpressions de textes historiques brésiliens devenus rares, la Companhia Melhoramentos de São Paulo confia à l’historien Afonso de E. Taunay le soin de préparer une nouvelle édition de Cultura e Opulencia do Brasil. Cette réédition, la quatrième, fut donc publiée à São Paulo en 1923 sous le titre suivant : « André João Antonil (João Antonio Andreoni, S. J.) e sua obra. Estudo biobibliographico por Affonso de E. Taunay »19. Cet ouvrage a le très grand mérite de présenter la première étude consacrée à Cultura e Opulencia do Brasil et à son auteur. Mais le texte de cette nouvelle édition est, ainsi qu’une comparaison minutieuse le démontre, celui de la défectueuse réédition de Rio de Janeiro, 1837.

  • 20 Un volume in-8° de 253 + ix p., sous le titre abrégé de Cultura e Opulência do Brasil.
  • 21 André João Antonil, Cultura e Opulência do Brasil por suas drogas e minas. Com anotações de Orlando (...)

12Plus récemment, deux nouvelles éditions de Cultura e Opulencia do Brasil nous ont été proposées, l’une en 1955 par la Livraria Progresso Editora, à Salvador (Bahia)20, l’autre en 1962 par le Boletim Geográfico publié par le Conselho Nacional de Geografia de Rio de Janeiro21.

13L’édition de 1955, précédée de quelques lignes de présentation de l’historien Pinto de Aguiar est, une fois encore, faite d’après celle de Rio de Janeiro 1837, mais avec une orthographe modernisée.

14Quant à l’édition du Boletim Geográfico, elle est, elle aussi, faite d’après l’édition de Rio de Janeiro 1837 dont elle conserve l’orthographe et les erreurs. A la différence des précédentes rééditions, le texte d’Antonil y est accompagné de notes du géographe Orlando Valverde. Mais ces notes, peu nombreuses et peu détaillées, ne constituent pas à proprement parler un commentaire critique de l’ouvrage d’Antonil.

15Trois raisons essentielles m’ont amenée à faire de cet ouvrage une nouvelle édition.

16La première raison découle immédiatement de tout ce qui vient d’être dit : après les altérations subies par Cultura e Opulencia do Brasil dans ses diverses rééditions, il était nécessaire de présenter aux historiens un texte conforme à celui de l’édition princeps de 1711.

17La deuxième raison tient dans l’autorité dont jouit Antonil auprès des spécialistes d’histoire coloniale du Brésil. Il n’est pas un manuel d’histoire, pas une étude sur la vie économique et sociale du nord-est brésilien à l’extrême fin du xviie siècle et au tout début du xviiie siècle, qui ne comporte des développements entièrement basés sur Cultura e Opulencia do Brasil et qui n’en cite de longs passages. Et pourtant, aucune confrontation systématique des renseignements qu’y fournit son auteur avec les documents d’archives n’a jamais été tentée. N était-il pas opportun de s’y risquer et de présenter non seulement un texte fidèle mais une édition critique ?

18La troisième et dernière raison se trouve dans les difficultés de compréhension que recèle Cultura e Opulencia do Brasil pour tout ce qui concerne 1 histoire de la technique. Texte « diabolique » parfois, non seulement par 1’emploi d’un vocabulaire qui n’est plus en usage, mais par le style de son auteur. Ainsi s’imposa l’idée d’offrir aux lecteurs français une traduction qui, pour imparfaite qu’elle puisse être encore, soit susceptible de les aider à utiliser les ressources d’une œuvre aussi capitale.

II — L’AUTEUR DE CULTURA E OPULENCIA DO BRASIL

19Cultura e Opulencia do Brasil se présente comme l’œuvre d’un certain André João Antonil. Cependant, la fin de l’avant-propos suscite, dans 1 esprit du lecteur attentif, un doute sur la véritable personnalité de 1'auteur puisque celui-ci y déclare : « Si quelqu’un désire connaître l’auteur de ce travail curieux et utile, c’est un ami du bien public dénommé le Toscan anonyme ». « André João Antonil » est-il donc un pseudonyme et, dans l’affirmative, quelle personnalité dissimule-t-il ?

  • 22 Panorama, V (1841), p. 208.

20Il est curieux de voir que, dans sa Bibliotheca Lusitana, Diogo Barbosa Machado, qui fut presque le contemporain d’Antonil, ne consacra pas une ligne à Cultura e Opulencia do Brasil et à son auteur. Ce silence, 1'auteur de 1'article du Panorama qui, en 1841, présentait au public portugais la réédition de Rio de Janeiro 1837, dont quelques exemplaires venaient de parvenir à Lisbonne, se l’explique par la signature de l’avant-propos de Cultura e Opulencia do Brasil : O Anonymo Toscano. « C’est peut-être de ces mots que Barbosa déduisit que l’auteur était étranger, et à cause de cela qu’il exclut l’ouvrage de sa Bibliotheca Lusitana, ainsi qu’il le fit pour d’autres, écrits en portugais par des auteurs d’un autre pays »22 Mais quant à lui, l’auteur de l’article n’émettait aucune opinion sur la nationalité d’Antonil.

  • 23 Innocencio, I, p. 63.

21Dans son Diccionario Bibliographico Portuguez, dont le premier tome sortit en 1868, Innocencio Francisco da Silva signala à son tour le silence de Diogo Barbosa Machado, et, pour sa part, jugea qu’Antonil devait être italien et que ce nom n’était qu’un pseudonyme, puisque l’avant-propos était signé O Anonymo Toscano23.

  • 24 Lettre de Capistrano de Abreu à Afonso de E. Taunay, Rio de Janeiro, 23 juillet 1921, in Taunay, An (...)
  • 25 Id., ibid.

22Mais ce n’est qu’en 1886 que la solution du problème fut donnée par l’historien brésilien J. Capistrano de Abreu, dans sa préface aux Informações e fragmentos historicos do Padre José de Anchieta, S. J.24. Avec une modestie rare et comme s’il s’agissait d’une chose sans importance, Capistrano de Abreu se bornait d’ailleurs, en invitant ses lecteurs à méditer les enseignements de Cultura e Opulencia do Brasil, à donner à Antonil une identité, celle de « João Antonio Andreoni », « parce qu’Antonil était son pseudonyme ». Cette affirmation passa inaperçue, et c’est à Afonso de E. Taunay que revient le mérite de l’avoir fait connaître. En effet, Taunay demanda à Capistrano de Abreu de lui expliquer comment il était parvenu à cette conclusion, et, dans l’étude biobibliographique qui précède sa réédition de l’ouvrage d’Antonil, il publia la lettre que Capistrano lui adressa en réponse25. Voici les points principaux de cette lettre, que je me bornerai à résumer, en l’appuyant toutefois par une citation de texte qui n’y est pas contenue mais qui m’a paru indispensable.

  • 26 Aloys et Augustin de Backer, Bibliothèque des Écrivains de la Compagnie de Jésus, Liège 1853-1801, (...)

23Capistrano de Abreu avait eu une première intuition — à savoir que Cultura e Opulencia do Brasil « était l’œuvre d’un Jésuite, et d’un Jésuite toscan, comme le disait le prologue amphibologique ». Le hasard de ses lectures l’ayant plus tard mis en présence du nom d’Andreoni, jésuite qui avait occupé d’importantes charges à Bahia à la fin du xviie et au début du xviiie siècle, l’historien se convainquit qu’Andreoni et Antonil n’étaient qu’un seul et même homme. Pourtant plusieurs années s’écoulèrent encore avant que la consultation de la Bibliothèque des Écrivains de la Compagnie de Jésus, des frères Aloys et Augustin de Backer, lui permît de faire la preuve de ses intuitions26.

  • 27 Juan López de Arvizu ou Arbizu, 1668-1732, auteur de plusieurs catalogues bio-bibliographiques d’éc (...)

24Le court article relatif à Jean Antonio Andreoni, inspiré d’une notice du Catalogus librorum a Patribus Societatis Jesu factorurn in Provinciae Brasiliensi transactis annis, du P. Juan Lopez de Arbizu27, lui apprit alors que ce jésuite était « né l’an 1650 à Lucques en Toscane », qu’il « embrassa la vie religieuse le 20 mai 1667 » et qu’il « s’embarqua ensuite pour le Brésil où il remplit les emplois les plus importants » ; qu’il « fut successivement maître des novices, recteur du Collège de Bahia et enfin Provincial du Brésil », et qu’il mourut le 13 mars 1716 ». Et parmi les quelques oeuvres d’Andreoni recensées par les frères de Backer, Capistrano de Abreu découvrit Cultura e Opulencia do Brasil sous le titre latin donné par Arbizu : Ubertas et opulentia Brasiliensis per assiduam mercium aurique commutationem aliarumque rerum notitiae ad confectionem sachari et beti, vulgo Tabaco culturam, methodus nitide effodiendi aurum, argentique fodinas indagandi annui redditus et proventus Lusitaniae Coronae ex Americano statu provenientes. Opus V. P. Josephi de Anchieta publicae venerationis studiosis nuncupatum, editum suppresso nomine Authoris Lusitanice. Lisboa, Deslandes 1711, 4°.

25Ainsi était dissipé le mystère de l’identité d’Antonil. Et Capistrano de Abreu résolut alors l’énigme de son pseudonyme : « André João Antonil » était l’anagramme presque parfait de « João Antonio Andreoni », et la seule lettre supplémentaire, le-1 final d’« Antonil », était l’initiale du mot luquense, c’est-à-dire « natif de Lucques ».

  • 28 Serafim Leite, História da Companhia de Jesus no Brasil, VII, pp. 110-114 et 120-121, et VIII, pp.  (...)

26Capistrano nourrit longtemps le projet d’écrire une biographie d’Antod’Antonil ; mais, devant la rareté des éléments qu’il put réunir, il y renonça. C’est au P. Serafim Leite, jésuite et auteur de la monumentale História da Companhia de Jesus no Brasil, qu’il devait revenir de la tracer, à l’aide des archives dont il eut la disposition28. Qui était donc le P. João Antonio Andreoni ?

27Né le 8 février 1649 à Lucques, en Toscane, il étudia le droit à l’Université de Pérouse avant de faire son entrée dans la Compagnie de Jésus à Rome le 20 mai 1667. Professeur d’humanités et répétiteur de rhétorique et de philosophie au Séminaire, il fit la connaissance du P. Antonio Vieira qui se trouvait également à Rome depuis 1669, et c’est peut-être de cette rencontre que naquit son désir de se rendre au Brésil. En tout cas, il gagna Lisbonne d’où, en janvier 1681, il s’embarqua pour le Brésil en compagnie du P. Vieira. Le 15 août 1683, à Bahia, il prononçait ses vœux solennels.

28La chronologie des charges qu’occupa ensuite le P. Andreoni n’est pas établie avec précision. Du moins savons-nous qu’il enseigna la rhétorique au Collège de Bahia, et qu’il fut directeur de la congrégation des étudiants et maître des novices. Il fut également secrétaire de plusieurs Provinciaux, et notamment du P. Vieira, Visiteur général du Brésil et du Maranhão, qui l’envoya à Pernambouc, en 1689, comme Visiteur. A deux reprises différentes il fut recteur du Collège de Bahia : une première fois avant 1705, année ou il fut nommé Provincial, et une seconde fois après 1709. Le 13 mars 1716, il s’éteignait au Collège de Bahia, à l’âge de 67 ans.

  • 29 Serafim Leite, op. cit., VII, pp. 113-114 et 120-121.

29S’il mania la langue latine, tant en prose qu’en vers, avec une élégance qui le signala à l’attention de ses contemporains, Antonil fut surtout un excellent juriste, doué d’un remarquable talent pour démêler procès et litiges. Mais son habileté s’étendait à bien d’autres domaines, et elle eut l’occasion de se manifester dans des circonstances particulièrement délicates. En effet, tandis qu’en 1693 trois décrets royaux venaient successivement interdire aux religieux étrangers d’exercer les fonctions de maîtres de novices, de secrétaires ou d’adjoints de Provincial, le P. Andreoni obtint grâce à l’appui du Provincial Diogo Machado et du P. Alexandre de Gusmão, de faire suspendre en sa faveur le dernier de ces décrets. Et quelques années plus tard, en 1698, alors même que le Général de la Compagnie de Jésus ordonnait la dispersion des nombreux jésuites de nationalité italienne que le P. Andreoni avait réunis au Collège de Bahia, Andreoni lui-même conserva la charge de recteur qu’il occupait alors. A la Cour de Lisbonne on s’étonna de la faveur insigne qui était ainsi témoignée au jésuite italien. Mais le Boi et ses ministres considéraient le P. Andreoni non pas comme un étranger, mais comme un véritable Portugais. Et. l’on sait aussi que le P. Andreoni fut à Bahia confesseur de deux gouverneurs généraux, le marquis das Minas et D. João de Lencastro, qu’il était écouté du gouverneur Pedro de Vasconcelos, et que l’archevêque D. Sebastião Monteiro de Vide, non seulement lui avait confié la charge de censeur et de réviseur des Constitutions synodales, mais encore le consultait et suivait ses conseils lorsqu’il était en controverse avec les ministres du Roi29.

III. — LA COMPOSITION DE L’OUVRAGE

30Au moment d’aborder l’examen de Cultura e Opulencia do Brasil, une question se pose : pourquoi, dans son titre, Antonil se réfère-t-il « à ceux qui désirent voir glorifié sur les autels le vénérable José de Anchieta, prêtre de la Compagnie de Jésus, missionnaire apostolique et nouveau thaumaturge du Brésil » ?

  • 30 Sur cette expression et sa traduction, cf. infra, p. 61.
  • 31 Cf. infra, pp. 72-73.
  • 32 Né en 1533 à Tenerife, l’une des îles Canaries, José de Anchieta commença à fréquenter l’Université (...)
  • 33 Cf. Affonso de E. Taunay, Sobre os ultimos annos e o processo de Anchieta, in « Annaes do Museu Pau (...)
  • 34 Voir par exemple Gabriel Soares de Sousa, Notícia do Brasil ; Diálogos das Grandezas do Brasil.

31La réponse à cette question se trouve dans les trois pages de dédicace aux senhores de engenho, c’est-à-dire aux maîtres d’habitation à sucre30, aux planteurs de canne à sucre et de tabac et à ceux qui s’occupent à l’exploitation des mines d’or31 : c’est en raison du procès de canonisation du P. José de Anchieta. En effet, la dévotion au P. José de Anchieta s’était répandue au Brésil bien peu d’années après la mort du célèbre missionnaire en 159732, et avec une. telle ampleur que le 22 avril 1624 commençait à Borne l’examen des premières enquêtes relatives à son procès de canonisation33. On sait combien ces procès sont longs et minu tieux, et de combien de garanties veulent s’assurer les membres de la Sacrée Congrégation des Rites avant de proclamer la sainteté de l’homme soumis à leur jugement. De nouvelles commissions d’enquête furent nommées et c’est en 1708 — trois ans avant la publication de Cultura e Opulencia do Brasil — que s’ouvrit le second procès, appuyé sur d’innombrables témoignages de grâces obtenues par l’intermédiaire du célèbre jésuite34. Les frais engagés pour un tel procès étant immenses,, il n’est pas étonnant qu’Antonil ait décidé, sans doute peu de temps avant d’expédier son manuscrit à Lisbonne, d’y participer de façon personnelle, en lui adjoignant la dédicace dans laquelle il évoque la dette de reconnaissance contractée par les admirateurs et les dévots du P. Anchieta, et, au premier chef, par les plus fortunés d’entre eux, les maîtres d'habitation à sucre. Ainsi les invitait-il à contribuer par leurs offrandes aux dépenses du procès et à se montrer généreux.

32Voyons maintenant l’ouvrage proprement dit.

33La première réflexion que suggère la lecture de Cultura e Opulencia doBrasil, est que nous nous trouvons devant une œuvre profondément originale dans la littérature relative au Brésil.

  • 35 Cf. Affonso de E. Taunay, op. cit., pp. 562-566. Voir aussi les témoignages-rapportés par le P. Joã (...)

34En effet, tandis que, de la fin du xvie siècle à la fin du xviie siècle, avaient été publiées des œuvres purement descriptives du Brésil — géographie, flore, faune, voire ethnographie — et dans lesquelles l’économie agricole n’était abordée qu’occasionnellement et superficiellement35, Antonil, dans la première partie de son ouvrage, fit un véritable traité d’économie rustique, appliqué au secteur de la canne à sucre.

35Mais il y a bien plus. Car nous devons reconnaître dans Cultura e Opulencia do Brasil la première et sans doute l’unique apparition dans la littérature de langue portugaise d’une tradition solidement établie dans la littérature latine par Varron, dans son Berum Rusticarum de Agricultura, et surtout par Caton l’Ancien dans son De Re Rustica. Cette tradition avait été reprise en France avec un tout particulier bonheur, en 1600, par Olivier de Serres dans son Théâtre d'Agriculture et mesnager des champs, et elle fut constamment représentée, du xviie au xixe siècle, par les ouvrages publiés sous le titre de Maison rustique.

36Une comparaison de la première partie de Cultura e Opulencia do Brasil, et particulièrement du livre I de la première partie, avec la première partie du Théâtre d’Agriculture d’Olivier de Serres, intitulée « Du devoir du mesnager », montre de façon indiscutable qu’Antonil a repris, en l’adaptant à la réalité brésilienne, la même tradition. Nous y trouvons, sinon le même plan, du moins les mêmes lignes directrices, les mêmes conseils et les mêmes réflexions d’ordre moral et pratique, tirés d’un même fond commun de sagesse ancienne.

  • 36 Le P. Jorge Benci, S. J., né en 1650 à Rimini, arrivé au Brésil en 1681 en même temps que le P. Vie (...)
  • 37 En particulier le 27e sermon de la série « Maria Rosa Mística », prêché à Bahia h une date inconnue (...)
  • 38 Réédité à Porto en 1954 avec une préface et des notes par le P. Serafim Leite.

37Cependant, l’ouvrage d’Antonil est marqué au coin de la religion chrétienne, et plus particulièrement de la Compagnie de Jésus. Non seulement Cultura e Opulencia do Brasil est parsemé de réflexions directement inspirées de la morale chrétienne, mais lorsque Antonil se préoccupe de la catéchèse des esclaves et de la manière dont ceux-ci doivent être traités par les maîtres d’habitation, il se trouve exactement dans la ligne des préoccupations de deux autres jésuites dont il fut le contemporain : le E. Antonio Vieira et le P. Jorge Benci36. Il suffît pour cela de confronter Cultura e Opulencia do Brasil à l’un des sermons prêchés à Bahia par le P. Antonio Vieira37, et surtout à l’ouvrage publié en 1705 à Rome par le P. Jorge Benci sous le titre de Economia cristã dos senhores no governo dos escravos38.

38En second lieu, nous ne pouvons manquer d’être frappés par certaines particularités de la composition de Cultura e Opulencia do Brasil. Comment l’oeuvre se présente-t-elle en effet ?

39Une première partie, longue de 105 pages, est consacrée à l’« exploitation des richesses du Brésil dans la fabrication du sucre ». Trois livres de douze chapitres chacun la divisent : le premier traite du maître d’habitation à sucre, des différents ouvriers qu’il emploie, des esclaves qui sont à son service, et de leurs obligations réciproques ; le second traite de la plantation des cannes à sucre et de leur culture, et il décrit les ateliers où s’opèrent l’expression et la cuisson du jus des cannes ; le troisième enfin décrit les ateliers où se déroulent les diverses phases du conditionnement du sucre et ce conditionnement lui-même, depuis le moment où le sirop est versé dans les formes jusqu’au moment où les pains de sucre sont pilés, mis en caisse et expédiés ; ce livre III s’achève par un tableau des exportations annuelles de sucre à destination du Portugal.

40La seconde partie, beaucoup plus brève puisqu’elle occupe 20 pages, ne comporte que douze chapitres dans lesquels Antonil traite de la culture du tabac, des divers conditionnements auxquels il est soumis avant d’être livré au public à destination du Portugal et de l’Afrique, et du montant des exportations. Quelques pages sont en outre consacrées à des considérations sur les bienfaits et les méfaits de cette plante, au goût extraordinaire qu’on en éprouve en Europe, aux revenus qu’en tire le roi de Portugal, et à la contrebande à laquelle son commerce donne lieu.

41La troisième partie, avec ses dix-sept chapitres et ses cinquante-deux pages, est entièrement réservée à tout ce qui concerne les mines d’or : leur découverte, leur situation, leur répartition, leur rendement, les hommes qui y travaillent ou qui vont y faire du commerce, les prix qu’atteignent les objets qui s’y vendent, le revenu du quint et l’obligation de payer celui-ci au Roi, les routes qui y conduisent depuis São Paulo, Rio de Janeiro et Bahia ; un long chapitre expose la façon d’exploiter les gisements aurifères, et avant de se terminer par des considérations sur les dommages moraux, sociaux et économiques dont souffre le Brésil par suite de la découverte de ces mines, la troisième partie comporte encore deux chapitres sur la façon de reconnaître et de bénéficier le minerai d’argent.

