Version classiqueVersion mobile

L’industrialisation des pays de la Plata

 | 
Frédéric Mauro
, 
Guy Bourdé

Réflexions sur la politique d’industrialisation du gouvernement péroniste (accompagnées de références bibliographiques)

Jacques Hirzy

Texte intégral

Les précédents

1Dans la longue quête d’émancipation économique qui, partie de la grande guerre avait pris un essor considérable pendant la grave crise des années 1930 et s’était affirmée avec la conjoncture économique très favorable de l’immédiat après guerre, la “mystique” de l’industrialisation était devenue chemin faisant, l’élément essentiel.

2Cet élan s’était heurté à un nombre considérable de facteurs négatifs, nés des structures socio-économiques des pays latino-américains, pays où seule une fraction très étroite de la population est intégrée au secteur “moderne” de l’économie et où l’immense majorité reste à l’écart, vouée à la misère d’une économie de subsistance, cette “dualité” sociale n’étant en définitive que la coupure économique entre “colonisateurs” et “colonisés” qui divise depuis toujours les sociétés latino-américaines.

3Cependant, dans les années de la période 1914-1929, un certain nombre de bouleversements allaient se traduire par l’amorce d’une lente mais constante modification dans les structures sociales urbaines des pays latino-américains. En effet, la forte croissance des économies minières et agro-exportatrices, qui bénéficiaient pendant cette période d’une exceptionnelle prospérité, additionnée aux effets du naissant mouvement industriel, eurent pour résultat le développement croissant des classes moyennes urbaines et l’augmentation du nombre et du “poids” social des masses populaires.

4Dans ce contexte social en évolution, s’accentuait l’essoufflement du système traditionnel et de son idéologie ; de plus en plus contestés par les nouvelles classes qui réclamaient en se radicalisant, une participation accrue aux affaires publiques et au pouvoir politique.

5Un mouvement syndical très actif faisait son apparition, pénétré d’idéologies nouvelles de changement social et de justice. Les structures de l’Etat lui-même, se modifiaient par leur croissante complexité, le développement de nouveaux services et l’augmentation constante de ses effectifs bureaucratiques ; cette structure toujours plus complexe de la machine administrative déterminait dans l’appareil de l’Etat une certaine liberté de manœuvre et un croissant pouvoir de décision, qui échappant au contrôle des classes dominantes devenait de plus en plus un pouvoir autonome.

6En outre, dans les villes gonflées par un fort mouvement d’urbanisation, se développaient des nouvelles élites intellectuelles, touchées par les échos de la Première Guerre et de la Révolution russe ; la grande portée de cet événement lointain, qui réveillait les espoirs par vocation universaliste, qui révélait la faillite de l’ordre traditionnel et suggérait la nécessité et la possibilité de dérangements, détermina l’émergence d’idéologies nouvelles, synthèses parfois hâtives et confuses, sans grande cohérence mais ne manquant pas d’impact et d’efficacité. Ces idéologies étaient axées sur la notion de nationalisme, sur des buts de développement économique et social ainsi que sur la nécessité d’un consensus national et d’une plus grande participation politique pour les nouvelles classes, sur le renouvellement institutionnel et sur l’interventionnisme de l’Etat.

7A partir de la grande crise et tout au long des années 1930, la situation précaire des pays latino-américains ne cessa de se dégrader ; la crise, qui s’éternisait, pesait lourdement sur les structures fragiles et déséquilibrées de leurs économies. Dans ce climat de désastre, la prise de conscience d’un nombre croissant de latino-américains de leur situation de “dominés” allait de pair avec une toujours plus grande aspiration d’indépendance économique et de participation sociale. La mise en cause du système traditionnel se radicalisait ; des courants d’opinion de plus en plus larges se faisaient jour, qui réclamaient avec force des changements.

8Ces mouvements, restés très limités pendant la période précédente, encore faibles alors et mal structurés, ne pouvant compter sur un continent où l’analphabétisme était de règle avec des moyens vraiment efficaces comme la propagande écrite, prirent, à la faveur d’une dégradation économique et d’une misère croissantes, d’un climat social de désespoir et d’amertume, la signification de “dernière ressource”, de seule porte de sortie à une situation qui devenait de plus en plus insupportable.

9Le prolétariat des villes, durement touché par la crise réclamait la protection d’une législation sociale alors inexistante ; dans les campagnes, où des populations misérables souffraient les rigueurs d’une exploitation impitoyable, où l’implantation du système d’exploitation capitaliste avait fait perdre aux paysans leur seul avantage de jadis, cette protection que, en contre-partie de leur soumission, leur assurait l’ancien système paternaliste des grands propriétaires fonciers, se faisait jour la très vieille et profonde aspiration à la réforme agraire ; dans les grandes villes, les classes moyennes appauvries par la crise réclamaient une plus large participation politique, pour elles-mêmes d’abord et d’une façon démagogique et manipulatoire pour les masses populaires.

10Cette protection et cet appui contre les abus du système libéral dont les populations latino-américaines ressentaient le besoin, c’est à l’Etat qu’elles allaient le demander ; c’est vers un Etat régulateur et interventionniste qu’allaient se tourner les aspirations au changement économique et social des latino-américains.

Les nouveaux régimes

11Des courants idéologiques influençaient des éléments issus de milieux sociaux très divers : des bourgeoisies commerçantes, financières et industrielles agissant en vue d’intérêts économiques évidents ; des universitaires, professeurs et étudiants, aux motivations plus généreuses et abstraites, au contenu purement idéologique ; des éléments des classes populaires enfin : petits bourgeois aigris par le rétrécissement constant de leurs revenus ; ouvriers syndicalisés des grandes villes poussés par la colère ; prolétariat marginal des banlieues industrielles mus par un réflexe primaire de xénophobie envers “l’étranger” coupable de leur situation.

12Il s’agissait pour ces nouveaux courants de pensée, de libérer les pays latino-américains de l’emprise du capitalisme étranger et cela au moyen d’une politique de rachat des entreprises étrangères ; du règlement de la dette extérieure et de la formation d’un capital “national”, seul susceptible à leurs yeux de permettre une croissance économique équilibrée où l'industrialisation pût contrebalancer une agriculture par trop exclusive et par trop tournée vers le marché extérieur.

13Ces courants d’idées allaient se cristalliser dans des politiques précises avec l’arrivée au pouvoir d’hommes qui en firent des synthèses bien différentes au Nord et au Sud du continent, à la faveur d’une conjoncture globale extrêmement favorable.

