Version classiqueVersion mobile

Vénézuéla : travailleurs et villes du pétrole

 | 
Bernard Marchand

Troisième partie. Genre de vie et mentalités

Chapitre IV. Les problèmes humains

Texte intégral

1Les problèmes qui se posent aux travailleurs du pétrole dépendent de leur nationalité, de leur condition, de la nature de leur occupation et d’autres facteurs apparemment secondaires qui peuvent en de certains cas devenir prédominants, si bien qu’il est impossible de les traiter tous, même rapidement. On retiendra seulement, pour leur importance exceptionnelle, trois questions principales ; l’endettement des travailleurs et son corollaire, l’usure ; l’organisation et le rôle des syndicats ; enfin, l’étude des liens de cette masse humaine avec le milieu où elle vit.

I - L’USURE

2Bien qu’ils jouissent d’un revenu relativement élevé, les pétroliers le dépensent d’ordinaire entièrement. C’est d’abord le désir de paraître qui les y pousse : il n’est pas de pire insulte chez ces travailleurs vénézuéliens que celle de “pichirre” qui signifie pingre, avare, et chacun veut passer pour généreux (“abierto”). Les distractions qui les tentent, d’autre part, sont coûteuses : une soirée dans une maison close peut amener un homme à dépenser 300 Bolivars, plus du tiers de son salaire ; la loterie, en particulier le “5 et 6”, entraîne chaque semaine d’assez gros versements. Enfin, le travailleur du pétrole, par ignorance et par besoin de paternité, fait de nombreux enfants à ses maîtresses et tente ensuite de subvenir à leurs besoins ; c’est ainsi que plus de la moitié des ouvriers, semble-t-il, entretiennent dans la même ville plusieurs foyers.

3Aussi, ces travailleurs sont-ils conduits à emprunter, malgré l’importance de leur revenu ; on pourrait presque dire à cause de l’importance de leur revenu, car les usuriers ne prêtent qu’à coup sûr. Les taux sont excessifs, de 3 % à 10 % et jusqu’à 20 % par mois, si bien que le capital est rapidement doublé et que le travailleur hypothèque d’avance plusieurs mois de salaire : on peut voir, les jours de paie, des groupes d’hommes ou de femmes qui attendent aux portes des chantiers de la Creole, à Cabimas, la sortie de leurs débiteurs ; le travailleur trop endetté est alors contraint d’emprunter de nouveau le jour même où il a reçu son salaire. Ces usuriers qui sont souvent des Margaritenos renommés pour leur sens des affaires, ne travaillent pas dans les compagnies pétrolières ou n’y travaillent plus : ils en sont sortis après avoir trouvé cet emploi si lucratif ou bien en ont été chassés discrètement. Il est arrivé que, lorsque ses dettes étaient devenues trop criantes et que la société commençait à s’en inquiéter, un pétrolier ait été obligé de démissionner afin de rembourser son créancier avec la grosse indemnité qui lui est alors versée ; il va sans dire que la perte d’une aussi bonne situation est pour une famille un véritable désastre quand le chômage sévit...

4On peut estimer que la plupart des ouvriers, la moitié au moins des Intermedios et quelques Staffs, d’origine vénézuélienne, sont ainsi tenus par des usuriers. En 1963, l’administration de la Shell évaluait à 2,5 millions de Bolivars les dettes de ses travailleurs dans le Zulia, soit en moyenne 375 Bolivars par tête, et ce chiffre est sans doute sous-estimé. Fait très caractéristique, ce sont surtout les jeunes, entre 30 et 35 ans qui s’endettent ainsi.

5Les compagnies et les syndicats luttent depuis longtemps contre de pareilles pratiques et tentent de développer le sens de l’épargne ; l’aide à la construction est l’un des principaux moyens utilisés, en donnant au travailleur la possibilité de se créer un foyer. D’autre part, les syndicats, avec l’aide financière des compagnies, ont créé des organismes de crédit qui prêtent à bon marché (mars 1956), mais cette politique bien intentionnée a partiellement échoué car les travailleurs paraissent continuer à faire appel aux usuriers après avoir épuisé leur crédit auprès des caisses. Celles-ci n’ont souvent abouti, paradoxalement, qu’à aggraver l’endettement de la main-d’oeuvre ! Est-il vrai, comme on l’affirme, que dans la péninsule de Paraguana, l’usure a presque complètement disparu depuis 1958 ? Cela paraît douteux car elle est plus florissante que jamais dans le Distrito Bolivar voisin. Il est de toute façon regrettable qu’un silence pudique soit fait sur ce fléau et qu’aucune étude détaillée n’en ait encore été faite.

