Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Amérique latine et le latino-américanisme en France

 | 
Jacques Chonchol
, 
Guy Martinière

Quatrième partie. Crises, mutations et espoirs du latino-américanisme français (1970-1984)

Texte intégral

1Les années 1970 ont d’abord été marquées par une cristallisation des différentes tendances centrifuges du latino-américanisme en France dont l’éclosion s’était manifestée à partir des années 1959-1964. Alors que le latino-américanisme universitaire s’orientait de plus en plus vers un réflexe corporatiste de défense autour de la forteresse de la rue Saint-Guillaume, l’intérêt des médias de grande diffusion se portait sur la description des options politiques du gouvernement chilien et sur les conséquences humanitaires de la répression engagée par les régimes militaires de plus en plus nombreux dans le continent (Brésil, Pérou, Équateur, Argentine, Bolivie, Paraguay...). Dans ces conditions, la pratique de l’exil des Latino-américains en France devenait même un phénomène de masse, surtout entre 1974 et 1978. Aussi, le débat politique en France ne pouvait pas ne pas prendre en considération cette radicalisation de la situation.

2Au même moment, la coopération technique et économique, impulsée depuis 1964 par les technocrates, ne pouvait pas prendre le risque de manquer les diverses phases d’expansion économique que connaissait l’Amérique latine : l’époque des « miracles » était née. Fortement teintées de monétarisme, influencées par les disciples des économistes libéraux nord-américains, les politiques économiques mises en place par les « Chicago boys », tout en connaissant des fortunes diverses, impliquaient des transferts financiers et technologiques importants auxquel l’Europe économique s’efforçait de répondre. Les visites officielles des ministres français en Amérique latine se multipliaient. Elles s’attachaient à relancer une politique d’échanges technologiques et commerciaux portée par une croissance économique mondiale dont les premiers soubresauts de crise apparaîtront néanmoins à partir de 1975-1976. Ce fut d’ailleurs à partir de 1975-1976 qu’un nouveau dialogue commença à s’instaurer entre certains universitaires latino-américanistes et quelques responsables de la politique de coopération officielle, à la marge de cette technostructure nouvelle et émergente qui avait caractérisé le lancement de la coopération commerciale et technologique « new-look » des années 1965-1970. Porté par l’essor de quelques réalisations spectaculaires en province, le latino-américanisme universitaire parisien commençait à secouer le carcan corporatiste dans lequel il s’était replié. Il imaginait, timidement d’abord, puis de façon de plus en plus soutenue, de nouvelles formes de coopération scientifique et universitaire, dont les résultats allaient être mesurables à la fin des années 1970. Entre 1979 et 1983, entre les journées organisées en novembre par les chercheurs de l’AFSSAL sur « la recherche latino-américaniste en France » et celles des « États généraux de la recherche et de l’enseignement sur l’Amérique latine en France », organisées en mai par l’Institut des Hautes études de l’Amérique latine et les équipes du réseau documentaire Amérique latine du CNRS (GRECO 26) dont la localisation administrative était située à Toulouse, le latino-américanisme universitaire français reprenait espoir.

3Incontestablement, le changement politique survenu en France en 1981 avait transformé les timides mais réelles mutations survenues à la fin des années 1970 et engendré des espérances profondes. Les nouvelles orientations politiques de la France à l’égard de l’Amérique latine pouvaient-elles se traduire par des actes qu’un important brassage des décideurs, au sein de l’administration, se trouvait à même de promouvoir ? En tout cas, en une quinzaine d’années, les tendances centrifuges prédominantes se trouvaient profondément modifiées. Même s’il n’est pas encore possible de mesurer véritablement l’impact des différentes réorganisations institutionnelles dont certaines sont en cours de réalisation, même si des inconnues subsistent quant à l’efficacité, à l’effort de synergie entrepris depuis trois ans, nombre de clivages, établis en 1970, sont aujourd’hui dépassés. La description de telles mutations ne pourrait-elle pas aider à la réalisation des espoirs du latino-américanisme français d’aujourd’hui ?

LE LATINO-AMÉRICANISME DES EXPORTATEURS EN QUÊTE D’UNE NOUVELLE IMAGE SCIENTIFIQUE ET TECHNIQUE

Les ambitions exportatrices

  • 1 L’Usine nouvelle, no 8, 21 février 1974, p. 26.

4Au début des années 1970, un des débats essentiels de la politique économique française portait sur la place occupée dans notre pays par l’exportation. « Le problème de la France, à l’heure actuelle, commentait à la télévision, en février 1974, Valéry Giscard d’Estaing, à l’occasion de son exposé mensuel sur l’évolution économique française, c’est d’exporter. Ceux qui nient ici ou là la nécessité de cet effort vous trompent ». L’hebdomadaire l’Usine nouvelle tenait à préciser : « le problème fondamental, après l’événement pétrolier, n’est pas de grignoter quelques marchés au détriment de nos partenaires. Il est de financer un déficit extérieur sans précédent. Au départ il n’y a pas d’autre moyen de le faire que d’emprunter des capitaux, soit directement auprès des pays qui nous vendent le pétrole, soit indirectement dans les pays où ces producteurs de pétrole placeront leur argent. C’est ce que le gouvernement vient de commencer de faire. Cette politique d’emprunt doit nous laisser le délai nécessaire (deux à trois ans) pour renforcer notre effort d’exportation et trouver de nouveaux débouchés »1.

  • 2 Maurice Byé : Relations économiques internationales, Paris, Dalloz, 1965, 2e édition ; Maurice Byé, (...)
  • 3 Les « avis et rapports du Conseil économique et social » publiés par le Journal officiel de la Répu (...)

5Cet enjeu de l’exportation apparaissait comme l’élément privilégié de réponse des gouvernements français à la phase sans précédent d’internationalisation des activités économiques mondiales ayant caractérisé la fin des années 1960 et le début des années 1970. L’effet révélateur de la multinationalisation des entreprises avait relancé le débat sur l’indépendance économique, aussi bien dans les pays du centre que dans ceux de la périphérie. Les analyses sur les fondements de la dépendance, de l’interdépendance des nations, de l’internationalisation de l’économie se multipliaient, afin de mieux comprendre par quels mécanismes les entreprises et les États se trouvaient à la fois acteurs et témoins d’un tel phénomène dont les caractéristiques reflétaient cette ère nouvelle des relations internationales. François Perroux, Maurice Byé, Gérard de Bernis et quelques autres s’attachaient à situer les débats scientifiques des économistes au sein des débats politiques2. Les décideurs demandaient des avis au Conseil économique et social à propos des entreprises multinationales, des investissements français à l’étranger, de la politique nationale d’exportation, etc.3.

  • 4 « Etude présentée par la section de l’expansion économique extérieure et de la coopération » sur le (...)

6Dans cette perspective, la Section de l’expansion économique extérieure et de coopération du Conseil économique et social, présentait, le 21 février 1978, un rapport « sur les possibilités offertes à nos exportateurs par les marchés d’Amérique latine ». Le rapporteur posait le problème en ces termes : « Les statistiques du commerce extérieur montrent que l’on assiste à une accélération exceptionnelle des échanges internationaux. Cette multiplication des échanges extérieurs crée entre les différentes économies une pénétration et une interdépendance toujours plus élevées. Ce mouvement... paraît être irréversible... Il convient toutefois d’être attentif au fait que ce développement des échanges et les conséquences qu’il comporte ne sauraient se développer sans qu’il soit tenu compte des divers intérêts en présence et de la nécessité absolue non seulement de sauvegarder mais aussi d’améliorer le niveau de vie des peuples du monde. Cette dernière préoccupation est, du reste, affirmée dans la déclaration des ministres adoptée à Tokyo le 14 décembre 1973 à l’occasion de l’ouverture des négociations commerciales multilatérales... Un des moyens de maintenir ce minimum d’indépendance est la diversification dans le choix tant des clients que des fournisseurs. C’est ce qu’a compris le Conseil économique et social et sa section de l’expansion économique extérieure et de la coopération qui a été amenée à étudier le problème des échanges extérieurs avec différents secteurs géographiques, les pays de l’Europe de l’Est à commerce d’État, les pays du Sud-Est asiatique, la Chine, par exemple. Il a paru... qu’il n’était pas sans intérêt d’étudier dans le même esprit l’état de nos relations commerciales avec les pays d’Amérique latine et les perspectives éventuelles de développement de ces relations. » Or, aux yeux du rapporteur, après une période où l’Amérique latine, le Brésil en particulier, avait attiré bien des regards, les préoccupations ne semblaient pas à la mesure des ambitions exportatrices : « Cette décision d’analyser les relations commerciales avec l’Amérique latine, ne paraît pas aller dans le sens des préoccupations actuelles. C’est ainsi à titre d’exemple, qu’une récente étude de la Chambre de commerce et d’industrie de Paris, consacrée à la “compétitivité française dans les nouvelles perspectives internationales”, fait état des débouchés non négligeables que recèlent les USA, le Canada, le Japon, la zone du Pacifique, mais ne dit rien de l’Amérique latine, à l’exception d’une allusion au Venezuela, pays producteur de pétrole »4.

7Pourtant, dès 1974, le Conseil économique et social avait insisté sur le danger que représentait pour la France une trop grande concentration de nos exportations sur les pays de l’Europe de l’Ouest dans la perspective d’une diversification régionale, notamment avec l’Amérique latine. Il est vrai qu’alors un effort important venait d’être réalisé entre 1970 et 1972, en direction de l’Argentine, du Brésil et du Mexique, symbolisé par l’organisation de foires commerciales prestigieuses tenues à Buenos-Aires, à Sao Paulo et à Mexico. Mais si l’organisation de telles manifestations avait permis une relance des exportations et de la présence économique française dans ces pays, la tendance à l’érosion de la position française n’en continuait pas moins de se poursuivre.

  • 5 Rapport d’information fait... au nom de la commission des finances, de l’économie générale et du pl (...)

8Cependant, à partir de 1973-1974, le choc pétrolier avait provoqué en France une grande fascination à l’égard du monde arabe. Seul, en Amérique latine, le Venezuela provoqua une concentration très exclusive de l’attention des milieux économiques et financiers, en attendant le boom mexicain des années 1975-1976. Aussi le député Albin Chalandon, après avoir présenté à l’Assemblée Nationale le 18 décembre 1973, au nom de la commission des finances, de l’économie générale et du plan, un rapport d’information « sur l’économie brésilienne » n’hésitait pas à accepter quelques semaines plus tard d’être nommé par le Premier ministre « parlementaire en mission » auprès de Michel Jobert, ministre des Affaires étrangères, afin « d’animer les initiatives françaises au Proche-Orient »5.

9Le 25 mars 1974, Michel Jobert, de son côté, se rendait à Caracas. La décision était prise d’organiser une exposition française au Venezuela. Celle-ci se déroula en 1976. Toutefois, avec la foire de Caracas, la phase volontariste de la relance de la présence française en Amérique latine à partir de grandes expositions commerciales « tous produits » cédait le pas à l’organisation de manifestations à profil technologique plus précis, sauf s’il était indispensable d’occuper le terrain des foires organisées par les Latino-américains eux-mêmes et où il faut bien être présent ; les démonstrations du potentiel industriel français en vue des ventes de biens d’équipements passaient désormais par la participation la plus régulière possible de la France à des manifestations locales où le réseau de la coopération technique poursuivait une tâche essentiellement commerciale, animée par l’Agence pour la coopération technique industrielle et économique (ACTIM).

Les nouveaux acteurs de la coopération technique : gaspillage et recherche d’une meilleure efficacité de l’ACTIM

10Ainsi, à côté de l’accueil des étudiants latino-américains venant en France poursuivre leurs études « ont été organisés en France un certain nombre de stages groupés consacrés à une technique particulière. De tels stages, commentait André Furst, le rapporteur du Conseil économique et social, permettent de réunir des spécialistes et des responsables de services d’achats intéressés par cette technique. Il semble qu’il y ait le plus grand intérêt à multiplier de tels stages mais peut-être y a-t-il lieu d’examiner si certaines formules actuelles correspondent bien au but poursuivi. Par exemple, la durée de certaines sessions d’études multinationales de trois ou quatre mois est peut-être à la fois trop courte pour former ou spécialiser de jeunes ingénieurs débutants et trop longue pour des personnalités situées au niveau des décisions et dont l’absence ne peut se prolonger. De même, il y aurait peut-être lieu de mieux équilibrer le volume des stages entre les différents pays d’Amérique latine et aussi, pour chaque pays, les secteurs choisis. Une meilleure adaptation des formules utilisées, concluait André Furst, est d’autant plus utile que la part de l’effort de coopération technique consacrée par l’ACTIM à l’Amérique latine est importante, puisqu’en 1976, elle a reçu 248 ingénieurs originaires de la région, soit 22 % du nombre total des stagiaires reçus ».

11De fait, les interventions de l’ACTIM sur la zone Amérique latine-Caraïbes ont connu une continuité certaine : 29 % de son budget d’intervention lui était consacrée en 1982 contre 23 % pour l’Extrême-Orient, 20 % pour l’Afrique et à peine 9 % pour le Moyen-Orient. Cette activité était surtout concentrée sur le Mexique, le Brésil, le Venezuela et la Colombie afin de permettre l’organisation de stages d’ingénieurs et techniciens latino-américains en France, mais aussi de réaliser des opérations de sensibilisation des milieux spécialisés latino-américains entreprises par des missions françaises ponctuelles. De plus l’ACTIM, dont la tutelle se trouvait assurée par la direction des relations économiques extérieures du ministère de l’Économie et des Finances, comptait dans les années 1970, deux centres français de documentation technique, l’un implanté à Sao Paulo, le Centre français d’information industrielle économique (CEFI), inauguré dès le 26 août 1959 par André Malraux, l’autre à Caracas.

12Lorsque l’ASTEF et l’ASMIC, longtemps animées à Paris par M. Vattaire et C. Scrivener, furent refondues au sein de l’ACTIM, le CEFI poursuivit à Sao-Paulo son activité, tant auprès des ingénieurs français que des stagiaires brésiliens de retour au Brésil ; il constituait autour de l’Association des anciens élèves des écoles françaises, un groupe de pression au dynamisme certain. Cette association, qui avait été créée le 29 juillet 1948, se transforma le 26 novembre 1968 en Association des anciens stagiaires et élèves des écoles françaises pour mieux intégrer cette dimension de la coopération technique rompue par le CEFI aux aspects plus traditionnels et universitaires de la coopération entre ingénieurs et architectes français et brésiliens. À partir de 1968, des présidences de l’association confiées à des Brésiliens comme Vital de Oliveira Ribeiro succédèrent à plusieurs personnalités françaises de Sao Paulo dont l’architecte Jacques Pilon et les ingénieurs Michel Duchamp et René Joupillat. L’ancien ingénieur d’Électricité de France (EDF), René Joupillat, était ainsi devenu le premier directeur du CEFI lors de sa fondation et avait donné une forte impulsion à l’échange technico-culturel des années 1970. Lors de sa réorganisation en 1982, l’Association pauliste des anciens stagiaires en France et des anciens élèves des écoles françaises (ASPEF) comptait environ 250 membres fréquentant régulièrement le CEFI. Alors dirigé par Louis Bach, à la tête d’un petit groupe de sept personnes, le CEFI, dont le budget d’intervention était entièrement à charge de l’ACTIM, assurait une politique d’information technologique grâce à l’existence d’un service d’études et de documentation qui s’efforçait d’être une des plaques tournantes de la coopération technique française au Brésil.

  • 6 Le projet culturel extérieur de la France, p. 111, ministère des Relations extérieures, Direction g (...)

13A Mexico, le Centre français d’information technique et industrielle (CFITI), de création plus récente, géré lui aussi par l’ACTIM, entreprenait une politique identique. Toutefois, il semblerait que les responsables actuels de la politique de coopération avec le Mexique cherchent une formule nouvelle de synergie entre secteur technique et industriel et le secteur technique et scientifique. À cet égard, l’éventuelle fusion du CFITI avec le Centre scientifique et technique (CST), créé en 1960 dans une perspective de coopération scientifique et d’échanges universitaires, tendrait à montrer que, depuis 1981, le gouvernement français analyse d’un œil différent le développement des activités technologiques où la dimension scientifique paraît désormais prise en compte aux côtés de la promotion commerciale traditionnelle6. Quoiqu’il en soit, en 1976, 152 experts, soit 27 % du nombre des experts envoyés dans le monde, avaient effectué des missions de coopération technique en Amérique latine.

14Aux côtés de l’ACTIM, les moyens de coopération technique pour le développement, dont le support avait été la diffusion de la revue Techniques françaises, permettaient de gérer un flux de plusieurs centaines d’experts français effectuant des missions de courte durée en Amérique latine. En 1975-1976, on comptabilisait ainsi 668 coopérants techniques dont 436 enseignants et 232 experts. Une telle croissance de moyens en hommes affectés à cette coopération technique, inexistante dans les années 1950, se révélait tout à fait significative des priorités de la nouvelle politique dessinée dans les années 1962-1964. En un peu plus de dix ans, les effectifs de la coopération technique se révélaient supérieurs à ceux du personnel français détaché en Amérique latine au titre de la diffusion des échanges culturels estimés à 630 personnes au 1er janvier 1976. Aussi, lorsqu’en 1974, le ministre français des Affaires étrangères, Michel Jobert, avait annoncé lors de son voyage officiel à Caracas une augmentation de la coopération technique avec l’Amérique latine, il précisait que plus de 1 300 Français occupaient des postes de coopérants techniques, scientifiques et culturels et des postes d’enseignants. Cependant, les années 1975-1976 semblent avoir constitué un point culminant de l’effort de coopération technique de la France en Amérique latine. En effet, outre les activités de l’ACTIM, la présence permanente française des coopérants techniques dans les années 1980 n’était plus que de 300 personnes dont un peu plus de la moitié avaient le statut de volontaire du service national (VSNA). Certes, un flux de plusieurs centaines de personnalités latino-américaines était chaque année organisé à destination de la France, ainsi que près de 1 500 stagiaires et boursiers, alors que plusieurs centaines d’experts français en mission de courte durée se rendaient en Amérique latine.

  • 7 Rapport du Conseil économique et social, 1978, p. 550, o.c.

15On peut donc conclure que depuis dix ans, la coopération technique a permis à plusieurs milliers de spécialistes français d’étudier le terrain latino-américain dans une perspective technologique aux retombées commerciales et scientifiques certaines. Si l’on sait que les secteurs agricoles (agriculture et industrie agro-alimentaire), énergétiques, des transports, des travaux publics, des télécommunications, puis depuis les années 1978-1980, l’électronique et l’informatique ont été les domaines privilégiés de cette politique de coopération technique ; si l’on constate que la participation des organismes publics de recherche comme l’ORSTOM, le GERDAT, l’INRA, l’ACA à propos de l’urbanisme et de l’aménagement... ont permis à cette coopération de bénéficier d’un ancrage scientifique, on mesure à quel point, en dépit de quelques greffes ponctuelles, le latino-américanisme universitaire traditionnel s’est trouvé placé brutalement aux marges d’un tel mouvement. L’impression d’exclusion d’une telle politique a même été d’autant plus durement ressentie par ce milieu universitaire traditionnel que l’efficacité de cet effort de coopération technique n’était pas exempte de critiques. Comme le constatait André Furst, « il semble que la plupart de ces missions soient de trop courte durée et trop ponctuelles » pour « envisager une action de coopération technique plus continue si l’on veut réaliser une réelle implantation des techniques françaises »7.

16En ce sens, l’impact d’une telle coopération technique sur les transferts de technologie, compte tenu d’une articulation si médiocre avec la coopération scientifique, aussi bien dans le domaine des sciences exactes que dans le domaine des sciences de l’homme et de la société, pendant plus de dix ans, ne semble guère avoir contribué à modifier sensiblement les flux d’échanges commerciaux.

Croissance et stagnation des relations commerciales et financières : une stratégie du déclin ?

  • 8 Ibidem, p. 546.
  • 9 Guy Martinière : Aspects de la coopération..., pp. 218-222, o.c.

17Certes, de tels flux commerciaux ont connu, pendant ces vingt dernières années, une croissance en valeur non négligeable. Pourtant, la place de l’Amérique latine dans les exportations françaises, en pourcentage, a eu tendance à stagner, voire à régresser. Il en est de même en matière d’importations. Une lecture attentive des quatre tableaux ci-joints est instructive à plus d’un titre. Toutefois, il semblerait surtout que le Brésil et le Mexique aient acquis désormais un rôle de premier plan au détriment de l’Argentine. Or, le déséquilibre de la balance commerciale française à l’égard du Brésil, depuis quelques années, pose même en termes radicalement différents les problèmes d’une relance de la coopération technologique et commerciale où la part de la coopération scientifique et culturelle devrait devenir l’élément innovant d’une nouvelle ébauche des relations entre un pays traditionnellement industrialisé et un nouveau pays industriel. Bien sûr, une relance des relations commerciales avec tel ou tel pays demeure toujours possible. On peut même penser que de nouvelles perspectives concernant par exemple l’horizon argentin peuvent se dégager. Mais si les lignes de force d’une nouvelle stratégie ne sont pas définies, l’effritement s’affirme, le déclin se poursuit. Or, cette dégradation de la situation économique de la France à l’égard de l’Amérique latine, en dépit de l’effort de coopération technique, ne concerne pas seulement les relations commerciales mais aussi l’insuffisance des investissements. « Le flux des investissements de la France en Amérique latine, constatait André Furst, est très modeste : ces investissements ne représentent que 5 à 10 % de notre flux d’investissement à l’étranger. De ce fait notre part dans le total des investissements réalisés dans la région est très faible, de l’ordre de 4 %. Dans ce domaine, la situation du Brésil est prépondérante et cette prépondérance tend à s’accroître. La part brésilienne des investissements directs en capital est passée de 24,5 % en 1973 à 60 % en 1974 et 68 % en 1975. Malgré cela, nous ne venons qu’au septième rang des investisseurs étrangers dans ce pays. Il convient d’ajouter, qu’à l’exception d’un accroissement très net vers le Mexique en 1976, on assiste à une réduction de notre flux d’investissements vers les autres pays d’Amérique latine »8. Ainsi, l’effort exceptionnel entrepris isolément, en France, autour de la coopération technique dans les années 1970, n’a pas empêché l’effritement commercial et financier de notre pays. Cet effritement de la position française en Amérique latine s’est même reflété dans la coopération franco-brésilienne où pourtant de spectaculaires activités ont été réalisées entre 1970 et 1981. Ainsi, ni l’inauguration de l’exposition industrielle de Sao Paulo en septembre 1971 par le ministre de l’Économie et des Finances, Valéry Giscard d’Estaing, ni une série de trois voyages présidentiels, celui du général Geisel en France en 1976, du président Giscard d’Estaing au Brésil en 1978 et du général Figueiredo en France en janvier 1981 n’ont permis de renverser cette tendance à l’effritement. Alors que la France se situait encore au quatrième rang des investisseurs étrangers au Brésil et occupait le quatrième rang des pays fournisseurs derrière les États-Unis, la RFA et le Venezuela, en 1958-1960, elle n’était plus que le septième pays investisseur et le huitième partenaire commercial en 19799.

tableau no 19. évolution géographique du commerce extérieur français : 1965-1982 (en %)

tableau no 19. évolution géographique du commerce extérieur français : 1965-1982 (en %)

Sources : O.C.D.E. pour les années 1965, 1980 : Statistiques rétrospectives du commerce extérieur, Paris, 1982.
Pour l’année 1982 : Douanes Françaises.
(1) C.E.E. à 9 pour les années 1965-80 ; à 10 pour 1982.

tableau no 20. évolution géographique du commerce extérieur latinoaméricain (en %)

tableau no 20. évolution géographique du commerce extérieur latinoaméricain (en %)

Sources : BID - FMI.
(1) C.E.E. à 9.
(2) Pays membres du BID.

tableau n° 21. prncipaux clients de la france en amérique latine (en millions de francs français courants)

tableau n° 21. prncipaux clients de la france en amérique latine (en millions de francs français courants)

Sources : Douanes françaises : Statistiques du commerce extérieur de la France.

tableau no 22. principaux fournisseurs de la france en amérique latine (en millions de francs)

tableau no 22. principaux fournisseurs de la france en amérique latine (en millions de francs)

Sources : Douanes françaises : Statistiques du commerce extérieur de la France.

  • 10 Rapport du Conseil économique et social, 1978, p. 547, o.c.
  • 11 Yves Berthelot et Jacques de Bandt : Impact des relations avec le Tiers-Monde sur l’économie frança (...)

18D’une manière générale cet effritement se produisait alors que tous les observateurs constataient, de l’avis du rapporteur du Conseil économique et social, combien « la France jouit en Amérique latine d’un préjugé favorable » et que ce préjugé lui permettait de jouer une carte exceptionnelle lorsque les pays d’Amérique latine entreprennent « une recherche tendant à échapper à la tutelle que fait peser sur eux les États-Unis »10. Le problème de la faible présence économique de la France en Amérique latine continue donc de se poser aujourd’hui. Dans le rapport établi par Yves Berthelot et Jacques de Bandt pour le ministre d’État, ministre du Plan et de l’Aménagement du territoire, Michel Rocard, et pour le ministre délégué auprès du ministre des Relations extérieures, chargé de la coopération et du développement, Jean-Pierre Cot, concernant l’impact des relations avec le Tiers-Monde, sur l’économie française, une référence permanente est faite à cette situation dans le cadre du groupe des vingt-deux pays en voie d’industrialisation auquel sept pays d’Amérique latine appartiennent (le Brésil, le Mexique, l’Argentine, le Venezuela, le Pérou, la Colombie et le Chili). Selon les rapporteurs, « la France n’a pas su prendre suffisamment pied sur les marchés les plus prometteurs d’Asie et d’Amérique latine... ». Le fait que les principaux fournisseurs de la France soient en Asie et que les pays acheteurs soient en Afrique et au Moyen-Orient, constitue une « faiblesse si l’on considère les perspectives d’évolution de ces différentes zones »11.

Les cibles d’un produit nouveau : l’information économique sur l’Amérique latine

  • 12 Rapport du conseil économique et social, p. 548, o.c.

19Pourtant l’effort de coopération technique entrepris en France avait été complété par un effort exceptionnel d’information sur l’Amérique destiné aux acteurs de l’entreprise industrielle et commerciale. L’avis adopté en 1974 par le Conseil économique et social sur la politique d’exportation mettait déjà l’accent sur l’importance primordiale de l’information. En 1978, le rapport du Conseil relatif aux marchés d’Amérique latine susceptibles d’être offerts aux exportateurs français insiste à nouveau sur ce point. Analysant en détail les moyens disponibles dans ce domaine, le rapporteur souligne avec satisfaction l’intérêt porté par le Centre français du commerce extérieur à ce continent. « Il est significatif, souligne André Furst, que le pourcentage des actions d’information, par rapport à l’activité totale du CFCE, est beaucoup plus élevé que la part représentée par nos exportations en direction de la région. A l’Amérique latine, ont été consacrés : 17 % des réglementations administratives ; 5,4 % du traitement des demandes étrangères ; 2,5 % des fiches techniques ; 10 % des renseignements de notoriété demandés par les entreprises françaises. Rappelons également que la revue Techniques françaises est éditée en espagnol et distribuée en moyenne à 30 000 exemplaires par an en Amérique latine. Enfin le CFCE a joué un rôle important dans l’organisation de foires et d’expositions... Il y a donc un effort réel qui, non seulement ne doit pas être relâché, mais doit même être renforcé »12.

20Incontestablement, la couverture de l’Amérique latine par le Moniteur du commerce international, par exemple, a été d’une exemplaire régularité. Le rôle joué par Jean-Marie Burgaud dans ce domaine s’est même révélé essentiel. Aux côtés des postes d’expansion économique qui disposent de représentants, conseillers ou attachés commerciaux dans les 17 pays d’Amérique latine continentale, traitant le plus souvent une information de première main, le Moniteur assure un effet d’annonce auprès des acteurs du monde économique français. Les chambres de commerce ont complété cette information économique, en liaison avec les chambres de commerce mixtes implantées en Amérique latine même ; elles ont aussi utilisé, en France, les informations spécialisées en provenance de la Chambre de commerce France-Amérique latine ou de la Chambre de commerce de Paris. Toutefois, le réseau d’agences régionales d’information scientifique et technique qui a commencé à se développer dans les années 1975-1980 auprès des chambres de commerce et d’industrie régionales, ne semble pas avoir mis en place des systèmes d’information appropriés aux aires culturelles étrangères, à quelques exceptions près, comme Aix-Marseille pour le Proche-Orient et la Méditerranée ou Toulouse pour les pays ibériques et ibéro-américains.

  • 13 Ibidem, p. 547.

21Mais surtout ces moyens d’information économique n’évaluent le plus souvent la connaissance des besoins des partenaires commerciaux latino-américains qu’en fonction des critères d’utilité immédiate sans tenir compte d’une perception élargie des problèmes. Comme le constatait André Furst, « il ne suffit pas d’acquérir une connaissance dans le seul domaine économique, mais il faut également tenir compte des réalités sociales et culturelles »13. Si l’on prend l’exemple du secteur agroalimentaire, on constate que les besoins d’importation de l’Amérique latine ne sont pas seulement liés à l’insuffisance de la production qui justifie en soi l’exportation française des denrées alimentaires mais aussi les besoins d’accroître le rendement, d’améliorer la qualité nutritionnelle des produits et de les adapter aux conditions climatiques. De telles perspectives peuvent être aussi identifiées pour les secteurs des transports, de l’énergie, de l’urbanisation, etc. Or, l’efficacité de certains services d’ingénieur, d’entreprises pratiquant aussi une politique de recherche industrielle, au carrefour de la recherche fondamentale et appliquée, suppose la mise en œuvre d’une coopération technique qui ne peut se passer ni de la coopération scientifique, ni de l’évaluation d’impact que seules les sciences humaines et sociales latino-américanistes peuvent offrir. Un tel projet avait été mis à l’étude à Grenoble en 1981-1982 à l’initiative de Gérard Rey-Gagneux de l’entreprise SOGREAH, de Guy Martinière, directeur du GRESAL et du service du commerce extérieur de la CCI.

La formation des cadres administratifs et commerciaux : la création de l’Association pour le développement des relations avec l’Amérique latine (ADRAL) et le rôle de l’Institut de formation supérieure à l’Amérique latine (IFSAL)

  • 14 Actes des « Journées universitaires d’information et de recherche sur la stratégie d’expansion et d (...)

22Cependant, dès les années 1970, plusieurs acteurs du monde économique et social ont perçu les insuffisances que le développement d’une information technique et économique en vase clos, à but exclusivement utilitaire, pouvaient représenter dans la perception d’ensemble de l’Amérique latine par les décideurs français. Au moment où les exportateurs faisaient un effort exceptionnel pour ne pas perdre trop de terrain sur l’Amérique latine, les besoins de formation des jeunes cadres susceptibles de travailler sur le terrain, dans les entreprises et dans les administrations spécialisées, se faisaient particulièrement sentir. Par exemple, telle Ecole de commerce régionale, celle de Dijon organisait en juin 1974 le voyage d’études annuel de ses élèves au Brésil. Afin de préparer les élèves à une connaissance minimum de ce pays, un cycle de conférences-formation était organisé en avril avec des praticiens du commerce extérieur, des responsables du service exportation de l’Ambassade du Brésil, dont José Botafogo Gonçalves, un économiste Denis Lambert, l’Inspecteur des finances Philippe Auberger et un journaliste Marcel Niedergang. Ailleurs à Limoges, dans le cadre des études latino-américaines du département d’espagnol de l’UER des lettres et sciences humaines, deux universitaires, l’un hispaniste Dorita Nouhaud et l’autre historien, Guy Martinière, organisaient des « Journées universitaires d’information et de recherche sur la stratégie d’expansion et d’implantation des entreprises régionales dans les Amériques latines ». Participaient à ces journées, outre Christian Trapy, responsable du secteur commerce extérieur de la Chambre de commerce et d’industrie de Limoges, trois industriels des entreprises Legrand, Jean Champion, Moteurs Leroy-Somer, Philippe Sabouraud, COFRANIMEX, Louis de Neuville et deux membres des services commerciaux des ambassades du Brésil (José Botafogo Gonçalves) et du Mexique (Ramon Gonzalez Jameson) en France, ainsi que l’historien de l’économie Frédéric Mauro14. Il est vrai que certains pays d’Amérique latine, le Brésil en particulier, tenaient alors à transformer leur image traditionnelle d’exportateurs de produits primaires afin de montrer, comme l’exposition de Bruxelles de novembre 1973 « Brasil export » en avait témoigné que le « Brésil vient en Europe » et « ne produit pas que du café ».

23Mais d’une certaine manière, de tels cycles de conférences-formation, même s’ils affichaient des objectifs de recherche, apparaissaient comme ponctuels et expérimentaux. Les nouveaux cadres du commerce extérieur et des administrations spécialisées ne disposaient pas de structures institutionnelles de formation et d’enseignement adaptés à leurs besoins. L’IHEAL s’orientait vers une politique de formation par la recherche où les étudiants latino-américains prenaient une part prépondérante tandis que les instituts spécialisés d’économie du développement, de l’IEDES à l’IRFED, ne convenaient guère aux objectifs utilitaires de ces nouveaux cadres. Un tel public, celui des grandes écoles préparant à des fonctions administratives et commerciales, devint alors la cible d’une nouvelle institution créée dans le giron de la Maison de l’Amérique latine : l’association pour le développement des relations avec l’Amérique latine (ADRAL).