14Les deux tendances du nationalisme plutôt démocratique avec Cárdenas au Mexique, plutôt autoritaire avec Vargas au Brésil et Perón en Argentine, allaient par ailleurs alterner au pouvoir dans la plupart des pays latino-américains jusqu’à nos jours. Elles reposaient toutes deux, probable survivance du “caudillismo” latino-américain, sur la présence d’hommes exceptionnels, de chefs charismatiques, seuls capables de rassembler dans un élan cohérent les forces vives des nations latino-américaines. Ces régimes trouvèrent, mis à part un indéniable soutien populaire plus ou moins manipulé et canalisé par une politique démagogique, l’appui de l’armée, notamment de ses jeunes officiers. Cette armée, qui fît alors un peu partout sur le continent une fracassante entrée sur la scène politique latino-américaine, allait désormais conserver “le haut du pavé” et contrôler directement ou indirectement la vie politique des pays latino-américains. Dès avant la crise, l’Amérique latine avait dejà assisté à un certain effacement des gouvernements traditionnels ; l’Argentine d’Irigoyen, le Chili de Alessandri ; le Mexique de Obregon et de Calles marquèrent le premier élan des idées réformistes. A partir de la crise et surtout à la faveur des grands bouleversements conjoncturels de la deuxième guerre mondiale et de ses suites, les nouvelles élites allaient catalyser les mécontentements, les oppositions et les résistances, soutenus par une armée, elle-même émanation de ces mêmes classes moyennes revendicatrices du partage du pouvoir avec les oligarchies traditionnelles.

15Dans le contexte socio-économique latino-américain secoué de fond en comble par une longue crise, aux conséquences imprévisibles, la peur du communisme et des idées révolutionnaires, ressentie non seulement par les oligarchies mais aussi et surtout par les classes moyennes, dont cette peur semble être l’apanage historique, favorisa l’éclosion de politiques dites “de troisième voie” ou de “troisième position”, entre le capitalisme “étranger” exploiteur et le socialisme où “l’homme est exploité par l’Etat”. Ces politiques ne furent le plus souvent que des façades démagogiques qui masquaient des compromis ou des trèves avec les oligarchies traditionnelles et qui se traduisirent dans les faits par la constitution de régimes “forts”, teintés d’un certain paternalisme à l’égard de leurs partisans mais pratiquant une politique de répression à peine déguisée vis-à-vis de leurs opposants.

16C’était le cas du Brésil de Vargas et celui de l’Argentine de Perón. Ce dernier, à l’instar de ses modèles européens, instaura un régime typiquement fasciste, avec quelques concessions faites à la mentalité et aux usages locaux. En réalité, en dépit d’une législation sociale très avancée pour le temps et le heu qui lui attira l’appui et même la ferveur des masses populaires, le régime péroniste s’appuyait principalement sur une large fraction de l’armée et sur les classes moyennes hantées par la peur du communisme et des troubles sociaux. Le rôle du péronisme en tant que mouvement politique fut celui de canaliser et dans une large mesure de désamorcer le puissant élan de mécontentement et de révolte sociale qui, né de la crise, prenait en se développant un caractère nettement révolutionnaire.

17Ce fut aussi cette Argentine corporatiste, au syndicalisme vertical, aux liesses populaires orchestrées dans les cabinets ministériels et aux balcons fleuris de dignitaires démagogues en manches de chemise, qui eut à l’égard de la réforme agraire une attitude nettement négative ; le régime péroniste, en dépit des inimitiés affichées à l’égard des propriétaires fonciers à l’oligarchie traditionnelle, n’osa jamais toucher à leur patrimoine.

18Dans beaucoup de pays de l’Amérique latine, la tendance totalitaire de cette lame de fond nationaliste conduisit à l’avènement de dictatures sanglantes. Ces régimes, dictatures appuyées par l’armée ou gouvernements militaires “purs” furent dès cette époque et le sont encore de nos jours, la peur de la révolution aidant, le rempart des possédants contre toute revendication, contre toute aspiration à une véritable réforme sociale, et de ce fait même, les alliés naturels de l’impérialisme étranger pour qui ils sont devenus la garantie nécessaire à ses investissements. Des événements bien proches de nous sont là pour nous montrer, qu’il s’agisse du Brésil, de l’Uruguay, du Chili ou de l’Argentine, comment, dans un climat social de répression et de terreur, les “armées nationales” peuvent devenir, tout simplement, des troupes d’occupation sur leurs propres territoires, responsables de “l’ordre” intérieur dont le maintien consiste en la défense de fractions étroites de la population, bénéficiaires du système en place, contre les masses affamées qui constituent la quasi totalité des populations.

Les politiques économiques

19Dans une Amérique latine, submergée par la toute-puissance du capitalisme étranger, la lutte contre celui-ci fut le secteur essentiel des politiques nationalistes. Ces politiques mirent d’abord l’accent sur une stratégie de rachats et de nationalisations des entreprises étrangères dans les secteurs vitaux de l’économie : les transports, les télécommunications, l’énergie, les industries minières, la banque, furent les secteurs visés par les nationalisations. Dans cette voie ce fut le Mexique qui s’engagea le premier. Dans le bassin de la Plata, le Brésil et l’Argentine suivirent le mouvement entre 1946 et 1950. Ces nationalisations furent ensuite renforcées par une législation qui réglementait et contrôlait les investissements étrangers. Comme conséquence directe de cette politique, la multiplication des sociétés nationales allait peu à peu constituer un secteur public d’une grande importance, secteur duquel allait dépendre la réussite ou l’échec du développement ultérieur escompté par les plans économiques des nouveaux régimes, qui entendaient de la sorte substituer aux entreprises étrangères des sociétés publiques, plus ou moins rattachées à l’Etat, qui pourrait ainsi contrôler et guider leurs activités en vue de la réalisation de sa politique économique globale.

20Cette politique traduisait la volonté des équipes au pouvoir d’accélérer le développement économique, de promouvoir sa croissance par l’implantation d’industries lourdes, susceptibles de créer des activités en amont et en aval, de véritables “pôles” de croissance.

21L’action de l’Etat dans ce contexte, était celle d’un coordinateur et ce pouvoir de décision économique c’est à travers des banques de développement qu’il allait l’exercer. Le crédit fut l’outil privilégié, la courroie de transmission idéale de l’action de l’Etat vers des secteurs soigneusement choisis dans les plans de développement.

22C’est à l’instar du Mexique, qui le premier avait pris des initiatives dans ce domaine, que fut créé en Argentine dès 1944 la Banque Industrielle de la République Argentine (BIRA) et au Brésil, dès 1951, la Banque de Développement Economique. Ces banques étaient appelées à jouer un rôle multiple auprès des entreprises au moyen du crédit, des prêts à moyen et à long terme, pouvant même prendre des participations et concourir à l’émission d’actions et d’obligations. Elles accomplissaient dans l’appareil économique de l’Etat le rôle de filtre, déterminant, par un éventail de critères de priorité, les secteurs de l’économie susceptibles d’avoir des effets d’entraînement sur l’ensemble des autres secteurs.

