Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Amérique latine et le latino-américanisme en France

 | 
Jacques Chonchol
, 
Guy Martinière

Sous forme de conclusion

Texte intégral

Les réformes institutionnelles entreprises depuis 1981

1Ainsi, depuis 1981, plusieurs projets de réorganisation des institutions latino-américanistes en France ont été mis en œuvre, d’autres sont à l’étude. Tel est le cas, par exemple de la réorganisation de la Maison de l’Amérique latine, où une nouvelle association, l’Association pour la Fondation France-Amérique latine, créée en décembre 1983, présidée depuis le second semestre 1984, par l’ambassadeur Guy Georgy, s’est engagée à promouvoir une autre image de l’Amérique latine à Paris. L’Association pour le développement des relations avec l’Amérique latine (ADRAL), dont Louis Bruneau a assuré la présidence en 1984, est, elle aussi, en train de déterminer ses nouveaux objectifs. L’Institut des Hautes études de l’Amérique latine (IHEAL) dont l’UER 13 est dirigée par Jacques Chonchol, s’efforce quant à lui d’obtenir un nouveau statut au sein de l’Université de Paris III.

2Ce projet de nouveau statut donnerait à l’IHEAL une dimension d’institut d’Université, conformément aux dispositions de la loi sur l’enseignement supérieur. En ce sens, sans retrouver une dimension identique à celle qui avait été définie lors de sa création en 1952, c’est-à-dire la place d’institut de l’université de Paris, l’IHEAL se trouverait à même de surmonter en grande partie des difficultés inhérentes à son assimilation, en 1969, à une unité d’enseignement et de recherche d’une seule université parisienne parmi tous les établissements alors créés. Sa fonction de coordination et de promotion de l’enseignement et des recherches en sciences de l’homme et de la société sur l’Amérique latine réalisées à Paris, devrait ainsi être réanimée.

  • 1 Jean Revel-Mouroz : « Politiques et structuration de la recherche », in Actes des Etats Généraux, (...)

3Au demeurant, l’effort de synergie entrepris dans le domaine de la recherche latino-américaniste a donné matière à un projet de coopération entre les équipes de recherche parisiennes et les équipes situées dans différentes universités régionales. Comme le constatait Jean Revel-Mouroz, rapporteur de la sous-commission « Politiques et structuration de la recherche » de la commission « Modalités de fonctionnement de l’enseignement et de la recherche sur l’Amérique latine en France » des États généraux : « Pour les responsables d’équipes... la structure d’un réseau s’impose : d’abord un véritable réseau documentaire, en veillant à éviter la perversion d’une production documentaire déconnectée des équipes. Il ne s’agit pas d’un montage, d’une juxtaposition formelle pour l’obtention de crédits, mais une réponse à un énorme besoin de documentation et d’information ressenti par les scientifiques ; mais aussi une structure connectant les équipes de recherche en équilibrant les rapports Paris-Province. À ce niveau de communication et d’échanges entre équipes, certains responsables ont affirmé qu’il fallait remédier à la dispersion de la recherche et à son déséquilibre territorial, entre le pôle parisien et la province, en constituant autour de pôles régionaux ayant atteint une masse critique, des fédérations régionales de petites équipes dispersées. Une analyse plus nuancée de la situation révèle cependant que la dispersion et la non-communication existent à l’intérieur même de ce qu’on appelle abusivement le pôle parisien (qui comporte au moins quatre foyers latino-américanistes diversifiés) ; de plus si certains centres provinciaux comme Toulouse le Mirail, ont bien atteint la masse critique, il serait utopique de croire réalisable la formation de fédérations régionales autour d’un grand nombre de pôles : on peut, sans doute, l’envisager dans deux ou trois cas au plus, en dehors de la région parisienne. En ce qui concerne l’IHEAL, poursuivait Jean Revel-Mouroz, une convergence a été constatée pour le considérer au minimum comme une plaque tournante pour l’information, une base documentaire vivante, un lieu d’échange des produits de la recherche, de rencontres, d’animation scientifique avec des complémentarités évidentes avec d’autres centres, équipes et établissements, en particulier ceux constitués autour d’une discipline. Pour combiner et rendre compatibles ces différentes demandes de réseaux de fédérations, de centre interuniversitaire (IHEAL), concluait Jeau Revel-Mouroz, il a été proposé d’explorer une formule plus ambitieuse que celle des GRECO du CNRS, celle d’un Groupement d’intérêt public national « Amérique latine » (GIP) en appelant à un travail de concertation les équipes volontaires pour s’engager dans cette voie, en recherchant une cohérence entre ce projet et les nouveaux pôles disciplinaires (ex. Géographie à Montpellier) ou thématiques (GIP Economie mondiale — Tiers-Monde — développement) en cours de constitution, en demandant la convergence de moyens institutionnels grâce à une politique inter-ministérielle cohérente (une telle action ne peut être l’apanage d’un seul département) »1.

