Version classiqueVersion mobile

Alexandre de Humboldt

 | 
Charles Minguet

VI. L' oeuvre scientifique et trois aspects particuliers de la pensée historique, économique et sociologique de Humboldt

1. L’Amérique espagnole dans l’œuvre scientifique de Humboldt

Texte intégral

Introduction

  • 1 Karl Bruhns, f ine wissenschaftliche Biographie, op. cit., tome III.
  • 2 Ces travaux ont été publiés à l’occasion de la commémoration du centenaire de la mort de Humboldt. (...)

1L’examen de l’œuvre scientifique de Humboldt, nous a été grandement facilité par les nombreux travaux que lui ont consacrés les spécialistes, notamment en Allemagne et en Amérique du Nord. Dès la fin du xixe siècle, Karl Bruhns et ses collaborateurs publiaient une biographie scientifique, où sont passées en revue les contributions essentielles de Humboldt aux sciences de la nature : astronomie et géographie mathématique, physique et magnétisme terrestre, météorologie et climatologie, géologie, géographie physique et humaine, phytogéographie et botanique, zoologie et anatomie comparée1. D’autres publications sur l’océanographie, l’hydrobiologie, ou bien sur des aspects plus limités de l’œuvre de Humboldt, comme la2 géographie des llanos du Venezuela ou celle du Mexique, sont venus compléter, au xxe siècle, celles du siècle précédent. Ainsi, le nombre considérable de travaux consacrés par Humboldt aux résultats de son voyage, la quantité non moins considérable d’études ou de monographies que ces travaux ont suscitée, attestent l’intérêt éveillé dans le monde savant du xixe et xxe siècles par le voyage de Humboldt en Amérique. Le voyage en Sibérie, fait en 1828-1829, les diverses excursions à travers l’Europe, sont sans doute importants. Il est clair cependant que les études menées par Humboldt en Amérique prennent la plus grande place dans son œuvre ; c’est ce voyage qui, par ses résultats, a eu la plus grande influence sur la science du temps ; il a élargi d’une façon remarquable la vision du monde ; il a contribué à faire avancer les sciences de la Nature dans tous les domaines.

2Rappelant les premières années de la découverte de l’Amérique par les Espagnols, Humboldt évoque le « ...charme de la nouveauté et de la surprise » que leur ont procuré leurs voyages et leurs explorations dans le Nouveau-Continent ; car il ne s’agissait pas de découvrir seulement un hémisphère :

  • 3 Cosmos, op. cit., édition française de 1848, tome II, pp. 328-329.

« Près de deux tiers du globe formaient encore un monde nouveau et inexploré, un monde qui jusque là avait échappé aux regards, comme cette face de la lune dérobée éternellement aux yeux des habitants de la terre »3.

3En second lieu, Humboldt met en lumière l’apport décisif que l’Amérique, grâce à la découverte, a fait à l’ancien Monde. Les explorations espagnoles et portugaises avaient permis de reconnaître, « ...avant le milieu du xvie siècle », le nouveau continent, « ...sous les latitudes les plus diverses des deux hémisphères ». Les découvreurs « ...avaient pris possession de la région équatoriale proprement dite ». Ainsi, et c’est cela qui est important pour Humboldt :

  • 4 Cosmos, ib., p. 331.

« Grâce à la configuration particulière des montagnes qui caractérise ces contrées, les oppositions les plus saisissantes de climats et de formes végétales s’étaient déployées à leurs regards, dans des espaces très restreints »4.

4Et il conclut :

« Si je me trouve ramené de nouveau à faire ressortir l’attrait que présentent pour l’imagination les pays de montagnes, sous la zone équinoxiale, j’ai pour excuse cette remarque souvent exprimée déjà, que les habitants de ces contrées sont les seuls auxquels il soit donné de contempler tous les astres du firmament et presque toutes les familles du monde végétal ».

5C’est ainsi que Humboldt souligne dans ces quelques lignes du Cosmos l’importance primordiale de la découverte du Nouveau-Monde et le rôle éminent qu’il va jouer désormais dans le domaine scientifique. Le Nouveau-Monde a été, pour les découvreurs et les explorateurs des siècles passés, comme il l’a été pour Humboldt lui-même, le révélateur des grandes lois physiques et scientifiques que cherchaient les Européens, mais qu’ils ne pouvaient pleinement dévoiler jusqu’au moment décisif de là découverte. Les « deux tiers du monde » jusqu’alors ignorés vont permettre de vérifier, ou de modifier profondément, et, en tout cas, de compléter une vision du monde qui avait été, jusqu’en 1492, bien imparfaite. Humboldt rappelle à plusieurs reprises les apports essentiels, dans le domaine de la géographie physique, du jésuite Acosta et de Gómara ; mais il n’en reste pas moins persuadé que, même après son propre voyage, il reste encore un travail énorme à faire sur le terrain de l’Amérique.

6Nous nous bornerons ici à présenter un tableau, aussi complet que possible, des résultats scientifiques obtenus par le savant allemand. Il n’est pas question, naturellement, de dresser un inventaire complet. Plusieurs volumes n’y suffiraient pas. Seules seront consignées les découvertes essentielles de Humboldt, telles qu’elles ont été dégagées de son œuvre par les spécialistes. Nous y ajouterons, le cas échéant, nos observations. Mais, avant d’aborder cette étude, peut-être sera-t-il bon de rappeler à grands traits les fins que se proposait notre auteur, la méthode qu’il a employée, la façon dont il a présenté les résultats, enfin, la valeur même de ces résultats.

1. Techniques et instruments d’observation

  • 5 Relation historique, tome I, livre I, chap. i, pp. 106-114.
  • 6 On trouvera une étude sur les instruments construits par les artisans de l’époque dans le livre de (...)

7Dans le premier chapitre de ce travail, on avait déjà indiqué le but que Humboldt assignait aux études de la Nature : découvrir les lois de l’univers sous l’apparente fluctuation des phénomènes. La notion de « Naturganzes » avait été également mise en valeur : la Nature, qui forme un tout, doit être comprise et étudiée comme un tout ; cette notion, chère à Goethe et aux encyclopédistes, détermine d’une façon rigoureuse le choix de la méthode humboldtienne. Une seule règle prévaut : il faut mesurer, peser, calculer les phénomènes naturels ; c’est par une multitude d’observations et de déterminations que Humboldt, fidèle à l’empirisme raisonné dont il s’est constamment réclamé, va étudier les mille aspects de la nature américaine. C’est pourquoi il accorde une grande importance aux instruments de mesure qu’il a emportés avec lui dans son voyage. Il en donne la liste complète dans le premier volume de sa Relation historique5. Si on a la curiosité de vérifier la qualité de ces instruments, on s’aperçoit que tous avaient été construits par les meilleurs et les plus réputés artisans européens de l’époque : Dollond, Bennett, Carochez, Ramsden, Le Noir, Bird, Mégnié, Fortin, Dumotiez, etc...6.

8Cet équipement de premier ordre constitue, à n’en pas douter, le plus sûr garant de l’exactitude des calculs de Humboldt. Cela ne signifie pas qu’il n’ait pas commis quelques erreurs. Cependant, la qualité exceptionnelle des instruments qu’il a utilisés en Amérique lui a permis d’obtenir des chiffres qui, s’ils ne sont pas tous rigoureusement exacts, représentent, même dans les cas les plus contestables, des approximations remarquables. Humboldt regrettait de n’avoir pu emporter avec lui des instruments plus précis. Mais il aurait dû alors choisir des appareils d’observation plus volumineux qui l’auraient considérablement gêné, et ne lui auraient pas permis d’accomplir tous ses voyages en Amérique.

  • 7 Karl Bruhns, op. cit., étude du même, Mathematik, Astronomie und mathematische Géographie, pp. 3-5 (...)

9Dans le domaine de l’astronomie, Karl Bruhns compte 201 observations faites par Humboldt, qui utilise en outre 79 résultats obtenus par d’autres savants, tels que Malaspina, Vancouver, Ferrer, Galiano, etc. Entre 1799 et 1804, il a consacré 307 jours à des observations astronomiques7.

  • 8 Oskar Peschel, Geschichte der Erdkunde, 2e édition, Amsterdam, 1961, xxii,-832 p. ; p. 702, note 1 (...)

10K. Bruhns compte 500 mesures de hauteur dans les œuvres de Humboldt. A ce propos, Oskar Peschel8 relève, dans les Idées pour une Géographie des Plantes, ouvrage écrit par Humboldt en 1807, que pour toute la surface du globe, on ne connaissait que 122 mesures de hauteur des cimes les plus élevées de notre globe et notamment deux en Afrique, deux en Asie, vingt-huit en Europe, dont six en Allemagne, huit en France, deux en Espagne, deux en Islande, une en Suède, une au Spitzberg, et le reste en Italie et dans les Alpes, tandis qu’on en avait trente pour l’Amérique, dont vingt-quatre avaient été calculées par Humboldt. Ces quelques chiffres prouvent amplement la grande contribution de Humboldt aux progrès de la science géographique.

  • 9 Essai Politique sur le Royaume de la Nouvelle-Espagne, tome I, livre I, chap. III, pp. 292-294.

11Les mesures de température de l’air sont innombrables. On en trouve à chaque page de la Relation historique. Dans l’Essai Politique sur la Nouvelle-Espagne, Humboldt fournit, comme résumé des observations publiées avec plus de détails dans son Mémoire sur les lignes isothermes et dans « De distributione geographica plantarum... etc... », les températures moyennes annuelles établies à partir d’observations faites à diverses heures de la journée (nocturnes et diurnes) et à diverses époques de l’année, à Vera-Cruz, Acapulco, Jalapa, Chilpanzingo, Valladolid, à Querétaro, San Juan del Rio, Celaya, Guanajuato, México et Toluca. Il compare ces diverses températures à celles de Cumaná et de Caracas, au Venezuela, de La Havane, de Guaduas, de Popayàn, de Quito, de Santa-Fe de Bogota, et de Micuipampa ; ce qui ne l’empêche pas de citer les températures relevées au Caire, à Marseille ou à Rome9.

  • 10 Kurt Witthauer, Geographische Bevölkerungsstalistik in Al. v. Hdts Reisewerk, op. cit., pp. 129-13 (...)

12Kurt Witthauer a relevé, dans un article déjà cité, les principales surfaces calculées par Humboldt en lieues carrées, et qui, converties en kilomètres carrés, donnent des résultats assez précis. Humboldt, à partir des travaux des voyageurs qui l’ont précédé, établit les surfaces du continent américain en entier, de l’Amérique du Nord, de l’Amérique du Sud, de l’Amérique espagnole, de l’Amérique portugaise, du territoire de Buenos-Aires, de la Nouvelle-Espagne et du Guatemala, de la Colombie (Nouvelle-Grenade plus Capitanía general de Caracas), de la Nouvelle-Grenade avec l'Audiencia de Quito, du Pérou, du Venezuela, du Chili, de l’Archipel des Antilles, de l’État de Virginie, aux États-Unis, de la Province de Caracas, (avec Coro) et de l’Intendance de Mexico10.

  • 11 Walther Sauer, Alejandro de Humboldt en el Ecuador, Bolelín de Informaciones cientificas nacionale (...)

13Ces quelques exemples montrent amplement, croyons-nous, le travail considérable accompli par Humboldt dans le domaine géographique américain. Des erreurs ont été relevées dans les calculs du savant allemand. C’est ainsi que Walther Sauer a remarqué une différence de 230 mètres dans la détermination de la limite des neiges perpétuelles notée par Humboldt sur les volcans de l’Équateur. Elle est à 4 585 mètres au lieu de 4 815 mètres. Pour l’ascension du Chimborazo, Humboldt a cru arriver à 5 879 mètres, alors qu’il est parvenu à 5 610 mètres. L’erreur vient de la fausse observation de l’altitude de Ríobamba, d’où il est parti pour le Chimborazo. Humboldt l’avait trouvée à 2 891 mètres, au lieu de 2 754 mètres11.

  • 12 R.L. Stevens-Middleton, La obra de Alexander von Humboldt en México, Fundamento de la Geografia mo (...)

14Au Mexique, Stevens-Middleton signale quelques différences entre les mesures hypsométriques de Humboldt et celles qui ont été faites récemment par la Comisión geográfica exploradora mexicana. C’est ainsi que pour le Cofre de Perote, ou Nauhcampatépetl, dont la hauteur avait été estimée par Humboldt à 4 089 m., la Comisión geográfica a trouvé : 4 282 m. Pour le Popocatépetl, 5 400 m. au lieu de 5 452 mètres, pour l’Iztcaccihuatl, 4 786 m. au lieu 5 286 m. dans la partie la plus élevée et 4 791 m. dans la partie la plus basse du sommet. Enfin, pour le Citlaltépetl, Humboldt trouve 5 295 m. au lieu de 5 700 mètres réels12.

  • 13 Stevens-Middleton, op. cit., p. 42.

15Pour l’étude des longitudes et des latitudes, Stevens-Middleton remarque que l’expédition de Malaspina « ...avait fixé la longitude d’Acapulco avec plus d’exactitude que Humboldt ». Cependant, l’erreur est minime. Humboldt trouve 99° 49’19” à l’ouest de Greenwich, alors qu’on la calcule aujourd’hui entre 99° 49’16” et 99° 53’46”. Stevens-Middleton rappelle à juste titre que les résultats de Humboldt dans ce domaine sont très appréciables, car les erreurs... « semblent petites si l’on compare les instruments de l’époque avec ceux dont nous disposons actuellement, puisque le téléphone et la radio ont rendu possible la mesure immédiate et exacte de la différence de l’heure solaire entre deux méridiens »13.

16Humboldt était convaincu que les chiffres obtenus étaient approximatifs, notamment ceux qu’il avait calculés astronomiquement. Dans une lettre de Cumaná à von Zach, du 1er septembre 1799, Humboldt écrit :

  • 14 Hamy, op. cit., p. 43.

« ...Ayez de l’indulgence pour mes travaux astronomiques. Considérez qu’ils ne sont qu’un accessoire de mon voyage, que je suis un apprenti en astronomie et que je n’ai appris à manier les instrumens que depuis deux ans... C’est vrai, j’aurais désiré avoir pour compagnon de voyage notre ami Burckhart, pour faire quelque chose de grand en astronomie et en géographie ; mais alors il aurait dû être muni d’instruments plus grands et meilleurs que les miens »14.

  • 15 On trouvera dans T. Wolf mention de quelques erreurs de longitude commises par Humboldt dans l’Équ (...)
  • 16 K. Brühns, op. cit., p. 51.

17Humboldt savait donc parfaitement, comme le rappelle Karl Bruhns, que les résultats rapportés du voyage en Amérique exigeaient des vérifications et des rectifications15. « Mais il était convaincu, également, que ces résultats ne pouvaient contenir de grandes erreurs : aussi fut-il très affecté, lorsque les chiffres qu’il avait publiés furent mis en doute... »16. En 1857, le Baron E.C. H. von Richthofen a écrit que Humboldt aurait commis une énorme erreur dans le calcul de la surface du Mexique. Il l’aurait trouvé deux fois plus grand qu’il ne l’est en réalité. Le Baron von Richthofen se fondait sur le dernier ouvrage de Lucás Alamán (Historia de México). Karl Bruhns rectifie le jugement de Richthofen ; il précise que Humboldt, en calculant la surface de la Nouvelle Espagne, avait compté la Nouvelle Californie, le Nouveau Mexique et le Texas, qui ne figuraient plus, pour les raisons que l’on sait, dans le territoire mexicain au moment où Lucas Alamán publiait son livre.

  • 17 Hanno Beck, op. cit., tome II, p. 67.
  • 18 Enrique Alvárez López, Para un ensayo sobre la trayectoria cientlfica de Alejandro de Humboldt, ét (...)
  • 19 Carl Troll a consacré d’excellents articles à l’activité géographique novatrice de Humboldt. Voir (...)

18Les quelques erreurs qui viennent d’être signalées n’ôtent rien à la valeur des travaux scientifiques de Humboldt. On ne peut s’en tenir à la simple constatation d’un écart de quelques dizaines de mètres dans un calcul de hauteur, ou de quelques secondes dans celui d’une longitude. C’est surtout la variété des procédés de mensuration qui frappe le lecteur de Humboldt. Les spécialistes n’ont pas manqué de dénombrer les différentes méthodes qu’il associe afin de mieux définir ce qu’il appelle ses Tableaux physiques. C’est ainsi que Hanno Beck, dans sa biographie17, Enrique Alvárez López, dans un hommage rendu à Humboldt par l’Institut Juan Sebastián Elcano18, et Carl Troll, dans ses études consacrées aux techniques géographiques de son illustre compatriote19, ont relevé quinze procédés de mensuration dans le Tableau physique des Andes et pays voisins, dressé par Humboldt en 1803 à Guayaquil.

  • 20 Ce tableau n’est donné qu’à titre d’exemple. Dans le Tableau Physique de la Nouvelle Espagne (Prof (...)

19Le savant allemand y fait apparaître les zones de végétation selon l’altitude, établit une échelle de température, des échelles barométriques, hygrométriques, électrométriques ; étudie l’intensité du bleu du ciel au moyen du cyanomètre ; indique les degrés de décroissance de la lumière, les réfractions horizontales des rayons, la composition chimique de l’air, la diminution de la pesanteur, la température d’ébullition de l’eau ; consigne des observations géognostiques ; marque les limites inférieures des neiges éternelles ; énumère les principaux spécimens de la faune et des plantes cultivées20.

  • 21 Voir ces lettres au Baron de Forell et à Don José Clavijo Fajardo, qui était Directeur du Royal Ca (...)

20Ce profil physique, où sont rassemblées ces quinze observations de nature très différente, et qui n’avaient jamais été, jusqu’à Humboldt, réunies avec autant de bonheur, n’est pas unique. Pour exposer les résultats de ses travaux sur le terrain américain, Humboldt emploie toutes les techniques possibles et imaginables en son temps : descriptions, profils, coupes géologiques, cartes physiques, croquis, plans, tableaux statistiques ; il a recours aux calculs de moyennes, de fréquences, etc... Il constitue des collections minéralogiques, dont il a envoyé des exemplaires à Madrid21, à Paris et à Berlin, et grâce à l’activité de Bonpland, il crée des herbiers, il recueille et conserve des animaux, il met à jour des fossiles, etc... Dans ces domaines, il est encore fidèle à l’idée du Grand Tout.

2. Les résultats

La géologie

21Les géographes actuels attachent un grand prix au voyage de Humboldt en Amérique. Ils considèrent en effet que, pour la première fois dans l’histoire de la géographie, le continent américain apparait, après le voyage, sous un aspect moins nébuleux, moins mythique même, dans la conscience des Européens de son temps. Malgré les efforts de quelques historiographes espagnols classiques, que Humboldt estime beaucoup, on ignorait alors à peu près tout de l’Amérique. Ce qui avait été écrit par les Espagnols, et surtout par Acosta, tenu par Humboldt pour le fondateur de la géographie physique du Nouveau Continent, avait été oublié en Europe.

  • 22 Hanno Beck, op. cit., tome II, pp. 171-172.

22Hanno Beck, qui s’inspire sans doute du passage du Cosmos cité plus haut, écrit que ce continent, en 1800, était encore considéré comme une planète nouvelle « dont on ignorait dans quelle mesure et jusqu’à quel point elle était semblable à l’Europe, et jusqu’à quel point elle en était différente »22.