23La réussite de ce type d’organisme fut variable. La Nacional Financiera joua un rôle de tout premier plan en répondant aux nécessités réelles de l’économie mexicaine ; au Brésil aussi la BNDE exerça une influence décisive sur la croissance économique brésilienne. Sans commune mesure avec ses homologues brésilienne ou mexicaine, qui malgré les “a-coups” conjoncturels assurèrent par une politique économique suivie et cohérente des réalisations remarquables, en Argentine, la BIRA favorisa le secteur textile et les industries de transformation au préjudice des industries de base, destinant par ailleurs une proportion de 50 % de l’ensemble des crédits à financer les frais de gestion des entreprises au détriment des crédits pour investissements fixes qui ne dépassèrent pas 30 à 40 % du total. Si entre les différents plans brésiliens, celui de Vargas (Plan Salte) de 1945 et ceux de ses successeurs, on peut trouver une certaine continuité, on est obligé de reconnaître que dans le cas argentin il n’en fut pas de même. Le premier plan quinquennal du gouvernement péroniste (1945-1951), qui fut l’orgueil du régime, la référence obligée de toute sa littérature officielle et qui était fondé sur une industrialisation à outrance dirigée par l’Etat, se solda par un échec. Ce plan d’industrialisation devait porter essentiellement sur l’énergie : pétrole et électricité ; les communications et la sidérurgie. Son financement devait être assuré par l’IAPI (Instituto Argentino de Promocion del Intercambio) qui se chargeait d’acheter aux agriculteurs leur production à bas prix (fixés par l’Etat) pour les revendre ensuite à l’étranger, les bénéfices étant destinés à financer et à soutenir le développement industriel. Ce système surprenant, reflet des préférences du “lider” qui n’avait pas beaucoup d’estime pour les “agrariens”, provoqua dans l’ensemble de l’économie de graves déséquilibres. L’agriculture subissait en Argentine, depuis les débuts de l’industrialisation, une crise de main-d’œuvre, attirée par le mirage des hauts salaires des usines urbaines, et souffrait en outre de l’élévation du coût de la vie par le renchérissement des prix des denrées industrielles qui lui étaient nécessaires, alors qu’elle était obligée de vendre sa production dans les mauvaises conditions qui lui étaient imposées. Cette forte distorsion sectorielle détermina une chute brutale de la production agricole tandis qu’en même temps, dans le domaine des échanges, commençaient à diminuer de façon inquiétante les soldes excédentaires de la balance commerciale. Dès 1949, le gouvernement péroniste dut renverser la vapeur pour lutter contre la paralysie économique.

24Le second plan quinquennal (1953-1957) tenta de rétablir l’équilibre fortement compromis entre agriculture et industrie, mais il souffrait, à l’instar de la plupart des plans économiques latino-américains, de la démesure de ses ambitions ; d’un coût trop élevé, qui se chiffrait à 7 600 millions de pesos par an, soit 44 % du budget ordinaire, il ne tenait pas compte des mouvements de la conjoncture qui se traduisaient alors par une baisse des ressources fiscales et par la détérioration de la balance commerciale qui amenuisait sans cesse les réserves de devises. Dans ce contexte défavorable, les objectifs du plan ne purent être atteints.

25Cependant, en dépit des échecs, ces plans montrèrent par les limites même de leurs résultats, la taille et l’étendue démesurée des problèmes à résoudre et eurent en outre le mérite fondamental d’exister et d’être à la base des premiers essais latino-américains pour secouer le joug de la dépendance séculaire qui écrasait les économies de la région sous l’emprise multiforme et tentaculaire du colonialisme étranger.

Le secteur énergétique

26L’effort d’industrialisation se traduisit dès le début, dans la plupart des pays latino-américains, par des politiques orientées vers la diversification industrielle et à cet égard s’avéraient nécessaires l’exploitation et la mise au service des intérêts nationaux des vastes ressources énergétiques du continent, condition essentielle celle-ci, à tout effort sérieux d’industrialisation.

27Dans le domaine houiller, le Brésil, sous l’impulsion des Aciéries Nationales, commença dès 1940-1945 l’extraction du charbon de Minas, de Santa Catarina et de Rio Grande do Sul. En Argentine commença à la même époque, l’exploitation les gisements du Nord et surtout de ceux de Rio Turbio. En définitive, ces gisements, très éloignés des centres industriels, aux ressources peu importantes, de médiocre qualité et de rentabilité faible en regard des problèmes de transports qu’ils soulevaient, conduisirent les responsables des politiques énergétiques à se tourner vers une autre ressource, celle-là abondante sur tout le continent : le pétrole.

28Dans le bassin de la Plata, le Brésil et l’Argentine s’étaient réservé, par une politique de nationalisations et de strict contrôle des compagnies étrangères, la majeure partie de la production pétrolière. En Argentine, grâce à la politique énergétique de YPF (Yacimientos Petroliferos Fiscales) les forages se multipliaient sur la côte atlantique de la Patagonie, dans la région de Comodoro Rivadavia et dès 1950-1952 sur le piémont andin, à Plaza Huinwal ; puis à Mendoza, Salta et Jujuy. Un ensemble de gazoducs et d’oléoducs était installé. En 1960 fut inauguré un “teeder” d’une capacité journalière de 7 millions de m3, qui transporte depuis lors le gaz naturel de Campo Duran, dans le Nord, à Buenos Aires, pendant qu’un oléoduc de 1483 km unissait les champs pétrolifères du Nord, eux-mêmes rattachés à ceux de la Bolivie, à la raffinerie de San Lorenzo, proche de Rosario.

29Dans la politique de développement économique de l’Argentine, le domaine hydro-électrique fut l’objet d’une attention particulière ; néanmoins bien des efforts furent freinés par le manque de continuité des plans. Malgré les retards, les réalisations demeurent néanmoins importantes et de nombreux projets laissent prévoir dans le futur un développement considérable. L’effort d’électrification commencé dès 1947 permit l’installation au pied des massifs subandins de très gros équipements dont la puissance ne cessa de s’accroître, surtout dans la région de Mendoza où elle quintupla entre 1955 et 1959. Sous l’impulsion de l’Office d’Etat “Agua y Energia Electrica” qui géra et conduisit depuis le début la politique hydroélectrique du pays, fut conçu l’aménagement du “Chocon” sur le rio Negro et l’ensemble de son système d’affluents au nord de la Patagonie. Cet ensemble prévoyait un barrage sur le rio Limay, du type Serre-Ponçon, de 77 m de haut et de 1500 m de long, pouvant retenir un volume d’eau de 77 millions de m3 et formant un lac artificiel de 80 km de longueur ; une centrale dépendant de ce barrage pourrait fournir 3,5 millions de KWh dont les deux tiers pourraient être transportés par une ligne de haute tension de 1200 km jusqu’à Buenos Aires. Dans le nord-est, le projet de “Salto Grande”, à l’étude depuis 1953 comporterait un barrage sur le rio Uruguay, à 350 km en amont de son embouchure et un lac de 150 km de longueur ; deux centrales fourniraient 6 milliards de KWh. Sur le Parana enfin le projet de Corrientes prévoyait l’équipement de 3 à 4 basses chutes, ce qui permettrait l’obtention d’une puissance installée de 8 millions de KW, fournissant 40 millions de KWh par an.