  • 2 Ibidem, p. 472. D’autre part le collège d’Espagne de la Cité universitaire de Paris et la MIDIST on (...)

4Bien évidemment, la réalisation de ces projets implique un tel décloisonnement des équipes de recherche et des foyers latino-américanistes que des résultats sensibles ne seront pas atteints avant quelques années. L’œuvre est de longue haleine ; l’élan est donné. En outre, cette perspective impose d’imaginer de nouveaux modes de travail en coopération entre chercheurs latino-américains et français. Certes, les laboratoires français, implantés au Mexique, et au Pérou ne peuvent qu’être partie prenante d’une telle entreprise. Mais, soulignait Jean Revel-Mouroz, « ces regroupements pourraient s’effectuer avec l’inclusion d’équipes ou de réseaux latino-Américains (comme FLACSO et CLACSO) ou plutôt devraient le faire, car l’objectif est d’assurer la liaison avec une demande latino-américaine qui existe »2. Aussi, cette perspective d’une nouvelle coopération nécessite que des thèmes de recherche correspondant à des préoccupations communes soient identifiés afin de donner matière à des travaux complémentaires. Dans une certaine mesure, on peut considérer que le projet de réalisation d’une encyclopédie en sciences humaines relatives à l’aire culturelle arabe, méditerrannéenne et latino-américaine présenté par l’association AMELA et José Vidal Beneyto, reflète de telles préoccupations et s’emploie à entreprendre des recherches communes et comparées sur certains thèmes et certaines disciplines. Néanmoins il est incontestable que la principale responsabilité dans la formulation de ces thèmes, l’application des politiques destinées à résoudre ces problèmes incombent aux pays latino-américains eux-mêmes, à leurs gouvernements, aux communautés scientifiques de ces États.

5Si les contraintes internationales sont à l’origine de bien des problèmes actuels rencontrés par les pays latino-américains, un pays comme la France et au-delà l’Europe peuvent donc coopérer à la mise en œuvre des politiques nationales ou régionales, s’efforcer de corriger les conséquences du mal-développement d’hier et renforcer des actions positives nouvelles en contribuant à l’élaboration de recherches en coopération. Dans cette perspective, les gouvernements latino-américains peuvent élargir leur champ de vision et examiner les expériences réalisées à l’étranger afin d’élaborer une coopération efficiente.

Dix propositions de thèmes pour une recherche en coopération

6Cette politique de recherche en coopération peut se développer à différents niveaux : formation de scientifiques, de cadres, de professionnels et de dirigeants de base ; collaboration à l’étude des problèmes spécifiques et au développement de programmes de recherche sur des aspects fondamentaux ; transmission d’expériences françaises ou de pays étrangers avec lesquels la France a des rapports privilégiés ; mise à la portée des experts latino-américains du mode de fonctionnement des institutions ou des entreprises dans les secteurs où la France a une expérience particulièrement riche ; information sur les méthodes de planification et de concertation au plan régional ; encouragement des politiques favorables aux pays latino-américains en pesant sur les institutions internationales, etc. Les agences gouvernementales comme les universités, les organismes de recherche et les laboratoires, les organisations non-gouvernementales (ONG) et les secteurs de recherche des entreprises françaises ne sont-ils pas à même d’apporter leur concours à cette nouvelle coopération ? Il est même possible de proposer, parmi d’autres, dix thèmes prioritaires de recherche en coopération pour l’an 2000.