42La quatrième partie, enfin, ne comprend que six chapitres, soit 11 pages à peine. Dans les quatre premiers, Antonil dresse l’inventaire des terres des capitaineries de Bahia et de Pernambouc où se pratique l’élevage du bétail à cornes, décrit la marche des troupeaux depuis l’intérieur de ces capitaineries jusqu’aux environs de Bahia où ils sont vendus, et il fait un bref exposé des prix relatifs aux cuirs qu’on en tire, et de l’exportation de ceux-ci à destination du Portugal. Le cinquième chapitre résume le montant annuel des exportations de sucre, de tabac, d’or et de cuirs, auquel s’ajoute celui des exportations de bois-brésil, et le revenu annuel des Fermes les plus importantes du Brésil. Le sixième et dernier chapitre, très bref, consiste dans une louange des agriculteurs brésiliens et dans l’exposé de quelques-unes de leurs revendications auprès du gouvernement de la métropole.

43Ce rapide inventaire des différentes parties de Cultura e Opulencia do Brasil, que complètera utilement l’examen de la table des matières, montre immédiatement leur disproportion et F attention extrême accordée par Antonil à l’exploitation de la canne à sucre : à elle seule elle occupe la moitié de l’ouvrage. Viennent ensuite, par ordre d’importance, les mines d’or et d’argent, puis le tabac et, enfin, l’élevage du bétail à cornes et le commerce des cuirs, accompagné du résumé des ressources provenant des Fermes diverses. Pourquoi cette disproportion ?

  • 39 Cf. infra, pp. 78-79. Cette habitation à sucre, à la renommée de laquelle Antonil a puissamment con (...)
  • 40 Cf. infra, pp. 78-79.

44A cette question on pourrait répondre qu’Antonil ne connaissait bien du Brésil que la région de Bahia où il résidait. Or les environs de Bahia, ce qu’on appelle le Recôncavo da Bahia, étaient essentiellement voués à l’économie sucrière — économie qui était à cette époque la principale source de revenus de la couronne portugaise au Brésil. Dès lors, il n’est pas étonnant qu’Antonil s’y soit particulièrement intéressé et qu’il ait tenu à lui donner la première place. D’autant plus qu’il eut l’occasion de séjourner pendant une large semaine, ainsi qu’il le dit lui-même, à Sergipe do Conde dans la célèbre habitation à sucre que possédait la Compagnie de Jésus aux environs de Bahia39. L’organisation et le fonctionnement de ce domaine, où se trouvaient sans doute les ateliers les mieux conditionnés et les plus vastes de son époque, éveillèrent sa curiosité. Antonil ne pouvait rencontrer meilleur champ d’observation, et lorsque l’observation personnelle n’était pas suffisante, tous les renseignements relatifs à l’administration et toutes les explications techniques relatives aux principales étapes de la fabrication du sucre, lui furent données par l’administrateur de l’habitation et par le maître-sucrier, c’est-à-dire par les deux personnes les plus qualifiées pour cela40.

  • 41 Cf. infra, pp. 382-387.
  • 42 Cf. infra, pp. 444-451.

45Pour les mines d’or et d’argent, par contre, n’étant jamais allé dans la région des Mines, Antonil ne pouvait réunir une matière aussi importante que pour la canne à sucre, et c’est pourquoi cette partie n’occupe qu’un quart de l’ouvrage. On remarquera que, non seulement la rédaction en repose sur les renseignements oraux qui lui furent donnés par des hommes qui avaient séjourné dans la capitainerie de Rio de Janeiro et São Paulo, où se trouvaient les mines, ou encore par des hommes particulièrement au fait de l’histoire de la découverte de ces mines et de leur administration, mais encore que plusieurs chapitres ne sont pas de sa main. Antonil le déclare d’ailleurs expressément pour une partie du chapitre VII, où se trouve, « établie avec exactitude par quelqu’un qui a vécu trois ans dans les Minas Gerais », une liste des prix courants des marchandises dans cette région41, et pour le chapitre XIV, qui n’est en fait que la transcription d’un petit mémoire sur la minération de l’or que lui remit « quelqu’un qui fit un séjour dans cette région en compagnie du gouverneur Artur de Sá »42. Mais c’est aussi le cas des chapitres X, XI, XII et XIII, consacrés à une description des itinéraires des routes conduisant aux Minas Gerais depuis São Paulo, Rio de Janeiro et Bahia, description qui lui fut certainement communiquée par écrit, et des chapitres XV et XVI, relatifs à la minération de l’argent et qui sont manifestement traduits de l’espagnol, ainsi qu’en témoignent le style et le vocabulaire, fortement teintés d’hispanismes.

46Quant au tabac, au bétail et au commerce des cuirs, dont l’exploitation se réalisait dans des conditions beaucoup plus simples que celle du sucre, ils ne se prêtaient pas à de longs développements et c’est pourquoi, de même que le panorama des divers revenus de la Couronne portugaise au Brésil, ils occupent dans Cultura e Opulencia do Brasil une place aussi réduite.

47Une telle explication, si bien fondée soit-elle, ne peut cependant rendre totalement compte de l’inégalité de la composition de cet ouvrage, surtout si nous remarquons que la quatrième partie fut certainement rédigée hâtivement, et que de tout l’ouvrage elle est celle où se manifeste le moins l’intérêt de l’auteur : Antonil n’accorde pas un commentaire aux procédés de tannage des cuirs et à l'expédition de ceux-ci en métropole, et il ne consacre qu’une ligne au bois-brésil, dont l’exploitation et le monopole constituaient encore pour la Couronne une source non négligeable de revenus. Aussi, tout en admettant l'explication précédente, il m’a paru opportun d’en rechercher une autre.

48Il y a, en effet, une anomalie dans les toutes premières pages de Cultura e Opulencia do Brasil.

49Après deux pages où se trouvent le titre abrégé puis le titre complet de l’ouvrage (pp. [i] et [iii]), Cultura e Opulencia do Brasil comporte plusieurs pages non numérotées :

pp. [v]-[vn] : dédicace de l’ouvrage aux maîtres d’habitation à sucre, aux planteurs de canne à sucre et de tabac, et à ceux qui s’occupent à l’exploitation des mines d’or ;
p. [viii] : titre et sommaire de la première partie ;
pp. [ix-xi] : avant-propos exclusivement réservé à la première partie et signé O Anonymo Toscano ;
pp. [xii-xv] : approbations et autorisations de mise en vente du Saint Office, de l’Ordinaire et du Palais.

50Or, selon de constantes traditions, un avant-propos est placé immédiatement après le titre, et il est destiné à présenter aux lecteurs l’ensemble de l’ouvrage — ce qui n’est pas le cas ici.

51Par ailleurs, ainsi que nous l’avons vu un peu plus haut, la première partie est divisée en trois livres de douze chapitres chacun — fait qui ne se reproduit pour aucune des trois autres parties.

52Enfin, aucune de ces trois autres parties ne comporte de page de titre accompagnée d’un sommaire.

53Ce qui constitue la première partie de l’ouvrage d’Antonil n’auraitil donc pas été, en réalité, conçu comme un ouvrage indépendant, destiné à être publié seul ?

54Si nous acceptons cette hypothèse, tout s’éclaire et s’explique.

55Et d’abord le souci d’équilibre et d’harmonie que manifeste Antonil dans la structure même de cette « première partie » divisée en trois livres de douze chapitres. Cette architecture devient parfaitement naturelle dans la mesure où le dessein primitif de l’auteur était uniquement d’écrire un ouvrage sur le sucre.

56D’autre part, ce qui, à la page [viii] de l’édition de 1711, apparaissait comme le titre de la première partie, est en réalité le titre de l’ouvrage tel qu’Antonil en avait d’abord eu l’idée :

« Cultura e Opulencia do Brasil na lavra do assucar.
Engenho real moente e corrente.
Trata-se
Do senhor do engenho do assucar, dos feitores
& outros officiaes que nelle se occupão,
suas obrigaçoens & salarios.
Da moenda, fabrica & officinas do engenho,
& do que em cada huma delias se faz.
Da planta das cannas, sua conducção
& moagem ; & de como se faz, purga
& encaixa o assucar no Reconcavo da Bahia
no Brasil para o Reyno de Portugal,
& seus emolumentos. »

57Par conséquent, l’avant-propos qui suit ce titre n’est pas l’avant-propos de la première partie de Cultura e Opulencia do Brasil por suas drogas e minas..., mais celui de l’ouvrage qui devait, à l’origine, s’intituler Cultura e Opulencia do Brasil na lavra do assucar..., et nous ne pouvons plus être choqués par la place qu’il occupe dans le volume.

58Il est vraisemblable qu’au moment où Antonil, pour des raisons que nous essaierons de déterminer plus loin, adjoignit à son texte primitif les trois autres parties que nous lui connaissons maintenant, il se borna à composer une nouvelle page de titre qui, cette fois, englobait tous les sujets étudiés, puis à rédiger une dédicace aux dévots du P. José de Anchieta. Et, sans juger utile aucune autre modification, il se contenta de faire surmonter le titre de Cultura e Opulencia do Brasil na lavra do assucar... de la mention « Primeira Parte », et il laissa l’avant-propos tel qu’il était, à la place qu’il occupait déjà.

  • 43 Cf. infra, pp. 65-66.

59Par ailleurs, le style même de l’ouvrage présente une opposition manifeste entre la première partie, toute empreinte de conceptisme baroque, ainsi que nous le verrons un peu plus loin43, et les autres parties, d’une simplicité dépouillée, qui révèlent un tout autre état d’esprit. Et cette opposition est un argument de plus en faveur de l’hypothèse de la rédaction de Cultura e Opulencia do Brasil na lavra do assucar en vue d’une publication indépendante.

***

60Nous sommes ainsi conduits à rechercher la date de la composition des différentes parties de Cultura e Opulencia do Brasil. Question importante car, si nous pouvions y répondre, nous saurions à quelles années se rapportent les renseignements statistiques donnés par Antonil.

61Nous ne possédons malheureusement là-dessus aucun témoignage, ni d’Antonil lui-même ni de ses contemporains, et nous ne pourrons nous fonder que sur l’analyse de certains passages de son ouvrage et sur leur confrontation avec divers documents d’archives.

  • 44 Cf. infra, pp. 78-79.

62Il est certain qu’Antonil entreprit la rédaction de la première partie à l’occasion d’un séjour qu’il fit à Vengenho de Sergipe do Conde. C’est lui-même qui le déclare de la façon la plus explicite dans l’avant-propos : « Parce qu’un jour j’ai eu le loisir de visiter un des engenhos les plus réputés de ceux qui sont situés sur le bord du Recôncavo de la Baie de Tous les Saints, et que l’on appelle engenho de Sergipe do Conde, j’ai été poussé par une louable curiosité et, pendant les huit ou dix jours que j’y ai passés, je me suis efforcé de me renseigner sur tout ce qui en faisait un engenho si renommé... Je me suis alors résolu à consigner dans ce griffonnage tout ce que, dans le peu de temps dont je disposais, j’avais rassemblé à la hâte44 ». Et de fait, l’extrême précision des descriptions techniques auxquelles se livre Antonil porte à considérer comme invraisemblable qu’il ait écrit d’après des souvenirs déjà estompés par le temps.

63En quelle année se place donc son séjour à Sergipe do Conde ?

  • 45 José Honorio Rodrigues, Notas à literatura brasileira sobre açúcar no século XVIII, in « Brasil Açu (...)
  • 46 Cf. supra, p. 18.

64José Honorio Rodrigues avance la date de 1680, époque où Antonil aurait été Visiteur de la Compagnie de Jésus au Brésil45. Mais il y a là deux erreurs. C’est en 1689 que le P. Antonio Vieira, alors Visiteur Général, le chargea d’une mission de visite locale,et en Pernambouc seulement46.

  • 47 Cf. infra, pp. 78-79.
  • 48 Cf. Serafim Leite, História da Companhia de Jesus no Brasil, IX, p. 26 et id., Artes e Oficios dos (...)

65L’avant-propos d’Antonil présente néanmoins des éléments qui permettent une datation approximative. Parmi les informateurs auxquels il eut recours, Antonil cite en tout premier lieu « celui qui, administrant cet engenho pendant plus de trente ans avec une intelligence reconnue de tous, lui a fait accomplir des progrès qui sont à l’égal de son industrie »47. Or nous connaissons le nom de cet administrateur de Sergipe do Conde, qui exerça sa charge précisément « pendant plus de trente ans » : c’est le P. Manuel de Oliveira qui, envoyé à Sergipe dès 1663 et mentionné dans divers comptes pour les années 1669-1670 et 1699-1700, cessa son activité entre 1700, date du dernier compte signé par lui, et 1703, date du document où apparaît pour la première fois la signature du nouvel administrateur, le P. Luís Veloso48. La visite d’Antonil à Sergipe, et par suite la rédaction de la première partie de Cultura e Opulencia do Brasil, devraient donc se placer entre 1693 au plus tôt et 1703 au plus tard.

66Il est possible de limiter plus étroitement cette période en se reportant aux indications données par Antonil sur les prix du sucre, d’abord dans le livre I, chapitre XII, où il traite « de quelques manières de vendre le sucre et de l’acheter selon l’usage en vigueur au Brésil », et ensuite dans le livre III, chapitre IX, intitulé « Des prix anciens et actuels du sucre ».

  • 49 Cf. infra, pp. 144-145.

67Dans le livre I, Antonil explique que la vente du sucre par anticipation, c’est-à-dire avant qu’il soit prêt à être livré à l’acheteur, au prix de deux cruzades l’arrobe, soit 800 réis, est une mauvaise affaire, parce qu’il vaut normalement douze testons, soit 1 200 réis, et même davantage au moment où se font les exportations à destination de la métropole49.

  • 50 Cf. infra, pp. 270-271.

68Et dans le livre III, il remarque : « Depuis vingt ans, le prix de la cassonade blanche aussi bien que ceux de la moscouade et du sucre de sirop fin ont beaucoup changé. En effet la cassonade blanche, qui se vendait au prix de huit, neuf et dix testons l’arrobe, est montée ensuite à douze, quinze, seize, et tout récemment dix-huit, vingt, vingt-deux et vingt-quatre testons, pour revenir ensuite à seize testons. Les sucres de sirop fin, que l’on cédait à sept et huit testons, sont montés à douze et quatorze testons. La moscouade « mâle », qui valait cinq testons, s’est vendue à dix et onze testons et même davantage. Et la moscouade de sirop fin, dont le prix était d’un cruzade, est montée à six testons50 »

  • 51 A. N. T. T., Cartório dos Jesuítas, maço 17, nos 25, 27, 28 et 29 ; Documentos históricos do Arquiv (...)

69Deux séries de documents qui, embrassant la période 1677-1710, se complètent à peu près l’une l’autre, permettent de contrôler les prix relevés par Antonil. Il s’agit d’une part, des comptes de 1 'engenho de Sergipe do Conde, qui présentent malheureusement de nombreuses lacunes dont l’une, de 1681 à 1699, est d’autant plus regrettable qu’elle couvre une grande partie de la période qui nous intéresse, et, d’autre part, de procès-verbaux et de lettres de la Câmara Municipal de Bahia qui, dans une mesure appréciable, pallient les déficiences de la série de Sergipe do Conde51.

70A l’aide de ces deux séries, on peut dresser le tableau suivant :

  • 52 Suivant le mode de paiement.

Note 152

  • 53 Suivant la qualité.

Note 253

71On voit ainsi que le prix de 1 200 réis l’arrobe dont il est question au livre I, chapitre XII, avait cours entre 1691 et 1698, et on est en droit d’en inférer que la rédaction de la première partie de Cultura e Opulencia do Brasil, dont nous avons déjà vu qu’elle ne peut être que de 1693 au plus tôt, est de 1698 au plus tard.

72Toutefois, nous devons constater que la fluctuation des « prix anciens et actuels du sucre » signalée dans le livre III, chapitre IX, s’inscrit dans la limite des années 1688 à 1706, et que la rédaction de ce passage est nécessairement postérieure à 1704 et antérieure à 1707, date à laquelle le prix de l’arrobe de cassonade blanche subit une nouvelle baisse non enregistrée par Antonil.

73Y a-t-il donc une contradiction entre ces deux conclusions ?

74L’étude des renseignements d’ordre statistique ou historique renfermés dans les seconde, troisième et quatrième parties de Cultura e Opulencia do Brasil permettra de dégager de nouveaux éléments de datation et de répondre à cette question.

  • 54 Cf. infra, pp. 326-327 et 332-333.
  • 55 A. N. T. T., Junta do Tabaco, maço 51, et Archives Casa Cadaval, Cód. 1056, ff. 180-183, 194-195 et (...)

75Dans la seconde partie, relative au tabac, aucune date n’apparaît, mais Antonil fait allusion au montant de la Ferme du tabac au Portugal — 2 200 000 cruzades — et à Rio de Janeiro — 25 000 cruzades54 La comparaison de ces chiffres avec ceux que fournissent divers documents de la Junta do Tabaco conservés à l’Arquivo Nacional da Torre do Tombo de Lisbonne, prouve qu’ils correspondent à ceux des adjudications de 170755.

  • 56 Infra, pp. 382-383.
  • 57 Infra, pp. 342-359.
  • 58 Infra, pp. 350-353, 388-389 et 426-427.
  • 59 Infra, pp. 370-371.
  • 60 Infra, pp. 392-393.
  • 61 Infra, pp. 436-437 et note 29.
  • 62 Infra, pp. 376-377 et note 16.

76Dans la troisième partie, relative aux mines d’or, une seule date figure dans le texte, celle de 1703, à propos du prix courant des marchandises dans les Mines56. Cependant, le commentaire critique permet d’établir d’autres points de repère. En particulier, on trouvera de nombreuses références à une période qui va de 1697 à 1705 : découverte des mines d’or dans la région des Cataguás, de Caetê, du rio das Velhas et du rio das Mortes57, gouvernement de la capitainerie de Rio de Janeiro par Artur de Sá e Meneses58, superintendance des mines par José Vaz Pinto59, assassinat de Tomás Ferreira dans les Mines60. En outre, il y a deux références à des événements de 1709. En effet, dans la description de l’itinéraire de la nouvelle route de Rio de Janeiro aux Mines, Antonil fait allusion à une tranchée creusée par les Emboabas « lors de leur premier soulèvement » (1707) — ce qui nous laisse entendre qu’il écrivait après le second soulèvement, daté de février 170961. Et il signale, en quelques lignes qui semblent ajoutées au dernier moment, la décision prise par le Roi d’envoyer dans les Mines, afin d’y rétablir l’ordre, un gouverneur accompagné d’officiers de justice et d’un régiment — décision datée du 11 juin 1709 et dont la nouvelle ne put parvenir à Bahia avant la fin du du mois de juillet, au plus tôt62.

  • 63 Infra, pp. 488-493 et notes 6 à 17.

77Dans la quatrième partie, aucune date. Mais là encore le commentaire critique permet d’établir que le montant des diverses Fermes énoncé par Antonil est celui des fermes adjugées entre 1704 et 170863.

78Dès lors il apparaît que Cultura e Opulencia do Brasil fut composé en plusieurs étapes, et nous voyons se confirmer l’hypothèse selon laquelle le dessein initial d’Antonil était un traité d’économie rustique sur la canne à sucre. Ces étapes sont les suivantes :

  1. Entre 1693 et 1698, rédaction de Cultura e Opulencia do Brasil na lavra do assucar..., immédiatement après le séjour à Sergipe do Conde.

  2. Entre 1704 et 1707, mise à jour de ce premier ouvrage par actualisation des prix.

    • 64 Cf. supra, p. 20.

    Entre 1707 et la fin de l’année 1709, rédaction des seconde, troisième et quatrième parties, rédaction de la dédicace aux maîtres d’habitation à sucre, aux planteurs de canne et de tabac et aux mineurs, pour les inviter à contribuer aux frais du procès de canonisation du P. José de Anchieta, rouvert en 170864, composition de la page de titre définitive, et adjonction de la mention « Primeira Parte » au-dessus du titre du noyau primitif de l’ouvrage.

***

  • 65 Infra, pp. 272-273, 366-371, 386-387 et 462-465.

79Il nous reste encore à tenter d’expliquer pourquoi Antonil modifia son dessein. Aucun document ne nous apporte là-dessus la moindre lumière, puisque ni dans la correspondance dont il est l’auteur et qui se conserve dans les Archives de la Compagnie de Jésus à Rome, ni dans celle de ses contemporains, jésuites ou laïques, ne se trouve la moindre allusion, même lointaine, à la rédaction de Cultura e Opulencia do Brasil. Cependant, il est hautement probable que la clé de ce problème nous est fournie par une idée qu’Antonil exprime à plusieurs reprises sous des formes différentes, mais avec une conviction que l’on sent inébranlable : « les meilleures mines du Brésil » sont les champs de canne à sucre et les champs de tabac, et les mines d’or ne sont qu’une fallacieuse richesse. Et il dénonce avec sévérité les conséquences néfastes de la découverte de l’or : montée du prix des marchandises qui, étant expédiées dans la région des Mines, se font rares dans les villes et les bourgs du littoral ; montée du prix des esclaves, car ceux-ci sont envoyés dans la région des Mines pour s’y livrer à la recherche de l’or ou au commerce ; ruine des habitations à sucre privées de l’indispensable main-d’œuvre ; attrait exercé par la découverte des mines sur toute une population prise au mirage de l’or, et où ne manquaient pas les individus prêts à tout pour s’enrichir ; enfin, dissolution de la morale et des moeurs, même et surtout chez les ecclésiastiques65.

