Version classiqueVersion mobile

Le Pérou : introduction géographique à l’étude du développement

 | 
Olivier Dollfus

Deuxième partie. Croissances, équipements et perspectives d’organisation régionale

Chapitre VI. Conséquences de la croissance et problèmes du développement

Texte intégral

A. — QUELQUES ASPECTS DE L’ÉVOLUTION RÉCENTE

1La croissance économique de ces dernières années ne s’est guère accompagnée de la mise en application d’une politique de développement, visant notamment à faire face aux conséquences de l’accroisement démographique, et à limiter certains effets de la rapide poussée urbaine.

2Dans le domaine agricole, la surface des terres exploitées n’a pas augmenté, au moins jusqu’en 1964, au même rythme que la population. Pour s’alimenter, le Pérou fait appel à des importations accrues de farine, de viande et de produits laitiers. Ceci témoigne de la faiblesse des cultures vivrières, en particulier dans la « sierra » qui ne parvient pas à nourrir suffisamment l’ensemble de sa population paysanne et encore moins à dégager un excédent qui, à la fois contribuerait au ravitaillement des villes et accroîtrait les ressources des agriculteurs andins. Même si les chiffres avancés concernant les surfaces emblavées sont sujets à caution et s’ils sont probablement assez inférieurs à la réalité, du moins dans les Andes, ils n’en témoignent pas moins d’une insuffisance des terres agricoles dans la « sierra » dont on connaît d’autre part la faible productivité. Dans les Andes, le départ d’une partie des jeunes paysans vers les piémonts ne s’accompagne pas d’une augmentation de la production ; il soulage momentanément la pression sur la terre, qui reste cependant très forte par suite de la croissance démographique, mais il prive les campagnes andines des éléments qui seraient, éventuellement, susceptibles de les rénover. D’anciennes terrasses, des « andenes » qui sculptent les versants ne sont plus cultivées par suite du départ des jeunes, par suite aussi, ce qui constitue peut-être un progrès, d’un plus juste calcul de l’effort fourni et du résultat obtenu par les paysans montagnards. Dans le bassin de Huancayo comme dans la région du Cuzco, l’usage des engrais chimiques est encore trop récent pour que l’on puisse en mesurer exactement l’effet sur la production. De même qu’il faudra attendre plusieurs années avant de pouvoir connaître les effets tant psychologiques qu’économiques de la redistribution récente de vastes domaines d’élevage aux pasteurs des communautés voisines.

3Sur la côte, tant en raison des prix des marchés mondiaux que par suite de l’absence de terres nouvelles, les récoltes de coton et de cannes à sucre n’augmentent guère. Celle de coton ne s’est guère modifiée depuis 1956, ce qui n’exclut pas que certaines années, par suite de facteurs favorables, tant économiques qu’écologiques, on ne puisse enregistrer une production nettement supérieure à la moyenne ; ce fut le cas en 1962 et, dans une moindre mesure, en 1963. Il en va de même pour le sucre : dans une production qui, dans son ensemble est relativement stable depuis dix ans, on constate l’existence d’années fastes pour les planteurs, comme 1961 et 1963. En revanche, les productions qui pénètrent plus difficilement dans les statistiques officielles, comme celles des fruits et légumes ou des produits laitiers vendus sur les marchés urbains, progressent. Cependant les villes doivent acquérir hors des frontières toujours plus de viande et de farine, qui au cours des cinq dernières années ont été payées d’autant plus facilement que la balance commerciale était souvent favorable et que leur prix était généralement inférieur aux prix intérieurs péruviens.

4A l’intérieur des périmètres irrigués, l’agriculture de la côte a fait son plein d’hommes et tout progrès dans la productivité du travail s’accompagne d’une diminution corrélative de l’emploi. On a pu le constater lors de l’introduction dans les champs de cannes des hormones qui tuent les mauvaises herbes ; la menace de mécaniser certaines opérations de récolte est un élément de pression dont usent les propriétaires des exploitations dans leurs négociations avec les syndicats d’ouvriers agricoles. D’autre part, du moins jusqu’en 1965, la mise en culture de nouvelles terres, comme celles du périmètre de San Lorenzo dans le Piura s’accompagne ailleurs de la diminution du capital agricole de certaines terres. L’exploitation sans contrôle de certains puits conduit vite à l’épuisement des nappes phréatiques. On en a plusieurs exemples dans le département d’Ica. Des irrigations trop abondantes en amont provoquent des difficultés de drainage dans les parties inférieures des vallées et elles contribuent à accroître la salinité des terres. Aussi en attendant la réalisation des grands projets d’aménagement agricole sur la côte dont quelques-uns sont en cours d’exécution (cf. les chapitres consacrés aux aménagements régionaux), les ressources agricoles de la côte ne progressent guère. Et, en ce qui concerne la valeur globale de la production, celle de la pêche et de ses dérivés était, en 1965, les 2/3 de celle de l’agriculture des oasis.