Le secteur sidérurgique

30Tout comme la possession et le contrôle des sources d’énergie et leur exploitation, la mise en place d’une industrie lourde était l’une des conditions essentielles au développement économique latino-américain. Or, avant les années 1930, les pays latino-américains ne disposaient que d’industries légères, très peu diversifiées et qui étaient pour la plupart des industries de transformation. Cette situation allait changer à la faveur des bouleversements de la grande crise et surtout sous l’impact de la seconde guerre mondiale. Pendant longtemps producteurs à bon compte de matières premières dont l’extraction était aux mains de compagnies étrangères, les pays latino-américains, dont les ressources minières avaient été exploitées, voire pillées depuis la découverte du continent, par des groupes dont les intérêts se trouvèrent toujours en dehors de leurs territoires, prirent de plus en plus conscience, à travers ses nouvelles élites économiques, du caractère néfaste de ce type d’exploitation, cette sorte “d’industrie” s’avérant, en définitive, par son caractère négatif et destructeur, l’antithèse même de l’industrialisation et du développement indépendant. Ce fut dans cette optique que les gouvernements latino-américains se tournèrent vers le contrôle et l’exploitation des grands gisements de minerai de fer. Si nous laissons de côté le cas du Mexique, dans le virage spectaculaire de la politique sidérurgique latino-américaine, ce fut le Brésil qui montra le chemin en poussant très activement ses prospections et, dès 1942, l’Etat donna son appui à la création de la “Companhia Vale Rio Doce” qui était constituée en société mixte et devait prendre à sa charge l’exploitation du minerai. Par la suite, les autres pays latino-américains disposant de réserves minières, mirent sur pied, avec l’appui financier de leurs nouveaux instituts de crédit, les grands complexes sidérurgiques que jusqu’alors avaient fait défaut à l’Amérique Latine. En Argentine était créé en 1947 le grand ensemble de San Nicolas, géré par la “Sociedad Siderurgica Argentina” dont l’Etat était le principal actionnaire. Malgré les longs retards de sa mise en fonctionnement, le complexe entra en service dès 1960 ; il comportait des hauts fourneaux, une aciérie Martin, des laminoirs et une cokerie de 89 fours. Dans le Nord, le groupe Palpala, près de Salta, prenait dès 1960 une grande impulsion et, sur le Parana, se constituait le groupe Capasa.

Les “extensions” industrielles

31Ce fut à partir des éléments économiques essentiels que nous venons d’énumérer que l’industrie latino-américaine put réaliser des extensions considérables et entraîner de ce fait une diversification de plus en plus poussée, par le jeu de la complexité croissante des activités industrielles. Dans les secteurs “traditionnels” comme les industries alimentaires se faisait sentir le poids de la crise agricole ; le secteur textile, tout en restant très important, ne jouait plus le rôle de moteur qu’avait été jadis le sien ; néanmoins, il s’étendait géographiquement et sa production ne cessait d’augmenter. Dans le bassin de la Plata, le Brésil et l’Argentine restaient des zones cotonières importantes ; les groupes lainiers y progressaient et la rayonne faisait son apparition ; les problèmes des transports poussaient en avant les industries mécaniques, qui en raison de la demande croissante se diversifiaient, favorisant de la sorte les industries de machines outils, notamment au Brésil. Dans les secteurs neufs ce fut l’industrie automobile qui connut le plus formidable essor dans plusieurs pays latino-américains et si dans certains d’entre eux elle resta au stade de l’assemblage, elle devint au Brésil et en Argentine, une industrie complète, produisant sous licence de grandes firmes européennes et nord-américaines, des voitures “entières”, moteurs et carrosseries, par des systèmes de fabrication totalement intégrés.

32Aussi bien en Argentine qu’au Brésil, se créaient des usines de matériel électroménager et les industries chimiques, en expansion depuis 1940 faisaient un grand bond en avant dans les années 1956-1957, phénomène qui se poursuivit à une cadence très rapide, ajoutant aux produits traditionnels de l’industrie chimique latino-américaine, la rayonne et les textiles synthétiques, les engrais artificiels, les matières plastiques et tout l’éventail des nouveaux produits de la pétro-chimie. Les industries du papier, du bois, du cuir et du ciment suivirent le mouvement général de diversification, entraînées par la tendance d’ensemble de la conjoncture industrielle. Cette grande poussée industrielle, par sa diversité et par les phénomènes d’intéraction qu’elle créait en se développant, eut par conséquence dans les grands Etats du bassin de la Plata, le Brésil et l’Argentine, le développement d’un mouvement d’industrialisation complexe, comportant des industries de biens de production, de biens intermédiaires et des biens de consommation.

33Malgré les grandes et parfois étonnantes réalisations industrielles de l’Amérique latine, l’industrialisation demeure sur le continent en proie à de graves problèmes. En général, la productivité des entreprises reste médiocre ainsi que leurs méthodes de gestion, et les marchés intérieurs latino-américains qui auraient dû permettre une grande expansion industrielle, demeurent en grande partie théoriques, du fait du faible niveau de vie de la grande majorité des populations qui reste à l’écart du secteur “moderne” de l’économie.

34Quant au marché international, les produits de l’industrie latino-américaine s’y heurtent aux résistances des firmes multinationales et aux entraves “protectionnistes” des Etats industriels. Cette situation provoque de graves déséquilibres dans les balances de comptes à chaque fois que les exportations “traditionnelles” fléchissent, et obligent les pays latino-américains à réduire leurs importations de biens d’équipement et de combustible, ce qui retentit automatiquement sur le développement industriel.

35Jacques HIRZY est l’auteur d’un mémoire : Les problèmes de l’industrialisation. L’Argentine et le contexte global latino-américain. Bibliographie sélective commentée, Paris 1979, 63 p. (Directeur : J.P. BERTHE) Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales.

36La base documentaire du mémoire, qui est aussi la part essentielle du travail, consiste en un fichier de plusieurs centaines de titres, consacrés aux problèmes de l’industrialisation en Argentine, de la fin du XIXe siècle à nos jours. Le recensement concerne les publications (statistiques, enquêtes, rapports, études sous forme de livres ou d’articles) réalisées entre 1955 et 1975, dont la plupart sont disponibles à Paris, à l’Institut des Hautes Etudes de l’Amérique Latine.

37Le classement comprend treize rubriques, chacune d’elles étant subdivisée en deux parties : la première relative à l’environnement latino-américain ; la seconde, traitant du cas argentin. Soit la disposition suivante :

  1. Généralités. Amérique Latine. Argentine

  2. Développement économique. Industrialisation.

  3. Planification régionale et urbaine.

  4. Industrie.

  5. Energie.

  6. Matières premières.

  7. Transports

  8. Science et technologie.

  9. Finances.

  10. Commerce, marché, échanges.

  11. Aide et coopération

  12. Evolution sociale et politique.

  13. Jurisprudence et fiscalité.

38Nous présentons ici, à titre d’exemple, la seule rubrique : 2 b) Développement économique. Industrialisation en Argentine ; c’est-à-dire un échantillon très restreint (moins du vingtième de l’ensemble). Le fichier intégral est accessible aux chercheurs intéressés par le thème de l’industrialisation dans le Bassin de la Plata au Centre de Documentation de l’Institut des Hautes Etudes de l’Amérique Latine, 28, rue Saint-Guillaume, 75007 PARIS.

Bibliographie

Jacques HIRZY, Fichier (extraits)

DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE, INDUSTRIALISATION EN ARGENTINE

Argentine, Buenos Aires y la industrialización del país, Hacienda, Economía y Previsión, Buenos Aires, 3, janv.-mars 1951, pp. 69-74.