7Tout d’abord peut être entreprise une politique de recherche en faveur de l’emploi. La situation de l’emploi en Amérique latine frôle aujourd’hui la catastrophe : 30 % de la population active, estimée à 120 millions de personnes est au chômage ou sous-employée. La crise, dès 1981, a frappé de plein fouet les économies latino-américaines mais n’est pas la seule responsable. L’inexistence totale de politiques destinées à pallier le problème de l’emploi et du sous-emploi semble aussi à l’origine de cette situation dramatique. Quelques 27 millions de travailleurs sont touchés aujourd’hui d’une façon constante par le sous-emploi. Un énorme travail d’analyse mérite donc d’être accompli. Des politiques vigoureuses doivent être élaborées pour faire échec à une aggravation du chômage.

  • 3 Jorge Mendez Munevar : « Notas sobre la planificacion regional en América latina » et Carlos A. de (...)

8Des recherches concernant les politiques de planification régionale et locale doivent être stimulées car le mode de développement adopté en Amérique latine depuis trente ans a aggravé les déséquilibres entre grandes villes, les petites villes et les campagnes, et les distorsions entre les différentes régions. La croissance économique, importante entre 1950 et 1980, s’est répartie d’une façon très inégale entre les différents groupe sociaux ainsi qu’entre les diverses régions. Ce qui était, il y a quelques décennies un continent constitué par de nombreuses régions et sous-régions relativement autonomes est devenu selon un schéma commun à tous les pays, un nombre réduit d’agglomérations urbaines géantes concentrant le capital productif — et donc l’essentiel des activités industrielles de la population active. Dans le même temps, d’immenses portions des territoires nationaux connaissent une situation sans issue. On note une triple concentration des effets de croissance : au plan social, au plan économique, au plan régional. Cette situation est le résultat du modèle d’accumulation du capitalisme dans les pays périphériques3.

9Pourtant, ces déséquilibres, qui conduisent aujourd’hui à un énorme accroissement des coûts sociaux, écologiques et économiques, ne pourront être corrigés sans une application régionale très précise des objectifs du développement national. Il ne suffira plus à l’avenir d’établir des politiques nationales de développement si celles-ci ne débouchent pas sur une planification régionale qui cherche, avec des objectifs et des moyens appropriés, à corriger ces déséquilibres ; les plans régionaux devront trouver un prolongement à l’échelon de la localité, où la participation populaire peut se concrétiser d’une façon efficace.

  • 4 Michel Coquery : « La coopération française face aux problèmes de l’urbanisation dans les pays du (...)

10En troisième lieu des recherches sur les politiques d’urbanisation doivent être élaborées. En effet des politiques de réhabilitation des grandes villes, des actions d’urbanisation liées à de nouveaux plans régionaux s’avèrent urgentes. La persistance des tendances urbaines actuelles risque de conduire à des situations de plus en plus explosives. Témoin le taux de croissance des zones de taudis et des colonies de squatters qui augmente deux fois plus vite que l’expansion urbaine moyenne. Ce domaine constitue à coup sûr un vaste champ de recherches où pourront s’associer des urbanistes, des géographes, des sociologues, des juristes, des planificateurs régionaux, des économistes et des anthropologues. Mais cette action passe aussi sans doute par une réorganisation profonde de la politique de recherche en coopération sur laquelle Michel Coquery a attiré l’attention4.