5Dans la « ceja de montaña », le défrichement des versants trop raides pour porter durablement des cultures accélère l’érosion des sols ; cependant l’accroissement rapide des plantations de café vient apporter à la plupart des exploitants agricoles des collines forestières un peu d’argent frais, qui bien souvent ne constitue qu’une rémunération dérisoire compte tenu de la quantité de travail fourni. Par le café, les régions chaudes et humides interviennent dans les exportations péruviennes, sans que cette production ait demandé des investissements importants, notamment de la part des pouvoirs publics. Il n’en va plus de même actuellement, depuis que la colonisation du piémont forestier est devenue la grande affaire du Président Belaunde.

6Quoi qu’il en soit de ces remarques, on doit constater qu’en 1965 l’agriculture occupe, « officiellement », moins de la moitié de la population active et que sa production comptabilisée ne figure plus que pour le 1/4 et plus probablement pour le 1/5 dans le produit national brut.

7On assiste à une urbanisation accélérée, qui n’est plus le fait de la seule capitale mais également de la plupart des villes importantes de la côte, et, dans une moindre mesure de la « sierra ». Cette urbanisation se note dans la transformation et l’extension des paysages urbains ; la surface bâtie dans les villes a pratiquement triplé au cours des vingt-cinq dernières années. Les villes, et surtout les plus grandes d’entre elles, qui se gonflent d’une nouvelle population, par accroissement démographique et immigration, entraînent nécessairement la formation de réseaux (routes, électricité, adductions d’eau, etc.), ne serait-ce que pour pouvoir subsister. Ces réseaux finissent par profiter à leur environnement et ils favorisent le développement des échanges entre les agglomérations et les campagnes. Dans ces dernières, l’économie devient de plus en plus monétaire et ouverte. Dans les villes, l’accumulation d’une population qui doit acquérir tout ce qu’elle consomme, crée des marchés, même quand le pouvoir d’achat des urbains reste limité à moins de 500 dollars par tête et par an. Les villes, pour pouvoir s’étendre, font appel aux industries de la construction (cimenteries, briquetteries, fabriques de meubles, etc.) ; leur population justifie l’implantation d’industries de consommation : industries alimentaires, du vêtement, de petits équipements. Par un processus remontant, ces industries, à mesure qu’elles se développent, font appel à des industries plus complexes et la chaine industrielle s’accroît de quelques maillons supplémentaires sans être pour autant complète. Enfin la vie urbaine exige l’usage de l’écriture et de la lecture ; elle favorise une scolarisation qui peut être d’autant plus facilement réalisée que la population est rassemblée et que les bénéfices de l’enseignement élémentaire sont ressentis dans l’existence quotidienne.

8En face de ces éléments positifs de l’urbanisation, qui contribue par là à la formation d’un Pérou plus moderne, plus ouvert, mais plus dépendant de l’extérieur, les ombres sont importantes.

9Sans s’attacher exagérément à la physionomie des « barriadas » qui constituent la moins mauvaise réponse de la pauvreté en face de la poussée urbaine, il est indispensable d’indiquer quelques-unes des conséquences fâcheuses de l’urbanisation péruvienne, qui, si l’on n’y remédie pas à temps, risquent de provoquer une crise tant sociale qu’économique d’une exceptionnelle gravité, autrement plus importante que celle qui pourrait naître de troubles agraires prolongés. Dans une série d’articles pénétrants, Denis Lambert (l’urbanisation en Amérique latine, dans « Civilisations » volume XV, 1965) les signale globalement. Il est possible d’en reprendre certaines données à propos du Pérou.

10La croissance de la population urbaine s’accompagne de l’extension du nombre des emplois dans les secteurs du « tertiaire », qui sont moins coûteux à créer et plus faciles à pourvoir que des emplois industriels. Une partie importante de ce tertiaire est un « tertiaire refuge ». Mais par contrecoup, si le pourcentage de la population occupée à des tâches directement productives décroît, la production effective risque de décliner, même si le P.N.B. global n’enregistre pas ce déclin, même s’il progresse par suite de la comptabilisation des « services ». A court terme et à long terme, le gonflement rapide du « tertiaire urbain » est coûteux. Il mobilise une partie de plus en plus importante des ressources de l’État et des entreprises, diminuant ainsi les possibilités d’investissements productifs qui seront alors laissés aux capitaux étrangers. Cette croissance du Tertiaire n’est en aucune façon comparable à celle des pays industriels, car elle ne s’accompagne pas d’une augmentation de la productivité dans l’industrie et surtout dans l’agriculture. On l’a vu pour l’agriculture andine qui n’assure que médiocrement la subsistance des paysans. Dans le domaine industriel on a une série de secteurs différents. Les entreprises modernes peuvent être productives, mais en raison de l’exigüité du marché, cette productivité pour beaucoup d’industries atteint rapidement ses limites. D’autre part les entrepreneurs capitalistes, qui dirigent ces entreprises, désirent bénéficier d’une forte protection douanière pour se garantir un profit élevé permettant une rémunération satisfaisante des capitaux engagés dans un pays où le loyer de l’argent est cher. Il subsiste encore un très important secteur de petites industries, plus proches de l’artisanat que de l’industrie, qui trouve sa justification dans le marché souvent très étroit des bourgades ou des faubourgs des villes, dans des tâches qui sont plus de montage, de réparation ou de conditionnement que dans une production effective d’objets nouveaux Ce secteur peu productif sur le plan du travail, a, en contrepartie, l’avantage de fournir un nombre élevé d’emplois. Mais il produit nécessairement cher. En fait, au Pérou comme dans la plupart des autres pays en voie de développement où la croissance urbaine est rapide on assiste à un transfert du sous-emploi rural (qui reste cependant considérable dans les campagnes) à un sous-emploi urbain, partiellement masqué par la multiplication d’un tertiaire des villes, qui est d’autant plus coûteux que l’économie est complètement monétaire et que toute forme d’autoconsommation a disparu.