  • 15 Cité d’après Jean Roche, membre de l’Institut, Recteur honoraire, président de l’ADRAL : Hommage à (...)

24En octobre 1972, un petit groupe d’hommes d’affaires et d’universitaires envisageait de « constituer un organisme ayant pour objet de contribuer au développement des relations avec les nations latino-américaines dans un souci constant de compréhension mutuelle et de réciprocité ». Le Journal officiel du 7 janvier 1973 publiait l’acte de naissance de l’ADRAL qui aspirait à rassembler, comme devait l’indiquer son directeur Jacques Pinglé, « tous ceux qui approchent le monde latino-américain en ressentant particulièrement comme une lourde hypothèque les barrières qui séparent l’économie de la culture, c’est-à-dire l’esprit des choses, la connaissance et ses applications, les aspirations et les réalités »15. Cette association mettait en œuvre ses moyens d’action pour organiser des colloques, séminaires et relations avec les organismes poursuivant un objectif analogue dans toutes les nations et pour publier ou faire publier sous un patronage, des travaux en français, espagnol, portugais afin de faire connaître aux nations hispanophones et au Brésil leur propre reflet dans la pensée et l’activité européennes.

25Accueillie par le président de la Maison de l’Amérique latine, Robert de Billy, qui devenait président d’honneur de l’ADRAL, cette association était présidée par le recteur de l’Université de Paris, Jean Roche, membre de l’Institut. Elle comptait deux vice-présidents : Jacques Oudiette, président de la Chambre de commerce France-Amérique latine et Pierre Monbeig, directeur de l’Institut des Hautes études de l’Amérique latine. Sa direction était confiée à l’hispaniste Jacques Pinglé qui avait dirigé, de 1960 à 1968, le Centre d’études hispaniques appliquées de la Sorbonne, devenu en 1969 le Centre d’études ibérques et latino-américaines appliquées de l’Université de Paris I. Cette dimension économique des coopérations avec l’Amérique latine n’avait pas échappé à la perspicacité de Jacques Pinglé qu’une carrière politico-administrative avait conduit à négocier, comme collaborateur d’Antoine Pinay, les premiers accords économiques entre la France et l’Espagne depuis la fin de la Seconde guerre mondiale (Protocole du 7 avril 1953). Cet universitaire, distingué comme Grand officier des Ordres espagnols d’Isabelle la Catholique et d’Alphonse le Sage par le gouvernement du général Franco, fasciné par l’Espagne profonde aux confins de l’Inquisition et de la Foi, avait découvert l’Amérique latine à travers sa connaissance de l’Espagne, et l’impact de la coopération technico-économique des années 1960 à travers son expérience administrative. Il ne pouvait qu’être bien accueilli par le Comte Robert de Billy, ministre plénipotentiaire de l’ordre souverain de Malte.

26L’activité de l’ADRAL a principalement consisté en des conférences destinées à diffuser des informations auprès de ses membres et à organiser des réunions de ceux-ci autour des personnalités françaises et étrangères. Dès septembre 1973, l’ADRAL et le Centre d’études ibériques et latino-américaines appliquées patronnaient un congrès sur les relations des pays de la Communauté européenne avec les nations d’Amérique latine qui se tenait à Jouy-en-Josas dans les locaux du Centre d’Enseignement supérieur des Affaires (CESA). Placée sous le haut patronage du ministre du Commerce extérieur et sous le patronage du directeur des Affaires économiques du ministère des Affaires étrangères, du directeur des Relations économiques extérieures du ministre de l’Économie et des Finances, du président du Centre français du commerce extérieur, l’ADRAL jouait un rôle de premier plan pour établir des liens étroits entre les entreprises françaises exportatrices vers l’Amérique latine et les fonctionnaires et responsables de la DREE, du CFCE, de la COFACE, d’organisations internationales comme la Banque mondiale (BIRD), la Banque inter-américaine de développement (BID), la Société financière internationale (SFI), l’OCDE, etc.

27Au 1er octobre 1979, le Conseil d’administration de l’ADRAL était composé de la façon suivante : Robert de Billy, président de la Maison de l’Amérique latine, était son président d’honneur ; le recteur Jean Roche présidait le Conseil, assisté de Jacques Oudiette et de Robert Holz, vice-président des PME. Gilbert Cazes (Crédit lyonnais) était le trésorier et Jean Testas le secrétaire. Le conseil comprenait des membres de droit fondateurs de l’ADRAL comme Antoine Partrat (conseiller maître à la Cour des Comptes), Jacques Vincenot, A. Braud (Société Générale), Louis Chevalier, professeur au Collège de France, Jean-Louis Scaringella, directeur de l’ISA et les membres élus suivants : H. Roy (COFACE), A. Baron (Degrémont), B. Bataille (BCB International), le général Ferré, B. de Gueyer (Varig), J. Mandelbaum (SACA), J. Martin (AFMO), J. Miot (Francefi), O. de la Monneraye (CGM), G. de Seynes (Christian Dior), et Francisco Rubio, directeur de la Chambre de Commerce France-Amérique latine.

28Lorsque la question de la sensibilisation-formation des cadres de la techno-structure française à l’Amérique latine se trouva posée avec force à la fin des années soixante-dix, l’ADRAL n’hésita pas à créer en son sein, en novembre 1979, l’Institut de formation supérieure à l’Amérique latine (IFSAL). La direction en fut confiée au directeur de l’ADRAL lui-même Jacques Pinglé, assisté de Jean-Louis Scaringella, et de Jean Testas, responsable de l’espagnol au département des Langues et Civilisations étrangères du Centre d’enseignement supérieur des affaires (CESA). Le CESA rassemblait plusieurs grandes écoles comme les Hautes études commerciales (HEC), l’Institut supérieur des affaires (ISA) ou le CFC et bénéficiait de l’appui de la Chambre de commerce et d’industrie de Paris.

  • 16 Guy et Jean Testas : Hispanoamerica a la sombra del gigante, Avant-propos, p. 4, Paris, Hachette, 1 (...)

29Les tâches d’animation confiées à Jean Testas étaient d’autant plus importantes que ce maître de conférence à l’Ecole nationale d’administration (ENA) avait publié, en 1972, en collaboration avec Guy Testas deux ouvrages en langue espagnole présentant un ensemble de documents susceptibles de permettre aux élèves des grandes écoles de mieux connaître les réalités du continent américain. Sudamérica, un continente en ebulición et Hispanoamerica a la sombra del gigante étaient introduits par cette référence : « Que l’on nous permette, écrivaient Guy et Jean Testas, de citer un discours que le président de la République Française M. Georges Pompidou, fils de professeur d’espagnol, prononça le 23 février 1971 à la Maison de l’Amérique latine : “Maintenant deux grands empires se partagent les rôles. Mais les Français, habiles à scruter l’histoire et acceptant enfin les leçons de la géographie, savent que demain l’ensemble de nos nations connaîtra un destin économique et culturel à la mesure des plus grands. Ils vous le disent avec sympathie et se préparent à de nouveaux échanges pour votre progrès et le leur... Il est essentiel pour la préservation de nos personnalités spirituelles que les pays de langue latine reprennent conscience de la solidarité de leurs intérêts culturels. Pour ma part, je suis décidé à promouvoir dans notre université un grand effort pour rendre à l’espagnol, au portugais, à l’italien, la place qui leur est due tant en vertu des liens étroits que nous entretenons avec trois nations voisines, qu’en fonction du nouvel élan que nous voulons donner à nos rapports avec l’Amérique latine toute entière” »16.

30D’après cette perspective latine évoquée par le président Georges Pompidou, il aurait pu sembler que l’Union latine, entrée en vigueur en 1971 lorsque le quorum de douze ratifications d’États avait été atteint, fusse sur le point de renaître, tel un phénix. Les diplomates commençaient alors à envisager la tenue de son troisième congrès dont la date devait être fixée par le gouvernement italien. Mais la latinité ne parvenait pas à éclore et la France pompidolienne devait compter d’abord sur ses propres forces pour développer ses relations économiques avec l’Amérique latine. La Maison de l’Amérique latine renforçait donc son potentiel grâce à l’ADRAL.

  • 17 Jean Roche : présentation de l’ISFAL, pp. 3-4, Paris, ADRAL, 1973.

31Quant à l’IFSAL, son objectif était précis : « Le commerce extérieur est l’une des plus impérieuses exigences de notre économie, mais la France est loin d’occuper la place qui devrait être la sienne sur le marché latino-américain ». Jean Roche poursuivait : « Nous n’y tenons que le cinquième rang avec 2,3 % des importations et 2,9 % des exportations. Cette regrettable situation est due en grande partie à une méconnaissance du monde latino-américain en France, méconnaissance dont découlent des incompréhensions, des défiances et des déceptions, toutes d’autant plus regrettables qu’elles ne répondent pas à l’attente des Latino-américains. Il est significatif que des grands pays industrialisés (RFA, Grande-Bretagne, Italie, Japon, Suisse, USA) aient estimé nécessaire au développement de leurs échanges avec l’Amérique latine, la création d’organismes d’étude ayant pour but de faire connaître non seulement les comportements humains propres aux pays latino-américains, mais aussi la structure et les usages des cadres administratifs et économiques de ces pays. Ces centres diffusent un enseignement de haut niveau reposant sur la collaboration et l’expérience d’hommes d’affaires et d’universitaires spécialisés. De pareilles formations sont à la fois efficaces et rentables pour les raisons suivantes : 1°/ elles réduisent notablement la période d’adaptation des nouveaux arrivants en Amérique latine ; 2°/elles rendent ceux-ci plus aptes à la compréhension des hommes et des problèmes que posent leurs besoins, par conséquent l’acquisition rapide de l’expérience indispensable à leur activité ; 3°/ elles réduisent le risque des erreurs de jugement et de manœuvre, toujours irrémédiables dans les pays pourvus chacun d’une haute spécificité et tous d’une extrême susceptibilité ; 4°/elles facilitent pour toutes ces raisons les relations humaines qui, étant la base des rapports sociaux, sont à ce titre, l’un des éléments moteurs essentiels de l’action économique. Paradoxalement, concluait le membre de l’Académie des Sciences et de l’Académie de Médecine, aucun centre assurant cette fonction n’existe en France. L’Institut de formation supérieure à l’Amérique latine (IFSAL) a été créé par l’ADR AL pour combler cette lacune »17. Le directoire de l’IFSAL, présidé par le Recteur Jean Roche, définissait la politique générale ; il était composé de Robert de Billy, l’ancien ambassadeur, Jean Baillou, le président du Conseil de direction Jacques Vincenot, le président du Conseil des études Jean-Louis Scaringella et le directeur de l’IFSAL, Jacques Pinglé. Parmi les membres du Conseil de direction de l’IFSAL, on relevait les noms de Jacques Oudiette, du général Buchalet, président du Comité Amérique latine du CNPF, de J. Cartier, directeur de la Chambre de commerce et d’industrie de Paris, de Jacques Vincenot, président-directeur général de la banque SUDAMERIS, de Raymond Césaire, sous-directeur d’Amérique au ministère des Affaires étrangères et de plusieurs responsables d’entreprises et de sociétés françaises, comme A. Braud (Société Générale), J.F. Boursault (Banque de l’Indochine et de Suez), Maurin (Fédération française des compagnies d’assurances), de la Monneraye (Compagnie générale maritime), A. Rozier (Elf Aquitaine), Teissier (Crédit Lyonnais), Villemain (EDF). Les membres du Conseil des études étaient, outre Jean-Louis Scaringella et Jean Testas, le général Ferré, ancien délégué général de la SFER, Jean Mandelbaum, directeur de la SACA, deux étudiants représentant les grandes écoles, un de l’ENA, un de l’ISA, ainsi que trois universitaires latino-américanistes, Claude Collin-Delavaud, Henri Favre et Frédéric Mauro.

32Pendant l’année universitaire 1979-1980, les enseignements furent assurés par des praticiens et responsables de l’économie et par des universitaires spécialistes de l’Amérique latine. Outre les latino-américanistes français dont plusieurs dispensaient un enseignement à l’Institut des Hautes études de l’Amérique latine et dans diverses universités parisiennes, tels Claude Collin-Delavaud, Henri Favre, Frédéric Mauro ou François-Xavier Guerra, un contingent non négligeable de chercheurs et universitaires grenoblois se trouvait associé à cette expérience. Il s’agissait de Jean-Pierre Angelier, Pierre Judet, Pascal Byé, Alain Mounier, Raphaël Tiberghien, tous économistes associés aux travaux du Groupe d’études et de recherche sur l’Amérique latine (GRESAL) de l’Université des Sciences sociales de Grenoble. Un nouveau dialogue entre économistes et latino-américanistes d’une part, responsables d’entreprises et fonctionnaires d’administration centrale d’autre part semblait donc établi, se situant dans le cadre plus vaste d’une décrispation des relations qui s’était produite à partir de 1977-1978 grâce aux actions concernant l’aire culturelle Amérique latine entreprises par la Mission de la recherche du Secrétariat d’Etat aux universités. Les questionnements de l’AFSSAL, présidée par Frédéric Mauro, n’avaient pas été étrangers à cette ouverture de même que l’établissement d’un conseil scientifique de la revue Problèmes d’Amérique latine, publiée par la Documentation française qui permettait à plusieurs universitaires latino-américanistes français de trouver une tribune auprès des organismes officiels. Le CNRS ne tardait pas à prendre place dans cette perspective de nouveau dialogue institutionnel entre universitaires, chercheurs et responsables économiques.

La sensibilisation des chercheurs aux préoccupations industrielles : le groupe Amérique latine du Comité des relations industrielles (CRIN) du CNRS

33En mai 1979, le président du CNRS confiait à Pierre Guillaumat l’organisation des clubs sciences humaines. Ces clubs avaient pour but de réunir des industriels et des chercheurs en sciences humaines sur des thèmes d’intérêts commun dans le cadre d’un comité des relations industrielles (CRIN).

34Neuf groupes de travail étaient rapidement constitués autour des thèmes de la vie économique de l’entreprise (Problèmes internes de l’entreprise, innovation et introduction des technologies nouvelles, PME, ergonomie) et des aires culturelles (Asie du Sud et du Sud-Est, URSS et Pays de l’Est, Japon, Afrique anglophone, Amérique latine). Le groupe de travail « Amérique latine », qui se réunit pour la première fois en janvier 1982, était animé par Michel Maison, directeur de l’Institut du commerce international et le sociologue Yvon Le Bot. Jacques Vincenot ne tarda pas à y jouer un rôle prépondérant afin de mieux assurer la coordination des questions d’information, puis de dynamiser les réflexions communes entre les différents acteurs du latino-américanisme en France, industriels et chercheurs. D’ailleurs, cette action de Jacques Vincenot dans le cadre du groupe Amérique latine des clubs sciences humaines du CNRS se trouvait tout à fait conforme à la recherche permanente du dialogue entre ces deux catégories d’acteurs du latino-américanisme en France que le président d’honneur de SUDAMERIS espérait voir se développer. Au sein même de l’ancienne Banque française et italienne pour l’Amérique du Sud dont il fut le directeur, puis le président, Jacques Vincenot avait contribué à l’essor des activités d’un service des études économiques confié dès les années 1960 à Jean-Luc Chalumeau, maître de conférences à l’Institut d’études politiques de Paris. Publiant régulièrement tous les trimestres depuis plus de vingt ans une revue intitulée Etudes économiques, envoyée sur simple demande, SUDAMERIS a ainsi contribué à mettre sur pied une véritable collection de travaux économiques d’une incontestable utilité, aussi bien pour l’acteur du monde industriel et financier que pour le chercheur en sciences de l’homme et de la société. Depuis 1982, l’activité de Jacques Vincenot, dans le cadre du CRIN du CNRS comme au sein de l’IFSAL et de l’ADRAL, a donc permis de promouvoir de nouveaux liens avec les industriels et chercheurs en sciences sociales. Louis Bruneau, le nouveau président de la Chambre de commerce France-Amérique latine qui a succédé à Jacques Oudiette et Francisco Rubio, son directeur, aspirent aussi à voir ces liens prendre une dimension nouvelle. De fait, la véritable nature que prendront ces liens constitue un des enjeux essentiels de la politique scientifique et économique du latino-américanisme d’aujourd’hui.

Les enjeux de la synergie nouvelle

35Ces deux dernières années en effet, la dynamique latino-américaniste des relations entre chercheurs en sciences sociales et acteurs du monde économique, financier et industriel n’est pas étrangère à la réorganisation de plusieurs institutions du latino-américanisme en France. Des idées circulent, plusieurs projets sont présentés. Par exemple, au sein de la Maison de l’Amérique latine le président d’honneur Robert de Billy a pu accueillir successivement trois présidents, les ambassadeurs Jean-Daniel Jurgensen, Antoine Blanca, et Guy Georgy. Une nouvelle association, l’Association pour la fondation France-Amérique latine, présidée par Antoine Blanca, ambassadeur itinérant pour les pays d’Amérique du Sud, d’Amérique centrale et des Caraïbes, animée par son secrétaire général Bernard Cassen, a établi un programme de développement des relations scientifiques et économiques avec l’Amérique latine au tout début de l’année 1984.

36Lors de la nomination d’Antoine Blanca au poste d’ambassadeur en Argentine en avril 1984, l’ambassadeur de France Guy Georgy, nouveau président élu de cette nouvelle association, a confirmé certaines de ces orientations.

37En cette même année 1984, le Recteur Roche, élu président d’honneur de l’ADRAL a confié à Louis Bruneau la double présidence de l’ADRAL et de l’IFSAL. Georges Laroque, ancien directeur financier de Fives-Cail Babcock, vient d’en être nommé directeur, en remplacement de Jean Testas qui avait accepté d’assurer l’intérim pendant un an à la suite du décès de Jacques Pinglé.

  • 18 Le projet culturel extérieur de la France, p. 110, o.c.

38Des organismes de recherche comme le CNRS, des laboratoires et instituts comme l’IHEAL, à la suite des nombreuses propositions d’activités émanant des Etats Généraux de la recherche et de l’enseignement sur l’Amérique latine en France, entreprennent aussi certaines mutations. Bref, dans ce domaine frontière de la recherche en coopération scientifique et technique, le latino-américanisme est en train de renouveler en profondeur ses objectifs, ses philosophies d’action. Cependant, les tentatives de synergie qui se manifestent aujourd’hui ne doivent pas faire oublier combien, dans les années 1977-1978, un tel dialogue, établi aux marges des institutions traditionnelles, apparaissait fragile. Il peut le demeurer. En ce sens, la place exceptionnelle occupée par le Brésil dans la perception que les décideurs politiques français des années 1970 se faisaient de l’Amérique latine mérite une attention particulière. D’autant que, selon le projet culturel extérieur de la France établi par le ministre des Relations extérieures en 1984, « il est prévu d’organiser un ensemble de manifestations France-Brésil imbriquant étroitement les deux pays autour d’expositions, de spectacles, de rencontres d’artistes et de chercheurs, de programmes audio-visuels d’échanges technologiques qui serait une véritable confrontation des deux cultures dans tous leurs aspects »18.

LES DÉBATS D’UNE ACTUALITÉ POLITIQUE FRANÇAISE EN QUÊTE DE L’APPORT DES SCIENCES SOCIALES LATINO-AMÉRICANISTES

L’image de l’Amérique latine dans la politique gouvernementale des années 1970, de Georges Pompidou à Valéry Giscard d’Estaing et Jacques Chirac

  • 19 Rapport d’information... au nom de la commission des affaires étrangères à la suite d’une mission e (...)

39On sait comment le miracle brésilien, dès 1969, avait attiré l’attention des organes spécialisés du commerce extérieur et du CNPF. Les notes d’information du général Buchalet et celles du MOCI avaient pour complément des rapports de parlementaires français comme Albin Chalandon. Certes Albin Chalandon n’avait pas été le seul député à « informer sur l’économie brésilienne ». Par exemple, au nom de la commission des Affaires étrangères, les députés Boscher, Coumaros, Dijoud, Péronnet et Trémeau avaient présenté, le 25 juin 1970, un rapport d’information effectué à la suite d’une mission au Brésil. Il en avait été de même des députés Chambon, Berthouin, Boyer, Glon et Aliette Crépin au nom de la commission de la Production et des Echanges, le 1er juin 1977. Quant au Sénat, il avait confié aux sénateurs André Monteil, Jean Legaret, Marcel Moulange, Roger Morève et Serge Boucheny une mission au Brésil, en Uruguay, en Argentine et au Chili. Cette mission avait été effectuée du 6 au 24 septembre 1970 et le rapport avait été publié en annexe du procès-verbal de la séance du 25 mai 197119.

  • 20 Le Monde, 28 décembre 1973 : « Le système brésilien de “correction monétaire est-il applicable à no (...)

40Mais le rapport d’Albin Chalandon avait pris une dimension particulière dans le contexte politique français des années 1970, dans la mesure où il avait bénéficié d’une exceptionnelle couverture de presse. Albin Chalandon se proposait de répondre à la question : « le système brésilien est-il applicable à l’économie française ? ». Incontestablement, certains courants de la vie politique française, héritiers du gaullisme et des milieux libéraux, proches du Gouvernement, avaient été fascinés par le modèle brésilien de lutte contre l’inflation. Les personnalités des ministres brésiliens Roberto Campos et Antonio Delfim Netto se situaient sur un tout autre échiquier politique que le ministre exilé et universitaire, Celso Furtado. Aussi les « propositions de M. Chalandon pour la France » comme l’écrivait le journal Le Monde du 28 décembre 1973, ne manquaient pas d’entraîner des débats politiques animés sur le « système brésilien de correction monétaire ». Une interview accordée par Albin Chalandon à l’hebdomadaire Le Point précisait même en titre de l’article : « Contre l’inflation : la recette brésilienne. Seul dans le monde le Brésil a réussi à freiner la hausse des prix. Pour Albin Chalandon, ancien ministre de l’Equipement, la France devrait s’inspirer de son expérience »20.

  • 21 Albin Chalandon : Rapport d’information..., cité d’après Le Monde, 28 décembre 1973.

41Le rapport d’information du député Chalandon s’efforçait de donner une image du Brésil très positive, se démarquant des éléments négatifs qui, depuis 1964, étaient propagés par différents médias en France. Introduisant le Brésil dans les débats politiques français, le jeu des comparaisons impliquait une logique de l’engagement aux fins de promouvoir une coopération économique et technique sur la base d’une perception identique des questions de développement. « Le taux d’inflation, écrivait Albin Chalandon, est aujourd’hui à peu près le même en France qu’au Brésil, avec cette différence que, dans l’un, l’inflation est ascendante, et dans l’autre, descendante. Comment dès lors ne pas s’interroger sur l’opportunité de s’inspirer des méthodes brésiliennes... ? L’ampleur et la généralisation de l’inflation ont manifesté le caractère permanent et structurel de celle-ci, intimement liée à la croissance. Faut-il la nier en la rejetant comme un corps étranger à l’économie ? C’est l’attitude adoptée par la plupart des pays occidentaux qui recourent, dans leur action, à des mécanismes qui ont été conçus pour des économies stables et statiques. Le résultat est là pour montrer que l’inflation, en pénétrant dans la place, casse les mécanismes et instaure le désordre. Faut-il au contraire, la reconnaître comme une donnée de base et imaginer un système qui fonctionne en l’intégrant ? C’est ce qu’on fait les Brésiliens, et sans doute ont-ils trouvé progressivement et sans en avoir une conscience exacte, le meilleur moyen de la maîtriser, et, en la maîtrisant, de l’éliminer. Les pays d’Europe, concluait Albin Chalandon, qui manifestent une absence complète d’imagination créatrice devant ce problème, comme devant tant d’autres, auraient intérêt à regarder de près et à prendre en considération la révolution intellectuelle qui s’est faite au Brésil en fonction d’une pensée dont le pragmatisme n’a pas exclu la faculté d’invention »21.

  • 22 Philippe Auberger : « Le modèle brésilien de lutte contre l’inflation » (1964-1973), p. 7 et p. 284 (...)

42Certes, au moment ou A. Chalandon publiait son Rapport, il n’exerçait plus d’activités officielles au sein du gouvernement français. Mais l’analyse de certains aspects qui se voulaient techniques du « miracle brésilien » n’en était pas moins dans le goût officiel du jour, auquel un important numéro spécial de la revue Problèmes d’Amérique latine rédigé par l’Inspecteur des finances Philippe Auberger, apportait une consécration. « Le modèle brésilien de lutte contre l’inflation » se trouvait présenté en décembre 1973 à la suite d’une mission effectuée à la demande de la Direction du Trésor du ministère de l’Économie et des Finances. La question centrale était posée en ces termes par Philippe Auberger : « Le principal objectif de la politique économique brésilienne conçue et réalisée par les gouvernements militaires depuis 1964, est de concilier une forte croissance avec une réduction progressive du taux d’inflation. Ainsi depuis 1968, le produit intérieur brut (PIB) a progressé de 10 % l’an en moyenne et l’augmentation annuelle des prix, qui était de 25,5 % en 1968 a été ramenée à 15,7 % en 1972 et doit être portée à 10 % en 1974 »22.

43La conclusion de l’Inspecteur des finances concernait la leçon de cette expérience : « La leçon la plus instructive, écrivait-il, qu’il convient de retenir de l’expérience brésilienne est la compatibilité de l’objectif d’une réduction progressive du taux d’inflation avec la mise sur pied d’un système de correction des effets de l’inflation... L’examen de l’exemple brésilien montre que cet objectif et la technique de la correction monétaire ne sont pas incompatibles mais complémentaires, et que le désir demeure de réduire l’inflation au niveau le plus bas compte tenu des structures et de l’évolution des prix à l’extérieur du pays. Les Brésiliens préfèrent en définitive ne plus avoir besoin d’être protégés de l’inflation plutôt que d’être protégés de celle-ci, même de façon relativement satisfaisante ».

  • 23 François de Combret : Les trois Brésil, Paris, Denoël, Planète, 1971, 291 p. Préface de Jean-Marcel (...)

44Tel était le diagnostic de réévaluation technique de l’image du Brésil présentée par différents milieux proches des décideurs français dans les années 1970. L’auteur de l’ouvrage récent sur l’allergie fiscale préfacée par Jacques Chirac, apportait sa pierre à la connaissance d’un Brésil que venait de parcourir quelques années plus tôt le jeune auditeur de la Cour des Comptes François de Combret. Dans un ouvrage préfacé par Jean-Marcel Jeanneney, François de Combret, qui devait exercer par la suite diverses fonctions importantes, dont celle de conseiller technique au secrétariat général de la Présidence de la République, s’attachait à présenter ses Trois Brésil sous forme d’un récit de voyage destiné au grand public. Le lauréat de la Fondation Singer-Polignac s’efforçait de répondre à cette question : « Pour transformer le “pays de l’avenir” en une nation moderne, les militaires du Brésil pourront-ils persister à se servir de leurs méthodes ou ne devront-ils pas plutôt se résoudre à imiter leurs collègues du Pérou et à suivre le “mouvement nationaliste, progressiste et anti-impérialiste »23. Une visite officielle au Brésil de Raymond Barre en 1976, alors en charge des fonctions ministérielles du Commerce extérieur, confirmait cette redécouverte officielle de la terre de la Sainte-Croix.

L’Image de l’Amérique latine dans la politique de l’opposition, de Georges Marchais à Robert Fabre et François Mitterrand

  • 24 Guy Martinière : « Le Brésil. Le miracle de dix années de dictature », in La Nouvelle critique, no (...)

45De tels débats politiques se situaient au cœur de la politique de coopération économique et technique française et constituaient un élément de sa philosophie. Aussi ne fallait-il pas s’étonner si, les 12 et 13 janvier 1974, dans les locaux du Sénat, au Palais du Luxembourg, un « Colloque européen sur le Brésil » était organisé par les partis politiques français signataires du « Programme commun de gouvernement » (le parti communiste, le parti socialiste, et le mouvement des radicaux de gauche), différents syndicats tels la CGT, la CFDT, la FEN et diverses organisations syndicales dont la Ligue des droits de l’homme, l’Association française des juristes démocrates, le secrétariat des juristes catholiques. Commentant le déroulement de ce colloque, Guy Martinière écrivait dans La Nouvelle Critique : « Depuis plusieurs années, le Brésil, la politique gouvernementale de croissance économique du Brésil, sans attirer massivement l’attention du “grand public”, sans occuper toujours la” une “des quotidiens, a provoqué en Europe une certaine curiosité. Empreinte de scepticisme d’abord, point ne fut besoin de trop attendre pour la définir, de voir se joindre, d’une manière très appliquée et méthodique, les deux termes de “miracle brésilien”. Il n’est plus question, lorsque la politique économique du gouvernement militaire, née du coup d’État d’avril 1964, est évoquée, que de ce “miracle”, des extraordinaires “progrès” accomplis récemment par ce pays en voie de devenir une “nation industrielle”, de son expansion sans précédent. D’ailleurs, lorsque le cas du Brésil est exposé dans les milieux multinationaux de la grande industrie et de la haute finance, c’est aussitôt pour mentionner les énormes possibilités d’“affaires” dont le modèle brésilien regorge : le Brésil des militaires semble avoir atteint la réputation d’un véritable “Pérou” du second âge industriel... Voici donc “nos” élites intellectuelles si désorientées qu’elles cherchent exemple dans la “remarquable” pensée des technocrates de service en économie politique et financière des “géopoliticiens” de Brasilia !... A l’occasion du dixième anniversaire du golpe mais aussi en fonction de l’intérêt que suscite parmi nos élites dirigeantes l’exemple du modèle brésilien, une interrogation sur les “raisons” de ce “miracle” nous a semblé utile... »24.

  • 25 Cité d’après Le Monde du 15 janvier 1974.

46Lors de ce colloque, trois interventions étaient particulièrement attendues : celles de Georges Marchais, de François Mitterrand et de Robert Fabre. Dans son édition du 14 janvier L’Humanité reproduisait le texte de l’intervention du secrétaire général du PCF, lue par Etienne Fajon car un deuil familial empêcha Georges Marchais d’intervenir lui-même. Le Monde, dans son édition datée du 15 janvier, citait longuement des extraits de l’intervention de François Mitterrand et de Robert Fabre sous le titre : « Les partis de gauche dénoncent les visées expansionnistes du Brésil ». Le Monde précisait : « Le colloque, présidé par M. François Mitterrand, a étudié les implications de “l’expansionnisme brésilien” dans tous les domaines économiques, politiques, militaires et stratégiques... On parle du miracle brésilien, a déclaré à la tribune M. Robert Fabre au nom des radicaux de gauche, mais l’enrichissement est celui d’une caste. Les dirigeants actuels ont le sentiment qu’ils doivent exercer une sorte de leadership en Amérique latine mais l’expansionnisme économique peut se transformer en expansionnisme politique et militaire. Il se double d’un expansionnisme territorial. Les grandes voies stratégiques peuvent conduire les tanks brésiliens aux portes de La Paz en Bolivie, ou de Montevideo en Uruguay. Les sociétés multinationales se profilent derrière les entreprises brésiliennes ». M. Mitterrand a estimé que le Brésil apparaissait comme « la force montante dans un continent en plein désordre où les forces de police l’emportent sur les forces politiques. Le Brésil, a-t-il dit, concluait Le Monde, est le gendarme de l’Amérique latine mais si l’on remonte à la source, on trouve l’impérialisme américain qui obtient au Brésil un puissant relai doué d’une grande capacité d’expansion »25.

47Ainsi, après avoir connu une phase d’intensité remarquable dans les années 1960-1970, autour des thèmes de la révolution cubaine et des questions tactiques posées au mouvement révolutionnaire par les débats sur les foyers de guerilla, le débat politique français sur l’Amérique latine s’était-il déplacé. Certes, le latino-américanisme d’actualité politique ne donnait plus matière à des publications faisant la « une » des devantures des libraires. Mais son ancrage, sa projection sur la vie politique française animaient fortement les élites politiques. D’autant que le renversement du gouvernement du président Allende au Chili venait d’avoir lieu le 11 septembre 1973. Les sensibilités étaient donc extrêmement vives. Si l’observation des choix politiques du gouvernement cubain n’était pas abandonnée, comme en témoigne par exemple la thèse de Jean Ortiz sur l’analyse des rapports entre la révolution politique et la révolution culturelle de ce pays, les groupes de réflexion animés autour de Georges Fournial et d’Antoine Blanca, autour, respectivement, du parti communiste et du parti socialiste, tenaient à ne pas laisser aux responsables du gouvernement français de l’époque, le monopole de la coopération.

  • 26 Note de Nicolas Pasquarelli, 19 décembre 1973, CERM. Ronéo. Par ailleurs, de Jean Ortiz : Cuba, une (...)