11Les recherches en urbanisme doivent être complétées par une nouvelle approche du développement rural afin d’éviter l’aggravation des déséquilibres entre villes et campagnes. Quatre principes directeurs guident cette nouvelle démarche. Il s’agit de ne plus considérer les paysans et l’espace rural comme un milieu subordonné. Ce secteur social n’a pas à s’adapter continuellement aux évolutions des conditions de marché des deux pôles dominants du marché mondial ou des grands centres urbains nationaux. Concevoir les différents espaces ruraux régionaux comme des éléments essentiels de la planification du développement général et des perspectives démographiques peut contribuer à promouvoir une nouvelle politique de l’emploi. Le développement de ces espaces tourne autour d’une question centrale : comment faire pour augmenter les emplois productifs ? Seule une réponse adaptée permettra d’augmenter la production, préciser les aménagements institutionnels, réaliser une pleine utilisation des savoirs technologiques, etc.

12La revalorisation de l’espace rural passe enfin par le renforcement de la croissance de centres urbains de moyenne importance, bien intégrés aux campagnes avoisinantes et où devront s’établir des services économiques et sociaux, des activités qui exigent une certaine densité démographique et une économie d’échelle. Or le principal acteur de cette revalorisation ne pourra être que les petits agriculteurs ou les travailleurs sans terre qui constituent en Amérique latine entre 60 et 85 % de la population rurale.

13Des recherches sur la mise en œuvre de politiques d’autosuffisance alimentaire sont complémentaires de cette revalorisation de l’espace rural. La dépendance alimentaire de l’Amérique latine tend à s’aggraver dans le domaine des aliments de base et augmente d’autant le déficit commercial. Pourtant les ressources agricoles sont telles qu’elles permettent de subvenir largement aux besoins de la population actuelle et des 600 millions d’habitants de l’an 2000. Entre 1969 et 1980, tandis que la production agricole s’est accrue de 3,3 % par an et les exportations de 2,8 %, les importations de produits alimentaires ont atteint une croissance de 8 %. Dans les budgets nationaux, leur part est passée de 1,7 milliards de dollars par an en 1969 à 6,7 milliards de dollars en 1979.

  • 5 « La politica sobre energia », in El desarrollo de America latina en los anos ochenta, Estudios e (...)

14Bien évidemment développer des recherches sur les nouvelles politiques énergétiques constitue un autre domaine de la politique de recherche en coopération. En effet, la plupart des pays latino-américains traverse une crise énergétique profonde. Celle-ci a des implications dans les secteurs économiques et sociaux les plus divers, mais aussi en matière de sécurité nationale. Une action d’envergure, destinée à élaborer des politiques énergétiques susceptibles de dépasser cette situation de crise, doit intégrer plusieurs éléments5.

15D’abord, l’établissement de mécanismes techniques, politiques et administratifs permettant des économies d’énergie notamment en matière d’hydrocarbures, ensuite la nécessité de consacrer des moyens techniques et financiers plus importants à la prospection et à l’exploitation de nouvelles sources d’énergie impliquent une programmation précise. À court terme, les hydrocarbures semblent difficiles à remplacer, mais à moyen et à long terme des horizons considérables s’ouvrent dans ce domaine. Aussi est-il vital de promouvoir l’utilisation des sources alternatives d’énergie afin de diminuer la dépendance actuelle à l’égard du pétrole. Même les pays pétroliers adoptent des politiques appropriées de conservation de leurs réserves renouvelables.

16De plus, une révision des systèmes de transports actuels, qui, pour l’heure, absorbent la moitié des ressources en carburant paraît s’imposer. Cette approche des problèmes énergétiques ne permettra-t-elle pas aux pays latino-américains de franchir un pas important vers un renforcement de la coopération régionale esquissée depuis la création de l’organisation latino-américaine pour les problèmes énergétiques (OLADE).