11Dans les emplois urbains on note la même opposition que celle déjà observée dans les emplois agricoles entre une minorité qui jouit d’emplois stables, garantis, et dont la rémunération suit et parfois même peut précéder la hausse du coût de la vie et une masse d’emplois temporaires ou aléatoires (multitude d’intermédiaires, de petits métiers ; du cireur de chaussures au commerçant à la sauvette, et aux manœuvres travaillant dans la construction).

12Quand le tertiaire urbain a donné lieu à des emplois salariés, garantis par la législation et défendue par les syndicats, il est très difficilement compressible. Le licenciement de travailleurs déclenche des grèves qui paralysent les villes. Ce tertiaire est, à deux points de vue, un facteur d’inflation structurelle. Il pèse d’un côté sur les coûts de la production effective en prélevant sur cette dernière une « rente » qui s’ajoute au coût du produit, et ceci à toutes les étapes de son élaboration ; de l’autre par les revendications syndicales il favorise le gonflement des dépenses budgétaires, ou les charges des entreprises, sans pour autant provoquer l’accroissement de la production, sinon par le biais de l’extension du marché. Ces deux facteurs, aux effets cumulatifs, perturbent durablement l’équilibre des prix. Ils sont généralement très agissants lors des changements de régime politique. Le nouveau gouvernement doit satisfaire une partie de sa clientèle électorale en lui procurant des emplois et en accordant des augmentations de salaires à certaines catégories d’employés ; il lui faut en même temps entreprendre une politique de grands travaux et en particulier de rénovation urbaine pour faire la preuve de son dynamisme. Ces deux types de décisions, qui sont aussi difficilement évitables pour un nouveau régime que relativement faciles à prendre, entraînent par contrecoup, un ou deux ans, après, la mise en application d’un plan d’austérité qui, lui, est difficile à suivre en raison de la faiblesse technique et parfois même politique de l’appareil de l’État.

13Ces remarques, présentées à propos du Pérou, peuvent être faites dans bien d’autres républiques d’Amérique latine. Ce qui est particulièrement net dans l’exemple péruvien, c’est que l’évolution des deux dernières décennies s’est marquée par l’enrichissement rapide de la côte et la stagnation de la sierra. L’enrichissement des oasis est davantage le fait des villes et des ports que celui des terres irriguées. L’agriculture, même dans l’économie côtière, pèse de moins en moins. La stagnation ou le déclin de la sierra n’est pas liée à son isolement. Dans une certaine mesure, plus la sierra s’ouvre aux influences extérieures, plus elle devient fragile.

14Dans la répartition des fruits de la croissance, l’oligarchie qui tient l’appareil productif et la banque a profité de la croissance urbaine et du gonflement des classes moyennes qui sont des consommatrices de services, de produits manufacturés et qui demandent des logements. Ces classes moyennes pèsent de toute leur masse sur l’économie du pays, qui, fort heureusement bénéficie d’une série de circonstances favorables : abondance du poisson sur la côte, tardivement utilisée, richesses de certains gisements métalliques faciles à exploiter, conditions climatiques favorables dans les oasis lorsque les terres peuvent être irriguées.

***

15Cependant à la rapide croissance économique menée sans contrainte, le gouvernement péruvien veut faire succéder une politique de développement. Celle-ci se propose d’augmenter la superficie des terres cultivables, d’améliorer les rendements agricoles et de remédier à l’inégale répartition de la propriété foncière. Elle essaie aussi de diversifier la production industrielle et de l’accroître.

16Ces projets reposent sur la mise en place de nouvelles voies de communication, l’exploitation et la distribution de nouvelles ressources énergétiques, sur un aménagement des villes.