  • 66 L’analyse de cette crise débordant considérablement le cadre de cette étude, je me bornerai à renvo (...)
  • 67 Cf. alvará de D. Pedro II, Lisbonne, 20 janvier 1701, in Documentos interessantes para a história e (...)

80Or Antonil s’inscrit dans tout un courant d’opinion dont on trouve déjà les premières traces en 1688, moment de grave crise économique pour le Brésil66. Cette année-là, les officiers de la municipalité de Bahia écrivaient en effet au prince-régent D. Pedro : « Depuis sa naissance, le Brésil s’est toujours appuyé sur deux colonnes. Celle du tabac s’est effondrée depuis quelques années, provoquant la ruine des pauvres gens du Brésil qui s’y employaient précisément parce que sa culture ne réclame qu’un faible outillage. Et maintenant, si celle du sucre vient à s’effondrer, c’est tout le Brésil qui sera ruiné, parce que les deux colonnes sur lesquelles il s’appuyait seront effondrées pour tous ses habitants67 ».

81Mais c’est surtout après la découverte des mines que les cris d’alarme s’élevèrent, et dès 1699, il fallut prendre des mesures pour lutter contre le réel danger économique que faisait courir à toute l’agriculture brésilienne l’abandon des plantations par ceux qui s’y occupaient.

  • 68 Lettre du 12 août 1688, in Documentos históricos do Arquivo Municipal [de Bahia] — Cartas do Senado (...)
  • 69 Cf. portarias de D. João de Lencastro, gouverneur général de l’État du Brésil, Bahia, 30 septembre (...)
  • 70 Publiée par Miguel da Costa Filho, Documentos relativos a engenhos de Minas Gerais, in « Brasil Açu (...)
  • 71 Voir, en particulier, les lettres à D. Alvaro da Silveira de Albuquerque, 5 janvier 1703, 5 et 7 dé (...)
  • 72 In Doc. Hist., XI, p. 321.
  • 73 In Doc. Hist., XI, p. 358.
  • 74 Lettre datée de Lisbonne, 19 juin 1706, in Eduardo de Castro e Almeida, Inventario dos documentos r (...)

82En 1699 et 1700, la municipalité de Bahia dut publier plusieurs ordonnances pour interdire aux maîtres d’habitation à sucre et aux planteurs de vendre leurs esclaves, et aux patrons de bateaux d’embarquer ces derniers pour Bio de Janeiro, d’où ils étaient envoyés dans les Mines, mesures qui durent être réitérées au cours des années suivantes68. Le 26 mars 1700, Artur de Sá e Meneses, gouverneur et capitaine général de la capitainerie de Rio de Janeiro, publiait à son tour une ordonnance aux termes de laquelle il était interdit à tout maître d’habitation à sucre et à tout planteur de cannes à sucre et de manioc d’envoyer leurs esclaves dans les Mines, sous peine de confiscation des esclaves et de deux mois de prison69. On restreignit à deux cents le nombre des esclaves qui, débarquant à Rio de Janeiro des navires négriers en provenance de la Costa da Mina, pourraient annuellement être vendus aux Paulistes pour le travail des mines70. Et il n’est pas exagéré de dire que ce problème, qui d’année en année se posait de façon plus aiguë, fut au centre des préoccupations de D. Rodrigo da Costa, gouverneur général du Brésil de 1703 à 1705, pendant les trois années de son mandat, ainsi qu’en témoigne la correspondance qu’il échangea avec D. Pedro II et avec D. Alvaro da Silveira e Albuquerque, successeur d’Artur de Sá e Meneses à la tête de la capitainerie de Rio de Janeiro71 : « C’est dans l’agriculture du Brésil que se sont toujours trouvées les mines les plus importantes et les meilleures qui enrichissent le Portugal, et c’est dans son maintien que consiste toute la prospérité de notre Royaume et de cet État », écrivait D. Rodrigo da Costa à D. Alvaro da Silveira e Albuquerque le 8 août 170372. Et encore, le 27 mai 1704 : « Que Dieu veuille se souvenir de nous, nous l’en supplions, car seule sa divine omnipotence pourra nous épargner d’être envahis par quelque ennemi et empêcher que ne se ruine totalement l’État du Brésil, en raison du manque d’esclaves dont nous souffrons et des cultures que beaucoup de planteurs abandonnent à cause de la montée excessive du prix des esclaves. Voilà bien les profits que Sa Majesté a retiré des mines qu’elle a bien voulu laisser exploiter dans votre Capitainerie et dans la mienne73 ». Et une fois de retour à Lisbonne, en 1706, il écrivait à D. João V : « Dans toutes les capitaineries, il y a une incroyable pénurie d’esclaves. Du fait de celle-ci et en raison du prix excessif des noirs, il devient impossible aux maîtres d’habitation à sucre et aux planteurs de canne à sucre, de tabac et de manioc d’engager les capitaux dont ils ont besoin pour continuer leurs cultures, et même pour maintenir les battes de bétail du sertan qui alimentent lesdites capitaineries. Fit comme ce dommage croît et augmente de jour en jour, étant donné que lesdits esclaves sont emmenés dans les mines d’or où leurs propriétaires, grâce à eux, gagnent les grands profits que leur fait obtenir la soif insatiable de leur cupidité — puisqu’on leur offre pour eux tout ce qu’ils demandent, — il n’est pas possible qu’ils acceptent de les vendre aux planteurs, et ils les réservent pour le travail des mines, d’autant plus qu’ils sont assurés d’en obtenir deux ou trois fois plus que ne pourraient leur en donner les planteurs de toutes ces capitaineries. Se voyant donc dans l’impossibilité de continuer leurs cultures, ceux-ci abandonnent leurs champs, et ils emmènent dans les Mines les esclaves qu’ils possèdent afin de les vendre, dans le seul but de tirer profit des prix excessifs qu’on leur en donne là-bas. Et il en résulte non seulement la ruine infaillible du Brésil, mais encore celle du Trésor royal de Votre Majesté74 ».

83Or nous avons vu, dans une rapide ébauche biographique, qu’Antonil, F une des hautes autorités ecclésiastiques de Bahia, avait été en relations étroites avec les gouverneurs généraux qui résidaient dans cette capitale. Il n’est donc pas interdit de penser qu’il s’entretint avec eux des difficultés économiques et sociales qui secouaient le Brésil, principalement depuis la découverte des mines, et qu’il partagea leurs préoccupations. Eut-il l’occasion de lire, ou tout au moins de montrer à l’un d’entre eux le manuscrit rédigé après son séjour à Sergipe do Conde — ce que j’ai appelé le premier noyau de Cultura e Opulencia do Brasil, c’est-à-dire le traité d’économie rustique sur la canne à sucre ? Reçut-il alors un encouragement et une invitation à élargir son œuvre de manière à y englober la culture du tabac, mais surtout les mines d’or, afin d’attirer 1'attention de ses futurs lecteurs sur les multiples inconvénients de ces dernières ? Ou bien l’initiative lui en revient-elle totalement ? Il est bien évident que nous ne le saurons jamais. Si le silence absolu qui est fait sur Cultura e Opulencia do Brasil dans la correspondance d’Antonil et de ses contemporains peut nous incliner à penser qu’Antonil ne s’ouvrit de ses projets à personne, il n’en est pas moins vrai que certains détails de son ouvrage montrent abondamment qu’i eut recours à des informateurs dont certains appartenaient au gouvernement de l’Etat du Brésil. Seuls des fonctionnaires haut placés purent lui communiquer des renseignements précis sur le montant du revenu de l’hôtel des monnaies de Rio de Janeiro, sur celui du quint de l’or, sur celui des exportations de sucre, de tabac, de bois-brésil.

84En élargissant le programme de Cultura e Opulencia do Brasil na lavra do assucar... à celui de Cultura e Opulencia do Brasil por suas drogas e minas, Antonil n’aurait-il pas répondu à la sollicitation de sa conscience, ou plutôt de ses convictions ?

85Considérons, en effet, les décrets et ordonnances qui, depuis la découverte des mines d’or, interdisaient aux maîtres d’habitation à sucre, aux planteurs de canne et aux planteurs de tabac d’abandonner leurs habitations à sucre et leurs champs, de vendre leurs esclaves à ceux qui allaient à la recherche de l'or, ou bien de les distraire de leurs exploitations agricoles pour les employer eux-mêmes dans les Minas Gerais à y faire du commerce ou à fouiller les sables aurifères. Ces textes se bornent tous à un sec énoncé de ces interdictions, des peines encourues par les contrevenants, et ne se réfèrent que de façon très abstraite au danger économique qui menace le Brésil. Or ce n’était pas là un langage qui puisse être compris par les maîtres d’habitation et par les planteurs : alors qu’ils étaient aux prises avec des créanciers, alors qu’ils se débattaient au milieu des pires difficultés de trésorerie, on leur ôtait le droit de tenter de refaire leurs capitaux, de se débarrasser de la lourde charge que représentait l’administration d’une habitation à sucre, ou du labeur des champs, et de vivre enfin riches et sans soucis, quand le plus humble des vagabonds pouvait aller librement dans les Mines, où il était presque assuré de faire fortune ? Ne pouvons-nous pas penser que ces interdictions étaient ressenties comme des brimades, et que non seulement elles se révélaient totalement inefficaces, mais peut-être même qu’elles servaient d’aiguillon à la désobéissance ?

86Antonil était fort bien placé pour voir le cercle infernal dans lequel s’engageaient ainsi agriculteurs et gouverneurs. Sa qualité d’étranger lui fit sans doute voir les choses avec une objectivité qui ne pouvait être celle des hommes qui se trouvaient au cœur du problème. Et sa formation de pédagogue lui suggéra un remède. Il fallait ouvrir les yeux des maîtres d’habitation à sucre et de tous les agriculteurs, qu’ils s’occupent de planter des cannes ou de planter du tabac ; il fallait les rappeler à leur véritable vocation, à leurs véritables intérêts. Et pour cela, il fallait leur exposer en termes concrets, clairs, aisément compréhensibles, ce que ni le Roi dans ses décrets, ni les gouverneurs dans leurs ordonnances ne savaient leur dire ; il fallait dissiper le mirage de l’or auquel ils se laissaient prendre, les encourager à se maintenir dans leurs habitations à sucre et dans leurs exploitations, leur montrer le rôle important qu’ils tenaient dans la vie économique du Royaume, et enfin, alors qu’ils avaient bien des motifs de ressentiment contre un gouvernement qui les empêchait d’accéder aux richesses des mines d’or et qui ne leur accordait pas toujours l’audience qu’ils souhaitaient, leur donner 1'espoir que leurs mérites pourraient être reconnus.

87C’est là l’origine de la modification du dessein initial d’Antonil. Et c’est ainsi que s’explique le dernier chapitre de Cultura e Opulencia do Brasil, justification de la légitimité de quelques-unes des revendications essentielles des maîtres d’habitation à sucre et de toutes les familles de souche déjà brésilienne, et non pas incitation à la révolte et à 1'indépendance, comme l’ont cru certains historiens dont nous allons maintenant, à propos de la destruction de l’édition de 1711, examiner l’opinion.

IV. — LA DESTRUCTION DE L’ÉDITION PRINCEPS

88L’édition princeps de Cultura e Opulencia do Brasil fut détruite peu après avoir été imprimée. Sur l’ordre de qui ? et pour quels motifs ?

  • 75 Cf. de Backer, Bibliothèque des Écrivains de la Compagnie de Jésus, I, col. 155 et supra, p. 17, no (...)

89C’est probablement dans le Catalogus librorum a Patribus Societatis Jesu factoruin in Provinciae Brasiliensi transactis annis, du P. Juan López de Arbizu, jésuite contemporain d’Antonil, que se trouve la première réponse à ces deux questions : « Quia tamen liber plus incommodi quam utilitatis Lusitano statui allaturus videbatur, jussu serenissimi Regis suppressus est75. » Et nous sommes portés à croire que cet auteur était bien informé. L’ordre de destruction serait donc venu du roi de Portugal au nom de la raison d’Etat.

90Indépendamment peut-être de Lopez de Arbizu, divers auteurs ont fait allusion à une décision royale ordonnant la destruction de l’ouvrage.

  • 76 Fr. José Mariano Velloso, Extracto sobre os engenhos de assucar..., p. [ii], Sur cet ouvrage, cf. s (...)

91Dans les quelques pages qu’il plaça en tête de sa réédition de 1800 de la première partie de Cultura e Opulencia do Brasil, Frei José Mariano da Conceição Veloso s’exprima à ce sujet en termes malheureusement très vagues : « Après que cet ouvrage eut, grâce aux presses, vu publiquement le jour, un fatal veto vint en interrompre la fortune, alors qu’il semblait ne rien contenir contre la sainteté des lois religieuses, politiques et morales, comme en avaient jugé ses censeurs76.

  • 77 Sur cette édition, cf. supra, pp. 11-12.
  • 78 João Pedro Ribeiro, prêtre séculier, né à Porto en 1758 et mort en 1839, docteur en Droit canonique (...)
  • 79 Antonil, éd. de 1837, p. [vi] : « ...O livro fora prohibido no tempo de El-Rei D. João V pelo gover (...)

92Plus précis est l’auteur de la préface à la réédition complète de Cultura e Opulencia do Brasil, Rio de Janeiro 183777. En effet, après avoir exposé les difficultés qu’il eut à se procurer un exemplaire de cet ouvrage, le préfacier cite une lettre que lui écrivit João Pedro Ribeiro, célèbre juriste, archiviste et historien du début du XIXe siècle78, lettre aux termes de laquelle « le livre avait été interdit à l’époque du roi D. João V par le gouvernement portugais »79. Mais d’où João Pedro Ribeiro tenait-il son information ? S’il en donna la source à son correspondant, celui-ci ne jugea pas utile de la faire connaître. La déclaration de João Pedro Ribeiro n’en fut pas moins acceptée sans discussion, et c’est elle qui est répétée dans toutes les études et tous les articles relatifs à l’œuvre d’Antonil.

  • 80 Cf. supra, p. 15.
  • 81 Panorama, V (1841), p. 208 : « O motivo de tal raridade da primeira edição pois outra não havia até (...)
  • 82 Innocencio, I, p. 63.

93En particulier, nous la retrouvons en 1841 dans l’article du Panorama dont il a déjà été question un peu plus haut80 : « La raison de semblable rareté de la première édition [...] fut, selon l’opinion de J. P. Ribeiro, son immédiate suppression, laquelle fut faite, selon ce célèbre critique, sur l’ordre même du Roi qui en avait favorisé l’impression81 ». Et en 1868, dans sa notice bio-bibliographique sur André João Antonil, Innocencio Francisco da Silva s’en rapportait à son tour à l’article du Panorama, et donc à J. P. Ribeiro82.

  • 83 Cf. Blake, Dic. Bibl. Bras., I, pp. 80-81 ; J. C. Rodrigues, Bibliotheca Brasiliense, p. 44.

94Et c’est ainsi que, de bibliographe en bibliographe, d’historien en historien, sans qu’aucun document l’ait jamais formellement confirmée, se transmit la tradition selon laquelle Cultura e Opulencia do Brasil avait été détruit par ordre du Roi83.

95Or, après avoir vainement cherché une telle confirmation à l’Arquivo Nacional da Torre do Tombo et alors même que j’allais me résigner à accepter sans preuves la tradition, j’ai eu la joie de découvrir, dans les archives de Ja Casa Cadaval conservées à Muge, une pièce essentielle dont la très grande amabilité de la marquise de Cadaval m’a permis de prendre la copie. Il s’agit d’un ordre de D. João V transmis au duc de Cadaval, alors président du Conselho Ultramarino, par le Secrétaire d’État Diogo de Mendonça Corte-Real, le 20 mars 1711, et que voici, intégralelement transcrit :

  • 84 Archives Casa Cadaval, Cód. 869 k (Escritos das Secretarias, t. 10), f. 29. C’est dans l’inventaire (...)

Sua Magestade, que Deus guarde, foi servido resolver se recolhesse hum livro que ha pouco se enprimio entitulado Opulencia e Cultura do Brasil, e ordenou ao C[orreged]or da Corte fosse buscar os que tivesse o impressor, e he servido que Y.Exa mande aos ministros do Dez[embarg]o do Paço lhe remettão os que se lhe derão de propinas. Deus guarde a Y. Exa muitos annos. Paço, 20 de Março 1711. D[iog]o de M[endonç]a Cortereal. (En bas et en marge) : Para o Duque84.

96Document essentiel, comme on le voit, et qui nous apporte enfin la certitude que l’ordre de saisie et, par conséquent, de destruction, qui vint frapper Cultura e Opulencia do Brasil, partit effectivement du Roi. Daté du 20 mars 1711, soit quatorze jours seulement après la dernière autorisation de mise en vente du Palais, il nous indique en outre que non seulement les exemplaires en dépôt chez l’imprimeur furent saisis, mais encore ceux qui avaient déjà été distribués à titre de gratification aux membres du Desembargo do Paço. Ainsi, aucune précaution n’était-elle négligée pour que l’ouvrage d’Antonil soit totalement retiré de la circulation et détruit, et c’est miracle que quelques exemplaires aient échappé à la vigilance des ministres et officiers de D. João V.

97Les motifs qui déterminèrent une telle décision étaient-ils donc si graves, si puissants ?

  • 85 Cf. supra, p. 36.

98Le jésuite Juan López de Arbizu, sans autre explication, déclare que Cultura e Opulencia do Brasil avait paru « plus nuisible qu’utile à l’Etat portugais »85. Et là encore, nous sommes en présence des mêmes affirmations sans preuves que lorsqu’il s’agissait de savoir si l’ordre de destruction était vraiment parti du Roi. Car, indépendamment de Lopez de Arbizu, nous trouvons chez les éditeurs de Cultura e Opulencia do Brasil et chez les historiens diverses tentatives d’explication, les unes exprimées avec mesure, fondées sur le rapprochement de tel passage de l’ouvrage et de tel fait historique, et parfois très vraisemblables, les autres peu solides et peu convaincantes, d’autres encore délirantes, résultat d’une extravagante imagination.

  • 86 Araripe Júnior, Obra crítica, II, p. 481.

99C’est par ces dernières que nous commencerons notre examen. En 1910, en effet, dans une note additionnelle à son étude sur le poète brésilien Gregorio de Matos, le critique Araripe Júnior utilisa un fragment de Cultura e Opulencia do Brasil et déclara : « L’auteur de cet écrit original était un esprit fin et habile. La lecture de l’exemplaire de cette œuvre curieuse qui est en ma possession et qui m’a été offert par le bibliophile Luis Antonio de Carvalho, a provoqué en moi la plus grande surprise que j’aie éprouvée dans mon étude de l’histoire du Brésil, non seulement à cause du naturalisme des observations contenues dans ce livre, mais encore à cause de la profonde connaissance de la psychologie politique et de son application à la colonie du Brésil. Je fis part de ma surprise au bibliophile susnommé au cours d’une conversation que j’eus avec lui, et celui-ci se montra fort intrigué lorsque je lui déclarai qu’Antonil avait voulu apprendre aux propriétaires terriens à se gouverner selon les principes du Prince de Machiavel, et que c’était certainement pour cette raison que le gouvernement portugais avait étouffé un livre aussi extraordinaire86 ».

100Si l’interlocuteur d’Araripe Júnior se montrait intrigué par cette affirmation péremptoire, nous le sommes à bon droit nous aussi, et d’autant plus qu’elle ne s’accompagne d’aucune justification.

  • 87 José Paulo Paes, A Alma do Negócio, in Misterio em casa, pp. 21-29.
  • 88 Id., op. cit., pp. 23-24.
  • 89 Id., op. cit., p. 24.
  • 90 Id., op. cit., p. 25.

101En 1961, cependant, dans un article mystérieusement intitulé A Alma do Negócio, le critique José Paulo Paes, séduit par l’opinion d’Araripe Júnior sur les motifs de la destruction de Cultura e Opulencia do Brasil, se préoccupa de lui donner les fondements qui lui faisaient défaut87. Si, déclare-t-il, ce livre avait pour finalité apparente d’encourager une campagne destinée à réunir les fonds nécessaires au procès de canonisation du P. José de Anchieta, ainsi que l’annonce le titre lui-même88, ce n’était, là qu’un « pieux alibi » qui dissimulait à peine un programme politique : « la restauration de l’industrie sucrière blessée à mort par le rush des Minas Gerais » et la revendication « pour l’aristocratie des habitations à sucre, du rôle d’élite dirigeante, alors usurpé par la bureaucratie métropolitaine qui, sous prétexte de contrôler le rendement des exploitations minières, grignotait progressivement l’autorité des municipalités »89. Il s’agissait donc « manifestement d’un livre dissimulé et subversif. Dissimulé parce que, sous le déguisement d’un ‘ travail curieux et utile’, il se révélait, grâce à un examen plus attentif, comme un astucieux pamphlet visant à stimuler les maîtres d’habitation à sucre dans leur lutte contre la nouvelle politique de la métropole, politique qui — disons-le au passage — n’était pas autre chose que l’anéantissement progressif des libertés et des privilèges autrefois concédés aux premiers habitants de la colonie90 ». Pour étayer cette thèse, José Paulo Paes se livre malheureusement à une analyse extrêmement tendancieuse de l’ouvrage d’Antonil, isolant de leur contexte certains mots ou certaines phrases pour leur conférer un contenu de doctrine « machiavélique » qui ne repose en fait sur rien.