Argentine, The situation in Argentina and the new economic policy, Economic Bulletin of Latin America, no 1 (1), 1956, p. 26 et suiv.

Argentine, La planification économique et l’industrialisation de l’Argentine, 1947-1957, Notes et Etudes Documentaires, Paris, La Documentation Française, no 1787, pp. 1-43, 26/9/1958.

Argentine, New Hope for Argentine economy, World Today, no 15, 1959, pp. 379 et suiv., Argentine, Metodología de las proyecciones del plan de desarrollo, 1965-1969, (Por : Julio Berlinsky, F. Gonzalez, C. Panzone, etc.), Investigación Económica, avril-juin 1965, pp. 393-407.

Argentine, Plan nacional de desarrollo de la economía argentina, Mercado de Valores, mai 1965, pp. 345-352.

Argentina, El proceso de modernización en Argentina, 1880-1930, Revista de la Universidad, La Plata, janv. 1966-juil. 1967, C.D. - IHEAL.

Argentine, Situation et perspectives économiques de l’Argentine, France-Argentine, sept.-oct. 1967, pp. 6-9, C.D. - IHEAL.

Argentine, La economía argentina en el último cuarto de siglo., Veritas, déc. 1970, pp. 14-43, tabl. statist., C.D. - IHEAL.

Argentine, El plan económico para 1972, Boletín del Museo Social Argentino, janv.-mars 1972, pp. 101-103.

Argentine-Brésil, Inflation et croissance, MOCI, Commerce International, no 1167, 15 juin 1972, pp. 19-26 et 51-58.

Argentine, La crisis en carne y hueso. Testimonios de la clase obrera, La situación económica : algunos datos, Testimonio de la clase media, El plan Rodrigo y la receta del FMI, Crisis, (28), août 1975, pp. 3-16, tabl.

Argentine, L’Argentine sur la voie du redressement économique, Industries et Travaux d’Outre-Mer, nov. 1977, pp. 776-780.

Argentine, 1978 : El escenario económico ; Progreso, juin 1978, pp. 35-38.

ASINARI, Amanda, Le fonctionnement du marché agricole dans un pays d’économie dépendante : le cas des provinces de Córdoba et de Catamarca, (XVIe-XXe siècles), cycle Histoire, Toulouse Le Mirail, 1973.

ASPIAZU, D. – BONVECCHI, C. – KHAVISSE, M. – TURKIEH, M., Acerca del desarrollo industrial argentino : un comentario crítico. Desarrollo Económico, 15, (60), janv.-mars 1976, pp. 581-612, tabl., graph., bibliogr.

AZCURRA, Fernando, La situación económica argentina. Cristianismo y Sociedad, 1973, pp. 59-76, C.D. - IHEAL.

BACKLANOFF, Eric, Argentina, Chile and México : contrasts in economic policy and performance. Journal of Inter-American Studies, vol. III, no 4, oct. 1961, pp. 497-509.

BAGLIOLO, Rómulo, Características de la economía argentina y el plan de desarrollo, Journal of Inter-American Studies, oct. 1966, pp. 601-610, C.D. - IHEAL.

BAGU, Sergio, Argentina 1961, Cuadernos Americanos, nov.-déc. 1961, pp. 19-32, C.D. - IHEAL.

BAIROCH, Paul, Desarrollo agrícola y desarrollo industrial, Desarrollo Económico, avril-juin 1967, pp. 749-781, C.D. - IHEAL.

BALMACEDA, O. - BAJRAJ, G. - CALVO, G. - et al., Construcción de modelos de insumo-producto en la Argentina., Desarrollo Económico, avril-déc. 1965, pp. 337-370, C.D. - IHEAL.

Banco Nacional de Comercio Exterior, Argentine : un projet économique de plus en plus discutable., Comercio Exterior, 23 (12), déc. 1977, pp. 525-532.

Bank of London and South America, Argentina : a ten-year perspective. Bolsa Review, juil. 1969, pp. 418-424, C.D. - IHEAL.

Bank of London and South America, Argentina : a question of balance, Bolsa Review, janv. 1970, pp. 16-21, C.D. - IHEAL.

Bank of London and South America, Argentina : a current situation. Bolsa Review, oct. 1970, pp. 528-532, C.D. - IHEAL.

Bank of London and South America, Argentina : the growth of industry. Bolsa Review, oct. 1970, pp. 533-538, C.D. - IHEAL.

Bank of London and South America, Argentina : inflation and uncertainty. Bolsa Review, sept. 1971, pp. 521-528, C.D. - IHEAL.

Bank of London and South America, Argentina : a difficult situation. Bolsa Review, mars 1972, pp. 135-140, C.D. - IHEAL.

Bank of London and South America, Argentina : political and economic hopes. Bolsa Review, janv. 1973, pp. 2-8, C.D. - IHEAL.

Banque Française et Italienne pour l’Amérique du Sud, La situation économique en Argentine, Banque Française et Italienne pour l’Amérique du Sud, Note, août 1965, pp. 26-54, C.D. - IHEAL.

Banque Française et Italienne pour l’Amérique du Sud, La situation économique de l’Argentine. I) L’activité économique intérieure. II) La situation monétaire intérieure. III) Les finances intérieures. Etudes Economiques, (7), oct. 1976, pp. 5-42.

BARRERA, Carlos - PISTONESI, Hector. Hacia una teoría de la reconversion económica. Económica, janv.-avril 1972, pp. 3-22.

BAYER, O. - BORIS, D. - HIEDEL, P. - REICHARDT, G. et al., Probleme der argentinischen Gegenwart, (1955-1973), Institut für Ibero-Amerika Kunde, Hamburg, 1976, 29 cm, 130 p., Arbeitsunterlagen und Diskussionsbeiträge, 3, Bibliogr. pp. 101-119.

BENITEZ de CASTRO, C., Argentina, Nuevo país industrial, Dinámica Social, Buenos Aires, enero 1955.

BŒTI, Lelia, Catálogo de estadísticas publicadas en la República Argentina, Editorial del Instituto Torcuato Di-Tella, 1963, 2 vol., 826 p., bibliothèque IHEAL.

BOWEN, Nicholas, The end of british economic hegemony in Argentina, Massersmith and the Eady-Miranda agreement. Inter-American Economie Affairs, 28 (4), printemps 1975, pp. 3-24.

BRAUN, Oscar - JOY, Léonard. A model of economic stagnation : a case study of the argentine economy, The Economie Journal, déc. 1968, pp. 868-888, C.D. - IHEAL.

BRODERSOHN, Mário - GUISSARI, Adrián. Utilización del modelo de insumoproducto como instrumento de proyección en la Argentina, Trimestre Económico, oct.-déc. 1968, pp. 731-750, C.D. - IHEAL.

CAMPOLONGO, A. Problemi economici dell’Argentina, Economía Internazionale, Génova, fev. 1967, pp. 71-95, C.D. - IHEAL.

CARRIZO, Luis, L’analyse du phénomène de la dépendance. Le cas Argentin, 3e cycle, Sociologie, Toulouse-Le Mirail, 1973.