II - LE ROLE DES SYNDICATS

6Sous la dictature du général Pérez Jiménez, les syndicats ont été d’autant plus durement persécutés qu’ils étaient plus révolutionnaires : les syndicats chrétiens, au contraire, ont joui presque jusqu’à la fin d’une certaine tolérance. A partir de 1958, la transformation radicale du régime a, par un mouvement naturel, fait disparaître presque complètement le syndicalisme chrétien et favorisé l’essor des organisations de gauche. Depuis lors, la FEDEPETROL absorbe peu à peu tous les autres mouvements. Des critiques assez violentes ont été adressées à cette politique de regroupement qui tend à former un véritable monopole, tout à l’avantage du parti gouvernemental AD auquel la Fedepetrol est étroitement liée. Il est probable que cette fédération représente environ la moitié des travailleurs du pétrole, alors que le syndicat concurrent FETRAHIDROCARBUROS, lié au parti URD, ne rassemble guère plus de 10 % de la main-d’oeuvre. Dans la péninsule de Paraguana où l’activité pétrolière est prédominante, la Fedepetrol a elle-même créé une quinzaine de syn¬ dicats dans d’autres branches : trois syndicats de pêcheurs, etc...

7Les compagnies qui s’entendent mieux avec le pouvoir depuis 1961, favorisent cette concentration en acceptant des pratiques qui ont fait leurs preuves aux Etats-Unis. Les cotisations, par exemple, sont déduites du salaire et versées directement au syndicat ; l’ouvrier qui veut rompre son adhésion doit faire une demande particulière par la voie hiérarchique. Dans le contrat collectif de 1960, la Creole s’est engagée à verser un million de Bolivars pour la maison syndicale de la Fedepetrol. Celle-ci semble même avoir demandé, lors du renouvellement de ce contrat en 1963, que les nouveaux avantages qui y seraient inscrits, ne soient accordés qu’à ses adhérents, ce que le Ministre du Travail aurait rejeté comme illégal...

8Certains Staffs affirment aussi, non sans malignité, que la fédération aurait obéi aux instances du gouvernement en ne demandant pas de trop grandes augmentations de peur d'entraîner une augmentation générale des salaires ; politique prudente et justifiable mais difficile à expliquer à des travailleurs...

9Ces accusations, malheureusement invérifiables, semblent fondées, mais de toute façon, elles sont symptomatiques. Il est certain que la politique de la Fedepetrol a peu à peu changé depuis 1960. Ce changement s’explique en partie pour des raisons d’opportunité et les critiques seront sans nul doute bien plus violentes si AD perd le pouvoir. Mais cette évolution correspond aussi à quelque chose de plus profond : sous 1'effet de la propagande anti-bolchévique et de l’influence des compagnies, les syndicats pétroliers vénézuéliens semblent ne plus mettre vraiment en cause les principes de la société capitaliste et tendent ainsi à devenir de simples organes de contestation. Cette tendance, si elle est durable, montrerait que le syndicalisme vénézuélien, cessant de prendre pour modèle les organisations européennes, en vient à imiter les centrales des Etats-Unis.

III - LES LIENS AVEC LE MILIEU

10Il faut entendre par “milieu” l’ensemble du cadre où se déroulent la vie et l’activité professionnelle des pétroliers, c’est-à-dire le paysage, la région avec ses vieux noyaux de peuplement, et la population autochtone, ce qui montre la diversité de ce problème.