  • 91 Id., op. cit., pp. 28-29 et supra, pp. 31-35.

102En réalité, l’analyse de Cultura e Opulencia do Brasil, des dates de sa composition et du cadre historique et économique dans lequel il faut replacer cette œuvre, nous a déjà montré qu’Antonil est bien loin d’avoir voulu « aider les princes caramurus à conserver leur Etat et à combattre à armes égales le machiavélisme de la Couronne portugaise »91. Arguments et conclusions de José Paulo Paes sont donc inacceptables.

  • 92 Panorama, V (1841), p. 208, et J. Lúcio de Azevedo, História de Antonio Vieira, II, p. 279.
  • 93 Labat, Nouveau Voyage aux Isles de l'Amérique..., III, en particulier, pp. 255-395.
  • 94 Publié dans les « Annaes da Bibliotheca Nacional do Rio de Janeiro », XX (1898), pp. 213-220.

103En ce qui concerne l’auteur de l’article du Panorama de 1841 aussi bien que l’historien João Lúcio de Azevedo92, le motif de la saisie de Cultura e Opulencia do Brasil se trouvait dans la révélation des secrets de fabrication du sucre qui risquaient d’être utiles aux colonies espagnoles, hollandaises, anglaises et françaises, au détriment des colonies portugaises et tout particulièrement du Brésil. Nous ne pouvons pas davantage admettre cette hypothèse que les précédentes, car, à l’époque où fut publié l’ouvrage d’Antonil, les méthodes en usage dans les colonies étrangères étaient déjà plus perfectionnées que celles dont Antonil nous a laissé la description pour le Brésil — et cela, bien avant la fin du xviie siècle. Nous n’en prendrons pour preuve que la description faite par Lahat dans son Nouveau Voyage aux Isles françaises de l'Amérique93, ou même le rapport qu’adressa en 1687 João Peixoto Viegas, officier de la municipalité de Bahia, au marquis das Minas, gouverneur général de l’Etat du Brésil94.

  • 95 Capistrano de Abreu, Capítulos de Historia Colonial, 4a ed., 1954, p. 267.

104Dans ses Capítulos de Historia Colonial, Capistrano de Abreu considéra d’ailleurs que la révélation du « secret du Brésil » aux étrangers faite par Antonil, ne devait être que le prétexte donné par le gouvernement métropolitain à l’ordre de saisie. « La vérité est différente », écrit-il ; « ce livre apprenait le secret du Brésil aux Brésiliens, montrant toute leur puissance, justifiant toutes leurs prétentions, jetant la lumière sur toute leur grandeur »95.

  • 96 Alfonso de E. Taunay, André João Antonil (João Antonio Andreoni, S. J.) e sua obra..., p. 20 : « Nã (...)

105De même Afonso de E. Taunay, dans son étude bio-bibliographique sur Antonil, met en cause la « mesquinerie de 1'administration coloniale » et « le système politique de segrégation suivi par les puissances ibériques vis-à-vis de leurs possessions américaines », et il se gausse de «l’imprudence » et du « manque de bon sens et de patriotisme » dont les censeurs portugais avaient fait preuve en accordant à l’ouvrage d’Antonil toutes les approbations nécessaires, et que le veto royal et la saisie de l’ouvrage avaient heureusement conjurés au dernier moment96.

106Ces deux historiens sous-entendent qu’il existe dans Cultura e Opulencia do Brasil une sorte de levain d’indépendance qui, décelé à temps par le gouvernement, fut la cause de la destruction de l’édition.

  • 97 Cf. supra, pp. 31-35.

107Je ne crois cependant pas que l’ouvrage d’Antonil, s’il avait été diffusé normalement, aurait pu exercer de telles influences sur ses lecteurs brésiliens. En effet, ainsi que nous l’avons déjà montré plus haut, son contenu politique n’est pas différent de celui qui était couramment exprimé dans la correspondance adressée au gouvernement de Lisbonne par les gouverneurs généraux du Brésil ou encore par les officiers de la municipalité de Bahia. Et si Antonil eut bien l’intention de provoquer chez les hommes auxquels il s’adressait — essentiellement les maîtres d’habitation à sucre et les planteurs de canne et de tabac, — une plus nette prise de conscience de leur valeur et de leur importance, loin de vouloir les inciter à l’indépendance et à la révolte contre la métropole, il souhaita que cette prise de conscience les amène à reprendre les activités agricoles dont ils se détournaient et dont l’abandon menaçait gravement l’équilibre économique et social du Brésil, considéré comme « la meilleure et la plus utile des Conquêtes du royaume de Portugal »97.

108Parmi les éventuels motifs de saisie de Cultura e Opulencia do Brasil, il en est cependant un qui retiendra notre attention. Evoqué ou exposé par Fr. José Mariano da Conceição Veloso, par Diogo de Vasconcelos et par le P. Serafim Leite, il a trait aux mines d’or.

  • 98 Fr. José Mariano Velloso, Extracto sobre os engenhos de assucar do Brasil..., p. [iii].

109C’est dans la préface de Fr. José Mariano de Conceição Veloso à la réédition partielle de l’ouvrage d’Antonil, qu’on le trouve pour la première fois, mais sous une forme négative : « Il est improbable que l’origine de cette interdiction se trouve dans l’itinéraire que donne l’auteur de l’ancienne route par laquelle, depuis São Paulo, on se rendait aux Mines, et qui est aujourd’hui connue sous le nom du Caminho Velho98 ». Malheureusement Fr. José Mariano étaya son opinion par des arguments particulièrement maladroits, fondés sur une mauvaise connaissance des itinéraires et de leur histoire.

  • 99 Diogo de Vasconcelos, Historia antiga de Minas Gerais, I, p. 159.

110Quant à Diogo de Vasconcelos, il en fit le sec énoncé dans son Historia antiga de Minas Gerais99 : le gouvernement royal « redouta que la divulgation des richesses des mines d’or ne provoquât la convoitise des nations étrangères et, danger plus grave encore, qu’elle n’accentuât la crise de dépeuplement du Royaume ». Un tel motif paraît vraisemblable, et nous regretterons d’autant plus que Diogo de Vasconcelos n’ait pas cru devoir l’appuyer sur des arguments précis.

  • 100 Pe Serafim Leite, Historia da Companhia de Jesus no Brasil, VII, pp. 111-113.

111Ces arguments, nous les trouverons dans la solide analyse à laquelle se livra le P. Serafim Leite dans son História da Companhia de Jesus no Brasil100, pour replacer le problème dans une très large conjoncture, analyse dont nous prendrons les points essentiels.

112Le P. Serafim Leite s’est en effet demandé quelle était la situation au Portugal et au Brésil en 1711. Au Portugal, on était en pleine guerre de succession d’Espagne. Et au Brésil la situation n’était pas brillante. Sur le plan intérieur d’abord, car depuis 1706, date du premier épisode de la guerre des Emboabas dans les Minas Gerais, c’est-à-dire de la première manifestation de l’opposition latente entre les Portugais nouvellement arrivés (les reinóis) et ceux qui étaient nés au Brésil (les filhos da terra), les foyers de querelles se multipliaient : deuxième épisode de la guerre des Emboabas en 1709, émeute dite de Maneta à Bahia et guerre des Mascates à Recife en 1711, aboutissement d’une rivalité qui depuis plusieurs années opposait l’aristocratie sucrière d’Olinda aux riches commerçants portugais de Recife.

113Sur le plan extérieur ensuite : en effet, depuis 1705 les Espagnols occupaient, sur la rive nord du rio de la Plata, la colonie du Sacramento où les Portugais s’étaient établis en 1678. Un grave problème de frontières entre la Guyane française et la région portugaise de l’Amazone se posait depuis la fin du xviie siècle, et les Français provoquaient de nombreux incidents — sans oublier les deux attaques de Rio de Janeiro par des escadres françaises, conduites l’une, en septembre 1710, par Du Clerc, l’autre, en septembre 1711, par Duguay-Trouin.

114Or le 9 juin 1711, D. João V donna à tous les étrangers et à tous les religieux qui se trouvaient dans la région des mines d’or, l’ordre de quitter ce territoire.

  • 101 Pe Serafim Leite, op. cit., VII, p. 112.

115Ainsi le P. Serafim Leite est-il amené à conclure que la suppression de Cultura e Opulencia do Brasil constituait « une défense du Brésil, visant à le conserver dans son intégrité, tant sur le plan territorial que sur le plan économique, et à épargner à ses habitants, dans la mesure du possible, la mise au pillage que des nations puissantes pourraient être tentées de commettre101 ».

116On pourrait insister davantage que ne l’a fait le P. Serafim Leite sur l’attrait que pouvait exercer le Brésil et ses mines d’or sur les nations étrangères et tout particulièrement sur la France, et sur les craintes d’invasion étrangère que nourrissaient, non seulement le gouvernement à Lisbonne, mais encore les gouverneurs de Bahia et surtout de Rio de Janeiro, et dont on trouve de nombreuses traces dans la correspondance qu’ils échangeaient. Considérons les dernières années du xviie siècle et les toutes premières du xviiie siècle, exactement celles qui s’écoulèrent après la grande découverte des importantes mines d’or de l’intérieur de la capitainerie de São Paulo.

  • 102 Lettre de D. João de Lencastro, gouverneur général du Brésil, à Artur de Sá e Meneses, Bahia, 18 no (...)

117En 1699, par exemple, on voit le gouverneur et capitaine général de la capitainerie de Rio de Janeiro et São Paulo, Artur de Sá e Meneses, prendre des mesures à l’encontre des quatre Français qui résidaient alors à Rio de Janeiro, afin d’empêcher les marins de deux frégates françaises venues faire relâche à Rio de Janeiro et à Ilha Grande d’apprendre de leur bouche « les nouvelles qu’ils recherchaient pour savoir s’il y avait beaucoup d’or dans les mines, et si celles-ci étaient très éloignées ». R s’agissait bien alors, ainsi que l’écrivait au Roi le Gouverneur général D. João de Lencastro, de ne pas permettre que de tels renseignements parvinssent à la connaissance de « alguma nação pouco affecta à nossa e muito ambiciosa, que pretenda saquear alguma praça ou lugar dessas capitanias que for accomodado aos seus intentos »102.

  • 103 Voir, par exemple, la lettre de D. Alvaro da Silveira de Albuquerque, gouverneur et capitaine génér (...)
  • 104 Cf. ettre de D. João V à D. Luís Cesar de Meneses, Lisbonne, 28 février 1707, in Doc. Hist., XXXIV, (...)

118On sait également que le gouvernement portugais faisait exercer une surveillance étroite sur les navires étrangers qui faisaient escale dans les ports du Brésil, afin d’interdire tout commerce illicite et, plus particulièrement, celui de l’or, de l’argent, du sucre et du tabac103. Quant aux résidents étrangers dont le Roi craignait qu’ils ne s’informent avec trop de précision des forces militaires du Brésil, de leur disposition et de celle des fortifications, de la capacité des ports et des voies d’accès conduisant aux Mines, seuls les Anglais et les Hollandais étaient autorisés à vivre au Brésil, et non seulement leur nombre était sévèrement limité à quatre familles pour chaque nationalité dans les capitales des capitaineries de Bahia, Pernambouc et Rio de Janeiro, mais encore il leur était interdit d’en sortir104.

  • 105 « Relação que fas Ambrozio Jauffret, natural da sidade de Marseille, ao Primeiro Ministro de Sua Ma (...)

119Et pourtant, quelles que soient les précautions déployées pour restreindre la diffusion des nouvelles relatives à ces mines d’or si longtemps cherchées et enfin trouvées, et donc pour mettre le Brésil à l’abri des convoitises, le bruit de leur découverte se répandait et gagnait la Cour de France. Il en est une preuve, entre autres, dans le long rapport adressé le 20 juin 1704 au comte de Pontchartrain, ministre de la Marine, par un certain Ambroise Jauffret, marseillais de naissance puis naturalisé portugais, qui avait séjourné quelque trente ans au Brésil105. Sous couleur de faire une description du Brésil méridional, de Rio de Janeiro au Rio de la Plata, l’auteur de ce mémoire soulignait abondamment l’importance des mines d’or, et non seulement il donnait l’itinéraire de la route de São Paulo aux Mines — itinéraire inexact, précisons-le — mais il présentait un plan d’attaque du port de Rio de Janeiro par une escadre de dix vaisseaux chargés de 2 000 hommes de troupe, et même un véritable plan de conquête de tous les autres ports de la côte méridionale du Brésil, qui devait entraîner une facile conquête de l’intérieur.

  • 106 Id., ibid., p. 432.
  • 107 Id., ibid., pp. 429-431.
  • 108 Cf. consulta du Conselho Ultramarino, Lisbonne, 17 juillet 1709, in Doc. Hist., XCIII, pp. 219-220.

120Nous ignorons l’accueil réservé à ce document par le comte de Pontchartrain, puisque les archives n’en ont gardé nulle trace106, mais s’il ne détermina aucune action directe et immédiate, il n’en est pas moins vrai que quelques années plus tard, en 1710 puis en 1711, deux attaques contre Rio de Janeiro devaient être lancées par les Français, en dépit des importants travaux de fortification du port entrepris en 1703107 et des mesures prises par le Conselho Ultramarino de Lisbonne, le 17 juillet 1709, pour assurer la défense de la côte de Rio de Janeiro contre d’éventuelles invasions108.

  • 109 A. H. U., Códice 20, ff. 309-309v.

121Cependant, quelque probables que soient les conclusions du P. Serafim Leite, renforcées par l’exposé de certains aspects plus particuliers des relations entre le Portugal et la France, nous n’en resterions pas moins au stade de l’hypothèse si la découverte d’un document de première importance n’était venue apporter une lumière définitive sur le problème de la destruction de Cultura e Opulencia do Brasil. Il s’agit de la copie d’une consulta du Conselho Ultramarino datée du 17 mars 1711, conservée à l’Arquivo Histórico Ultramarino de Lisbonne109. Nous la transcrivons ci-dessous :

Sobre Sua Magestade mandar recolher hum livro que se empremio com nome supposto com titubo de Cultura e oppulencia do Brazil.

Nesta Corte saldo proximamente hum livro impreco nella com o nome suposto e com o titubo de Cultura e Opulencia do Brazil, no qual, entre outras couzas que se referem pertencentes às fabricas e provimentos dos engenhos, cultura dos canaviaes e beneficio dos tabacos, se expoem tambem muito destintamente todos os caminhos que há para as minas do ouro descubertas, e se apontão outras que ou estão para descubrir ou por beneficiar. E como estas particularidades e outras muitas de igual importancia que se manifestão no mesmo livro, convem muyto que se não fação publicas nem possão chegar à noticia das nações estranhas pellos graves prejuízos que disso podem rezultar à concervação daquelle estado, da qual depende em grande parte a deste Reyno e a de toda a Monarchia, como bem se deixa conciderar,

Pareceo ao Conselho Ultramarino reprezentar a V. Magde que será muito conveniente a seu real serviço ordenar que este livro se recolha logo e se não deixe correr, e que ainda que para isso se dessem as licenças necessarias como forão dadas sem a ponderação que pede hum negocio tão importante que respeita à concervação e utillidade do estado publico a bem da Real Coroa de V. Magde, he muito justo que se revoguem, e porque he mais seguro e mais prudente previnir o dano futuro antes de chegar a produzir os seus efieitos do que remediar o que ja se exprimenta, Parece que será muito util ao Real Serviço de V. Magde ordenarse que daqui em diante se não possa imprimir livro algum em que se tratem materias pertencentes às Conquistas sem que tenhão, com as mais licenças, tambem a deste Tribunal, porque nelle como milhor instruido nos particullares delles e que tem por obrigação zellar e advertir o que lhe poderá estar milhor para a sua concervação e augmento se pode ter mayor conhecimento do que convem e se divulgue do que importa que não chegue à noticia das nações estrangeiras, e do que he indiferente, e esta mesma providencia sobre a impreção de semelhantes livros derão os Reys Catholicos, pello que toca às índias daquella Coroa, mandando pôr huma ley incorporada na nova recupillação das Leys de índias e estabelecida por Phellipe segundo, que os taes livros se não possão imprimir sem licença do Conselho de índias supena de duzentos mil maravidis, perdimento dos livros e imperção, e a Riqueza do Rrasil com as novas minas do ouro fez precisa toda a cautella e recato pois que só com a industria e arte poderemos suprir e compençar a superioridade que nos fazem muitas das nações da Europa nas forças maritimas e terrestres cuja ambição se dispersa com a fama da abundancia do ouro naquellas minas. Lixboa, 17 de Março de 1711. Sylva. Telles. Costa.

122Ainsi qu’on peut le voir, cette consulta attire essentiellement l’attention du Roi sur la divulgation des itinéraires des routes conduisant aux Mines dont l’auteur de Cultura e Opulencia do Brasil se rend imprudemment coupable, et sur l’impérieuse nécessité qu’il y a à les empêcher de parvenir à la connaissance d’une puissance étrangère.

  • 110 Cf. Vie de Monsieur Du Guay-Trouin écrite de sa main..., pp. 193-198.

123Les préoccupations manifestées par le Conselho Ultramarino dans ce document paraîtront plus vives encore si l’on songe que la nouvelle de l’attaque de Rio de Janeiro par Du Clerc en septembre 1710 arriva à Lisbonne à la fin du mois suivant — soit au moment où Cultura e Opulencia do Brasil allait recevoir ses premières approbations, — et que c’est dans le premier trimestre de 1711 que Duguay-Trouin forma le projet de constituer une escadre qui se rendrait à Rio de Janeiro pour venger la défaite de Du Clerc et le massacre de ses troupes110 — soit au moment où l’ouvrage d’Antonil était imprimé et recevait ses autorisations de mise en vente.

124Il est certain que lors du premier examen du manuscrit de Cultura e Opulencia do Brasil, aucun des censeurs ne se rendit compte du danger que pouvait présenter la publication d’informations très précises sur les sources de richesse du Brésil et sur les routes conduisant aux mines d’or, pas plus qu’ils ne s’en rendirent compte une fois le manuscrit imprimé. Et c’est ainsi que le 6 mars 1711, des conseillers du Roi eux-mêmes, l’ouvrage recevait l’autorisation d’être mis en vente.

125Que se passa-t-il entre le 6 mars et le 17 mars, date de la consulta du Conselho Ultramarino qui demanda à D. João V la saisie de Cultura e Opulencia do Brasil ? Il est très vraisemblable que l’un des membres du Conselho Ultramarino, à l’examen duquel l’ouvrage n’avait pas été soumis puisque seuls le Saint-Office, l’Ordinaire et le Desembargo do Paço avaient qualité de censeurs, eut entre les mains un exemplaire de Cultura e Opulencia do Brasil et que, plus sensible que tout autre aux problèmes de politique extérieure qui se posaient alors de façon aiguë pour le Portugal, il attira l’attention du Conselho sur l’inconvenance qu’il y avait à livrer au public un ouvrage qui ne pourrait être que trop utile aux ennemis de la Couronne portugaise, et en particulier à la France, au moment même où le Brésil était à nouveau menacé. Et cela est si vrai que dans le texte de la consulta, le Conselho Ultramarino revendique la nécessité d’exercer un droit de censure sur tous les ouvrages relatifs aux Conquêtes portugaises, ainsi que le faisait en Espagne le Conseil des Indes pour tous les ouvrages relatifs aux Conquêtes de Sa Majesté Catholique.

V. — LE COMMENTAIRE CRITIQUE

126Dans les premières pages de cette étude, je soulignais 1 intérêt qu’il y aurait à confronter Cultura e Opulencia do Brasil a des textes de l’époque. Le but d’une telle confrontation était double. En effet, elle nous permettrait non seulement de juger du crédit que les historiens peuvent accorder au livre d’Antonil — et pour cela j’ai eu recours à des documents d’archives et à des ouvrages imprimés relatifs au Brésil —, mais encore d’élucider certaines difficultés de compréhension du texte lui-même — et pour cela j’ai eu recours à des documents d’archives et à des ouvrages imprimés relatifs aux Antilles et la Guyane françaises, ainsi qu’à l’île de Bourbon. On en trouvera ci-dessous un essai de bibliographie critique.