48Par exemple, un document, daté du 19 décembre 1973, signé par Nicolas Pasquarelli, secrétaire général du Centre d’études et de recherches marxistes, précisait : « Au cours de la réunion des hispanistes communistes des 13 et 14 janvier 1973,...il a été proposé la préparation d’un colloque pluridisciplinaire (hispanistes, historiens, économistes...) sur un ensemble de questions théoriques fondamentales pour une analyse marxiste de la situation en Amérique latine : les “thèses” d’A. Gunder Frank, capitalisme dépendant et sous-développement, la bourgeoisie “nationale”, etc... C’est dans le cadre du CERM que pourrait être entrepris ce travail. Pour étudier cette proposition, ainsi que pour examiner si d’autres questions ne pourraient pas faire l’objet d’une réflexion collective de la part d’hispanistes marxistes intéressés..., il nous a semblé opportun de réunir dans un premier temps les camarades des universités de la région parisienne le 8 janvier 1974... Cette réunion, concluait Nicolas Pasquarelli, devrait déboucher rapidement sur une réunion de tous les hispanistes communistes de France, destinés à discuter et à lancer les deux ou trois projets retenus qu’autant de groupes de travail de la section hispaniste du CERM (constituée à cette occasion ou ultérieurement) seraient invités à mener à bien. Cette seconde réunion serait tout à fait indépendante de celle que la section des intellectuels auprès du Comité central pourrait convoquer prochainement »26.

49Certes, l’impact véritable de telles actions d’articulation entre le latino-américanisme d’actualité politique et le latino-américanisme universitaire demeure difficile à préciser. En tous cas, cet impact apparaît aussi bien au niveau de l’évolution du marxisme lui-même en France que des problématiques marxistes concernant le latino-américanisme. De cette manière ou d’une autre, les courants de pensée proches du parti socialiste comme ceux du christianisme social procédaient à de telles analyses qui faisaient partie intégrante du débat politico-philosophico-social propre au domaine des sciences de l’homme et de la société.

50Il apparaît souhaitable qu’une recherche d’opinion, sur le modèle des études de sciences politiques, soit accomplie prochainement dans ce domaine. Les témoignages des acteurs, aussi bien ceux des acteurs proches du gouvernement français dans les années 1970 comme ceux des acteurs proches des hommes politiques qui, à l’époque, étaient dans l’opposition, se révéleraient d’un intérêt capital pour comprendre, de l’intérieur, des aspects essentiels du latino-américanisme en France. Car, si le Brésil avait été l’occasion d’exprimer une analyse des différentes philosophies politiques de la coopération, soit à travers les textes d’Albin Chalandon, de Philippe Auberger, de François de Combret, soit à travers les discours et interventions officiels qui furent présentés lors de l’exposition industrielle française de Sao Paulo en 1971, soit à travers les communications des intervenants du « Colloque européen » organisé par les partis de l’opposition, les syndicats et divers mouvements humanitaires au Palais du Luxembourg en janvier 1974, « la vie et la mort du Chili populaire », selon la belle expression d’Alain Touraine concernant une aussi tragique situation, faisaient singulièrement rebondir les débats et combats du latino-américanisme en France et les débats de la classe politique française.

51De cet autre débat, dont les incidences n’avaient pas été étrangères de l’évolution même du discours des partis politiques d’opposition et du gouvernement depuis 1970-1971, les médias de grande diffusion allaient être porteurs. Les articles de presse, spécialisée ou non, concernant la situation chilienne ont de plus en plus interféré entre les rubriques de politique internationale consacrées à l’Amérique latine et les rubriques de politique intérieure, à la couverture de loin la plus importante en France, surtout dans la presse régionale. Incontestablement, la place prise par l’Amérique latine dans la presse française confirme, à partir de 1973-1974, son rang de dignitaire de l’actualité.

De nouveaux acteurs de l’actualité : les journalistes latino-américanistes de l’AJALC

  • 27 Cité d’après Annuaire de l’AJALC (Association des journalistes spécialistes de l’Amérique latine et (...)

52Cette situation nouvelle a donné matière à la publication de chroniques régulières et entraîné la création d’une catégorie particulière de journalistes professionnels. Ceux-ci ont reconnu l’Amérique latine comme sujet principal de leurs préoccupations. C’est ainsi que naquit officiellement, le 16 mars 1978, l’Association des journalistes de l’Amérique latine et des Caraïbes (AJALC) « grâce à l’initiative d’un groupe de journalistes et chroniqueurs de la presse écrite et audio-visuelle française qui suivent de près les événements politiques, culturels et économiques » de cette région27. Cette « association professionnelle représentative de tous les courants d’opinion » comme l’indique l’avant-propos de l’annuaire de l’AJALC, a établi des relations privilégiées avec les latino-américanistes universitaires, dont plusieurs d’entre eux étaient membres de l’association en tant que « chroniqueurs », comme en témoigne l’adresse de son siège social longtemps situé dans les locaux de l’IHEAL, 28, rue Saint-Guillaume. Toutefois, l’articulation entre l’Institut et l’AJALC n’a été le plus souvent que symbolique et formelle, en raison des pesanteurs institutionnelles qui ont prévalu, et demeurent, au sein du latino-américanisme en France.

53Les activités de l’AJALC, animées par des journalistes comme Edouard Bailly, Jean-Pierre Clerc, Thierry Maliniak, Marcel Niedergang, Christian Rudel, Irène Jarry, Jacqueline de Linarès, José Fort, Vincent Beaufils, Jean-Marie Burgaud, René Lauler, Yves Hardy, Valérie Mielnicki et bien d’autres, permettaient de tisser des liens avec des universitaires et des chercheurs qui aspiraient à mieux faire connaître l’Amérique latine en dehors des cercles spécialisés du monde de la recherche. Tel fut le cas, par exemple de Pierre Kalfon, de Bernard Cassen, de Nicole Bourdillat, de Claude Fell, de Pierre Gilhodès, d’Alain Rouquié, de Françoise Barthélemy et de quelques autres dont les chroniques étaient publiées dans différents hebdomadaires, mensuels ou revues comme Le Monde diplomatique, Problèmes d’Amérique latine, etc.

  • 28 Jean-François Revel : « Presse. Le futur maître du Monde », L’Express, 7 juin 1980.

54Certes, la diversité d’opinions des journalistes de l’AJALC, dont les statuts de l’association faisaient explicitement état, ne permettait en aucune manière d’affirmer la prépondérance de tel ou tel effet d’orientation ou d’influence propre aux débats politiques du latino-américanisme français. Mais les développements de ces débats n’étaient pas sans conséquence sur la vie professionnelle de certains journalistes ou chroniqueurs qui, depuis 1978, connurent des carrières diverses. Quelques exemples paraissent même significatifs de l’intensité de certains de ces débats. Dans un article publié par L’Express, le 7 juin 1980, consacré à la succession du directeur du quotidien Le Monde, Jacques Fauvet, Jean-François Revel établissait un portrait de Claude Julien. Afin de mesurer le « choix d’une vaste portée politique » qui avait été réalisé par la société des rédacteurs du quotidien, Jean-François Revel dressait en ces termes le portrait du « futur maître du Monde » : « l’engagement politique du futur directeur n’est un secret pour personne. Julien se situe beaucoup plus à gauche que la ligne médiane du Monde actuel. Il s’est exprimé lui-même dans plusieurs livres importants dont Le Nouveau monde (1960), L’Empire américain (1968), Le Suicide des démocraties (1972). La philosophie politique qui s’en dégage est fondée sur une condamnation absolue des Etats-Unis, à la fois en tant que civilisation sur le plan interne et en tant que foyer d’un impérialisme mondial commun à tous les pays riches et dont le Tiers-Monde paie la facture »28.

55L’éditorialiste de L’Express poursuivait : « la vraie révolution (autre thèse classique) provient donc du Tiers-Monde. Le point de vue s’est exprimé abondamment dans Le Monde diplomatique, mensuel dont Claude Julien est le rédacteur en chef depuis 1973, après avoir été en 1969, chef du service étranger du Monde quotidien, où il était entré en 1951. On peut lire, par exemple, dans Le Monde diplomatique de janvier 1979 un grand article de Guy Martinière sur la « vocation latino-africaine de Cuba » où, après avoir affirmé que le « mouvement révolutionnaire africain a reconnu les promesses de l’internationalisme prolétarien », l’auteur conclut : « la politique africaine de Cuba, sans aucun doute, a eu besoin de l’appui de Moscou. Envisager par contre, qu’elle puisse en être le simple exécutant risque de conduire à de singulières méprises. La coopération afro-cubaine trouve dans le dialogue de l’Amérique latine avec l’Afrique, à son tour libérée, les racines mêmes d’un peuple qui accède à la parole ». Le récent phénomène des boat-people cubains, poursuivait Jean-François Revel, n’a pas ébranlé cette foi pro-castriste, aussi intégriste que celle de Régis Debray, qui est du reste l’un des collaborateurs du Monde diplomatique. En mai 1980, on peut lire sous la plume de Bernard Cassen que « la majorité de la population cubaine est sans doute favorable aux institutions du pays et elle éprouve un vif sentiment d’indignation à l’égard de ceux qui ont aussi spectaculairement mis Cuba sur la selette devant l’opinion mondiale... Le gouvernement pourrait utiliser cette quasi unanimité nationale, dont la manifestation du samedi 19 avril a été le symbole ». L’auteur semble ignorer, concluait Jean-François Revel, comment les régimes totalitaires organisent ce genre de « manifestations géantes » et obtiennent des « quasi-unanimités ». Il semble ignorer tout autant les articles que Le Monde quotidien a publiés pendant des semaines sur l’exode des cubains ».

56La polémique n’était donc pas oubliée parmi les vertus principales du journalisme professionnel, à la croisée des chemins du latino-américanisme en France. Bien sûr, parmi les journalistes et chroniqueurs de l’AJALC, figuraient aussi des personnalités engagées officiellement dans les partis d’opposition des années 1978-1981, comme Georges Fournial ou Antoine Blanca.

  • 29 Le Monde du 11 avril 1984. « Nominations d’ambassadeurs. M. Antoine Blanca à Buenos Aires ».
  • 30 Ibidem, p. 6 ; d’autre part depuis 1981, Régis Debray est chargé de mission pour les Affaires du Ti (...)

57La vie politique d’Antoine Blanca, membre de l’AJALC en tant que journaliste à L’Unité, permet aussi de mieux comprendre, de l’intérieur, l’évolution de différents aspects du latino-américanisme en France. Fils de réfugiés politiques espagnols, licencié ès lettres et hispaniste, Antoine Blanca qui a « adhéré à la SFIO en 1953, précisait Le Monde du 11 avril 1984, a commencé à militer dans les rangs socialistes à Toulouse, puis à Alger où, élu président des étudiants libéraux, il s’oppose de 1957 à 1959, aux listes dirigées à l’époque par Pierre Lagaillarde et Jean-Jacques Susini, partisans de l’Algérie française. Secrétaire national adjoint, des jeunesses socialistes en 1961, il a travaillé en liaison étroite avec M. Pierre Mauroy avant d’entrer au comité directeur de la SFIO, en 1967, puis de siéger, à ce titre au comité exécutif de la FGDS. M. Blanca avait abandonné l’enseignement en 1966 pour s’occuper à plein temps de la Fédé ration des clubs Léo Lagrange, succédant en 1971 à M. Mauroy au secrétariat général de cette association. Après l’installation de M. Mauroy à l’Hôtel Matignon où il était venu renforcer, en qualité de conseiller technique, l’équipe chargée des relations extérieures animées par M. Bernard Garcia, il avait été nommé en novembre 1982, ambassadeur itinérant pour les pays d’Amérique du Sud, d’Amérique centrale et des Caraïbes »29. Spécialiste du Tiers-Monde et de l’Amérique latine poursuivait le quotidien français, « le Journal officiel du 10 avril annonce la nomination de M. Antoine Blanca au poste d’ambassadeur en Argentine »30.

  • 31 Eduardo Galeano : Les veines ouvertes de l’Amérique latine, Paris, Plon, 1981 ; Christian Rudel : G (...)

58En fait dans le creuset latino-américaniste constitué par les journalistes de l’AJALC, bien des idées, bien des opinions ont été échangées, diffusées, débattues, combattues et... continuent de l’être ! Plusieurs journalistes latino-américains choisis par la presse française comme spécialistes de l’analyse du continent ont été conduits à participer aux activités de l’association tels Carlos Gabetta, Alfredo Valladao, Paulo Antonio Paranagua, etc. Certains ouvrages de journalistes latino-américains travaillant sur l’Amérique latine en France ont ainsi connu une diffusion appréciable entre 1978 et 1982. Ainsi, la traduction en langue française en 1981, dix ans après sa publication originale du livre d’Eduardo Galeano, Les veines ouvertes de l’Amérique latine, a-t-elle obtenu un succès de librairie aussi important que les éditions successives des Vingt Amériques latines de Marcel Niedergang. Cette édition française mise à jour, complétée d’un ensemble de fiches signalétiques par pays rédigées par Carlos Sa Rego, est devenue une somme d’information, et d’analyses régulièrement consultées par les diverses catégories de publics qui, en France, aspirent à mieux comprendre les réalités de ce continent. D’autre part, des monographies sur les pays mal connus de l’Amérique centrale ont commencé à être diffusées sur le Nicaragua, le Guatemala, etc. Par exemple Christian Rudel a consacré à la description du « terrorisme d’État » au Guatemala une analyse précise et d’une indiscutable utilité. Par exemple, divers documents ont été publiés sous forme de livre concernant l’évolution de la situation au Nicaragua sandiniste, tel le témoignage d’Ernesto Cardenal sur Les Chrétiens du Nicaragua ou encore l’ensemble de textes présentés par André Jacques sur La Victoire d’un peuple31.

La diversité des flux d’information et leurs réseaux : des agences de presse et revues spécialisées aux nouvelles technologies de la communication

  • 32 Guy Petitdemange : Editorial, Amérique latine, no 1, janvier-mars 1980, Centre de recherche sur l’A (...)

59La présence de différents rédacteurs de revues ou de responsables d’agences parmi les membres de l’AJALC ont même renforcé singulièrement ce potentiel latino-américaniste. Ainsi Charles Antoine, à la tête de l’agence Diffusion de l’information sur l’Amérique latine (DIAL), Patricio Tuper à l’agence IPS Tiers-Monde France, et plusieurs journalistes de l’AFP sont-ils à même de contribuer à animer un réseau d’information en amont de la presse écrite ; des rédacteurs de revues comme François Gèze à Tricontinental, Thérèse Nallet à Croissance des jeunes nations ou Guy Petitdemange, de la revue Amérique latine, se préoccupent en aval de la diffusion. Tous renforcent les liens avec les latino-américanistes universitaires, qu’ils appartiennent à la vaste communauté des organisations non gouvernementales ou à la communauté scientifique. « Exilés de tous les pays, précisait Guy Petitdemange dans l’éditorial au premier numéro d’Amérique latine de janvier-mars 1980, spécialistes appartenant aux nationalités les plus diverses, partisans engagés sur place, universitaires et hommes d’affaire, journalistes familiers de ces réalités, bref tous ceux qui vivent, connaissent, pressentent l’actualité et le poids des Amériques latines dans notre monde, sont ici invités à cet autre mode d’action, écrire »32.

60Publiée par le Centre de recherche sur l’Amérique latine et le Tiers-Monde, fondé par l’Association Amérique latine-Tiers-Monde, présidée par Claude Julien, la revue Amérique latine a pour directeur Gonzalo Arroyo. Son comité de rédaction est composé de Roberto Amijo, Françoise Barthélémy, Nicole Bourdillat, Bernard Cassen, Silvio Gomes de Almeida, Claude Julien, Alain Rouquié, Ricardo Sidicardo, Jean-Marc von der Weid. Parmi les membres de son conseil de rédaction on trouve Maurice Barth, Gustavo Beyhaut, Georges Casalis, Pierre de Charentenay, Jacques Chonchol, Vincent Cosmao, Claude Fell, Susan George, François Gèze, Pierre Gilhodès, André Jacques, Louis Joinet, Alain Joxe, Pierre Kalfon, Madeleine Lafue-Véron, Martial Lesay, André Masse, Michèle Mattelart, Armand Mattelart, Daniel Pécaut, Luis Ignacio Ramallo, Ignacio Ramonet, Miguel Rojas Mix, Alain Touraine et Armando Uribe. Plusieurs d’entre eux appartiennent en même temps au conseil scientifique de la revue Problèmes d’Amérique latine dont la Documentation française a confié la coordination à Daniel Pécaut en 1978 lors du départ de Suzanne Candeau. Parmi ces conseillers, on relève les noms de Claude Bataillon, Jean-Pierre Berthe, Claude Collin-Delavaud, Noelle Demyk, Olivier Dollfus, Pierre Gilhodès, Henri Favre, Guy Martinière, Luciano Martins, Frédéric Mauro, Jean Piel, Jean Revel-Mouroz et Alain Rouquié auxquels s’ajoutent dans les années suivantes Gustavo Beyhaut, Celso Furtado, Jean-Pierre Lavaud et Yvon Le Bot.

  • 33 Guy Petitdemange : « Publication et diffusion des revues françaises concernant l’Amérique latine », (...)

61A l’occasion d’une enquête sur la « publication et la diffusion des revues françaises concernant l’Amérique latine » réalisée lors de la tenue des Etats Généraux de la recherche et de l’enseignement sur l’Amérique latine en France et d’un questionnaire envoyé à 16 revues, Guy Petitdemange analysait ainsi la situation de ce type de publication : « Hormis des publications très spécialisées, cette documentation plus ample et plus diversifiée sur l’Amérique latine a surgi au cours des derniers vingt ans et semble plutôt en voie de développement ou tout au moins incite à des tentatives dues, entre autres choses sans doute, à la présence en France d’universitaires latino-américains. À considérer les extrêmes des tirages (entre 100 et 7 500) et la répartition des ventes (un tiers à l’étranger), le public ne semble ni être considérable, ni s’élargir. En revanche, il est relativement stable et surtout homogène. En effet il est constitué dans l’ensemble d’universitaires, de chercheurs, d’étudiants, d’intellectuels, certains liés à la politique, et de journalistes... Ainsi mis à part les connaisseurs, ce public semble privilégier la concentration d’informations, l’objet “Amérique latine” étant trop hétérogène, trop complexe pour s’éclairer par la monographie trop précise... C’est dans la ligne de cette demande qu’il faut inscrire des exigences plus particulières : allègement de la forme, du discours et demandes d’informations de base, de statistiques mise à jour, de chronologies »33.

62De son côté, Françoise Barthélémy était amenée à définir un tel phénomène qui a conduit les médias à prendre l’Amérique latine pour une « cible politique déclarée » au carrefour du journalisme et des recherches de certains universitaires latino-américanistes : « Outre une augmentation globale du volume des informations au cours des quatre dernières années, on constate une amélioration dans l’approche des réalités complexes et mouvantes du continent. Certes, poursuivait-elle, les journalistes spécialisés se plaignent du peu de place dont ils disposent ou que leur accorde leur rédacteur en chef ». Mais, dans la manière dont les événements sont traités dans la presse, on perçoit « le reflet des clivages idéologiques et politiques existant dans l’opinion française ».

  • 34 Françoise Barthélemy : « L’Amérique latine dans la presse écrite française », pp. 647-662, Actes de (...)

63Pourtant, la diversité même des opinions des journalistes et chroniqueurs de l’AJALC, l’audience procurée par les activités de ses 65 adhérents, la présence même dans les commissions des États Généraux de plusieurs membres de l’association ont conduit à « regretter l’absence de liens fréquents et soutenus entre journalistes professionnels et chercheurs spécialisés » en dépit d’incontestables rapports qui ont déjà contribué à modifier bien des aspects du latino-américanisme en France et à poser sur une base nouvelle l’intensification des relations « entre ces deux catégories et les membres de la communauté scientifique qui s’occupent de l’Amérique latine »34.

64Au demeurant de telles relations ne concernent plus seulement la presse écrite : écrire n’est pas le seul mode d’action que l’on pouvait encore proposer au tout début des années 1980 aux chercheurs spécialisés désireux d’entreprendre une politique de communication en liaison avec les milieux professionnels. Le récent développement des médias audio-visuels, soit dans le cadre de Radio-France Internationale et des radios privées, soit dans le cadre des échanges cinématographiques et télévisuels, montre combien est rapide la mutation des moyens de communication.

65Radio-France Internationale, sous l’impulsion de Hervé Bourges, a entrepris, depuis 1982, une diffusion de programme, appropriés à destination de l’Amérique latine. La nomination d’Hervé Bourges à la direction de la chaîne de télévision TF1 a contribué au développement des échanges de produits télévisuels avec l’Amérique latine soit sous forme d’échanges ou achats d’émissions pour un nombre d’heures d’antenne déterminé. La récente introduction des « telenovelas » brésiliennes est à cet égard significative des préoccupations nouvelles d’une télévision française qui découvre, au sens fort du terme, l’existence du quatrième réseau télévisuel mondial ! A Paris, dans le cadre des activités de l’association « Cultura latina », la radio privée, « Radio latina », diffuse depuis la même année, huit heures d’émissions culturelles, économiques et de variétés consacrées aux pays du monde latin au sein duquel l’Amérique latine occupe une place privilégiée. Diverses réflexions entreprises dans le domaine de l’audio-visuel ont même permis à Armand et Michèle Mattelart, Xavier Delcourt et Hector Schmucler de proposer la création d’un « espace culturel latin ». Cette mission de recherche, présidée par Armand Mattelart et animée par Cécilia Joxe, qui s’est déroulée du 15 novembre 1982 au 30 juin 1983, sous l’impulsion du ministère de la Culture, en accord avec les propositions faites par le groupe Interlatina sous la présidence de Gabriel Garcia Marquez, a remis un rapport d’analyse sur ce thème dont l’essentiel a été publié en 1984. Il est vrai que la connaissance des cinémas de l’Amérique latine avait donné matière à la publication en 1981 d’un ouvrage encyclopédique établi sous la direction de Guy Hennebelle et Alfonso Gumucio-Dagron avec le concours de Paulo Antonio Paranagua et René Prédal. Préfacé par Manuel Scorza, patronné par Edouard Bailby et Louis Marcorelles, cet ouvrage analysait en détail la production et les structures des cinémas nationaux auxquels Ignacio Ramonet, par exemple, dans ses rubriques régulières de « caméras politiques » dans Le Monde diplomatique, donnait une dimension latino-américaniste, à la croisée des sciences politiques et de l’esthétique audio-visuelle.

  • 35 Guy Martinière : A la découverte du monde latin. L’impact du rayonnement culturel in Le Monde diplo (...)

66Dans cette perspective, on peut même considérer que le choc télématique et le choc informatique sont en train de modifier considérablement les mécanismes traditionnels fondés sur le livre, sur l’écrit d’une certaine vision des co-développements culturels entre la France et l’Amérique latine. Un tel espace de recherche offre aux deux communautés, celle des professionnels des médias et celle de la recherche universitaire et scientifique, un vaste champ d’entreprises nouvelles. « Au moment où l’informatique entre dans le quotidien, où les satellites de communication, les réseaux câblés et les fibres optiques, écrivait Guy Martinière, font transformer la programmation, où l’intelligence artificielle et les systèmes experts donnent à l’informatisation de la société un autre profil d’organisation, l’affirmation culturelle d’un espace latin de communication offre des opportunités nouvelles »35.

67Depuis que certains pays d’Amérique latine comme le Brésil ou le Mexique ont créé leurs propres réseaux cinématographiques et télévisuels avec l’émergence de réseaux aussi importants que ceux de Rede Globo ou Televisa ; depuis que la dimension des enjeux de la création d’un parc informatique national se trouve évaluée dans ces pays ; depuis, enfin que l’UNESCO a élaboré les perspectives offertes par l’ouverture d’un nouvel ordre international de la communication susceptible de provoquer quelques mutations dans les flux internationaux d’information, de nouvelles stratégies de coopération sont donc mises à l’étude aux fins d’œuvrer à ces nouvelles formes de coopération. Toutefois, de telles perspectives ne peuvent être susceptibles de se développer que si des recherches de coopération nouvelle naissent entre l’Amérique latine et la France. Ceci implique qu’une certaine conception de la coopération latino-américaniste fondée, dans le domaine universitaire et culturel, sur une problématique de l’exil et de la structure d’accueil de cet exil, soit à même d’être profondément modifiée.

Le truchement des exilés

  • 36 Catherine Bastard : L’Amérique latine à Paris, Paris, Ed. Rochevignes, 1984.

68Certes, différents lieux d’accueil et d’expression du monde latino-américain en France existent et continueront d’exister. Un récent ouvrage vient même de proposer comment découvrir l’Amérique latine sans quitter Paris et dresser un adressographe très complet de l’Amérique latine à Paris36. Or, cette communauté latino-américaine installée en France a surtout vécu, de 1966 à 1982, à l’heure de l’exil. En raison des différents coups d’état militaires dont l’Amérique latine avait subi les effets, toute une communauté latino-américaine réfugiée, évaluée à près de 7 000 personnes en 1982, avait trouvé accueil en France.

69Les conséquences de ce flux migratoire ont contribué à transmettre certaines images des réalités latino-américaines qui ne pouvaient pas ne pas influer sur les débats du latino-américanisme français. Cette communauté d’opposition aux régimes militaires alors en place en Amérique latine avait fondé divers espoirs sur les conséquences de la mutation politique qui s’est produite en France en 1981. Les différents partis politiques, syndicats et associations humanitaires qui, en France, avaient exprimé leur solidarité avec ces groupes d’exilés n’étaient-ils pas alors en mesure de mettre en œuvre une autre politique de coopération avec l’Amérique latine dont certains exilés aspiraient à devenir les relais ? La maintenance de cette problématique de l’exil au moment où s’ouvraient les espérances d’une certaine solidarité institutionnelle n’entrait-elle pas en contradiction avec la question du retour mise à l’ordre du jour par la vague de démocratisation que connaît l’Amérique latine depuis deux ans ?

  • 37 Arturo Montes a enseigné pendant plusieurs années à l’Institut d’études politiques de Grenoble où i (...)

70Humainement, le problème ainsi posé demeure délicat car la psychologie de l’exil, comme celle du retour, bouleverse profondément les consciences et les conditions de vie. De récents travaux universitaires comme celui du sociologue chilien Arturo Montes ont cherché à mieux comprendre la complexité de cette « schizophrénie » particulière37. De fait, cette problématique du retour pose aussi des problèmes d’ordre institutionnel au latino-américanisme universitaire en France. Car une part importante de l’aspect vivifiant des recherches effectuées en France sur l’Amérique latine depuis une quinzaine d’années reposait sur l’apport des chercheurs et universitaires latino-américains exilés.

  • 38 Armando Uribe : Le livre noir de l’intervention américaine au Chili, Paris, Seuil, 1974 ; Jacques C (...)

71Parmi les nombreux ouvrages analysant l’expérience chilienne par exemple, deux d’entre eux ont mérité une attention particulière. Le témoignage du juriste Armando Uribe, ministre-conseiller à Washington et ambassadeur du Chili populaire à Pékin, publié en 1974, permettait de saisir les aspects de l’intervention américaine au Chili. Celui de Jacques Chonchol, ministre de l’Agriculture du gouvernement d’unité populaire, dont le rôle militant au sein de la démocratie chrétienne chilienne puis dans le cadre du Mouvement d’action populaire unifié (MAPU) se révéla essentiel à l’évolution d’une certaine perception du christianisme social, faisait connaître l’échec de l’espoir de l’entreprise de réforme agraire38. A partir de la personnalité de ces deux autres, mais aussi celle de bien d’autres chercheurs comme Gonzalo Arroyo, les relations entre le latino-américanisme d’actualité politique et le latino-américanisme universitaire ont pris en France dans les années 1974-1980 une autre dimension.

72La structure d’accueil universitaire d’exilés politiques qui avait déjà fonctionné dans le cas brésilien se trouvait à nouveau mise à contribution. Cette structure d’accueil des universités françaises avait d’ailleurs bien des difficultés à absorber une quantité importante de chercheurs latino-américains. D’autant plus que, à partir des années 1977-1978, l’évolution de la situation dans le cône Sud de l’Amérique latine entraînait le départ de nombreuses personnalités argentines, dont plusieurs économistes comme Julio Cesar Neffa ou Moïses Ikonicoff. Au demeurant, de façon à pallier les carences de l’accueil du latino-américanisme universitaire dont les disponibilités en postes se trouvaient singulièrement limitées, le développement des activités d’organismes non-gouvernementaux de coopération renforça ce rapprochement entre exilés politiques et chercheurs sur l’Amérique latine, qui devint une des caractéristiques du latino-américanisme en France dans les années 1975-1980.

L’irruption des organisations non-gouvernementales : du mythe tiers-mondiste à la recherche d’une autre coopération technique

73De fait, le développement des activités vers l’Amérique latine de ces organismes non gouvernementaux correspondait bien à une phase d’abandon de certains mythes révolutionnaires du Tiers-Monde, assimilant guerillas et socialismes. Gérard Chaliand a bien montré à quel point l’euphorie tiers-mondiste avait connu son paroxysme à travers les figures de Fanon, Guevara et Ho Chi Minh dans les années 1960, contribuant à alimenter le mythe de la révolution tricontinentale. Il a montré aussi comment l’humilité de l’aide à la coopération, sur le terrain, avait remplacé la phase d’exaltation « guerilleresque ».

  • 39 Henryane de Chaponay : « Recherche-syndicats-ONG : Quelle coopération pour quel développement ? pp. (...)

74Certes comme le soulignait Henryane de Chaponay lors des Etats Généraux de l’Amérique latine, « l’implantation et la représentativité sociale des ONG (Organisations non gouvernementales) sont extrêmement variées et une étude est encore à faire pour mieux tracer les origines, l’histoire et la croissance pendant ces vingt dernières années »39.

  • 40 Ibidem, p. 729.

75La publication récente d’un guide consacré à l’aide au Tiers-Monde effectuée par les ONG permet de dresser une liste presqu’exhaustive de ces institutions originales de coopération au sein desquelles les disciples de Joseph Lebret ont joué un rôle essentiel dans les années 1960. « En effet, poursuivait Henryane de Chaponay, il semble bien que c’est à partir des années 1960 que commencent à foisonner des initiatives associatives en solidarité avec le Tiers-Monde. En ce qui concerne l’Amérique latine, il est intéressant de constater que c’est surtout à partir des années 1970 que beaucoup de ces initiatives sont nées et se sont développées. Cela semble correspondre à un moment où la France commence à s’intéresser davantage à l’Amérique latine »40.

  • 41 Ibidem, p. 732.

76Bien évidemment, les actions entreprises sont, avant tout, réalisées par des coopérants de nationalité française. Mais l’effet d’impact de la communauté latino-américaine exilée ne peut pas ne pas avoir généré une partie notable de telles entreprises. « Certaines ONG, précisait Henryane de Chaponay, se consacrent presque uniquement à un travail d’éducation et d’information en France sur les pays du Tiers-Monde ; d’autres envoient des coopérants pour participer à des projets de développement sur place et/ou interviennent en appui technique ; d’autres encore soutiennent financièrement des initiatives locales tout en développant l’action d’information en France. C’est pour celles-ci que l’idée de “partenariat” s’est peu à peu imposée dans le type de rapports qui s’est établi entre “agents de développement” en France et dans le Tiers-Monde... Pour la plupart de ces ONG, il convient de s’attaquer aux causes du sous-développement et la politique de coopération avec le Tiers-Monde doit être inspirée par les sentiments de justice et de solidarité qui permettent le rapprochement des peuples... » En ce sens, l’ancrage de la coopération avec des partenaires en Amérique latine même apparaissait comme la pièce maîtresse de la stratégie des ONG. « Les ONG sont d’accord sur le fait que les études historiques, géogragphiques, politiques et socio-économiques, concluait le rapporteur des États Généraux, sont des bases indispensables pour l’action-développement mais elles ont tendance à privilégier toute recherche en rapport avec les organisations de base et les besoins des gens. De très nombreuses ONG sont nées et se sont développées en Amérique latine depuis une quinzaine d’années. C’est l’évolution des sociétés latino-américaines qui a suscité ce mouvement et les Églises y ont souvent joué un rôle déterminant »41.

  • 42 Ibidem, pp. 730-731.

77Avec le changement politique que la France a connu en 1981, le ministère de la Coopération, sous l’impulsion de Jean-Pierre Cot, a renforcé son appui à de telles organisations tout en respectant leur autonomie d’action. Des perspectives se sont même dessinées au niveau européen et Henryane de Chaponay commentait : « Un effort a été réalisé par ces multiples ONG pour se regrouper en collectifs afin de mieux s’informer, échanger leurs expériences et collaborer. Six collectifs existent actuellement qui ont ainsi pris l’habitude de travailler ensemble pour organiser leurs rapports avec les pouvoirs publics et la Communauté économique européenne. En juin 1982 une assemblée générale des ONG nationales de développement a ainsi proposé la création de structures de travail destinées à favoriser une meilleure concertation entre acteurs de la politique française de développement (pouvoirs publics, ONG, syndicats et parlementaires). Parmi ces collectifs, le CRID a pris déjà deux fois l’initiative d’organiser des colloques autour des problèmes agro-alimentaires les 6-7 décembre 1980 et les 11-12 décembre 1982. A ce dernier colloque ont participé des parlementaires latino-américains »42.

  • 43 Jean-Pierre Cot : A l’épreuve du pouvoir. Le tiers-mondisme pour quoi faire ? Paris, Seuil, 1984 ; (...)
  • 44 Une telle recherche en coopération sur le développement alternatif de Sao-Paulo est conduite depuis (...)