a. La Vénézolanisation

11Avant 1940, il n’y avait pour ainsi dire pas de mélange entre les ingénieurs étrangers et la population vénézuélienne : les Staffs ne se mariaient pas sur place et l’on cite l’exemple d’un ingénieur américain de la Creole qui, après avoir épousé une Vénézuélienne, fut obligé de quitter le camp et de se chercher un logement à l’écart. Ces préjugés ont perdu de leur force et les unions entre Américains et Vénézuéliennes, sur place, ou bien entre ingénieurs vénézuéliens et jeunes américaines au cours de stages aux Etats-Unis sont devenues assez fréquentes. Il semble que les cadres de la Shell se mêlent beaucoup plus difficilement à la population locale, peut-être parce que les relations culturelles avec l’Europe sont moins fréquentes que celles qui se nouent entre le Vénézuéla et les Etats-Unis, peut-être aussi parce que les cadres britanniques semblent plus xénophobes que les Américains, et les Hollandais encore bien davantage que les Anglais.

12La vénézolanisation de la main-d’oeuvre est pratiquée systématiquement depuis une quinzaine d’années. A partir de 1950, les Vénézuéliens ont été progressivement reçus parmi les Staffs dont ils forment aujourd’hui une forte proportion. La raffinerie de la Shell à Punta-Cardon, par exemple, comprenait en janvier 1958, 259 employés et cadres étrangers sur environ 4 000 travailleurs, soit 6,5 % du total, et en juillet 1963 : 101 employés étrangers sur un total de 2 857 personnes, soit 3,5 % ; il y avait alors 260 employés vénézuéliens représentant les deux-tiers du personnel de direction. Cette évolution se poursuit et si les présidents-directeurs généraux des quatre grandes sociétés étaient encore en 1964 des étrangers, on peut assurément imaginer le moment où la quasi-totalité des pétroliers seront d’origine locale. Il n’est pas facile de prévoir les transformations que cela entraînera sur le comportement des travailleurs, car d’une part, les cadres locaux gardent malgré leur promotion des préjugés moraux dont les Américains ne souffraient guère, ce qui tend à rendre la morale plus étroite, mais d’autre part, ces hauts cadres séjournent longuement aux Etats-Unis, en Europe ou dans d’autres régions pétrolifères (Proche-Orient, Lybie, etc...) si bien qu’ils perdent en partie les traditions vénézuéliennes ; il serait téméraire de vouloir décrire l’effet de ces deux facteurs agissant dans des sens en partie opposés.

b. La fixation de la population

13La fixation de ces masses mises en mouvement directement ou indirectement par l’activité pétrolière est l’un des plus graves problèmes humains du Vénézuéla d’aujourd’hui. Quelques constatations devront servir de base à toute tentative de solution. Le déracinement est un caractère qui semble dans la plupart des cas solidement acquis, on pourrait dire “irréversible” : les familles que l’attrait de l’or noir a mis en mouvement reviennent rarement dans leur pays d’origine et lorsqu’elles le font, c’est pour s’installer dans une grande ville et non pour regagner les champs qu’elles cultivaient. Par exemple, les milliers de ruraux qui ont quitté les pentes sèches du Sucre pour accourir à Anaco ne sont pas retournés vers leurs villages quand l’activité pétrolière de cette ville subit une grave crise, mais sont répartis vers la sidérurgie de Guyane. L’auteur a pu interroger un ingénieur de la Shell dont le cas fournit un autre exemple de ce processus : ses parents, qui produisaient du café dans les Andes du Trujillo, vinrent en 1939-40 travailler dans les camps de la Shell du Distrito Bolivar ; élevé dans les écoles de la compagnie, cet ingénieur occupe aujourd’hui un haut poste dans la raffinerie de Punta-Cardon ; il a oublié ses origines andines, se considère comme Zuliano et voyage beaucoup à l’étranger : Etats-Unis, Europe, Chili, etc... Tout se passe donc comme si les masses une fois mises en mouvement ne revenaient plus à leur point de départ, mais cela ne signifie pas qu’elles se fixent ailleurs.

14Les exemples cités plus haut montrent au contraire que la mobilité ainsi acquise subsiste et se trouve renforcée par chaque crise pétrolière. Les groupes humains gravitant autour des travailleurs du pétrole, les “parasites” sont les plus sensibles aux variations de la conjoncture et se remettent en mouvement pour une faible contraction de la masse salariale versée, constituant ainsi une masse mobile dont les déplacements aggravent de façon redoutable l’effet régional des crises économiques.