A. Documents d’archives

I. Recueils imprimés

127a) Documentos Históricos de la Bibliothèque Nationale de Rio de Janeiro. Dans cette importante publication qui ne comporte pas moins de 110 volumes, j’ai recherché et consulté tous les volumes relatifs aux années 1680-1711, et dans lesquels se trouvent :

1281. La correspondance des gouverneurs généraux du Brésil :

vol. IX

 : années 1663-1685

vol. X

 : années 1671-1692

vol. XI

 : années 1675-1709

vol. XXXVIII

 : années 1692-1698

vol. XXXIX

 : années 1698-1714

vol. XL

 : années 1704-1714

vol. XLI

 : années 1705-1711

1292. Les consultas du Conselho Ultramarino de Lisbonne, c’est-à-dire les documents dans lesquels ce Conseil soumettait au Roi un compte rendu des diverses correspondances reçues du Brésil, lui exposait éventuellement le résultat d’enquêtes effectuées sur tel ou tel point délicat, et lui suggérait les termes d’une réponse et d’une décision :

vol. LXXXIX

 : années 1683-1695

vol. XC

 : années 1695-1696

vol. XCII

 : années 1687-1710

vol. XCV

 : années 1707-1711

vol. XCVI :

 : années 1710-1716

1303. Les décisions et lettres royales (provisões, patentes et alvarás) :

vol. XXXIII

 : années 1648-1711

vol. XLIX

 : années 1707-1713

vol. LVI

 : années 1693-1695

vol. LVII

 : années 1695-1697

vol. LVTII

 : années 1697-1699

vol. LIX

 : années 1699-1711

vol. LXXXIII

 : années 1683-1697

vol. LXXXIV

 : années 1697-1705

1314. La correspondance et les actes du Conselho de Bahia, c’est-à-dire du conseil du gouvernement de l’État du Brésil :

vol. LXIV

 : années 1670-1699

vol. LXV

 : années 1699-1700

1325. Les procès-verbaux des séances du Senado da Câmara de Bahia, c’est-à-dire de la Municipalité de cette capitale :

vol. LXXXVI

 : années 1657-1696

vol. LXXXVII

 : années 1696-1726

133Les documents publiés dans ces volumes ont été largement utilisés dans le commentaire critique des quatre parties de Cultura e Opulencia do Brasil.

134b) Documentos interessantes para a História e Costumes de São Paulo, publiés par l’Arquivo do Estado de São Paulo. Dans cette série, d’une importance aussi considérable que la précédente, j’ai essentiellement utilisé les volumes relatifs à l’expansion pauliste dans les Minas Gerais :

vol. XLIX

 : années 1711-1720

vol. LI

 : années 1701-1705

135On y trouve la correspondance échangée entre les gouverneurs généraux de la capitainerie de Rio de Janeiro et São Paulo et le Roi, et des ordonnances (bandos, provisões) signées par les gouverneurs. A la fin de certains de ces volumes sont insérées de rapides études de synthèse des principaux documents, par l’historien Basílio de Magalhães. Les documents de cette série ont été largement utilisés pour le commentaire de la troisième partie de Culturae Opulencia do Brasil. Il convient de remarquer qu’ils sont malheureusement transcrits de façon très défectueuse, et que leur confrontation avec les documents originaux ou les copies conservés à l’Arquivo Histórico Ultramarino de Lisbonne m’a souvent permis d’en corriger la lecture.

136c) Documentos Históricos do Arquivo Municipal [de Bahia], publiés par la Prefeitura do Município do Salvador-Bahia. C’est une publication des Atas da Câmara, c’est-à-dire des procès-verbaux des séances et des décisions de la Municipalité, ainsi que des Cartas do Senado, c’est-à-dire de la correspondance adressée au Roi par les Officiers de la Municipalité. Je n’ai malheureusement eu à ma disposition que deux volumes :

Atas da Câmara 1669-1684, 5° vol.
Cartas do Senado 1684-1692, 3° vol.

137Embrassant une période sensiblement antérieure à celle qui m’intéessait, ils ont néanmoins été utiles pour l’étude des prix du sucre et, à titre de référence, pour une comparaison des salaires des employés des habitations à sucre.

138d) Livro primeiro do Governo do Brasil 1607-1633, publié par le Service de Documentation du Ministério das Relações Exteriores à Rdioe Janeiro. De ce recueil, une pièce intéressante, intitulée Modo e artificio de beneficiar a prata desde a hora em que se tira da mina em que naçe, ate se poder lavrar pella arte do ourives, ou bater, pp. 39-44, a été utilisée pour le commentaire des chapitres XV et XVI de la troisième partie de Cultura e Opulencia do Brasil.

139e) Quelques pièces éparses dans des revues ou dans des études, dont je détacherai, entre autres :

  • Parecer e tratado feito sobre os excessivos impostos que cahirão sobre as lavouras do Brazil, arruinando o comercio deste, adressé en 1687 au marquis das Minas, gouverneur général de l’État du Brésil, par João Peixoto Viegas, officier de la Municipalité de Bahia (in « Annaes da Bibliotheca Nacional do Rio de Janeiro », XX, 1898, pp. 213-223). Ce document m’a fourni des commentaires sur la culture de la canne, sur le travail du maître-sucrier, sur les diverses qualités de sucre, sur les fraudes pratiquées dans l’expédition des caisses, et sur les prix du sucre.

  • Lettre de D. Rodrigo da Costa, gouverneur et capitaine général de la capitainerie de Rio de Janeiro, à D. João V, Lisbonne, 19 juin 1706 (in Eduardo de Castro e Almeida, Inventario dos documentos relativos ao Brasil existentes no Archivo de Marinha e Ultramar, VI, pp. 302-304), ntéressante pour l’étude de la crise de l’économie sucrière provoquée par la découverte des mines d’or.

  • Dezcripção do certão do Peauhy remetida ao Illmo e Rmo Sor. Frei Francisco de Lima, Bispo de Pernambuco, rédigée en 1697 par le P. Miguel do Couto, et publiée par Ernesto Ennes (Os Palmares. Subsídios para a sua história). Intéressante pour comparer avec certains renseignements d’ordre géographique donnés par Antonil dans le premier chapitre de la quatrième partie.

140f) Loix et Constitutions des Colonies françaises de l'Amérique sous le vent..., de Moreau de Saint-Méry. Publiées à Paris de 1784 à 1790, elles m’ont fourni d’utiles comparaisons sur la fabrique, le commerce et la contrebande du tabac.

II Documents manuscrits

a) Arquivo Histórico Ultramarino (Lisbonne)

141Le dépouillement des archives conservées dans ce très important dépôt est considérablement facilité par plusieurs inventaires imprimés :

  • Eduardo de Castro e Almeida, Inventario dos Documentos relativos ao Brasil existentes no Archivo de Marinha e Ultramar, publié dans les « Annaes da Bibliotheca Nacional do Rio de Janeiro », et relatif aux fonds Rio de Janeiro et Bahia.

  • Catálogo de Documentos sobre a História de S. Paulo existentes no Arquivo Histórico Ultramarino de Lisboa, publié par la « Revista do Instituto Histórico e Geográfico Brasileiro », tome spécial no 1 (1956).

142On dispose en outre d’un bon fichier analytique des recueils de consultas du Conselho Ultramarino, et d’un Inventário geral da Cartografia brasileira existente no Arquivo Histórico Ultramarino présenté par M. Alberto Iria, directeur de ce dépôt d’archives, comme communication au IVe Colloque international d’Études luso-brésiliennes (exemplaire dactylographié).

143Dans la bibliographie placée à la fin de la présente édition, on trouvera la liste complète des documents utilisés pour le commentaire de Cultura e Opulencia do Brasil, ou plutôt les numéros de ces documents, dont il serait trop long de donner la description intégrale. Je signalerai cependant ici les quatre séries de documents consultés et, à titre d’exemple, quelques-unes des pièces qui me paraissent les plus caractéristiques.

1441) Série Rio de Janeiro.

  • no 3101 à 3106 : six lettres de Baltazar de Godoy Moreira, dont quatre adressées au Roi les 30 et 31 juillet 1705, et deux adressées les 31 juillet et 6 août 1705 à un destinataire inconnu, mais qui est certainement l’ancien gouverneur et capitaine général de Rio de Janeiro Artur de Sá e Meneses. Très intéressantes pour l’histoire de la vie dans les Minas Gerais, elles ont fourni des éclaircissements et des confirmations à Cultura e Opulencia do Brasil, en particulier à propos du superintendant José Vaz Pinto et de l’assassinat d’un mineur, Tomás Ferreira.

  • no 3091 : lettre de Manuel de Souza, juiz de l’hôtel des monnaies de Rio de Janeiro, au Roi, 10 novembre 1705. Intéressante pour le rendement du quint et de l’hôtel des monnaies de Rio ;

  • no 3100 : lettre du desembargador João Pereira do Vale, au Roi, 7 décembre 1705. Même intérêt que la précédente.

  • no 2716, 3397-3409 et 3581 : diverses pièces qui ont permis l’identification d’un propriétaire de plantations sur la nouvelle route de Rio de Janeiro aux Mines, Manuel Correa, juiz de la douane de Rio de Janeiro.

1452) Série São Paulo.

  • no 65 : règlement d’administration des mines d’or en date du 19 avril 1702. Cette pièce a été utilisée pour le commentaire du chapitre de Cultura e Opulencia do Brasil relatif à la répartition des gisements aurifères en lots (Troisième partie, chapitre VI), et m’a permis de découvrir de très nombreuses fautes dans la transcription qui en est faite, probablement d’après une autre copie, dans le tome LI des Documentos interessantes para a História e Costumes de S. Paulo.

1463) Registres de consultas du Conselho Ultramarino (copies). En particulier, le Códice 20 (Livro 8° de Consultas mixtas, 1704 à 1713), où je devais découvrir la consulta du 17 mars 1711 relative à la saisie de Cultura e Opulencia de Brasil.

1474) En ce qui concerne les cartes et les plans, dont plusieurs semblaient devoir être d’un grand intérêt pour le commentaire des chapitres X, XI, XII et XIII de la troisième partie, c’est-à-dire pour les itinéraires des routes des Mines, ils se sont révélés d’une époque trop récente (fin du xviiie siècle) et n’ont pu être utilisés.

b) Arquivo Nacional da Torre do Tombo (Lisbonne)

148J’y ai consulté principalement deux groupes de documents, ceux du Cartório dos Jesuítas et ceux de la Junta do Tabaco.

1491) Cartório dos Jesuítas.

150Les pièces conservées dans ce fonds ayant été inventoriées, il a été assez facile de repérer celles qui étaient relatives à l’habitation à sucre de Sergipe do Conde (cf. « Noticia e inventario de tudo o que se guarda no Armario jesuítico do Real Archivo da Torre do Tombo », inventaire manuscrit, no 304). Les plus intéressantes de ces pièces pour le commentaire de toute la première partie de Cultura e Opulencia do Brasil, sont les comptes annuels de l’habitation :

maço 17, no 22 :

années 1654-1655

maço 17, no 24 :

années 1669-1670

maço 17, no 25 :

années 1680-1681

maço 17, no 27 :

années 1699-1700

maço 15, no 16 :

années 1703-1704

maço 17, no 28 :

années 1704-1705

maço 17, no 29 :

années 1705-1716

151J’ai utilisé en outre la description des biens que possédait au Brésil, en 1635, le Collège Santo Antão de Lisbonne, c’est-à-dire essentiellement une description de l’habitation de Sergipe do Conde (maço 13, no 20), et un mémoire sur les dépenses annuelles de cette même habitation, malheureusement non signé ni daté, mais qui doit être du milieu du xviie siècle (maço 17, no 35).

152Tous ces documents m’ont permis d’établir des comparaisons avec le texte d’Antonil, notamment pour les prix du matériel utilisé dans l’habitation, pour les salaires des employés, et pour les prix du sucre, et même, de dater la composition de la première partie de Cultura e Opulencia do Brasil.

1532) Junta do Tabaco.

154S’il existe bien un inventaire de ce fonds, il se limite à une sèche énumération des catégories de documents conservés dans d’épaisses liasses et distribués par années, par exemple : « maço 5, consultas de 1699 até 1703 ». Et à l’intérieur même des liasses, les documents se trouvent dans un grand désordre, ce qui rend le travail de dépouillement très long. Lors d’un court séjour de recherches, j’ai cependant pu examiner entièrement les liasses suivantes :

maço 5 :

consultas de 1699 à 1703

maço 50 :

décrets de 1674 à 1690

maço 51 :

décrets de 1691 à 1710

maço 56 :

avis de 1674 à 1725

maço 96 :

lettres du Brésil, de 1698 à 1705

maço 96 A :

lettres du Brésil, de 1698 à 1705

maço 97 :

lettres du Brésil, de 1706 à 1715

maço 97 A :

lettres du Brésil, de 1706 à 1715

155Tous ces documents sont complètement inédits et présentent le plus haut intérêt pour le commentaire de la seconde partie de l'ouvrage d’Antonil. J’y ai trouvé notamment la confirmation du montant des exportations de tabac à destination du Portugal, l’exposé de toutes les difficultés éprouvées par les gouverneurs du Brésil dans leur lutte contre la contrebande, et de nombreuses pièces relatives à la législation sur le tabac.

c) Bibliothèque d’Ajuda (Lisbonne)

156L’Inventário dos Manuscritos da Biblioteca da Ajuda referentes a América do Sul, de Carlos Alberto Ferreira, ne m’a révélé que peu de documents présentant un intérêt réel, et dont aucun n’est original. J’ai essentiellement consulté :

  • le Códice 51-VI-24, qui contient plusieurs avis anonymes et sans date sur le commerce du sucre, du tabac, du bétail et des cuirs, ainsi qu’une lettre du gouverneur D. João de Lencastro, 7 janvier 1700, relative à des expéditions organisées depuis Bahia vers les Mines (f. 456) ; un avis de D. João de Lencastro relatif au rendement du tabac, 7 janvier 1700 (ff. 458-459), et une lettre du Pauliste Pedro Taques de Almeida à D. João de Lencastro, São Paulo, 20 mars 1700, donnant des informations sur les Mines (f. 450 ; cette lettre a d’ailleurs été publiée par Orville Derby dans la « Bevista do Instituto Historico e Geographico de São Paulo », V, 1899-1900, pp. 282-286).

  • le Códice 51-V-51, qui contient une lettre de D. Catarina, régente de Portugal, 20 mars 1705, ordonnant au desembargador João Pereira do Vale qui se rendait à Rio de Janeiro, de l’informer sur l’hôtel des monnaies de Rio et sur l’état des Mines — pièce intéressante puisqu’elle est à l’origine du rapport de João Pereira do Vale du 7 décembre 1705 conservé à 1’Arquivo Histórico Ultramarino (Rio de Janeiro-3100).

d) Biblioteca Geral de l’Université de Coimbra

157Grâce au Catálogo dos Manuscritos da Biblioteca geral da Universidade de Coimbra relativos ao Brasil établi par Francisco Morais et publié en 1941 par 1’Instituto de Estudos Brasileiros de cette Université, le dépouillement de ce fonds a pu être rapidement effectué, et s’est d’ailleurs limité à un très petit nombre de pièces, toutes conservées dans des registres.

  • ms. 148 : Descripçam do mapa geographico que comprehende os limites do governo de S. Paulo e Minas, e tambem os do Rio de Janeiro, suivie d’une Descripção dos rios de ces capitaineries, intéressantes pour le commentaire des chapitres X, XI et XII de la troisième partie de Cultura e Opulencia do Brasil. Malheureusement ces descriptions ne sont pas accompagnées de la carte qu’elles commentent.

  • ms. 706 : un alvará de D. Pedro II en date du 27 février 1701, apportant des restrictions à l’élevage du bétail dans le Recôncavo de Bahia (f. 47). Ce document a été utilisé pour le commentaire du chapitre I, livre II, de Cultura e Opulencia do Brasil, ainsi que pour la quatrième partie de cet ouvrage.

e) Archives de la Casa Cadaval (Muge)

158Les documents relatifs au Brésil qui sont conservés dans ce très important dépôt d’archives privées, ont été inventoriés de façon remarquable par Virginia Rau et Maria Fernanda Gomes da Silva, Os Manuscritos do Arquivo da Casa de Cadaval respeitantes ao Brasil (2 volumes publiés par l’Université de Coimbra en 1955-1958). Tous ces documents, dont la plupart sont originaux, sont conservés dans des recueils que j’ai pu consulter grâce à la libérale hospitalité que m’a accordée à Muge, pendant quatre jours, Madame Olga Alvares Pereira de Melo, marquise de Cadaval.

  • 111 Document intégralement transcrit, supra, pp. 44-45.

159— Códice 869 K (Escritos das Secretarias, t.10) : c’est dans ce recueil, f. 29, que se trouve la lettre adressée par le Secrétaire Diogo de Mendonça Corte Real au duc de Cadaval, le 20 mars 1711, pour l’informer des mesures à prendre en vue de la saisie de Cultura e Opulencia do Brasil111 On sait que le duc de Cadaval fut président du Conselho Ultramarino et de la Junta do Tabaco, ce qui explique l’importance des archives conservées à Muge pour le commentaire de Cultura e Opulencia do Brasil.

160— Códice 1087 (Papéis vários, t. 27), où se trouvent divers documents utilisés pour le commentaire de la troisième partie de l’ouvrage d’Antonil (quint de l’or, route de Bahia aux Mines, envoi de bétail dans les mines :

  • ff. 481-481v : lettre du gouverneur Artur de Sá e Meneses au gouverneur D. João de Lencastro, Rio das Velhas, 30 novembre 1700 ;

  • ff. 488-490 : avis de D. João de Lencastro sur la perception du quint de l’or, Bahia, 12 janvier 1701 ;

  • ff. 482-483 : lettres échangées entre D. João de Lencastro et le capitaine João de Góis e Araújo, Bahia, 5 et 6 mars 1701 ;

  • ff. 399-400 : lettre de Domingos Afonso Certão à D. João de Lencastro, Bahia, 15 janvier 1702 ;

  • f. 502 : lettre de Lopo de Albuquerque da Câmara à D. João de Lencastro, 6 juin 1698.

161— Códice 884 [Tabaco) et Códice 1056 (Tabaco). Ces deux épais registres de 430 et 445 folios sont de première importance pour l’histoire du commerce du tabac à la fin du xviie et au début du xviiie siècle, et contiennent de très nombreux documents inédits qui ont été utilisés pour le commentaire de la seconde partie de Cultura e Opulencia do Brasil. Parmi les plus intéressants :

  • une lettre du marquis das Minas, gouverneur général du Brésil, au duc de Cadaval, Bahia, 5 juin 1685, relative à la lutte contre la contrebande du tabac et accompagnée de diverses annexes (Cód. 884, ff. 379-381v) ;

  • un avis du duc de Cadaval, 4 mars 1698, sur les quantités de tabac du Brésil pouvant être exportées au Portugal (Cód. 884, ff. 404-408) ;

  • de nombreux avis anonymes (arbítrios) sur le commerce et la contrebande du tabac [Cód. 884, ff. 50-55v, 69v -70 et Cód. 1056, ff. 169-171, 369-370 et 388-388v) ;

  • divers documents relatifs à Pedro Gomes, fermier du tabac de 1700 à 1704 (Cód. 1056, ff. 180-183, 194-195) ;

  • divers documents relatifs à Juan Antonio de la Concha, fermier du tabac de 1707 à 1709 (Cód. 1056, ff. 259-296) ;

  • un avis expédié par un négociant du port franc de Gênes, 1694, avec des indications sur les réexportations de tabac du Brésil (Cód. 1056, ff. 172-174).

f) Archives Nationales (Paris)

162Dans le fonds des Archives des Colonies, j’ai dépouillé un très grand nombre de registres de correspondance des Iles françaises de l’Amérique pour les années 1685-1720, et les registres de mémoires sur les manufactures coloniales, afin d’y rechercher des textes relatifs aux techniques en usage pour la culture de la canne à sucre et du tabac, et pour leur élaboration en produits exportables. Si le résultat fut décevant sur le plan des techniques, il fut par contre assez satisfaisant en ce qui concerne des équivalences de vocabulaire. Les principaux registres utilisés se répartissent en cinq séries :

1631) Correspondance générale de la Guyane

C14 2 :

années 1685-1691

C14 3 :

années 1692-1698

C14 4 :

années 1699-1705

C14 5 :

années 1706-1708

C14 6 :

années 1709-1711

C14 7 :

années 1712-1713

C14 8 :

années 1714-1715

  • 112 Cf. supra, p. 43, n. 3.

164C’est dans le C14 4, ff. 245-250v, que j’ai découvert un mémoire inédit sur les capitaineries du sud du Brésil, rédigé à Cayenne en 1704 par Ambroise Jauffret, français naturalisé portugais qui vécut au Brésil pendant 30 ans, très intéressant pour les détails qu’il fournit sur la minération de l’or et sur la défense du port de Rio de Janeiro112.

1652) Correspondance générale de Saint-Domingue

C 9A 1 :

années 1664-1688

C 9A 2 :

années 1689-1693

C 9A 3 :

années 1694-1697

C 9A 4 :

années 1698-1699

C 9A 5 :

années 1700-1701

C 9A 6 :

années 1702-1703

C 9A 7 :

années 1704-1706

C 9A 8 :

années 1707-1709

1663) Correspondance générale de l’Ile de Bourbon.