17Cependant, ces plans ne sont réalisables que si la croissance, en se poursuivant, permet de financer partiellement les investissements de développement, qui, pour beaucoup d’entre eux, ne seront rentables qu’à long terme. Les objectifs ne seront atteints que si l’aide financière et technique étrangère s’accroît, notamment dans les domaines de l’équipement. Or le passage d’une économie animée et dirigée par des entreprises privées à une économie où le poids de l’État, ne serait-ce que par le biais des investissements publics, augmente, doit s’accompagner d’une modification du rôle de l’État. Les plans impliquent une plus grande efficacité de son appareil, qui de gestion, souvent au service des grands intérêts privés dans le passé, doit devenir moteur et coordinateur. L’État, pour le fonctionnement de ses services et sa politique d’investissement, prélève une part sans cesse plus grande du produit national ; elle était proche du quart du P.N.B. en 1964. Le gouvernement est aussi garant des prêts extérieurs. Ce sont là des tâches nouvelles et délicates, en particulier dans le domaine financier où il faut éviter que l’afflux des crédits d’investissements venus de l’étranger ne contribue à exercer une tension trop forte sur les prix. La réforme fiscale doit produire davantage d’impôts, sans pour autant briser l’économie (une économie où le profit doit rester attrayant pour que les capitaux privés acceptent de s’y investir).

18Le financement des investissements publics, qui figurent maintenant pour la moitié, ou plus, de l’investissement total, accroît la responsabilité de l’État. A long terme, un mauvais calcul dans les équipements pèsera lourdement sur le pays : une route coûteuse et peu utilisée, la construction d’une usine dont une partie de la capacité de production reste inemployée ou qui produit à un prix trop élevé, l’édification de bâtiments somptuaires, la mise en place d’une infrastructure administrative trop lourde, sont autant de freins au développement. Ainsi, le choix des investissements et leur exécution sont des tâches essentielles : avec un même montant de crédits on peut conduire le pays à la catastrophe ou au contraire l’aider à franchir une série d’obstacles.

19Mais les choix sont délicats : la recherche d’une plus juste répartition des richesses va souvent à l’encontre d’une expansion plus rapide. La croissance s’accompagne forcément de tensions que le développement ne peut pas toutes supprimer, sous peine de se condamner. Vouloir donner les mêmes possibilités dans les domaines de l’éducation et de la santé publique aux habitants des villages de l’Apurimac que celles dont bénéficient les habitants des oasis de la côte est une utopie, à moins de procéder à une égalisation par le bas.

20Dans un pays qui, comme le Pérou, est formé d’une série d’archipels inégalement peuplés et inégalement riches, les notions de seuil d’accessibilité et de seuil de marché jouent de façon plus impérative encore que dans les pays industriels. Ce sont eux qui justifient ou non l’établissement des réseaux, qui permettent de préciser le rôle des villes dans leur région.

21Il faut donc choisir les zones à développer, essayer d’utiliser le moins mal possible les complémentarités imposées par les milieux géographiques qui s’étagent dans les Andes et s’étalent sur les piémonts. Mais ces actions d’aménagement jouent dans deux dimensions : celle de l’espace géographique et celle du temps. Les exigences du présent risquent de masquer les besoins de l’avenir sur lequel pèse l’augmentation de la population. Une croissance démographique comprise entre 2,5 et 3 % absorbe de 10 à 12 % du produit national pour satisfaire aux nécessités d’éduquer, de former, de loger, de soigner cette population supplémentaire.

B. — LE ROLE DES SEUILS D’ACCESSIBILITÉ ET DE MARCHÉ DANS LA MISE EN PLACE DES RÉSEAUX ET DANS L’AMÉNAGEMENT RÉGIONAL

22Tout service (par exemple une école, un hôpital), tout équipement (une gare, un aéroport), ne sont rentables que s’ils desservent une clientèle suffisante pour en assurer un fonctionnement normal. Le seuil du marché marque la limite au-delà de laquelle l’investissement n’est plus rentable et ne se justifie pas. Au-dessus du seuil du marché, on trouve le seuil de saturation au-delà duquel le fonctionnement du service n’est plus assuré correctement par suite de la congestion.

23Mais, pour qu’un service ou un équipement soient utilisés, il faut qu’ils soient accessibles sans trop d’efforts par les usagers ; c’est le seuil d’accessibilité qui varie avec chaque service et selon la fréquence de son emploi.