  • 23 Julius Ewald, Géologie, dans le tome III déjà cité de la biographie de Karl Bruhns, pp. 102-185.
  • 24 Erich Otremba, dans le livre de Schultze, déjà cité ; Die Llanos des Orinoco und des Apure in der (...)
  • 25 Georg Petersen, Sobre la ruta de viaje de Alexander von Humboldt y sus observaciones geológicas y (...)
  • 26 D.I. Tcherbakov, Al. von Humboldts Halle bei der Entwicklung der geologischen Wissenschaft, dans l (...)

23Julius Ewald, pour l’œuvre géologique de Humboldt23, Erich Otremba, pour les études géologiques et géognostiques du savant allemand au Venezuela24, Stevens-Middleton, pour le Mexique, Georg Petersen, pour le Pérou25, ont étudié les contributions de Humboldt à la géologie. Après avoir mis en lumière ses découvertes dans le domaine de la pétrographie et de la stratigraphie américaines, ils tirent deux conclusions principales. Celles-ci sont présentées avec beaucoup de clarté par l’académicien D.I. Tcherbakov, qui devant la société allemande de Géographie, réunie le 6 mai 1959 à Potsdam26, après avoir rappelé que la géologie à l’époque de Humboldt faisait encore ses premiers pas, insiste sur le fait que les problèmes les plus élémentaires, à la portée aujourd’hui de tous les écoliers, attendaient alors une explication.

  • 27 D.I. Tcherbakov écrit : « Essai géologique sur le gisement des roches... ». Il s’agit d’une légère (...)

« On ne savait pas, écrit-il, si sur toute la surface du globe, on pourrait trouver une seule et même qualité de roches, et si celles-ci se présenteraient selon les mêmes couches de gisements. C’est pendant son séjour en Amérique que Humboldt a acquis une claire représentation de la structure géologique de l’Amérique du Sud. A partir de cette acquisition, Humboldt a écrit en 1823 le travail intitulé : « Essai géognostique sur le gisement des roches dans les deux hémisphères ». Dans cet ouvrage, Humboldt démontre que la structure de la croûte terrestre est identique dans les deux hémisphères et qu’elle est formée, à peu de chose près, d’une seule et même qualité de roches, qui, dans l’ensemble, forment les mêmes couches de gisement27. »

24C’est surtout à propos de l’activité des volcans des Andes et du Mexique que Humboldt a pu dégager un certain nombre de principes directeurs, qui ont servi de fondement aux études ultérieures de géophysique.

  • 28 Hamy, op, cit., pp, 127-139 et notamment, pp. 129-134,

25Comme on peut le voir dans les Tableaux du Voyage réunis dans cet ouvrage, les études de Humboldt sur les volcans ne sont pas purement théoriques. Il a exploré plusieurs volcans ou montagnes volcaniques dont certains étaient en activité — En Colombie, il a fait l’ascension du Puracé, près de Popayán. Dans l’Équateur actuel (ancienne Audiencia de Quito), c’est le Pichincha, exploré le 14 avril, et les 26 et 28 mai 1802. Le Chimborazo (6 310 m.) a été vu en juin de la même année. L’ascension de ce colosse volcanique des Cordillères est évoquée notamment dans une lettre de Lima, du 25 novembre 1802, à son frère Guillaume28, et dans les kleinere Schriften, publiés en 1850, ainsi que dans les Tableaux de la Nature et les Vues des Cordillères. Humboldt a visité également, dans la région de Quito, l’Antisana, en avril 1802, le Cotopaxi, en mai 1802, et le Tunguragua. Au Mexique, il a vu le volcan de Jorullo, qui avait surgi subitement du sol en septembre 1759. Il a fait l’ascension du Nevado de Toluca et du Cofre de Perote, tandis qu’il mesurait la hauteur du Popocatépetl, de l’Orizaba et le l’Iztaccihuatl.

26C’est dire que son information en cette matière prend sa source dans un travail sur le terrain, très rare à cette époque chez un géographe.

27L’énumération précédente, dans sa sécheresse, ne permet pas de mesurer exactement l’audace et le mérite de l’explorateur. Aussi rappellerons-nous brièvement quelques détails des deux plus dramatiques ascensions : celle du Pichincha et celle du Chimborazo. Après une première tentative, (celle du 14 avril 1802) qui avait échoué faute d’un guide sûr, il réussit le 26 mai 1802, à atteindre le cratère du Pichincha, alors en activité. Walther Sauer évoque, en suivant le récit de Humboldt, la difficile ascension du savant et de ses compagnons qui durent « ...gravir les pentes très abruptes couvertes de neige sur les dernières hauteurs, et arrivé enfin sur le rebord rocheux du cratère, suspendu en à pic au-dessus du précipice intérieur de l’énorme ouverture, Humboldt déborde d’enthousiasme lorsqu’il peut distinguer, à travers les nuages vertigineux de vapeur sulfureuse, les détails du fond de l’abîme ».

28Et Humboldt consigne dans ses carnets :

  • 29 Walter Sauer, op. cit., pp. 283-284, précise qu’il s’agit du Guagua-Pichincha et non du Rucu-Pichi (...)

« ...il n’est pas possible de décrire avec des mots l’aspect chaotique qu’offre la gigantesque bouche de feu du Guagua Pichincha »29.

29Le lendemain de cette excursion, le soir du 27 mai, des secousses violentes se font sentir à Quito. Humboldt veut alors revenir au Pichincha, dans l’espoir d’assister à des phénomènes volcaniques intéressants. Il repart donc le lendemain matin vers le cratère du Pichincha. Bel exemple de courage et même de témérité chez cet infatigable savant. Mais c’est l’ascension du Chimborazo qui suscite notre admiration. Partis le 22 juin 1802 de Riobamba, Humboldt et ses compagnons Bonpland et Carlos Montüfar arrivent le 23 à la limite des neiges perpétuelles qui couronnent le Chimborazo (4 585 mètres). Les porteurs indiens refusent d’aller plus loin. Les trois amis ne sont plus suivis que par un métis du village de San Juan.

« A gauche, écrit Humboldt, le précipice était recouvert d’un plan de neige friable, qui semblait vitrifié par le gel. La surface miroitante montrait une inclinaison de 30 degrés. A droite, la vue se perdait dans un abîme effrayant de 300 mètres, d’où émergeaient des rochers verticaux ».

30Au cours de leur montée, les explorateurs souffrent du mal des montagnes (soroche) qui les empêche de respirer et provoque des hémorragies.

  • 30 Hamy, op. cit., lettre à Guillaume déjà citée, p. 133. Ces détails concernent l’ascension du volca (...)

« Nous sentions une faiblesse extrême, et un de ceux qui nous accompagnaient dans cette course s’évanouit... le peu de densité de l’air nous fit jeter le sang par les lèvres, les gencives et même les yeux »30.

31Outre cela, arrivés à quelques centaines de mètres du sommet, ils se heurtent à une « ...crevasse trop profonde pour la franchir ». Le froid très vif et le désagrément d’avoir « ...un pied ulcéré d’une chute que j’avais faite peu de jours auparavant », l'obligent à interrompre l’ascension du Chimborazo. Il est cependant arrivé à une hauteur de 5 610 mètres, sans atteindre la cime de ce géant des Andes, qui culmine à 6 310 mètres. Il n’en reste pas moins que cette ascension est, pour l’époque, une véritable prouesse sportive et scientifique.

32C’est grâce à l’observation directe de ces volcans américains, grâce aussi à l’étude exhaustive de l’activité volcanique, des tremblements de terre, des sources thermales, des volcans de boue, etc... que Humboldt va contribuer d’une façon extraordinaire aux progrès de la science volcanologique. Tout d’abord, comme le rappelle Carl Troll, il abandonne rapidement, après ses ascensions des volcans équatoriens, la théorie du neptunisme, que son maître Werner lui avait enseignée :

  • 31 Carl Troll, La, misión cientifica de Alej. de H., dans le Boletín équatorien déjà cité, p. 226.

« Ses études sur les volcans de Teneriffe, des Andes et du Mexique le persuadèrent de la genèse plutonienne des roches éruptives ; il devint ainsi plutonien, tout en créant la théorie magmatique du volcanisme. Humboldt établit ainsi une relation de cause à effet entre les volcanisme et les dislocations tectoniques et les tremblements de terre, et il essaya d’attribuer tous ces phénomènes à une force interne unique. Par la dénomination « d’endogènes » pour les roches éruptives et « d’exogènes » pour les roches sédimentaires, il créa deux concepts fondamentaux dans la géologie dynamique, et, avec l’expression d’horizon géologique, une heureuse conception stratigraphique »31.

  • 32 Tcherbakov, op. cit.

33La relation ainsi établie entre éruptions volcaniques et secousses telluriques est bien le fruit de son voyage dans les Andes équatoriales. Où, ailleurs que dans l’Amérique andine, Humboldt aurait-il pu trouver meilleur laboratoire ? Tcherbakov rappelle enfin fort justement que Humboldt a découvert que les volcans sont disposés selon une même direction le long des failles de la croûte terrestre32. L’énorme chaîne volcanique qu’il a parcourue de la Colombie à Cajamarca, au Pérou, lui a permis d’établir que, dans cette zone, les volcans sont disposés du Nord au Sud, et que l’activité volcanique au Pérou semble, de son temps, se déplacer vers le Nord ; au Mexique, il a cru reconnaître une orientation différente.

« Il a remarqué que les volcans actifs ou éteints depuis peu se trouvaient très près du xixe parallèle. Il a avancé alors la conjecture selon laquelle, le long de cette ligne, il existait une grande fracture ou faille profonde dans la croûte terrestre, qui s’étendait d’une mer à l’autre ».

  • 33 Stevens-Middleton, op, cit., pp, 89-90.

34L’auteur de ces lignes, Stevens-Middleton rappelle que, en dépit du refus du géologue mexicain Aguilera (1904) d’envisager cette hypothèse comme fondée, celle-ci est défendue par « ...des géographes et des géologues aussi distingués que Pedro C. Sanchez (1935), Ramiro Robles Ramos (1943), Jorge A. Vivó (1949) et Jorge L. Tamayo (1949) ». C’est dire la place qu’occupent, dans la science mexicaine actuelle, les études géologiques de Humboldt et le crédit que lui accordent les savants33.

35Les spécialistes des problèmes géognosiques ont trouvé quelques erreurs dans les appréciations de Humboldt sur les volcans. Walther Sauer rappelle que Humboldt « ...n’a pas pu se soustraire entièrement aux suggestions qu’exerce (à son époque) la nouvelle et quelque peu fantaisiste théorie du soulèvement mécanique des volcans, soulèvement dans lequel il voit la cause de la formation de profondes failles qui s’ouvrent dans les flancs du Pichincha ».

  • 34 W. Sauer, op. cit., p. 280.

36W. Sauer, qui replace cette erreur de jugement dans son contexte, au moment de la controverse acharnée entre plutoniens et neptuniens, explique que la violence même de la dispute devait amener nécessairement les plutoniens à affirmer, en les exagérant, leurs nouvelles convictions. Ce faisant, ils ont dépassé les limites du raisonnable34.

37Ajoutons cependant aux réflexions de Walther Sauer que l’hypothèse des « cratères de soulèvement », partagée un certain temps par Humboldt, Burkart, Léopold von Buch et Élie de Beaumont, représente une étape intéressante dans l’histoire du volcanisme. Cette hypothèse, Humboldt l’a énoncée après sa très sérieuse étude du volcan de Jorullo, au Mexique, sur le chemin de Mexico à Guanajuato.

  • 35 Stevens-Middleton, op. cit., p. 81.

38« Cette étude de Humboldt a été la première réalisée sur un volcan nouveau par un savant aussi instruit », remarque Stevens-Middleton, qui ajoute que Ezequiel Ordóñez (1906), Kenneth Segerstrom (1950), Howell Williams (1950) et d’autres géologues « ne contredisent pas l’essentiel de la description et de l’interprétation que Humboldt a données du Jorullo lui-même »35.

39Il a été durement critiqué pour avoir appliqué son hypothèse du Jorullo à d’autres volcans. Le fait est que la théorie des cratères de soulèvement comme unique mode de formation des volcans n’est valable que pour quelques cas isolés. Cette hypothèse n’est pas tellement fantaisiste, comme l’écrit Walther Sauer. Le tort de Humboldt a sans doute été de l’étendre à toutes les autres formations volcaniques en généralisant un phénomène singulier.

40Il n’est pas indifférent enfin, pour mieux apprécier la valeur du travail de Humboldt dans le domaine de la vulcanologie, de rappeler l’incertitude où se trouvent les savants actuels. Cette science a fait sans doute de grands progrès, grâce aux travaux de Montessus de Ballore, E. Rothé, Maurain et J. Coulomb. Mais il n’en est pas moins vrai que si on a pu décrire et classer les divers types de volcans ou de séismes, on ne sait pas encore « ...pourquoi les montagnes se plissent et se soulèvent et tant que nous ne le saurons pas, nous ne connaîtrons pas la véritable cause fondamentale des tremblements de terre ».

  • 36 Rothé, Séismes et volcans, Paris, pp. 80 et 114.

41Il en est de même pour les volcans. « Les causes du volcanisme sont peut-être plus difficiles à saisir que celles des séismes ». Cela revient à dire que séismologie et volcanisme en sont restés au stade de l’observation phénoménologique. Comme dans bien d’autres disciplines scientifiques, on n’a pas encore atteint le but visé36.

  • 37 Les chiffres entre crochets indiquent le nombre de volcans en activité.
  • 38 Cosmos, tome V, tableau, p. 474. Dans le Cosmos, Humboldt, à. l’aide d’une très riche documentatio (...)

42Humboldt, en 1850 environ, avait recensé 407 volcans sur la surface du globe, dont 225 étaient en activité à l’époque où il publiait son Cosmos. Il en compte 56 en Amérique du Sud, dont 24 au Chili [13], 14 au Pérou et en Bolivie [3] et 18 à Quito et dans la Nouvelle Grenade [10] ; 29 en Amérique Centrale [18], 6 au Mexique [4], 24 dans la partie Nord-Ouest de l’Amérique [5], 5 aux Antilles [3], soit 120 pour toute l’Amérique, dont 56 sont en activité37. Ces chiffres sont intéressants, car ils constituent les premières données scientifiques sérieuses sur la fréquence de l’activité volcanique du globe38. En 1939, on comptait 443 volcans en activité. Cela ne signifie pas sans doute qu’il y a davantage de volcans aujourd’hui qu’en 1850. Ces quelques chiffres prouvent amplement l’intérêt que Humboldt a porté aux phénomènes volcaniques. Là encore, Humboldt peut être considéré comme un grand précurseur.

Géographie générale et géographie régionale de l’Amérique

  • 39 P. Denis, Géographie Universelle, l’Amérique du Sud, tome XV, I, première partie, p. 7.

43Les géographes actuels estiment que Humboldt est le premier voyageur européen des temps modernes qui a essayé de « ...grouper en un tableau synthétique les caractères physiques généraux de l’Amérique méridionale »39.

  • 40 Tableaux de la Nature, op. cit. Steppes et déserts, chap. iii, pp. 65-88.

44Il consacre plusieurs paragraphes de sa Relation Historique, un important chapitre de ses Tableaux de la Nature et la quasi totalité du tome IV du Cosmos à la description du formidable système de montagnes qui longe les côtes occidentales des deux parties du Continent américain. En s’aidant des travaux du Major Long et de Edwin James, il considère les Montagnes Rocheuses et les Sierras du Mexique, ainsi que les Cordillères des Andes, comme une seule et même chaîne qui assure l’unité naturelle des deux Amériques40.

  • 41 Stevens-Middleton, op. cit., p. 98. L’auteur rappelle : « Si de telles observations de Humboldt se (...)

45Il suppose, comme le rappelle Stevens-Middleton « ...une connexion continue dans les Cordillères du Nouveau-Monde, qu’il appelle parfois Andes, en se référant aux deux Amériques, et en donnant ainsi naissance à une tradition qui prévaut encore aujourd’hui dans la littérature géographique allemande »41.

  • 42 Tableaux de la Nature, p. 86.

46Cette chaîne s’étend « ...depuis la Terre de Feu... jusqu’à l’Océan Glacial Arctique » sur « ...une étendue d’environ 1 500 myriamètres » ; les Cordillères qui la forment, situées « ...au dessus d’une crevasse qui divise d’un pôle à l’autre la moitié de notre planète,...dépassent en grandeur l’espace qui, dans l’ancien continent, sépare les colonnes d’Hercule du cap glacé de Tchouktchi, situé à l’extrêmité nord-est de l’Asie. Les Cordillères sont ainsi, non pas la plus haute, mais la plus longue de toutes les chaînes de montagnes »42.

47Humboldt, fidèle à sa méthode de géographie comparée, présente les structures géologiques du Continent américain suivant un schéma parfaitement adapté au sujet décrit. Alors que dans l’Ancien Continent, la disposition du relief est dans la direction est-ouest, dans le Nouveau, les zones suivent des directions méridiennes. Humboldt établit des parallèles fort intéressants entre les deux parties du Nouveau-Continent. Il constate d’abord l’existence d’une activité volcanique intense en divers points des « Cordillères » nord-américaines, qu’il rapproche de l’activité volcanique dont il a vu des signes impressionnants entre Santa Fé et Lima. Grâce aux témoignages des géographes nord-américains, et notamment de Frémont, il constate que « ...la chaîne de Californie offre seule encore des volcans enflammés. On voit presque incessamment sortir de la fumée des pics de Régnier et de Saint-Helens, et le 23 décembre 1843, le dernier de ces volcans rejeta un tel amas de cendres, que les rives du Rio Colombia semblaient couvertes de neige à une distance de dix milles ».

  • 43 Tableaux de la Nature, op. cit., p. 78.

48Le mont Élie et le Mont du beau Temps, « ...vers l’extrémité septentrionale de l’Amérique russe... sont considérés comme des volcans encore en activité »43.

  • 44 Ib., p. 86.

49Dans les deux Continents, les éruptions volcaniques les plus fortes se produisent souvent dans les chaînons les plus proches de la mer, lorsque les Cordillères se divisent « ...en plusieurs chaînons parallèles »44. Il compare aussi la région du Grand Bassin nord-américain, entre les Montagnes Rocheuses et la chaîne côtière de Californie, à la vallée du lac de Titicaca.

  • 45 Il baptise les hautes plaines encadrées par les Montagnes Rocheuses : llanos. Il appelle également (...)

50Les mêmes ressemblances entre les deux parties du Continent américain se retrouvent dans la disposition des grandes plaines. Les plaines de l’Orénoque, de l’Amazone et du Paraná rappellent celle du Mississipi45. Dans l’Amérique du Sud, l’existence de trois chaînes transversales détachées de la Cordillère des Andes ne rompt pas la continuité de ces énormes étendues plates.