CECONI, Tulio. Algunas consideraciones sobre el producto bruto argentino durante el período 1945-1970, Trimestre Económico, oct.-déc. 1972, pp. 797-818, C.D. - IHEAL.

CHIOZZA, E.M., Los planes de desarrollo en la Argentina, Revista de la Universitad de Buenos Aires, janv.-mars 1962, pp. 99-120.

CHOSSUDOVSKY, Miguel, La recesión económica argentina, Comercio Exterior, 27 (4), avril 1977, pp. 440-448.

Comité National du Commerce Extérieur, Argentine, Les Conseillers du Commerce Extérieur, oct.-nov. 1970, pp. 7-51, C.D. - IHEAL.

Consejo Federal de Inversiones (C.G.E.), Finalidades prácticas argentinas, Consejo Federal de Inversiones, Buenos Aires, 1960, 24 p., C.D. - IHEAL.

Consejo Federal de Inversiones (C.G.E.), Programa conjunto para el desarrollo agropecuario e industrial, Informe. Consejo Federal de Inversiones, Buenos Aires, 1962, 1er. Informe : 15-5-62 al 15-11-62, 4 vol., 3er. informe : 15-5-63 al 15-11-63, 4 vol.

CORTES CONDE, R., Problemas de crecimiento industrial en Argentina,Desarrollo Económico, avril-sept. 1963, pp. 143-171, C.D. - IHEAL.

CUEVILLAS, Fernando, Perspectivas e integración de la Argentina actual, Comunidades, janv.-avril 1969, pp. 86-108.

CUSMINSKY, R., Algunas opiniones polémicas sobre la política económica de la Argentina, Revista de la Universidad de Buenos Aires, 1962, pp. 129-153.

DIAMAND, Marcelo, La estructura productiva desequilibrada argentina y el tipo de cambio. Desarrollo Económico, avril-juin 1972, pp. 25-47, C.D. - IHEAL.

DIAS LEITE, A., Política económica. Síntesis política, económica y social, avril-juin 1964, pp. 7-22.

DIEGUEZ, H., Clave económica para entender a la Argentina, Combate, janv.-fév. 1960, pp. 31-36, C.D. - IHEAL.

DI TELLA, Guido, Criterios para una política de desarrollo industrial, Desarrollo Económico, oct.-déc. 1967, pp. 223-260, C.D. - IHEAL.

DI TELLA, Torcuato, Una teoría sobre el primer impacto de la industrialización., Instituto T. Di Telia, Buenos Aires, Documento de trabajo no 4, 1964, 20 p., C.D.-IHEAL.

Documentation Française, La planification économique et l’industrialisation de l’Argentine, Notes et Etudes Documentaires, (1787), 26-9-1953, 43 p., C.D. - IHEAL.

Documentation Française, L’Argentine après Perón, avril 1957, pp. 1-3, L’Argentine et l’Uruguay, mai 1957, pp. 1-3, Articles et Documents, C.D. - IHEAL.

Documentation Française, La situation économique de l’Argentine, Problèmes Economiques, juil. 1958, pp. 19-20, C.D. - IHEAL.

Documentation Française, L’assainissement de l’économie argentine, Problèmes Economiques, sept. 1960, pp. 18-22, C.D. - IHEAL.

Documentation Française, L’évolution économique de l’Argentine en 1961, Problèmes Economiques, juin 1962, pp. 22-24, C.D. - IHEAL.

Documentation Française, Aperçu sur l’économie argentine, Notes et Etudes Documentaires, sept. 1961, no 2811, 28 p., C.D. - IHEAL.

Documentation Française, L’économie argentine, (milieu naturel, agriculture, élevage, industrie, commerce, etc.), Notes et Etudes Documentaires, no 3376, du 27-3-1967, Paris, 32 p., C.D. - IHEAL.

Documentation Française, La situation économique de l’Argentine, (J.J. Jouvin), Problèmes de l’Amérique latine, no 4, Paris, 1967, Notes et Etudes Documentaires, no 3360, pp. 47-57, C.D. - IHEAL.

Documentation Française, L’Argentine au début de 1968, Notes et Etudes Documentaires, mai 1968, pp. 5-39, C.D. - IHEAL.

Documentation Française, L’économie de l’Argentine : Déséquilibres et retards de la croissance industrielle, (R. Gaignard), Notes et Etudes Documentaires, juil. 1973, pp. 49-63, Problèmes de l’Amérique latine, C.D. - IHEAL.

Documentation Française, Argentine : Le programme économique de la Junte militaire : Exposé du Ministre de l’Economie (2 avril 1976), Notes et Etudes Documentaires, no 4292-4293, 20 mai 1976, Problèmes de l’Amérique latine, no 40, pp. 73-79.

DORFMAN, Adolfo, Notas para la ubicación de la industrias básicas en una estrategia de desarrollo económico, Revista de la Universidad, 1973-1974, pp. 53-71, C.D. - IHEAL.

ELLIOT, Norberto, L’industrialisation en Argentine, s.l.n.d., in 4° (6), 42 ff., Bibliothèque IHEAL.

FELIX, David, Import substituting, industrialization and industrial exporting in Argentina, Instituto T. Di Telia, 80 p., Buenos Aires, sept. 1964, C.D. - IHEAL.

FELIX, David, Economic development : take-offs into unsustained growth, Social Research, été 1969, pp. 267-293, C.D. - IHEAL.

FERNANDEZ, Roque, Respuesta de producción en agricultura, Cuadernos de Economía, 13 (38), avril 1976, pp. 109-123.

FERRER, Aldo, Los problemas de la transición : el caso argentino., Trimestre Económico, janv.-mars 1963, pp. 1-15, C.D. - IHEAL.

FERRER, Aldo, Devaluación, redistribución de ingresos en el proceso de desarticulación industrial en Argentina, Desarrollo Económico, janv.-mars 1963, pp. 5-18, C.D. - IHEAL.

FERRER, Aldo, El sistema semi-industrial dependiente : estructura y comportamiento de la economía argentina., Comercio Exterior, nov. 1971, pp. 1017-1024, C.D. - IHEAL.

FERRER, Aldo, Argentina : alternativas económicas del nuevo gobierno, Comercio Exterior, mai 1973, pp. 443-448.

FERRER, Aldo, La economía política del peronismo, Trimestre Económico, (173) janv.-mars 1977, pp. 73-115.

FIETZE, S., La influencia de la industrialización sobre la dimensión y la estabilidad del ingreso nacional en Argentina, Brasil y Chile, Revista de Economía Estadística, 1959, pp. 9-37, C.D. - IHEAL.

FRIAS, Pedro, Federalismo y planeamiento en la Argentina., Revista del Instituto de Ciencias Sociales, 1971, pp. 407-411.

GAIGNARD, Romain, L’économie de la République Argentine, Cahiers d’Outre-Mer, juil.-sept. 1960, pp. 265-339, C.D. - IHEAL.

GAIGNARD, Romain, L’économie de l’Argentine : Déséquilibres et retards de la croissance industrielle, in : Problèmes d’Amérique latine, Notes et Etudes Documentaires, no 4006-4007, juil. 1975, pp. 49-63.

