Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Amérique latine et le latino-américanisme en France

 | 
Jacques Chonchol
, 
Guy Martinière

Troisième partie. L’émergence du latino-américanisme en France (1950-1970)

Texte intégral

1Les locaux de l’Institut des Hautes études de l’Amérique latine de l’Université de Paris, 28, rue Saint-Guillaume, ont été inaugurés officiellement le 3 mai 1956. Assistaient à cette inauguration le Président de la République, René Coty, trois ministres, François Mitterrand, Garde des Sceaux, ministre de la Justice, Christian Pinau, ministre des Affaires étrangères, René Billères, ministre de l’Education nationale ainsi que le recteur de l’Université de Paris, Jean Sarrailh.

2De fait, l’Université de Paris avait décidé de loger dans ce bâtiment deux institutions, l’Institut des Hautes études de l’Amérique latine proprement dit et le Centre de Droit comparé. Véritable ilôt de l’Université entouré par les bâtiments de la Fondation nationale des sciences politiques (l’Institut d’études politiques, l’ancienne Ecole libre des sciences politiques), le site des Hautes études de l’Amérique latine apparaissait prestigieux. Il le demeure encore aujourd’hui en dépit d’une énorme distorsion accentuée au fil du temps entre les moyens accordés et les besoins nécessaires à l’application des objectifs fixés lors de sa création.

  • 1 « Les organismes assurant la liaison entre l’Amérique latine et la France » parag. II, « L’Institu (...)

3L’édifice abritant l’Institut fut construit en un peu plus de deux ans. La première pierre a été posée le 10 juin 1954. Le gouvernement avait inscrit sur son budget les fonds nécessaires à la construction de cet édifice sur la proposition du ministre de l’Education nationale André Marie. Toutefois la décision avait été longuement mûrie. En effet, le Conseil de l’Université de Paris avait adopté en sa séance du 11 février 1952, sur la proposition du recteur de l’Académie, l’hispaniste Jean Sarraihl, la décision de créer un Institut des Hautes études de l’Amérique latine. Exposée au Conseil des ministres par le président André Marie, la délibération avait été approuvée à l’unanimité. « L’Institut a reçu un accueil enthousiaste de la part des ambassadeurs de l’Amérique latine en France. Il a été présenté aux gouvernements de la plupart des pays d’Amérique latine par Monsieur le ministre Edouard Bonnefous, lors de la visite qu’il leur fit pendant l’été 1952 »1.

4Or, la création de cet Institut à Paris, était devenue un besoin urgent : il manquait, en France, une pierre essentielle au latino-américanisme, alors que les laboratoires avaient été implantés dans les différentes régions d’Amérique latine dès la Libération. L’instauration d’un tel centre du latino-américanisme à Paris se faisait singulièrement attendre. Grande était la menace de voir le capital intellectuel accumulé depuis la spectaculaire éclosion des années 1930 se disperser dans la vague générale de reconstruction de l’Université française et dans l’essor dont bénéficiaient les grands organismes de recherche comme le CNRS. La menace était d’autant plus forte que la concurrence internationale était vive sur le terrain. Lorsqu’en 1949, Silvio Zavala avait édité pour le compte de l’Institut panaméricain de géographie et d’histoire, en exécution du programme de travail élaboré par l’Assemblée de cet Institut en 1946 à Caracas, dans le cadre de l’Organisation des Etats Américains (OEA), un Guide des Institutions qui pratiquent l’histoire de l’Amérique, le professeur mexicain comptabilisait 794 institutions américaines préoccupées de l’histoire du continent, Etats-Unis inclus, sur un total mondial estimé à 835. A peine 41 institutions américanistes d’origine européenne se trouvaient mentionnées, dont seulement trois françaises. Certes, le compte de Silvio Zavala pêchait par un défaut d’exhaustivité que les conditions du second conflit mondial pouvaient aider à comprendre, mais il donnait néanmoins une idée de l’élan qui poussait ces pays d’Outre-Atlantique vers l’étude de leur société tout en reflétant la pauvreté des moyens mis à la disposition des chercheurs français en comparaison des services rendus à la connaissance scientifique de cette région du monde.

  • 2 Fernand Braudel, article publié in Annales E.S.C., 1951 cité d’après Guy Martinière, Contribution (...)