78Certes, les actions entreprises par les ONG relèvent davantage d’une problématique tiers-mondiste que d’une problématique latino-américaniste. Les récents témoignages de Jean-Pierre Cot ou d’Edgar Pisani, relatifs au Que faire du Tiers-mondisme ?, confirment bien cette approche de solidarité du développement et de la coopération43 (Mais l’intégration de l’Amérique latine dans cette vision de solidarité du développement qui fut d’abord africaine a contribué à faire évoluer les perspectives. Désormais, lorsque les questions d’auto-suffisance et les réalisations associatives sont actuellement évoquées, des exemples de coopération ne sont plus seulement entrepris dans une perception de solidarité envers les pays les moins avancés mais aussi avec des pays considérés comme en voie d’industrialisation comme l’Inde et le Brésil. Il est vrai que, comme le soulignait Ignacy Sachs, la stratégie des programmes d’appui municipal au développement alternatif s’intègre aujourd’hui dans les réalités de la vie politique brésilienne de villes aussi importantes que Sao Paulo. Dès lors, les recherches sur le développement alternatif et les expériences conduites par les ONG concernant l’Amérique latine montrent à quel point ce continent apparaît comme partie intégrante du Tiers-Monde44.

79Ainsi des comités ad-hoc ont pu se constituer, au carrefour des ONG et des membres de la communauté scientifique. Dans les années 1960, le cas de Cuba avait montré l’impact représenté par une articulation de ce type dans un contexte où le latino-américanisme politique avait une influence prépondérante. Dernièrement la création, en novembre 1980 du Comité de coopération scientifique et technique France-Nicaragua, souligne l’importance d’une instance de réflexion autonome sur le développement de la coopération scientifique et technique, incluant les expériences des chercheurs en sciences exactes et de chercheurs en sciences sociales en marge des instances officielles de la coopération et en liaison avec les coopérants eux-mêmes. De tels comités, animés par la volonté de solidarité de chercheurs constituent des réseaux d’influence au sein de la communauté scientifique et apparaissent susceptibles de jouer un rôle nouveau dans l’élaboration d’une véritable recherche en coopération.

INCITER LA RECHERCHE LATINO-AMÉRICANISTE FRANÇAISE A SE RENOUVELER

80Compte tenu de ce vaste mouvement d’idées qui a commencé à prendre corps à partir de 1977-1978, d’abord d’une manière plus symbolique que profonde, située aux marges des institutions traditionnelles, puis d’une manière de plus en plus ancrée dans la réalité vivante des mutations issues de 1981, la recherche latino-américaniste universitaire en France se trouve aujourd’hui aux prises avec les espoirs et les inquiétudes des problématiques nouvelles et des réorganisations.

81Les possibilités offertes par l’émergence d’une nouvelle recherche en coopération avec l’Amérique latine, l’apparition de nouvelles problématiques, de nouveaux thèmes de recherche, la définition d’un nouveau projet culturel extérieur de la France où l’Amérique latine occupe « une dimension essentielle », l’effet de synergie provoqué par le dialogue entre catégories sociales aux réflexes corporatistes longtemps refermées sur elles-mêmes, d’une grande méfiance voire suspicion à l’égard l’une de l’autre, bref tout ce qui a permis l’organisation d’Etats Généraux de la recherche et de l’enseignement sur l’Amérique latine en mai 83, tout ce qui en a suivi, font connaître au latino-américanisme en France un moment important de son histoire. L’enjeu est aussi fondamental que le furent la création de la première politique de coopération universitaire de la France avec l’Amérique latine entre 1907 et 1912 où l’instauration de l’Amérique latine comme laboratoire majeur de la recherche française au lendemain de la Seconde guerre mondiale. Les conquêtes scientifiques, culturelles et économiques héritées de l’américanisme et de la latinité doivent s’adapter à ces réalités nouvelles.

82La crise du latino-américanisme universitaire en France, dans les années 1970, était la crise de croissance d’une recherche interdisciplinaire culturelle tendant à devenir une spécialité close de chercheurs, pour Frédéric Mauro, ou la crise existentielle d’une pseudo-discipline scientifique portée par le succès même du laboratoire de terrain à une dimension telle que la référence à l’aire culturelle tendait à supplanter les problématiques disciplinaires, selon Daniel Pécaut. Cette crise des années 1970 avait révélé les orientations centrifuges des principales institutions traditionnelles nées au lendemain de la Seconde guerre mondiale. Le cloisonnement des acteurs, des problématiques, des polémiques, l’emportait sur la recherche d’une synergie dont le mouvement est loin de constituer une unanimité d’opinions. Les débats et combats scientifiques y ont occupé toute leur place mais le développement même de la crise a fait apparaître les éléments d’une mutation. Sur ces marges, dans les régions frontières des institutions traditionnelles, des latino-américanistes imaginaient et créaient de nouvelles structures. Celles-ci modifiaient peu à peu le pessimisme ambiant. Des centres de recherche et d’enseignement sur l’Amérique latine affirmaient leur dynamisme propre dans différentes régions. A Paris même, des institutions nouvelles comme l’ADRAL ou l’AFFSAL s’attachaient à éviter l’immobilisme. De plus, les institutions traditionnelles finissaient elles-mêmes par produire une telle quantité de travaux que le stade artisanal de la gestion documentaire impliquait d’adapter les nouvelles techniques d’information aux latino-américanismes universitaires. À partir de 1977-1978, non sans à-coups, les signes particuliers d’une mutation autorisaient quelques acteurs à l’espérance. Or, ces derniers sont parvenus à mettre en place des mécanismes qui ont ancré cette mutation dans la réalité des faits. Dans les années 1970-1984, le latino-américanisme universitaire en France a bénéficié de plusieurs séries de mesures administratives qui ont contribué à provoquer les premiers éléments d’une ouverture.

Une politique d’actions linguistiques assurant la promotion des identités culturelles latines

83Une politique nouvelle en matière d’actions linguistiques a tout d’abord bénéficié d’une première série de mesures administratives dont les conséquences ont été importantes en matière de promotion des identités culturelles latines. Dans le domaine de l’enseignement des langues vivantes, dès 1971, différentes décisions ont été prises contribuant directement ou indirectement à inciter la recherche et l’enseignement sur l’Amérique latine en France à se renouveler. Ces décisions ont d’abord autorisé un enseignement autonome de la langue portugaise, selon la volonté du ministère de l’éducation nationale.

L’introduction de l’enseignement de la langue portugaise dans les Universités françaises

84En effet, le certificat d’aptitude au professorat de l’enseignement secondaire du portugais (CAPES) est créé en 1971. Deux ans plus tard, le concours d’agrégation du portugais est instauré. Cette mesure concernant la promotion de la langue portugaise en France a introduit de façon autonome et spécifique, au sein des universités à dominante littéraire, une préparation à ces concours dès l’année universitaire 1971-1972 pour le CAPES, et dès l’année 1973-1974 pour l’agrégation. Cette double préparation a ainsi permis de mettre en place un enseignement de haut niveau ; des recherches de maîtrise sur les littératures et les civilisations de langues portugaises en sont issues.

85Le Brésil, au premier chef, a bénéficié de cette autonomie nouvelle des départements de portugais. Jusqu’alors, ceux-ci n’avaient été que les brillants seconds de l’activité des hispanistes. Certes, la prise de conscience de l’importance du portugais, langue parlée dans le monde par près de 180 millions de personnes aujourd’hui dont 130 millions de Brésiliens, n’a été qu’un phénomène récent. Mais la volonté politique de créer un enseignement spécifique de ce type avait été pendant longtemps victime du phénomène général de déclin des langues latines et du corporatisme ambiant de l’hispanisme. Il est vrai que la politique coloniale du Portugal en Afrique et les effets pervers de l’immigration portugaise avaient longtemps produit une image négative du second pays de la péninsule ibérique en France. Sans doute, n’est-ce pas un hasard si la création du CAPES de portugais a été réalisée l’année même de la présentation à Sao Paulo de la foire industrielle destinée à relancer des liens économiques et commerciaux entre la France et le Brésil. En tous cas, les rares lusitanistes français de l’enseignement supérieur, le plus souvent relégués à une variante de cette véritable quête du Graal représentée par le « pur castillan » de l’âge du Siècle d’or, ne se situaient alors qu’aux marges d’un combat que les hispanistes français, désireux d’inclure le domaine latino-américain dans l’enseignement général de l’espagnol, étaient en train d’entreprendre et n’ont pas encore réussi à gagner. Portés par l’essor du roman latino-américain en France dans les années 1955-1965, les hispanistes latino-américanistes étaient quand même parvenus à s’exprimer alors que les lusitanistes cherchaient surtout, dans la connaissance de la civilisation brésilienne, l’élément porteur de leur affirmation.

  • 45 Pierre Léglise-Costa : « Situation de la langue portugaise en France », pp. 559-565, in Actes des E (...)
  • 46 « L’enseignement du portugais dans l’enseignement secondaire et primaire en France », commission de (...)

86Actuellement, selon Pierre Léglise-Costa, président de l’Association pour le développement des études portugaises, brésiliennes, d’Afrique et d’Asie lusophones (ADEPBA), présentée aux Etats Généraux de la recherche et de l’enseignement sur l’Amérique latine en France, « 280 collèges et lycées ont un enseignement du portugais par des professeurs formés en France » destiné à environ 20 000 élèves45. Sur ce nombre, 12 000 élèves d’origine portugaise suivent un tel enseignement. « Les élèves d’origine portugaise, précise Pierre Léglise-Costa, sont issus de la deuxième, voire troisième génération des migrants et le portugais est devenu une langue domestique ou une deuxième langue. Les enseignants affrontent un problème de bilinguisme avec de constantes interférences entre les deux langues. La formation des enseignants en France est fondamentale, non seulement parce qu’ils sont plus aptes à comprendre ce phénomène mais aussi parce que leur enseignement ouvre souvent sur une vue plus large du portugais englobant l’Amérique du Sud et l’Afrique. Par ailleurs, environ 4 000 élèves français suivent aussi un enseignement du portugais le plus souvent en langue vivante II ou en langue vivante III, grands débutants. C’est vers eux que l’enseignement du portugais doit tendre désormais sans pour autant négliger les quelque 60 000 élèves d’origine portugaise qui n’ont toujours pas un enseignement de portugais dans le secondaire », et ne bénéficient pas d’un enseignement par correspondance transmis par le Centre national d’enseigement par correspondance (CNEC) à 2 800 élèves inscrits dans les centres de Rouen et de Vanves46.

  • 47 Pierre Léglise-Costa : « Situation... », pp. 563-564, in Actes des États Généraux..., o.c.

87« Il est clair, concluait Pierre Léglise-Costa, que la continuité des études dans l’enseignement supérieur dépend de la création de postes dans l’enseignement secondaire, non pas uniquement du point de vue de la fonction enseignante mais pour donner des chances aux jeunes français d’accéder à une langue et une culture variées et passionnantes et, par là même, à un échange fructueux avec les pays d’où elles sont originaires »47.

  • 48 Rapports préliminaires des Assises Nationales du portugais, o.c. Les Actes de ces Assises doivent d (...)

88Aussi, la place prise par l’enseignement du portugais dans l’enseignement supérieur, c’est-à-dire dans l’enseignement général des langues du premier cycle universitaire comme dans les filières à formation plus professionnelle de type langues et études appliquées (LEA), a-t-elle fait l’objet d’analyses attentives de la part des lusitanistes de l’enseignement supérieur. Ces analyses ont trouvé un large écho à l’occasion de la tenue à Paris les 11, 12 et 13 mai 1984 des Assises nationales du portugais. Désireux désormais de prendre en main leur propre destin, sous l’im pulsion du Recteur Paul Teyssier, de Jean-Yves Mérian, de Daniel Pageaux, d’André Diniz-Silva-Mansuy, d’Adrien Rouig, de Michèle Guidicelli, de Jacques Emorine, de Jean-Michel Massa, de Claude-Henri Frèches et de quelques autres, ouverts à une collaboration avec leurs collègues d’autres disciplines, géographes comme Alain Ruellan, sociologues Marie-Eddy Chonchol ou Cécile Tricoire, historiens comme Guy Martinière, les lusitanistes français ont entrepris de relever le défi d’une nouvelle coopération dans le domaine de la recherche et de l’enseignement sur le monde portugais en France, où le Brésil tient une place de choix48. L’histoire de l’itinéraire spécifique du lusitanisme français reste encore à écrire. Gageons que le brasilianisme de certains acteurs aidera à développer ce nouvel enseignement d’une langue qui ne connaît en France un essor manifeste que depuis une dizaine d’années et ne commence qu’à peine à stimuler la recherche en sciences sociales.

89Dans ces conditions, la place du portugais dans l’enseignement des langues en France ne peut demeurer encore que très marginale. En tout cas, dans une perspective quantitative, elle se situe très loin de la place prise par l’enseignement de l’espagnol qui, lui, a pignon sur rue depuis près d’un demi-siècle dans l’enseignement secondaire.

L’enseignement de l’espagnol : vers de nouveaux objectifs ?

  • 49 Henri Larose : « Situation de la langue espagnole en France », pp. 567-575, in Actes des Etats Géné (...)

90« Selon les textes officiels qui régissent la carte scolaire des langues vivantes en France, constatait Henri Larose, président de l’association pour la diffusion de l’espagnol, c’est-à-dire la circulaire du 14 février 1977, la langue espagnole figure parmi les langues qui pourraient être étudiées dès la classe de sixième (Langue I), puis comme langue II en quatrième et en seconde (section grand débutant), enfin comme langue III en seconde. De ce point de vue, l’espagnol est mis sur le même plan “juridique” que l’allemand, l’anglais, l’italien ou le russe »49. Toutefois, dans la réalité, on constate que pendant l’année scolaire 1980-1981, à peine 2,3 % des élèves français choisissent l’espagnol en première langue dans les établissements d’enseignement public, soit environ 82 000 élèves sur un total de plus de 3 500 000 alors que 40,7 % d’entre eux, soit près de 450 000 sur près de 1 100 000, avaient opté pour l’espagnol en seconde langue.

  • 50 Ibidem, p. 574.

91De fait, cette place de l’espagnol essentiellement comme langue seconde pose de très difficiles problèmes à l’enseignement supérieur et à la recherche animés par les hispanistes. Certes, la formation des enseignants du secondaire apparaît comme une source non négligeable de débouchés offerts aux étudiants mais dans une perspective qui ne présente aucune commune mesure avec celle des autres langues vivantes, et tout d’abord l’anglais. Surtout, cette place conduit les élèves du secondaire à n’investir que très faiblement de telles études car, conclut Henri Larose, « les concours d’entrée à un grand nombre d’écoles scientifiques n’offre aucune épreuve de langue II et ne donne le choix aux candidats, pour l’épreuve de langue I qu’entre l’allemand et l’anglais (et parfois le russe). Et à HEC, grande école où les langues jouent un rôle important, les candidats ayant choisi l’espagnol aux sessions de 1980, 1981 et 1982, ne représentent que 5 à 6 % des inscrits pour la première langue et pour la seconde langue entre 15 et 16 % »50.

92Dans ces conditions, les mesures prises par le ministère de l’Éducation nationale, relevées dans l’arrêté du 26 mai 1983 concernant l’importance nouvelle accordée aux langues vivantes II des séries littéraires dans les épreuves du baccalauréat, constituent un coup d’arrêt à la dégradation sensible d’une situation durement ressentie par les hispanistes, même si ces mesures ne modifient en rien la situation dans les séries scientifiques et techniques ni, a fortiori dans le domaine des langues vivantes I. Cependant, plusieurs éléments permettent de considérer que la place de l’espagnol — et du portugais — dans la pratique et l’enseignement des langues vivantes tend à être prise en compte par les pouvoirs publics.

Une nouvelle pratique de la langue française en Amérique latine

  • 51 Le projet culturel de la France, p. 31, o.c.

93Il est vrai que cette perspective de développement de la langue portugaise et de la langue espagnole ne commence à se dégager en France que dans la mesure où conscience est prise que la diffusion du français, en Amérique latine en particulier, tend à être appréhendée. Surtout, depuis quelques années, cette diffusion du français n’est plus envisagée seulement comme un réflexe de défense naturelle consécutive à un déclin. Une problématique nouvelle a été évoquée par le sociologue Alain Touraine, dans un rapport remis au Premier ministre en mars 1983 et intitulé France-Amérique latine : de la défense d’un héritage au co-développement culturel. Le Projet culturel extérieur de la France élaboré par la Direction générale des Relations extérieures commente le rapport d’Alain Touraine en ces termes : « C’est ainsi qu’Alain Touraine préconise de lier notre politique culturelle et linguistique à la fois à des objectifs économiques, qui l’ancrent dans la réalité d’un processus de développement et à une image de liberté et de respect de l’homme qui, en associant modernisation technologique, justice sociale et responsabilité internationale, correspond à l’attente des populations soumises à des régimes autoritaires ou conscientes d’une trop grande emprise nord-américaine. Dans cette perspective, l’effort traditionnel mené en faveur de la langue française trouve tout son sens »51.

  • 52 Ibidem, pp. 31-32.

94Citant explicitement Alain Touraine, le projet culturel de la rue La Pérouse précise : « Au cours des années récentes, devant le recul très rapide de la langue française, beaucoup ont dit qu’il était inutile et coûteux d’engloutir nos ressources relativement faibles dans une lutte sans espoir. Ne valait-il pas mieux entreprendre des actions techniques et scientifiques exemplaires qui démontreraient que la France est un pays moderne plutôt que de nous identifier à une image passéiste de la France et de construire des fortifications sur une peau de chagrin ? Ce raisonnement est juste s’il s’agit de condamner une politique culturelle qui serait d’abord une politique de la langue. On ne peut pas espérer que se maintienne l’usage du français, si notre langue n’est pas le vécu d’une pensée scientifique, interprétative ou artistique active, et si l’image de la France devient neutre ou négative. En revanche, comment une politique culturelle renouvelée pourrait-elle être efficace si elle ne s’appuyait pas sur un usage élargi de la langue française ?... La présence culturelle ne se réduit pas à une offre de consommation... La langue française est d’un accès aisé pour les latino-américains et elle a été associée à l’histoire culturelle de leur pays : abandonner sa défense serait rendre très difficile la renaissance d’une politique culturelle »52.

  • 53 Ibidem, pp. 108-109. D’autre part sur le thème de la « situation de la langue française en Amérique (...)

95La situation de la langue française en Amérique latine bénéficie donc d’une attention particulière et nouvelle des pouvoirs publics, désireux de donner une impulsion à la francophonie. Certes, en Amérique latine, « la situation du français est différente selon les pays, commentent les auteurs du Projet culturel extérieur de la France : plutôt favorable dans l’enseignement en Bolivie et au Costa-Rica, elle est faible au Mexique, au Venezuela, en Équateur, sérieusement menacée ou en recul en Argentine et en Uruguay. La tendance générale va dans le sens d’une régression et cela dans le même temps où notre action se trouve fortement concentrée sur la défense et l’enseignement du français (qui absorbent 60 % des crédits). Il est vrai que pour l’essentiel, les moyens sont dirigés non vers l’enseignement du français dans les institutions nationales mais vers les établissements français, dont pourtant les effectifs sont nécessairement limités et dont le rôle dans la formation des élites ne cesse de décroître. Aujourd’hui, cependant un renversement de tendance s’amorce en faveur du français pour des raisons essentiellement politiques, contrepartie à l’omniprésence de l’anglais et à l’influence américaine : en Colombie, où l’enseignement obligatoire a été rétabli en 1979, le français effectue une remontée spectaculaire ; de même au Brésil, où plusieurs États, dont celui de Rio, ont déjà pris des mesures favorables au français tandis que d’autres, parmi les plus importants s’apprêtent à le faire, ainsi que les États de Sao Paulo et de Minas Gerais... L’accent doit désormais être mis sur la formation et le perfectionnement des professeurs nationaux, la réalisation, de préférence en coproduction, et la diffusion des programmes audio-visuels d’enseignement du français... Il s’agit de démontrer que le français n’est plus seulement une langue “d’agrément”, réservée à une élite sociale mais aussi l’expression d’une culture vivante et une langue scientifique, qu’il n’appartient plus seulement à l’hexagone mais qu’il est une langue de communication internationale. Une initiative commune groupant plusieurs pays francophones a été prise en ce sens au Brésil »53.

  • 54 Contre l’impérialisme linguistique, Enjeux, no 40, octobre 1983, édition AFNOR.

96En fait, ces perspectives nouvelles de la promotion du français en Amérique latine montrent bien à quel point « la francophonie cette idée neuve », selon l’expression de Philippe de Saint-Robert, prend en considération ce continent latin. Un numéro spécial de la revue Enjeux, consacré aux effets pervers de « l’impérialisme linguistique », permettait de rassembler plusieurs acteurs responsables à divers titres de la politique francophone de la France depuis 1981. Outre les signatures de Philippe de Saint-Robert, commissaire général de la langue française depuis le 24 août 1983, de Stellio Farandjis, secrétaire général du Haut conseil de la francophonie, de Bernard Cassen, chef de la MIDIST, ce numéro présentait des interventions d’Henri Durand, président de l’organisation internationale de normalisation (ISO) et vice-président de l’association française de normalisation (AFNOR), de Bernard Vaucelle, directeur général de l’AFNOR, de Jean-Pierre Van Deth, secrétaire général du centre d’information et de recherche pour l’enseignement et l’emploi des langues (CIREEL), de Daniel Pajaud, président de l’association nationale des scientifiques pour l’usage de la langue française (ANSULF) et de quelques autres. Tous les auteurs cherchaient à montrer à quel point la promotion du français impliquait la promotion des autres langues nationales, en particulier des langues latines. D’ailleurs Violette Guimbretière, directrice des cours au Centre scientifique et technique français de Mexico, soulignait combien les chercheurs mexicains s’efforçaient de trouver au CST une alternative à la prépondérance linguistique nord-américaine dans leur pays54. En ce sens les activités de l’Alliance française trouvent un nouveau terrain d’application.

La relance de l’Alliance française

  • 55 Rapport du secrétaire général de l’Alliance française sur la situation d’ensemble de l’année 1982 a (...)

97Certes, dans son allocution prononcée lors de l’assemblée générale de l’Alliance, le 2 juin 1983, au moment où était célébré le centenaire de cette vénérable institution, son actuel secrétaire général Philippe Greffet, déclarait : « il y a beau temps que l’Alliance française a pratiqué l’aggiornamento que recommande un rapport officiel récent. Il y a beau temps qu’elle a compris que toute action menée par des pouvoirs publics à l’étranger sent le soufre. H y a beau temps qu’elle pratique ce que d’aucuns découvrent aujourd’hui sous le nom de dialogue des cultures »55.

  • 56 Ibidem, p. 24.

98Dressant le bilan des activités de l’Alliance, Philippe Greffet constatait que plus de 270 500 étudiants étaient inscrits dans les établissements répartis dans le monde dont 134 000 en Amérique latine. « Dans les Antilles, écrivait-il, la République dominicaine (2 890) et Cuba (1 850) sont les Alliances les plus recherchées. En Amérique latine, la lutte est chaude pour le maillot jaune : le Mexique le conserve en 1982 avec 33 697 étudiants devant le Brésil 33 019 et l’Argentine 25 312 qui perd encore quelque 2 000 étudiants pendant que le Pérou, qui en gagne près de 4 000 se situe avec 12 266 élèves dans les tout premiers ensembles du monde... Au classement des villes, c’est Mexico qui de loin l’emporte avec 21 020 étudiants devant Buenos-Aires 10 415 talonnée par Lima qui avec 9 466 approche des 10 000, puis viennent Rio (8 465) et Sao Paulo (8 018)... alors que Bogota avec 3 745 connaît une légère chute, que Montevideo (3 220) et Guadalajara (3 736) se maintiennent et que Caracas (1 934) digère sans difficultés l’absorption de l’Institut »56. L’établissement parisien de l’Alliance, tout en ayant perdu près du tiers de ses effectifs en une dizaine d’années (33 385 inscrits en 1974 contre 23 335 en 1982) voit l’Amérique latine encore dignement présente parmi les 138 nations représentées avec un total de près de 2 400 étudiants dont 800 en provenance du Brésil.

  • 57 Ibidem, p. 27.

99A ce propos d’ailleurs, les trente et un comités d’alliances françaises du Brésil, sous l’impulsion de René Gouédic ont présenté en 1982 un bilan impressionnant : « 922 séances de cinéma pour 37 259 spectateurs, 201 représentations théâtrales pour 13 362 spectateurs, 119 concerts pour 28 825 auditeurs, 117 expositions qui ont reçu 28 320 visiteurs, 72 conférences qui ont eu 4 200 auditeurs et 197 réunions sociales pour 15 000 participants. Dix alliances se sont équipées en matériel de téléthèque... Les Alliances de Curitiba, Natal et Porto Alegre se sont installées dans de nouveaux locaux qu’elles ont achetés ou construits ; Rio a mis en place un Centre d’études supérieures, à l’image de celui qui fonctionne à l’Alliance française de Buenos-Aires »57.

100Incontestablement la politique de l’Alliance française en faveur de la promotion et de l’enseignement du français langue étrangère, en France et en Amérique latine, est en train de connaître un élan nouveau. Le combat en faveur du renouveau du Théâtre de l’Alliance française à Paris, cette « maison des cultures du monde », assure une forte promotion des identités culturelles sous l’impulsion du sociologue Jean Duvignaud et de Chérif Khaznadar. Non seulement de nouveaux produits culturels sont diffusés mais encore une réflexion pédagogique de niveau international est entreprise avec la création de la revue Reflet (Revue des enseignements de français langue étrangère). Aussi, l’augmentation de l’aide financière des pouvoirs publics à partir de 1982 trouve-t-elle une justification nouvelle puisque de 43 % du budget global de l’Alliance en 1946, cette aide avait été réduite peu à peu à 3,61 % du budget en 1981 pour atteindre 6,50 % en 1982, pour l’essentiel supportés par les différents services de la DGRCST du ministère des Relations extérieures.

  • 58 Jacques Rigaud : Rapport au ministre des Affaires étrangères sur les relations culturelles extérieu (...)

101Dans une certaine mesure, la présence de plusieurs personnalités du latino-américanisme en France contribue à maintenir les priorités de la nouvelle politique de l’Alliance vers sa « terre d’élection », l’Amérique latine. À coup sûr, l’activité même de son secrétaire général Philippe Greffet, homme du terrain latino-américain s’il en fut, renforcera les affinités latines du président Marc Blancpain. La présence nouvelle de Frédéric Mauro parmi les membres d’honneur, administrateur en fonction, contribuera sans doute à promouvoir cette dimension latino-américaniste chère à Jacques Soustelle, au recteur Jean Roche et à Pierre Monbeig. Certes, le départ volontaire de Robert de Billy affaiblira cette influence. Mais la force principale de l’Alliance française sur le terrain, à l’étranger demeure bien ce continent latin d’Amérique, qu’une nouvelle problématique de co-développement culturel est en train de dynamiser sans pour autant écarter tous les risques de doublon évoqués par Jacques Rigaud dans son Rapport au ministre des Affaires étrangères sur les relations culturelles extérieures établi en septembre 1979 dont certains paraissent confirmés à la lecture attentive du Projet culturel extérieur de la France de la direction générale des relations culturelles, scientifiques et techniques publié en 198458. Toutefois le nouvel intérêt porté par les autorités françaises à la relance des activités francophones trouve un complément dans la seconde vie de l’Union latine.

La seconde vie de l’Union latine

  • 59 Union latine : Objectifs, plaquette de présentation, 1984.

102Ainsi, l’Union latine dont l’actuel président est Raul Morodo et le secrétaire général Philippe Rossillon, s’attache à protéger particulièrement l’identité culturelle des pays latins et entreprend toute une série d’actions dans le domaine des langues. Les 18 Etats qui ont actuellement ratifié le traité de Madrid élaboré en 1954, aspirent à assurer « la promotion et la diffusion des langues latines, dans les pays membres en particulier, l’enrichissement et la normalisation de vocabulaires scientifiques et techniques des langues latines, notamment en vue de leur utilisation en informatique « et à inciter » les pays membres à se doter de la législation tendant à imposer les langues nationales latines dans la présentation et la commercialisation des biens et des services ainsi que l’information et les productions culturelles »59.

  • 60 Sous la direction de Philippe Rossillon : Un milliard de latins en l’an 2000, Paris, L’Harmattan-Un (...)

103Diverses opérations ont été envisagées par les responsables de l’Union dont certains ont déjà donné des résultats significatifs tels cet observatoire statistique permanent de l’enseignement mutuel des langues latines dans les pays latins ou cette « étude de démographie linguistique sur la situation présente et l’avenir des langues latines » au titre choc : un milliard de latins en l’an 200060. Plusieurs pôles francophones de collecte et d’informatisation terminologique (Ottawa, Montréal, Luxembourg) s’attachent à coopérer désormais avec d’autres pôles en cours de constitution dans d’autres pays latins, en particulier l’Espagne, le Portugal, le Brésil, etc.

104Mais l’activité de l’Union latine se déploie aussi dans les domaines des identités culturelles. Ainsi à travers différents relais dont l’association « Cultura Latina », plusieurs manifestations spectaculaires ont été organisées ces deux dernières années à Paris.

La promotion de nouvelles images culturelles de l’Amérique latine en France

  • 61 D’après le communiqué de presse diffusé par les organisateurs. D’autre part un dossier spécial cons (...)

105« Mettre en évidence le dynamisme et la créativité des pays latins » a fait l’objet par exemple, en décembre 1984, d’un Carrefour des créations scientifiques techniques, artisanales et culturelles au Grand-Palais. La « découverte du monde latin » a été célébrée par le ministre français de la Culture, Jack Lang, à l’occasion de l’inauguration de cette exposition et l’exposition elle-même a été honorée par la présence de l’épouse du président de la République française, Danièle Mitterrand61.

106Créée à l’automne 1981, l’association « Cultura latina », présidée par Philippe Rossillon, animée par Elisabeth de Balanda, a entrepris de promouvoir la culture latine dans plusieurs lieux parisiens. Elle patronne, par exemple, deux salles de cinéma, une galerie d’art confiée à Gaston Diehl, une librairie dédiée à la mémoire de Julio Cortazar, un bistrot, une radio, Radio latina animée par Francis Germain, un prix annuel de la traduction, décerné par un jury présidé par Emmanuel Roblès et coordonné par Claude Couffon, etc... Au demeurant, Philippe Rossillon entretient des liens étroits avec les latino-américanistes français puisqu’il assurait la présidence de la sous-commission « Langues et communication scientifique » de la partie « information scientifique et culturelle » des Etats Généraux de la recherche et de l’enseignement sur l’Amérique latine en France, permettant à Pierre Léglise-Costa, Henri Larose, Marc Avelot, Francis Queixalos, et Jean-Pierre Van Deth d’analyser les questions posées par la pratique des langues latines mais aussi des langues amérindiennes et les problèmes de traduction. Philippe Rossillon présentait aussi une intervention sur les « rapports entre la langue et l’identité culturelle » aux Assises nationales du portugais en mai 1984.

  • 62 Gaston Dielh : « expositions et musées », pp. 669-676 et Elisabeth Burgos : « Présences culturelles (...)

107D’ailleurs, d’une certaine manière, la place de l’Amérique latine apparaît comme essentielle à la promotion des images nouvelles de l’identité culturelle des pays latins. Si Gaston Dielh, lors des Etats Généraux... s’était en particulier attaché à décrire comment à travers les expositions et les musées les images artistiques de l’Amérique latine se trouvaient diffusées en France, Elisabeth Burgos avait cherché à définir comment l’exil avait été un moyen de mieux faire connaître en France les présences culturelles latino-américaines62. En ce sens, les activités déployées à la Maison de l’Amérique latine par la nouvelle Association pour la fondation France-Amérique latine permettent de mieux mesurer à quel point l’Amérique latine est aujourd’hui, selon l’expression de Catherine Bastard « présente à Paris ». Aussi, la place particulière nouvellement occupée par la Maison de l’Amérique latine dans un domaine où la multiplicité des lieux culturels révèle une promotion singulière d’images de ce continent, donne à la diffusion des identités culturelles des pays latino-américains en France une autre dimension.

Vers une meilleure diffusion de la production littéraire latino-américaine

108Toutefois, l’insuffisance du rayonnement culturel, scientifique et littéraire du domaine ibérique et ibéro-américain en France, l’insuffisante place accordée aux langues espagnoles et portugaises dans l’enseignement général des langues vivantes comme dans l’entreprise romanesque et éditoriale conduisirent les médiateurs du monde latin à poursuivre leur combat promotionnel. Même la percée du roman latino-américain dans le cercle littéraire parisien — ce que Ugné Karvelis a appelé le « boom » de la littérature latino-américaine en France, amenait à constater qu’à travers la prépondérance des écrivains de langue espagnole sur les écrivains de langue portugaise, la faiblesse en France de la connaissance de l’extrême richesse et diversité de la littérature d’Amérique latine était caractéristique de l’évolution de la situation.

  • 63 Ugné Karvelis : « Publication et diffusion en France des livres concernant l’Amérique latine », pp. (...)