17Un septième axe de recherche en coopération peut être constitué par l’analyse comparée des politiques industrielles. L’industrialisation ne peut que continuer à jouer un rôle essentiel dans la croissance économique de la région reposant sur l’exploitation des ressources minières, agricoles, forestières, hydroélectriques. L’orientation de la structure industrielle pose surtout un problème essentiel en fonction de l’impact du marché intérieur national et régional. Si l’Amérique latine renforce sa production de bien intermédiaires et de biens d’équipement, comment pourront se combiner le développement des entreprises au niveau national et régional ? Récemment, le rôle des entreprises industrielles nationales a perdu de son importance face à la transnationalisation de l’économie latino-américaine. Cette tendance s’aggraverait si le passage à une production à grande échelle de biens intermédiaires et d’équipement n’était pas étudié dans la perspective d’une politique d’industrialisation cohérente. Dans le même ordre d’idées, la promotion de l’intégration sectorielle entre les grandes, moyennes et petites industrires, de façon à faciliter le développement d’un tissu industriel intégré à accroître les possibilités d’emploi dans le secteur moderne, implique l’analyse de toute une gamme d’activités industrielles pour lesquelles les technologies existantes permettent un développement des petites et moyennes industries. De telles actions supposent le développement d’une coopération régionale en matière de production et de commercialisation des produits industriels, comme en matière de recherche, de développement des technologies et de création d’entreprises multinationales latino-américaines.

18Pourtant les objectifs du développement ne peuvent plus être considérés aujourd’hui exclusivement en termes de technologies, de productivité, de croissance. Ils doivent aussi prendre en considération les effets de tous ces changements dans les équilibres des systèmes physiques et biologiques et leurs conséquences sur les systèmes sociaux.

  • 6 « Proyecto para el establecimiento de la red de formacion ambiental para America latina y el Carib (...)

19Une activité de recherche, d’éducation, d’information et de communication, ne peut qu’être adaptée aux préoccupations en cours concernant les politiques de protection des éco-systèmes. L’étude des éléments naturels qui font partie des éco-systèmes (eau, sol, atmosphère, flore, faune, climat, ressources minières et énergétiques) ; l’analyse des différents types d’éco-systèmes naturels (forestiers, montagneux, arides et semi-arides, insulaires, marins) ; la compréhension des différents aspects des systèmes humains (population, habitat urbain et rural, développement de l’agriculture et de l’industrie, technologies, transports, santé, conditions de travail) deviennent des éléments essentiels à la mise en œuvre de cette politique.6

  • 7 « Estilos de desarrollo y medio ambiente en América latina », seleccion de Osvaldo Sunkel et Nicol (...)

20Aujourd’hui, plus de 70 institutions dans les différents pays d’Amérique latine dispensent une formation sur les problèmes du milieu naturel dont 21 au Brésil, 9 au Pérou et au Costa-Rica, 5 en Colombie, 4 au Chili et au Venezuela, 3 en Argentine et au Mexique, etc. La CEPAL mène de son côté un vaste programme d’étude sur les diverses modalités de développement, sur les milieux naturel et social en Amérique latine7. Un tel sujet peut donc faire l’objet d’un projet de recherche immédiat susceptible de provoquer des retombées les plus rapides.

  • 8 On peut consulter utilement pour les problèmes qui se posent en Amérique latine, le numéro de janv (...)