GALLO, Ezequiel, Agrarian expansion and industrial development in Argentina (1880-1930), Instituto T. Di Telia, Centro de Investigaciones Sociales, 1970, 30 p., C.D. - IHEAL.

GELISARD, José, Las organizaciones empresarias en la evolución argentina, Confederación General Económica, Buenos Aires, 1971, 36 p.

GELLER, Lucio, El crecimiento industrial argentino hasta 1914 y la teoría del bién primario exportable., Trimestre Económico, oct.-déc. 1970, pp. 763-811, C.D.-IHEAL.

GERCHUNOFF, Pablo - LLACH, Juan, Capitalismo industrial, desarrollo asociado y distribución del ingreso entre los dos gobiernos peronistas, 1950-1972, Desarrollo Económico, août 1975, pp. 3-54, C.D. - IHEAL.

GERCHUNOFF, Pablo - LLACH, Juan, El nuevo carácter del capitalismo en la Argentina, Desarrollo Económico, 16 (60), janv.-mars 1976, pp. 613-629.

GERCHUNOFF, Pablo - LLACH, Juan, Precisiones sobre el tema de la concentración de la industria argentina : un comentario, Desarrollo Económico, 17 (66), juil.-sept. 1977, pp. 339-341.

GIBERTI, H., Situación actual de la economía argentina, Revista de la Universidad de Buenos Aires, janv.-mars 1962, pp. 5-36, C.D. - IHEAL.

GONZALEZ ALBERTI, Paulino, The anti-imperialist struggle in Argentina, Political Affairs, fév. 1969, pp. 28-40, C.D. - IHEAL.

GONZALEZ, M.P., La Argentina y sus problemas actuales., Cuadernos Americanos, sept.-oct. 1963, pp. 37-63, C.D. - IHEAL.

GORBAN, Samuel, Les problèmes de l’économie argentine., Tiers-Monde, janv.-mars 1966, pp. 73-75, C.D. - IHEAL.

GORBAN, Samuel, Développement industriel argentin., Tiers-Monde, janv.-mars 1966, pp. 97-112, C.D. - IHEAL.

GORBAN, Samuel, Análisis crítico del crecimiento industrial argentino., Investigación Económica, juil.-sept. 1971, pp. 619-632, C.D. - IHEAL.

GROBER, Isaac, Programas anti-inflacionistas en Argentina : lincamientos para una nueva política., Estudios Sobre la Economía Argentina, sept. 1972, pp. 64-77, C.D. - IHEAL.

GRONCHI, H.J., Aspectos de nuestro desarrollo industrial., Revista de Ciencias Económicas, Buenos Aires, no 40, mai-juin 1952, pp. 221-224.

GUADAGNI, Alieto - SCHWEITZER, Stuart, Un simple modelo econométrico de la economía argentina en el período 1935-1939., Revista de Economía Latino Americana, avril-juin 1963, pp. 83-106, CD. - IHEAL.

GUADAGNI, Alieto, La elasticidad de substitución entre los factores productivos., Instituto T. Di Telia, Centro de Investigaciones Económicas, 22 p., Buenos Aires, Nov. 1964, C.D. - IHEAL.

GUERBEROFF, Simón, Un análisis de la performance del segmento industrial estable y del impacto en el modelo de crecimiento económico argentino, (1949-1967), Desarrollo Económico, 16 (64), janv.-mars 1977, pp. 467-504., C.D. - IHEAL.

HALPERIN DONGHI, Tulio, Argentina en el callejón., Arca, Montevideo, 1964, in 12°, 144 p., Bibliothèque IHEAL.

HERSCHEL, Frederico - SANTIERI, Juan, Metodología del presupuesto económico nacional : La reciente experiencia argentina., Boletín Económico de América Latina, oct. 1966, pp. 276-299.

IKONICOFF, Moisés, La production de substitution de l’importation et les politiques d’industrialisation : le cas de l’Argentine., Institut de Science Economique Appliquée, Paris, juil. 1967, 27 p., (3e Congrès International d’Economie), C.D. - IHEAL.

IKONICOFF, Moisés, L’économie argentine., Les Langues Néo-Latines, 1er et 2e trimestre 1970, pp. 53-67, C.D. - IHEAL.

IKONICOFF, Moisés, Concentration du revenu, grandes firmes multinationales et modèle de développement économique en Argentine., Tiers-Monde, avril-juin 1974, pp. 327-340, C.D. - IHEAL.

IMAZ, José Luis de, Adiós a la teoría de la dependencia : una perspectiva desde la Argentina., Estudios Internacionales, 7 (28), oct.-déc. 1974, pp. 49-75.

Instituto de Desarrollo Económico y Social, Situación actual y perspectivas de la economía argentina., Situación y Coyuntura - IDES, Buenos Aires, avril 1965, 53 p., C.D. - IHEAL.

Instituto de Desarrollo Económico y Social, Situación actual y perspectivas de la economía argentina., Situación y Coyuntura - IDES, Buenos Aires, avril 1965, 59 p., C.D. - IHEAL.

Instituto de Investigaciones de la CGE., La economía argentina en 1968., Estudios Sobre la Economía Argentina, fév. 1969, pp. 15-61, C.D. - IHEAL.

Instituto de Investigaciones Económicas y Financieras de la CGE, La situación económica., Estudios Sobre la Economía Argentina, août 1969, pp. 3-41, C.D. - IHEAL.

Instituto de Investigaciones Económicas y Financieras de la CGE, La situación económica, Estudios Sobre la Economía Argentina, août 1970, pp. 3-54, C.D. - IHEAL.

Instituto de Investigaciones Económicas y Financieras de la CGE, La situación económica, Estudios Sobre la Economía Argentina, août 1973, pp. 3-57, C.D. - IHEAL.

Instituto de Investigaciones Económicas y Financieras de la CGE, La situación económica., Estudios Sobre la Economía Argentina, fév. 1974, pp. 3-35, C.D. - IHEAL.

Instituto Nacional de Estadística y Censos, (Presidencia de la Nación), Mapas y Estadísticas de la República Argentina, Buenos Aires 1962, in 4°, 164 p., Bibliothèque IHEAL.

ITURRIOZ, Eulogio, La planificación económica y la Constitución nacional, Boletín de la Facultad de Derecho y Ciencias Sociales, oct.-déc. 1965, pp. 139-156.

JOY, Léonard, A model of economic stagnation : a case study of the argentine economy, Economic Journal, déc. 1968, pp. 868-887, C.D. - IHEAL.

KANWORTHY, Elden, Urgencies in Latin America. Argentina : the politics of late industrialization, Foreign Affairs, avril 1967, pp. 463-476, C.D. - IHEAL.

KATZ, Jorge, Una interpretación de largo plazo del crecimiento industrial argentino., Desarrollo Económico, janv.-mars 1969, pp. 511-542, C.D. - IHEAL.

KATZ, Jorge - ABLIN, Eduardo, Tecnología y exportaciones industriales : un análisis micro-económico de la experiencia argentina reciente. Desarrollo Económico, 17 (65), avril-juin 1977, pp. 89-132.