109Au demeurant, quelques exceptions mises à part, les découvertes et les révélations de quelques écrivains latino-américains traduits en langue française devaient peu de chose à l’hispanisme universitaire. « Certes, écrivait Ugné Karvelis, il y a eu les 50 titres de la célèbre collection de Roger Caillois, “la Croix du Sud”, qui fut un effort exemplaire et unique pour faire connaître les principales œuvres latino-américaines de notre temps. Commencée en 1954, elle cessa de paraître en 1968 ; c’est qu’entre temps la littérature d’Amérique latine avait emprunté des voies nouvelles correspondant à l’évolution de la situation économique et sociale du continent, à son urbanisation croissante, au développement de la guerilla. Cette nouvelle ligne ne correspondait plus à la vision que Roger Caillois avait de l’Amérique latine. Il reprochait à Carlos Fuentes et à Julio Cortazar d’être trop “cosmopolites”, à Mario Benedetti et à Juan Carlos Onetti de montrer une réalité qui n’était plus assez “typique” pour se distinguer de la vie dans les grandes villes d’ailleurs. En même temps, un vent de révolte soufflait parmi ceux-là que Roger Caillois s’efforçait de promouvoir : être publié sous la couverture jaune de la “Croix du Sud” apparaissait à certains écrivains comme une marginalisation de leurs œuvres, une négation de la valeur universelle de leurs écrits. C’est pour cette raison que Miguel-Angel Asturias quittait les éditions Gallimard dès le début des années 1960... Depuis lors, les ouvrages parus dans la “Croix du Sud” ont connu les fortunes diverses : certains ont été repris dans d’autres collections ou chez d’autres éditeurs. Un certain nombre de titres et non des moins intéressants — se trouvent comme “en pénitence” : pratiquement épuisés, ils ne sont pas réédités... Par la suite, des livres d’Amérique latine ont continué à paraître chez divers éditeurs, mais en dehors de toute vision globale à l’échelle du continent et sans tenir compte, dans la plupart des cas, de l’importance relative des œuvres les unes par rapport aux autres ». Actuellement, poursuivait Ugné Karvelis, citant un travail de Christine Janel et François Larbre effectué à l’occasion d’une exposition organisée à Besançon pour l’université ouverte de Franche-Comté et la Bibliothèque centrale de prêt du Doubs, « le lecteur français peut... se procurer en littérature latino-américaine 326 titres disponibles — romans, nouvelles, théâtres, poésie et littérature pour enfants — qui sont l’œuvre de 118 écrivains provenant de 15 pays... L’Argentine, à elle seule, est représentée par 23 auteurs et 73 titres... A côté de ce cas surprivilégié, le Brésil fait carrément figure de parent pauvre : 21 auteurs seulement et 62 titres dont 15 du seul Jorge Amado... Le Mexique est fort mal loti lui aussi : 11 auteurs et 38 titres dont 11 de Carlos Fuentes et 14 d’Octavio Paz... Grâce aux 20 ouvrages de Miguel Angel Asturias..., le Guatemala apparaît comme un grand pays mais l’Equateur n’est représenté que par deux écrivains qui ont droit à un livre chacun et le Venezuela avec 4 auteurs et 5 ouvrages fait lui aussi, un mauvais score... l’Amérique centrale, mis à part Cuba et le Guatemala, est pratiquement inexistante... Quant à la Bolivie, elle n’est pas représentée »63. La Colombie, grâce à Gabriel Garcia-Marquez a pu se placer dans une situation intermédiaire.

110En fait ce « boom » de la littérature latino-américaine en France a subi, à sa manière, la crise du latino-américanisme d’actualité politique. La disparition de la collection de Roger Caillois a entraîné les éditeurs français à se réfugier auprès des valeurs sûres, confirmées. Par exemple, le catalogue 1981 de la collection « Du monde entier » des Editions Gallimard ne fait apparaître que 30 traductions d’auteurs latino-américains sur 351 traductions, soit 1/5 des auteurs de langue anglaise. Le domaine hispanique (29 auteurs espagnols) est même supérieur au domaine hispano-américain (23 auteurs) et le domaine portugais égal à celui du domaine brésilien (7 auteurs). Dans le cas du domaine brésilien précisément, si l’on prend pour référence non plus les ouvrages littéraires disponibles mais les traductions d’auteurs brésiliens réalisées en France entre 1945 et 1975, on constate, selon la thèse de Deoceli Regina Martins, présentée récemment sous la direction de Daniel Pageaux, que 56 auteurs ont été traduits en France en une trentaine d’années contre 41 entre 1824 et 1945. Parmi 56 auteurs, 35 relèvent du domaine littéraire avec 58 titres dont 15 pour le seul Jorge Amado ; 21 auteurs relèvent du domaine non littéraire, souvent liés à l’actualité politique et aux images de l’exil. Dans le domaine des sciences humaines et sociales, à peine 5 auteurs brésiliens ont été traduits et 22 livres publiés dont 7 titres de Josué de Castro, 7 titres de Celso Furtado et 2 titres de Gilberto Freyre. Il est vrai que, pendant la même période, plus de 300 ouvrages avaient été publiés en France, traitant de sujets brésiliens mais écrits par des ressortissants d’autres pays, ce qui est tout à l’honneur des brasilianistes français.

  • 64 Diva Carraro de Andrade et Maria Angelica Rodrigues Quemel : Teses de brasileiros e sobre o Brasil (...)
  • 65 Patrice Gouy : L’édition et le livre au Mexique, Mexico, Centre scientifique et technique, 1983 ; R (...)

111Or, au terme d’une enquête effectuée par deux documentalistes brésiliennes de l’Université de Sao Paulo, Diva Carraro de Andrade et Maria Angelica Rodrigues Quemel, en collaboration avec le centre franco-brésilien de documentation technique et scientifique (CENDOTEC) de Sao Paulo, ce flux de travaux entre la France et le Brésil était quantitativement important puisqu’il apparaissait que près de 470 thèses avaient été soutenues en France entre 1970 et 1980 par des auteurs brésiliens dans toutes les disciplines scientifiques ainsi que par des auteurs français sur le Brésil dont 371 en sciences humaines, 70 en sciences exactes et sciences de la nature et 32 en sciences de la vie64. Dans ces conditions, la diffusion de la littérature latino-américaine en France ne pourrait que bénéficier du soutien que les pouvoirs publics ont décidé d’apporter à la mise en œuvre d’une véritable politique de la traduction et de l’interprétation dans notre pays. Un rapport confié par le Premier ministre en octobre 1982 à Jean-Pierre Van Deth, secrétaire général du Centre d’information et de recherche pour l’enseignement et l’emploi des langues (CIREEL), doit être en mesure d’établir une analyse de la situation de ces secteurs en France afin de déboucher sur des propositions concrètes. Non seulement la production littéraire étrangère et les milieux professionnels de l’édition se trouveront concernés mais aussi la promotion du livre français en Amérique latine en sera modifiée. Certes, les circuits traditionnels d’exportation seront à même de mieux assurer leur rôle désormais défini en concertation avec la Direction du livre du ministère de la Culture et des services concernés du ministère des Relations extérieures et de ceux du Commerce extérieur. Mais la place des éditeurs français sur le marché du livre en Amérique latine, aussi bien selon les analyses de Patrice Gouy que de Rodolfo Rabanal, n’exige-t-elle pas de trouver de nouvelles formules d’implantation locale, étant entendu que les seules opérations d’exportation ou de traduction d’ouvrages ne suffisent plus à assurer le rayonnement culturel français dans le cadre de cette nouvelle politique de promotion des échanges et identités culturels avec l’Amérique latine65 ?

L’émergence d’une autre politique de recherche à l’égard de l’Amérique latine : des acteurs, des programmes, des institutions

Continuité et innovations de la dimension latino-américaniste d’une recherche en sciences sociales entre 1977 et 1984

112En fait, la seconde série de mesures administratives dont avait bénéficié le latino-américanisme universitaire français depuis une quinzaine d’années impliquait précisément la stimulation et la réorientation des flux des jeunes chercheurs entre l’Amérique latine et la France. Dans les années 1970-1975, pratiquement les 4/5 des thèses de troisième cycle soutenues en France par des jeunes chercheurs sur l’Amérique latine étaient l’œuvre de chercheurs latino-américains bénéficiant soit de bourses de formation dans le cadre d’une coopération officielle soit en réalisant leur séjour en France avec des moyens divers. Les responsables de la politique de la recherche universitaire considéraient que, dans une large mesure, ce flux d’étudiants latino-américains en France entretenait alors la vivacité de la production scientifique du latino-américanisme français tout en renforçant le plus souvent la prédominance des problématiques structuralistes de recherche en relation avec la radicalisation partielle du discours des exilés. Rationaliser un tel flux d’étudiants étrangers apparaissait donc aux autorités françaises de 1975-1976 comme un des moyens susceptibles de sortir le latino-américanisme universitaire de cette tendance à la prépondérance du verbe en essayant d’intégrer les boursiers de la coopération officielle dans des équipes de recherche de haut niveau ayant établi une programmation spécifique de travaux. Cependant, l’aspiration à former une nouvelle génération de chercheurs français sur l’Amérique latine se révélait être l’idée principale du redéploiement de ces flux. Donner à ces jeunes chercheurs français les moyens de se rendre sur le terrain afin de relancer la production scientifique nationale sur l’Amérique latine était un objectif précis.

113A partir de l’année universitaire 1976-1977, une initiative de la Mission de la recherche du secrétariat d’État aux Universités, devenu par la suite ministère des Universités sous l’impulsion d’Alice Saunier-Seïté, s’attachait à mettre en place un programme d’aide à la recherche sur les aires culturelles où l’Amérique latine constituait l’un des terrains de prédilection. Le chef de la mission, Jean-François Denisse, assisté des conseils de Pierre Deyon et d’Olivier Dollfus, décidait de promouvoir les recherches en sciences humaines et sociales sur l’Amérique latine à partir d’opérations d’incitations dans trois directions : l’une était destinée à soutenir les programmes de recherche d’équipes pluridisciplinaires nouvellement constituées ou de restructurer les programmes des équipes déjà constituées ; l’autre permettait à de jeunes chercheurs de nationalité française d’obtenir une allocation d’études individuelle afin d’entreprendre sur le terrain, les recherches utiles à la rédaction de leurs thèses de doctorat de troisième cycle. Une troisième direction était destinée à permettre l’organisation ou la réorganisation du potentiel documentaire consacré à l’Amérique latine en France. D’une façon générale, cette politique d’incitation de la recherche universitaire vers des choix prioritaires privilégiant certains secteurs des sciences sociales avait obtenu l’aval de Jean-Louis Quermonne, directeur des enseignements supérieurs et de la recherche au ministère des Universités. Mais les débats au sein de la communauté scientifique demeuraient particulièrement vifs. Aussi, bien des institutions traditionnelles du latino-américanisme français ne se sentaient guère concernés par cette politique, voire affichaient leur scepticisme ou même leur hostilité. Néanmoins, considéré comme prioritaire pendant trois ans, de 1977 à 1979, ce programme d’incitation sur l’aire culturelle Amérique latine contribua à donner quelques espoirs aux acteurs du latino-américanisme français désireux de promouvoir différemment les recherches sur l’Amérique latine en France.

114Sous l’impulsion de Romain Gaignard qui avait pu mesurer, de Toulouse, les effets positifs d’une telle action, cette politique d’incitation fut relancée en 1982 dans une autre perspective politique. Lorsque le géographe toulousain fut nommé à la tête de la Direction de la Coopération et des Relations Internationales du ministère de l’Education nationale, il obtînt l’appui de l’historien Joseph Goy, chef de la mission de la Direction de la Recherche de ce ministère. Dès lors, la mise en œuvre de cette nouvelle opération Amérique latine dans le secteur aire culturelle des sciences sociales sut trouver des échos favorables auprès du ministère de la Recherche, en particulier dans le département des sciences de l’homme et de la société animé par l’économiste Philippe Barret puis par le géographe Roger Brunet, comme auprès des services de coopération et de développement du ministère des Relations extérieures, chargé de la Coopération et du développement, et auprès de la Direction générale des scientifiques et techniques de la DGRCST du Ministère des Relations extérieures, confiée à Jean-Loup Motchane.

  • 66 Roland Morin : Rapport sur des études arabes présenté au Premier ministre en avril 1981, pp. 168-16 (...)

115D’ailleurs, dès 1980-1981, les premiers effets de cette politique d’incitation concernant l’Amérique latine avaient fait école. Dans un Rapport sur les études arabes présenté au Premier ministre en avril 1981, Roland Morin pouvait écrire : « il faut noter que le Secrétaire d’État à la Recherche, placé auprès du Premier ministre dispose avec la délégation générale de la recherche scientifique et technique (DGRST), la Mission interministérielle de l’information scientifique et technique, et les deux Fonds d’intervention placés auprès de ces deux organismes (le Fonds de la recherche et le Fonds de l’information scientifique et technique) des moyens d’initier ou de développer au plan de la recherche comme au plan de la documentation des actions qui peuvent être efficaces et rapides. La DGRST a entrepris en 1980 une action de recherche coordonnée sur l’aire japonaise réunissant les principales équipes françaises. La même expérience devrait être tentée pour le monde arabe... Des crédits spécifiques devraient être réservés sur les fonds gérés par le DGRST pour développer des actions d’intérêt général et faciliter la restructuration dans le domaine des études des recherches sur le monde arabe »...66.

116Depuis la réorganisation de la recherche en France consécutive aux élections de mai 1981, il semblerait que bien des conditions soient réunies pour que la complémentarité des actions entreprises dans le domaine de la recherche en coopération et dans le domaine de la recherche sur les aires culturelles soient actuellement en train de modifier, au moins partiellement, le paysage français de la recherche en science de l’homme et de la société. Sans doute, l’effet de dispersion de cette recherche, surtout dans le cadre universitaire, a-t-il maintenu l’impression de scepticisme que de nombreux acteurs continuent de manifester. Mais le caractère très individuel du latino-américanisme français, où les rivalités de personnes ont parfois donné matière à des concurrences stériles et à des passions exacerbées, tend aujourd’hui à se dissoudre dans une réflexion plus collective où les véritables enjeux font l’objet d’une méditation plus sereine. L’organisation même des Etats Généraux de la recherche et de l’enseignement sur l’Amérique latine en France en mai 1983, après la tenue de la Journée d’études sur la recherche latino-américaniste en France organisée le 24 novembre 1979 par l’Association française en sciences sociales sur l’Amérique latine (AFFSAL), montre l’importance et la réalité de cette évolution.

Une évaluation du nombre des acteurs et de la production scientifique : 850 spécialistes, près de 3 500 thèses et mémoires

  • 67 Répertoire des recherches latino-américanistes en France, no 1, Université de Toulouse le Mirail (C (...)

117Cet intérêt nouveau peut même être mesuré quantitativement, puisque, selon les organisateurs des États Généraux, près de 850 spécialistes ont participé aux débats de mai 1983 alors que le premier recensement des chercheurs latino-américanistes en France, réalisé en 1978-1979, comptabilisait « seulement » 304 personnes réparties dans 70 institutions. Un deuxième inventaire, réalisé en 1981-82 répertoriait pour sa part 595 chercheurs répartis dans 82 institutions67.

118D’autre part, d’après le catalogue des thèses et mémoires sur l’Amérique latine soutenus en France que Claudie Duport a continué d’établir entre 1970 et 1982, il était possible de comptabiliser plus de 2 800 travaux universitaires, montrant à quel point l’accroissement des recherches latino-américanistes en France apparaissait manifeste. Les principales tendances observées pendant la décennie précédente se trouvaient confirmées : aux quelques 300 travaux « généralistes » concernant l’Amérique latine dans son ensemble s’ajoutaient les 500 travaux de mexicanistes et les 500 travaux de brasilianistes. En ce sens, l’augmentation sensible du nombre des mémoires de maîtrise consacrés au Brésil entre 1970 et 1982 permettait de combler un décalage notable avec les travaux consacrés au Mexique pendant la précédente décennie. Si les jeunes chercheurs d’origine latino-américaine constituaient toujours la grande masse des auteurs de thèse de troisième cycle ou des diplômes d’étude approfondie (DEA), soit environ les 4/5 de ce type de travaux, la production de jeunes chercheurs français se trouvait prépondérante au niveau des mémoires de maîtrise. Dès lors, une orientation d’une partie de ces étudiants vers le troisième cycle universitaire ou le nouveau doctorat, défini par la loi sur l’enseignement supérieur de janvier 1984, peut laisser espérer la formation d’une nouvelle génération de chercheurs français travaillant en coopération avec les chercheurs latino-américains in situ. A condition toutefois que ces jeunes chercheurs français puissent être à même de voir leurs efforts récompensés par une nouvelle politique d’orientation sur le marché du travail.

  • 68 Claudie Duport et Marie-Noëlle Pellegrin « Catalogue des thèses et mémoires sur l’Amérique latine s (...)

119Quoi qu’il en soit, de 1954 à 1982, en près d’un quart de siècle il est désormais possible d’estimer à près de 3 500 les travaux universitaires de thèses et mémoires de maîtrises constituant une grande part de la production de littérature grise du latino-américanisme français. Le dixième de cette production concerne une analyse générale de l’Amérique latine. La production de littérature grise concernant le Mexique dépasse les 600 travaux ; celle concernant le Brésil passe le cap de 550 ouvrages68.

120De tels recensements n’auraient pas été réalisables sans les différentes aides que la mission de la recherche du ministère des Universités avait allouées aux équipes toulousaine et parisienne de latino-américanistes. Dans une enquête destinée à présenter une liste alphabétique des thèses d’études latino-américaines soutenues en France de 1976 à 1978, Georges Baudot, directeur des Cahiers du monde hispanique et luso-brésilien (Caravelle) tenait à préciser : « à l’origine de cette première tentative de bilan en quelque sorte, une initiative de la mission de la recherche... et de son groupe de travail “aire culturelle Amérique latine” que préside le professeur Deyon et dont fait partie un membre de notre comité de rédaction, Romain Gaignard. La mission de la recherche entendait ainsi mieux faire connaître les travaux des jeunes chercheurs dans un domaine crucial aujourd’hui et aussi esquisser la carte des tendances actuellement suivies. En mars 1978, le chef de la Mission, le professeur Denisse, prenait donc la décision de demander aux deux revues françaises spécialisées dans les études latino-américaines, c’est-à-dire les Cahiers des Amériques latines publiés à Paris par l’IHEAL et nos Cahiers du monde hispanique et luso-brésilien Caravelle, publiés à Toulouse par l’Université de Toulouse le Mirail, de prendre en charge ces recensements et leur publication en partageant la tâche entre elles selon des critères thématiques. La revue parisienne devait ainsi orienter ses efforts vers les sujets relevant davantage de la géographie de l’économie et des disciplines dites des sciences de l’homme, alors que la revue toulousaine devait retenir surtout les travaux de linguistique, d’histoire des civilisations et des mentalités, de littérature et de philosophie, bref des disciplines dites littéraires ou des sciences du langage ».

  • 69 Georges Baudot : préface pp. 7-10 ; numéro spécial : la recherche latino-américaniste en France (19 (...)

121Ainsi, poursuivait Georges Baudot, « nous avons pu constituer un premier fichier de 142 directeurs de thèses susceptibles de diriger en France un sujet de recherche latino-américaniste... Nous avons pu relever 112 thèses latino-américanistes soutenues en France de 1976 à 1978, parmi elles 89 thèses répondant aux critères thématiques... assignés à Caravelle... Nous avons pu obtenir des auteurs les 44 positions de thèses qui nous revenaient. Enfin, concluait le directeur de Caravelle, quelques chiffres permettront également... de mieux comprendre la réalité du panorama qu’offre aujourd’hui la recherche latino-américaniste en France, comme quelques-unes de ses caractéristiques essentielles qui sont la concentration et une répartition déséquilibrée. C’est ainsi que la prépondérance parisienne s’est révélée écrasante, trop exagérée peut-être pour être raisonnable. De la sorte, 76 thèses latino-américanistes de toutes disciplines sur 112 ont été soutenues à Paris, soit 68 % de l’ensemble. En deuxième position, Toulouse suit avec 20 thèses... sur 112, soit 18 % de la recherche latino-américaniste française. On tombe ensuite, malheureusement, dans un éparpillement inadéquat avec des chiffres parfois dérisoires. Si Montpellier peut encore faire état de 5 thèses latino-américanistes (4,5 % des thèses), Bordeaux et Aix-en-Provence respectivement de 3 thèses (2,6 % des thèses), les autres villes universitaires de France proposent au mieux une seule thèse latino-américaniste à notre tableau. En réalité, l’extrême concentration de la recherche latino-américaniste française semble limiter celle-ci aux Universités et aux grands établissements scientifiques de Paris et de Toulouse. On ne manquera pas d’en tirer les conclusions les plus diverses »69. A partir de 1979, l’initiative de la Mission de la recherche du Ministère des universités allait trouver un relai fonctionnel en matière documentaire grâce au CNRS. Cet organisme créait, en 1980, le « Réseau documentaire Amérique latine » dit GRECO 26.

La création du « Réseau documentaire Amérique latine » GRECO 26

122La création de ce réseau avait été suggérée par plusieurs directeurs scientifiques du CNRS particulièrement attachés à une meilleure connaissance de l’Amérique latine : l’économiste Edmond Lisle, le spécialiste des langues amérindiennes Bernard Pottier et Jean Pouilloux. Le GRECO 26 regroupait 9 formations permanentes de recherche travaillant régulièrement sur l’Amérique latine et dont le dynamisme apparaissait certain.

123Parmi ces formations, on relevait la présence de cinq centres de recherche situés à Paris : le Centre d’études et de recherches internationales (CERI) de la Fondation Nationale des Sciences Politiques, animé dans le domaine latino-américaniste par Jean Meyriat et Alain Rouquié ; le Centre de recherche et de documentation sur l’Amérique latine (CREDAL) animé par Claude Collin-Delavaud, travaillant en collaboration avec l’IHEAL ; l’équipe d’ethnolinguistique amérindienne (ERA 431), fondée en 1973 par Bernard Pottier, animée par Ruben Barreiro-Saguier autour de la revue Amerindia créée en 1976 et dont les liens avec l’Institut national des langues orientales (INALCO) s’établissent par le biais de l’enseignement du quechua ; l’équipe de recherche en ethnologie sud-amérindienne (ERESA - ERA 715), dirigée par Simone Dreyfus-Gamelon, et l’unité de recherche archéologique (URA 25) du centre de recherches archéologiques du CNRS dont la responsabilité scientifique était confiée à Danièle Lavallée.

124A Toulouse, le groupe de recherche sur l’Amérique latine (GRAL) et le Centre de documentation sur l’Amérique latine (CEDOCAL) voyaient Romain Gaignard, Claude Bataillon et Bartolomé Benassar coordonner l’activité des équipes de recherche constituées autour du Centre interdisciplinaire d’études latino-américaines (CIELA), de l’Institut d’études mexicaines de l’Université de Perpignan dirigé par Jean A. Meyer, du Centre de recherche sur l’Aménagement régional dans le Tiers-Monde sous la responsabilité de Pierre-Yves Pêchoux, du centre interdisciplinaire de recherche sur les milieux physiques et l’aménagement rural (CIMA) de Georges Bertrand, ainsi que les équipes universitaires du philosophe Alain Guy et celles des hispanistes et lusitanistes.

  • 70 Bulletin bibliographique de la société des hispanistes français de l’enseignement supérieur, 1981 c (...)

125A Bordeaux, le Centre de géographie tropicale (CEGET) de Guy Lasserre se trouvait associé aux travaux du GRECO 26. La responsabilité des travaux du CEGET ne tardait pas à être confiée à Pierre Usselman, de retour des laboratoires latino-américains de Mexico et de Lima ; avec Christian Girault, il représentait les latino-américanistes de son laboratoire auprès du GRECO 26. Sous l’impulsion du président de l’Université de Bordeaux III, l’hispaniste Joseph Pérez, les hispanistes de l’enseignement supérieur ne tardèrent pas à leur tour à se rapprocher des équipes du GRECO 26. Ils entreprirent la publication d’un bulletin bibliographique sous le patronage de la Société des Hispanistes français de l’enseignement supérieur et, surtout, ils animèrent le Groupement d’intérêt scientifique sur les pays ibériques et ibéro-américains qui accueillit six équipes de recherche des universités de Bordeaux et de Pau au sein de la Maison des Pays Ibériques. Les responsables des équipes constituantes de la Maison des Pays Ibériques étaient Maxime Chevalier, Robert Etienne, Alain Huetz de Lamps, Georges Lavroff, Pierre Tucoo-Chala, Manuel Tunon de Lara et Franck Moderne. L’Institut d’études ibériques et ibéro-américaines et l’ERA 830, sous la responsabilité de Bernard Lavallé, faisait partie du GRECO 2670. Enfin, à Grenoble, le Groupe de recherches et d’études économiques sur l’Amérique latine, fondé en 1975 par Guy Martinière, accueillait les spécialistes de ce continent qui travaillaient dans diverses institutions de l’Université de sciences sociales.

  • 71 Sur la « base de données bibliographiques Amérique latine », du GRECO 26, on peut consulter les 4 v (...)

126Chacune de ces neuf équipes du GRECO 26, bénéficiait de l’expertise technique des documentalistes spécialisés comme Yvonne Abitbol-Touboul (CERI), Claudie Duport, Mona Huerta et Nicole Percot (CREDALIHEAL), Josette Chaumeil (ERA 715), Béatrice Keime (URA 25), Marie-France Patte (ERA 431), Anahit Santana et Daniel Pouyllau (CEGET), Annie Rodriguez (ERA 830), Michèle Bincaz (GRAL), Martine Allègre (GRESAL). Le GRECO 26 entreprenait la publication d’outils documentaires comme La base de données bibliographiques Amérique latine, le Bulletin bibliographique Amérique latine. Analyse des publications françaises, le Catalogue collectif des périodiques disponibles en France sur l’Amérique latine, le Répertoire des recherches latino-américanistes en France, le Guide des bases de données socio-économiques sur l’Amérique latine71.

127En quelques années, grâce à Claude Bataillon d’abord qui assura la première direction du GRECO puis à Hélène Rivière d’Arc, ce réseau documentaire devenait à même de rassembler la plupart des outils documentaires utiles à la recherche latino-américaniste en France. Il établissait, avec d’autres pays francophones européens voire nord-américains comme le Canada, une politique de coopération documentaire et commençait à développer des actions de coopération avec des réseaux et centres documentaires d’Amérique latine, comme ceux de la FLACSO.

128Certes, à l’occasion des États Généraux de la recherche..., la sous-commission « Documentation et banques de données », présidée par Michel Henry, président du Groupement français des producteurs de bases et banques de données, a eu l’occasion de délimiter les points forts et les points faibles de cette politique documentaire latino-américaniste en France. En particulier, Jean Meyriat et Daniel Pouyllau ont pu montrer combien un effort reste à accomplir en matière de bibliothèques et de fonds documentaires. Grâce à deux rapports détaillés, l’un établi par Marie-Noelle Pellegrin sur l’état de la « documentation latino-américaine en France », l’autre établi par Nicole Percot sur les « productions documentaires en France sur l’Amérique latine », sont identifiées les nombreuses insuffisances que l’on peut relever en ce domaine. Claude Bataillon, devenu depuis 1982, directeur du Centre d’études mexicaines et centre-américaines (CEMCA) de Mexico, l’ancienne mission archéologique, a même pu dresser des propositions pour promouvoir une « politique franco-mexicaine de l’édition et de la documentation ». Dans ce cadre nouveau, les structures relais de l’IFAL, du Centre scientifique et technique (CST) et des Alliances françaises mériteraient d’être utilisées de manière plus appropriée. Cette entreprise, encore à l’état de projet, est suivie à Mexico par le directeur de l’IFAL, le grenoblois Georges Couffignal. En France, les pouvoirs publics peuvent aujourd’hui bénéficier de la double expérience de Pierre Usselman et de Claude Bataillon, entourée des soins attentifs à la DCRI de Jean Revel-Mouroz. La réorganisation du laboratoire mexicain dans le cadre d’une nouvelle politique de coopération, aussi bien dans le domaine de la programmation de la recherche que dans celui de l’information scientifique, est désormais en mains. D’autant que des accords de coopération ont déjà été mis en œuvre avec le Centre mexicain d’information en sciences humaines (CICH) de l’UNAM, posant les problèmes du flux transfrontières de données à une échelle où les grands serveurs français comme Questel, la CISI ou G.CAM trouvent un intérêt à cette coopération nouvelle.

  • 72 Philippe Climent : « Coopération entre la France et l’Amérique latine dans le domaine des bases de (...)

129En ce sens, la MIDIST prend une part active au développement d’une politique de coopération entre la France et l’Amérique latine en matière des bases et banques de données informatisées. Philippe Climent, chargé de mission à la MIDIST, a même pu dire aux États Généraux de la recherche... : « les milieux professionnels latino-américains maîtrisent bien le concept des bases et banques de données et font preuve à son égard d’une ouverture d’esprit qui n’existe pas toujours en Europe. Cet intérêt est... la manifestation d’un intérêt plus général pour les technologies de l’information et de la communication. Les pays sans doute les plus avancés sont le Brésil, le Mexique et le Venezuela. À eux trois, ils regroupent 82 % du parc d’ordinateurs installés en Amérique latine qui représente 54 % du parc des pays du Tiers-Monde, et 5,7 % du parc mondial... Il ne s’agit plus seulement de donner à l’Amérique latine les moyens d’accéder à l’information internationale mais de rapprocher les communautés scientifiques des deux continents et de leur permettre de travailler ensemble... Cette imbrication est nécessaire à une compréhension réciproque et à l’établissement de relations plus équilibrées entre les deux continents. Elle est nécessaire enfin à la réussite des programmes en coopération »72. Ainsi au moment où les nouvelles technologies de l’information ont pris la dimension que Simon Nora et Alain Minc ont donné à l’informatisation de la société en France, en 1977, l’aire culturelle Amérique latine s’est trouvée présente au cœur de ce processus d’automatisation de la documentation scientifique française en sciences de l’homme et de la société. La Mission de la recherche, d’abord, puis le CNRS, dès 1980, ont relevé le défi de la cohérence de la production universitaire et scientifique française sur l’Amérique latine. Dans l’immense enjeu que pose désormais la place que la production scientifique latino-américaine elle-même occupera dans le nouvel ordre international de la communication, le GRECO 26 assure, à sa mesure, la cohérence de la production des latino-américanistes en France. Il pourrait même constituer un pôle d’échange des flux d’information d’une exceptionnelle densité dans le cadre du développement d’une véritable politique de coopération internationale entre les chercheurs latino-américains et les chercheurs français.

130Toutefois les objectifs initiaux du GRECO 26, à savoir le développement de la connaissance sur l’Amérique latine des recherches et publications françaises sur cette partie du monde, et l’amélioration de l’information mutuelle des groupes de recherche français sur les publications en sciences sociales et humaines latino-américaines accessibles en France, demeurent essentiels. La politique de coopération, qui se dessine avec des ambitions nouvelles depuis 1981, implique une meilleure articulation de GRECO 26 avec les centres de documentation du CNRS, aussi bien le Centre de documentation scientifique et technique (CDST) que le Centre de documentation en sciences humaines (CDSH). Gageons que le ministère de la Recherche et de la Technologie intégrera cette discussion dans les entreprises de réanimation des politiques documentaires qui tiennent à cœur l’économiste Jean-Marie Martin, aujourd’hui conseiller technique du ministre Hubert Curien.

L'élaboration de programmes de recherche performants dans de nouvelles équipes ou des institutions renouvelées

131Réorienter le flux des jeunes chercheurs entre l’Amérique latine et la France, mettre en place les éléments constitutifs d’une nouvelle politique documentaire ont constitué les deux premiers volets de la restructuration du potentiel de la recherche française en sciences sociales et humaines sur l’Amérique latine. Inciter les équipes françaises à entreprendre de nouveaux programmes de recherche à partir d’opérations coordonnées de financement a constitué le troisième volet de cette nouvelle politique. En ce sens, la structuration des équipes de recherche autour des pôles d’animation du GRECO 26 est apparue comme un élément de cohérence face à l’extrême dispersion d’une recherche parcellisée et individuelle caractérisant le latino-américanisme universitaire des années 1970. Certes quelques acteurs, et non des moindres, ont été sans doute victimes de ce processus.

  • 73 Gonzalo Arroyo et Bernard Lestienne : « Axes de la recherche... », p. 381, in Actes..., o.c.

132Un tel mouvement a été très mal ressenti, en particulier par les hispanistes français de l’enseignement supérieur qui, autour des UER et départements de langues et civilisations ibériques et ibéro-américaines, avaient établi, surtout en province, un quasi monopole de l’enseignement sur l’Amérique latine. Toutefois, les hispanistes grenoblois autour du centre de recherche sur le Pérou et les pays andins (CERPA) et de l’Association française d’étude et de recherche sur ces mêmes pays (AFERPA), animés par Henri Bonneville et Claude Allaigre, les hispanistes toulousains stimulés par Georges Baudot et les hispanistes bordelais où Joseph Pérez assure le lourd héritage de Noël Salomon, parvinrent à donner une nouvelle vitalité à un milieu qui, au même titre que celui des américanistes, avait tendance à poursuivre, selon l’expression de Gonzalo Arroyo et Bernard Lestienne un « sommeil réparateur »73.

