Version classiqueVersion mobile

Vénézuéla : travailleurs et villes du pétrole

 | 
Bernard Marchand

Troisième partie. Genre de vie et mentalités

Genre de vie et mentalités

Texte intégral

1Le but de la première partie était de montrer les principales conditions qui ont déterminé le groupe des pétroliers et qui lui donnent toute son originalité. La seconde a analysé les transformations successives que la formation, le développement et la vie de ce groupe ont provoquées dans le paysage vénézuélien. Il reste à examiner le genre de vie de ces hommes et leurs mentalités.

2Trois caractéristiques fondamentales permettent de poser clairement le problème. C’est une des industries les plus modernes, les plus puissantes et les mieux concentrées du monde qui est venue s’installer dans un pays sous-développé, dans l’une des nations d’Amérique du Sud les moins peuplées avant l’arrivée des Conquistadors et l’une de celles que la Couronne espagnole a le plus négligées. Un développement aussi nouveau et aussi violent ne pouvait pas ne pas entraîner de profonds contrastes et de violents déchirements. L’importance des mouvements migratoires et la nouveauté des conditions de vie offertes aux travailleurs du pétrole représentent une seconde caractéristique lourde de conséquences, car le brassage puissant de groupes humains fréquemment renouvelés a créé un ensemble sans unité, profondément hétérogène, d’hommes qui se sentent étrangers au pays où ils ont été appelés à vivre. Enfin, depuis la fin de la IIe Guerre Mondiale, le développement de la lutte syndicale, le renforcement de la structure interne des compagnies, la réduction progressive du volume de la main-d’œuvre ont donné de l’unité à ces travailleurs déracinés et constitué ainsi un groupe humain original.

3La première tâche est donc, en décrivant la vie quotidienne d’un travailleur, de déterminer le facteur d’unité, c’est-à-dire le cadre de travail le plus agissant. Les relations humaines entre les travailleurs et leur patron constituent un deuxième chapitre d’autant plus intéressant que l’importance des redevances versées à l’Etat vénézuélien fait de la nation l’un des principaux employeurs de cette main-d’œuvre. Il sera alors possible de distinguer les types sociaux et leur mentalité, puis d’analyser les principaux problèmes qui se posent aujourd’hui.

© Éditions de l’IHEAL, 1971

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Volume papier

amazon.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search