51Humboldt consacre de longs passages à la description de ces structures. Il distingue tout d’abord la Cordillère du littoral « ...dont la plus haute cime est la silla de Caracas, et qui se lie par le Paramo de las Rosas au Nevado de Merida et aux Andes de la Nouvelle-Grenade » ; en second lieu, un groupe de montagnes, « ...moins élevé, mais beaucoup plus large... » qui « ...s’étend, entre les parallèles de 3° et de 7°, des bouches du Guaviare et du Meta aux sources de l’Orénoque, du Marony et de l’Esquibo [Esequibo] vers la Guyane hollandaise et françoise », et que Humboldt appelle la Cordillère de la Parime, ou des grandes cataractes de l’Orénoque. Humboldt la présente, non comme une chaîne continue, mais plutôt comme « ...un amas de montagnes granitiques qui sont séparées par de petites plaines, sans être partout disposées par rangées » ; une troisième chaîne, enfin « ...réunit, sous les 16° et 18° de latitude méridionale... les Andes du Pérou aux montagnes du Brésil » : c’est la Cordillère de Chiquitos.

  • 46 Cette description très précise se trouve dans la Relation historique, tome VI, livre VI, chap. xvi (...)

52Ces trois systèmes montagneux, tous dirigés vers l’est, des Andes jusqu’aux Guyanes, jusqu’à la côte brésilienne entre Bahía y Rio, et jusqu’aux Campos dos Parecis, sont séparés par les plaines de Caracas, ou llanos du bas Orénoque, les plaines de l’Amazone et du Rio Negro et les plaines de Buenos Aires ou de la Plata. Humboldt n’emploie pas le nom de vallées ; il a remarqué en effet que l’Orénoque et l’Amazone n’ont pas creusé dans ces régions un véritable lit. Mais il précise que l’appellation de plaines ne peut vraiment s’appliquer qu’à celles qui sont aux extrêmités de l’Amérique méridionale, c’est-à-dire aux llanos du Vénézuela et aux pampas argentines. Le bassin de l’Amazone « ...qui reçoit toute l’année les pluies équatoriales, est presque en entier une vaste forêt dans laquelle on ne connoît d’autre chemin que les rivières ». Aussi appelle-t-on cette partie : bosques ou selvas de l’Amazone. Cette forêt, qui occupe les plaines de l’Amazone, du Madeira et du Rio Negro, n’a pas de limites aussi nettes que les llanos ou les pampas, et elle couronne aussi des chaînes de montagnes relativement élevées, notamment le massif guyanais, que Humboldt appelle la sierra de la Parime, et la Cordillère des Chiquitos, entre Cochabamba et Santa Cruz de la Sierra, « ...où les sommets sont couverts de neige ». Cette région amazonienne est, selon ses estimations, « ...six fois plus grande que la France »46.

  • 47 P. Denis, op. cit., p. 8.
  • 48 « Bien que le nom de Cordillère de Parima qu’il lui attribue soit singulièrement choisi, Humboldt (...)

53Ainsi, Humboldt a réussi à présenter les grands traits de la structure du Continent américain, en insistant sur la continuité qui existe entre les trois grandes zones qui le divisent dans le sens longitudinal, et en faisant remarquer que les llanos du Venezuela et la plaine amazonienne se rejoignent sur le Vichada et le Meta. Le reproche que lui font les géographes actuels, c’est de « ...n’avoir pas saisi l’unité géographique, la cohésion et l’étendue du plateau des Guyanes et du Brésil »47. Il est vrai que notre voyageur n’a visité ni la partie orientale des Guyanes ni le Brésil. C’est pourquoi sans doute il n’a pu décrire ces régions avec toute la précision qu’on aurait pu attendre. Cependant, il avait déjà identifié le massif guyanais, au sud et à l’est du cours moyen de l’Orénoque, comme un ensemble géologique très ancien, formé surtout de roches primaires48.

  • 49 Tableaux de la Nature, op, cit. Steppes et déserts, chap. ii, pp. 58-59,
  • 50 E.W. Shanahan, America del Sur, Geografia económica y regional, con un capítulo histórico, Edicion (...)

54On relèvera enfin une autre observation fort intéressante sur l’origine géologique des îles de la mer des Antilles. Il suppose que les courants marins d’est en ouest ont creusé la mer des Antilles en formant le golfe du Mexique. Cette hypothèse est hasardeuse. Mais ce qui doit surtout retenir notre attention, c’est que, du point de vue orogénique, Humboldt place les différentes îles qui forment l’arc des Caraïbes dans le système andin sud-américain. Il considère que toutes les terres émergées de la mer des Caraïbes font partie des Andes du Pérou, auxquelles elles sont reliées par la chaîne côtière du Venezuela49. Reportons nous à une carte géologique actuelle. On voit clairement que l’ancienne chaîne des Andes peut être reconstituée en traçant une ligne qui relie les petites et les grandes Antilles. La courbe ainsi formée abandonne la Terre-Ferme actuelle à l’ouest de Maracaibo, suit, vers l’est, le long de la côte septentrionale du Venezuela, la rangée des îles sous le Vent, s’incurve vers le nord-ouest le long des îles du Vent, pour se diviser ensuite en deux rameaux, dans la direction ouest et sud-ouest, le long des Grandes Antilles50.

  • 51 Max Sorre, Mexique, Amérique Centrale, Géographie Universelle, tome XIV, p. 5. Rappelons que Humbo (...)

55Les considérations géographiques de Humboldt sur la genèse et les structures du relief américain présentent donc un intérêt considérable, même si certaines de ses hypothèses paraissent aujourd’hui dépassées, en vertu des progrès accomplis par les sciences géographiques. Les théories les plus récentes reprennent l’hypothèse humboldtienne qui raccorde l’arc des Petites et des Grandes Antilles à la Cordillère andine par l’intermédiaire de la chaîne littorale vénézuélienne. Cette conception, que M. Max Sorre attribue à Ed. Suess, ruinerait, selon le géographe français, « ...la vieille idée d’une continuité structurale entre les deux Amériques par les isthmes »51, qui était en vigueur jusqu’à présent. Dès lors, on peut se demander s’il n’y a pas chez Humboldt une certaine contradiction : comment concilier la connexion continue qu’il suppose dans les chaînes de montagnes situées à l’Ouest des deux Amériques, et son hypothèse de l’unité orogénique des Andes et de l’arc des Antilles ? On voit dans ces apparentes oppositions la meilleure leçon que l’on puisse tirer des recherches de Humboldt. En aucun cas, notre savant ne prétend avoir découvert une explication définitive. Ces descriptions géographiques se fondent sur l’examen objectif de faits géologiques dûment constatés et sur des suppositions raisonnables. Elles portent en elles le germe des études et des hypothèses que feront ultérieurement ses successeurs. Humboldt a donc bien marqué les ressemblances géologiques entre Nord et Sud-Amérique ; mais il ne se prononce pas sur la question de savoir si la continuité structurale se fait par les isthmes. Ces problèmes aujourd’hui encore sont loin d’être résolus, puisqu’ils suscitent des contestations.

56En dépit des lacunes que nous croyons avoir signalées, le tableau humboldtien des structures générales de l’Amérique ne laisse pas d’être impressionnant.

  • 52 Stevens-Middleton, op.cit.
    C’est ainsi que, du point de vue physiographique, le géographe nord-amér (...)

57Humboldt a été le pionnier de l’école géographique américaniste moderne, aussi bien dans le domaine de la géographie générale que dans celui de la géographie régionale. Pour ce qui est du Mexique, Stevens-Middleton démontre, après une analyse très sérieuse des divers apports de Humboldt : cartographie, géologie, climatologie, biogéographie et géographie humaine, que l’Essai Politique sur le Royaume de la Nouvelle-Espagne est un prototype de géographie régionale52. Le géographe nord-américain compare le plan suivi par Humboldt dans la rédaction de son Essai Politique, avec celui qu’a adopté L. Dudley Stamp dans l’un de ses livres les plus récents, publié en 1953. « Les régions et les problèmes sont différents, mais l’organisation adoptée dans l’œuvre de Humboldt et dans celle de Stamp est essentiellement semblable ».

  • 53 Stevens-Middleton, op. cit., chap. ix, pp. 234-237, il s’agit du livre de L. Dudley Stamp, Africa, (...)

58Les buts et les objectifs que se proposait Humboldt, l’exactitude des données qu’il fournit, la portée et le contenu de l’œuvre, le caractère total des descriptions, où sont rassemblés des éléments hétérogènes en apparence « ...mais coexistants et mutuellement dépendants dans la réalité », tout cela donne à son ouvrage sur le Mexique une valeur d’exemple. Et le fait que le Président de l’Union Géographique Internationale ait repris, dans son ensemble, cent cinquante ans plus tard, les grandes lignes du plan de Humboldt, est la preuve la plus éloquente de l’importance primordiale de ce dernier dans l’histoire de la géographie moderne53.

  • 54 Erich Otremba, Die Llanos des Orinoco und des Apure in der Landschafts und Reisebeschreibung Ale (...)
  • 55 Al. von Humboldt, Eine Auswahl, op. cit., IVe partie, Amerikanische Reise, pp. 113-114.

59Parmi les innombrables descriptions de géographie régionale laissées par notre auteur, on peut citer, outre celles qui concernent le Mexique, son étude orographique du bassin de l’Orénoque, ou son travail si intéressant sur les llanos du Venezuela. Ce dernier a attiré récemment l’attention du géographe allemand Erich Otremba. Le tableau humboldtien des llanos figure dans la Relation historique du voyage. Il est intéressant à étudier à plusieurs titres. Tout d’abord, parce qu’il présente de la région des llanos une image tout à fait différente de celle qu’il nous est donné de voir aujourd’hui. Alors que Humboldt décrit ces llanos comme de véritables steppes très sèches et dépourvues d’arbres, les plus récentes observations font état d’une savane humide riche en arbres, ainsi que d’une extension considérable de la forêt tropicale, qui envahit peu à peu ces plaines. Dans la carte que E. Otremba a dessinée en s’aidant des observations de Humboldt, on peut voir quel était le caractère des llanos au début du xixe siècle54. Ainsi, E. Otremba, en se fondant sur la description de Humboldt, a expliqué les raisons pour lesquelles une telle modification du milieu géographique des llanos a pu avoir lieu dans un laps de temps relativement court. Il en attribue la cause principale au développement du pâturage dans les parties les plus humides des savanes ; l’exploitation excessive du sol pour la pâture des troupeaux a provoqué par la suite un recul des zones pastorales au profit de la forêt55.

60On verra plus loin, à propos des observations faites par Humboldt dans les divers domaines des sciences géographiques, de nombreux autres exemples qui permettent de le considérer comme le précurseur et le fondateur de la géographie régionale.

La cartographie

61Humboldt a fait accomplir à la cartographie américaine un bond considérable. Une grande partie de son travail a consisté à rectifier les cartes des voyageurs qui l’avaient précédé.

  • 56 Ile de Cuba, op. cittome I, 40 pages, p. VII-XLVI.
  • 57 Essai Politique sur la Nouvelle-Espagne, op. cil., tome I, 180 pages, pp. 4-183.

62L’Essai Politique sur l’Ile de Cuba, comme celui sur la Nouvelle Espagne, comportent des introductions cartographiques très détaillées. C’est l’Analyse raisonnée de l’Ile de Cuba56, et l'Analyse raisonnée de l’Atlas de la Nouvelle Espagne57, où Humboldt commente les cartes publiées dans l’œuvre monumentale. Dans la Relation Historique, on peut lire aussi de longues études sur la position exacte de plusieurs points importants du Continent américain, notamment des détails précis sur le tracé cartographique de quelques fractions du cours de l’Orénoque, et surtout de la jonction de ce fleuve et du Rio Negro par le Casiquiare.

  • 58 Atlas Pittoresque du Voyage, connu surtout sous le titre de Vues des Cordillères et monumens des p (...)
  • 59 Atlas géographique et physique du Nouveau Continent, etc... op. cit., dans l’introduction à la bib (...)
  • 60 Atlas géographique et physique du royaume de la Nouvelle-Espagne, ibidem, il forme le volume XIX d (...)

63Karl Bruhns et Amando Melón ont donné une bonne description de l’œuvre cartographique de Humboldt. Amando Melôn a pris soin de distinguer, dans les Atlas humboldtiens, deux parties bien différentes : l’Atlas Pittoresque, qui accompagne les Vues des Cordillères... (1810)58. et 1’Atlas géographique et physique du Nouveau Continent... (1814)59 ainsi que l’Atlas géographique et physique du Royaume de la Nouvelle Espagne (1811)60.

  • 61 Voir supra, page 412.

64L’Atlas Pittoresque, qui rassemble 69 planches, offre des reproductions de pièces archéologiques de l’art précolombien et des vues de paysages ou de sites pittoresques du Nouveau Monde61 ; il ne doit pas nous retenir ici. Nous le commentons dans une autre partie de ce travail. On s’intéressera donc uniquement aux deux autres Atlas, c’est-à-dire à la partie proprement géographique et cartographique.

  • 62 Les cartes générales figurant dans le volume XVII, op. cit., sont ceUes de la Colombie (no 22) et (...)

65Les 40 planches de l'Allas géographique et physique du Nouveau Continent, publié comme annexe de la Relation historique du voyage, (Volume XVII de l’édition monumentale), et les 20 planches de l'Atlas géographique et physique de la Nouvelle-Espagne (Volume XIX de l’édition monumentle), font apparaître la diversité des techniques d’exposition graphique employées. On y trouve des cartes générales62, des cartes réduites de certaines régions, des profils et des tableaux physiques, des plans de villes ou de ports (Vera Cruz, Acapulco, La Havane, Tampico), des esquisses hypsométriques, etc... Il y a aussi des cartes itinéraires, notamment celle de la route entre México et Santa Fé de Bogota, des vues de quelques volcans mexicains, des tableaux statistiques, où l’auteur consigne les résultats de ses calculs sur le produit des mines américaines, la production mexicaine d’or et d’argent, et les pourcentages de la production argentifère dans les divers pays du monde.

La géographie du Venezuela et du Mexique

  • 63 Allas géographique et physique du Nouveau Continent... op. cit., vol. XVII. Les huit cartes sont l (...)
  • 64 Volkmar Vareschi, Die Gabelteilung des Orinoco, Hydrographische und ōkologische Beobachtungen der (...)
  • 65 Voir Volkmar Vareschi, Geschichitslose Ufer, Auf den Spuren Humboldts am Orinoko, Brockhaus, Munic (...)

66Humboldt consacre une part importante de son Atlas géographique et physique à l’histoire de la géographie de l’Orénoque et de ses affluents. Les cartes destinées à illustrer les chapitres vingt-trois et vingt-quatre de la Relation historique, sont très nombreuses, (huit cartes, du no 14 au no 21 du tome XVII) ; elles sont accompagnées de cartons qui reproduisent les diverses étapes de la cartographie de l’Orénoque et de la région de l'El Dorado. C’est la première fois que la géographie de cette partie du Venezuela et des Guyanes est représentée graphiquement avec autant de précision63. Le Professeur Docteur Volkmar Vareschi, qui a dirigé en 1958 l’expédition commémorative du voyage de Humboldt au Venezuela, sur les traces du savant allemand, a dressé une carte définitive de la bifurcation du Casiquiare, tout en rectifiant les positions relevées par Humboldt en 180064. Il a donc fallu attendre 158 ans pour avoir une vue plus précise d’un phénomène hydrographique assez remarquable. M. Volkman Vareschi, dans un ouvrage consacré à son expédition, conclut que Humboldt a découvert le secret de la bifurcation de l’Orénoque. Elle se produit avant le confluent du Casiquiare, dans le lit même de l’Orénoque. Il faut dire ici que Humboldt n’a pas, comme on le prétend souvent, découvert cette bifurcation. Il indique lui-même qu’elle était connue bien avant son voyage, puisque le Père Roman, en 1744, avait déjà prouvé son existence. Mais en 1798, Buache la niait et il écrivait même : « La liaison entre l’Orénoque et le fleuve des Amazones est une monstruosité géographique qui a été annoncée partout sans aucun fondement »65.

67Humboldt a donc apporté la clarté dans cette controverse, en permettant une meilleure connaissance du cours moyen et supérieur de l’Orénoque.

  • 66 Stevens-Middleton, op. cit., p. 62. L’auteur souligne que Humboldt n’a pas marqué sur sa carte les (...)

68Pour le Mexique, Stevens-Middleton a reproduit la carte où Humboldt rectifie un certain nombre de fausses observations faites avant son voyage par Alzate, Bonne, D’Anville, Jean Covens, Arrowsmith, l’abbé Chappe, Harris, etc66...

La carte de Juan de La Cosa

  • 67 Cette carte est dessinée sur un parchemin de 1,83 sur 0,96 m. Elle porte la mention : Juan de la C (...)

69Il faut également signaler la très importante trouvaille de Humboldt. C’est la carte la plus ancienne de l’Amérique, celle de Juan de la Cosa de l’an 1500. Humboldt la publie pour la première fois dans son Atlas Géographique et physique du Nouveau Continent, (vol. XVII de l’édition monumentale, planche 33). Humboldt avait découvert cette carte très précieuse dans la bibliothèque du ministre plénipotentiaire de Hollande à Paris, le baron de Walckenaer67.

Waldseemüller et l'Amérique

  • 68 Voir : Amando Melón, Alejandro de Humboldt, vida y obra, op. cit., pp. 264-265-266. L’auteur repre (...)
  • 69 Humboldt n’a pas eu sous les yeux l’édition princeps de cette cosmographie. Celle-ci est divisée e (...)

70Pour conclure, rappelons que Humboldt est le premier historien qui ait étudié avec beaucoup de minutie les problèmes relatifs aux premières cartes d’Amérique éditées par le Collège Vosgien de Saint-Dié. Sous le pseudonyme de Martin Hylacomylus, il a reconnu Martin Waldseemüller. C’est lui qui a attribué à Waldseemüller le mérite d’avoir donné le nom d’Amérique au Nouveau-Continent. Cette opinion a prévalu dans les milieux américanistes jusqu’au moment où on a découvert, à la fin du xixe siècle, un globe et une mappemonde dont Humboldt ignorait l’existence68. A partir de ces documents nouveaux Laubenberg a démontré que ce n’est pas Waldseemüller, mais son collaborateur Philesius ou Mathias Ringmann, qui a rédigé la Cosmographiae Introductio, attribuée à tort au premier de ces cartographes69.

Climatologie et météorologie

71Les observations climatologiques et météorologiques de Humboldt en Amérique sont d’une importance capitale ; elles servent de fondement à la climatologie et à la météorologie actuelles. Le savant allemand a effectué, comme on l’a déjà noté plus haut, une infinité d’observations thermo métriques et barométriques partout où il est passé, en Amérique, en Europe et en Asie. En réunissant ces données et en les comparant avec des observations d’autres savants, il imagine un système encore en vigueur aujourd’hui ; il a eu l’idée, en s’inspirant de la trouvaille de Halley, qui, en 1701, avait déjà préconisé la représentation graphique des variations de l’intensité magnétique, de relier :

  • 70 On trouvera un historique des sciences météorologiques et climatologiques jusqu’à Humboldt dans : (...)

« ...les uns aux autres, par un système de lignes, tous les points où les températures moyennes de l’année, de l’été et de l’hiver, ont été déterminées avec exactitude »70.

  • 71 Cosmos, op. cit., tome I, p. 377.