15Les pétroliers ne sont pas beaucoup plus solidement fixés. Pour beaucoup d’entre eux, les camps ne sont que des étapes vers les grandes villes, et même si les avantages grandissants de l’industrie du pétrole les y retiennent, leurs fils, comme on l’a vu plus haut, ont tendance à se diriger vers les professions libérales si florissantes dans les zones urbaines. Les promotions augmentent cette mobilité car si les simples ouvriers changent rarement d’occupation et de lieux de travail, les mutations sont assez fréquentes chez les Intermedios et deviennent la règle chez les Staffs pour qui s’ajoutent les stages d’étude à l’étranger. Aussi bien, la main-d’oeuvre pétrolière répugne à s’enraciner, comme le montre amplement la lenteur du développement des urbanisations de la Creole à Tamare et à Judibana, malgré les conditions étonnamment avantageuses offertes aux candidats à la propriété. Et si les pétroliers aiment à fleurir leurs maisons, il est frappant de remarquer que c’est toujours avec des plantes placées dans des pots, c’est-à-dire aisément mobiles et que l’on peut emmener avec soi.

16Les conséquences de ce manque d’enracinement sont fort graves : les nombreux habitants des agglomérations pétrolières achètent rarement la terre sur laquelle ils vivent, et payent encore moins souvent un loyer. Or, la rente foncière, malgré le caractère profondément rétrograde qu’on lui attribue généralement, fournirait aux propriétaires de domaines aujourd’hui à l’abandon des capitaux qui permettraient au moins aux plus ouverts, de moderniser leur exploitation. Pour cette raison, l’effet de l’implantation du pétrole s’est fait sentir à sens unique, car il a bouleversé les coutumes et mis en mouvement la main-d’oeuvre sans fournir d’autre part à l’agriculture les moyens de se transformer. Le traumatisme a été si grave que les producteurs locaux n’ont pu profiter du vaste marché qui s’ouvrait ainsi à leurs portes : rien ne montre mieux la gravité et l’absurdité de la situation actuelle que l’exemple du marché d’El Tigre où la viande, le lait, les légumes sont amenés en camions de centres de production éloignés de 600 kilomètres quand aux portes de la ville, les herbages des Llanos et les alluvions du rio Tigre sont délaissés par les paysans. La politique de “Desarollo de la Commidad” s’est attaqué à l’un des aspects de ce problème en tentant de mêler intimement les masses pétrolières avec les autres travailleurs de la nation ; il est certain que des urbanisations comme celles de la Creole jouent dans ce sens un rôle favorable et qu’aujourd’hui, les hauts cadres sont plus étroitement liés aux médecins ou aux avocats des villes pétrolières. Mais l’autre aspect de la question semble, jusqu’ici du moins, avoir été complètement oublié, bien qu’il soit d’une importance capitale : aussi longtemps que des mesures habiles ne permettront pas aux régions pétrolières de profiter, par toutes leurs activités, de la richesse de leur sous-sol, elles ne pourront connaître de développement harmonieux, car l’installation d’une industrie aussi puissante ne peut que bouleverser leur équilibre et leur être finalement défavorable.

17Malgré les grands changements intervenus depuis quinze ans, on ne peut dire que l’enracinement des masses pétrolières soit satisfaisant. Au contraire, la promotion des cadres vénézuéliens aux plus hautes charges semble avoir pour effet de transmettre à la main-d’œuvre nationale l’instabilité propre aux travailleurs étrangers. La très forte centralisation politique de l’Etat vénézuélien vient encore aggraver cette crise des régions productrices : la plus grande partie des bénéfices tirés du pétrole et qui ne sont pas rapatriés à l’étranger sous forme de dividendes est versée au gouvernement qui les redistribue en salaires et en subventions surtout dans les bassins industriels (Caracas et Valencia) ou les régions déprimées. L’un des principaux besoins de ces régions pétrolières où l’économie locale a été paradoxalement ruinée par l’extrême richesse du sous-sol est une politique de développement soigneusement concertée s’intéressant simultanément à toutes les formes d’activité.

© Éditions de l’IHEAL, 1971

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Volume papier

amazon.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search