21Mais il convient aussi de s’interroger sur la pratique elle-même des politiques scientifiques et technologiques comparées de différents pays. En Amérique latine, plusieurs pays comme l’Argentine, le Brésil, le Mexique, le Venezuela ont réalisé ces dernières années des progrès indéniables dans le développement de leurs capacités scientifiques et technologiques. Toutefois, la principale forme d’accès aux innovations technologiques demeure l’importation des techniques des pays développés. Ainsi, l’un des objectifs principaux visés par les pays latino-américains est celui d’une plus grande capacité de choix des technologies disponibles. Le Mexique et les Pays du Pacte Andin ont adopté des législations qui impliquent l’examen par les gouvernements des technologies importées. Le Brésil aussi, établit des mécanismes nationaux d’examen des différentes technologies offertes par les pays industriels. Différentes proprositions ont été formulées dans ce sens par la CNUCED et le SELA (Système économique latino-américain) en vue de créer divers centres régionaux d’information et de documentation constitués en réseaux8. Dès lors que le développement de la recherche technologique en Amérique latine se trouve impliqué dans des déséquilibres régionaux profonds ou sont à peine en train de les constituer, de très petits États seraient à même de puiser des informations dans ces réseaux. En fait, des problèmes linguistiques complexes font obstacle à ce développement technologique et scientifique régional : par exemple, la primauté de l’anglais sur l’espagnol et le portugais, le problème de l’accès aux réseaux d’information internationaux, celui de la constitution des réseaux d’information nationaux ainsi que la diffusion, au moyen de technologies de la communication, de ces informations produites par les chercheurs latino-américains, toutes ces questions constituent déjà en soi l’objet d’une recherche en coopération où de fructueux programmes de travaux devraient être entrepris.

22Enfin de nouvelles recherches sur la réalisation de politiques destinées à consolider les processus de démocratisation s’imposent. Depuis la fin des années 1970, l’échec des régimes militaires autoritaires pour résoudre les problèmes économiques, sociaux et politiques de ces pays a provoqué un processus de retour à l’exercice de régimes démocratiques. Les régimes autoritaires d’Amérique latine sont de plus en plus isolés, mais les nouveaux régimes démocratiques sont encore très fragiles. Les effets de la crise internationale, la banqueroute économique, les crises sociales et politiques engendrées par les régimes militaires (chômage et inflation accrus, endettements externe et interne démesurés, destruction de l’appareil industriel, dépenses en surarmement) peuvent à tout moment créer une situation politique et sociale précaire où la tentation de l’aventure serait à nouveau possible. Aussi, renforcer dans la mesure du possible la réussite des régimes démocratiques en Amérique latine implique la mise en œuvre de recherches appropriées sur l’évolution des rapports de forces politiques internes et sur les possibilités d’action au niveau international (endettement extérieur, rééquilibrage du commerce extérieur, etc.). De ce point de vue, l’action des pays démocratiques au sein des institutions internationales ou par l’intermédiaire de la Communauté économique européenne revêt une importance essentielle. La mesure semble en avoir été prise, en France, au niveau des principes. « L’élaboration et la mise en œuvre conjointes de programmes de coopération dont les échanges universitaires pourraient devenir l’un des vecteurs privilégiés » soulignent les auteurs du Projet culturel extérieur de la France à propos de l’Amérique latine, sont même considérées comme l’un des secteurs privilégiés de leur application.

Projet culturel extérieur de la France et pertinence du latino-américanisme

23En fait, la France dispose aujourd’hui en Amérique latine d’un réseau particulièrement dense d’établissements scolaires (33 écoles, collèges et lycées), d’une dizaine de centres culturels et de recherche et de 290 comités d’alliances françaises. Un tel réseau constitue l’atout majeur d’une présence française tangible qui tend néanmoins de plus en plus à se fondre dans le cadre d’une diffusion de l’enseignement du français, obligatoire ou non, dans les structures nationales d’enseignement. En ce sens, la perspective francophone ne constituerait plus la pièce maîtresse d’une transplantation culturelle ; elle se mettrait à l’heure d’une modernité de co-développement culturel latin incluant les recherches sur la France dans l’essor de la latinité. Dès lors, la prise en charge par les pays latino-américains eux-mêmes de la promotion de leur propre image culturelle à l’étranger aiderait à mieux impliquer le développement des langues espagnole et portugaise dans la culture française, modifiant d’autant le rôle de truchement joué par les exilés comme le rôle de promotion de la connaissance de l’Amérique latine joué par les relais latino-américanistes ou les relais hispaniste et lusitaniste. La mise en œuvre d’une nouvelle politique de recherche en coopération et de co-développement culturel suppose que certains pays d’Amérique latine parmi les plus dynamiques, comme le Mexique et le Brésil, ne soient plus en mesure d’être satisfaits de la seule diffusion de leur identité par ces seuls agents qui en ont acquis le monopole ces vingt dernières années. Sinon, les nouveaux objectifs du Projet culturel extérieur de la France ne manqueraient pas de se transformer en une nouvelle stratégie de transplantation culturelle adaptée au xxie siècle.