72En 1817, dans son Essai intitulé : Des lignes isothermes et de la distribution de la chaleur sur le globe, il propose son système des lignes isothermes, isothères et isochimènes. On savait déjà que la chaleur n’est pas uniformément répandue sur la surface du globe, c’est-à-dire que, sous une même latitude, les températures présentaient des variations remarquables, restées jusqu’alors inexpliquées, ou insuffisamment éclairées71. Les recherches climatologiques et météorologiques de Humboldt sont étroitement liées à l’intérêt qu’il portait à la botanique et surtout à la géographie des plantes. Humboldt se félicite, au moment où il écrit son Cosmos, d’avoir visité l’Amérique et surtout la zone tropicale.

  • 72 Cosmos, op. cit., tome I, p. 419.

« Je compte au nombre des circonstances les plus heureuses de ma vie, qu’à l’époque où mes vues étaient spécialement tournées vers la botanique, mes recherches aient pu embrasser en même temps les éléments essentiels d’une nouvelle science, et qu’elles aient été si puissamment favorisées par l’aspect d’une nature grandiose où tous les contrastes climatologiques se trouvent réunis »72.

73Il réaffirme ici que son voyage en Amérique a représenté une étape décisive pour le développement de la science géographique dans les domaines si importants de la climatologie et de la météorologie.

  • 73 H.W. Dove, Meleorologie, dans Karl Bruhns, op. cit., tome III, pp. 90-101.
  • 74 Hans Günther-Körber, Über Al. von Humboldts Arbeiten zur Meteorologie und Klimatologie, dans Alexa (...)
  • 75 Karl Schneider-Carius, op. cit.
  • 76 Carl Troll, La mision científica de Al. de Humboldt, op. cit.

74On ne reproduira pas intégralement les conclusions que les spécialistes actuels tirent des travaux de Humboldt ; leur aspect très « technique » risquerait de rebuter le lecteur. H.W. Dove73, Hans-Günther Körber74, Karl Schneider-Carius75, et Cari Troll76 ont déjà étudié, avec force détails, les contributions essentielles de Humboldt à ces sciences.

75On se bornera à les énumérer, tout en insistant sur les résultats obtenus par Humboldt dans l’étude du climat et des phénomènes météorologiques propres à l’Amérique. Humboldt, tout d’abord, a élaboré une définition du climat qui sert encore aujourd’hui de fondement à la science climatologique :

  • 77 Cosmos, op. cit., tome I, pp. 377-378.

« L’expression de climat, écrit-il, dans le Cosmos, prise dans son acception la plus générale, sert à désigner l’ensemble des variations atmosphériques qui affectent nos organes d’une manière sensible : la température, l’humidité, les changements de la pression barométrique, le calme de l’atmosphère, les vents, la tension plus ou moins forte de l’électricité atmosphérique, la pureté de l’air ou la présence de miasmes plus ou moins délétères, enfin le degré ordinaire de transparence et de sérénité du ciel. Cette dernière donnée n’influe pas seulement sur les effets du rayonnement calorique du sol, sur le développement organique des végétaux et la maturation des fruits, mais encore sur le moral de l’homme et l’harmonie de ses facultés »77.

  • 78 H. Günther-Körber, op. cit., p. 296.

76Körber remarque que cette définition très générale du climat, en dépit de sa grande valeur, a subi un certain nombre de modifications, dans le cours du temps, en vertu de la spécialisation scientifique qu’a amenée le développement de la science climatologique et météorologique, Les spécialistes, après Humboldt, ont introduit des notions nouvelles fondées, « ...soit sur des points de vue de mathématiques statistiques, soit d’après des données de la climatologie dynamique (T. Bergeron) ou bien de la climatologie des saisons (H. Flohn) ». On n’insistera pas sur ces développements ultérieurs, car ils nous mèneraient sans doute hors de notre champ d’investigation78.

77Le premier problème résolu par Humboldt après son voyage est celui que posait aux observateurs de l’époque la conclusion précipitée qu’ils tiraient de la différence de climats entre l’Amérique du Nord et l’Ancien Monde. On croyait en effet, sur la foi de récits des premiers colons anglais, que l’Amérique du Nord était plus froide, dans son ensemble, que l’Europe. Humboldt vérifie cette assertion et découvre une différence notable de température entre côtes occidentales et côtes orientales de l’Ancien et du Nouveau Monde, conclusion qui nuance notablement les premières constatations faites par les habitants de l’Amérique.

  • 79 Cosmos, op. cit., tome I, p. 379.

« En comparant... Nain, sur la côte du Labrador, avec Gothenbourg, Halifax avec Bordeaux, New-York avec Naples, San-Augustin, en Floride, avec le Caire, on trouve que, par les mêmes latitudes, les différences entre les températures moyennes de l’année de l’Amérique orientale et celles de l’Europe occidentale sont, en allant du nord au sud : 11° 5, 7° 7, 3° 8, et presque 0°. Le décroissement progressif de ces différences, dans une série qui comprend 28° de latitude, est frappant. Plus loin, vers le sud, sous les tropiques mêmes, les lignes isothermes sont partout parallèles à l’équateur »79.

78De même, les côtes occidentales de l’Amérique du Nord jouissent d’un climat identique à celui des côtes occidentales de l’Europe, sous les mêmes latitudes.

  • 80 Voir les paragraphes que nous consacrons au Courant de Humboldt, pp. 675-579.

79Mais Humboldt ne s’en tient pas à ces observations. Il étudie dans les deux Amériques la proportion respective des terres émergées et des Océans, la présence de chaînes de montagnes proches des côtes occidentales, les courants, notamment le courant qui porte son nom et refroidit sensiblement le climat du Pérou80, la configuration des contours côtiers, l’effet des marécages, la présence des forêts, qui « ...par leur ombre, parleur rayonnement, par leur évaporation » contribuent à modifier le climat, l’état du ciel, plus ou moins nébuleux ou plus ou moins clair, etc...

80C’est en tenant compte de tous ces facteurs que Humboldt constate :

  • 81 Tableaux de la Nature, op. cit., Steppes et déserts, chap. un, Observations thermométriques sur l’ (...)

« Le Chili, Buenos-Ayres, la partie méridionale du Brésil et du Pérou jouissent véritablement du climat des îles, grâce au peu de largeur du continent qui va se rétrecissant vers le sud ; les hivers y sont doux, les étés frais. Cet avantage de l’hémisphère austral se fait sentir jusqu’à 48° et 50° de latitude méridionale »81.

81L’extrémité méridionale du Continent américain entre le 53e et le 54e degré de latitude sud, connaît des températures plus basses que celles de la capitale de la Prusse.

  • 82 Stevens-Middleton, op. cit., p. 115.
  • 83 Carlos A. Garda Méndez, Humboldt, el mar del Perú y la meterología del Perú, Revista del Institulo (...)

82Humboldt s’intéresse aussi aux phénomènes microclimatiques, qu’il nomme climats locaux. Ceux-ci sont déterminés par la présence de chaînes de montagnes qui, entourant un bassin ou une vallée très encaissés, modifient localement le tableau du climat général de la région, ou bien par des phénomènes restreints de réverbération, comme c’est le cas pour Acapulco, les dunes de Vera Cruz, les problèmes de radiation de la chaleur dans la vallée de Chilpancingo ou de l’insolation des sols de sables noirs de la région du Jorullo82. On pourrait y ajouter les observations qu’il a faites au Callao, au mois d’octobre et de novembre 1802 sur la relation qui semble exister « ...entre l’agitation de la mer et la diminution des températures maritimes ». Ce phénomène a attiré l’attention de Carlos A. Garda Méndez, qui a étudié, en septembre 1940, cette particularité microclimatique, en se fondant sur les travaux de Humboldt83.

83Enfin, Humboldt a remarqué que les montagnes présentent également des variations remarquables de température. Si, à une hauteur donnée, on peut parler d’un climat général, la montagne peut avoir aussi des climats particuliers, en vertu de la densité plus ou moins grande du tapis végétal, de la radiation des hauts plateaux, de la sécheresse plus ou moins grande du sol, etc... D’où une influence très grande des formes du relief sur la température. Ce qui conduit Humboldt à concevoir l’idée de climat local (climat des hauts plateaux, climat de versants), qui représente une trouvaille fondamentale dans les sciences météorologiques et géographiques.

84L’étude de la répartition verticale des températures moyennes, que Humboldt a menée à propos de ses investigations sur la géographie des plantes en Amérique, sera examinée dans le chapitre consacré à la phytogéographie. Il faut enfin mentionner, parmi les observations de Humboldt sur le climat américain, ses explications sur les saisons dans la zone des tropiques, à propos de l’alternance de la saison sèche et de la saison humide. En 1818, il présente à l’Académie des Sciences de Paris un travail intitulé : « De l'influence de la déclinaison du soleil sur le commencement des pluies équatorielles ». Il remarque, parmi les causes de ces pluies, que

« ...dans la zone Nord-équatoriale la saison des pluies est accompagnée du passage du soleil au zénith, de la cessation du vent du Nord-est (vent-alisé du Nord-est) de l’apparition de calmes plats fréquents et du début de rafales de vents venant du Sud-ouest (Bendavales), de modifications dans la visibilité atmosphérique et dans l’état électrique de l’air ».

  • 84 Körber, op. cit., p. 321. L’auteur reproduit le mot « Bendaval » tel que Humboldt l’a transcrit, s (...)

85Humboldt considère la fin des vents alisés du Nord-est « ...comme la cause principale des pluies tropicales »84.

86Körber souligne la valeur de ces résultats. C’est la première fois en effet qu’un savant rassemble dans une même explication des phénomènes observés sans doute avant lui, mais qui n’avaient pas été saisis dans leur totale interdépendance.

  • 85 Carl Troll, Die tropischen Gebirge, Ihre dreidimensionale Klimatische und pflanzengeographische Zo (...)

87Comme l’a signalé Carl Troll, Humboldt a également rapporté de son voyage une théorie très intéressante sur les limites des neiges85. Au Mexique, il a tout d’abord remarqué que la limite des neiges éternelles était située deux cents mètres plus bas que sous l’Équateur. Mais, tandis que dans les Andes, entre l’Équateur et le 4° degré de latitude, il ne neige pas au dessous de 4 000 mètres, on constate des chutes de neige à Mexico (2 300 m) et à Valladolid de Michoacán (auj, Morelia), qui est seulement à 1 870 mètres d’altitude. C’est pourquoi Humboldt distingue trois sortes de limites de neige : une limite des neiges éternelles, une limite des neiges annuelles et une limite des chutes de neige sporadiques.

88Pour conclure, signalons enfin l’influence exercée par Humboldt sur la création et le développement d’observations météorologiques, création qu’il avait déjà proposée en 1792. Il a pris part à l’organisation du « Gottinger magnetischer Verein » (Union magnétique de Goettingue), créée par C. Fr. Gauss et W. Weber. Le réseau de stations géomagnétiques devait être également utilisé pour des mesures thermométriques et barométriques. En 1847, Humboldt a fait fonder l’Institut Météorologique de Prusse. C’est dire que son intérêt pour l’étude du climat n’a faibli à aucun moment de son activité scientifique et que le voyage en Amérique a occupé une place de choix dans ses travaux météorologiques et climatologiques.

La géographie des plantes et la botanique

89Humboldt est assurément le premier voyageur européen des temps modernes qui ait eu la chance de voir en un laps de temps relativement court un aussi grand nombre de paysages naturels. Si l’on jette un coup d’œil sur une carte des formations végétales de l’Amérique, on constate que le voyageur allemand a pu observer et étudier les formations végétales suivantes :

  1. la forêt tropicale de plaine, avec ses caoutchoucs de balata et d’hévéa, dans le delta de l’Orénoque, sur le Casiquiare et le Rio Negro, au Venezuela ; dans la région de Jaén de Bracamoros et de Rentema, sur l’Amazone, au Pérou ; et dans celle de Vera Cruz, sur la côte orientale du Mexique.
  2. la forêt tropicale de versants, qui a présenté pour lui un grand intérêt. Cette formation végétale, à une altitude assez élevée, lui a permis de dégager un certain nombre de données sur les relations entre altitude et latitude. Ce type de formation s’étend de la région du lac de Maracaibo à Quito et à Lima. Elle suit la Cordillère andine d’abord sur ses deux versants, puis, à partir du 10° degré de latitude sud et à 75° environ de longitude ouest, uniquement sur le versant oriental, jusqu’en bordure du Chaco. C’est là que Humboldt a pu voir les forêts de quinquina, dont l’exploitation est aujourd’hui abandonnée.
  3. Les campos cerrados et les prairies broussailleuses, au sud de l’Orénoque et au nord du Venezuela ; dans la région de Santa Marta et aux alentours de Cartagena de Indias.
  4. Les prairies nues : llanos de l’Orénoque et région andine.
  5. Les prairies inondables et marécageuses du delta de l’Orénoque, du confluent de l’Apure et de l’Orénoque, et celles du bassin du río Magdalena, en Colombie,
  6. La brousse xérophile de la côte du Paria et de la bordure andine, dans la région de Quito.
  7. Les hautes Andes humides (póramos), sur le chemin de Bogotá, et sur le trajet entre Bogotá et Quito.
  8. Les principaux bassins de cultures interandins.
  9. Le paysage alpin, dont il a vu au moins cinq aspects au Mexique notamment, avec des forêts de chênes, de liquidambars et de sapins du versant oriental du plateau mexicain, entre México et Vera Cruz.
  10. Le paysage du haut plateau mexicain, avec ses cactées.

90Ainsi, Humboldt a pu rapporter de son voyage un très grand nombre de souvenirs botaniques et phytogéographiques.

  • 86 Carl Troll, Die dreidimensionale Landschaftsgliederung der Erde, dans Hermann von Wissmann-Festchr (...)

91C’est grâce à l’observation de ces paysages et de ces formations végétales qu’il a pu créer, selon la définition fort heureuse de Carl Troll, la géographie tridimensionnelle86, une façon toute nouvelle d’étudier le paysage, qui tient compte de la situation, du climat et du sol.

92Dans le passage consacré à l’ascension de la Silla de Caracas, Humboldt étudie spécialement ces problèmes. Il arrive à des conclusions fort intéressantes. Les premières concernent ce qu’il appelle l’histoire des plantes. A la Silla de Caracas, il a trouvé, à partir de 1950 mètres, une végétation qui rappelle « ...ce que, dans la Cordillère des Andes, on désigne par le nom de végétation des Paramos et des Panas ».

93Si l’on retrouve des végétaux identiques dans des pays très éloignés les uns des autres, cette identité n’est pas toujours rigoureuse.

« Les hautes montagnes de l’Amérique équinoxiale ont sans doute des plantains, des valérianes, des arénaires, des renoncules, des néfliers, des chênes et des pins, qu’à leur physionomie on pourrait confondre avec ceux de l’Europe ; mais ils en sont tous spécifiquement différens ».

94Il ne croit pas possible d’expliquer la présence des mêmes plantes dans les divers continents par leur migration :

« Plus on étudie la répartition des êtres organisés sur le globe, et plus on est porté, sinon à renoncer à ces idées de migration, du moins à ne pas les considérer comme des hypothèses satisfaisantes ».

  • 87 Relation historique, tome IV, livre IV, chap. xiii, pp. 227 et suivantes.

95Il ne s’aventure pas cependant à proposer d’autres hypothèses car « ...les problèmes dont il s’agit ici sont insolubles, et le physicien a rempli sa tâche, s’il indique les lois d’après lesquelles la nature a distribué les formes végétales »87.

96Si l’on peut trouver des formations végétales identiques dans des régions du globe très éloignées les unes des autres, si l’on peut ainsi étudier la nature en classant sous diverses rubriques les paysages floristiques, on ne peut déduire de la situation géographique, du climat, de la nature du sol, quelle sera la physionomie de la végétation.

  • 88 Relation historique, tome IV, livre IV, chap. xiii, p. 236.

« On dit qu’une montagne est assez élevée pour entrer dans les limites des Rhodondendrons et des Befaria, comme on dit depuis longtemps qu’une montagne atteint la limite des neiges perpétuelles. En se servant de cette expression on suppose tacitement que, sous l’influence de certaines températures, certaines formes végétales doivent nécessairement se développer. Une telle supposition n’est pas rigoureuse dans toute sa généralité. Les pins du Mexique manquent sur les Cordillères du Pérou. La Silla de Caracas n’est pas couverte de ces chênes qui, dans la Nouvelle-Grenade, végètent à la même hauteur ».
A partir de ces observations, il conclut : « L’identité des formes indique une analogie de climats ; mais sous des climats analogues, les espèces peuvent être singulièrement diverses »88.

97Humboldt, contrairement à ce que l’on a cru trop souvent, n’est donc pas étroitement déterministe. S’il croit que le milieu joue un rôle important en biologie, il n’en fait pas un facteur impératif. C’est par là qu’il peut être considéré comme le créateur, dans les sciences géographiques et humaines, du possibilisme. On saisit la portée de telles opinions. Il a affirmé d’abord le caractère spécifique des plantes américaines. Elles appartiennent aux mêmes genres, mais sont d’espèces différentes. En second lieu, un milieu identique ne produit pas nécessairement les mêmes formes de vie. Ces notions de spécificité et de possibilisme ont ouvert de grandes perspectives à la science du xixe siècle. Elles ont permis de nuancer les affirmations catégoriques des partisans d’un étroit déterminisme aussi bien dans les sciences biologiques que dans les sciences humaines, et en particulier en histoire.

98Les autres observations ont trait aux différentes zones de végétation qu’il a dégagées en Amérique. Dans sa Géographie des Plantes (1807), il divise la flore des Andes équatoriales selon l’altitude :

  1. du niveau de la mer à mille mètres : région des palmiers et des pisang.
  2. de 1000 m à 2500 m, région de l’écorce de quinquina (Cinchona) appelée aussi zone de climat tempéré.
  3. de 2600 m à 2800 m, région des Weinmannia, et des Barnadesia.
  4. de 2800 à 3300 m, région des Magnoliaceas Wintera Granadensis.
  5. de 3300 à 4100 m, région des plantes alpines et Espeletia.
  6. de 4100 à 4600 m, région des « pajonales » (chaumes).
  7. de 4600 m jusqu’à la limite des neiges éternelles : région des lichens.
  • 89 Voir en particulier Carl Troll, Die tropischen Gebirge Ihre dreidimensionale klimalische und pfl (...)

99Dans l’étude du Royaume de la Nouvelle Espagne, c’est lui qui a utilisé pour la première fois les désignations suivantes : tierras calientes, tierras templadas et tierras frias89.

  • 90 Carl Troll, remarque que Humboldt a donné au climat du páramo et à celui de la puna les mêmes cara (...)

100En dépit de quelques erreurs relevées par Cari Troll, et notamment la confusion entre le climat du páramo et celui de la puna90, l’œuvre phytogéographique de Humboldt représente un progrès considérable dans la connaissance de la géographie des plantes du Continent américain.

101Mais sa contribution ne s’arrête pas là. Dans le domaine de la botanique et de la géographie des plantes, il crée deux critères fondamentaux. Celui de formation végétale et celui de « physiognomique » des végétaux. Pour le premier, il écrit :

« Lors même que la nature ne produit pas les mêmes espèces sous des climats analogues, soit dans les plaines sur des parallèles isothermes, soit sur des plateaux dont la température approche de celle des lieux plus voisins des pôles, on observe cependant une ressemblance frappante de port et de physionomie dans la végétation des régions les plus éloignées ».

  • 91 Cosmos, tome I, p. 417.