  • 74 Claude Dumas : Justo Sierra et le Mexique de son temps (1842-1912), Paris, 1975 ; Alain Sicard : La (...)

133A coup sûr, le milieu finit par réagir. Claude Dumas à Lille, Pierre Duviols à Aix, Jacqueline Covo, Albert Bensoussan à Rennes, Dorita Nouhaud à Limoges, Edmond Cros à Montpellier, Alain Sicard à Poitiers et bien d’autres hispanistes, chacun à leur manière, essayèrent avec un succès inégal, de constituer de petits groupes de recherche. Parmi les lusitanistes, autour de Léon Bourdon, Paul Teyssier et de Raymond Cantel, Jean-Michel Massa, Françoise Massa et Jean-Yves Mérian à Rennes, s’appliquaient à impulser un milieu universitaire porté par l’introduction du portugais dans les études supérieures et encore fasciné par la « vocation maritime » de la mère patrie lusophone selon la belle expression d’Yves Bottineau. Pierre Rivas cherchait même à établir des relations triangulaires entre la France, le Portugal et le Brésil dans le domaine littéraire alors que Pierre Verger appliquait à ancrer dans l’histoire les relations afro-brésiliennes. Toutefois, l’arrivée de Claude Fell à l’Institut d’études hispaniques de Paris III laisse espérer une réorientation des études de littérature latino-américaine que Charles Minguet et Gabriel Judde avaient développées en collaboration avec les historiens Frédéric Mauro et François Chevalier74.

134En un certain sens, la présentation par l’hispaniste bordelais Bernard Lavallé, d’un rapport sur le thème « littérature, civilisation, idéologie, histoire » présenté aux Etats Généraux de la recherche, à l’élaboration duquel participèrent activement Frédéric Mauro et Claude Fell, reflète, dans une certaine mesure, cette conjonction entre disciplines littéraire et historique que Marcel Bataillon et Noël Salomon avaient appelée de leurs vœux.

135Il est vrai que l’enseignement de l’histoire de l’Amérique latine avait connu un nouvel essor puisqu’une deuxième chaire d’histoire concernant une aire culturelle spécifique avait été créée à l’Université de Paris I. Dès que François Chevalier put se libérer de la direction de la Casa de Velazquez, les deux historiens français, François Chevalier et Frédéric Mauro, s’attachèrent à promouvoir cet enseignement de l’histoire en France auquel François-Xavier Guerra finit par se consacrer. Ainsi, autour de Paris X, de Paris I et de l’IHEAL, un pôle d’études historiques se trouvait renforcé et affirmait son rayonnement confirmé par l’action de Frédéric Mauro à la présidence de l’AFSSAL et à l’Académie des sciences d’outre-mer.

136De son côté François Chevalier, grâce à la publication de son maître ouvrage sur l’Amérique latine, de l’Indépendance à nos jours, dans la célèbre collection de la Nouvelle Clio, appliquait à la lettre les leçons de l’école des Annales en montrant à quel point la science historique se révélait à même d’utiliser la quintessence des méthodes des sciences de l’homme et de la société pour œuvrer à une compréhension du passé récent d’un continent instauré à la dimension d’un laboratoire scientifique.

  • 75 Oruno D. Lara, Nelly Schmidt et M.A.I. Fisher-Blanchet animent une revue Cimarrons de l’Institut ca (...)

137Toutefois, le développement du Centre de recherches latino-américaines de l’Université de Paris X, aux côtés duquel vint s’adjoindre le Centre de recherches Caraïbes-Amériques animé par Philippe Vigier, Oruno D. Lara et Nelly Schmidt dans une perspective permettant de croiser davantage les Amériques noires, celles du nord et des Antilles avec l’Afrique, montre bien une des caractéristiques essentielles de l’évolution de ces aspects intitutionnels du latino-américanisme universitaire en France : les initiatives, souvent individuelles au départ, provoquent un regroupement de chercheurs qui hésitent par la suite à maintenir la cohérence du groupe soit parce que de nouvelles opportunités surgissent soit parce que certains thèmes arrivent à épuisement. L’extrême souplesse du système universitaire français permet l’éclosion de telles équipes d’une incontestable richesse d’initiatives mais dont l’évolution fait surtout apparaître la juxtaposition de travaux individuels au détriment d’une recherche collective75.

138Cependant, l’effort de cohérence méritait bien d’être souligné car le risque est grand de voir des équipes de recherche lourdes freiner les initiatives individuelles dont une des principales qualités est l’adaptation à l’émergence de nouveaux thèmes de recherche. De tels centres de recherches individuelles et juxtaposées dont le principal mérite est de procéder à un regroupement minimum de chercheurs au sein d’une même université ou d’un même département, constituent déjà un élément important de structuration par rapport à une recherche éclatée. Ainsi, on peut constater que la création en France de centres de recherche à partir d’une zone géographique délimitée — un pays ou un sous-ensemble de nations latino-américaines — est devenu un des éléments de cohérence du latino-américanisme en France. Tel a été le cas du Pérou et des pays andins autour duquel se sont ralliés quelques hispanistes grenoblois et qui a fait école. Tel a été le cas aussi du Rio de la Plata ou surtout ceux de Cuba et du Mexique.

139Le Centre inter-universitaire d’études cubaines, de création récente, constitué à Toulouse, n’avait d’ailleurs pour objectif que de rassembler des cubanistes de plusieurs universités et d’organiser différents colloques pluridisciplinaires sur le modèle « péruvianiste » du CERPA. L’expérience a montré son utilité mais le problème de son ancrage institutionnel se pose de façon aiguë. Il est d’ailleurs intéressant de noter que, lorsque l’Université de Paris-Sud-Orsay a organisé un colloque scientifique franco-cubain en décembre 1984, essentiellement consacré au développement de la coopération scientifique et technique entre ces deux pays, aucun cubaniste français n’y participait. Le développement des études mexicanistes à Perpignan et à Toulouse a permis quant à lui de programmer une véritable recherche universitaire avec le soutien du CNRS.

Le groupe de recherche sur l’Amérique latine (GRAL) de Toulouse-Perpignan

140Sous l’impulsion de Jean A. Meyer, l’Institut d’études mexicaines de l’Université de Perpignan a entrepris la publication d’un bulletin d’information L’ordinaire du Mexicaniste et créé une collection annuelle d’Etudes mexicaines dont le premier numéro a été publié en 1978. Selon Jean Revel-Mouroz, la convention établie entre l’Université de Perpignan et le Colegio de Michoacan, avait pour origine une collaboration individuelle de mexicanistes français avec le Colegio de Mexico, puis une décision politique au niveau présidentiel au Mexique. L’appli cation de cette convention démontre qu’il est possible d’obtenir des bénéfices mutuels dépassant largement le latino-américanisme.

  • 76 Jean Meyer : « Politiques et structuration de la recherche », p. 458, in Actes..., o.c.

141Cette coopération a permis de consolider une formation de DEA troisième cycle spécialisée sur le Mexique, à Perpignan, comprenant la formation d’étudiants mexicains. Elle a permis aussi de monter au Mexique un Centre d’études rurales accueillant des chercheurs français sur des programmes conjoints. « A partir de ces partenaires, des actions de coopération spécifiques ont pu être montées dans le domaine pédagogique, dans le domaine de l’observation du changement social, dans celui plus général de la documentation »76. Mais le succès de l’ancrage des études mexicaines à Perpignan, outre le fait d’un homme, Jean Meyer, et de plusieurs collaborateurs comme Louis Panabière, était aussi lié à l’articulation de l’Institut d’Études mexicaines avec le Centre interdisciplinaire d’études latino-américaines (CIELA) et le Groupe de recherches sur l’Amérique latine (GRAL) de Toulouse. Cette articulation s’est révélée possible parce que le réseau des mexicanistes français avait d’abord fonctionné autour de l’IFAL et de la Mission archéologique et ethnologique.

142Ce réseau n’a pas hésité à saisir sa chance lorsque la conjoncture politique et économique est devenue favorable au développement d’une coopération franco-mexicaine après le choc pétrolier de 1973-1974. Dès lors, l’organisation de colloque comme celui de Perpignan sur le « Mexique en 1976 », la tenue du séminaire international sur « el impacto del sistema urbano sobre el campo en el Tercer-Mundo » à Mexico en 1978, où furent associés les chercheurs français du CREDAL, montraient la dynamique d’une équipe à laquelle le CNRS, fier de son accord avec le CONACYT, attachait une attention particulière.

  • 77 Par exemple Intellectuels et État au Mexique au XXe siècle, Paris, CNRS, 1979 (Introduction de Jean (...)

143Le GRAL, avec Claude Bataillon, et l’Institut d’études mexicaines, avec Jean Meyer, lançaient sur le Mexique un programme de recherche entre 1978 et 1981 autour de trois thèmes : « État et culture nationale », « identité ethnique et identité nationale » et « intégration des populations paysannes ». Les résultats de cette recherche ne se faisaient pas attendre. En 1979 le CNRS publiait sous la houlette du GRAL un ouvrage collectif Intellectuels et Etat au Mexique au XXe siècle ; l’année suivante sortait « Communications de masse en Amérique latine ». De son côté, Louis Panabière soutenait sa thèse sur L’itinéraire de dissidence d'un intellectuel mexicain Jorge Cuesta (1903-1924), alors que Claude Bataillon entreprenait une réflexion nouvelle sur l’État, le pouvoir et l'espace dans le Tiers-Monde qui devait le conduire au Comité de rédaction de la revue Hérodote, créée en 1976, aux côtés d’Yves Lacoste77. La nomination de Claude Bataillon à la direction de la Mission archéologique et ethnologique de Mexico, devenue Centre d’études mexicaines et centro-américaines sur son impulsion, devait renforcer les liens d’une coopération franco-mexicaine en sciences sociales où le pôle toulousain jouait un rôle grandissant.

144Certes, cette coopération franco-mexicaine n’était pas le seul domaine d’intervention du pôle toulousain. Une intense activité éditoriale reflétait même l’activité toulousaine en direction du cône sud où Romain Gaignard excellait. Par exemple, deux ouvrages publiés coup sur coup permettaient de traduire cette préoccupation : l’un ancrait l’analyse de l’évolution de la société argentine à partir de l’influence régionale des Aveyronnais dans la Pampa à la fin du XIXe siècle, grâce à la collaboration de Bartolomé Bennassar et de Romain Gaignard ; l’autre aidait à comprendre l’évolution de la politique culturelle de l’Argentine à travers une étude sur l’édition du livre due à Pierre Lagarde. Aussi la conversion partielle au latino-américanisme de l’historien de Valladolid au siècle d’or et de l’Inquisition espagnole apparaissait prometteuse.

145Mais cette activité éditoriale des universitaires toulousains ne se limitait pas à une production scientifique régionale aussi prestigieuse soit-elle, et dont un des plus récents ouvrages est la publication de la thèse de Thomas Gomez concernant l’Envers de l’Eldorado. Economie coloniale et travail indigène dans la Colombie du XVIe siècle. Cette activité éditoriale toulousaine était étroitement liée à la publication des travaux de latino-américanistes de l’AFSSAL comme par exemple, les textes de la table ronde des 13 et 14 novembre 1981 consacrés aux « Frontières du pouvoir en Amérique latine » ou les textes de la table ronde de 1982 concernant « les booms économiques ». D’ailleurs cette place de choix, acquise par les équipes toulousaines de latino-américanistes se trouvait explicitement confirmée par la présence du ministre de l’Education nationale, Alain Savary, à l’inauguration de la table ronde de 1981. L’ancien président de la région Midi-Pyrénées n’avait-il pas alors à ses côtés un de ses proches collaborateurs, Raymond Gaignard à qui devait être confiée la Direction de la coopération et des relations internationales de ce ministère, où Jean Revel-Mouroz n’allait pas tarder à être affecté ?

Le Centre de recherche et de documentation sur l’Amérique latine (CREDAL

146Ainsi les études mexicaines sont-elles en mesure d’apparaître aujourd’hui en France comme une des réussites les plus spectaculaires du laboratoire français installé au Mexique à la Libération. Les études mexicaines occupaient aussi une place privilégiée dans les programmes de recherche du CREDAL à Paris. En effet, le CREDAL, centre de recherche du CNRS associé à l’UER 13 — l’IHEAL — de l’Université de Paris III, avait entrepris un programme animé par quatre équipes.

147L’une autour de Jean-Pierre Berthe, alors directeur de l’IHEAL, poursuivait les analyses de démographie historique de la période coloniale traitées depuis Séville par Pierre Chaunu et s’attachait particulièrement à comprendre le rôle de l’Église, des structures familiales et des communautés indigènes en comparant la situation mexicaine avec celle des pays andins chers à Nathan Wachtel.

148Ce programme était coordonné avec celui de l’École des hautes études en sciences sociales où ces deux ethno-historiens enseignaient et formaient un certain nombre de jeunes chercheurs d’où n’allait pas tarder à émerger Thérèse Bouysse. À cette occasion, les études mexicanistes ouvraient la voie à des analyses comparées avec l’évolution des sociétés indiennes paysannes des Andes où l’équipe dirigée par Henri Favre (ERSIPAL) parvenait à maturité.

  • 78 Sous la direction d’Henri Favre : Ethnosociologie du refus in Cahiers des Amériques latines, no 23, (...)

149Le deuxième programme de recherche du CREDAL trouvait même une consécration avec la publication de tout un ensemble de travaux dont certains étaient reproduits dans un numéro spécial des Cahiers des Amériques latines consacré à « l’ethnosociologie du refus ». Ainsi les mouvements de résistance, de révoltes et d’insurrections de l’Amérique centrale et de l’Amérique andine faisaient-ils l’objet d’une analyse attentive où perçait l’essor de mouvements politiques dont les activités défrayent la chronique journalistique d’aujourd’hui comme celui du Sentier Lumineux au Pérou. Au demeurant, cette approche sociologique et ethnologique coordonnée par Henri Favre appréhendait d’une manière synthétique les questions relatives à l’indianité et aux identités culturelles des peuples amérindiens donnant matière à des contributions intéressantes lors des colloques « andins » de l’AFERPA et permettant à un jeune sociologue, Christian Gros, de renouveler bien des idées reçues. Comme adjoint de Jacques Chonchol à la direction de l’IHEAL, Christian Gros contribuait à tisser des liens entre mexicanistes et andinistes, entre géographes et sociologues. De telles recherches indigénistes donnaient aussi l’occasion à Marie-Chantal Barre d’informer un vaste public sur les identités culturelles de l’Amérique indienne à travers la presse spécialisée78.

150Un troisième programme mis en œuvre par une équipe d’historiens se constituait autour de Frédéric Mauro et de François-Xavier Guerra. Cette équipe entreprenait un programme de recherche sur les impacts du développement industriel et le rôle des entrepreneurs aux XIXe et XXe siècles. Elle venait de déterminer en quoi histoire et sciences politiques renouvelaient les analyses événementielles traditionnelles de la vie politique du continent latino-américain. Les cinq terrains principaux d’application de ces recherches d’historiens se situaient au Mexique, au Brésil, au Chili, au Pérou et en Argentine.

151Les travaux américanistes de François-Xavier Guerra sur l’ère industrielle de Porfirio Diaz, en amont de ceux de Jean Meyer sur la période post-révolutionnaire, complétaient dans le domaine de la contemporanéité l’expérience moderniste de François Chevalier. La problématique mexicaniste d’une histoire aux frontières de l’économie, de la politologie et des acteurs du monde industriel marqués par la pensée positiviste, faisait écho aux perspectives agraires définies dans le cadre de l’esprit missionnaire des ordres religieux lors de l’arrivée de François Chevalier à l’IFAL. François-Xavier Guerra, au cœur de la tradition universitaire d’enseignement et de recherche de Paris I consacrée à l’Amérique latine, s’attachait à développer cette entreprise chère à François Chevalier au point que même les spécialistes de politologie comme Alain Rouquié ou Pierre Gilhodes attribuaient à l’histoire des vertus maieutiques.

152A l’autre extrémité du continent, dans le cône sud, Guy Bourdé cherchait à mieux comprendre les origines de cette extraordinaire croissance d’une capitale, Buenos-Aires. Des incursions dans le domaine de l’interprétation du péronisme, aux frontières d’une société politique et d’un pouvoir militaire si bien perçus par Alain Rouquié, n’étaient pas pour déplaire à notre historien fasciné par la connaissance des classes sociales. Cette approche de l’historien était d’ailleurs complémentaire de celle des sociologues comme Graciela Ducatenzeiler ou Ricardo Sidicardo. Une telle préoccupation était normalement devenue celle du laboratoire de sociologie du travail de l’EHESS où excellaient Alain Touraine et le colombianiste Daniel Pécaut. Au demeurant, cette perspective de croissance d’une ville chère à Guy Bourdé n’était pas étrangère aux recherches spatiales des géographes et urbanistes comme Graziela Schneier. L’impact du développement énergétique fascinait géographes et économistes et Jean-Michel Beyna se situait au carrefour des expériences de Romain Gaignard et de Jean-Marie Martin.

153L’expérience toulousaine de Frédéric Mauro servait aussi à l’organisation des recherches de Pierre Vayssière. Alors que la compréhension de l’économie minière du Chili conduisait Pierre Vayssière à mesurer l’impact de la greffe industrielle sur la société chilienne au xixe siècle, Hélène Lamicq s’attachait à décrire, en tant que géographe, l’émergence d’un espace dépendant dans la région minière du nord du Chili, laissant à ses collègues Roberto Santana et Yves Goussault le soin d’apprécier la modernisation et les crises de cette agriculture chilienne chère au cœur de Jacques Chonchol. Même les zones excentrées des campagnes chiliennes avaient attiré les géographes français puisque Philippe Grenier entreprenait à Chiloé une monographie exemplaire. Certes, la perception de l’espace chilien n’était pas le seul domaine andin du Cône-Sud qui attirait les géographes français : Anne Collin-Delavaud et Jean-Paul Deler réhabilitaient un espace équatorien longtemps mal connu alors que l’historien Jean Piel aspirait à comprendre les mécanismes de néo-colonisation d’un capitalisme péruvien dominé par une agriculture aux structures figées.

  • 79 Maria Yedda Linhares : « As listas eleitorais do Rio de Janeiro no seculo XIX ; projecto de clasifi (...)

154Le Brésil enfin donnait à Frédéric Mauro l’occasion de faire apprécier ces études rétrospectives comparées de l’Amérique coloniale ou postcoloniale. Au moment où Ciro Flammarion Cardoso saisissait les spécificités de la Guyane française au xviiie siècle, René Renou, Andrée Diniz-Silva-Mansuy, Estevao de Rezende Martins, Catherine Lang, Guy Martinière aspiraient à mieux comprendre ce siècle d’or baroque du Brésil colonial. Un Brésil que Katia de Queiros Mattoso présentait à travers sa quête de l’esclavage aux lecteurs français et que le groupe des historiens de Curitiba, sous l’impulsion d’Adeline Daumard, d’Altiva Pilatti Balhana et Cecilia Maria Westphalen, initiait aux vertus de l’histoire sociale. Il est vrai que Maria Luisa Marcilio avait elle aussi retenu les leçons de démographie historique et sociale de Louis Henry et que Maria Yedda Linhares avait pu trouver à Toulouse auprès de Bartolomé Bennassar un accueil chaleureux où les différentes problématiques quantitativistes et méthodologiques d’une école française d’histoire sociale en plein essor furent passées au crible d’une impitoyable critique79.

155Enfin, au CREDAL, une quatrième équipe pluri-disciplinaire à dominante géographique se consacrait à l’analyse de l’intervention de l’Etat dans la politique d’aménagement du territoire et dans la politique de développement des pôles industriels. Animée par le géographe Jean Revel-Mouroz et par Alain Vanneph cette équipe accordait une place privilégiée à l’analyse de l’intervention de l’Etat mexicain, prenant pour cible particulière la constitution des enclaves industrielles constituées autour des pôles sidérurgiques et pétrochimiques. Tout un ensemble de colloques franco-mexicains, entre 1976 et 1982, exerçait un effet d’entraînement de la recherche mexicaniste française sur ce sujet. Des analyses comparées étaient effectuées avec d’autres pôles industriels d’Amérique latine comme ceux de Camaçari près de Salvador de Bahia au Brésil, étudiés par Hélène Rivière d’Arc et Luciano Martins.

156Mais de telles recherches mexicanistes du CREDAL étaient soutenues par les équipes dirigées au Mexique même par Pierre Usselmann. Le géographe français avait obtenu du CNRS la mise en place en 1981 d’une recherche coopérative sur programme intitulée « Homme et milieu naturel au Mexique et en Amérique centrale. Etude diachronique » où oeuvraient Nicole Petit-Maire, Henri Puig et Pierre Becquelin. Aux côtés de l’IFAL, alors dirigé par Jean Galard, les nouvelles actions de recherche entreprises dans le cadre de la Mission archéologique et ethnologique puis du CEMCA contribuaient à préciser un profil interdisciplinaire où, sous l’impulsion des géographes, une orientation vers l’analyse des milieux naturels et physiques se complétait d’une recherche vers une meilleure compréhension de la politique d’aménagement du territoire.

  • 80 Jean Revel-Mouroz : « Notes sur les recherches françaises en sciences sociales sur le Mexique », p. (...)

157En ce sens une réponse au moins partielle était trouvée au défi des mexicanistes français que Jean Revel-Mouroz définissait en ces termes lors de la Journée d’études de l’AFSSAL du 24 novembre 1979 : « Il y a une conjonction d’une forte demande des organismes mexicains dans les domaines proches de la recherche appliquée et d’une redécouverte du Mexique par les grands organismes français (ainsi, l’attention que porte la DGRST au Mexique qui partage ce privilège avec le Venezuela et le Brésil) fascinés par le boom pétrolier et l’effort d’équipement de ce pays. Les chercheurs mexicanistes trouveront-ils une place dans ce nouveau système de coopération ou bien la manne officielle ne concernera-t-elle que les praticiens, techniciens et technocrates ? Le renforcement des institutions françaises implantées au Mexique semble indiquer que l’importance de la recherche en sciences sociales n’est pas totalement méconnue : après une période de tâtonnement et de difficultés diverses, qui ont mis en lumière les nécessités absolues d’une coopération en complète égalité avec les organismes mexicains, une évolution s’est produite vers un début d’organisation de la recherche et d’un appui à cette dernière, sur place »80.

158En fait, cette adaptation des mexicanistes français à la mise en œuvre de nouveaux projets de recherche en coopération avec leurs collègues mexicains, dès 1976, n’aurait pas été possible sans les efforts d’ouverture déployés par Olivier Dollfus et Claude Collin-Delavaud au sein du CREDAL après le départ de Pierre Monbeig.

  • 81 Amazonies nouvelles, Paris, IHEAL, 1977, ouvrage collectif de l’équipe de recherche amazonienne ani (...)

159A partir de 1978, trois projets scientifiques pluri-disciplinaires avaient porté ce laboratoire associé du CNRS vers de nouveaux horizons. « L’industrialisation de l’Amérique latine » avait attiré les équipes de Jean Revel-Mouroz, Luciano Martins et Frédéric Mauro. Plusieurs monographies en sont issues dont un beau livre sur l’Etat aménageur, villes et ports industriels. D’autres travaux ont été liés à ce thème, en particulier l’approche des « frontières » et le « nouvel espace énergétique et industriel » en 1982. Il est vrai que le thème géopolitique des frontières avait particulièrement dominé la production scientifique des années 1970 au moment où l’expansionnisme brésilien interpellait les acteurs du monde politique lui-même et que des géographes comme Claude Collin-Delavaud, retenant les leçons de Pierre Monbeig, percevaient ce thème avec une sensibilité particulière liée à une nouvelle approche du monde amazonien81. Cette perspective permettait de déboucher sur une recherche en coopération avec l’Instituto de Pesquisas amazonicas du CNPQ brésilien, en collaboration avec le Museum d’histoire naturelle de Jean Dorst, le laboratoire strasbourgeois de J. Tricart et l’ORSTOM. Dès lors, l’extension du projet « Varzeas » donnait lieu à une deuxième action de recherche coordonnée du CREDAL.

160Cet effort de cohérence n’empêchait pas pour autant quelques innovations en cours de route. L’une d’entre elles permettait de mettre en œuvre une recherche économique greffée directement sur l’évolution de cette discipline en pleine mutation dans les années 1975-1980. Alors que Raymond Prats continuait à travailler dans la ligne des questions du développement en crise, définie par les disciples de François Perroux, Julio C. Neffa proposait au CREDAL une analyse des politiques de l’emploi et de l’économie du travail entreprise par ailleurs à Grenoble sous l’impulsion de Jacques Freyssinet. La création, en 1980, de l’équipe de recherche sur l’emploi, les conditions et l’organisation du travail en Amérique latine (ERECOTAL), ouvrait la porte à d’autres expériences d’économistes spécialisés que le GRESAL avait pour sa part essayé de mettre en œuvre à Grenoble, grâce aux possibilités offertes par le spécialiste de l’économie de l’énergie Jean-Marie Martin, alors vice-président chargé de la recherche de l’Université des sciences sociales.

161Toujours est-il que le CREDAL composé de quelques 110 chercheurs et enseignants chercheurs, constitue actuellement le laboratoire principal de recherche latino-américaniste en France. Sous la responsabilité de Pierre Monbeig puis de Claude Collin-Delavaud, le CREDAL est devenu une des équipes de recherche de réputation internationale où la pratique de recherche en coopération avec les chercheurs latino-américains, aussi bien les chercheurs travaillant dans un cadre institutionnel national ou régional que dans un cadre non-académique, est en train de prendre un tour nouveau.

Le Groupe de recherches et d’études économiques et sociales sur l’Amérique latine (GRESAL) de Grenoble

162Guy Martinière avait estimé que la principale fonction du GRESAL, lors de sa création, en 1975, était de rassembler les activités de recherche sur le développement, réalisées jusqu’alors de façon comparative et thématique autour de l’aire géographique et culturelle latino-américaine par des chercheurs appartenant à différentes équipes de l’Université des sciences sociales. Nées le plus souvent d’initiatives individuelles ou de travaux de recherche programmés dans des instituts ou centres à vocation pluridisciplinaire, ces activités souffraient de l’absence d’une confrontation entre latino-américanistes grenoblois. Constitué surtout par des économistes, avec la participation d’historiens, de sociologues, de juristes et de politologues, le GRESAL a ainsi été conduit à coordonner et promouvoir des projets de recherche à vocation latino-américaniste au sein de l’Université. Outre la mise en place d’un centre de documentation, en 1978, qui assura sa part de travail dans le cadre du GRECO « réseau documentaire Amérique latine » du CNRS, le GRESAL a participé au réseau de documentation « Economie générale » du CNRS (ECODOC) et entrepris un programme de recherche interdisciplinaire sur le thème : « La nouvelle croissance des économies latino-américaines et les horizons des relations Sud-Sud ».

163Plusieurs publications collectives sont nées de ce programme dont un numéro spécial de la revue Problèmes d’Amérique latine consacré « aux formes de l’industrialisation » récente connues par ces pays. Jacques Freyssinet, aujourd’hui directeur de l’Institut du travail de l’Université de Paris I, et président de l’Agence nationale pour l’emploi (ANPE), les économistes Schiller Thébaud, Alain Mounier, Pascal Byé, Hernan Duran et Hubert Drouvot avaient ainsi apporté leurs contributions à cet ouvrage ainsi que les deux politologues Dominique Labbé et Arturo Montes. En 1984, sous la coordination du géographe Philippe Grenier qui assura la direction du GRESAL après la nomination de Guy Martinière à la MIDIST, une autre publication a été consacrée à l’aménagement du territoire en Amérique latine.

164Plusieurs thèses sur l’Amérique latine ont été soutenues par des jeunes chercheurs français, dont la problématique a été influencée de façon plus ou moins directe, par les réflexions induites des programmes de recherche du GRESAL. Ainsi, Jean-Pierre Frey s’est-il préoccupé de déterminer quel avait pu être le rôle de l’industrie de la construction dans le développement économique et social du Venezuela ; Gerald Assouline a mesuré les rapports entre Bio-énergie et développement agroindustriel du plan alcool au Brésil ; Françoise Arakélian a analysé l’évolution des relations entre la Communauté économique européenne et le Brésil ; Patrice Gouy a essayé de comprendre les raisons de l’émigration des populations de la vallée de Barcelonnette au Mexique. Christian Louis-Joseph et Eric Mongerand ont analysé les économies de plantation dans les Antilles françaises.

165D’une façon générale, les recherches entreprises par les économistes grenoblois sur l’Amérique latine ont concerné les secteurs de l’économie de l’énergie animés en particulier par Jean-Pierre Angelier ; de l’emploi et du travail où Julio Cesar Neffa attachait une grande importance au développement des recherches appliquées du Bureau International du Travail (BIT) de Genève ; de la gestion des entreprises chère à Hubert Drouvot et Didier Retour ; des industries de biens d’équipement que Pierre Judet, Raphael Tiberghien, Jean Perrin et Pierre Vernet intégraient dans la croissance des nouveaux pays industrialisés ; des complexes agroindustriels étudiés par Pascal Byé et Alain Mounier. Même les aspects des politiques monétaristes n’étaient pas ignorés grâce à Alain Samuelson ou Wladimir Andreff, en fonction des problématiques pourtant influencées par les approches structuralistes des disciples de François Perroux qui marquèrent l’école des économistes grenoblois où excellent Gérard Destanne de Bernis, Jan Dessau, François Le Gay, Jacques Freyssinet ou Jean-Marie Martin.

166Dans le domaine des sciences politiques et des relations internationales, un numéro spécial de la revue Relations internationales, publiée par la Société d’études historiques de relations internationales contemporaines, l’Institut universitaire des hautes études internationales de Genève et l’Institut d’histoire des relations internationales contemporaine de l’Université de Paris I, animée par Jean-Baptiste Duroselle et Jacques Freymond, avait permis à Guy Hermet, directeur du Centre d’études et de recherches internationales (CERI) de la Fondation nationale des sciences politiques et à Guy Martinière de situer l’Amérique latine des années 1960-1980 dans des relations internationales essentiellement perçues jusqu’alors sous l’angle des rapports Est-Ouest. Des contributions de Pierre Gilhodès, Dominique Labbé, Paul Manor, Julio C. Neffa et Guy Martinière s’attachèrent à décrire cette spécificité des politiques extérieures des pays d’Amérique latine par rapport à la prépondérance nord-américaine dans le cadre des relations émergentes de type sud-sud aussi bien à l’intérieur du continent latino-américain qu’entre celui-ci et l’Afrique.

167Cette nouvelle compréhension des crises politiques latino-américaines perçues en fonction de l’évolution d’une situation internationale multipolaire est d’ailleurs devenue l’objet d’études attentives conduites autour de la revue Annales des pays d’Amérique centrale et des Caraïbes. Il est vrai que les études latino-américanistes sont en train de connaître à Aixen-Provence une impulsion récente et significative, grâce au dynamisme de l’hispaniste Lucien Castella qui exerce depuis deux ans des fonctions d’attaché culturel à l’ambassade de France à Madrid, de Charles Cadoux et de Daniel Van Eeuwen.

168Mais l’activité latino-américaniste des universitaires grenoblois de l’Institut d’études politiques de l’Université des sciences sociales se trouvait aussi animée par Arturo Montes, Dominique Labbé, Pierre Broué et Georges Couffignal. La connaissance comparée du syndicalisme européen (espagnol et italien) d’une part, et latino-américain d’autre part, conduisit d’ailleurs Georges Couffignal sur le chemin du Mexique où l’IEP de Grenoble conclut en 1980 un accord de coopération avec l’Institut national d’administration publique de Mexico. En 1982, Georges Couffignal reçut à charge la direction de l’IFAL et œuvra, de concert avec Claude Bataillon, à la promotion d’une nouvelle politique de coopération franco-mexicaine. Tous deux ont retrouvé au Mexique Patrice Gouy qui, du monde de l’émigration des Barcelonnettes a entrepris de diffuser le livre scientifique technique et médical français dans cette région de l’Amérique latine. Dans une certaine mesure, les réflexions de Claude Bataillon relatives à la politique franco-mexicaine de l’édition et de la documentation présentées lors des Etats généraux de la recherche et de l’enseignement sur l’Amérique latine en France s’inspirèrent tout à la fois de sa propre expérience à la direction du GRECO 26, de l’expérience de Patrice Gouy dans le domaine du livre et de celle de Philippe Climent, ancien VSNA au CST de Mexico, en matière d’information scientifique et technique spécialisée.

169Aux côtés du Mexique, Cuba fit l’objet d’un intérêt particulier de la part des chercheurs du GRESAL. Ainsi, le GRESAL et le Centre d’études et de recherches internationales (CERI) ont-ils organisé conjointement, grâce à Alain Rouquié, une journée d’études sur « les relations extérieures de Cuba aujourd’hui » le 11 décembre 1980 où sont intervenus Carmelo Mesa-Lugo, Marie-Chantal Granjon, Peter Wiles, Françoise Barthélemy, Pierre Gilhodès, Alberto Miguez et Guy Martinière.

  • 82 Pour connaître plus en détail les activités du GRESAL, on se reportera aux lettres d’information pu (...)