5Une telle disproportion provoquait d’ailleurs en 1951, de la part de Fernand Braudel, qui jouait à la VIe section de l’Ecole pratique des Hautes Etudes le rôle que l’on sait, la remarque suivante : « On pourrait discuter ce dernier chiffre et penser, sans outrecuidance que le Musée de l’Homme mériterait de figurer pour une unité, de même, abrité dans ce Musée, le précieux Institut Franco-Brésilien... Ces rectifications et quelques autres ne peuvent cependant pas cacher notre extrême pauvreté institutionnelle. C’est donc miracle, si nous conservons, à l’heure actuelle tant d’américanistes de valeur. Nos autorités voudraient-elles songer à ce dénuement ? Serait-ce trop leur demander, par exemple que de songer à la création d’une chaire d’Histoire de l’Amérique latine à la Sorbonne ? Il en est question depuis plus de dix ans, hélas ! »2.

6Il est vrai que l’histoire de l’Amérique latine avait été inscrite au programme d’agrégation d’histoire en 1946-1947 et que Fernand Braudel, de retour de captivité, avait initié comme chargé de cours en Sorbonne quelques jeunes et brillants agrégatifs qui s’éveillèrent à l’Amérique latine, parmi lesquels Pierre Chaunu et Frédéric Mauro. Il est vrai aussi que, de retour d’Amérique latine où il avait passé deux ans à la Faculté de Philosophie de l’Université à Rio de Janeiro (1940-1942), Victor L. Tapié avait proposé à ses étudiants de la Faculté des Lettres de Lille pendant l’année universitaire 1942-1943, un enseignement sur le siècle de l’Indépendance, le xixe siècle, qui donna matière à publication dès 1945.

7Effectivement, compte tenu de l’intérêt politique affirmé que la France portait alors à l’Amérique latine, compte tenu aussi de l’implantation en Amérique latine de laboratoires de recherche dès la Libération, compte tenu enfin de la création de différentes institutions parisiennes qui, dans les domaines diplomatiques, parlementaires et économiques s’attachaient à promouvoir les relations entre la France et l’Amérique latine, il apparaissait évident que le potentiel de coopération scientifique accumulé par la France, notamment dans le champ des sciences humaines et sociales, se trouvait négligé. Or, c’était précisément ce potentiel de coopération qui avait permis de compenser le déclin diplomatique, politique et économique caractérisant la place de la France en Amérique latine entre 1930 et 1940.

L’AGE D’OR DU LATINO-AMÉRICANISME FRANÇAIS : LA CRÉATION EN FRANCE D’INSTITUTIONS DE CONNAISSANCE DE L’AMÉRIQUE LATINE (1945-1955)

8Au lendemain de la Libération, une volonté politique se trouvait affirmée de redonner à l’Amérique latine une place particulière dans la stratégie de puissance mondiale que la France aspirait à mettre en œuvre. Entre 1945 et 1947, plusieurs institutions complémentaires furent ainsi créées afin de relancer et multiplier les lieux de relations diplomatiques, parlementaires et économiques entre la France et l’Amérique latine : la Maison de l’Amérique latine, la Chambre de commerce France-Amérique latine, le Groupe parlementaire d’amitié France-Amérique latine, l’Union latine, et l’Institut des Hautes études de l’Amérique latine.

La Maison de l’Amérique latine

  • 3 « Les organismes... » parag. V, « La Maison de l’Amérique latine à Paris » in Encyclopédie, p. 240 (...)