KRIEGER VASENA, Adalberto, Planificación y crecimiento económico (Argentina) Trimestre Económico, oct.-déc. 1963, pp. 552-561.

LEISERSON, Alcira, Notes on the process of industrialization in Argentina, Chile and Peru, Berkeley University of California, Institute of International Studies, 1966, VIII-99 p., Politics of Modernization Series 3, Bibliothèque IHEAL.

LE PERA, Alfredo, Nuevos horizontes en contabilidad pública, Económica, La Plata, mai-août 1969, pp. 243-260, C.D. - IHEAL.

LLORENS, Emilio, El acero en la economía argentina : acero, soberanía y liberación, Revista de la Universidad, 1973-1974, pp. 181-236, C.D.-IHEAL.

LLOSAS, Hernán Pablo, La política de promoción industrial y el desarrollo en la Argentina, 1959-1966, Económica, janv.-avril 1969, pp. 39-91, C.D. - IHEAL.

LOWENTHAL, Paul, Conjonctures en pays neufs : le cas argentin, Recherches Economiques de Louvain, déc. 1967, pp. 557-567, C.D. - IHEAL.

MARIANETTI, Benito, Argentina : realidad y perspectivas, Ed. Platina, Buenos Aires, 1964, 575 p., Bibliothèque IHEAL.

MARTIN, Jean Marie, Blocage de développement et industrialisation par substitution d’importations : l’exemple de l’Argentine., Tiers-Monde, avril-juin 1967, pp. 503-515, C.D. - IHEAL.

Ministerio de Economía y Trabajo., La economía argentina., Mercado de Valores, juil. 2970, pp. 294-395, C.D. - IHEAL.

MONCHET, Carlos, Relaciones entre programación económica y social. Ordenamiento del territorio y planeamiento urbano., Universidad de Buenos Aires, Centro de Investigación Aplicada, sept.-oct. 1965, pp. 69-80.

MORA Y ARAUJO, Manuel - SOTO, Nilda, Ensayo comparativo sobre la posición de la Argentina en el sistema internacional., Fundación Bariloche, 1969, 42 p., C.D.-IHEAL.

Nations Unies, Cepal, Recent development and problems of argentine industry, Nations Unies, Cepal, Doc. E/CN/218/Add. 1 - 20-4-1951, 153 p.

Nations Unies, Cepal, La situación argentina y la nueva política económica, Boletín Económico de América Latina, Cepal, 1956, pp. 26-42.

Nations Unies, Analysis and projections of economie development, United Nations, vol. 5 : Argentina, 1959.

Nations Unies, Cepal, Some applications of the input-output model of the argentine economy, Economic Bulletin of Latin America, 5 (1), 1960, pp. 62 et suiv.

Nations Unies, Cepal, Estudio económico de América Latina 1965, La situación económica reciente en algunos países : Argentina, CEPAL, Nations Unies, Santiago de Chile, mai 1966, pp. 1-21, C.D. - IHEAL.

OECEI, Argentina : Síntesis económica y financiera no 1, Oficina de Estudios para la Colaboración Económica Internacional, FIAT, Buenos Aires, 1960, 94 p., C.D. - IHEAL.

OECEI, Reactivación económica argentina : lineamientos y recomendaciones, Oficina de Estudios para la Colaboración Económica Internacional, FIAT, Buenos Aires, 1963, 87 p., C.D. - IHEAL.

OECEI, Nivel de la economía argentina en 1965 : análisis trimestral, Oficina de Estudios para la Colaboración Económica Internacional, FIAT, Buenos Aires 1966, 63 p., C.D. - IHEAL.

ONIS, J. de, Argentina tested by economic realities, Foreign Policy Bulletin, no 38, 1959, pp. 161 et suiv.

ORTIZ, Ricardo, Historia económica de la Argentina, Ed. Pampa y Cielo, Buenos Aires, 1955, 2 vol.

PEFFER, Louise, Cordell Hull’s argentine policy and Britain’s meat supply, Inter-American Economies Affairs, été 1956, pp. 3-21.

PORTILLO, G.A., Projet du Rio Bermejo et avenir de l’économie argentine, Tiers Monde, juil.-sept. 1964, pp. 525-528.

PREBISCH, Raúl, Informe preliminar acerca de la situación económica de Argentina, Trimestre Económico, fév. 1956, pp. 1-41, C.D. - IHEAL.

ROFMAN, Alejandro, La promoción industrial en la Argentina : resultados de los objetivos de decentralización regional, Revista Paraguaya de Sociología, 13 (36), mai-août 1976, pp. 117-142.

SALAMA, Pierre, Le modèle de développement de substitution des importations en Argentine, Mémoire DES Sciences Eco. 1967.

SAN MIGUEL, M., Las actividades agrarias y la industrialización, Revista de Ciencias Económicas, Buenos Aires, 1959, pp. 261-270, C.D. - IHEAL.

SAUTTER, Hernán, Consecuencia de la política agraria de los países industrializados de Europa sobre la Argentina, (trad. de l’allemand), Bilbao, 1976, 188 p.

SCHWARZMAN, Simón, Empresarios y políticos en el proceso de industrialización : Argentina, Brasil, Australia, Desarrollo Económico, avril-juin 1973, pp. 67-89, C.D. - IHEAL.

SKUPCH, Pedro, Nationalización, libros bloqueados y substitución de importaciones, Desarrollo Económico, oct.-déc. 1972, pp. 477-493, C.D. IHEAL.

TANDY, A.H., Argentina : economic and commercial conditions, London 1956.

TEUBAL, Miguel, Reflexiones sobre la coyuntura económica 1973-1974, Estudios sobre la Economía Argentina, (21), juin 1975, pp. 70-83.

TISCORNIA, Eduardo, Qué pasa con la Argentina ? Tres Américas, Buenos Aires, 1962, 168 p., Bibliothèque IHEAL.

VILLANUEVA, Javier, Notas para un modelo de industrialización con dependencia externa, Instituto T. Di Telia, Centro de Investigaciones Económicas, 18 p., Buenos Aires, 1962, C.D. - IHEAL.

VILLANUEVA, Javier, Problemas de industrialización con restricciones en el sector externo, Desarrollo Económico, juil.-déc. 1964, pp. 171-181, C.D. - IHEAL.

VILLANUEVA, Javier, Industrialization problems with restrictions in the foreign sector ; a geometric note., Instituto T. Di Telia, Buenos Aires, Centro de Investigaciones Económicas, 1965, 12 p., C.D. - IHEAL.

VILLANUEVA, Javier, El origen de la industrialización argentina, Desarrollo Economico, oct.-déc. 1972, pp. 451-476, C.D. - IHEAL.

VON RUEKEGHEM, W., Políticas de estabilización para una economía inflacionaria, Desarrollo Económico, juil.-sept. 1972, pp. 245-252, C.D. - IHEAL.

WARREN, C.A., L’Argentina si industrializza., Italiani del Mondo, Roma, (11), pp. 4-6, juil. 1955.

ZUVEKAS, Clarence, Argentine economic policy : The Frondizi government’s development plan., Inter-American Economie Affairs, Summer 1968, pp. 45-73.

© Éditions de l’IHEAL, 1980

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search