170Toutefois, un des terrains de recherche qui mobilisa le plus les chercheurs du GRESAL fut le laboratoire brésilien. Deux journées de réflexion sur l’industrialisation du Brésil tenues en mai 1981 réunirent plusieurs centaines de participants. Des analyses et débats permirent aux chercheurs et universitaires brésiliens d’intervenir tels Fernando Henrique Cardoso, Celso Furtado, Vilma Figuereido, Carlos Peixoto, Helgio Trindade aux côtés de leurs collègues français Gérard de Bernis, Jean-Marie Martin, François le Gay, Pierre Judet, Jean-Pierre Dupuy, Hubert Drouvot, Hélène Rivière d’Arc, Frédéric Mauro... Un bref texte d’introduction aux débats, signé de Julio C. Neffa et de Guy Martinière, avait permis d’entrer directement dans le vif du sujet. Ce sujet, Ignacy Sachs l’aborda en établissant une comparaison avec l’industrialisation de l’Inde. Il est vrai que les préoccupations brasilianistes des économistes grenoblois n’auraient pu être largement satisfaites sans la collaboration qui s’était instaurée entre le GRESAL et le programme « Brésil » de recherche en sciences sociales que la Maison des Sciences de l’Homme s’efforçait de mettre en œuvre. Un tel programme avait alors permis, grâce à la ténacité de Céline Sachs, de rassembler et de coordonner, à propos de ce pays, la plupart des projets de recherche des équipes françaises émanant aussi bien de l’Ecole des hautes études en sciences sociales que des autres centres parisiens ou régionaux. Mais l’entreprise brasilianiste de la Maison des Sciences de l’Homme, qui avait reçu l’approbation de Fernand Braudel et de Clemens Heller, apparaissait alors comme une alternative à la politique de coopération bilatériale que le ministère des Universités avait mis en œuvre dans une perspective techniciste chère à la coopération officielle des années 197082.

L'instauration d’accords bilatéraux de coopération : le cas franco-brésilien

171En effet, le 5 octobre 1978, le ministère français des Universités et le ministère brésilien de l’Education et de la Culture avaient signé un « accord de coopération inter-universitaire entre les universités françaises et brésiliennes ». Cet accord, d’une durée de cinq ans, permettait au service de « coordenaçao de aperfeiçoamente de pessoal de nivel superior » (CAPES) et au « comité français d’évaluation de la coopération universitaire avec le Brésil » (COFECUB) de déterminer un flux d’échanges d’universitaires des deux pays dans toutes les disciplines scientifiques à partir de programmes de recherche établis en commun.

172Toutefois, cet accord concernait d’abord, du côté brésilien, les établissements universitaires fédéraux des États du Nord-Est où les problèmes d’assistance technique et de formation se posaient avec une grande acuité. D’autre part, les trois-quarts des projets intégrés identifiés ne concernaient pas les sciences sociales. Dans les cinq projets de sciences sociales retenus, la perspective de coopération était tracée en fonction d’une formation générale et disciplinaire des chercheurs brésiliens. Non seulement les domaines de la gestion des entreprises, de la socio-économie du monde rural, de l’espace et développement, de la technologie éducative et de l’éducation des adultes n’étaient pas étudiés dans le cadre du brasilianisme mais encore, à une ou deux exceptions près, les universités parisiennes n’étaient pas associées à cette coopération. Certes, le siège administratif du COFECUB se trouvait situé à l’Université de Paris Val-de-Marne (Créteil) mais l’organisme de tutelle était la Conférence des Présidents d’université et l’expérience brésilienne des professeurs français, mise à part celle de Guy Lasserre, n’apparaissait pas utile à la réalisation de ces projets. Toutefois, plusieurs vocations de brasilianistes sont nées de cette expérience parmi les universitaires français qui n’étaient guère sensibilisés au laboratoire brésilien. Tel fut le cas en particulier, de quelques économistes de gestion de l’Université des sciences sociales de Grenoble comme Hubert Drouvot ou André Ballaz. On sait la part qu’Hubert Drouvot prit dans l’organisation du GRESAL après son séjour de coopération à l’Université fédérale de Paraiba.

173L’expérience de l’accord CAPES-COFECUB se révélant positive, les autorités brésiliennes demandèrent son extension aux Universités du Centre-Sud. Cette extension se réalisa à partir de 1980. Le nombre des projets intégrés approcha la cinquantaine. Si la part attribuée aux sciences de l’homme et de la société n’augmentait guère en valeur relative, l’accroissement quantitatif du nombre de projets obligeait à établir des relations avec des équipes universitaires françaises à vocation latino-américaniste. Dans le domaine des sciences exactes, diverses équipes, qui avaient tissé des liens de coopération avec les universités brésiliennes avant 1964, ne pouvaient plus être ignorées. Tel fut le cas en particulier des physiciens et informaticiens de l’Université médicale et scientifique de Grenoble I, alors présidée par le mathématicien Jean-Jacques Payan qui devait être appelé à la direction générale du CNRS en 1982, puis à la direction générale des enseignements supérieurs et de la recherche du ministère de l’Education nationale. Sous l’impulsion de Michel Soutif, le groupe de coopération scientifique entre Grenoble et le Brésil (GRESIL) avait établi, dès les années 1960, des relations suivies avec plusieurs universitaires brésiliens obligés à l’exil à la suite de l’instauration du régime militaire. Or, le pôle scientifique grenoblois, bénéficiant de l’aura du prix Nobel Louis Neel, avait été pratiquement exclu de cette première phase de coopération par le COFECUB, de même que l’Université de Paris-Sud (Orsay).

174Quoi qu’il en soit, le renouvellement de l’accord CAPES-COFECUB en 1983 permet aujourd’hui de gérer près de 80 projets intégrés de coopération universitaire entre la France et le Brésil. La part des sciences sociales n’y est plus aussi marginale. De simple assistance technique avec les régions en voie de développement du Nord-Est, cet accord débouche aujourd’hui sur une recherche bilatériale adaptée aux besoins des universités du Centre-Sud du Brésil. Si les brasilianistes n’occupent pas encore une place notable dans ces échanges, les réseaux de sciences sociales dans lesquels ils travaillent, comme celui de l’École des Hautes études ou celui de la Maison des Sciences de l’Homme, ou encore celui de l’Université de Toulouse-le-Mirail et quelques autres, tendent à accroître leur influence. De fait, le modèle constitué par l’accord de recherche universitaire en coopération entre la France et le Brésil est devenu exemplaire. Il peut être instauré avec d’autres pays d’Amérique latine comme le Mexique ou l’Argentine. En ce sens, l’expérience du programme de recherche Brésil de la Maison des Sciences de l’Homme apparaît comme un des éléments de complémentarité d’une telle politique de coopération fondée sur des accords bilatéraux entre un pays d’Amérique latine et la France.

175Lorsque la Maison des Sciences de l’Homme, en accord avec l’École des Hautes études en sciences sociales, se proposa en 1977-1978, de mettre en œuvre une politique de recherche entre le Brésil et la France, il s’agissait d’abord de combler une lacune notable : aucune institution de recherche brasilianiste française n’était implantée au Brésil. Aussi, les brasilianistes français et leurs collègues brésiliens travaillant en France n’avaient pas trouvé les moyens de donner aux recherches en sciences sociales concernant le pays le plus important d’Amérique latine une dynamique comparable à celle impulsée par les mexicanistes ou même par les péruvianistes. Pourtant, la recherche brasilianiste en France possédait quelques atouts que la pugnacité des débats politiques et les enjeux de la coopération technique et économique avaient mis en valeur.

176Certes, entre les milieux officiels de la coopération gouvernementale et les milieux universitaires marqués par une problématique structuraliste du développement brésilien et conduits à pratiquer une politique d’accueil aux franges de l’engagement politique, les terrains d’entente n’étaient pas légions. Pourtant l’évolution de la vie politique brésilienne elle-même, régie par un régime militaire affichant une politique d’ouverture de plus en plus nette à partir de 1978-1979, devait accélérer ce mouvement. Dès lors, l’entreprise de soutien que la Maison des Sciences de l’Homme accordait aux recherches brasilianistes fut à même de promouvoir une autre politique de recherche en coopération tenant compte de l’essor exceptionnel que les sciences sociales avaient pris au Brésil depuis les années 1950, alors que la connaissance du Brésil en France n’avait pu faire l’objet d’une quelconque surévaluation qualitative de la part d’équipes de recherche en quête d’existence.

177La politique de coopération définie par la Maison des Sciences de l’Homme trouva donc un ancrage direct auprès d’une des institutions brésiliennes les plus représentatives dans la vie de la communauté scientifique : la Société brésilienne pour le progrès de la science (SBPC). Les aspects les plus évidents de la répression idéologique et politique des gouvernements militaires brésiliens issus du coup d’État de 1964 avaient contribué à forger, au sein de la Communauté scientifique, une solidarité de fait au sein de laquelle les chercheurs brésiliens en sciences sociales jouaient un rôle prépondérant. Certes, physiciens et biologistes se partageaient la responsabilité des débats scientifiques et des combats relatifs à un développement d’une politique de la science. Mais la place accordée aux sciences de l’homme et de la société, loin d’être marginale, faisait l’effet d’un véritable révélateur.

178Aussi, les chercheurs de l’École des Hautes études qui participèrent à la programmation de cette coopération avec les chercheurs brésiliens membres de la SBPC envisagèrent-ils de travailler sur des sujets, des thèmes de recherche communs dont le Brésil pouvait, certes, faire l’objet, mais dont les recherches sur le Brésil ne constituaient pas une fin en soi. Sous l’impulsion d’Ignacy Sachs et de Pierre Bourdieu, en collaboration avec Alain Touraine, une problématique de co-développement scientifique et culturel émergeait. Cette problématique définissait la mise en œuvre de travaux comparatifs auxquels Fernando Henrique Cardoso, Ruth Cardoso, Maria Isaura Pereira de Queiroz, Celso Furtado, Luciano Martins, entre autres, apportaient leur concours. D’une certaine façon, une partie notable de la communauté scientifique brésilienne parvenait à sortir de cette brasilianisation des sciences sociales à laquelle il leur avait été donné de contribuer dans les années 1955-1960. Loin d’être une fuite devant les réalités mêmes du Brésil, cette approche nouvelle permettait de désenclaver les recherches brasilianistes et de proposer aux chercheurs brésiliens un horizon dépassant le seul cadre de leur pays, voire du continent latino-américain.

179Désormais, les chercheurs brésiliens se trouvaient à même d’apporter leur pierre à la connaissance généraliste et thématique du monde contemporain. La participation régulière de plusieurs chercheurs français au Congrès annuel de la SBPC, comme la participation régulière de chercheurs brésiliens aux colloques et séminaires organisés en France par la Maison des Sciences de l’Homme sur des sujets divers, ne concernant pas exclusivement le Brésil, traduisaient dans les faits cette nouvelle recherche en coopération.

  • 83 Viola Sachs : « Identité nationale, métissage et expressions culturelles : une comparaison entre le (...)

180Cette participation peut-être mesurée en consultant la collection du « bulletin de la fondation Maison des Sciences de l’Homme », MCH Informations, dont la publication trimestrielle assure un calendrier des colloques et réunions organisés par cet organisme ou avec son concours83. Dans la rubrique « activités scientifiques » de ce même bulletin, on peut relever par exemple, deux comptes rendus significatifs de recherche en coopération de ce type en cours de réalisation : l’un concerne le thème « Identité nationale, métissage et expression culturelle : une comparaison entre les Etats-Unis et le Brésil » coordonné par Viola Sachs avec la collaboration entre autres de Renato Ortiz, Jean-Pierre Dupuy, Roberto de Matta, Maria Silvia Carvalho Franco, Marlyse Meyer, Ana Maria Montenegro, Irena Santos, Maria Isaura Pereira de Queiroz ; l’autre concerne les travaux réalisés par une mission ethnologique au Brésil, à Récife, animée par Marion Aubrée. Certes, la diversité des entreprises dans le cadre du programme « Brésil » de la Maison des Sciences de l’Homme ne peutêtre reflétée seulement à travers la lecture de tels comptes rendus. Il suffira de mentionner seulement l’existence de quelques thèses significatives pour montrer la richesse de la contribution des équipes de l’Ecole des Hautes études à un tel programme et son ancrage dans la coopération scientifique entre les deux pays : celle de Renato Ortiz, par exemple, sur la mort blanche du sorcier noir. Umbanda : intégration d’une religion dans une société de classes ; celle de Niède Guidon sur les peintures rupestres de Varzea Grande, Piaui ; celle de Paulo Antonio Paranagua sur Brésil, cinéma et société des origines à nos jours ; le DEA de Céline Sachs sur la production de l’espace urbain et l’habitat populaire à Sao Paulo, etc.

  • 84 « Brasilia ». Objectifs de la collection d’après Guy Martinière : Aspects de la coopération..., o.c (...)

181Toutefois, d’autres travaux ont connu une meilleure diffusion grâce à la collection « Brasilia » lancée au printemps 1981 avec la publication de l’ouvrage de Sergio Micelli : Les Intellectuels et le pouvoir au Brésil (1920-1945). Les objectifs de cette collection, dirigée par Guy Martinière autour d’un comité de lecture composé de Monique Saint-Martin, Celso Furtado, Luciano Martins, Daniel Pécaut et Ignacy Sachs, traduisent en ces termes la problématique de recherche en coopération avec le Brésil de la Maison des Sciences de l’Homme : « ... Pendant longtemps les intellectuels brésiliens ont été séduits par la qualité des idées scientifiques transmises par des chercheurs français aussi réputés que Fernand Braudel, Claude Lévi-Strauss, Roger Bastide, Maurice Byé ou François Perroux... Aujourd’hui, sociologues, économistes ou historiens brésiliens n’ont plus rien à envier à leurs homologues français. De remarquables travaux sont publiés régulièrement au Brésil. Malheureusement peu ou mal connus en France, à l’exception d’un cercle étroit de spécialistes, ces travaux méritent une plus large diffusion. Cette collection a pour but de mieux faire comprendre un pays qui constitue désormais une des dix premières puissances mondiales. Elle présentera des traductions d’ouvrages brésiliens et contribuera à mieux faire connaître les travaux des chercheurs français qui apportent leur pierre à la connaissance du Brésil »84. Ainsi ont été publiés des ouvrages de disciples de Pierre Bourdieu comme Sergio Micelli ou Maria Andrea Loyola. De même que des travaux significatifs de Fernando Henrique Cardoso ou des ouvrages novateurs comme celui du politologue Helgio Trindade sur les fascismes brésiliens. D’autres travaux passionnants comme celui de Roberto de Matta Carnavals, bandits et héros ont été publiés par les soins de Jean-Pierre Dupuy.

182Bien entendu, il va sans dire que de nombreuses autres études ont été entreprises aux franges d’un tel programme qui a pu, d’une manière ou d’une autre, contribuer à aider les chercheurs français. Par exemple, Charles Beylier a aidé à conserver intacte la mémoire de Roger Bastide ; Christine Apestéguy, Martine Droulers et Hervé Théry ont permis de mieux connaître l’Amazonie ; Henri Acselrad a saisi les spécificités de l’industrie agro-alimentaire brésilienne. Sans doute, les spécialistes d’histoire de l’art comme Robert Coustet à Bordeaux qui présenta Rio de Janeiro au xixe siècle ou Yves Bruand, un des meilleurs connaisseurs de Brasilia, ont-ils poursuivi leur chemin sans rencontrer la Maison des Sciences de l’Homme. Mais les travaux des économistes comme Véronique Chauffer-Yvart, Jacques Brasseur, Pierre Castella, Jean-Pierre Bertrand, Ariel Français ont, dans une large mesure, retenu l’attention de Jean-Pierre Dupuy, d’Ignacy Sachs ou de Celso Furtado.

183Enfin, les recherches économiques sur l’Amérique latine en France ont connu depuis deux ou trois ans avec la création du Centre d’information et de recherche sur l’Amérique latine (CIAL) dans le cadre de l’Université de Paris VIII Vincennes-Saint-Denis, une nouvelle dimension. Le département d’Économie politique de cette université, animé par Michel Beaud, a aidé à la publication d’une nouvelle revue à dominante économique Perspectives latino-américaines créée par Sergio Cajarville et où Pierre-Philippe Rey, Samir Amin, Gonzalo Arroyo, Konstantin Vergopoulos, entre autres, confrontent leurs analyses et leurs réflexions. Un important effort de coordination des travaux sur l’économie mondiale, le Tiers-Monde et le développement a même été effectué récemment par la direction de la recherche du ministère de l’Education nationale et le département de recherche en coopération pour le développement de la Mission scientifique et technique du ministère de la Recherche qui ont encouragé la création d’un Groupement d’intérêt scientifique (GIS) constitué le 2 novembre 1983. Le président du GEMDEV, Michel Beaud, a ainsi réuni 18 équipes de recherche et 18 formations de doctorat appartenant à 9 universités de la région parisienne dont l’IEDES et l’IHEAL. L’émergence de ces nouvelles institutions universitaires reflète, à leur mesure, l’effort de cohérence et d’organisation d’équipes de recherche jusqu’alors dispersées, en essayant de mettre en commun des ressources nouvelles et en établissant des programmes de recherche susceptibles d’atteindre une dimension significative au sein de la communauté scientifique internationale. Toutefois, les effets d’une telle coordination ne se feront sentir dans les Universités parisiennes que dans quelques années.

  • 85 Alain Ruellan : « La recherche scientifique pour le développement en coopération », in Actes des Et (...)

184Ainsi, faut-il bien reconnaître une certaine complémentarité de perspectives entre le programme CAPES-COFECUB et le programme Brésil de la Maison des Sciences de l’Homme : dans les deux programmes, le laboratoire brésilien ne constitue pas l’objet d’une recherche en soi de type brasilianiste. Cette perspective de recherche en coopération sur des thèmes disciplinaires et des problématiques définies en commun par des équipes de recherche universitaire ouvrent donc des frontières nouvelles au développement du latino-américanisme en France. Au demeurant, depuis quelques années, les organismes de recherche comme le CNRS, l’INRA, l’ORSTOM se préoccupent de développer leur collaboration avec les chercheurs brésiliens85. Si l’accord signé entre le CNRS et le CNPQ brésilien a quelque peine à déboucher sur une participation significative des sciences sociales dans le programme de coopération, l’effort entrepris par l’ORSTOM pour « sortir » de l’aire géographique africaine mérite considération.

185Concevant désormais l’analyse des sciences de la terre en intégrant la dimension humaine et sociale, l’ORSTOM, surtout depuis 1978, a mis en œuvre une politique de diversification géographique et thématique. Depuis deux ans, sous l’impulsion d’Alain Ruellan, près de 20 % de l’effectif des chercheurs et des techniciens de cet organisme se trouvent affectés en Amérique latine. Désormais l’ORSTOM collabore aussi bien avec des universités (une douzaine) qu’avec des organismes de recherche comme le CNPQ ou l’EMPRABA au Brésil, le CONACYT au Mexique. Sa réputation technique permet aux chercheurs de cet organisme de proposer des consultants aux divers ministères chargés de l’agriculture, de l’environnement et des mines. Le croisement établi entre recherches fondamentales et recherches appliquées, finalisées, aide à poser concrètement les questions de développement et d’aménagement auxquelles les géographes accordent une attention particulière.

186Ainsi outre Alain Ruellan, les géographes brasilianistes Bernard Bret ou Philippe Faucher ont été conduits à entreprendre avec leurs collègues de l’ORSTOM ou avec ceux de l’INRA, des collaborations spécifiques nouvelles auxquelles la MSH n’est pas insensible, comme le montre la participation d’Annie Thébaut, sociologue de l’INSERM aux manifestations de la SBPC : les impacts de la croissance industrielle dans le domaine de la santé à Cubatao, le site industriel le plus pollué du monde, font l’objet d’analyses passionnées.

L’émergence d’un nouveau dialogue : le latino-américanisme entre les sciences de l’homme et de la société, les sciences exactes et les sciences de la vie

187En ce sens, un nouveau dialogue est en train de s’instaurer entre chercheurs latino-américanistes en sciences de l’homme et de la société, et chercheurs en sciences de la vie et en sciences exactes. La tradition des géographes français intégrant dans leurs travaux les préoccupations géomorphologiques et géologiques ainsi que le développement de disciplines nouvelles concernant la recherche minière, le volcanisme, l’hydrologie, la pédologie, la botanique comme la biogéographie, la climatologie, l’entomologie, ou l’écologie ont provoqué un courant de recherche en coopération d’une extrême richesse revendiquant sa part d’innovation dans le nouveau latino-américanisme français. À cet égard, l’intervention de Claude Laugénie lors des États généraux de la recherche, en tant que responsable de la sous-commission « milieu naturel et écologie », a montré à quel point les leçons de d’Orbigny, de Quattrefages et de bien d’autres, dont la vivacité avait été une des réussites de la découverte scientifique du continent américain au xixe siècle, ne pouvaient être perdues. De telles recherches sur le milieu naturel sont d’ailleurs étroitement complémentaires de celles entreprises dans le cas du développement rural par Laurence Tubiana et René Billaz.

188Au demeurant, une pareille dynamique naissait aussi dans le domaine des sciences de la vie et de la santé. Les travaux sur les maladies transmissibles (immunologie parasitaire et de l’onchocercose, bilharzioses, maladies de Chagas, leishmanioses, paludisme, filariose, mycologie, maladies bactériennes, virologie, etc.), sur la nutrition, sur la génétique et l’immunologie, sur les maladies fonctionnelles et dégénératives, sur la psychiatrie et la psychopharmacologie, sur les plantes médicinales et la pharmacologie,, sur l’ethnomédecine, sur la technologie médicale, sur la santé publique, concernent cette coopération nouvelle que la communauté scientifique appelle de ses vœux. Le rapport présenté aux Etats Généraux par Jean Mouchet sur la santé est significatif de cette ambition rénovée. De même les chercheurs en sciences exactes (physiciens, mathématiciens, chimistes...) aspirent aujourd’hui, selon Roberto Salmeron, « à suggérer des thèmes d’études en commun aux collègues de sciences humaines ». Tel peut être le cas par exemple, d’une recherche sur l’histoire des sciences et des techniques que Michel Paty s’efforce de promouvoir à partir de Strasbourg, dans le cadre d’une coopération franco-brésilienne et avec la collaboration de P. Petitjean et de José Leite Lopes. Tel peut aussi être le cas du programme franco-cubain de coopération que l’Université de Paris-Sud (Orsay) a entrepris de réaliser sous l’impulsion de D. Dacunha Castelle.

  • 86 Jean Duvignaud : « Ethnologie, littérature, sociétés. Vingt-cinq siècles d’ethnologie », in Magazin (...)

189Le nouveau dialogue établi à partir de l’organisation des États Généraux de la recherche et de l’enseignement sur l’Amérique latine en France constitue une précieuse chance de renouveau du latino-américanisme. Il montre à quel point le décloisonnement des disciplines peut être l’élément moteur d’une dynamique instituée autour et grâce à l’élaboration de recherches coordonnées sur une aire culturelle. Il montre à quel point un latino-américanisme parvenu à l’âge « adulte » est à même d’instaurer ce complément indispensable entre le « trivium » et le « quadrivium », entre les humanités et les sciences, que les responsables de l’ancien Groupement des universités et grandes écoles pour les relations avec l’Amérique latine cherchaient à établir il y a un demi-siècle. Il n’est pas jusqu’aux archéologues et aux ethnologues qui ne rendent ce cloisonnement responsables de bien des blocages et des dysfonctionnements institutionnels actuels. Certes, la tradition ethnologique brasilianiste de l’École des Hautes études, maintenue par les équipes de Simone Dreyfus-Gamelon et de Jacques Meunier, contribue à sauvegarder la parole des nations indiennes, chères à Darcy Ribeiro. Aux frontières du Brésil, Pierre Clastres a essayé de faire comprendre, dans la meilleure tradition d’Alfred Métraux, en quoi l’âge de pierre pouvait être aussi un âge d’abondance en cette époque où les exclus du miracle ne se comptent plus, alors que Christian Duverger reprend les travaux de Jacques Soustelle et de Laurette Séjourné sur les populations andines et mexicaines au carrefour de l’archéologie et de l’histoire des empires inca et aztèque. Comme le constatait Jean Duvignaud, « l’anthropologie est déjà au-delà d’elle-même. Non comme le métier de tâcheron ou de bureaucrate que certains veulent y voir mais comme une vocation. Le monde présent suggère... des problèmes nouveaux qui bouleversent une épistémologie souvent positiviste, raidie sur ses principes »86. Ne pourrait-on concevoir meilleure définition de l’héritage de Fernand Braudel ?

Notes

1 L’Usine nouvelle, no 8, 21 février 1974, p. 26.

2 Maurice Byé : Relations économiques internationales, Paris, Dalloz, 1965, 2e édition ; Maurice Byé, Gérard Destanne de Bernis : Relations économiques internationales : Echanges internationaux, Paris, Dalloz, 1977, 4e édition entièrement refondue.

3 Les « avis et rapports du Conseil économique et social » publiés par le Journal officiel de la République française analysent par exemple « les investissements français à l’étranger » dans les séances des 13 et 14 octobre 1970, « les entreprises multinationales » dans les séances des 14 et 15 novembre 1972, « la politique d’exportation » de la France lors de la séance du 10 avril 1974, etc.

4 « Etude présentée par la section de l’expansion économique extérieure et de la coopération » sur le rapport de M. André Furst, le 21 février 1978 in Journal officiel du 9 mai 1978 : « Les possibilités offertes à nos exportateurs par les marchés d’Amérique latine », pp. 551-552.

5 Rapport d’information fait... au nom de la commission des finances, de l’économie générale et du plan sur l’économie brésilienne par Albin Chalandon, député in Assemblée nationale, première session ordinaire de 1973-1974, annexe au procès-verbal de la séance du 18 décembre 1973, 26 p.

6 Le projet culturel extérieur de la France, p. 111, ministère des Relations extérieures, Direction générale des relations culturelles, scientifiques et techniques, Paris, La Documentation française, 1984, introduction de Claude Cheysson. D’autre part Annuaire de l’ASPEF, 1982, 50 p. concernant le CEFI de Sao-Paulo.

7 Rapport du Conseil économique et social, 1978, p. 550, o.c.

8 Ibidem, p. 546.

9 Guy Martinière : Aspects de la coopération..., pp. 218-222, o.c.

10 Rapport du Conseil économique et social, 1978, p. 547, o.c.

11 Yves Berthelot et Jacques de Bandt : Impact des relations avec le Tiers-Monde sur l’économie française, annexe, p. 291, La Documentation française, 1982.

12 Rapport du conseil économique et social, p. 548, o.c.

13 Ibidem, p. 547.

14 Actes des « Journées universitaires d’information et de recherche sur la stratégie d’expansion et d’implantation des entreprises régionales dans les Amériques latines », Limoges, CRDP-INRDP, 1974, 144 p.

15 Cité d’après Jean Roche, membre de l’Institut, Recteur honoraire, président de l’ADRAL : Hommage à Jacques Pinglé (1910-1983), Paris, ADRAL, 1983.

16 Guy et Jean Testas : Hispanoamerica a la sombra del gigante, Avant-propos, p. 4, Paris, Hachette, 1972, 224 p., et Sudamérica, un continente en ebulición, Paris, Hachette, 1972, 224 p. Par ailleurs de Jacques Pinglé : L’histoire des espagnols, Paris, Editions universitaires, 1975 et L’Inquisition ou la dictature de la Foi, Paris, Librairie académique Perrin, 1983. Enfin, cf. l’article de Pierre Cabanes in Horizons latins, p. 5, no 27, avril-mai 1973 : « Dans la perception du troisième Congrès de l’Union latine ».

17 Jean Roche : présentation de l’ISFAL, pp. 3-4, Paris, ADRAL, 1973.

18 Le projet culturel extérieur de la France, p. 110, o.c.

19 Rapport d’information... au nom de la commission des affaires étrangères à la suite d’une mission effectuée au Brésil par MM. Boscher, Coumaros, Dijoud, Péronnet et Trémeau, députés, Assemblée nationale, annexe au procès-verbal de la séance du 25 juin 1970, no 1319 ; Rapport d’information au nom de la commission de la production et des échanges sur l’économie du Brésil à la suite d’une mission effectuée dans ce pays du 28 janvier au 11 février 1976 et présenté par MM. Chambon, Berthouin, Boyer, Glon et Aliette Crépin, députés, annexe au procès-verbal de la séance du 1er juin 1977, no 2948 ; Rapport d’information fait au nom de la commission des Affaires étrangères, de la Défense et des Forces armées à la suite d’une mission effectuée du 6 au 24 septembre 1970 au Brésil, en Uruguay, en Argentine et au Chili par André Monteil, Jean Legaret, Marcel Boulange, Roger Morève et Serge Boucheny, sénateurs, Sénat, annexe au procès-verbal de la séance du 25 mai 1971, no 259.

20 Le Monde, 28 décembre 1973 : « Le système brésilien de “correction monétaire est-il applicable à notre pays ? » ; « Contre l’inflation, la recette brésilienne » : Le Point, 21 janvier 1974.

21 Albin Chalandon : Rapport d’information..., cité d’après Le Monde, 28 décembre 1973.

22 Philippe Auberger : « Le modèle brésilien de lutte contre l’inflation » (1964-1973), p. 7 et p. 284, in Problèmes d’Amérique latine, no 4049 et 4050, Paris, La Documentation Française, décembre 1973, 86 p. ; par ailleurs de Philippe Auberger : L’allergie fiscale, Paris, Calmann-Lévy, 1984, avec une préface de Jacques Chirac.

23 François de Combret : Les trois Brésil, Paris, Denoël, Planète, 1971, 291 p. Préface de Jean-Marcel Jeanneney.

24 Guy Martinière : « Le Brésil. Le miracle de dix années de dictature », in La Nouvelle critique, no 73, avril 1974, pp. 49-59 et no 74, mai 1974, pp. 78-80.

25 Cité d’après Le Monde du 15 janvier 1974.

26 Note de Nicolas Pasquarelli, 19 décembre 1973, CERM. Ronéo. Par ailleurs, de Jean Ortiz : Cuba, une révolution culturelle ? Où en est la révolution cubaine ? Culture et institutionnalisation de la révolution. Toulouse, 1982.

27 Cité d’après Annuaire de l’AJALC (Association des journalistes spécialistes de l’Amérique latine et des Caraïbes). Paris, siège social : 28, me Saint-Guillaume 75007, édition de 1983-1984, 34 p.

28 Jean-François Revel : « Presse. Le futur maître du Monde », L’Express, 7 juin 1980.

29 Le Monde du 11 avril 1984. « Nominations d’ambassadeurs. M. Antoine Blanca à Buenos Aires ».

30 Ibidem, p. 6 ; d’autre part depuis 1981, Régis Debray est chargé de mission pour les Affaires du Tiers-Monde puis pour les Affaires culturelles au Secrétariat général de la Présidence de la République ; depuis avril 1984, il exerce les fonctions de Chargé de mission pour les Affaires internationales auprès du Chef de l’Etat. Bernard Cassen, de son côté, est chef de la Mission interministérielle de l’Information scientifique et technique (MIDIST) depuis décembre 1981, service rattaché au ministère de la Recherche et de la Technologie. Bernard Cassen a assuré dans le cadre des Etats généraux de la Recherche et de l’Enseignement sur l’Amérique latine en France la présidence de la sous-commission « Bilan des échanges entre la France et l’Amérique latine » de la commission II : « Axes de la recherche en Amérique latine, demandes de collaboration de la part des organismes de recherche latino-américains et possibilités de coopération » dont les rapporteurs étaient Gonzalo Arroyo et Bernard Lestienne. Pour sa part Guy Martinière était responsable de la Commission IV Information scientifique et culturelle, en tant que Chef-adjoint de la MIDIST.

31 Eduardo Galeano : Les veines ouvertes de l’Amérique latine, Paris, Plon, 1981 ; Christian Rudel : Guatemala : Terrorisme d’Etat, Paris, Karthala, 1981 ; Ernesto Cardenal : Chrétiens du Nicaragua ; l’Evangile en révolution, Paris, Karthala, 1980 ; Nicaragua : La victoire d’un peuple, présenté par André Jacques, Paris, L’Harmattan, 1979.

32 Guy Petitdemange : Editorial, Amérique latine, no 1, janvier-mars 1980, Centre de recherche sur l’Amérique latine et le Tiers-Monde (CETRAL).

33 Guy Petitdemange : « Publication et diffusion des revues françaises concernant l’Amérique latine », pp. 618-620 in Actes des Etats Généraux, o.c.

34 Françoise Barthélemy : « L’Amérique latine dans la presse écrite française », pp. 647-662, Actes des Etats Généraux, o.c.

35 Guy Martinière : A la découverte du monde latin. L’impact du rayonnement culturel in Le Monde diplomatique, décembre 1984. D’autre part Armand Mattelart et Hector Schmucler : L’ordinateur et le Tiers-Monde. L’Amérique latine à l’heure des choix télématiques, Paris, Maspéro, 1983. Armand Mattelart, Xavier Delcourt et Michèle Mattelart : La culture contre la démocratie ? L’audiovisuel à l’heure transnationale, Paris, La Découverte, 1984 ; Michèle Mattelart : « Media audio-visuel », pp. 663-668 in Actes des Etats Généraux... o.c. ; sous la dir. de Guy Hennebelle et Alfonso Gumucio-Dagron : Les cinémas de l’Amérique latine, Paris, Lherminier, 1981, 543 p. ; Ignacio Ramonet : Cuba : Cinéma et société (1897-1971), Paris, 1981.