1. Les seuils de marché et d’accessibilité et les types de répartition de la population

24Ainsi, seuil de marché et seuil d’accessibilité dépendent étroitement de la densité de la population, de son niveau de vie et de ses habitudes de consommation. Mais la densité joue sur plusieurs échelles de surface : depuis quelques kilomètres carrés pour une école primaire, à plusieurs milliers pour un hôpital. Cependant, par suite d’une répartition de la population en noyaux de peuplement séparés par de grands espaces vides, il n’y a pas de possibilité de remplacement ou de substitution des services installés dans un noyau par ceux d’un autre foyer de peuplement. Ceci entraîne deux séries de conséquences : des services, indispensables à la vie d’un groupe devront être installés, même si le seuil de marché n’est pas atteint, d’où un coût plus élevé (par exemple, de petites écoles perdues dans la sierra où la densité humaine est très faible) ; d’autre part, l’aire d’influence de certaines agglomérations ou de certaines bourgades peut souvent se voir nettement dans le paysage : la petite ville d’une oasis n’exerce son influence que sur le périmètre irrigué. Il n’y a pas, dans ce cas, d’aires d’influence se recoupant comme dans un espace occupé en continuité, comme celui de la campagne française.

25Mais les densités humaines s’inscrivent dans l’espace géographique et non dans un cadre abstrait. Par exemple, la population d’un district peuplé de 2 000 habitants et qui couvre 200 km2, peut se répartir (entre autres hypothèses) en :

  • une bourgade entourée d’une constellation de hameaux assez proches (cas fréquent dans les vallées supérieures du versant occidental des Andes) ;
  • une série de petits villages alignés sur une vingtaine de kilomètres, dans le fond d’une vallée ;
  • une dizaine de petits villages également répartis sur une surface vallonnée et boisée (exemple répandu dans la « ceja de montaña »).

26Dans le premier cas, l’installation des services (école, commerce, etc.) est facilitée par l’existence du bourg. Si le bourg est relié aux autres districts par la route, les petits hameaux, même s’ils ne sont accessibles que par des chemins muletiers, ne se sentiront pas isolés.

27Dans le second cas, la construction d’une route est facilitée par la disposition linéaire de l’habitat ; c’est la route qui constituera le lien essentiel entre les villages du même district et l’établissement d’une ligne électrique pourra se faire au moindre coût.

28Dans le troisième cas (une poussière de petits villages répartis sur une vaste surface), la rentabilité des services est difficile à assurer et le coût de la mise en place d’une infrastructure (routes par exemple) est particulièrement élevé.

29Ainsi, trois districts, couvrant la même surface, possédant une population équivalente, offrent des conditions très différentes pour l’établissement d’une infrastructure et le coût des services variera dans de très grandes proportions.

30Les facteurs topographiques, les rivières et la végétation interviennent mais de façon différente selon les techniques utilisées. Une pente de 20 % n’est pas un obstacle pour un chemin muletier, c’est une difficulté à surmonter pour une route. Une rivière de 20 à 30 m de large est facilement franchie grâce à une « oroya » (système de cables et de poulies permettant le passage des gens, des animaux et des marchandises), mais elle est un obstacle coûteux à surmonter pour une route.

2. Les seuils de marché et d’accessibilité et les types d’agglomération

31Le seuil de marché dépend aussi du niveau de vie des populations, et l’importance des services est liée également aux conditions de leur installation dans une région déterminée.

32Pour une population rurale pauvre, le nombre de services utilisés est peu élevé. Dans presque tous les villages des Andes ou de la cote, on trouve le même équipement élémentaire : école, poste de garde civile, mairie, et un ou deux commerçants. Le « boutiquier » de village vend « de tout », mais ne possède qu’un nombre réduit d’articles à bon marché et toujours les mêmes (riz, pommes de terre, huile, sucre, eaux minérales, bière, alcool, un peu de pétrole pour les réchauds, quelques vêtements de travail et des ustensiles de ménage).

33Dans les bourgades de 5 à 10 000 habitants, qui exercent une influence sur plusieurs dizaines de milliers de personnes, on trouve un collège secondaire et parfois technique, un dispensaire ou un petit hôpital où travaillent plusieurs médecins. Parmi les notables, on compte un juge de paix, un sous-préfet, éventuellement un évêque, des ingénieurs ou agents techniques des ponts-et-chaussées et des services agricoles. Autour de la place du marché sont installés des commerçants plus spécialisés, l’un dans l’appareillage mécanique et électrique, l’autre dans les tissus et vêtements. Il y a une pharmacie. La petite ville possède un ou deux guichets de banques commerciales et généralement un bureau de la Banque de développement agricole. Aux sorties de l’agglomération, on trouve un ou deux garages. Dans ces bourgades existe une vie « sociale », hiérarchisée, avec ses lieux de réunions, ses clubs, ses centres de distraction. Malgré la diversité des milieux géographiques péruviens, on constate une grande uniformité dans l’équipement en services des agglomérations locales et même dans leur style de vie.