  • 9 Le projet culturel extérieur de la France, p. 111, o.c.

24Les objectifs du Projet culturel extérieur en matière de recherche universitaire sont précisés de la façon suivante : « Enracinés dans une tradition ancienne — c’est une mission universitaire française qui a aidé à la fondation de la Faculté de philosophie de Sao Paulo en 1934 — mais morcelés en une multitude d’actions de courte durée, tournées sur tout vers l’enseignement et la formation dont le programme IUT au Venezuela est le prototype, les échanges universitaires devraient être progressivement rééquilibrés et dirigés de plus en plus vers la recherche. Le fonctionnement des accords inter-universitaires avec le Brésil constitue, à cet égard une sorte de modèle : gérés par un comité paritaire, ils évoluent de la formation vers la recherche et dans des domaines proches de la production industrielle. L’un des points forts de notre coopération devrait en effet être l’insertion des programmes dans le processus d’innovation technologique. Cette orientation nouvelle, concluait le texte du rapport, qui implique de part et d’autre la collaboration des laboratoires universitaires, des centres de recherche et d’entreprises publics ou privés, suscite un très grand intérêt chez nos partenaires mexicains, brésiliens, vénézuéliens, confrontés comme nous-mêmes à la nécessité de moderniser leur appareil industriel. De telles opérations qui traduisent les objectifs prioritaires de coproduction et de co-développement pourraient être étendues du domaine scientifique et technologique aux domaines de la culture et de la communication »9.

25Ainsi, la question de la pertinence actuelle de centres de production scientifique latino-américaniste demeure posée. Étendue à l’activité scientifique des centres pluri-disciplinaires de recherche focalisés à l’occasion sur l’Amérique latine, elle sous-entend une proposition implicite ; la dissolution des études latino-américaines au bénéfice d’études disciplinaires pouvant porter accessoirement sur l’Amérique latine ou sur d’autres terrains du Tiers-Monde. Certes « que l’américanisme, le latino-américanisme, constatait Jean Revel-Mouroz, ne soient pas une discipline scientifique est évident ». De nombreuses opinions parmi la communauté scientifique tendent aujourd’hui à considérer que s’attacher uniquement à l’Amérique latine comme un en-soi scientifique serait à la fin du xxe siècle, une approche dépassée. Sans doute de telles opinions ont le mérite de tracer les limites évidentes d’une phase de transplantation culturelle dont le point culminant a été l’instauration de laboratoires implantés in situ et se substituant à une recherche autochtone alors inexistante. Sachant désormais le poids décisif que cette recherche exerce en Amérique latine même, le latino-américanisme, pour survivre, est obligé de se transformer.

  • 10 Jean Revel-Mouroz : « Politiques et structuration de la recherche », pp. 463-468, in Actes des Eta (...)