36 Catherine Bastard : L’Amérique latine à Paris, Paris, Ed. Rochevignes, 1984.

37 Arturo Montes a enseigné pendant plusieurs années à l’Institut d’études politiques de Grenoble où il assurait avec Guy Martinière un séminaire sur les « forces politiques en Amérique latine ». Le sociologue et politologue chilien a soutenu en 1982 une thèse de doctorat d’État où ces questions de l’idéologie du sacrifice et de la physiologie du retour étaient passées au crible des fantasmes et de la réalité. Cf. Arturo Montes-Larrain : L’idéologie du sacrifice au Chili de l’Unité populaire (1970-1973), Paris, 1982.

38 Armando Uribe : Le livre noir de l’intervention américaine au Chili, Paris, Seuil, 1974 ; Jacques Chonchol : Chili : de l’échec à l’espoir, Paris, Cerf, 1976, introduction de Thérèse Nallet, journaliste, secrétaire générale de la rédaction de Croissance des jeunes Nations.

39 Henryane de Chaponay : « Recherche-syndicats-ONG : Quelle coopération pour quel développement ? pp. 727-742, in Actes des Etats Généraux..., o.c. ; d’autre part Didier François : Guide, l’aide au Tiers-Monde. Solidarité et développement, Paris, Syros, 1984. Par ailleurs, Gérard Chaliand : Mythes révolutionnaires du Tiers-Monde. Guérillas et socialismes, Paris, Seuil, 1976.

40 Ibidem, p. 729.

41 Ibidem, p. 732.

42 Ibidem, pp. 730-731.

43 Jean-Pierre Cot : A l’épreuve du pouvoir. Le tiers-mondisme pour quoi faire ? Paris, Seuil, 1984 ; Edgar Pisani : La main et l’outil. Le développement du Tiers-Monde et l’Europe, Paris, Robert Laffont, 1984.

44 Une telle recherche en coopération sur le développement alternatif de Sao-Paulo est conduite depuis deux ans dans le cadre du programme Brésil de la Maison des Sciences de l’homme par le laboratoire d’Ignacy Sachs à l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences sociales avec plusieurs organismes brésiliens, y compris le gouvernement de l’Etat de Sao-Paulo, dirigé par le Gouverneur André Franco Montoro et la municipalité de Sao-Paulo où Jorge Wilheim assure le secrétariat de la planification.

45 Pierre Léglise-Costa : « Situation de la langue portugaise en France », pp. 559-565, in Actes des Etats Généraux..., o.c.

46 « L’enseignement du portugais dans l’enseignement secondaire et primaire en France », commission des Assises nationales du portugais tenues à Paris les 11, 12, et 13 mai 1984 organisées par l’Association pour le développement de études portugaises, brésiliennes, d’Afrique et d’Asie lusophone (ADEPBA) et la Société française des lusitanistes de l’enseignement supérieur (SFLES), sous la responsabilité de Jean-Yves Mérian et Pierre Léglise-Costa. Cette commission était présidée par Solange Parveaux et Michel Pérez. La communication concernant l’enseignement par correspondance était présentée par Mme Sibille, ci. Rapports préliminaires, SFLES-ADEPBA, juillet 1984, 33 p.

47 Pierre Léglise-Costa : « Situation... », pp. 563-564, in Actes des États Généraux..., o.c.

48 Rapports préliminaires des Assises Nationales du portugais, o.c. Les Actes de ces Assises doivent donner matière à deux publications : Le « livre blanc du portugais » et un ouvrage de synthèse résumant les principaux thèmes débattus.

49 Henri Larose : « Situation de la langue espagnole en France », pp. 567-575, in Actes des Etats Généraux..., o.c.

50 Ibidem, p. 574.

51 Le projet culturel de la France, p. 31, o.c.

52 Ibidem, pp. 31-32.

53 Ibidem, pp. 108-109. D’autre part sur le thème de la « situation de la langue française en Amérique latine », on lira avec intérêt la communication de Marc Avelot, pp. 577-584, in Actes des Etats Généraux..., o.c.

54 Contre l’impérialisme linguistique, Enjeux, no 40, octobre 1983, édition AFNOR.

55 Rapport du secrétaire général de l’Alliance française sur la situation d’ensemble de l’année 1982 approuvé par l’Assemblée nationale le 2 juin 1983, p. 25, Paris, Alliance Française, 39 p.

56 Ibidem, p. 24.

57 Ibidem, p. 27.

58 Jacques Rigaud : Rapport au ministre des Affaires étrangères sur les relations culturelles extérieures, Paris, La Documentation française, 1980. D’autre part de Marc Blancpain : Aujourd’hui l’Amérique latine, Paris, Berger-Levrault, 1966 ; France et Français d’ailleurs, Paris, Fayard, 1959, etc.

59 Union latine : Objectifs, plaquette de présentation, 1984.

60 Sous la direction de Philippe Rossillon : Un milliard de latins en l’an 2000, Paris, L’Harmattan-Union latine, 1984.

61 D’après le communiqué de presse diffusé par les organisateurs. D’autre part un dossier spécial consacré « à la découverte du monde latin » a été publié en décembre 1983 par Le Monde diplomatique avec des articles de Philippe Rossillon : « une idée en marche » ; Guy Martinière : « L’impact du rayonnement culturel » ; Alain Ruellan : « Recherche scientifique et développement en Amérique latine » ; Cicerone Poghirc : « Le combat des roumains pour préserver leur langue » et présenté par Bernard Cassen.

62 Gaston Dielh : « expositions et musées », pp. 669-676 et Elisabeth Burgos : « Présences culturelles latino-américaines en France », pp. 677-684, in Actes des Etats Généraux..., o.c., sous-commission : « média et manifestations culturelles » de la partie information scientifique et culturelle, présidée par Claude Julien. D’autre part de Catherine Bastard : l’Amérique latine à Paris, o.c.

63 Ugné Karvelis : « Publication et diffusion en France des livres concernant l’Amérique latine », pp. 599-615, in Actes des Etats Généraux..., o.c.

64 Diva Carraro de Andrade et Maria Angelica Rodrigues Quemel : Teses de brasileiros e sobre o Brasil defendidas na França (1970-1980), Sao-Paulo, Boletim, no 2 (serie esnecial), Biblioteca de Filosofia e Cienciais sociais, Universidade de Sao-Paulo, 1983, 122 p.

65 Patrice Gouy : L’édition et le livre au Mexique, Mexico, Centre scientifique et technique, 1983 ; Rodolfo Rabanal : Le livre français en Amérique latine, Paris, 1983.

66 Roland Morin : Rapport sur des études arabes présenté au Premier ministre en avril 1981, pp. 168-169 (en collaboration avec Thérèse Delpech).

67 Répertoire des recherches latino-américanistes en France, no 1, Université de Toulouse le Mirail (Centre interdisciplinaire d’études latino-américaines — CIELA, CNRS (Groupe de recherche sur l’Amérique latine — GRAL) et Mission de la recherche du ministère des Universités, 1979 ; Répertoire des recherches latino-américanistes en France, no 2, Paris, GRAL-CNRS/GRECO 26 CNRS, Editions Recherche sur les civilisations, ERC, 1982, 319 p., réalisé par Annie Alvinerie et Michèle Bincaz.

68 Claudie Duport et Marie-Noëlle Pellegrin « Catalogue des thèses et mémoires sur l’Amérique latine soutenus en France de 1970 à 1974 », in Cahiers des Amériques latines, no 9-10, 1974, pp. 283-362 ; Claudie Duport : « Catalogue des thèses et mémoires sur l’Amérique latine soutenus en France entre 1975 et 1978 », in Cahiers des Amériques latines, no 19, 1979, pp. 3-78 ; Claudie Duport : « Catalogue des thèses et mémoires soutenus en France (1981-1982) », in Cahiers des Amériques latines, no 26, 1982, pp. 157-208.

69 Georges Baudot : préface pp. 7-10 ; numéro spécial : la recherche latino-américaniste en France (1976-1978), in Caravelle, 1980 ; dans le même esprit relatif à une analyse des positions de thèses en sciences sociales, in Cahiers des Amériques latines, no 24, 1981 : « Thèses soutenues sur l’Amérique latine en 1979-1980 », pp. 3-135.

70 Bulletin bibliographique de la société des hispanistes français de l’enseignement supérieur, 1981 concerne les années 1979-1980, 1982 concerne les années 1973-1974, etc.

71 Sur la « base de données bibliographiques Amérique latine », du GRECO 26, on peut consulter les 4 volumes produits papiers du Bulletin bibliographique Amérique latine publié entre 1981 et 1984 par le CNRS, relatifs à l’analyse des publications en sciences sociales et humaines ainsi que la Bibliographie des publications françaises extraites du fichier Francis élaboré avec l’assistance du service de diffusion sélective de l’information (DSI) du CDSH, Paris, CNRS, 1984. Les catalogues collectifs des périodiques sur l’Amérique latine disponibles en France, 1981 et 1985 ont été publiés par la Maison des sciences de l’Homme pour le premier numéro et le GRECO 26 pour le second. Le Répertoire des recherches latino-américanistes en France a connu trois livraisons, n0, 1 et 2 dont le dernier a été publié en 1982, o.c. Un guide de bases de données sur l’Amérique latine élaboré par Béatrice Byé, documentaliste à l’antenne grenobloise du CDSH a été publié en 1979 par les soins du GRESAL avec une préface de Pascal Byé et un nouveau Guide des bases de données socio-économiques sur l’Amérique latine, établi par Martine Allègre, Béatrice Byé et Guy Martinière a été publié en 1981. Sur l’évolution de l’environnement documentaire automatisé, cf. Guy Martinière : présentation du Guide des bases de données, pp. 3-5, o.c.

72 Philippe Climent : « Coopération entre la France et l’Amérique latine dans le domaine des bases de données », pp. 551-556, in Actes des Etats Généraux..., o.c. D’une façon générale, la commission « information scientifique et culturelle » des États Généraux a traité les questions relatives à la documentation et aux bases de données, sous la présidence de Michel Henry, sur la base des rapports de Philippe Climent et Jean Meyriat, cf. « Fonds documentaires et bibliothèques spécialisées sur l’Amérique latine en France », in Actes..., pp. 495-503 ; Daniel Pouyllau : « Bilan de la situation de la documentation sur l’Amérique latine en France », in Actes, pp. 505-510 ; Claude Bataillon : « Pour une politique franco-mexicaine de l’édition et de la documentation », in Actes, pp. 541-550 et des contributions de Marie-Noëlle Pellegrin : « Documentation latino-américaine en France », in Actes, pp. 511-528 et Nicole Percot : « Productions documentaires en France sur l’Amérique latine », in Actes, pp. 529-539.

73 Gonzalo Arroyo et Bernard Lestienne : « Axes de la recherche... », p. 381, in Actes..., o.c.

74 Claude Dumas : Justo Sierra et le Mexique de son temps (1842-1912), Paris, 1975 ; Alain Sicard : La pensée poétique de Pablo Neruda, Bordeaux, 1977 ; les travaux de Dorita Nouhaud sur Miguel Angel Asturias dont entre autres le volume IV de la collection « études ibériques » de la revue Trames publiée à Limoges par l’UER de lettres et sciences humaines : « CFIBA, atelier de littérature et civilisation latino-américaines, 1984 » ; Claude Fell : José Vasconcelos, les années de l’aigle (1920-1925). Education, culture et ibéro-américanisme dans le Mexique post-révolutionnaire, Paris, 1978 ; Pierre Rivas : Les relations littéraires entre la France, le Portugal et le Brésil de 1880 à 1930, Paris, 1976 ; Françoise Massa : Alexandre Bréthel : pharmacien et planteur français au Carangola (1862-1901), Paris, 1975 ; Jean Orecchioni : Cangaço e cangaceiros dans la poésie populaire brésilienne, Poitiers, 1971 ; Yves Bottineau : Le Portugal et sa vocation maritime. Histoire et civilisation d’une nation, Paris, 1977 ; Léon Bourdon : Notes dominicales prises pendant un voyage au Portugal et au Brésil (1816-1818) de L.F. de Tollenare, Paris, 1871 (3 vol.) ; Pierre Verger : Flux et reflux de la traite des nègres entre le golfe du Bénin et Bahia de todos os santos du XVIIe au XIXe siècle, Paris, 1978 ; H.G. de Oliveira Marques : Histoire du Portugal des origines à nos jours, Paris, 1878 (Préface de Jean-Michel Massa) ; Gabriel Judde : La république de l’Equateur. Vision de la nature d’après les récits des voyageurs français et espagnols de 1820 à 1898, Paris, 1977.

75 Oruno D. Lara, Nelly Schmidt et M.A.I. Fisher-Blanchet animent une revue Cimarrons de l’Institut caraïbe de recherche historique dont la première livraison a été publiée en 1981. Par ailleurs Oruno D. Lara a réédité en 1979 un classique de l’histoire de la Guadeloupe publié par Oruno Lara en 1921 : La Guadeloupe dans l’histoire, Paris, L’Harmattan. D’autre part de François Chevalier : L’Amérique latine de l’Indépendance à nos jours, Paris, PUF, 1977.

76 Jean Meyer : « Politiques et structuration de la recherche », p. 458, in Actes..., o.c.

77 Par exemple Intellectuels et État au Mexique au XXe siècle, Paris, CNRS, 1979 (Introduction de Jean Meyer) ; Claude Bataillon : État, pouvoir et espace dans le Tiers-Monde, Paris, PUF-IEDES, 1977 ; Yves Lacoste : Unité et diversité du Tiers-Monde, Paris, Maspéro, 1980 (3 vol.) ; Jean Meyer : La révolution mexicaine, Paris, Calmann-Levy, 1973 ; Le sinarquisme : un fascisme mexicain ? (1937-1947), Paris, Hachette, 1977. Parmi les publications de l’Université de Toulouse le Mirail, on peut citer : Les Aveyronnais dans la Pampa, Toulouse, 1977 ; Le temps et la mort dans la philosophie contemporaine d’Amérique latine, Toulouse, 1971 ; Pierre Lagarde : La politique de l’édition du livre en Argentine, Toulouse, 1983 ; Les booms économiques en Amérique latine, Toulouse, 1984 ; Thomas Gomez : L’envers de l’Eldorado. Economie coloniale et travail indigène dans la Colombie du XVIe siècle, Toulouse, 1984. L’Ordinaire du Mexicaniste est aussi édité par cette université depuis 1984 ; Bartolomé Bennassar : Valladolid et ses campagnes au XVIe siècle, Paris, 1967 ; Valladolid au siècle d’or, Paris, 1967 ; L'inquisition espagnole (XVe-XIXe siècles), Paris, Hachette, 1979.

78 Sous la direction d’Henri Favre : Ethnosociologie du refus in Cahiers des Amériques latines, no 23, 1981 ; Marie-Chantal Barre : Indigénisme et indianisme en Amérique latine, Paris, 1980 ; Jacques Chonchol : Le développement de l’agriculture en Amérique latine, Paris, 1982 ; Christian Gros : Migration et marginalité en Colombie. Les femmes des villes et des campagnes, Paris, 1974 ; Jean Piel : Terre, agriculture et société au Pérou, de l’ère du guano au lendemain de la première guerre mondiale (Contribution à l’étude du développement du capitalisme agraire dans un pays de situation coloniale), Paris, 1974.

79 Maria Yedda Linhares : « As listas eleitorais do Rio de Janeiro no seculo XIX ; projecto de clasificaçao socio-profissional in Caravelle no 22, 1974 ; Maria Luiza Marcilio : La ville de Sao-Paulo. Peuplement et population (1750-1850), Rouen, 1968 ; Katia de Queiros Mattoso : Etre esclave au Brésil, XVI-XIXe siècles, Paris, Hachette, 1979 ; Adeline Daumard, Altiva Pilatti Balhana, Cecilia Maria Westphalen : Historia social do Brasil. Teoria e metodologia Curitiba, Universidade Federal do Parana, 1984 ; Jean-Paul Deler : Genèse de l’espace équatorien, Paris, 1980 ; Anne Colin-Delavaud : Plaines et collines de la côte équatorienne : utilisation du sol et organisation de l’espace, Paris, 1979 ; Philippe Grenier : Chiloe et sa région. Patagonie nord-occidentale. Etude de géographie humaine, Bordeaux, 1980 ; Daniel Pécaut : Classe ouvrière et système politique en Colombie (1930-1953), Paris, 1979 ; Yves Goussault : Crise et réforme. Les structures agraires. Le cas chilien et ses applications méthodologiques, Paris, 1974 ; Hélène Lamicq : Le rôle des activités tertiaires dans l’organisation et la reproduction des espaces dépendants. Le cas d’une région minière dans un système de production complexe. Le Nord-Chili, Paris, 1976 ; Pierre Vayssière : Economie et sociétés minières au Chili au XIXe siècle, Paris, 1978 ; Roberto Santana : La modernisation dans les campagnes chiliennes ; ses effets sur l’économie de la société, Toulouse, 1977 ; Ricardo-Sidicardo : L’Etat péroniste. Etat et classes sociales en Argentine (1943-1955), Paris, 1977 ; Graciela Ducatenzeiler : La classe ouvrière organisée et la politique en Argentine (1955-1973), Paris, 1975 ; Graziela Schneier : L’impact dans l’espace des localisations sidérurgiques en Argentine, Paris, 1976 ; Jean-Michel Beyna : Indépendance économique et crise de l’énergie dans les pays du bassin de La Plata, Toulouse, 1977 ; Guy Béarn : La décade péroniste, Paris, Gallimard, 1975 ; Guy Bourdé : Buenos-Aires aux XIXe et XXe siècles. Urbanisation et immigration en Amérique latine, Paris, Aubier, 1974 ; François-Xavier Guerra : Le Mexique de la société d’Ancien régime à la Révolution. Paris, 1983.

80 Jean Revel-Mouroz : « Notes sur les recherches françaises en sciences sociales sur le Mexique », p. 17, in « La recherche latino-américaniste en France », o.c. D’autre part, de Jean Revel-Mouroz : Mexique, aménagement et colonisation du tropique humide, Paris, IHEAL, 1971 ; Claude Bataillon et Jean Revel-Mouroz : L’espace mexicain. Questions d’actualité, t. I, Paris, IHEAL, 1976 ; Claude Bataillon, Jean Meyer et Jean Revel-Mouroz : L’espace mexicain. Questions d’actualité, t. II, Paris, IHEAL, 1976 ; Foyers industriels nouveaux en Amérique latine, Afrique noire et Asie. Table ronde des 2-3 juin 1977, Paris, IHEAL, 1978. Ainsi que divers numéros spéciaux des Cahiers des Amériques latines comme le no 20, juillet-décembre 1979 ou le no 24, juillet-décembre 1981. De même « Hommes et milieux au Mexique », coordonné par Pierre Usselman, in Cahiers des Amériques latines, no 25, janvier-juin, 1982. Sur les colloques franco-mexicains, cf. par exemple : Los grandes complejos industriales y su impacto en el espacio latinoamericano, Mexico-UNAM-CREDAL, 1982. Enfin pour connaître en détail les activités du CREDAL, on se reportera aux différents rapports d’activité, en particulier celui de 1979-1980, présenté par Claude Collin-Delavaud à la réunion du Comité de direction du 25 avril 1980 ; celui de 1980-1983 présenté à la réunion du Comité de direction le 24 juin 1983 et au document de Projets de recherche 1984-1987.

81 Amazonies nouvelles, Paris, IHEAL, 1977, ouvrage collectif de l’équipe de recherche amazonienne animée par Claude Collin-Delavaud ; « Problèmes de frontières en Amérique latine », in Cahiers des Amériques latines, no 18, 1978, avec des articles de J. Revel-Mouroz, Alain Vanneph, Hélène Riviere d’Arc, Raymond Pébayle, Guy Martinière, Christine Apestéguy, Hervé Théry, Claude Collin-Delavaud, Philippe Grenier, Michel Demyck, Raymond Prats ; « Coopération et conflits dans les zones frontalières en Amérique latine », in Problèmes d’Amérique latine, no 53, octobre 1979, La Docu mentation française ; Les phénomènes de frontières dans les pays tropicaux, Paris, IHEAL, 1981, etc. D’autre part, sous la direction de Frédéric Mauro et François-Xavier Guerra : « Histoire et politologie en Amérique latine », in Revue française d’histoire d’outre-mer, no 244-245, 1979 (Actes de la table ronde organisée à Ivry en mars 1979 par la section d’histoire du laboratoire associé no 111-CREDAL). Dans le même esprit Les frontières du pouvoir..., o.c., table ronde organisée par l’AFSSAL en 1981. Enfin sous la direction d’Henri Favre : « Ethnosociologie du refus », in Cahiers des Amériques latines, no 23, 1981.

82 Pour connaître plus en détail les activités du GRESAL, on se reportera aux lettres d’information publiées par cet organisme depuis 1979 ainsi qu’aux lettres de la recherche à Grenoble II, en particulier, no 7 de janvier 1981, no 11 de mai-juin 1981, no 15 de février-mars 1982. Parmi les différents travaux, on peut citer six articles publiés dans le numéro spécial « Les formes de l’industrialisation en Amérique latine », Problèmes d’Amérique latine, n46, décembre 1977 ; les articles de Jean-Pierre Angelier : « Le secteur de l’énergie au Mexique », PAL, no 52, juillet 1979 ; Philippe Grenier : « Le Chili du général Pinochet (1973-1980) », PAL, no 58, décembre 1980 ; « Note sur la politique extérieure chilienne », ibidem ; « Démocratie de façade en Colombie », in Le Monde diplomatique, mai 1982 ; Jacques Freyssinet : « L’emploi en Amérique latine : analyse des politiques », PAL, no 59, mars 1981 ; Patrice Gouy : L’écho du Mexique. Eléments pour une compréhension de l’émigration des populations de la vallée de Barcelonnette au Mexique, Grenoble, 1979 ; Pérégrinations des Barcelonnettes au Mexique, Grenoble, PUG, 1980 ; Jean-Pierre Frey : Rôle de l’industrie de la construction dans le développement économique et social du Venezuela (1920-1980), Grenoble, 1982 ; Gerald Assouline : Bio-énergie et développement agro-industriel. Le plan alcool au Brésil, Grenoble, 1983 ; Françoise Arakélian ; Les relations Communauté européenne-Brésil, Grenoble, 1984 ; Hubert Drouvot : Interactions des multinationales avec l’environnement. Le cas du Brésil, Grenoble, 1981 ; Pascal Byé : « Agriculture commerciale et dynamique du secteur agro-industriel en Colombie », in PAL, no 56, avril 1980 ; Didier Retour et Albert Meister : « Pérou, 1968-1980 : matériaux sur l’expérience autogestionnaire », in Autogestions, no 4, 1980 ; Pierre Vernet : Méthodologie OLADE des bilans énergétiques, OLADE, Quito, 1980 ; « L’Amérique latine dans les relations internationales », in Relations internationales, no 23, automne 1980 ; Guy Martinière : Les Amériques latines. Une histoire économique, Grenoble, PUG, 1979 ; Christian Louis-Joseph : L’esclavage, le maître et le marchand. Essai sur l’économie du sucre aux Antilles françaises, Grenoble, 1982 ; Eric Mongerand : Les conséquences économiques et sociales de l’abolition de l’esclavage aux Antilles françaises, Grenoble, 1981 ; Georges Couffignal : Les syndicats italiens et la politique, Grenoble, PUG, 1978 ; Pierre Judet : Les nouveaux pays industrialisés, Paris, Editions ouvrières, 1981 ; Raphael Tiberghien : Croissance industrielle au Brésil de 1955 à 1968, Grenoble, 1969 ; Guy Martinière : Le Brésil et l’Afrique : les nouvelles formes des relations internationales des Amériques latines, Paris, FNSP (Audir) 1979 ; Julio C. Neffa ; « Programme de recherche sur l’économie du travail en Amérique latine », in Travail et Société, no 4, octobre 1980 (ainsi que plusieurs dizaines d’articles). D’autre part la revue Annales des pays d’Amérique centrale et des Caraïbes est publiée actuellement depuis 1980 par les presses universitaires d’Aix-Marseille, l’Institut d’études politiques et le Centre de recherches et d’études sur l’Amérique centrale et Caraïbes. Parmi les différents auteurs, on peut relever : Charles Cadoux : « Nicaragua : 1979-1980 : le programme de gouvernement de reconstruction nationale », no 1, 1980 ; Daniel Van Eeuwen : « Du somozisme au sandinisme », no 1, 1980 ; Pierre Gilhodès : « Drôles de villes : l’exode rural en Amérique latine », ibidem.

83 Viola Sachs : « Identité nationale, métissage et expressions culturelles : une comparaison entre les Etats-Unis et le Brésil », in MSH informations, no 41, septembre 1982, pp. 29-31 ; Marion Aubrée : « Compte rendu d’une mission ethnologique au Brésil (juillet-août 1983) », in MSH informations, no 47, printemps-été, pp. 17-21 ; Renato Ortiz : La mort blanche du sorcier noir. Umbanda. Intégration d’une religion dans une société de classes, Paris, 1975 ; Roberto de Matta : Carnavals, bandits et héros. Ambiguïtés de la société brésilienne, Paris, Seuil, 1983 (ouvrage édité sous la direction de Jean-Pierre Dupuy) ; Luciano Martins : Pouvoir et développement économique. Formation et évolution des structures politiques du Brésil, Paris, éditions Anthropos, 1976 ; sous la direction de Luciano Martins : Amérique latine, crise et dépendance, Paris, éditions Anthropos, 1972 (avec la collaboration de Maria C. Tavares, Anibal Pinto, Anibal Quijano, Eliseo Veron, Tomas Amadeo Vascon, Orlando Caputo et Robert Pizarro) ; Ignacy Sachs : La découverte du Tiers-Monde, Paris, Flammarion, 1971 (coll. Nouvelle bibliothèque scientifique dirigée par Fernand Braudel) ; Pour une économie politique du développement, Paris, éd. Economie et Humanisme et les Editions ouvrières, 1980 ; Pierre Drouin : « Ignacy Sachs, prophète de l’écodéveloppement », in Le Monde, 10 février 1980 ; Robert Escarpit : « 1972 : Année internationale du livre. Le Tiers-Monde reste sous la dépendance culturelle des grandes puissances », in Le Monde diplomatique, janvier 1972 ; « Universalisme et Tiers-Monde », in Humanisme. Revue du Grand Orient de France, no 99, janvier 1974 ; Georges Corm : « L’idéologie du développement ou le libre échange au xxe siècle », in Le Monde diplomatique, novembre 1979 ; Alain Touraine : Les sociétés dépendantes. Essais sur l’Amérique latine, Paris-Bruxelles, Ed. J. Duculot, 1976 ; Sergio Miceli : Les intellectuels et le pouvoir au Brésil (1920-1945), Paris, Ed. de la MSH, coll. Brasilia 1981 ; Guy Martinière : Aspects de la coopération franco-brésilienne, o.c. ; Maria Andrea Loyola : L’esprit et le corps. Des thérapeutiques populaires dans la banlieue de Rio, Paris, éditions de la MSH, 1983 ; Fernando Henrique Cardoso : Les idées à leur place. Le concept de développement en Amérique latine, Paris, A.M. Métailié (Coll. Brasilia), 1984 ; Jean-Pierre Clerc : « Un sociologue devant le miracle brésilien. S’il veut éviter une explosion sociale, le Brésil devra inventer un autre modèle de développement. Telle est la conviction du sociologue Fernando Henrique Cardoso », in Le Monde, 21 décembre 1980 ; Niède Guidon : Les peintures rupestres de Varzea grande, Piauí, Paris, 1975 ; Paulo Antonio Paranagua : Brésil, cinéma et société. Des origines à nos jours, Paris, 1981 ; Céline Sachs : Production de l’espace urbain et habitat populaire à Sao-Paulo. Lotissements périphériques et bidonvilles, Paris, 1981 ; Christine Apetéguy : L’intervention fédérale en Amazonie. Eléments pour une définition de l’Etat militaire au Brésil, Paris, 1976 ; Hervé Théry : Rondônia. Mutation d’un territoire fédéral en Amazonie brésilienne, Paris, 1976 ; Martine Droulers : Les caboclos de Maranhao amazonien, Paris, 1978 ; Henri Acselrad : L’industrie agroalimentaire au Brésil. Etude de l’articulation du capital industriel aux activités agricoles, Paris, 1980 ; Véronique Chauffert-Yvart : Le modèle de croissance brésilien et la lutte contre l’inflation, Paris, 1979 ; Jacques Brasseur : Le rôle des exportations de produits manufacturés dans la poursuite du processus d’industrialisation par substitutions d’importations au Brésil, Paris, 1980 ; Pierre Castella : La production brésilienne des biens d’équipement et le développement industriel du Brésil de 1950 à 1975, Paris, ORSTOM, 1977 ; Ariel Français : Questions sur l’avenir du modèle brésilien, Paris, Centre d’études prospectives et d’informations internationales (CEPII), trois fascicules, oct. 1979, déc. 1979, janv. 1980 ; Robert Coustet : Rio de Janeiro au XIXe siècle. Architecture et décors, Bordeaux, 1974 ; Yves Bruand : L’Architecture contemporaine au Brésil, Paris, 1971 ; Charles Beylier : L’œuvre brésilienne de Roger Bastide, Paris, 1977 ; Philippe Faucher : L’Etat et la structure du pouvoir dans un régime autoritaire. Le modèle brésilien (1964-1976), Paris, 1977 ; Simone Dreyfus-Gamelon : Les Kayopo du Nord. Etat de Para. Brésil. Contribution à l’étude des indiens Gê, Paris, 1972 ; Jacques Soustelle : Les quatre soleils. Souvenirs et réflexions d’un ethnologue au Mexique, Paris, Plon, 1967 ; Les Olmèques, Paris-Grenoble, Arthaud, 1979 ; Les Mayas, Paris, Flammarion, 1982 ; Pierre Clastres : Chronique des Indiens Guayak. Ce que savent les Ache, chasseurs nomades du Paraguay, Paris, Plon, 1972 ; La société contre l’Etat. Recherche d’anthropologie politique, Paris, Editions de minuit, 1974 ; Recherche d’anthropologie politique, Paris, Seuil, 1980 ; Le grand parler, Paris, Seuil, 1974 ; Hélène Clastres : La terre sans mal. Un prophétisme tupi-guarani, Paris, Seuil, 1975 ; Peter Sahlin : Age de pierre, âge d’abondance, Paris, Gallimard, 1978 ; Jean Ziegler : Les vivants et les morts. Essai de sociologie. Paris, Seuil, 1975. Christian Duverger : L’origine des Aztèques, Paris, 1981 ; Simone Dreyfus-Gamelon : « Recherches ethnologiques sur l’Amérique latine en France », in Actes des Etats..., pp. 167-168, o.c. ; Ruben Barreiro-Saguier : « Recherches en inguistique amérindienne », ibidem, pp. 183-190 ; Danièle Lavallée : « Recherche archéologique française en Amérique latine », ibidem, pp. 191-200.

84 « Brasilia ». Objectifs de la collection d’après Guy Martinière : Aspects de la coopération..., o.c. Par ailleurs sur le programme Brésil, cf. Rapport d'activité E982-1983 partiellement mis à jour au 30-11-1984, pp. 361-370, Maison des Sciences de l’Homme, 1984.

85 Alain Ruellan : « La recherche scientifique pour le développement en coopération », in Actes des Etats Généraux..., pp. 49-56 et 383-386, o.c. Par exemple, en Amazonie bolivienne l’ORSTOM a signé en 1982 un accord avec le service national de météorologia e hidrologia (SENAMHI) concernant la réalisation du « programa climatologico e hidrologico de la Cuenca amazonica de Bolivia » (PHICAB).

86 Jean Duvignaud : « Ethnologie, littérature, sociétés. Vingt-cinq siècles d’ethnologie », in Magazine littéraire, no 167, décembre, 1980, dossier rassemblé par Jacques Meunier.

Table des illustrations

Titre tableau no 19. évolution géographique du commerce extérieur français : 1965-1982 (en %)
Légende Sources : O.C.D.E. pour les années 1965, 1980 : Statistiques rétrospectives du commerce extérieur, Paris, 1982.Pour l’année 1982 : Douanes Françaises.(1) C.E.E. à 9 pour les années 1965-80 ; à 10 pour 1982.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/3378/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre tableau no 20. évolution géographique du commerce extérieur latinoaméricain (en %)
Légende Sources : BID - FMI.(1) C.E.E. à 9.(2) Pays membres du BID.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/3378/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre tableau n° 21. prncipaux clients de la france en amérique latine (en millions de francs français courants)
Légende Sources : Douanes françaises : Statistiques du commerce extérieur de la France.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/3378/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre tableau no 22. principaux fournisseurs de la france en amérique latine (en millions de francs)
Légende Sources : Douanes françaises : Statistiques du commerce extérieur de la France.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/3378/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 148k

© Éditions de l’IHEAL, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540