102Et il en dégage la notion de plantes sociales, qui sont celles qui « recouvrent uniformément de grandes étendues »91.

  • 92 Tableaux de la Nature, op. cit., p. 331.
  • 93 Tableaux de la Nature, op. cit., p. 350. Critiquant Buffon, Humboldt écrit : « Depuis que l’on exa (...)
  • 94 Relat. his., tome V, livre IV, chap. xv, pp. 89-90, note 1.

103Le second critère, c’est celui d’une « physiognomique » des végétaux. Il distingue seize types végétaux, en énumérant seulement ceux qu’il a connus pendant ses voyages dans les deux continents92. L’étude de la physionomie générale des groupements de plantes dans chaque région de la terre permet de définir les caractères du paysage. Humboldt ne rejette pas les divisions que le botaniste établit lorsqu’il dispose les végétaux en groupes séparés. Ce dernier se fonde sur « ...les organes à peine visibles de la reproduction, les enveloppes florales ou les fruits »93. Ce n’est pas ce qui l’intéresse au premier chef. C’est au contraire l’impression générale que donne le paysage végétal et qui confère un cachet particulier à chaque contrée. La description géographique ne doit pas se borner aux études purement géologiques, géognosiques, orographiques ou tectoniques. Elle doit aussi tenir compte en premier lieu du paysage. Humboldt lui-même emploie cette méthode. Il commence, comme c’est le cas pour sa description des llanos du Venezuela, à recenser les divers éléments du paysage, et notamment la couverture végétale, pour passer ensuite à l’étude approfondie de l’infrastructure géologique. Si, dans les ouvrages de botanique publiés après son voyage, il a rangé les plantes par familles naturelles, dans sa Relation historique, en revanche, il rapproche « ce qui appartient au même lieu, non pour donner une Flore mais pour que le lecteur botaniste puisse saisir la physionomie du pays, l’aspect de la végétation »94.

  • 95 Tableaux de la Nature, op. cit., chap. ix, livre IV, pp. 459 et suivantes. Une certaine confusion (...)

104On ne saurait conclure ce paragraphe sans rappeler les beaux résultats obtenus dans le domaine botanique, grâce à la collaboration d’Aimé Bonpland et de C.S. Kunth. Les nombreux volumes publiés dans l’édition monumentale du voyage reproduisent la plus grande partie des 5 800 espèces recueillies en Amérique par Humboldt et Bonpland, parmi lesquelles 3 600 étaient inconnues jusqu’alors. Dans un chapitre des Tableaux de la Nature, où il essaie d’évaluer le nombre des plantes connues, il rappelle qu’en 1820 les herbiers du Jardin des Plantes de Paris contenaient environ 56 000 espèces, l’herbier de Benjamin Delessert, 86 000, l’herbier royal de Schoeneberg, près de Berlin, 74 000 plantes phanérogames95. Cela revient à dire que, au cours des quatre années passées sur le Continent américain, Humboldt et Bonpland ont recueilli près du dixième des plantes connues, tandis qu’ils enrichissaient de 5 à 6 % le trésor botanique mondial.

  • 96 Tableaux de la Nature, livre IV, chap. i, De la physionomie des plantes, p, 351.

105Ce prodigieux résultat ne lui fait pas perdre de vue l’énorme travail qui reste à faire. « La végétation qui couvre la partie sud-est de l’Asie, l’intérieur de l’Afrique et de la Nouvelle-Hollande, ainsi que les contrées de l’Amérique méridionale comprise entre le fleuve des Amazones et la province de Chiquitos, nous est encore inconnue »96.

106Avant de clore ce chapitre, il est bon de signaler les principales contributions de Humboldt à une meilleure connaissance de certains végétaux américains, dont l’utilité est aujourd’hui reconnue.

107C’est d’abord le curare, qui est si important dans la pharmacopée actuelle. Si Walter Raleigh, au xvie siècle, puis Gumilla et Gilii, au xviiie, en ont parlé, c’est à Humboldt que revient le mérite d’avoir fait la meilleure description des origines, de la préparation et de l’effet de ce « poison » indien.

  • 97 Jean Vellard, Histoire du curare, Gallimard, Paris.

108M. Jean Vellard97, qui a consacré au curare un livre récent, souligne que Humboldt en donne pour la première fois des informations très précises. Humboldt a vu préparer le curare à la mission de la Esmeralda, alors que les Indiens célébraient la fête des juvias (sortes d’amandes, appelées « almendrón »), recueillies dans la forêt, en même temps que la liane qui donne le curare (ou bejuco de mavacure).

  • 98 Relation historique, livre VIII, chap. 24.
    La Condamine et Ulloa ont aussi parlé de ce « poison ». (...)

« Nous fûmes assez heureux pour trouver un vieil Indien moins ivre que les autres, et qui était occupé à préparer le poison curare avec des plantes fraichement recueillies. C’était le chimiste de l’endroit. Nous trouvâmes chez lui de grandes chaudières d’argile destinées à la cuisson de sucs végétaux, des vaisseaux moins profonds favorisant l’évaporation..., des feuilles de bananiers roulées en cornets et servant à filtrer des liquides plus ou moins chargés de substances filandreuses »98.

109Il décrit ensuite avec beaucoup de détails les procédés de fabrication, puis il rapporte un certain nombre d’observations et d’expériences sur le curare. Les habitants de ces régions savent que les animaux tués par une flèche au curare sont comestibles. Les missionnaires prétendent même que leur chair n’est bonne qu’autant que l’on emploie ce moyen.

  • 99 Tableaux de la Nature, op. cit., p. 55, note 2.

110Il signale enfin qu’il a envoyé des échantillons de ce poison à Fourcroy et Vauquelin. Après son retour, il en a remis à Magendie et à Delille. Dans sa dernière édition des Tableaux de la Nature, il mentionne les contributions des frères Schomburgk, de Virchow et Münter, et de Boussingault99.

  • 100 Jean Vellard, Histoire du curare, op. cit., p. 160.

111On connaît maintenant toute l’importance du curare qui est entré dans l’arsenal thérapeutique moderne, grâce aux travaux de Claude Bernard, Harry Dale, etc... C’est à partir de 1942 qu’il a été employé en chirurgie comme complément de l’anesthésie. Le Docteur Vellard précise qu’on l’emploie aussi dans les techniques d’endoscopie, en orthopédie, en gynécologie, etc... Comme tant d’autres produits naturels de l’Amérique, il est lui aussi un élément de « ...l’importante contribution des populations indigènes de l’Amérique à la culture moderne »100.

  • 101 Tableaux de la Nature, livre VII, pp. 657-662. Humboldt donne un petit historique de la découverte (...)

112Humboldt nous a rapporté également d’intéressants détails sur l’exploitation des bois de quinquina de la région de Loja. Il a remarqué que celle-ci était menée d’une façon assez désastreuse ; car les arbres étaient abattus pour que les cascarilleros ou cazadores de quina pussent en enlever l’écorce101.

  • 102 Géographie des Plantes, Vol XXVII de la grande édition, 1805.

113Humboldt a consacré un certain nombre d’études aux effets thérapeutiques du quinquina du Royaume de la Nouvelle Grenade, notamment dans son Essai sur la Géographie des Plantes102.

  • 103 Enrique Pérez Arbelâez, Alejandro de Humboldt y las quinas del Nuevo Reino de Granada, Bolivar, Re (...)
  • 104 Humboldt a rendu hommage à Mutis dans le premier volume de l’édition monumentale. Le frontispice d (...)

114Le Docteur Enrique Pérez Arbeláez a rappelé dans une récente étude l’influence des travaux de Mutis sur les idées de Humboldt à propos du quinquina. Humboldt a même joué le rôle d’arbitre dans la controverse qui opposait Mutis à Sebastián José López-Ruiz103. Dans un livre publié à Santa Fé de Bogotâ en 1774, ce dernier avait prétendu qu’il avait découvert le premier le quinquina au nord de l’Équateur ; affirmation fausse, puisque Mutis avait trouvé à Tena des spécimens de quinquina en 1772. C’est Humboldt qui a tranché le débat en faveur de Mutis, en déclarant à López Ruiz que le vrai découvreur des quinquinas au nord de l’Équateur était bien le Directeur de l’Expédition Botanique du Royaume de la Nouvelle-Grenade104.

Le magnétisme terrestre

  • 105 Cosmos, op. cit., tome I, p. 204.

115Une des principales préoccupations de Humboldt, celle qui a pris une grande place dans son activité scientifique, a été l’étude du magnétisme terrestre. Il y consacre plusieurs passages de ses livres américanistes, et un chapitre dans le Cosmos, où il rappelle que le géomagnétisme était, lorsqu’il entreprit son voyage, l’un de ses soucis majeurs. Il déplore que l’on n’ait pu établir l’histoire des phénomènes magnétiques qu’à partir du 15 septembre 1492, « ...époque mémorable... où le grand homme qui fit la seconde découverte du Nouveau-Monde reconnut une ligne sans déclinaison vers 3° à l’ouest du méridien de l’une des Açores, l’île de Flores »105.

116Colomb, rappelle-t-il, a prêté une grande attention à ces phénomènes. Il a observé les mêmes effets de la boussole le 21 mai 1496 et le 16 août 1498. L’esprit d’observation scientifique de Christophe Colomb suscite l’admiration de Humboldt, même s’il reconnaît un certain nombre de lacunes et d’erreurs dans d’autres domaines de son activité de découvreur.

  • 106 Cosmos, tome I, p. 205.
  • 107 On peut lire, sur les contributions de Humboldt au magnétisme terrestre, la très complète étude de (...)
  • 108 A. Giesecke, Magnetismo terrestre eu el Perú, Revisla del Instituto de Geografia de Lima, no 6, 19 (...)
  • 109 Cosmos, tome I, p. 207.

117Humboldt consigne dans ses carnets 124 observations géomagnétiques, dont 104 ont été faites dans les pays hispano-américains, le reste ayant été recueilli en France, en Espagne, et sur l’Océan Atlantique. Ses recherches s’étendent sur 115 degrés de longitude, et entre le 52e degré nord et le 12e degré de latitude sud. C’est grâce à ces observations qu’il a pu découvrir « ...la loi des variations de l’intensité de la force magnétique du globe », dont il a exposé les principaux éléments dans une communication à l’Institut de France, le 26 Frimaire an XIII. Il établit que l’intensité géomagnétique n’augmente pas, comme l’avaient cru d’abord Lord Milgrave et Cavendish, mais au contraire diminue, lorsqu’on la mesure en partant du pôle magnétique jusqu’à l’équateur magnétique. « J’ai considéré, écrit-il dans le Cosmos, la loi du décroissement des forces magnétiques, du pôle à l’équateur, comme le résultat le plus important de mon voyage américain ». Humboldt remarque en second lieu qu’il n’y a pas de relation simple entre la répartition de l’intensité magnétique et l’inclinaison. C’est-à-dire que les trois systèmes de lignes qu’il établit en se fondant sur les variations de la force magnétique terrestre ne sont pas toujours parallèles. Les lignes isodynamiques (d’égale intensité), isocliniques (d’égale inclinaison), et isogoniques (d’égale déclinaison), ainsi que les divers points de l’équateur magnétique, n’ont pas tous la même intensité. Humboldt avance un certain nombre d’hypothèses sur les causes du magnétisme terrestre. Mais il ne conclut pas, car si l’on peut supposer que les phénomènes géomagnétiques, « ...comme tous les grands faits naturels, se rapportent à une cause beaucoup plus générale, inconnue de nous,...il faut se résoudre à ignorer les dernières causes physiques de ces phénomènes compliqués »106. On n’insistera pas sur ces constatations107. Il est bon de rappeler cependant, que, de nos jours, et en dépit des grands progrès accomplis dans l’étude du magnétisme terrestre et des phénomènes magnétiques en général, les savants actuels n’ont pas réussi a en découvrir la véritable origine. Humboldt s’est donc borné à rassembler des observations, parmi lesquelles figure à une place éminente celle qu’il fit au Pérou, en 1802, entre Micuipampa et Cajamarca, à 2928 mètres d’altitude, par 7° 1 de latitude sud et 48° 40’de longitude Ouest de Paris. Cette observation, comme le rappelle A. Giesecke, est fondamentale108. C’est la première dans l’histoire des sciences géographiques109. Elle sert encore aujourd’hui de référence pour l’étude, si importante, de la variation séculaire de l’inclinaison magnétique. Jusqu’en 1922, année où commença à fonctionner l’Observatoire magnétique de Huancayo, on n’avait eu, après Humboldt, que des observations isolées. C’est grâce au résultat obtenu que l’on a pu remarquer que, dans un laps de temps de 135 ans, entre 1802 et 1938, l’équateur magnétique s’est déplacé dans cette région de 750 km, atteignant le 14e degré de latitude australe, et que, à partir de 1938, il a commencé à remonter vers le nord, à une vitesse de 7 à 8 km par an.

  • 110 Lettre au Duc de Sussex, La Hoquette, Correspondance scientifique et littéraire, op. cit., tome I, (...)

118Outre cette contribution essentielle à l’étude des phénomènes magnétiques au Pérou, Humboldt a été par la suite le plus ardent promoteur de l’établissement de stations d’observations geomagnétiques sur le globe. Ses interventions auprès des savants anglais et russes ont favorisé grandement la création de tels observatoires, comme on peut le voir notamment dans la lettre qu’il envoya en 1836 au Président de la Société Royale de Londres, le duc de Sussex110.

Le courant de Humboldt

  • 111 Georg Wüst, Al. v. Humboldts Stellung in der Geschichte der Ozeanograpliie, dans : Al. v. H. homma (...)
  • 112 E. Schweiger, Bosquejo histórico de la Teoría sobre la corrienle peruana. Revisla del Inslituto de (...)

119Comme Georg Wüst111 et Erwin Schweiger112 ont déjà étudié avec beaucoup de soin la découverte par Humboldt du courant qui porte son nom, on examinera seulement ici les circonstances dans lesquelles le savant allemand a pu identifier ce courant, qui joue un très grand rôle dans la géographie du Pérou, et qui avait une grande influence sur la navigation à voile le long de la côte péruvienne.

120Georg Wüst, qui passe en revue les quatre contributions fondamentales de Humboldt à l’histoire de l’Océanographie, rappelle, en citant Krümmel, qu’au cours de ses voyages maritimes (de la Corogne à Cumaná, de Cumaná à La Havane, de Batabanó à Cartagena de Indias, de Lima à Guayaquil, de Guayaquil à Acapulco et de Philadelphie à Bordeaux). Humboldt a étudié « ...l’étymologie du mot Océan ; le niveau de la mer des Caraïbes ; qu’il a estimé la profondeur de l’Océan, observé la couleur de la mer et l’absorption de l’air par l’eau de mer ; mesuré la température de l’eau de mer, ainsi que la force des vagues et celle du ressac sur la côte péruvienne ; qu’il a énoncé une théorie des courants océaniques, étudié l’eau froide des bas-fonds et l’origine polaire des eaux profondes, ainsi que l’effet de la pression atmosphérique sur les courants, et les effets du vent ».

  • 113 Krümmel, Handbuch der Ozeanographie, 2 vol. Stuttgart, 1907 et 1911. G. Wüst remarque que cette li (...)

121Enfin, il a étudié la Mer des Sargasses, le courant Papagayo et le courant péruvien, ainsi que l’érosion des continents par les courants marins113.

122Cette longue énumération permet à G. Wüst de qualifier Humboldt de premier pionnier de la science océanographique. Avant de présenter son étude sur le courant péruvien, G. Wüst étudie l’hypothèse humboldtienne de la circulation verticale des océans, qui a prévalu dans la science océanographique pendant trois quarts de siècle ; il rappelle ensuite les vues de Humboldt sur l’origine de la circulation des couches superficielles de l’océan, ainsi que sa théorie sur le Gulfstream, considérée encore aujourd’hui comme le premier essai scientifique sérieux d’explication d’un tel phénomène.

  • 114 G. Wüst, op. cit., note 7, p. 102.
  • 115 H. Berghaus, Allgemeine Länder und Völkerkunde, nebst einem Abriss der physikalischen Erdbeschreib (...)

123Enfin, la plus importante découverte concerne le fameux courant froid qui longe les côtes péruviennes et qui porte le nom de courant de Humboldt ou courant péruvien. Erwin Schweiger et Georg Wüst insistent sur le rôle considérable de Humboldt dans la découverte de ce courant, que certains préfèrent appeler péruvien, pour répondre, comme l’écrit E. Schweiger, aux principes de l’océanographie moderne. Cependant, G. Wüst désire conserver le nom de courant de Humboldt, en hommage au grand savant qui l’a fait connaître le premier114. On sait que Humboldt n’était pas d’accord avec l’éditeur de son « Mémoire sur les courants », Heinrich Berghaus, qui, en 1840, l’avait publié dans un ouvrage général115.

124H. Berghaus avait pensé à donner au courant le nom de Humboldt. Ce dernier, le 21 février 1840, proteste auprès de son ami ; l’honneur qu’on lui fait est excessif.

« Le courant, écrit-il, est connu depuis trois cents ans par tous les jeunes pêcheurs du Chili jusqu’à Payta ; mon unique mérite est d’avoir été le premier à mesurer la température de ce courant d’eau ».

125L’existence de ce courant, rappelle Humboldt dans son Mémoire, n’est pas seulement importante pour la navigation, mais aussi pour l’étude du climat.

A son arrivée au Pérou, écrit-il, « ...on ignorait tout à fait la basse température de ce courant maritime et sa grande influence sur le climat frais des côtes péruviennes, et on attribuait cette particularité à la proximité des Cordillères couvertes de neige ».

126Parmi les précurseurs de l’étude des courants froids, il mentionne Franklin qui, en 1775 « ...avait déjà souhaité que, dans le futur, les physiciens découvrent des courants d’eau froide dans les océans... ». Or, entre cette date et son voyage, aucune observation de ce genre n’a été faite. Les expéditions de La Condamine, de Ruiz y Pavón et d’Alexandre Malaspina n’avaient étudié ces contrés du Pérou que du point de vue de la botanique et de la géographie mathématique.

127Humboldt évoque sa surprise lorsque, après avoir mesuré la température de l’Océan entre Trujillo et Guamán, au Callao, puis au cours de son voyage en mer, de Guayaquil à Acapulco, il constata, en 1802, la différence de température entre les eaux du courant et les eaux environnantes (12° 5 Réaumur à l’intérieur et 21° R. à l’extérieur du courant).

128Outre cette découverte fondamentale pour la science océanographique, Humboldt fournit de précieux renseignements sur les conditions de la navigation entre les ports sud et nord-continentaux de la côte américaine du Pacifique.

  • 116 Les passages cités ici sont extraits du Mémoire sur les Courants.

« Le courant de ces côtes favorise les voyages en direction Sud-Nord de telle façon que l’on navigue facilement en quatre ou cinq jours de Callao à Guayaquil, en huit à neuf jours de Valparaiso au Callao (une distance de plus de 400 milles allemandes) ; au retour, en revanche, comme si l’on naviguait en quelque sorte en remontant un fleuve, le voyage demande plusieurs semaines et même des mois dans quelques cas »116.