9La Maison de l’Amérique latine a été fondée en 1945, à la demande du Ministère des Affaires étrangères. Sa fondation a été décidée dans le bureau même du directeur des Affaires d’Amérique, l’ambassadeur Dennery. « Le Ministère des Affaires étrangères estimait nécessaire la création à Paris d’un lieu de rencontre et d’échanges culturels et économiques entre les Français et les Latino-américains. Placée sous le haut patronage du chef de l’Etat et de Messieurs les ministres des Affaires étrangères et de l’Education nationale, ayant pour présidents d’honneur l’ambassadeur du Brésil, S. Exc. M. de Souza Dantas et M. Edouard Herriot, président de l’Assemblée nationale, la Maison de l’Amérique latine fut inaugurée en 1946 par M. Georges Bidault, alors président du Gouvernement provisoire »3. Quelques années plus tard, en 1954, à son époque de plein fonctionnement, le conseil d’administration de la Maison avait pour présidents Pasteur Vallery-Radot et Robert de Billy. Tous les chefs de Mission des Républiques d’Amérique latine en faisaient partie. Leur doyen le docteur Saenz, ambassadeur d’Uruguay, était alors vice-président ainsi que l’ancien ministre Edouard Bonnefous, député, président du groupe France-Amérique latine à l’Assemblée nationale. La liste des administrateurs français était la suivante : la duchesse de La Rochefoucauld ; Guérin de Beaumont, député, ministre de la Justice ; Jean-Louis Tinaud, sénateur, président du Groupe France-Amérique latine au Conseil de la République ; le marquis d’Ormesson, ambassadeur de France ; Jean Sarrailh, Georges Cahen-Salvador, président de Section au Conseil d’Etat ; Max Hymans, président d’Air France ; Jean Marie, président de la Compagnie générale Transatlantique ; le baron Yves Marsaudon, directeur général de la Société générale des Transports maritimes à vapeur ; Louis Vidal, secrétaire général des Chargeurs réunis. Le secrétaire général de l’association était Luis Uldmann, le trésorier, Jacques Oudiette, inspecteur des Finances, le délégué à la propagande, Raymond Ronze. Parmi les personnalités du Comité d’honneur, on relevait les noms du maréchal Juin, des ministres ou anciens ministres André Marie. P.O. Lapie, R. Longchambon, Schneiter, Jacques Soustelle, les académiciens Paul Claudel, Emile Henriot, Georges Duhamel, François Mauriac, André Maurois, André Siegfried, les ambassadeurs Dennery, Louis Joxe, Maurice Couve de Murville et Paul Rivet.

  • 4 Ibidem, p. 241.
  • 5 Ibidem, p. 241.

10Centre de réunion du corps diplomatique d’Amérique latine, centre d’accueil pour toutes les missions politiques, militaires, économiques, financières, juridiques, médicales, etc., elle permettait aux personnalités latino-américaines en visite en France de rencontrer leurs homologues français avec lesquels des réunions de travail étaient organisées. Centre de conférences, elle offrait la possibilité d’écouter des orateurs latino-américains comme par exemple les ambassadeurs Costa du Rels, Parra Perez, des universitaires comme le docteur Sanchez Albornoz, des poètes comme Jules Supervielle ou des orateurs français comme André Marie, François Mauriac, André Maurois, André Siegfried, Jean Rostand... La Maison de l’Amérique latine cherchait également à favoriser les jeunes artistes latino-américains en mettant à leur disposition des salons soit pour des expositions, soit pour des concerts et ne manquait pas une occasion de susciter les rapprochements entre les Latino-américains et les différents milieux français culturels et économiques. Elle aidait les Latino-américains de passage en France à établir des contacts et des relations, préparait les voyages des Français partant en Amérique latine en donnant les recommandations nécessaires et leur offrant une tribune pour rendre compte des observations faites et des missions accomplies. Mais la Maison de l’Amérique latine avait d’abord une vocation première, d’ordre diplomatique et politique : « le Corps diplomatique y recevait, chaque année, le président de la République. Après avoir formé leurs gouvernements, les Premiers ministres venaient y prendre contact avec les représentants de l’Amérique latine »4. En conclusion d’une présentation des activités de cette Maison, les rédacteurs de l’Encyclopédie de l’Amérique latine écrivaient en 1954 : « La Maison de l’Amérique latine, qui abrite également la presse étrangère et la presse latine peut être considérée comme une manière de service annexe du Quai d’Orsay et le secrétaire d’Etat aux Affaires étrangères, M. Maurice Schumann appréciait son action en ces termes : « Je tiens à dire ma reconnaissance et celle du Gouvernement français à ceux qui ont créé et maintenu cette Maison ; ils en ont fait un foyer vivant où se manifeste avec éclat le caractère intime et amical de nos relations »5.

  • 6 France et Brésil. Catalogue de l’exposition 24 mai-27 juin 1955, Hôtel de Rohan. Avant-propos de C (...)