34Les villes, qui possèdent des fonctions régionales, ont de 50 à 150 000 habitants ; ce sont Cuzco, Huancayo, Arequipa, Trujillo, Chiclayo et Iquitos. Elles rayonnent sur une population de 300 000 à 1 000 000 d’habitants. Elles sont les sièges d’une préfecture, d’un évêché ou d’un archevêché, d’une cour d’appel et généralement d’une université, ainsi que d’un ou plusieurs hôpitaux et de toute la gamme des spécialistes médicaux. Les grandes banques de Lima y ont une succursale. On y trouve les représentants des marques d’automobiles et de camions, de machines agricoles, des ateliers de réparation mécanique et des agences de transport. Un aéroport ou bien une gare permettent des liaisons quotidiennes avec Lima. Ces villes, du fait même de leur existence, entraînent la formation de petites industries de service ou de consommation : bâtiment, textile ou alimentation.

35La présence d’une ville d’un niveau supérieur freine le développement de villes situées à proximité et dont le niveau d’équipement est immédiatement inférieur. On ne constate pas l’existence de villes d’une certaine importance à proximité de Cuzco ; ne s’y trouvent que des bourgades. Sicuani n’a un rôle local bien affirmé que par suite de son éloignement (plus de 120 km) de la capitale incaïque. Puno et Juliaca grandissent dans la même région, mais au prix d’une spécialisation de leurs fonctions ce qui n’empêche pas les rivalités. Ainsi, les villes « locales » ne peuvent pas prospérer au voisinage de villes « régionales », ceci dans un rayon d’une centaine de kilomètres autour de la capitale de la région.

36Lima freine le développement de villes régionales dans un rayon de plusieurs centaines de kilomètres (le choix de la distance absolue n’est d’ailleurs pas le meilleur critère, surtout dans un pays comme le Pérou où les distances se mesurent davantage en temps nécessaire pour les parcourir et en coût de transport). Autour de Lima, on passe directement de la capitale nationale à la ville « locale », chef-lieu d’une oasis (Huacho, Imperial, Huaral, Chincha), en « sautant » le relai de la ville régionale.

37Cet étouffement des villes d’un niveau inférieur situées à proximité des agglomérations de la catégorie supérieure s’explique aisément : plus une ville est importante, meilleure est sa desserte, d’où une plus grande facilité d’accès et la possibilité de trouver un choix plus fourni de services. La grande ville n’anime pas un réseau urbain hiérarchisé, ou du moins ce réseau urbain ne se « hiérarchise » qu’aux franges de l’aire d’influence régionale de l’agglomération.

38Cette apparente absence de hiérarchisation urbaine est, en partie du moins, en rapport avec le seuil de marché des différents services. Elle est la conséquence d’une meilleure économie dans l’emploi des services. En effet, en raison de la stratification des niveaux de consommation, chaque catégorie de la population n’utilise qu’un nombre bien défini de services qui est de plus en plus élevé à mesure que l’on progresse dans l’échelle des revenus. La petite bourgeoisie trouvera ce qui lui est nécessaire pour vivre dans une bourgade de 10 000 habitants ; sa consommation sera suffisante pour faire vivre un ou plusieurs pharmaciens, quelques tailleurs, des garagistes.

39Les éléments dirigeants des villes provinciales ont besoin de se déplacer fréquemment et rapidement à Lima, d’où la justification d’un aérodrome. Cependant, en raison des types de clientèle et du bas niveau de consommation, l’équipement commercial d’une ville d’une cinquantaine de milliers d’habitants correspond à celui d’une petite ville de 10 à 15 mille habitants dans les pays de l’Europe du nord-ouest.

40La concentration à Lima des activités « modernes » et en particulier du secteur tertiaire « supérieur » (hauts fonctionnaires, dirigeants d’entreprises, membres des professions libérales) est due à une tradition historique centralisatrice. On relève généralement des inconvénients apparents de ce qui semble être une trop forte concentration. Or les avantages de la concentration sont au moins aussi importants que les inconvénients : la concentration évite la dispersion et la dilution des élites ; elle favorise la constitution d’un marché de consommation moderne qui permet le développement d’une industrie de transformation, facteur d’entraînement et de progrès pour l’ensemble du pays, même si elle est coûteuse au départ.

3. Les seuils de marché et d’accessibilité dans la colonisation de la forêt

41Les seuils de marché et d’accessibilité prennent une importance toute particulière au moment où le gouvernement péruvien se propose de lancer des programmes de colonisation dans la « ceja de montaña ».

42Une certaine dose d’isolement était et est toujours acceptée par les pionniers qui, de leur plein gré, vont défricher un lambeau de forêt pour y faire des cultures (par exemple, les paysans de l’altiplano dans les vallées tropicales de Tambopata). Quand la colonisation officielle se substitue aux initiatives privées, la dose d’isolement acceptée et tolérée se réduit singulièrement. Ainsi les noyaux élémentaires de colonisation doivent être pourvus d’une école et d’un poste sanitaire et il faut qu’ils soient facilement reliés au centre de colonisation où l’on trouve un collège, un dispensaire ou un petit hôpital, une agence de développement agricole, un bureau de poste et de télégraphes, des lieux de plaisir et un aérodrome ou une route régulièrement desservie par des camions et autocars.