167C3 2 : années 1702-1705. De ce recueil il faut particulièrement détacher un mémoire sur l’île de Bourbon, en date du 20 décembre 1703 (pièce no 3), qui donne quelques conseils et avis sur différents points de l’économie de cette île, en se référant aux techniques en usage au Brésil pour la fabrication du tabac, l’élevage du bétail et le tannage des cuirs.

1684) Correspondance envoyée. Ordres du Roi.

B 1 : Compagnie des Indes Orientales et Occidentales

années 1663-1669

B 26 : Iles de l’Amérique

année 1705

B 28 : Iles de l’Amérique

années 1706-1707

B 31 : Iles de l’Amérique

années 1708-1709

B 32 : Iles de l’Amérique

année 1710

B 33 : Iles de l’Amérique

année 1711

B 34 : Iles de l’Amérique

année 1712

B 35 : Iles de l’Amérique

année 1713

B 36 : Iles de l’Amérique

année 1714

1695) Mémoires sur le commerce, états, ordonnances.

F2 A 17 : Compagnie des Indes Occidentales.

F3 21 : Description de Cayenne et de la Guyane française.

F3 67 et 68 : Histoire des Colonies. Instructions aux administrateurs. Tome I : 1665-1701 et Tome II : 1702 à 1719. F3 161 : Cultures, manufactures coloniales.

F3 212 : Annales du Conseil de Cayenne, 1713-1780.

B. — Descriptions et histoires du Brésil

170Aucun des ouvrages anciens dont on trouvera la liste ci-dessous n’est contemporain de Cultura e Opulencia do Brasil, puisqu’ils furent publiés soit avant 1663 soit après 1730. Cependant, ils ont apporté en de nombreux endroits des confirmations ou des éclaircissements indispensables.

171Le Roteiro Geral do Brasil e Grandezas da Bahia, de Gabriel Soares de Souza (1587), récemment publié sous le titre de Notícia do Brasil, a été particulièrement utilisé pour le commentaire du chapitre relatif aux diverses espèces de bois nécessaires à une habitation à sucre (Première partie, livre II, chapitre VII).

172Le Diálogo das Grandezas do Brasil, ouvrage anonyme publié en 1618 et attribué à un certain Ambrosio Fernandes Brandão, a fourni d’importants renseignements sur les habitations à sucre, la culture de la canne et la fabrication du sucre, ainsi que sur certains traits de mœurs des senhores de engenho, et sur les conditions des contrats qui les unissaient aux différentes catégories de planteurs.

173Dans le premier livre de 1 'História do Brasil de Frei Vicente do Salvador (1627), il a été possible de relever d’intéressantes précisions sur différents arbres indigènes du Brésil.

174Gaspar Barlaeus, dans son Rerum per octennium in Brasilia... historia (1647), se livre, sur les esclaves nègres de nations diverses amenés au Brésil, à des commentaires qui ont pu être confrontés aux observations d’Antonil (Première partie, livre I, chapitre IX).

175L'Historia naturalis Brasiliae de Piso (1648) et l'Historia rerum naturalium Brasiliae de Marcgraff, ont été traduits en portugais sous le titre de Historia natural e médica da India ocidental (Piso) et Historia natural do Brasil (Marcgraff), ce qui en rend la consultation beaucoup plus aisée. Ils se sont révélés indispensables pour le commentaire du chapitre relatif aux espèces de bois utilisés dans une habitation à sucre, et pour celui de la technique de fabrication du sucre.

176L'Historia da América portuguesa, de Sebastião da Rocha Pitta (1730) a été très souvent utilisée — moins pour les événements qu’elle rapporte que pour sa description d’une habitation à sucre et des différentes étapes de la fabrication du sucre. On y a également trouvé quelques informations d’ordre statistique sur le rendement d’une habitation et sur le nombre de moulins existant au Brésil.

177Un chapitre des Desagravos do Brasil e glorias de Pernambuco, de Frei Domingos do Loreto Couto (v. 1750), consacré à la description d’un engin à sucre, à la culture de la canne et à la fabrication du sucre a donné de précieuses indications.

178De très nombreux points de comparaison avec le texte d’Antonil pour tout ce qui concerne le sucre et le tabac ont été fournis par les Notícias soteropolitanas e brasílicas de Luís dos Santos Vilhena (1802).

179Enfin la Corografia brasílica de Aires de Casai (1817) a été particulièrement utile pour le commentaire géographique, l’identification et la localisation de tel ou tel bourg, ainsi que de nombreux noms de lieux, de rivières et de montagnes.

C. — Ouvrages relatifs aux Antilles et à la Guyane françaises

180Ces ouvrages ont permis de très fructueuses comparaisons avec le texte de Cultura e Opulencia do Brasil, et m’ont aidée à en comprendre maint passage technique. Par ailleurs, leur vocabulaire m’a été d’un très grand secours pour la traduction du livre d’Antonil, ainsi qu’on le verra plus loin.

181Le plus important de tous est le Nouveau Voyage aux Isles de l'Amérique publié à Paris en 1722 par le P. Jean-Baptiste Labat, d’autant plus précieux qu’il fut rédigé vers 1695 et qu’il est donc exactement contemporain de l’ouvrage d’Antonil. Le tome III est presque entièrement réservé à la culture de la canne à sucre, à la description des sucreries et des techniques de fabrication du sucre, et le tome IV contient un très long chapitre sur le tabac — culture et fabrication. D’un style agréable, d’une grande précision dans tout ce qui concerne la technique, cet ouvrage a été largement utilisé pour le commentaire des première et deuxième parties de Cultura e Opulencia do Brasil, auxquelles il a apporté de nombreux éclaircissements.

182Le tome II de l'Histoire générale des Antilles habitées par les Français, publiée à Paris en 1667 par le P. Du Tertre, comporte quelques chapitres relatifs aux esclaves noirs, qui ont été utilisés pour le commentaire du chapitre IX, livre I, première partie, qui traite du même sujet.

183Dans la Description topographique, physique, civile, politique et historique de la partie française de l’Isle Saint-Domingue..., de Moreau de Saint-Méry, les considérations sur les esclaves venus d’Afrique, sur les créoles et sur les mulâtres ont été très utiles pour ce même chapitre IX.

D. — Ouvrages techniques

184Parmi divers ouvrages intéressants soit pour les descriptions qu’ils contiennent soit pour leur terminologie technique, il faut signaler :

1851. Sur le sucre :

  • Maison rustique à l’usage des hahitans de la partie de la France équinoxiale connue sous le nom de Cayenne, publiée en 1763 par M. de Préfontaine

  • Art de rafiner le sucre, de Duhamel du Monceau (1764)

  • Précis sur la canne et sur les moyens d’en extraire le sel essentiel..., de Dutrône la Couture (1791)

1862. Sur le tabac :

  • Discours du tabac où il est traité particulièrement du tabac en poudre, d’Edme Baillard (1693)

  • Le Parfumeur français, qui enseigne toutes les manières de tirer les odeurs des fleurs.... avec le secret de purger le tabac en poudre et le parfumer de toutes sortes d’odeurs..., de Barbe (1693)

  • Dissertation sur le tabac..., de Buc’hoz (1788)

1873. Sur les mines :

  • Relation du voyage de la Mer du Sud aux côtes du Chily ou du Pérou.., par Frézier (1722).

***

188Tous ces textes m’ont permis de faire un abondant commentaire critique de Cultura e Opulencia do Brasil, et de conclure qu’Antonil est non seulement un excellent observateur — bien qu’en deux ou trois endroits son exposé manque de clarté et de précision, — mais encore un fidèle témoin de son temps, particulièrement bien informé, et que, malgré sa qualité d’étranger, il partagea profondément les préoccupations les plus fondamentales des hommes qui gouvernaient l’État où il avait choisi d’accomplir sa mission.

VI. — LA TRADUCTION

189La traduction de Cultura e Opulencia do Brasil s’est avérée particulièrement délicate.

  • 113 Diogo de Campos Moreno, Livro que dá razão do Estado do Brasil, p. 167.
  • 114 Lettres de Luís César de Menezes à Manuel Correia Arzão et Baltasar de Lemos de Morais, Bahia, 7 ma (...)

190Parmi les nombreux problèmes qu’elle posa, le premier à résoudre fut celui du titre lui-même : Cultura e Opulencia do Brasil por suas drogas e minas. Une traduction littérale n’était pas satisfaisante en raison du premier terme, cultura, généralement employé dans le sens du français « culture », mais qui se trouve ici accompagné de deux compléments dont le second — minas, c’est-à-dire « mines » — empêche de lui donner une telle traduction. Seule la lecture de textes anciens devait m’éclairer sur le sens dans lequel Antonil prend ici ce terme de cultura. En effet, dans le Livro que dá razão do Estado do Brasil rédigé en 1612 par Diogo de Campos Moreno, on trouve l’expression « cultivar as minas »113 et dans sa correspondance, le gouverneur de Rio de Janeiro en 1708, Luis César de Menezes, emploie communément cultura das minas, ou même cultivar as minas, pour dire « exploitation des mines » et « exploiter les mines »114. La détermination du sens exact de cultura me montra alors que cultura e opulencia était un hendiadine et qu’il fallait établir entre ces deux termes, dont le second a valeur de pluriel, un rapport de dépendance. Dès lors la traduction vint d’elle-même : Cultura e Opulencia do Brasil por suas drogas e minas signifiait « De l’Exploitation des richesses du Brésil en drogues et en mines ».

191Quant aux difficultés de traduction du texte lui-même, les unes tiennent à un vocabulaire géographique et botanique spécifiquement brésilien, d’autres, à la terminologie technique de l’exploitation de la canne à sucre, du tabac et des mines, et les dernières enfin, au style même d’Antonil.

192Pour le vocabulaire géographique, je ne suis arrivée à aucune solution satisfaisante pour la traduction : aucun mot d’une langue autre que le portugais ne peut rendre compte de réalités qui n’existent qu’au Brésil. C’est ainsi que j’ai dû renoncer à traduire les noms de sols, tels que massapé, apicú, ou les noms de certaines régions, tels que recôncavo et Minas Gerais, me bornant à en donner en note l’explication.

193Pour les noms d’arbres, j’ai tenté de trouver, grâce au nom latin donné en référence dans le Pequeno Dicionário brasileiro da Língua portuguesa de Aurélio Buarque de Holanda et dans les éditions critiques des œuvres de Gabriel Soares de Sousa, Pison et Marcgrave, les équivalents dans la flore de la Guyane et des Antilles, et pour cela je me référai, entre autres ouvrages, à la Description des plantes de l'Amérique avec leurs figures (Paris, 1693) du P. Charles Plumier, à l'Essai sur l'histoire naturelle de Saint-Domingue (Paris, 1776) du P. Nicolson, et au grand Dictionnaire des Sciences Naturelles en 60 volumes, publié de 1804 à 1830 par une équipe de professeurs du Jardin du Boi.

194Pour quelques-uns d’entre eux j’arrivai à un résultat satisfaisant et je pus établir une correspondance (jetay amarelo = « courbaril », messetauba — « gayac » ou « bois saint », pao de oleo = « copayer ») ; cependant il me parut difficile d’employer une dénomination qui, dans certains cas, évoquait de façon précise les Antilles (pao de arco = « poirier des Antilles », massaranduba = « cerisier de Saint-Domingue ») ; et pour un trop grand nombre, je ne pus effectuer la moindre identification. Ainsi l’équivalence, lorsqu’il y en a une, a été signalée en note, et j’ai laissé dans le texte d’Antonil le nom portugais, de façon à éviter une désagréable alternance de noms français et de noms portugais.

195En ce qui concerne la terminologie technique et, d’une façon générale, tout le vocabulaire relatif à l’économie du sucre, du tabac, des cuirs et à l’exploitation des mines, les dictionnaires anciens tels que le Vocabulario portuguez e latino du P. Bluteau et le Diccionario da Lingua portugueza de Morais et, parmi les dictionnaires modernes, le précieux Pequeno Dicionário brasileiro da Língua portuguesa déjà cité, m’ont été du plus grand secours pour préciser la définition de certains termes, dont la plupart sont ignorés des dictionnaires bilingues. Mais surtout, les recherches faites dans les textes français des xviie et xviiie siècles afin d’éclaircir certains passages difficiles de Cultura e Opulencia do Brasil et de comparer les techniques du Brésil aux techniques des Antilles et de la Guyane, tantôt m’ont apporté des traductions exactes et des équivalences, tantôt m’ont amenée à des solutions personnelles.

  • 115 Il convient toutefois de remarquer qu’au xvie siècle et pendant une grande partie du xviie siècle, (...)

196C’est ainsi que le terme le plus délicat à traduire et, avec lui, tous ceux dans la composition desquels il entre, fut celui de engenho. Ce mot, venu du latin ingenium, signifie en premier lieu « esprit », « génie » ; mais il désigne aussi la machine qui résulte de l’application de ce génie à un domaine pratique, c’est-à-dire l’engin, et plus particulièrement le moulin destiné à écraser les cannes à sucre. Par une extension de sens, il en est même venu à désigner non seulement la sucrerie, ensemble des ateliers où est fabriqué le sucre, mais encore tout le complexe agricole qui englobe la sucrerie, les plantations de canne à sucre, ainsi que tous les éléments indispensables à la manufacture du sucre, et à la vie matérielle du propriétaire, de sa famille, et de tous les esclaves employés dans son domaine115.

  • 116 Dutrone la Couture, Précis sur la canne..., pp. 326-327 : « On nomme habitation une société d’homme (...)
  • 117 Cf. Préfontaine, Maison rustique... de Cayenne, pp. 2-3 ; G. Debien, Un Colon sur sa plantation, pp (...)

197La même structure de complexe agricole ayant existé aux Antilles et en Guyane, il fallait donc retrouver le ou les termes qui étaient en usage dans ces colonies et qui, de nos jours, ont disparu. C’est ainsi que l’expression « habitation à sucre » telle qu’elle est définie par Dutrône la Couture116 et telle qu’elle apparaît de façon constante dans les ouvrages relatifs à l’économie sucrière et dans des correspondances privées117, m’a semblé répondre à l'engenho brésilien dans son acception la plus large.

198Cependant, pour traduire senhor de engenho, je n’ai pas conservé le français « habitant », également en usage aux Antilles et en Guyane, parce qu’il ne m’a pas semblé posséder le même contenu psychologique et sociologique que senhor de engenho. C’est pourquoi, à partir de l’expression « habitation à sucre », j’ai préféré fabriquer « maître d’habitation à sucre » ou, plus simplement, « maître d’habitation ».

  • 118 Cf. infra, pp. 76-77 et note 2.

199Quant à l’expression engenho real, qui désigne une habitation à sucre particulièrement importante et dont le moulin est mû par la force hydraulique, je n’ai malheureusement pu ni trouver ni composer d’équivalence satisfaisante et par conséquent, j’ai dû me borner à l’expliquer en note, et la laisser en portugais chaque fois qu’elle se présentait118.

  • 119 Cf. infra, pp. 218-219 et 228-229.

200Pour la traduction de caldeiras et de tachas, qui désignent les chaudières, c’est-à-dire les récipients dans lesquels le jus de cannes est mis à cuire, à purifier et à condenser, il fallait trouver deux termes différents, puisqu’Antonil les différencie nettement. Or aux Antilles, d’après le P. Du Tertre et le P. Labat, il n’existait pas de nom générique particulier. Tout au plus Dutrône la Couture parle-t-il de « grand » et de « petit équipage », suivant leurs dimensions ; mais cette expression n’était guère utilisable. La solution de ce problème me fut alors offerte par Antonil lui-même. En effet, il signale qu’en passant des caldeiras aux tachas, le jus de canne change de nom, et de caldo (« vesou ») devient melado (« sirop »)119. Je choisis donc de donner aux caldeiras le nom de « chaudières à vesou » et aux tachas le nom de « chaudières à sirop ». Dès lors cette dénomination entraîna la traduction de caldeireiros et tacheiros, nom des ouvriers employés à ces chaudières, en « sucriers en vesou » et « sucriers en sirop », alors qu’aux Antilles ils étaient simplement appelés « sucriers ».

201Il se posait encore un autre problème, celui du nom particulier attribué à chacune des chaudières à vesou et à sirop. Antonil les désigne sous les noms suivants :

  • caldeira do meio, dans laquelle le vesou sortant du moulin est porté à ébullition, commence à se purger, et reçoit sa première lessive ;

  • caldeira de melar, dans laquelle le vesou continue à bouillir et à se purger grâce à la lessive qu’on y jette ;

  • tacha de receber, dans laquelle le vesou, après avoir été filtré de la plus grande partie de ses impuretés, reçoit le nom de « sirop », continue à bouillir à un feu plus ardent, et commence à se réduire, tout en rejetant des écumes ;

  • tacha da porta, dans laquelle le sirop demeure plus longtemps, jusqu’à être réduit de moitié ;

  • tacha de cozer, dans laquelle le sirop doit arriver à un degré de condensation encore plus avancé ;

  • tacha de bater, dans laquelle le sirop achève sa condensation et doit être constamment agité pour ne pas brûler.

  • 120 Labat, t. III, pp. 269-275 ; Dutrône la Couture, Précis sur la canne,pp. 110-111.

202Une traduction littérale de cette nomenclature était difficilement acceptable. Or dans les sucreries des Antilles, les chaudières étaient elles aussi désignées sous des noms particuliers, qu’utilisèrent le P. Labat et Dutrône la Couture dans leurs descriptions120. Suivant qu’il y avait sept ou cinq chaudières, on les appelait : la grande, la propre, la lessive, le flambeau (éventuellement le grand et le petit flambeau), le sirop et la batterie. C’est pourquoi j’ai adopté les équivalences suivantes :

a caldeira do meio

 : la grande

a caldeira de melar

 : la propre

a tacha de receber

 : le grand flambeau

a tacha da porta

 : le petit flambeau

a tacha de cozer

 : le sirop

a tacha de bater

 : la batterie

  • 121 Cf. infra, pp. 264-267.

203Une autre nomenclature de traduction délicate était celle des différentes sortes de sucre, appelées assucar branco macho, assucar mascavado macho, assucar branco batido, assucar mascavado batido121.

204Les deux premiers désignaient les sucres obtenus immédiatement après les diverses opérations de cuisson du vesou. Après que le sirop ait été versé dans des formes pour cristalliser, on le couvrait d’une couche d’argile, ce qui avait pour effet de le blanchir. Cependant, seule la partie supérieure du pain de sucre ainsi obtenu acquérait la blancheur recherchée : c’était l'assucar branco macho, littéralement « sucre blanc mâle », ce dernier qualificatif signifiant que ce sucre était le résultat d’une unique série d’opérations. Quant à la partie inférieure du pain de sucre demeurée de couleur brunâtre, on l’appelait assucar mascavado macho, littéralement « sucre moscouade mâle ».

205L'assucar branco batido et Yassucar mascavado batido, eux, étaient issus d’une seconde série d’opérations. En effet, des pains de sucre en cours de cristallisation il s’échappait deux sortes de sirop. Le premier, qui s’écoulait dès que les formes étaient percées et avant qu’on y mette l’argile, était le primeiro mel, généralement distribué aux esclaves, rarement remis à cuire ou distillé en eau-de-vie. Quant au second, qui s’écoulait après le terrage, Antonil ne lui donne pas de nom particulier, mais il précise que c’est de ce sirop-là remis à cuire, à cristalliser et à purger, qu’on fait Yassucar branco batido et l'assucar mascavado batido.

  • 122 Duhamel du Monceau, Art de rafiner le sucre, pp. 5-6 ; Dutrône la Couture, Précis sur la canne, pp. (...)
  • 123 Labat, t. III, p. 368-369.

206A quelle nomenclature française correspondaient ces termes ? Les ouvrages de Duhamel du Monceau, de Dutrône la Couture, ainsi que l'Histoire générale des Drogues de Pomet et le Dictionnaire du Commerce de Savary des Bruslons me permirent de trouver l’équivalence de « cassonade blanche » pour assucar branco macho, et de « moscouade » pour mascavado macho122 ; toutefois la nécessité de différencier deux sortes de mascavado m’obligea à appliquer à celui-ci le qualificatif de « mâle », dont on a vu plus haut la signification particulière. Mais, pour assucar branco batido et assucar mascavado batido, il n’y avait pas d’équivalents parce que la technique de ce second raffinage était différente au Brésil et aux Antilles ou en France. C’est donc en me basant sur le nom de « sirop fin » donné par Labat au sirop qui s’écoule des formes après le terrage123 et qui est précisément employé pour la fabrication de 1’assucar branco batido, que j’ai composé l’équivalence « sucre de sirop fin » et « moscouade de sirop fin ».