11Ce fut ainsi que, parmi les diverses manifestations nées des activités de la Maison de l’Amérique latine, impulsées par Robert de Billy, se trouva organisée par les Archives nationales de France sous le patronage de l’Ambassade du Brésil et avec l’appui des principales institutions culturelles brésiliennes et françaises, une exposition France et Brésil qui se tint à l’Hôtel de Rohan entre le 24 mai et le 27 juin 1955. Comme le remarquait Charles Braibant, directeur des Archives de France, « l’idée de l’exposition... est née à l’automne 1953 au cours d’une conversation de M. Robert de Billy et du signataire de ces lignes, chez des amis communs. Nous convînmes de célébrer la plus grande nation de l’Amérique méridionale qui est aussi la plus vaste et depuis quelques années, la plus peuplée des nations latines : le Brésil. L’occasion nous en était fournie par le quatrième centenaire de cette ville de Sao Paulo qui compte aujourd’hui plus de deux millions d’habitants et qui est, de toutes les villes du monde, celle dont l’accroissement est le plus rapide »6. Assis de Chateaubriand s’enthousiasma d’une telle idée et permit la réalisation matérielle de cette exposition.

12Parmi les membres du Comité d’honneur on relevait, du côté brésilien, les noms de Raul Fernandes, ministre des Relations extérieures, Caio de Mello Franco, ambassadeur à Paris, Candido Motta Filho, ministre de l’Education et de la Culture, Paulo E. de Berredo Carneiro, délégué permanent à l’UNESCO, Carlos Chagas Filho, professeur à la Faculté de médecine de l’Université du Brésil, etc. Du côté français, apparaissaient les personnalités suivantes : Antoine Pinay, ministre des Affaires étrangères et Jean Berthoin, ministre de l’Education nationale ainsi que Mme Aimée Georges Dumas, Louis Pasteur Vallery-Radot, de l’Académie française et de l’Académie de médecine, Jean Sarraihl, Paul Rivet, directeur honoraire du Musée de l’Homme, Julien Cain, administrateur général de la Bibliothèque nationale et membre de l’Institut, Jacques de Bourbon-Busset, directeur des relations culturelles au ministère des Affaires étrangères, Georges Salles, directeur des Musées de France, le comte Robert de Billy, ministre plénipotentiaire de l’Ordre souverain de Malte et président de la Maison de l’Amérique latine, Georges Henri Rivière, directeur du Conseil international des musées, Léon Bourdon, professeur d’études brésiliennes à la Sorbonne, Germain Bazin, conservateur en chef des peintures et dessins au Musée du Louvre, Raymond Ronze, secrétaire général de l’Institut des Hautes études de l’Amérique latine.

13Parmi les collections particulières prêtées pour la réalisation de l’exposition, apparaissaient celles du comte et de la comtesse de Paris, du prince et de la princesse Louis d’Orléans Bragance, de D. Pedro Gastao d’Orléans Bragance à Petropolis, du comte et de la comtesse R. de Nicolay ainsi que celles de Roger Bastide, Biaise Cendrars, Paul Claudel, Paul Landowski, Gabrielle Mermoz, etc. La Maison de l’Amérique latine contribuait donc à sa mesure, à stimuler les relations diplomatiques entre la France et l’Amérique latine en assurant la promotion des dimensions culturelles et économiques de par son rayonnement.

La Chambre de commerce France-Amérique latine

  • 7 « Les organismes... », parag. VI, « La Chambre de commerce France-Amérique latine », p. 241, o.c.

14La Chambre de commerce France-Amérique latine a été fondée le 7 mai 1946 en vue de « favoriser et développer les échanges économiques entre la France et l’Amérique latine ; défendre les intérêts généraux de ses adhérents, exportateurs, importateurs et transporteurs ; de suivre l’application et la préparation des textes légaux se rapportant aux intérêts du commerce et de la production au point de vue des relations commerciales entre la France et l’Amérique latine ». Association régie par la loi du 1er juillet 1901, la Chambre de Commerce représente ses adhérents auprès des pouvoirs publics. Elle transmet leurs desiderata aux négociations des accords commerciaux en préparation et se tenait en contact permanent avec l’administration, les conseillers et les attachés commerciaux. Disposant d’un réseau propre de correspondants, la Chambre avait ainsi une fonction précise d’information. « Elle dépouille méthodiquement l’ample documentation qu’elle reçoit tant des marchés d’Amérique latine que des pays qui y sont le mieux introduit (annuaires, périodiques, revues de presse, études économiques, monographies). Les adhérents peuvent la consulter à tout moment au siège. Dans sa Revue et ses circulaires, elle en publie l’essentiel »7.