  • 117 Il s’agit des travaux de Schott Gehrard (1931) et de H.-V. Sverdrup (1931). C’est H. V. Sverdrup q (...)
  • 118 Acosta, Historia Natural y Moral de las Indias, 1604. E. Schweiger a utilisé l’édition de Madrid, (...)
  • 119 Hamy, op. cit., Lettre de Humboldt à Arago, 1825, p. 300. Arago a élaboré les résultats de l’expéd (...)
  • 120 Voir plus bas, pp. 627-628.

129E. Schweiger note que le savant allemand a cru que ce courant formait une sorte de fleuve, qui coulerait du sud vers le nord, et dont la source se trouverait aux environs du Pôle Sud. Il rappelle que Bougainville et Duperrey ont démontré depuis cent ans la fausseté de cette idée. E. Schweiger nous offre un aperçu très riche sur les résultats des dernières investigations publiées en 1944, après l’expédition Carnegie (1928/29), et celles de l’anglais R.E. Gunther, sur le « William Scoresby » (1931)117. Si l’eau froide du courant est incontestablement d’origine subantarctique polaire, les découvertes les plus récentes insistent sur les échanges qui se produisent à l’intérieur du courant, entre les eaux profondes et les eaux superficielles, sous l’influence des vents alisés. Il y aurait donc un renouvellement constant des eaux que les océanographes appellent le phénomène de résurgence. Nous n’ajouterons rien d’autre à l’apport de Humboldt dans ce domaine, si ce n’est la réflexion que peut inspirer un passage de l’étude de E. Schweiger. Ce dernier écrit que Humboldt semble avoir oublié l’observation que faisait Acosta, dans son Historia Natural y Moral de las Indias. Acosta en effet écrit que l’eau de la mer, sur la côte péruvienne, est particulièrement fraîche, « ...et c’est ainsi que dans quelques ports comme celui du Callao nous avons vu mettre à rafraîchir l’eau ou le vin dans des flacons ou des cruches plongés dans la mer »118. La citation de E. Schweiger laisserait supposer que Humboldt ne connaissait pas Acosta, ou que, s’il le connaissait, il aurait omis volontairement de le rappeler. En vérité, Humboldt n’ignorait rien des écrits du jésuite espagnol, qu’il relisait même plusieurs années après son voyage. Dans une lettre à Arago, qui s’est intéressé lui aussi au courant, Humboldt écrit : « J’ai trouvé qu’au seizième siècle, Acosta dit déjà (Lib. II, chap. II, p. 70), que pour rafraîchir la boisson au Callao, on n’a qu’à la plonger dans l’eau de mer », ce qui prouve une lecture attentive du texte d’Acosta119. Si Humboldt ne l’a pas cité dans son Mémoire, c’est sans doute par omission involontaire, ou bien parce qu’il se référait uniquement, dans le passage du Mémoire sur les courants, à l’ignorance des habitants du Pérou en 1802. A cette date, semble-t-il, les travaux d’Acosta étaient tombés dans l’oubli le plus complet. Personne, au Pérou, ne les lisait plus. Cela n’était pas si étonnant. Mentionnons ici la fameuse lettre de Humboldt sur Lima, citée plus bas. « A Lima même, écrit-il, je ne peux rien apprendre sur le Pérou. On ne s’y occupe jamais d’objets qui touchent au bien public dans le royaume. Lima est davantage coupée du Pérou que Londres... »120.

130Il ne saurait donc être question de reprocher au savant allemand cette omission, à propos d’un auteur que, Humboldt prise le plus, parmi les innombrables historiens espagnols cités dans son œuvre.

131Il reste que Humboldt, en dépit de ses explications imparfaites sur quelques points de détail, est incontestablement le découvreur scientifique du courant qui porte son nom. Georg Wüst a remarqué que, dans les plus récents ouvrages allemands et français, le courant est toujours appelé courant de Humboldt, en juste hommage à l’esprit d’observation et à la sagacité de notre savant.

Alexandre de Humboldt et les projets de percement du canal de Panama

132Parmi les contributions les plus appréciables du savant allemand au progrès de la civilisation figurent ses projets de percement de l’isthme de Panama. Il est assez curieux de remarquer que peu d’auteurs se sont intéressés à cet aspect de l’œuvre de Humboldt. A part une mention rapide de ces projets dans l’œuvre de R. Stevens-Middleton, et une étude de Frankel, on ne trouve pas de travaux détaillés sur les projets humboldtiens.

  • 121 B. Stevens-Middleton, op. cit., p. 00.
  • 122 W. K. Frankel, Alexander von Humboldt und der Panama-Kanal, dans l’hommage de J. H. Schultze, op. (...)
  • 123 Le livre de Galvão est de 1503, et non de 1550 — Il s’agit du Tratado dos Descobrimentos de Antoni (...)

133M. R. Stevens-Middleton ne cite que le chapitre II de l’Essai Politique sur la Nouvelle-Espagne, où Humboldt reproduit le texte qu’il avait déjà publié dans la Relation historique de son voyage, ainsi que dans l’édition de 1826 de l'Essai Politique sur l’Ile de Cuba. Humboldt d’ailleurs parle des projets de canal dans les Tableaux de la Nature où il invite le lecteur à se reporter non seulement aux trois ouvrages cités plus haut, mais aussi à ses Atlas (celui de la Nouvelle-Espagne, pl. II) et à celui de la Relation historique (planches XXII et XXIII). On regrettera que M. Stevens Middleton se soit limité à l’étude de Humboldt sur le percement d’un canal dans l’isthme de Tehuantepec121. Il est vrai que l’auteur nord-américain ne s’occupe que du Mexique dans l’œuvre de Humboldt. L’étude de Frankel est intéressante122. M. Frankel se consacre uniquement à l’analyse des « Éclaircissements et Additions » des Tableaux de la Nature, où figurent un certain nombre de travaux et de renseignements sur le canal projeté. Mais cette analyse est assez superficielle ; on y trouve malheureusement un certain nombre d’erreurs, surtout dans la partie où l’auteur présente un historique de la question. W.K. Frankel rappelle, par exemple que, dès 1550, le navigateur portugais António Galvão (qu’il appelle Galva) « ...publia un livre dans lequel il discute en détail des possibilités d’un canal maritime à travers l’isthme dans ses différentes parties... »123. L’auteur regrette que Humboldt n’ait pas cité Galvão, car il suppose que le savant allemand connaissait le navigateur portugais. Or, si l’on se reporte au livre d’António Galvão, on voit que le navigateur n’est pas à proprement parler le promoteur de l’idée d’un canal interocéanique. Galvão rappelle que c’est Alvaro de Saavedra Cerón qui, le premier, a imaginé un tel projet. Parlant de Saavedra Cerón, Galvão écrit que Cerôn ou Cedrón, croyait-on, « ...levava em proposito de fazer com o Emperador, que mandasse abrir esta terra de Castella do ouro e Nova Espanha de mar, a mar, porque sep odia fazer por quatre lugares... ».

  • 124 André Siegfried, Suez, Panama et les routes maritimes mondiales, A. Colin, Paris, 1948.
  • 125 Max Sorre, le Mexique et l’Amérique Centrale, Géographie Universelle, tome XIV, p. 215.
  • 126 Tratado dos Descobrimentos, op. cit., édit. de 1944, p. 230, note 1.
  • 127 Gómara, Historia de las Indias, chap. 104, p. 222, Col. A, BAE, tome XXII.
  • 128 Si Humboldt ne cite pas A. Galvão, en revanche, il se réfère à Christophe Colomb qui, « ...longtem (...)
  • 129 Essai Politique sur la Nouv. Espagne, tome I, livre I, chap. ii, p. 241.

134André Siegfried rappelle124, en se fondant sur Max Sorre125, que ces quatre endroits étaient l’isthme de Tehuantepec, la coupure de Nicaragua, de Panama et du Darién. Ce n’est pas A. Galvão qui a, comme l’écrit W.K. Frankel, formé ces quatre projets. D’ailleurs, les auteurs de la troisième édition du Tratado dos Descobrimentos, le vicomte de Lagoa et Élaine Sanceau, prennent bien soin d’écrire, dans une note infrapaginale au passage où Galvão rappelle les projets de Saavedra Cerón, que l’attribution à Galvão de l’idée d’un percement inter-océanique est sans fondement126. W.K. Frankel rappelle à juste titre que Gómara, dans son Historia de las Indias, a envisagé lui aussi une telle possibilité, fondée, écrit Gômara, sur des conversations « ...con hombres pláticos de Indias y con otros historiales y curiosos »127. Enfin, W.K. Frankel regrette que l’on ait oublié si rapidement que « ...le père spirituel et le planificateur le plus convaincu du canal de Panama » a été Alexandre de Humboldt, dont on passe trop facilement sous silence, ou dont on restreint exagérément les mérites128. Ce n’est pas le lieu ici de reproduire les passages des nombreux livres consacrés au canal de Panama, dans lesquels on remarque ces lacunes. Humboldt parfois n’y est pas mentionné — d’autres fois, sa contribution est à peine évoquée. C’est le cas pour l’ouvrage d’André Siegfried, déjà cité. Cet auteur estime superficielle l’étude des neuf tracés que nous a laissés Humboldt. Précisons tout d’abord qu’il ne s’agit pas de neuf tracés, mais de cinq. On trouve bien chez Humboldt neuf projets de percement interocéanique intéressant le Continent américain en entier, mais cinq seulement de ces projets concernent l’isthme central. Les quatre autres se réfèrent à des plans de routes interocéaniques dans d’autres régions de l’Amérique. Il ne s’agit pas uniquement de canaux, mais comme l’indique Humboldt, de tracés de moyens de communications possibles entre les deux océans, « ...en réunissant des rivières voisines, soit par des canaux, soit par des routes qui facilitent le transport jusqu’aux endroits où les rivières deviennent navigables »129.

  • 130 Les neuf projets figurent dans l’Essai Politique sur le Royaume de la Nouvelle Espagne, op. cil., (...)

135Pour essayer de présenter un tableau aussi complet que possible des travaux de Humboldt sur les communications entre les deux océans, nous nous attacherons au texte de notre auteur, et nous pourrons apprécier plus justement sa propre contribution à de tels projets, en comparant ses plans à ce qui a été fait en réalité130.

136Les cinq points de l’Amérique centrale qui ont été envisagés sont les suivants : l’isthme de Tehuantepec, l’isthme du Nicaragua, l’isthme de Panama, celui du Darién ou de Cupica et le canal de la Raspadura, en Colombie. Ces cinq points présentent, selon Humboldt, l’énorme avantage de se trouver tous « ...au centre du Nouveau Continent, à égale distance du cap de Horn et de la côte Nord-Ouest, célèbre par le commerce des fourrures. Tous se trouvent opposés (entre les mêmes parallèles) aux mers de la Chine et de l’Inde, circonstance importante dans les parages où règnent les vents alisés, tous sont facilement abordables pour les bâtimens qui viennent de l’Europe et des États-Unis ».

  • 131 Nous utilisons ici les derniers textes de Humboldt sur la question c’est-à-dire celui qui a été pu (...)

137Nous ne discuterons pas ici les arguments que Humboldt examine en faveur de ces cinq projets. En définitive, puisque nous savons maintenant que c’est le troisième point, c’est-à-dire l’isthme de Panama, qui a été choisi pour le percement du canal, nous ne pouvons que nous borner à examiner l’avis de notre auteur sur le projet de Panama. A l’époque de Humboldt, la configuration de l’isthme central était mal connue, sauf peut-être dans la partie septentrionale, celle de Tehuantepec, qui, comme le rappelle Humboldt, avait déjà attiré l’attention d’Hernán Cortés. Humboldt mentionne l’existence de deux mémoires rédigés par des ingénieurs espagnols, Don Agustín Cramer et Don Miguel del Corral, qui avaient été commis par le vice-roi du Mexique pour étudier l’isthme centro-américain, et grâce auxquels, écrit-il, « ...j’ai pu me former une idée assez précise des circonstances locales »131.

138Le problème essentiel pour Humboldt est de savoir si les montagnes qui se trouvent dans la partie où les percements sont envisagés sont suffisamment peu élevées pour permettre le creusement d’un canal, et si les vallées longitudinales ou transversales permettent les travaux d’excavation. A l’exception des deux mémoires cités plus haut, Humboldt dispose de peu de documents qui lui permettraient une étude complète. Il faut tenir compte de la rareté et de l’imperfection de son information pour mieux apprécier la valeur de ses hypothèses.

139La première condition pour le percement de l’isthme de Panama dépend, selon lui, de la solution de deux problèmes ; tout d’abord, quelle est la hauteur du point de partage ; ensuite, quelle est la configuration des côtes, c’est-à-dire le « maximum de leur rapprochement ».

140Comme il ne dispose d’aucun chiffre sérieux sur le premier point, il recherche minutieusement tous les renseignements qu’il peut glaner dans les auteurs espagnols. Du río Chagres à l’embarcadère de Cruces, il a trouvé chez Ulloa une observation barométrique : la différence de niveau serait de 210 à 240 pieds (de 67,20 m à 70,80 m) ; puis de Cruces le terrain monte vers Panama, pour redescendre vers le Pacifique (la Mer du Sud). Humboldt conclut de cette observation que c’est « ...entre ce port et Cruces que se trouve le seuil ou point de partage que le canal doit franchir ». Pour apprécier la hauteur des montagnes en cet endroit, Humboldt choisit un autre critère. En quel point, demande-t-il aux textes, les voyageurs ont-ils pu voir à la fois les deux Océans ? Pour cela, « ...il suffiroit que les montagnes de la ligne de faîtes dans l’isthme eussent 580 pieds (185,60 m) d’élévation ». « Or, poursuit-il, cette vue simultanée des deux mers est citée comme une chose très extraordinaire dans quelques parties de l’isthme ; d’où l’on peut conclure, je pense, que les montagnes ne sont généralement pas élevées de 100 toises » (194,90 m). Il incline à croire que « ...l’arête dans le chemin de Cruces à Panama n’atteint pas 500 pieds de hauteur (160 m), tandis que Robertson « ...la suppose au plus de 400 pieds » (128 m).

141Étudiant ensuite la question de savoir si des vallées transversales existent à travers les arêtes de faîtes longitudinales, il évoque les paysages montagneux de l’Europe où l’on trouve « ...des exemples d’ouvertures naturelles, à travers les arêtes ». C’est le cas du canal du Centre, en France, entre les bassins de la Saône et de la Loire, « où une gorge ou interruption de la chaîne de 8 à 900 pieds... a offert un seuil qui est de 350 pieds plus bas ».

142Si l’on compare maintenant ces estimations fondées sur des mensurations faites par d’autres sur un terrain qu’il n’a pas exploré, et aussi sur le principe si riche de géographie comparée, cher à Humboldt, on constate que les hypothèses du savant allemand ne sont pas tellement éloignées de la vérité. L’arête de faîte de l’isthme, dans la partie où le canal a été percé, est seulement de 87 mètres, au pico de la Culebra, et elle se trouve, comme l’a avancé Humboldt, entre Cruces et Panama. Pour la largeur de l’isthme, Humboldt, qui utilise les travaux de Fidalgo « ...et de quelques autres navigateurs espagnols », trouve un minimum de 24.500 toises, soit 48 km environ. Pour l’isthme de Panama proprement dit, il évalue sa largeur maximum à 14 lieues marines, soit 84 km environ. Lorsqu’on sait que le canal de Panama actuel mesure 81 km de long, on ne peut qu’être étonné par la précision des calculs de Humboldt.

143Humboldt a toujours cru que le canal se ferait. Dans son dernier texte sur le sujet, il rappelle qu’il a sans cesse recommandé dans ses livres, comme dans les Mémoires « ...que m’ont demandés, avec une confiance dont je m’honore, les républiques espagnoles de l’Amérique, d’explorer hypométriquement l’isthme dans toute sa longueur ».

144Il rappelle également qu’en 1828 et 1829, les ingénieurs Lloyd et Falmarc ont fait, pour le compte de Bolivar, et après une demande de Humboldt, « ...un nivellement exact de l’isthme, entre Panama et l’embouchure du Rio Chagres ».

145En dépit des difficultés que peut présenter la construction d’un canal, Humboldt affirme :

  • 132 Tableaux de la Nature, op. cit., p. 714.

« ...Je tiens pour mal fondée et tout à fait prématurée l’opinion répétée aujourd’hui sous toutes les formes qu’il n’est pas possible d’établir dans l’isthme un canal océanique... et que l’on n’arrivera jamais à le traverser indifféremment par toutes les saisons, avec les mêmes navires qui viennent du Chili et de la Californie, de New-York et de Liverpool »132.

  • 133 Conversations de Goethe avec Eckermann, mercredi 21 février 1827, op. cit., p. 419.
  • 134 Pour l’histoire du canal, outre l’ouvrage d’A. Siegfried, on lira avec intérêt George Edgar-Bonnet (...)

146Gœthe a été très intéressé par les projets de Humboldt. Après avoir lu l’Essai Politique sur l’Ile de Cuba, Goethe confie à Eckermann qu’un tel canal serait très utile. Mais il conclut : « ...je serais bien étonné si les États-Unis se laissaient échapper un tel ouvrage »133. Humboldt n’a pas cru bon de donner son avis sur le sort futur de l’ouvrage interocéanique dont l’histoire, on le sait, a été mouvementée et même dramatique134. On peut penser cependant qu’il a pu, au cours de ses conversations avec Goethe, évoquer aussi la possibilité de la mainmise nord-américaine sur Panama. Humboldt était assez hostile aux Anglais et aux Anglo-saxons en général. On a déjà vu sa violente réaction devant la manipulation dont son Essai Politique sur l'Ile de Cuba avait été l’objet, et la protestation énergique contre Trasher. Il n’acceptait pas que la République des États-Unis continuât à maintenir l’esclavage sur son territoire. De même pouvait-il être légitimement inquiet sur le sort futur de Panama. Cependant il a pressenti assez rapidement l’énorme influence que les États-Unis allaient prendre en Amérique. Il ne serait donc pas étonnant qu’il ait prévu comme Goethe que les États-Unis devaient forcément s’approprier le canal de Panama.

Notes

1 Karl Bruhns, f ine wissenschaftliche Biographie, op. cit., tome III.

2 Ces travaux ont été publiés à l’occasion de la commémoration du centenaire de la mort de Humboldt. Voir notamment : Alexander von Humboldt, 1769-1859, Gedenkschrift der deutschen Akademie der Wissenschaften zu Berlin, Berlin 1959, où on peut consulter une étude de Hans-Günther Körber, Über Alexander von Humboldts Arbeiten zur Météorologie und Klimatologie, pp. 289-335 et de Adrian Steleanu, Al. v. H. und die Bedeutung seines wissenschaftlichen Werkes für die Hydrobiologie, pp. 423-444. Voir également les deux livres d’hommage à Alexandre de Humboldt, publiés à Berlin-Est et Berlin-Ouest. : Al. v. Humboldt, op. cit., publié par le Professeur Dr Johannes P. Gellert, Berlin-Est, 1960, et Al. v. Humboldt, publié par Joachim H. Schultze, Berlin-Ouest, 1959.

3 Cosmos, op. cit., édition française de 1848, tome II, pp. 328-329.

4 Cosmos, ib., p. 331.

5 Relation historique, tome I, livre I, chap. i, pp. 106-114.

6 On trouvera une étude sur les instruments construits par les artisans de l’époque dans le livre de M. Daumas Les instruments scientifiques aux XVIIe et XVIIIe siècles ; Paris, PUF, 1953, 417 pages + 61 planches. Les constructeurs des appareils de mesure que Humboldt a utilisés sont effectivement cités par Daumas comme les meilleurs de leur temps.

