Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

Avant-propos

p. 7-8


Texte intégral

1Cet ouvrage est un essai sur le Pérou des années soixante, vu sous un éclairage géographique. Il s’agit d’abord d’une description des milieux géographiques et des problèmes qu’affrontent les habitants dans l’aménagement des différents espaces qui composent le pays. Cet essai s’inscrit dans le cadre national péruvien. Il n’a malheureusement pas été possible de présenter une géographie régionale de l’ensemble du Pérou. Trop d’éléments font défaut. Les uns sont dûs à la carence de la documentation, les autres sont liés à la rapidité des changements que subit actuellement le pays ; il est difficile de cerner les relations de complémentarité qui tissent une trame régionale au moment où de larges secteurs du Pérou sont en pleine évolution, par suite de la croissance démographique et des migrations intérieures, du développement de certaines régions, de l’affaissement d’autres, et de la mise en place de nouveaux réseaux susceptibles de modifier durablement la physionomie du pays. Cependant, il m’a paru nécessaire d’offrir un bref panorama des caractéristiques des grands ensembles géographiques et de décrire quelques aspects des croissances, de la croissance économique comme de la croissance démographique. Enfin, il m’a semblé utile de dresser un tableau des projets d’aménagement en cours, de les situer dans leur contexte régional ; ces aménagements pourront peut être constituer le canevas des futures grandes régions du Pérou, appuyées sur les ressources complémentaires de la côte, des Andes et de la forêt.

2Ce livre est né de la confrontation d’impressions et de notes de voyage, de conversations soutenues depuis 1957 aussi bien avec les responsables de l’État qu’avec le pasteur des Andes ou le pionnier de la « selva », comme de la lecture de très nombreux rapports et ouvrages. Il a fallu élaguer dans une documentation touffue, souvent inégale et incomplète, confronter continuellement les sources écrites avec l’observation de la réalité que suggèrent les paysages et les dialogues avec les hommes placés dans leur milieu. La recherche géomorphologique, les nécessités de l’action culturelle, ou plus simplement le désir de voyager, m’ont permis de parcourir, depuis 1957, les différentes régions du pays. Aussi, derrière bien des phrases surgissent le flot des souvenirs et les impressions ressenties en circulant dans un pays très attachant par sa beauté et dont les problèmes ne vous laissent pas indifférent.

3Je dois beaucoup à ceux, très nombreux, qui m’ont accueilli et informé. L’énumération de ceux qui m’ont aidé et qui m’ont appris à connaître le Pérou serait très longue et resterait très incomplète. Elle devrait comprendre des dizaines de paysans rencontrés sur la côte, dans les Andes ou dans la forêt, des habitants des villes, des usagers des transports en commun, les très nombreux fonctionnaires et ingénieurs qui, à Lima comme en province, m’ont parlé de leurs problèmes. Les recherches faites en compagnie de José Matos et de son équipe m’ont permis de saisir divers aspects de la société rurale de la côte centrale. Les voyages effectués, entre autres, avec Carlos Peñaherrera, Bernard Ortolo, Jacques Delpy ont toujours été intéressants. Les longues conversations avec François Bourricaud, François Chevalier et le docteur Vellard ont éclairé mes connaissances du Pérou. L’architecte Fernando Belaunde m’a fait participer à sa vision lyrique et généreuse du Pérou qui s’appuie sur une connaissance très précise des paysages de la République qu’il a été appelé à présider.

4M. Pierre Monbeig a bien voulu accepter de diriger ce travail, qu’il n’est peut être pas dans les traditions universitaires de présenter comme thèse complémentaire de doctorat d’État. Je le remercie de ses conseils. Il a été de ceux qui ont su me faire comprendre que, dans les Amériques latines, il est impossible de travailler et de faire des recherches géographiques si l’on n’est pas animé de sympathie pour ce que l’on étudie.

5Cet essai est incomplet. Dans les prochains mois et dans les prochaines années, il sera poursuivi par une étude plus méthodique des réseaux qui permettent à la vie moderne de s’irradier, par une analyse du rôle des villes dans leur environnement, par des recherches régionales plus fouillées qui seront faites avec d’autres géographes, des sociologues et des historiens. Ainsi, progressivement, les uns et les autres, nous apporterons une contribution à la connaissance des pays des Amériques latines.

6Octobre 1965.

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Licence OpenEdition Books. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.