43Les conditions demandées au milieu naturel ne sont pas les mêmes dans le cas d’une colonisation spontanée ou d’une colonisation officielle. Par exemple, une série de petits ilôts de « bonnes terres », ne couvrant chacun que de 15 à 50 ha, et qui sont séparés les uns des autres par plusieurs kilomètres, peut servir à l’installation de familles vivant dans un isolement relatif ; on en a des exemples dans la vallée du Huallaga, où des familles isolées possèdent des « fundos » installés sur des lambeaux de terrasses alluviales. En revanche, la dispersion des bonnes terres limite les possibilités d’une colonisation officielle, l’isolement de chaque famille prenant alors trop d’importance. La colonisation organisée demande des espaces utilisables plus vastes et relativement rapprochés les uns des autres. Elle s’ordonne autour de noyaux élémentaires gravitant autour d’un centre.

44Le noyau élémentaire (réparti en un village ou en petits hameaux ou en habitations assez proches les unes des autres) compte au minimum une centaine de familles (de 300 à 500 personnes). Chacune d’elles doit posséder de 30 à 40 ha dont le tiers est cultivé et le reste est en jachère ou en « purma », brousse poussant sur les anciens défrichements. Le noyau élémentaire doit donc disposer au moins 4 000 ha de terres susceptibles d’être cultivées. Or, on le sait, une partie seulement des terres de la « ceja de montaña » est susceptible d’être mise en valeur par l’agriculture, soit parce que les pentes sont trop fortes (province de la Convencion), soit parce que les sols sont de médiocre qualité. Le pourcentage des terres « arables » ne dépasse qu’exceptionnellement 30 % de la surface régionale. Ainsi, un noyau élémentaire occupera de 100 à 150 km2 au minimum.

45Le centre de colonisation, peuplé de 2 à 3 000 personnes, s’appuie et anime de 8 à 10 noyaux élémentaires, ce qui implique, si la région est homogène, que son aire d’influence s’étende sur 800 à 1 500 km2. Mais sa desserte sera mieux assurée si, à proximité, il est possible d’implanter d’autres centres de colonisation.

46Ainsi, alors que la colonisation spontanée s’accommode de petites surfaces utiles, une mise en valeur rationnelle des régions forestières doit rechercher avant tout de vastes espaces, présentant des qualités relativement homogènes, permettant l’installation de plusieurs milliers de familles.

C. — L’ARTICULATION DU PAYS PAR LA FORMATION DE GRANDS ENSEMBLES RÉGIONAUX UNISSANT LA COTE, LA MONTAGNE ET LA FORÊT

47Dans l’étude des milieux géographiques, on a décrit successivement les Andes, la forêt et la côte en montrant à la fois ce qui forme l’unité profonde de chaque unité géographique et leur diversité. On sait aussi qu’à presque toutes les époques, des échanges et des déplacements de population ont eu lieu entre la montagne et ses piémonts, ce qui signale la relative perméabilité des milieux naturels aux déplacements humains malgré les obstacles apparents formés par le désert, un relief accidenté ou la forêt dense. Cela prouve aussi la grande possibilité d’adaptation des Péruviens à des conditions écologiques très contrastées sur de courtes distances. Les grandes montagnes de l’Amérique tropicale sont des foyers de peuplement qui, au Pérou, peuvent contribuer à la colonisation et à la mise en valeur des régions basses. Cependant la majeure partie de ces échanges se sont effectués au cours de l’histoire sans passer par l’intermédiaire des villes ; il n’en est plus de même actuellement. Ce sont les villes et surtout celles de la côte qui dirigent les échanges, absorbent le flot des migrations, et c’est aussi à partir des grandes agglomération que se tisse la trame des réseaux d’infrastructure qui permet aux villes d’animer leur environnement et de donner naissance à une vie régionale.

Carte 7 : Indiquant les limites approximatives des grands ensembles régionaux transversaux
Les limites des ensembles du Nord, du Centre et du Sud sont indiquées en trait continu. Le trait discontinu signale la limite, peu nette d’une région amazonienne peu peuplée, pratiquement pas structurée et qui aurait Iquitos comme centre.
En tireté, limites des aires d’influence de quelques agglomérations. Pour le Sud, A : Arequipa, P : Puno, C : Cuzco. On remarque que certains secteurs sont situés en dehors de l’aire d’influence directe de ces villes. Pour le Centre, L : Lima, I : Ica, H : Huancayo. Pour le Nord, T : Trujillo, Ch : Chiclayo, Pi : Piura.
Carte montrant la disposition des grands ensembles orographiques : Andes (en grisé), à l’Est les plaines forestières, à l’Ouest la côte. Les limites et les noms des départements sont indiqués. Quand le nom du département est le même que celui de la préfecture celle-ci est mentionnée par son initiale.