7 Karl Bruhns, op. cit., étude du même, Mathematik, Astronomie und mathematische Géographie, pp. 3-54, voir notamment p. 35 et suivantes. Les observations astronomiques calculées par Jabbo Oltmanns forment les volumes XXI et XXII de l’œuvre monumentale, Paris, 1808-1810.

8 Oskar Peschel, Geschichte der Erdkunde, 2e édition, Amsterdam, 1961, xxii,-832 p. ; p. 702, note 1.
Ajoutons que pour le Mexique, par exemple, Humboldt a réuni dans un Tableau toutes les positions géographiques connues de lui et « déterminées par des observations astronomiques », Essai Polit, sur la Nouv. Espagne, op. cit., tome I, pp. 176-183. Il y en a 145, dont les 25 dernières sont « moins certaines » ; 36 sont de lui, et 2 en collaboration avec Ferrer. Humboldt donne aussi les « hauteurs les plus remarquables » du Mexique, en mètres et en toises : il y en a 34. Il précise qu’au Mexique il a mesuré deux cents points de hauteur, « soit à l’aide du baromètre, soit par des méthodes trigonométriques », ib., pp. 184-186.

9 Essai Politique sur le Royaume de la Nouvelle-Espagne, tome I, livre I, chap. III, pp. 292-294.

10 Kurt Witthauer, Geographische Bevölkerungsstalistik in Al. v. Hdts Reisewerk, op. cit., pp. 129-137.
Pour la surface totale du continent américain, du Cap-Horn au parallèle de Melville’s Sound et à la pointe Barrow, Humboldt trouve 30 747 353 km2 au lieu de 41 500 000 km réels. Il semble avoir sous-estimé la surface du Continent Nord. Pour l’Amérique espagnole, il trouve 11 508 544 km2 ; pour l’Amérique portugaise : 7 956 720 km2 soit au total 19 465 264 km2. Chiffres réels pour l’Amérique du Sud : 18 700 000 km2 et pour le Brésil actuel 8 510 000 km2. On voit donc que, pour la partie proprement ibéro-américaine du Continent, les chiffres de Humboldt sont très proches de ceux que nous connaissons aujourd’hui. On ne retient ici que les chiffres relatifs à l’Amérique espagnole, car Humboldt a donné des estimations très intéressantes sur la surface de l’Asie, de la Russie, de la France, de l’Espagne et de certaines parties de l’Amérique anglaise.

11 Walther Sauer, Alejandro de Humboldt en el Ecuador, Bolelín de Informaciones cientificas nacionales, Casa de la Cultura ecuatoriana, no 90, 1959, pp, 274-291. Le même texte est reproduit, avec quelques variantes, dans « El Ecuador visto por los extranjeros, Edit. J.M. Cajica, Jr. S.A., Puebla-Mexico, 1968, 580 pages, sous le titre : Alejandro de Humboldt en el Ecuador, una apreciacién científica modema », pp. 567-574.

12 R.L. Stevens-Middleton, La obra de Alexander von Humboldt en México, Fundamento de la Geografia moderna, Boletin de la Sociedad Mexicana de Geografía y Estadística, tome LXXXI, 1956, 269 p. voir notamment p. 42 et suivantes.

13 Stevens-Middleton, op. cit., p. 42.

14 Hamy, op. cit., p. 43.

15 On trouvera dans T. Wolf mention de quelques erreurs de longitude commises par Humboldt dans l’Équateur. Wolf remarque que les longitudes de Guayaquil, Alausi, Punta Aguja, Punta Pariña, Cabo Blanco, ainsi que celle de la confluence du río Chinchipe avec l’Amazone, se trouvent trop à l’Ouest. Les erreurs sont de l’ordre de 4 à 7°. Teodoro Wolf, Geografia y Geologla del Ecuador, publicado por orden del Supremo Gobierno de la República, Brockhaus, Leipzig, 1892, XII, 671 p. + 2 cartes, pp. 574-575, note 4 de la page 6.

16 K. Brühns, op. cit., p. 51.

17 Hanno Beck, op. cit., tome II, p. 67.

18 Enrique Alvárez López, Para un ensayo sobre la trayectoria cientlfica de Alejandro de Humboldt, étude publiée dans l’hommage rendu à Humboldt par l’Institut Juan Sebastián Elcano, Estudios geográficos, num. 76, 1959, pp. 325-371, et notamment pp. 347-349.

19 Carl Troll a consacré d’excellents articles à l’activité géographique novatrice de Humboldt. Voir notamment : Alexander von Humboldts wissenschaftliche Sendung, dans le livre de Schultze déjà cité, pp. 258-277. Cet article a été reproduit en espagnol dans le Boletín de Informaciones Científicas Nacionales, Quito, no 90, déjà cité, pp. 216-233, sous le titre : La misión cientlfica de Alejandro de Humboldt. La même étude est publiée également par la Real Academia de Ciencias exactas, fisicas y naturales, Conferencias... op. cit., Madrid, 1960, pp. 13-45.
Carl Troll par ailleurs a consacré aux travaux de Humboldt un travail fondamental intitulé : Die tropischen Gebirge. Ihre dreidimensionale klimatische und pflanzengeographische Zonierung, vol. 25 des Bonner Geographische Abhandlungen, Bonn, 1959.

20 Ce tableau n’est donné qu’à titre d’exemple. Dans le Tableau Physique de la Nouvelle Espagne (Profil du chemin d’Acapulco à Mexico et de Mexico à Veracruz), Humboldt tient compte d’autres facteurs. Il indique, par exemple, les limites inférieures et supérieures des sapins, la limite supérieure de la fièvre jaune (vômito prieto) des côtes de Vera-Cruz, la limite inférieure des nuages en été, et la limite inférieure de la culture du froment. Ce Tableau physique de la Nouvelle-Espagne figure comme annexe au tome IV de l’Essai Politique sur la Nouvelle-Espagne, édition in octavo, op. cit.

21 Voir ces lettres au Baron de Forell et à Don José Clavijo Fajardo, qui était Directeur du Royal Cabinet d’histoire naturelle, à Madrid. Dans la lettre à Fajardo, il mentionne 68 pièces minéralogiques dont il fait don « au cabinet et jardins de Sa Majesté », Hamy, op. cit., pp. 64-72 et pp. 73-78.

22 Hanno Beck, op. cit., tome II, pp. 171-172.

23 Julius Ewald, Géologie, dans le tome III déjà cité de la biographie de Karl Bruhns, pp. 102-185.

24 Erich Otremba, dans le livre de Schultze, déjà cité ; Die Llanos des Orinoco und des Apure in der Landschafis-und Reisebeschreibung Al. von Humboldts, pp. 69-89.

25 Georg Petersen, Sobre la ruta de viaje de Alexander von Humboldt y sus observaciones geológicas y geofísicas en el Perú, Revista del Instituto de Geografía, no 6, Lima, 1959-1960, pp. 101-124.

26 D.I. Tcherbakov, Al. von Humboldts Halle bei der Entwicklung der geologischen Wissenschaft, dans l’ouvrage de J. Gellert, déjà cité pp. 11-16.

27 D.I. Tcherbakov écrit : « Essai géologique sur le gisement des roches... ». Il s’agit d’une légère erreur due peut-être au traducteur. Car le titre exact de ce travail de Humboldt est : « Essai géognostique sur le gisement... etc... », Paris, 1823. La traduction allemande de K.C. Ritter von Leonhard, Strasbourg, 1823, porte le même titre : « Geognostischer Versuch über die Lagerung, etc... ».

28 Hamy, op, cit., pp, 127-139 et notamment, pp. 129-134,

29 Walter Sauer, op. cit., pp. 283-284, précise qu’il s’agit du Guagua-Pichincha et non du Rucu-Pichincha, comme Humboldt l’écrit dans le texte qui accompagne les dessins du Volcan de3 Cordillères de Quito et du Mexique, que nous possédons dans une édition de 1884, Paris, (planche I). Humboldt cependant précise que le cratère du volcan proprement dit se trouve dans le sommet appelé Rucu-Pichincha, la seconde cime étant appelée Guagua-Pichincha. La première est couverte de neige ; c’est la plus élevée. Humboldt explique que Rucu en quéchua signifie : vieux, et guagua ou huahua : enfant ; la différence de hauteur entre les deux pics justifie ces appellations. W. Sauer n’indique pas que cette erreur sur le Rucu et le Guagua-Pichincha a déjà été relevée par Teodoro Wolf, op. cit., p. 85, note 1. T. Wolf précise que le Guagua-Pichincha est pourvu d’un cratère actif, tandis que le Rucu-Pichincha est le cône éteint, situé plus au Nord.

30 Hamy, op. cit., lettre à Guillaume déjà citée, p. 133. Ces détails concernent l’ascension du volcan Antisana. Humboldt, dans la même lettre, et à propos de l’ascension du Chimborazo, rappelle : « ...nous nous sentions incommodés de la même manière que sur le sommet de l’Antisana », p. 133.

31 Carl Troll, La, misión cientifica de Alej. de H., dans le Boletín équatorien déjà cité, p. 226.

32 Tcherbakov, op. cit.

33 Stevens-Middleton, op, cit., pp, 89-90.

34 W. Sauer, op. cit., p. 280.

35 Stevens-Middleton, op. cit., p. 81.

36 Rothé, Séismes et volcans, Paris, pp. 80 et 114.

37 Les chiffres entre crochets indiquent le nombre de volcans en activité.

38 Cosmos, tome V, tableau, p. 474. Dans le Cosmos, Humboldt, à. l’aide d’une très riche documentation, étudie les rapports entre l’activité volcanique et les mouvements séismiques en Amérique. Il cite, avec force détails, les éruptions du Carguairazo (Carihuairazo), des 19 et 20 juin 1698, celle du Cotopaxi, de 1744, l’apparition du Jorullo, au Mexique, en 1759, le tremblement de terre de Lima, le 28 octobre 1746, les mugissements (bramidos), souterrains de Guanajuato, du 9 janvier 1784, le séisme de Cumaná, du 14 septembre 1797, celui de la Nouvelle-Grenade, le 16 novembre 1827, décrit par Boussingault et celui de février 1835, dans la même région. Cosmos, tome I, p. 226 et suivantes. Il examine aussi les effets du tremblement de terre de Caracas, en 1812, Relation historique, tome Y, livre Y, chap. xiv, p. 1-67.

39 P. Denis, Géographie Universelle, l’Amérique du Sud, tome XV, I, première partie, p. 7.

40 Tableaux de la Nature, op. cit. Steppes et déserts, chap. iii, pp. 65-88.

41 Stevens-Middleton, op. cit., p. 98. L’auteur rappelle : « Si de telles observations de Humboldt semblent simples au géographe actuel, il faut se souvenir que, à cette époque, presque personne ne s’efforçait de réunir, et encore moins d’interpréter, cette sorte de données, peut-être à cause de leur simplicité même. Le fait que Humboldt n’ait pas effectué une synthèse plus précise du problème était dû en partie à la difficulté qu’il a rencontrée pour compléter son information sur la plus grande surface de l’Amérique qu’il n’a pas parcourue ». Id. ib., p. 98.

42 Tableaux de la Nature, p. 86.

43 Tableaux de la Nature, op. cit., p. 78.

44 Ib., p. 86.

45 Il baptise les hautes plaines encadrées par les Montagnes Rocheuses : llanos. Il appelle également les plaines du bassin du Mississipi llanos et savanes, ib,, p. 83.

46 Cette description très précise se trouve dans la Relation historique, tome VI, livre VI, chap. xviii, pp. 52-58.

47 P. Denis, op. cit., p. 8.

48 « Bien que le nom de Cordillère de Parima qu’il lui attribue soit singulièrement choisi, Humboldt ne s’était pas trompé sur le caractère de ce massif, « amas de montagnes granitiques, coupées de plaines, et qui ne sont pas partout alignées en chaînes continues ». P. Denis, op. cit., p. 7.

49 Tableaux de la Nature, op, cit. Steppes et déserts, chap. ii, pp. 58-59,

50 E.W. Shanahan, America del Sur, Geografia económica y regional, con un capítulo histórico, Ediciones Omega, Barcelona, 1954, 389 pages ; voir notamment, p. 26, figure no 2.

51 Max Sorre, Mexique, Amérique Centrale, Géographie Universelle, tome XIV, p. 5. Rappelons que Humboldt ne croyait pas à l’existence, dans l’isthme central, de montagnes aussi hautes que les Cordillères Nord ou Sud-américaines. Il pensait que des montagnes s’y trouvaient, mais qu’elles étaient séparées par des vallées transversales. Il développe cette idée, en critiquant les dessinateurs de cartes de ces régions, à propos de ses projets de percement du canal de Panama.
Voir, Ile de Cuba, op. cit., tome II, p. 294 et suivantes.

52 Stevens-Middleton, op.cit.
C’est ainsi que, du point de vue physiographique, le géographe nord-américain remarque que Humboldt a pu prendre connaissance de six grandes régions du Mexique : La Sierra Madre del Sur, la Depresión de Balsas, la Sierra Volcanique Transversale, la Meseta Centrale, la Sierra Madre Orientale et la Plaine côtière du Golfe du Mexique. L’auteur n’a pas toujours « ...utilisé ces noms spécifiques pour les provinces physiographiques » énumérées par Stevens-Middleton. Il appelle le plateau central : Anahuac ; les deux branches occidentale et orientale des deux Sierras Madres, Humboldt les nomme : « Sierra Madre de l’Anahuac », etc... Ces dénominations sont de date récente et Stevens-Middleton, qui relève d’ailleurs un certain désaccord des physiographes actuels sur l’exacte délimitation et sur la nomenclature des provinces physiographiques du Mexique, a raison d’écrire qu’on ne saurait reprocher à Humboldt de n’avoir pas toujours reconnu ces provinces, ou de ne pas les avoir nommées comme il se doit ; car, à l’époque de Humboldt, la physiographie n’existait pas ; ib., pp. 96 et 97.

53 Stevens-Middleton, op. cit., chap. ix, pp. 234-237, il s’agit du livre de L. Dudley Stamp, Africa, A Study in Tropical Development, New-York, 1953.

54 Erich Otremba, Die Llanos des Orinoco und des Apure in der Landschafts und Reisebeschreibung Alexander von Humboldts, dans l’Hommage de Joachim H. Schultze, op. cit., pp. 69-89. Voir aussi la carte en annexe.

55 Al. von Humboldt, Eine Auswahl, op. cit., IVe partie, Amerikanische Reise, pp. 113-114.

56 Ile de Cuba, op. cittome I, 40 pages, p. VII-XLVI.

57 Essai Politique sur la Nouvelle-Espagne, op. cil., tome I, 180 pages, pp. 4-183.

58 Atlas Pittoresque du Voyage, connu surtout sous le titre de Vues des Cordillères et monumens des peuples indigènes de l'Amérique, ouvrage cité dans l’introduction à la bibliographie de Humboldt. Il forme les volumes XV et XVI de l’édition monumentale.

59 Atlas géographique et physique du Nouveau Continent, etc... op. cit., dans l’introduction à la bibliographie ; U forme le volume XVII de l’édition monumentale.

60 Atlas géographique et physique du royaume de la Nouvelle-Espagne, ibidem, il forme le volume XIX de la même édition monumentale.

61 Voir supra, page 412.

62 Les cartes générales figurant dans le volume XVII, op. cit., sont ceUes de la Colombie (no 22) et de l’Ile de Cuba (no 23). Les cartes générales figurant dans le volume XIX sont les suivantes : Carte générale de la Nouvelle Espagne (planche numéro 1), du Mexique et des pays limitrophes situés au Nord et à l’Est (pl. no 2), de la Vallée de Mexico (pl. no 3).

63 Allas géographique et physique du Nouveau Continent... op. cit., vol. XVII. Les huit cartes sont les suivantes ; pl. n. 14. Histoire de la géographie de l’Orénoque (Lac Parime) et du Dorado ; pl. n. 15 : Cours de l’Orénoque depuis l’embouchure du Rio Sinaruco jusqu’à l’Angostura ; pl. n. 16 : Carte itinéraire du cours de l’Orénoque, de l’Atabapo, du Casiquiare et du Rio Negro, offrant la bifurcation de l’Orénoque et sa communication avec la rivière des Amazones ; pl. n. 17 : Carte du cours du Rio Apure et d’une partie de la chaîne des montagnes de la Nouvelle-Grenade ; pl. n. 18 : Carte de la partie orientale de la province de Varinas comprise entre l’Orénoque, l’Apure et le Rio Meta ; pl. 19 : Carte du cours du Rio Meta et d’une partie de la chaîne orientale des montagnes de la Nouvelle-Grenade ; pl. n. 20 : Cours du Rio Cauca et des Missions qui ont été établies sur le3 bords par les religieux de St-François, esquissé des matériaux fournis par les Missionnaires de l’Orénoque en 1800 ; pl. n. 21 : Cours du Rio Guaviare et de la partie du Rio Apure comprise entre la ville de San Fernando et le confluent de l’Apure avec l’Orénoque l’embouchure de la rivière (sic).

64 Volkmar Vareschi, Die Gabelteilung des Orinoco, Hydrographische und ōkologische Beobachtungen der Humboldts-Gedächtnis-Expedition 1958 ; dans Petermanns geographische Mitteilungen, no 107, 1963, 4e cahier, pp. 241-248. Voir sutout la carte no 1, qui représente la zone de partage des eaux entre l’Amazone et l’Orénoque, p. 243.

65 Voir Volkmar Vareschi, Geschichitslose Ufer, Auf den Spuren Humboldts am Orinoko, Brockhaus, Munich, 1959, 200 p. et notamment le chapitre XXVIII, Die Gabelung des Orinoko, pp. 139-143. Il existe une édition en espagnol, sous le titre : Orinoco arriba, a través de Venezuela siguiendo a Humboldt, Lectura, Caracas, 1959, voir p. 143 et suivantes. Voir aussi : Pablo Vila, Las etapas históricas de los descubrimienlos del Orinoco, Revista Kacional de Cultura, Caracas. no 90-93, 1952, pp. 115-154.

66 Stevens-Middleton, op. cit., p. 62. L’auteur souligne que Humboldt n’a pas marqué sur sa carte les très exactes déterminations de Malaspina, José Joaquín Ferrer, Mariano Isabiribil, et Joaquin Velázquez Cárdenas y León. Mais il oublie que Humboldt a intitulé sa carte : « Esquisse d’une carie qui présente les fausses positions attribuées aux portes de la Vera-Cruz et d’Acapulco, et à la capitale de Mexico ». Humboldt ne pouvait donc y reproduire les positions exactes, puisqu’il s’agit d’une carte de fausses positions.

67 Cette carte est dessinée sur un parchemin de 1,83 sur 0,96 m. Elle porte la mention : Juan de la Cosa lafizo en el puerto de S. mja en ano de 1500. L’original est au Musée de la Marine à Madrid. Voir : Sophus Ruge, Die Entwicklung der Kartographie von Amerika,Gotha, 1892, 85 pages, pp. 34-35. Pedro Martyr, en 1514, avait eu l’occasion de voir cette carte chez l’évêque de Burgos, Juan Fonseca. Walckenaer l’avait achetée en France, dans une vente aux enchères. A sa mort, en 1853, elle a été rachetée par l’Espagne. Au Musée Naval de Madrid, elle est au cabinet « de Descubridores y Sabios marinas », étiquetée sous le no 553. La carte a été dessinée en 1499, dans l’expédition de Alonso de Ojeda.