26« Un premier objectif constatait Jean Revel-Mouroz, est de poser les problèmes actuels débattus par les sciences sociales et d’appliquer leurs méthodes à une aire culturelle et géopolitique tout à la fois homogène et diverse, dont la spécificité doit éclairer, par rétro-action les théories et outils méthodologiques employés. Il s’agit par là de poser les fondements comparatistes et à ce titre, les études sur l’Amérique latine se justifient autant que les études sur le monde arabe et l’Islam, l’Afrique saharienne... bien perçus comme des champs déterminés. L’extraordinaire développement et foisonnement des recherches en sciences sociales en Amérique latine même, dont témoignent l’éclosion des théories originales (dans le domaine du développement dépendant par exemple), devrait conforter ce premier objectif en favorisant de véritables programmes conjoints de recherche entre chercheurs latino-américains et français. En raison même du niveau scientifique atteint en Amérique latine par les sciences sociales, les partenaires français doivent être effectivement bien impliqués dans les avancées de leurs disciplines. — Mais..., dans le domaine des sciences sociales appliquées à un champ géographique précis, la compétence disciplinaire générale ne suffît pas. Il est important d’avoir également l’expérience concernant les pratiques sociales qui ont un impact sur la recherche dans la zone ou le pays concerné. Pour que le regard de l’étranger porté sur le pays ait une utilité pour ce dernier, ceci exige une connaissance, on pourrait dire une connivence, qui suppose une insertion préalable dans le domaine géographique concerné et un suivi de son évolution. Une double compétence apparaît donc nécessaire, concluait Jean Revel-Mouroz, disciplinaire et géographique, dans les études latino-américaines, tant au niveau des chercheurs que des équipes... Mais cette compétence doit s’exercer dans une perspective comparatiste qui constitue une sorte d’expérimentation dans les sciences de l’homme et de la société et qui devrait conduire à une future modélisation des pratiques culturelles et sociales sur le continent latino-américain. Cette expérimentation exige un haut niveau d’information, de communication entre équipes françaises disciplinaires ou thématiques et équipes à dominante “aire géographique” ainsi qu’entre les équipes françaises et latino-américaines »10. Dans ces conditions, afin de répondre au défi de cette phase nouvelle, l’évolution du latino-américanisme vers l’an 2000 en France trouvera-t-elle aujourd’hui les ressources suffisantes qui permettront aux acteurs de répondre efficacement aux questions que l’on ne peut plus ignorer ?

Notes

1 Jean Revel-Mouroz : « Politiques et structuration de la recherche », in Actes des Etats Généraux, pp. 470-471, o.c. (phrases soulignées par l’auteur du texte cité).

2 Ibidem, p. 472. D’autre part le collège d’Espagne de la Cité universitaire de Paris et la MIDIST ont contribué à publier, par les soins de l’association AMELA (Aire arabe, méditerranéenne et latino-américaines), plusieurs documents : Banque de données et encyclopédie, juillet 1983 et octoble 1983 ; Répertoire de’ntrées : premières hypothèses, novembre 1983 ; Inventaire des centres d'information et des bases de données, 1984, etc.

3 Jorge Mendez Munevar : « Notas sobre la planificacion regional en América latina » et Carlos A. de Mattos : « Crecimiento y concentration espacial en América latina », in Experiencias de planificacion regional en América latina, ILPES-CEPAL Santiago de Chile, 1981.

4 Michel Coquery : « La coopération française face aux problèmes de l’urbanisation dans les pays du Tiers-Monde : les pesanteurs d’un héritage », in Hérodote, Paris, 4e trimestre 1983.

5 « La politica sobre energia », in El desarrollo de America latina en los anos ochenta, Estudios e Informes de la CEPAL, no 5, Santiago de Chile, 1981.

6 « Proyecto para el establecimiento de la red de formacion ambiental para America latina y el Caribe », PNUD-ORPAL, Mexico, junio 1982.

7 « Estilos de desarrollo y medio ambiente en América latina », seleccion de Osvaldo Sunkel et Nicolo Gligo, 2 volumes publiés par El Trimestre economico, Mexique, 1980.

8 On peut consulter utilement pour les problèmes qui se posent en Amérique latine, le numéro de janvier 1983 (vol. 33, no 1) de la revue Comercio exterior, Mexico, où sont publiés plusieurs articles sur cette problématique.

9 Le projet culturel extérieur de la France, p. 111, o.c.

10 Jean Revel-Mouroz : « Politiques et structuration de la recherche », pp. 463-468, in Actes des Etats Généraux, o.c.

© Éditions de l’IHEAL, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540