48L’époque actuelle se marque par la croissance démographique et économique des régions basses et, pour le moment de celles qui bordent le Pacifique tandis que la montagne stagne quand elle ne décline pas. La côte est tournée vers l’extérieur dont elle dépend de plus en plus et elle vit du grand commerce international. Son économie, entièrement monétaire, et ses revenus, surtout urbains, dépendent des services, du commerce, de l’industrie et dans une faible mesure seulement d’une agriculture pourtant intensive et pratiquée sur 500 000 à 600 000 ha de terres irriguées. Souvent on oppose une économie côtière (« articulée » sur l’étranger, qui est dominée par les marchés mondiaux dont dépend sa croissance), à une économie interne, surtout andine et rurale, où l’autoconsommation reste importante aussi bien dans le domaine de la production agricole que dans celui de l’artisanat et même des services. On insiste sur « l’inarticulation » qui existerait entre ces deux économies auxquelles correspondent deux sociétés. Or, ce que montre l’observation du Pérou contemporain, c’est la cohérence du système. La sierra n’est pas ou n’a pas été au cours des dernières décennies un poids mort pour la côte ; elle l’a fourni en hommes qui n’ont rien coûté aux oasis, qui apportent leur force de travail à bon marché, à un prix cependant supérieur à celui du travail dans une sierra peu productive. La montagne donne au désert une eau qui est captée sans redevances. Cependant l’afflux de cette humanité féconde dans des oasis où la terre est limitée, favorise le gonflement des villes, et l’urbanisation devient de plus en plus coûteuse, tant sur le plan sociologique que sur celui de l’économie nationale ou même sur celui de l’équipement des agglomérations. Ainsi l’avenir de la côte est conditionné, d’un côté par la croissance démographique et la solution aux graves problèmes de l’emploi, de l’autre par l’évolution du commerce extérieur. Jusqu’à présent les ajustements se sont effectués d’une façon relativement favorable pour l’économie côtière, et au bon moment, l’industrie de la farine de poisson est devenue l’activité productive qui est venue relayer une agriculture, sinon à bout de souffle, du moins incapable de soutenir à elle seule le poids des villes. L’avenir de la côte est lié aux progrès d’une industrie qui puisse un peu équilibrer la masse du tertiaire urbain, d’une industrie qui fournisse des emplois tout en restant productive et si possible compétitive (ce qui n’est pas simple) ; cet avenir dépend aussi de la mise en valeur de nouveaux espaces : périmètres irrigués à gagner sur la côte, amélioration de l’agriculture dans la sierra qui devrait aller de pair avec les progrès de l’équipement tant en réseaux qu’en industries, ouvertures de terres de colonisation dans le piémont forestier de l’Est. Plus que jamais cet avenir dépend du développement du Pérou intérieur ; ce développement ne pourra se faire qu’en utilisant les ressources complémentaires de trois grands ensembles naturels du pays, qui ne sont pas forcément, en 1966, les mêmes qu’au cours des siècles ou même des décennies précédentes. Les ressources de la côte, ce pourrait être un capital technique et financier et l’utilisation d’une infrastructure de services modernes, celles des Andes c’est peut-être l’eau pour l’électricité, l’irrigation et l’industrie, c’est aussi la possibilité de développement de cultures vivrières pour les marchés urbains, celles de la forêt c’est la disponibilité de vastes étendues, fragiles par suite de la précarité des équilibres pédologiques, mais qui peuvent être utilisées pour l’élevage ou l’agriculture. La vocation du Pérou a toujours été d’unir transversalement ces trois ensembles. Aussi est-il nécessaire de décrire quels sont les grands projets visant à transformer le sud, le centre et le nord du Pérou, de voir comment ils sont susceptibles de donner naissance à la formation de grandes régions, structurées par des réseaux modernes.

Table des illustrations

Légende Carte 7 : Indiquant les limites approximatives des grands ensembles régionaux transversauxLes limites des ensembles du Nord, du Centre et du Sud sont indiquées en trait continu. Le trait discontinu signale la limite, peu nette d’une région amazonienne peu peuplée, pratiquement pas structurée et qui aurait Iquitos comme centre.En tireté, limites des aires d’influence de quelques agglomérations. Pour le Sud, A : Arequipa, P : Puno, C : Cuzco. On remarque que certains secteurs sont situés en dehors de l’aire d’influence directe de ces villes. Pour le Centre, L : Lima, I : Ica, H : Huancayo. Pour le Nord, T : Trujillo, Ch : Chiclayo, Pi : Piura.Carte montrant la disposition des grands ensembles orographiques : Andes (en grisé), à l’Est les plaines forestières, à l’Ouest la côte. Les limites et les noms des départements sont indiqués. Quand le nom du département est le même que celui de la préfecture celle-ci est mentionnée par son initiale.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/3882/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 326k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search