  • 124 Cf. infra, pp. 246-247 et 250-251.
  • 125 Cf. Labat, t. III, pp. 337-340, 348-349 ; Duhamel du Monceau, Art de rafiner le sucre, pp. 75 et 78

207Un cas assez curieux de terminologies diamétralement opposées en portugais et en français mérite d’être signalé : c’est celui de la désignation des deux extrémités des pains de sucre. Au Brésil, conformément aux explications d’Antonil, la partie supérieure du pain de sucre tandis qu’il est encore dans la forme où il se purge et, par conséquent, sa partie la plus large, est appelée cara, c’est-à-dire littéralement « visage » et par extension « tête », et la partie inférieure de ce même pain de sucre, et donc la plus étroite, est appelée pé, c’est-à-dire « pied », ou encore cabucho, c’est-à-dire « cabochon »124. Or aux Antilles, on appelait « fond » ou « patte » de la forme la partie la plus large, et « tête » de la forme la partie la plus étroite125 — ce qui est exactement l’inverse du portugais. C’est pourquoi, afin de ne pas dérouter le lecteur français au fait du vocabulaire sucrier des Antilles, j’ai préférer donner à cara l’équivalent « fond » ou « patte », et à et cabucho l’équivalent « tête ».

208De même que pour le sucre, les ouvrages imprimés et les documents d’archives français des xviie et xviiie siècles m’ont aidée à trouver traduction ou équivalence de la terminologie relative au tabac.

  • 126 Cf. infra, pp. 292-293, 294-295, 302-303 et notes 5 et 7, et pp. 306-309 et notes 3 et 7.
  • 127 Cf. infra, pp. 320-321 et note 9.

209Ainsi rolo, qui désigne la corde de tabac enroulée autour d’un bâton, a-t-il été traduit par « rôle », et torcer, qui désigne l’opération par laquelle les feuilles de tabac sont assemblées pour former une corde, par « torquer », conformément au vocabulaire en usage aux Antilles126. Quant au mot torcida, qui n’apparaissait dans aucun dictionnaire et dont Antonil se bornait à signaler l’emploi, c’est uniquement grâce à la consultation du Traité du tabac de Neander et de la Dissertation sur le tabac de Buc’hoz ouvrages publiés respectivement en 1625 et 1788, que j’ai pu en déterminer l’équivalence : ce mot ne devait en aucun cas être rapproché du français « torquette », qui s’applique à un autre conditionnement du tabac, ni de « corde », qui est sa traduction exacte dans l’expression tabaco de torcida, « tabac en corde », car il désigne en effet des « boulettes » destinées à être introduites dans les narines127.

  • 128 Frézier, Relation du voyage de la Mer du Sud aux côtes du Chily et du Pérou, fait pendant les année (...)
  • 129 Cf. infra, pp. 458-459 et notes 4 et 5.

210Pour la terminologie relative à l’exploitation des mines, ce sont essentiellement la Relation du voyage de la Mer du Sud... de Frézier, où se trouve une longue description technique de l’exploitation de l'or et de l’argent128, et l'Encyclopédie de Diderot et d’Alembert, aux articles argent, or, mines, filons, qui m’ont permis d’utiliser dans ma traduction certains termes de métier, en particulier pour la minération de l’argent : ainsi « scorie » traduisit-il farelo, et « globule » acometimento129.

  • 130 Auguste de Saint-Hilaire, Voyage dans les provinces de Rio de Janeiro et de Minas Geraes, I, pp. 24 (...)
  • 131 Cf. infra, pp. 444-447 et notes 6, 10 et 11.

211Cependant il a été particulièrement difficile de proposer une traduction des termes qui désignent les différentes couches de terrain qu’il fallait creuser et mettre à jour dans l’exploitation des mines d’or, ainsi que de ceux qui désignent les différentes méthodes d’exploitations, car même Auguste de Saint-Hilaire dans son Voyage dans les provinces de Rio de Janeiro et de Minas Geraes y a renoncé130. La traduction de mots tels que desmonte par « conglomérat », cascalho par « gravier », piçarra par « argile », n’est donc qu’une tentative d’approximation, qui doit être complétée par la consultation des notes explicatives qui accompagnent chacun d’eux131.

212Quant au style même d’Antonil, la comparaison de Cultura e Opulencia do Brasil avec les textes français de la même époque, montre abondamment combien Antonil était peu à son aise dans la description des techniques. Il est loin, en tout cas, de la logique et de la clarté auxquelles, à la même époque, parvenaient un P. Labat ou un Frézier. C’est pourquoi, tout en essayant de conserver aux phrases portugaises leur rythme propre, j’ai dû les scinder en plusieurs fragments et en bouleverser la ponctuation chaque fois que la compréhension le rendait nécessaire.

  • 132 Cf. infra, pp. 78-79.

213Par ailleurs, bien qu’Antonil ait déclaré qu’il avait voulu consigner ses observations « dans le style et la manière de parler claire et simple qui est d’usage dans les habitations à sucre »132, la première partie de Cultura e Opulencia do Brasil manifeste en maint endroit son goût pour le conceptisme baroque.

  • 133 Cf. Raymond Cantel, Les Sermons de Vieira. Étude du style, en particulier pp. 297-312.
  • 134 Cf. infra, pp. 224-225.

214Contemporain du P. Vieira, dont il fut le secrétaire particulier, Antonil ne pouvait en effet manquer d’être influencé par son goût des images, des métaphores et des jeux de mots133 A lui seul le dernier chapitre de la première partie de son ouvrage, dans lequel, procédant à de multiples métaphores, Antonil en vient à personnifier le sucre pour dépeindre les « souffrances » et presque la « passion » que celui-ci endure depuis sa naissance dans la canne à sucre jusqu’à sa consommation, en est un éclatant exemple. Mais on trouvera aussi à différentes reprises, dans la première partie, des conclusions moralisantes qui, toutes, sont amenées par un jeu de mots fondé sur le double sens, propre et figuré, d’un substantif ou d’un verbe. Ainsi, à propos des trois degrés de cuisson du sirop qui sont nécessaires pour obtenir une parfaite cristallisation du sucre dans les formes, et qu’on appelle temperas, c’est-à-dire « cuites », Antonil joue-t-il sur un deuxième sens du verbe temperar, dont ce mot est dérivé, pour comparer les « cuites » aux différents moyens et aux paroles répétées que l’on emploie pour ramener au calme (temperar) les esprits troublés par une violente passion134.

  • 135 Cf. infra, pp. 76-77 et note 1, et supra, pp. 60-61.
  • 136 Cf. infra, pp. 172-173.

215Ces jeux de mots servent aussi à rendre compte des divers sens d’un même terme. C’est le cas pour engenho, « génie » et « engin à sucre »135, et pour pejadouro, déflecteur de la roue à eau, qu’Antonil fait dériver du verbe pejar, qui signifie en même temps « mettre un obstacle », « arrêter » et « avoir honte » : « On appelle cette planche un déflecteur (pejador) parce qu’on appelle aussi pejar l’arrêt du moulin, et peut-être aussi parce qu’un engenho real a honte (peja) d’être ralenti ou arrêté ne fût-ce qu’un instant et de n’être pas toujours, ainsi qu’il se doit, en état de rouler136 ».

216Ainsi dans le texte français, a-t-il été nécessaire d’inclure entre parenthèses les mots portugais à partir desquels Antonil composait ses images et ses jeux de mots, qu’il est pratiquement impossible de transposer d’une langue à une autre.

VII. — LA PRÉSENTE RÉÉDITION DU TEXTE DE CULTURA E OPULENCIA DO BRASIL

  • 137 Cf. supra, pp. 12-14.

217Les rééditions successives de Cultura e Opulencia do Brasil ayant fait subir au texte de l’édition de 1711 des modifications et des mutilations parfois très graves137, il était indispensable de préparer une soigneuse réédition de l’édition princeps.

218Cependant, plutôt que de présenter au lecteur une reproduction mécanique de cette édition, j’ai procédé à quelques aménagements de manière à rendre la lecture plus aisée :

  1. Toutes les majuscules abusives ont été supprimées.

  2. La ponctuation a été revue, c’est-à-dire que certaines virgules ont été supprimées, et d’autres au contraire ajoutées, suivant les cas, et que les points-virgules ont souvent été remplacés par des points, de même que les deux points.

  3. Les abréviations ont été développées. Ainsi « q » a été transcrit « que », « porq » « porque » ; « comummente » « commummente » ; « continuãdo » « continundo » ; « hũa » « huma » ; « tãbem » « tambem ».

  4. Les tildes employés dans les diphtongues nasales ont été replacés sur le premier élément de celles-ci. Ainsi « acçaõ » a été transcrit « acção », « buscaô » « buscão », « naõ » « não ».

  5. Les accents ont été uniformisés. En effet, on trouve dans l’édition de 1711 « jà » et « já », « porém » et « porém », « à » et « á », etc... J’ai donc systématiquement employé l’accent qui est en usage de nos jours.

  6. La même hésitation se manifestant pour les accents des verbes monosyllabiques employés à la 3e personne du singulier du présent de l’indicatif, j’ai également uniformisé en observant l’usage actuel.

  7. Pour éviter toute confusion entre les 3es personnes du pluriel des verbes appartenant à la conjugaison régulière lorsqu’ils sont employés au futur, au passé simple et au plus-que-parfait de l’indicatif, j’ai uniformément établi un accent grave sur la voyelle tonique de la désinence du passé simple et du plus-que-parfait, alors qu’Antonil emploie tantôt des accents graves, tantôt des accents circonflexes, et même des accents aigus.

  8. En ce qui concerne les patronymes et les toponymes, l’orthographe de l’édition de 1711 a été maintenue dans le texte portugais, et modernisée dans le texte français et dans le commentaire critique, selon les règles de l’accord orthographique luso-brésilien de 1946.

***

219Je ne saurais achever cette introduction sans exprimer à nouveau ma profonde gratitude à MM. les Professeurs Pierre Monbeig, Léon Bourdon et Antonio Cândido de Mello e Souza, dont les conseils, les encouragements et les critiques m’ont été si précieux. Ma reconnaissance s’adresse également à MM. Jacques Perret et Pierre Brachin, professeurs à la Sorbonne, à Mlle Piveteau et MM. Hôpital et Lelièvre, maîtres-assistants à la Faculté de Droit de Paris, qui m’ont aidée à éclairer des passages difficiles, ainsi qu’au R. P. Dom Maur Cocheril, attaché de recherches au C. N. R. S., qui a bien voulu redessiner cartes et schémas avec tant de bonne grâce et de patience. Que Madame Olga di Robilant Alvares Pereira de Melo, marquise de Cadaval, veuille bien trouver ici l’expression renouvelée de ma gratitude pour la libérale générosité avec laquelle elle m’a accueillie dans ses archives de Muge. Enfin, mes remerciements très sincères vont à Mmesles conservatrices des Archives nationales, à Mlle Bounichon, bibliothécaire à l’Institut de Droit Romain de la Faculté de Droit de Paris, à M. Alberto Iria, directeur de l’Arquivo Histórico Ultramarino, à MM. les conservateurs et Mmes les conservatrices de l’Arquivo Nacional da Torre do Tombo, à Mme Morel, bibliothécaire à l’Universiteits Bibliotheek d’Amsterdam, ainsi qu’au personnel de ces archives et bibliothèques, dont la compétence, le dévouement et 1'amabilité m’ont permis de mener à bien mes recherches.

Notes

1 Valentim da Costa Deslandes, fils de Miguel Deslandes, imprimeur français établi au Portugal depuis 1669, avait, en 1703, succédé à ce dernier comme imprimeur royal, charge qu’il devait résigner en 1715. Cf. Venancio Deslandes, Documentos para a historia da Typographia portugueza nos seculos XVI e XVII, Lisboa 1888, pp. 255-260.

2 La pagination indiquée ci-dessous (chiffres romains entre crochets et chiffres arabes) est reproduite en marge du texte et de sa traduction. Partout ailleurs les renvois à Cultura e Opulencia do Brasil concernent la pagination du présent volume.

3 Cette feuille n’existe ni dans l’exemplaire de la B. N. de Paris, ni dans celui du British Museum. Mais elle se trouve dans celui de la B. N. de Lisbonne. Voir p. 10, n. 1.

4 Cette feuille n’existe pas non plus dans l’exemplaire de Paris et dans celui de Londres. La page [xv] fut composée après l’impression complète de Cultura e Opulencia do Brasil et devait être insérée dans l’ouvrage immédiatement avant le brochage. Elle contraignit l’imprimeur à composer un titre abrégé pour occuper le blanc de la page qui, au début du cahier formé par toutes les pages non numérotées, lui fit pendant, c’est-à-dire pour la page [i].

5 Cf. Basilio de Magalhães, Expansão geográfica do Brasil colonial ; J. Capistrano de Abreu, Capítulos de Historia colonial (1500-1800) ; Roberto Simonsen, Historia econômica do Brasil ; Varnhagen, Historia geral do Brasil ; Historia geral da Civilização brasileira, sob a direção de Sérgio Buarque de Holanda ; Affonso de E. Taunay, História das bandeiras paulistas ; Caio Prado Júnior, Formação do Brasil contemporâneo, Colónia ; Edmund O. von Lippmann, História do açúcar desde a época mais remota até o começo da fabricação do açúcar de betteraba ; F. Mauro, Le Portugal et l'Atlantique au XVIIe siècle, 1570-1670, Étude économique. Etc...

6 Cf. infra, pp. 38-46.

7 Innocencio Francisco da Silva, Diccionario bibliographico..., I, p. 63, et Rubens Borba de Moraes, Bibliographia Brasiliana, I, pp. 33-34, signalent deux exemplaires à Lisbonne, l’un à la Bibliothèque Nationale, l’autre à la Bibliothèque du Paço das Necessidades. Cependant, lors d’une recherche effectuée en août 1963, j’ai pu m’assurer qu’aucun exemplaire de l’ouvrage d’Antonil n’était conservé au Paço das Necessidades. En ce qui concerne l’exemplaire de la Bibliothèque Nationale de Paris, une petite enquête effectuée pour essayer d’en déterminer la date d’entrée m’a seulement permis de savoir qu’il avait été inventorié entre 1822 et 1831. Au verso de la page de titre, deux inscriptions manuscrites dont la première est signée et commence par les mots « Esta edição... » ont été entièrement cancellées et je n’ai pu réussir à en déchiffrer davantage. L’existence d’un autre exemplaire de l’édition de 1711 chez un bibliophile français de Rio de Janeiro m’a été signalée par le professeur C. R. Boxer.

8 Ou plus exactement Frei José Mariano da Conceição Veloso, moine franciscain, né en 1742 à São José, petit bourg des Minas Gerais, mort à Rio de Janeiro en 1811. Botaniste émérite, il composa une Flora Fluminensis en onze volumes publiée après sa mort en 1825, et un important recueil de textes techniques relatifs aux diverses branches de l’agriculture brésilienne, O Fazendeiro do Brasil, en onze volumes également, publiés de 1798 à 1806. Membre de la Real Academia das Sciencias de Lisbonne, il fut particulièrement connu comme directeur de la Typographia Chalcographica e Litteraria do Arco do Cego, créée à Lisbonne en l800 sous les auspices de D. Rodrigo de Sousa Coutinho, comte de Linhares.

9 Un volume in-8° de [vi] + 116 + [viii] p. et 4 pl. Il convient de remarquer que Fr. José Mariano n’indiqua le nom de l’auteur ni dans la page de titre ni dans la courte préface qui la suit.

10 Un volume in-8° de vii + 214 p.

11 Varnhagen (Historia Geral do Brasil, III, p. 359) identifie cet éditeur anonyme avec le négociant et diplomate José Silvestre Rebelo. Cependant aucune des notices bibliographiques consacrées à ce personnage ne lui attribue cette préface (cf. Innocencio, V, p. 134 et XIII, p. 213 ; Blake, Diccionario bibliographico brazileiro, V, pp. 204-205).

12 Antonil, Cultura e Opulencia do Brasil, éd. de 1837, pp. v-vii. Cette préface est reproduite intégralement infra, Document no I.

13 Un volume in-8° de [iv] + 117 p.

14 Je n’ai trouvé aucune biographie de ce personnage, mais on sait qu’il fut l’un des principaux collaborateurs de l’hebdomadaire Lusitano publié à Macau d’août 1898 à décembre 1899 (cf. Luís G. Gomes, Efemérides da Historia de Macau, pp. 169-170). pp

15 Né à Rio de Janeiro en 1823, mort en 1904, José da Costa Azevedo commença sa carrière comme officier de marine. Il prit part à la campagne du Paraguay, fut membre des commissions chargées de régler les litiges de frontières avec l’Argentine et avec le Pérou, député puis sénateur de l’Amazonas. Auteur de divers travaux hydrographiques et relatifs à la question des Missions, membre de l’Instituto Histórico e Geográfico Brasileiro, conseiller de D. Pedro II, il fut nommé en 1893 ministre plénipotentiaire de la jeune République brésilienne au Japon, mais il fut rappelé à Paris avant d’être parvenu au terme de sa mission. Cf. Galeria Nacional. Vultos preeminentes da Historia Brasileira, fasc. I°, p. 107 ; Argeu Guimarães, Diccionario bio-bibliographico brasileiro de diplomacia..., pp. 246-247 ; Encyclopedià e Diccionario internacional, 11, pp. 6325-6326 ; Lucas Alexandre Boiteux, Ministros da Marinha (Notas biográficas), 3e série, 1865-1889, pp. 139-157.

16 Cette dédicace est reproduite infra, Document no II.

17 Sur l’expression « maîtres d’habitation à sucre » par laquelle je traduis senhores de engenho, cf. infra, p. 61.

18 « Revista do Archivo Publico Mineiro », IV (1899), pp. 397-557.

19 Un volume in-8° de 280 p. L’étude de Taunay occupe les pages 7-59 et l’ouvrage d’Antonil les pages 61-280.

20 Un volume in-8° de 253 + ix p., sous le titre abrégé de Cultura e Opulência do Brasil.

21 André João Antonil, Cultura e Opulência do Brasil por suas drogas e minas. Com anotações de Orlando Valverde, in « Boletim Geográfico », XX (1962), no 166 à 171, pp. 31-49, 181-197, 268-280, 379-387, 483-506 et 635-641.

22 Panorama, V (1841), p. 208.

23 Innocencio, I, p. 63.

24 Lettre de Capistrano de Abreu à Afonso de E. Taunay, Rio de Janeiro, 23 juillet 1921, in Taunay, André João Antonil e sua obra..., ed. Melhoramentos, São Paulo 1923, p. 42.

25 Id., ibid.

26 Aloys et Augustin de Backer, Bibliothèque des Écrivains de la Compagnie de Jésus, Liège 1853-1801, I, col. 155. Voir aussi Sommervogel, Bibliothèque de la Compagnie de Jésus, Bruxelles, 1890-1900, I, col. 340.

27 Juan López de Arvizu ou Arbizu, 1668-1732, auteur de plusieurs catalogues bio-bibliographiques d’écrivains de la Compagnie de Jésus, et tout particulièrement des Provinces d’Aragon, de Portugal et du Brésil. Cf. de Backer, op. cit., II, col. 799-800 et Sommervogel, op. cit., IV, col. 1958-1959.

28 Serafim Leite, História da Companhia de Jesus no Brasil, VII, pp. 110-114 et 120-121, et VIII, pp. 45-54.

29 Serafim Leite, op. cit., VII, pp. 113-114 et 120-121.

30 Sur cette expression et sa traduction, cf. infra, p. 61.

31 Cf. infra, pp. 72-73.

32 Né en 1533 à Tenerife, l’une des îles Canaries, José de Anchieta commença à fréquenter l’Université de Coimbra à l’âge de 14 ans et, quatre ans plus tard, il entra dans la Compagnie de Jésus où il fit profession. Dès 1553, il fut envoyé au Brésil pour évangéliser les Indiens de la Capitainerie de São Vicente. Nommé Provincial du Brésil en 1578, il compléta son incessante activité missionnaire en participant à diverses fondations telles que le Collège des Jésuites de Bahia, l’église et l’hôpital de la Miséricorde de Rio de Janeiro, etc. Relevé en 1585, sur sa demande, de ses fonctions de Provincial, il se retira d’abord au Collège de Rio de Janeiro, puis à Espírito Santo où il mourut en 1597. Son zèle apostolique et les miracles qu’il fit lui valurent, déjà de son vivant, la réputation de saint et de thaumaturge, aussi toutes les biographies du P. José de Anchieta lui font-elles une large place. La première en date est celle qu’écrivit, immédiatement après sa mort et sur l’ordre du Provincial Pedro Rodrigues, le P. Quiricio Caixa, et dont un exemplaire fut emporté à Rome dès 1598 par Fernão Cardim, tandis que d’autres étaient transmis dans les collèges de la Compagnie de Jésus au Brésil et au Portugal pour y être lus (biographie publiée par Serafim Leite in Paginas de História do Brasil, pp. 147-182). Une autre biographie, rédigée en 1607 par le P. Pedro Rodrigues lui-même, ne consacre pas moins de vingt chapitres sur vingt-cinq à l’exposé des vertus du P. Anchieta et aux miracles qu’il accomplit de son vivant (Pedro Rodrigues, Vida do Padre José de Anchieta, in « Annaes da Bibliotheca Nacional do Rio de Janeiro », XIX, 1897, pp. 3-49). Voir aussi Simão de Vasconcelos, Vida do Veneravel Padre José de Anchieta, et id., Chronica da Companhia de Jesu do Estado do Brasil, I, p. 155, et II, pp. 15-23, 60-61 et 63-64.