68 Voir : Amando Melón, Alejandro de Humboldt, vida y obra, op. cit., pp. 264-265-266. L’auteur reprend dans ces pages son Comentario a un estudio de Laubenberg (sobre la paternidad del nombre de América), Estudios geográjicos, Madrid, XX, nun. 77, (1959), pp. 579-584. C’est en effet Franz Laubenberg (Mathias) qui a rendu justice à Ringmann dans son étude : Ringmann oder (Martin) Waldeemûller ? Eine kritische Untersuchung über Urheber des Namens America, Erdkunde, septembre, 1959.

69 Humboldt n’a pas eu sous les yeux l’édition princeps de cette cosmographie. Celle-ci est divisée en deux parties : le texte, de la main de Ringmann et la partie graphique qui est de Waldseemüller. La carte, de 1507, est en 12 feuilles qui forment un panneau de 2,5 mètres de long. Une des feuilles représentant les terres récemment découvertes porte le nom America. « C’est le premier et seul exemple de ce terme employé à cette époque sur une carte ; il faudra attendre près de cinquante ans pour le voir reprendre et imposer par le cartographe Mercator », André Libault, Histoire de la Cartographie, Chaix, Paris, s.d. p. 33. Il s’agit sans doute do la carte publiée en 1541 par G. Mercator ; voir Sophus Ruge, op. cit., pp. 63-64 ; dans cette carte, on voit écrit pour la première fois sur les deux moitiés du Nouveau-Continent, America. Dans le livre de Sophus Ruge, qui est do 1892, la carte attribuée à Martin Waldseemüller est datée de 1509. Il faut lire aujourd’hui naturellement, 1507. La carte et la mappemonde de 1507 ont été découvertes et identifiées en 1890 par Gallois et en 1900 par le jésuite Fischer.

70 On trouvera un historique des sciences météorologiques et climatologiques jusqu’à Humboldt dans : Karl Schneider-Carius, Al. v. H. in seinen Beziehungen zur Meteorologie und Klimatologie, Gellert, op. cit., pp. 17-24.

71 Cosmos, op. cit., tome I, p. 377.

72 Cosmos, op. cit., tome I, p. 419.

73 H.W. Dove, Meleorologie, dans Karl Bruhns, op. cit., tome III, pp. 90-101.

74 Hans Günther-Körber, Über Al. von Humboldts Arbeiten zur Meteorologie und Klimatologie, dans Alexander von Humboldt, Gedenkschrift der deutschen Akademie der Wissenschaften zu Berlin, Berlin, 1959, pp. 289-335. L’étude de Kôrber est la plus complète que nous ayons lue sur ces problèmes. Nous nous en inspirons principalement dans ces lignes.

75 Karl Schneider-Carius, op. cit.

76 Carl Troll, La mision científica de Al. de Humboldt, op. cit.

77 Cosmos, op. cit., tome I, pp. 377-378.

78 H. Günther-Körber, op. cit., p. 296.

79 Cosmos, op. cit., tome I, p. 379.

80 Voir les paragraphes que nous consacrons au Courant de Humboldt, pp. 675-579.

81 Tableaux de la Nature, op. cit., Steppes et déserts, chap. un, Observations thermométriques sur l’hémisphère du Nord et sur l’hémisphère du Sud, p. 181. On peut consulter, dans le même ouvrage, le chapitre XI du même traité, intitulé, Causes tendant à diminuer la sécheresse et la chaleur du Nouveau Continent, ib., pp. 162-176. La substance de ces articles se retrouve dans le Cosmos, tome I, La Terre, pp. 367-408.

82 Stevens-Middleton, op. cit., p. 115.

83 Carlos A. Garda Méndez, Humboldt, el mar del Perú y la meterología del Perú, Revista del Institulo de Geografía, op. cit., no 6, 1959-1960, Lima.

84 Körber, op. cit., p. 321. L’auteur reproduit le mot « Bendaval » tel que Humboldt l’a transcrit, selon l’usage espagnol de l’époque. Il faut lire naturellement « Vendaval ».

85 Carl Troll, Die tropischen Gebirge, Ihre dreidimensionale Klimatische und pflanzengeographische Zonierung, Bonner geographische Abhandlungen, Cahier 25, 1959, 93 p. + illustrations.

86 Carl Troll, Die dreidimensionale Landschaftsgliederung der Erde, dans Hermann von Wissmann-Festchrift, Tübingen, 1960, pp. 54-80.

87 Relation historique, tome IV, livre IV, chap. xiii, pp. 227 et suivantes.

88 Relation historique, tome IV, livre IV, chap. xiii, p. 236.

89 Voir en particulier Carl Troll, Die tropischen Gebirge Ihre dreidimensionale klimalische und pflamengeographische Zonierung, Bonner geog. Abhandlungen, cahier 25, 1959. L’auteur relève une autre classification de Humboldt dans ses Prolégomènes sur l'extension géographique des plantes (1817). Humboldt distingue : 1°) la regio calida, de 0 m. à 600 m, température annuelle moyenne entre 30° et 23° centigrades 2°) la regio temperata, entre 600 et 2 200 m, température moyenne 22 à 17° cent. 3°) la regio frigida, de 2 200 à 4 900 m, avec trois sous-régions : a) Regio subfrigida, de 2 200 à 3 200 m ; température : 17 à 12,2° cent. ; b) Regio des Páramos, de 3 200 à 3 800 m, temp. moyenne : 12,2° à 5,5° cent. ; c) Regio saxona, de 3 800 à 4 900 m, temp. moyenne : 5,5° à 1,6° cent.

90 Carl Troll, remarque que Humboldt a donné au climat du páramo et à celui de la puna les mêmes caractéristiques. Or, il n’a pas pénétré dans la zone des punas, au climat beaucoup plus sec que celui des páramos.

91 Cosmos, tome I, p. 417.

92 Tableaux de la Nature, op. cit., p. 331.

93 Tableaux de la Nature, op. cit., p. 350. Critiquant Buffon, Humboldt écrit : « Depuis que l’on examine les faits, les physiciens reconnaissent de l’harmonie là où l’éloquent historien de la nature n’avait cru trouver que des contrastes », Essai Polit, sur le Rog. de la Nouv, Espagne, tome III, livre IV, chap, ix, pp. 57-58.

94 Relat. his., tome V, livre IV, chap. xv, pp. 89-90, note 1.

95 Tableaux de la Nature, op. cit., chap. ix, livre IV, pp. 459 et suivantes. Une certaine confusion semble avoir été faite entre espèces et exemplaires. Humboldt a rapporté 60 000 exemplaires de plantes appartenant à 5 800 espèces différentes, dont 3 600 inconnues en Europe. August Grisebach reprend ces chiffres, mais semble avoir commis une erreur lorsqu’il écrit qu’au milieu du xixe siècle, on ne connaissait que 8 000 espèces de plantes. Il faut sans doute lire 80 000. (Bruhns, op. cit., tome III, p. 265). Mauritz Dittrich écrit que Humboldt et Bonpland ont ramené en Europe : « 60 000 Spezies », c’est-à-dire : 60 000 espèces, dont 6 300 étaient inconnues. Erreur manifeste, car dans ce cas Humboldt aurait rapporté les deux tiers des espèces connues ! Voir : Mauritz Dittrich, Al. v. H. und die Pflanzengeographie, dans l’hommage de Gellert, déjà cité, pp. 25-42, et notamment p. 31.
Dans la Préface des « Plantes équinoxiales recueillies... etc... » des deux premiers tomes de la grande édition, Humboldt écrit : « Le nombre des plantes équinoxiales que nous avons recueillies dans les deux hémisphères monte au-delà de six mille deux cents espèces », (pp. III et IV). Plus bas, après avoir rendu hommage à Hutis, Ruiz, Pavón, Cervantes, Mociño et Sessé, il précise : « C’est Bonpland qui a préparé et séché lui-même près de soixante mille échantillons de plantes ». (p. VI). Pour le nombre des espèces, il se peut que quelques caisses se soient perdues dans le voyage, puisque Humboldt parle de 6 200 espèces dans le recueil des Plantes équinoxiales (1808), alors que dans les Tableaux de la Nature (1866), il précise qu’il a rapporté 5 800 espèces.

96 Tableaux de la Nature, livre IV, chap. i, De la physionomie des plantes, p, 351.

97 Jean Vellard, Histoire du curare, Gallimard, Paris.

98 Relation historique, livre VIII, chap. 24.
La Condamine et Ulloa ont aussi parlé de ce « poison ». Humboldt résume rapidement la description de Gumilla, qu’il trouve imparfaite. Gumilla n’avait pu pénétrer dans les pays où se fabrique le curare. Il a dû se fier à des informateurs quelque peu fantaisistes. Il n’est pas vrai notamment que les vieilles femmes inutiles que l’on choisissait pour la cuisson du curare mouraient intoxiquées par les exhalaisons vénéneuses. Voir Gumilla, El Orinoco Ilustrado..., segunda parte, Capítulo XII, Del mortal veneno llamado curare : raro modo de fabricarlo, y de su instantánea actividad, op. cit., pp. 362-377.

99 Tableaux de la Nature, op. cit., p. 55, note 2.

100 Jean Vellard, Histoire du curare, op. cit., p. 160.

101 Tableaux de la Nature, livre VII, pp. 657-662. Humboldt donne un petit historique de la découverte et de l’utilisation de l’écorce de cette Rubiacée arborescente (Cinchona) qu’est le quinquina. Des échantillons avaient été envoyés en Espagne en 1630 par la comtesse de Chinchón. La Condamine avait fait sur le quinquina une communication à l’Académie des Sciences en 1738. On sait que c’est en 1820 que Caventou et Pelletier ont isolé de l’écorce de quinquina, la quinine fébrifuge, qui est le remède spécifique du paludisme. Voir L. Guyot, Histoire des plantes cultivées, A. Colin, Paris, 1963, p. 196, 214 pages.

102 Géographie des Plantes, Vol XXVII de la grande édition, 1805.

103 Enrique Pérez Arbelâez, Alejandro de Humboldt y las quinas del Nuevo Reino de Granada, Bolivar, Revista Colombiana de Cultura, vol. XII, Juillet-décembre 1059, nos 52-54, pp. 122-134.
Dans cette étude très détaillée, l’auteur démontre clairement l’antériorité de la découverte de Mutis. La Couronne espagnole s’est beaucoup occupée du problème posé par l’exploitation des bois de quinquinas. Ceux-ci ont été d’abord exploités au Pérou, à partir de 1635, ce qui a valu à la poudre de quinquina d’abord le nom de « polvos peruanos », puis celui de « polvos de los jesuitas », car elle était répartie aux pauvres par le jésuite Juan de Lugo, puis celui de « polvos de la Condesa », en souvenir de l’action de la comtesse de Chinchón. Mais les besoins en Europe augmentaient et comme les bois de quinquinas du Pérou avaient été dévastés, il était urgent d’en découvrir en d’autres parties de l’Amérique. C’est donc Mutis qui, en 1772, grâce aux indications de don Miguel de Santistevan, a découvert l’existence de quinquinas dans le Royaume de la Nouvelle Grenade, à Tena.

104 Humboldt a rendu hommage à Mutis dans le premier volume de l’édition monumentale. Le frontispice des « Plantes équinoxiales... » est orné d’un portrait de Mutis, avec la mention suivante :
« A Don José Celestino Mutis, Directeur en chef de l’Expédition Botanique du Royaume de La Nouvelle-Grenade, Astronome Royal à Santa Fé de Bogota. Comme une foible marque d’Admiration et de Reconnaissance. Al. de Humboldt. Aimé Bonpland.

105 Cosmos, op. cit., tome I, p. 204.

106 Cosmos, tome I, p. 205.

107 On peut lire, sur les contributions de Humboldt au magnétisme terrestre, la très complète étude de Gustav Wiedeman, Erdmagnelismus, dans K. Bruhns, op. cit., tome III, pp. 55-83.

108 A. Giesecke, Magnetismo terrestre eu el Perú, Revisla del Instituto de Geografia de Lima, no 6, 1959-1960, pp. 93-97.

109 Cosmos, tome I, p. 207.

110 Lettre au Duc de Sussex, La Hoquette, Correspondance scientifique et littéraire, op. cit., tome I, p. 338 et suivantes. Cette lettre a provoqué, au moment où Humboldt la préparait, une crise sérieuse avec D.F. Gauss. Voir à ce sujet : Kurt R. Biermann, Aus der Vorgeschichte der Aufforderung Al. v. Sdts von 1836 an den Präsidenten der Royal Society zur Errichtung geomagnetischer Slationen, dans Wissenschaftliche Zeitschrift der Humboldt-Universilat zu Berlin, 12e année, (1963), no 2, pp. 209-227. Le même auteur avait déjà publié dans la même revue un article sur les relations entre Alexandre de Humboldt et Carl Friedrich Gauss., 8e année (1958-59), no 1, pp. 121-129.

111 Georg Wüst, Al. v. Humboldts Stellung in der Geschichte der Ozeanograpliie, dans : Al. v. H. hommage édité par J.-H. Schultze, op. cit., Berlin, 1959, pp. 90-101.

112 E. Schweiger, Bosquejo histórico de la Teoría sobre la corrienle peruana. Revisla del Inslituto de Geografia, Lima, no 6, pp. 29-40, 1959-60.

113 Krümmel, Handbuch der Ozeanographie, 2 vol. Stuttgart, 1907 et 1911. G. Wüst remarque que cette liste n’est pas complète. Dans le Cosmos, en effet, Humboldt consacre un grand chapitre aux phénomènes océanographiques. Wüst signale quelques erreurs de Humboldt dans son étude sur les bancs de fucus de la mer des Sargasses et ses idées erronées à propos de l’influence déterminante des courants marins sur l’érosion des continents. Dans son Histoire de la Géographie, Humboldt attribue l’apparition de l’Ile de la Trinité à la force érosive des courants océaniques.

114 G. Wüst, op. cit., note 7, p. 102.

115 H. Berghaus, Allgemeine Länder und Völkerkunde, nebst einem Abriss der physikalischen Erdbeschreibung, vol. I, Stuttgart, 1837, p. 575. Hne traduction espagnole de ce Mémoire a été publiée par Federico Schwab, sous le titre : La corriente de agua fría a lo largo de la Costa occidental de Sud América, dans Revista del Instituto de Geografía, Lima, no 6, 1059-1960, pp. 7-22.

116 Les passages cités ici sont extraits du Mémoire sur les Courants.

117 Il s’agit des travaux de Schott Gehrard (1931) et de H.-V. Sverdrup (1931). C’est H. V. Sverdrup qui a publié en 1944 les résultats de l’expédition Carnegie ; E. Schweiger, op. cil.

118 Acosta, Historia Natural y Moral de las Indias, 1604. E. Schweiger a utilisé l’édition de Madrid, de 1894.

119 Hamy, op. cit., Lettre de Humboldt à Arago, 1825, p. 300. Arago a élaboré les résultats de l’expédition de la « Vénus », bateau scientifique français qui a mené des recherches sur le courant péruvien en 1837-1838 ; voir E. Schweiger, op. cit., pp. 33-34.

120 Voir plus bas, pp. 627-628.

121 B. Stevens-Middleton, op. cit., p. 00.

122 W. K. Frankel, Alexander von Humboldt und der Panama-Kanal, dans l’hommage de J. H. Schultze, op. cit., pp. 235-242.

123 Le livre de Galvão est de 1503, et non de 1550 — Il s’agit du Tratado dos Descobrimentos de Antonio Galvão : « Tratado que compōs o nobre e notavel capitão Antonio Galváo, dos diversos e desvayrados caminhos, por onde nos tempos passados a pimenta e especearia veyo da Indids ás nossas partes, e assi de todos os deseobrimentos antigos e modernos, que sáo feitos aie a era de mil e quinhentos e cincocnla... ». La dernière phrase a induit en erreur M.W.K. Frankel, car l’ouvrage n’a été publié qu’en 1563, à Lisbonne. Une seconde édition a été faite en 1731, toujours à Lisbonne, mai3 avec un titre modifié. La troisième publiée à Porto, est de 1944. C’est celle que nous utilisons.

124 André Siegfried, Suez, Panama et les routes maritimes mondiales, A. Colin, Paris, 1948.

125 Max Sorre, le Mexique et l’Amérique Centrale, Géographie Universelle, tome XIV, p. 215.

126 Tratado dos Descobrimentos, op. cit., édit. de 1944, p. 230, note 1.

127 Gómara, Historia de las Indias, chap. 104, p. 222, Col. A, BAE, tome XXII.

128 Si Humboldt ne cite pas A. Galvão, en revanche, il se réfère à Christophe Colomb qui, « ...longtemps avant sa mort et dix ans avant l’expédition de Balboa... connaissait l’existence de la mer du Sud ». C’est au cours de son quatrième voyage, du 11 mai 1502 au 7 novembre 1504 que Colomb dans sa Caria rarissima du 7 juillet 1503, rapporte les récits des indigènes, suivant lesquels la côte pacifique et la côte atlantique se trouvaient dans le même rapport de position que Tortose, sur la Méditerranée avec Fontarabie en Biscaye, ou Venise avec Pise. Tableaux de la Nature, op. cit., p. 712. Humboldt traite du même sujet dans l’Histoire de la Géographie du Nouveau Continent.

129 Essai Politique sur la Nouv. Espagne, tome I, livre I, chap. ii, p. 241.

130 Les neuf projets figurent dans l’Essai Politique sur le Royaume de la Nouvelle Espagne, op. cil., tome I, livre I, chap. II, pp. 202-248. Les quatre possibilités qu’envisage Humboldt en dehors de l’Amérique centrale sont, au Canada, entre les sources de la rivière de la Paix (Ounigigah) et celle du Tacoutché-Tessé (supposé être le fleuve Colombia) ; au Mexique entre les sources du Rio del Norte (ou Rio Bravo) et celles du Colorado ; au Pérou, l’utilisation du réseau fluvial, au sud de Lima, río Guallaga, río Huanaco, et Ucayali qui permettraient une communication rapide entre les côtes du Pacifique et le Brésil par l’Amazone. Enfin, en Patagonie, l’utilisation éventuelle du golfe de Saint-Georges.

131 Nous utilisons ici les derniers textes de Humboldt sur la question c’est-à-dire celui qui a été publié dans l’Essai Politique sur l’Ile de Cuba, tome II, pp. 284-358, Supplément, et l’étude sur le Projet de communication entre les deux mers, publié dans la dernière édition française, la plus complète, des Tableaux de la Nature, op. cit., pp. 711-716,

132 Tableaux de la Nature, op. cit., p. 714.

133 Conversations de Goethe avec Eckermann, mercredi 21 février 1827, op. cit., p. 419.

134 Pour l’histoire du canal, outre l’ouvrage d’A. Siegfried, on lira avec intérêt George Edgar-Bonnet, Ferdinand de Lesseps. Après Suez, le Pionnier de Panama, Plon, Paris 1959, 370 p. + 1 carte.

© Éditions de l’IHEAL, 1969

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search