33 Cf. Affonso de E. Taunay, Sobre os ultimos annos e o processo de Anchieta, in « Annaes do Museu Paulista », VII (1936), p. 560. Dans les Annua de la Province du Brésil pour les années 1624-1625, le P. Antonio Vieira, relatant un nouveau miracle attribué au « Santo Padre Jozé Anchieta », écrivait : « Sua canonização se espera e dezeja com grande alvoroço de toda esta provincia, assim dos de caza como dos de fora, e não duvidamos de haver de ser hum grande meio para huns se emendarem e outros se melhorarem » (in « Annaes da Bibliotheca Nacional do Rio de Janeiro », XIX, 1897, p. 217).

34 Voir par exemple Gabriel Soares de Sousa, Notícia do Brasil ; Diálogos das Grandezas do Brasil.

35 Cf. Affonso de E. Taunay, op. cit., pp. 562-566. Voir aussi les témoignages-rapportés par le P. João Pereira, Bahia, 23 juin 1702, Archives de la Compagnie de Jésus, Bras. 10, ff. 46-47v.

36 Le P. Jorge Benci, S. J., né en 1650 à Rimini, arrivé au Brésil en 1681 en même temps que le P. Vieira et que le P. Andreoni, prononça ses vœux à Rio de Janeiro en 1683. Il fut prêcheur et procureur du Collège des Jésuites de Bahia, professeur d’humanités et de théologie, visiteur puis secrétaire du Provincial. En 1700, il demanda à quitter le Brésil et fut envoyé à Lisbonne, où il s’occupa des affaires de la Province du Brésil, et il y mourut le 10 juillet 1708 (cf. Serafim Leite, História da Companhia de Jesus no Brasil, VIII, p. 95).

37 En particulier le 27e sermon de la série « Maria Rosa Mística », prêché à Bahia h une date inconnue (Pe Antonio Vieira, Obras escolhidas, ed. Sá da Costa, Lisbonne 1954, XI, pp. 47-95).

38 Réédité à Porto en 1954 avec une préface et des notes par le P. Serafim Leite.

39 Cf. infra, pp. 78-79. Cette habitation à sucre, à la renommée de laquelle Antonil a puissamment contribué grâce à la description qu’il en fait dans la première partie de cet ouvrage, était située à douze lieues de Bahia, dans la partie du Recôncavo qui se trouve un peu au nord de l’actuelle ville de São Francisco do Conde, et elle était desservie par la rivière de Sergipe, ou Ceregipe, d’où elle tira son nom. Fondée par le gouverneur Mem de Sá entre 1560 et 1569, elle revint, à la mort de celui-ci, en 1572, à sa fille D. Filipa de Sá, épouse du comte de Linhares. C’est d’ailleurs après 1572 qu’on commença à appeler l’habitation « Sergipe do Conde », et non plus simplement « Sergipe », probablement parce que l’engin primitif de Mem de Sá ayant brûlé, un nouvel engin fut construit par le comte de Linhares (cf. testament du comte de Linhares, Lisbonne, 23 septembre 1618, in Documentos Históricos, LXIII, p. 19). Lorsque D. Filipa mourut à son tour, en 1618, l’habitation revint, par disposition testamentaire, aux Jésuites du Collège Santo Antão de Lisbonne. Mais en vertu d’une clause du testament précédent de Mein de Sá, le testament de D. Filipa fut contesté dès 1622 à la fois par la Miséricorde de Bahia, par le Collège des Jésuites de Bahia et, au nom des Pauvres, par le Provincial des Jésuites de cette même ville, litige qui devait durer près d’un demi-siècle, jusqu’à ce que des accords à l’amiable fussent réalisés, en 1659 avec la Miséricorde, et en 1663 avec les Pauvres. Moyennant des indemnités versées à ces deux parties, le Collège Santo Antâo de Lisbonne et le Collège des Jésuites de Bahia se partagèrent, le 27 janvier 1663, l’habitation de Sergipe do Conde : l’engin à sucre, toutes ses dépendances et deux champs de canne allèrent au Collège de Santo Antâo, et le restant des terres alla au Collège de Bahia. C’est d’ailleurs peu après la signature de ce dernier accord que le P. Manuel de Oliveira, dont il sera question dans la note suivante, fut envoyé au Brésil pour y administrer les biens attribués au Collège Santo Antâo. Il fallut cependant attendre les bons offices du P. Antonio Vieira en 1669 pour que soit définitivement réglée cette difficile succession (cf. Serafim Leite, História da Companhia de Jesus no Brasil, V, pp. 243-251 et VII, pp. 40-60). On trouvera infra, Document no III, une intéressante description des biens que possédait, au Brésil le Collège Santo Antão de Lisbonne ; une très large place y est réservée à l’habitation à sucre de Sergipe do Conde. Bien qu’elle soit datée de 1635, donc d’une époque très antérieure à celle où Antonil put visiter les lieux, elle n’en apporte pas moins des détails qui recoupent parfaitement les observations d’Antonil, et qui seront utilisés en référence à différentes reprises (A. N. T. T., Cartório dos Jesuítas, maço 13, no 20). Deux volumes des Documentos para a historia do açúcar publiés par l’Instituto do Açúcar e do Alcool de Rio de Janeiro ont été consacrés à la publication des comptes de l’habitation de Sergipe do Conde pour les années 1622-1653 (tome II) et aux archives afférentes à l’héritage de Mem de Sá (tome III). D’autre part, les volumes LXII et LXIII des Documentos Históricos de la Biblioteca Nacional de Rio de Janeiro sont presque entièrement réservés à la publication du « Tombo das terras pertencentes à Igreja de Santo Antâo da Companhia de Jesus », 1715-1716, et comportent maint élément intéressant pour l’histoire de ce domaine. Enfin, l’Arquivo Nacional da Torre do Tombo de Lisbonne conserve, dans la série Cartório dos Jesuítas, de très nombreux documents relatifs à l’habitation de Sergipe do Conde, particulièrement dans les maços 15 et 17, des comptes de « roulaisons » afférents aux années 1669 à 1726, qui seront partiellement utilisés pour le commentaire de certains passages du texte d’Antonil ainsi que dans la présente introduction, infra, pp. 28-29.

40 Cf. infra, pp. 78-79.

41 Cf. infra, pp. 382-387.

42 Cf. infra, pp. 444-451.

43 Cf. infra, pp. 65-66.

44 Cf. infra, pp. 78-79.

45 José Honorio Rodrigues, Notas à literatura brasileira sobre açúcar no século XVIII, in « Brasil Açucareiro », XXV (1943), p. 420.

46 Cf. supra, p. 18.

47 Cf. infra, pp. 78-79.

48 Cf. Serafim Leite, História da Companhia de Jesus no Brasil, IX, p. 26 et id., Artes e Oficios dos Jesuítas no Brasil (1549-1760), p. 76 ; A. N. T. T., Cartório dos Jesuítas, maço 17, nos 24, 25, 27, 28, 29, 30 et 31, et maço 15, no 16.

49 Cf. infra, pp. 144-145.

50 Cf. infra, pp. 270-271.

51 A. N. T. T., Cartório dos Jesuítas, maço 17, nos 25, 27, 28 et 29 ; Documentos históricos do Arquivo Municipal [de Bahia] — Atas da Câmara 1669-1684, 5e vol., pp. 208-209 et 349-350 et Cartas do Senado 1684-1692, 3e vol., pp. 44, 56, 82, 105 et 112 ; Doc. Hist., LXXXVII, pp. 7 et 16-17.

52 Suivant le mode de paiement.

53 Suivant la qualité.

54 Cf. infra, pp. 326-327 et 332-333.

55 A. N. T. T., Junta do Tabaco, maço 51, et Archives Casa Cadaval, Cód. 1056, ff. 180-183, 194-195 et 259-296. Ces documents sont étudiés infra, dans les notes afférentes aux deux passages mentionnés en référence.

56 Infra, pp. 382-383.

57 Infra, pp. 342-359.

58 Infra, pp. 350-353, 388-389 et 426-427.

59 Infra, pp. 370-371.

60 Infra, pp. 392-393.

61 Infra, pp. 436-437 et note 29.

62 Infra, pp. 376-377 et note 16.

63 Infra, pp. 488-493 et notes 6 à 17.

64 Cf. supra, p. 20.

65 Infra, pp. 272-273, 366-371, 386-387 et 462-465.

66 L’analyse de cette crise débordant considérablement le cadre de cette étude, je me bornerai à renvoyer à F. Mauro, Le Portugal et l’Atlantique au XVIIe siècle, p. 234 et Lippmann, Historia do açúcar, II, p. 113, ainsi qu’aux documents du Senado da Câmara de Bahia, 1669 à 1692 (in Documentos históricos do Arquivo Municipal [de Bahia] — Atas da Câmara 1669-1684, 5e vol. et Cartas do Senado 1684-1692, 3e vol.).

67 Cf. alvará de D. Pedro II, Lisbonne, 20 janvier 1701, in Documentos interessantes para a história e costumes de São Paulo, LI, pp. 12-14 ; lettres de D. Pedro II à Artur de Sá e Meneses, Lisbonne, 9 décembre 1701 et 17 mars 1702, ibid., pp. 51-52 et 71-73 ; lettre de D. Alvaro da Silveira e Albuquerque, gouverneur et capitaine-général de la capitainerie de Rio de Janeiro, à D. Pedro II, Rio de Janeiro, 2 août et 7 septembre 1702, ibid., pp. 122-124 et 133 ; consulta du Conselho Ultramarino, Lisbonne, 10 septembre 1703, in Doc. Hist., XCIII, pp. 157-158 ; lettre de D. João V à D. Fernando Martins Mascarenhas de Lencastro, Lisbonne, 17 juillet 1706, in Doc. Int. São Paulo, LII, pp. 34-35. Cette restriction ne devait être levée que le 24 mars 1709, par un ordre du Roi qui rendit toute liberté au commerce des esclaves (in Doc. Int. São Paulo, LII, pp. 147-149).

68 Lettre du 12 août 1688, in Documentos históricos do Arquivo Municipal [de Bahia] — Cartas do Senado 1684-1692, 3e vol., p. 65.

69 Cf. portarias de D. João de Lencastro, gouverneur général de l’État du Brésil, Bahia, 30 septembre 1700, in Doc. Hist., LXXXVII, pp. 34-35, et lettre de D. Pedro II à D. Rodrigo da Costa, gouverneur général de l’État du Brésil, Lisbonne, 28 septembre 1703, in Doc. Hist., LXXXIV, pp. 205-206.

70 Publiée par Miguel da Costa Filho, Documentos relativos a engenhos de Minas Gerais, in « Brasil Açucareiro », XLIV (1954), p. 531.

71 Voir, en particulier, les lettres à D. Alvaro da Silveira de Albuquerque, 5 janvier 1703, 5 et 7 décembre 1703, in Doc. Hist., XI, pp. 308-309, 336 et 337-338 ; à D. Pedro IJ, 2 mai 1703, Arquivo Histórico Ultramarino de Lisbonne, Rio de Janeiro-2688, et 25 et 26 juin 1703 in Doc. Hist., XXXIV, pp. 202-203 et 249. Voir aussi un avis d’Artur de Sá e Meneses sur une lettre de D. Alvaro da Silveira e Albuquerque, Lisbonne, 2 mars 1703, A. H. U., Rio de Janeiro-2626.

72 In Doc. Hist., XI, p. 321.

73 In Doc. Hist., XI, p. 358.

74 Lettre datée de Lisbonne, 19 juin 1706, in Eduardo de Castro e Almeida, Inventario dos documentos relativos ao Brasil existentes no Archivo de Marinha e Ultramar, VI, pp. 302-303.

75 Cf. de Backer, Bibliothèque des Écrivains de la Compagnie de Jésus, I, col. 155 et supra, p. 17, notes 1 et 2.

76 Fr. José Mariano Velloso, Extracto sobre os engenhos de assucar..., p. [ii], Sur cet ouvrage, cf. supra, p. 11.

77 Sur cette édition, cf. supra, pp. 11-12.

78 João Pedro Ribeiro, prêtre séculier, né à Porto en 1758 et mort en 1839, docteur en Droit canonique de l’Université de Coimbra, où il fut professeur. Membre de l’Academia Real das Sciencias de Lisbonne, il se signala par sa compétence dans l’étude des documents anciens et fit créer en 1796, à l’Université de Coimbra, une chaire de Diplomatique, bientôt transférée à Lisbonne. Il est l’auteur d’un très grand nombre d’études et mémoires historiques et juridiques.

79 Antonil, éd. de 1837, p. [vi] : « ...O livro fora prohibido no tempo de El-Rei D. João V pelo governo portuguez ». Cf. infra, Documents, no I.

80 Cf. supra, p. 15.

81 Panorama, V (1841), p. 208 : « O motivo de tal raridade da primeira edição pois outra não havia até agora) proveio, na opinião de J. P. Ribeiro, da sua immediata suppressão, a qual leve logar, segundo este celebre critico, por ordem do mesmo rei que facultou a impressão ».

82 Innocencio, I, p. 63.

83 Cf. Blake, Dic. Bibl. Bras., I, pp. 80-81 ; J. C. Rodrigues, Bibliotheca Brasiliense, p. 44.

84 Archives Casa Cadaval, Cód. 869 k (Escritos das Secretarias, t. 10), f. 29. C’est dans l’inventaire établi par Virginia Rau et Maria Fernanda Gomes da Silva, Os Manuscritos do Arquivo da Casa Cadaval respeitantes ao Brasil, II, no 113, que j’ai trouvé la précieuse indication de ce document.

85 Cf. supra, p. 36.

86 Araripe Júnior, Obra crítica, II, p. 481.

87 José Paulo Paes, A Alma do Negócio, in Misterio em casa, pp. 21-29.

88 Id., op. cit., pp. 23-24.

89 Id., op. cit., p. 24.

90 Id., op. cit., p. 25.

91 Id., op. cit., pp. 28-29 et supra, pp. 31-35.

92 Panorama, V (1841), p. 208, et J. Lúcio de Azevedo, História de Antonio Vieira, II, p. 279.

93 Labat, Nouveau Voyage aux Isles de l'Amérique..., III, en particulier, pp. 255-395.

94 Publié dans les « Annaes da Bibliotheca Nacional do Rio de Janeiro », XX (1898), pp. 213-220.

95 Capistrano de Abreu, Capítulos de Historia Colonial, 4a ed., 1954, p. 267.

96 Alfonso de E. Taunay, André João Antonil (João Antonio Andreoni, S. J.) e sua obra..., p. 20 : « Não era esta obra [...] cousa que pudesse cahir em graça ante a tacanhez da administração colonial nem ante o systema político de segregação seguido pelas potencias iberas em relação às suas possessões americanas. »

97 Cf. supra, pp. 31-35.

98 Fr. José Mariano Velloso, Extracto sobre os engenhos de assucar do Brasil..., p. [iii].

99 Diogo de Vasconcelos, Historia antiga de Minas Gerais, I, p. 159.

100 Pe Serafim Leite, Historia da Companhia de Jesus no Brasil, VII, pp. 111-113.

101 Pe Serafim Leite, op. cit., VII, p. 112.

102 Lettre de D. João de Lencastro, gouverneur général du Brésil, à Artur de Sá e Meneses, Bahia, 18 novembre 1699, in Doc. Hist., XI, pp. 273-275.

103 Voir, par exemple, la lettre de D. Alvaro da Silveira de Albuquerque, gouverneur et capitaine général de la capitainerie de Rio de Janeiro, à D. Pedro II, Rio de Janeiro, 22 mars 1703, in Doc. Int. São Paulo, LI, pp. 160-162.

104 Cf. ettre de D. João V à D. Luís Cesar de Meneses, Lisbonne, 28 février 1707, in Doc. Hist., XXXIV, pp. 281-282, et consulta du Conselho Ultramarino, Lisbonne, 26 mars 1709, A. H. U., Códice 1, f. 47.

105 « Relação que fas Ambrozio Jauffret, natural da sidade de Marseille, ao Primeiro Ministro de Sua Magde Cristianissima, o sr Conde de Ponchartrein, informando-o de todo o estado do Rio de Janeiro athé o Rio da Pratta, na provinsia do Brazil pertensente ao Reino de Portugal ; cuja enformação vay encaminhada por via do Sr Marques de Ferol, governador de Cayene, aonde eu de prezente estou vindo de Lixboa em o navio l'Amazonne a socorrer a fome desta praça, por patente do sr embaixador de Portugal confirmada por Sua Magestade Cristianissima, que Deus guarde. » (Archives Nationales de Paris, Colonies C14 4, ff. 245-250v. J’ai analysé et publié ce document dans une communication présentée au Ve Colloque International d’Études Luso-Brésiliennes, Coimbra, 1963, sous le titre de Mémoire inédit d’Ambroise Jauffret sur le Brésil à l’époque de la découverte des mines d’or, 1704. Cf. Actas de ce colloque, II, pp. 407-444.)

106 Id., ibid., p. 432.

107 Id., ibid., pp. 429-431.

108 Cf. consulta du Conselho Ultramarino, Lisbonne, 17 juillet 1709, in Doc. Hist., XCIII, pp. 219-220.

109 A. H. U., Códice 20, ff. 309-309v.

110 Cf. Vie de Monsieur Du Guay-Trouin écrite de sa main..., pp. 193-198.

111 Document intégralement transcrit, supra, pp. 44-45.

112 Cf. supra, p. 43, n. 3.

113 Diogo de Campos Moreno, Livro que dá razão do Estado do Brasil, p. 167.

114 Lettres de Luís César de Menezes à Manuel Correia Arzão et Baltasar de Lemos de Morais, Bahia, 7 mai 1708, in Doc. Hist., XLI, pp. 227 et 228. Voir aussi Pizarro e Araújo, Memórias históricos do Rio de Janeiro, IV, pp. 89, 93.

115 Il convient toutefois de remarquer qu’au xvie siècle et pendant une grande partie du xviie siècle, on distingua nettement Vengenho de açúcar, « engin à sucre » puis « sucrerie », de la fazenda de açúcar, c’est-à-dire du domaine sur lequel l’engin était établi et où se trouvaient les plantations de canne. Cf. Documentes para a história do açúcar, I, p. 248.

116 Dutrone la Couture, Précis sur la canne..., pp. 326-327 : « On nomme habitation une société d’hommes réunis, un ensemble de bestiaux et de bâtiments fixés sur une propriété. Une habitation doit être considérée comme un petit gouvernement dont le propriétaire est le maître et qu’il régit sous la loi du Souverain... Les habitations à sucre sont les propriétés les plus considérables et pour l’étendue du terrain et pour le mobilier ; elles sont en elles-mêmes les plus importantes par les soins étendus et multipliés qu’elles exigent. »

117 Cf. Préfontaine, Maison rustique... de Cayenne, pp. 2-3 ; G. Debien, Un Colon sur sa plantation, pp. 17, 19, 20, 22, 23, etc. ; Labat, t. III, p. 416 ; Moreau de Saint-Méry, Description... de Saint-Domingue, I, pp. 174 et 629.

118 Cf. infra, pp. 76-77 et note 2.

119 Cf. infra, pp. 218-219 et 228-229.

120 Labat, t. III, pp. 269-275 ; Dutrône la Couture, Précis sur la canne,pp. 110-111.

121 Cf. infra, pp. 264-267.

122 Duhamel du Monceau, Art de rafiner le sucre, pp. 5-6 ; Dutrône la Couture, Précis sur la canne, pp. 264-265 ; Pomet, Histoire générale des drogues, pp. 95-96, et Savary des Bruslons, Dictionnaire universel de Commerce, d’Histoire naturelle, d’Arts et de Métiers, III, col. 230, 232-236 et 240.

123 Labat, t. III, p. 368-369.

124 Cf. infra, pp. 246-247 et 250-251.

125 Cf. Labat, t. III, pp. 337-340, 348-349 ; Duhamel du Monceau, Art de rafiner le sucre, pp. 75 et 78.

126 Cf. infra, pp. 292-293, 294-295, 302-303 et notes 5 et 7, et pp. 306-309 et notes 3 et 7.

127 Cf. infra, pp. 320-321 et note 9.

128 Frézier, Relation du voyage de la Mer du Sud aux côtes du Chily et du Pérou, fait pendant les années 1712, 1713 et 1714, pp. 96-102 et 140-142.

129 Cf. infra, pp. 458-459 et notes 4 et 5.

130 Auguste de Saint-Hilaire, Voyage dans les provinces de Rio de Janeiro et de Minas Geraes, I, pp. 245-257.

131 Cf. infra, pp. 444-447 et notes 6, 10 et 11.

132 Cf. infra, pp. 78-79.

133 Cf. Raymond Cantel, Les Sermons de Vieira. Étude du style, en particulier pp. 297-312.

134 Cf. infra, pp. 224-225.

135 Cf. infra, pp. 76-77 et note 1, et supra, pp. 60-61.

136 Cf. infra, pp. 172-173.

137 Cf. supra, pp. 12-14.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/3929/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 320k
Légende Note 152
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/3929/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 172k

© Éditions de l’IHEAL, 1968

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

amazon.fr