15Parmi les membres du Comité d’honneur de la Chambre de Commerce France-Amérique latine, on relevait les noms de personnalités françaises œuvrant déjà à la Maison de l’Amérique latine comme Edouard Bonnefous, Max Hymans, R. Longchambon, Jean Marie, André Siegfried. Si l’on notait aussi la présence de diverses notabilités du monde économique comme Georges Villiers, président du Conseil national du Patronat français, Ernest Mercier, président honoraire du Comité national français de la Chambre de Commerce Internationale, Louis Nicol, président du Comité central des Armateurs de France, on constatait que le monde des éditeurs n’était pas absent grâce à la présence de Jacques Rodolphe-Rousseau, ni le monde des économistes avec la participation de Louis Baudin, spécialiste des pays andins, professeur d’économie politique à la Faculté de droit de Paris et président d’honneur de la Société d’économie politique. En fait l’articulation entre les responsables de l’activité de la Chambre de Commerce et ceux de la Maison de l’Amérique latine avait été trouvée en la personne de Jacques Oudiette, directeur de la Banque nationale pour le commerce et l’industrie (BNCI). Aux côtés du président du Conseil d’Administration de la Chambre Paul Naudin, du vice-président délégué André Fines, de Robert Bienaimé, président d’honneur du Comité d’Action et d’Expansion économique, de Jean-Jacques Guerlain, président de la Commission du Commerce extérieur du CNPF et Georges Morin président de la Commission des accords commerciaux du CNPF, Jacques Oudiette œuvrait aux destinées des relations commerciales, financières et économiques de la France avec l’Amérique latine.

16Ainsi, l’impulsion donnée par la Chambre de Commerce aux relations économiques, commerciales et financières entre la France et l’Amérique latine entre 1946 et 1955 devait permettre d’obtenir d’appréciables résultats. Si les transactions avaient pratiquement cessé en raison du conflit mondial, les échanges se rétablirent peu à peu, pour atteindre en 1948 une véritable reprise des relations et dépasser le niveau d’avant-guerre. En fait, pendant la période de reconstruction économique, la France n’était plus en mesure d’exporter en Amérique latine ses produits traditionnels. La guerre avait provoqué une diminution du potentiel français de production, un affaiblissement commercial et un affaiblissement financier. En 1946, par exemple, le montant des exportations françaises en Amérique latine était tombé à 3,6 milliards de francs. Les investissements avaient pratiquement cessé d’autant plus que les déboires des investisseurs avaient accentué la mauvaise image de l’Amérique latine dans le monde financier.

17Au cours de la Seconde guerre mondiale en effet, les avoirs français à l’étranger avaient été gelés afin d’éviter que les Nazis ne mettent la main dessus. Une appréciation du gouvernement des Etats-Unis datant de 1943 en fixait le montant à un peu plus de 12 milliards répartis de la façon suivante :

tableau n11. investissements français en amérique latine, 1943 (en milliers de francs)

tableau no 11. investissements français en amérique latine, 1943 (en milliers de francs)

D’après les Notes et études de commentaires no 3084, La Documentation française.

18Or, ce chiffre de 12 milliards de francs ne doit pas faire illusion : le franc, à cette époque, ne valait plus que 4 cents après en avoir valu 32,8 en 1913. La valeur nominale de ces investissements était donc bien loin de la valeur réelle que représentaient les 11,3 milliards de francs de 1938 et surtout les 3,2 milliards de francs de 1913. Calculés en dollars, ces mêmes investissements représenteraient 306 millions de francs en 1943, 450 millions en 1938 et 1 600 millions en 1913, ce qui donne une mesure de désinvestissement et du déclin de la puissance financière de la France en Amérique latine.

  • 8 D’après « l’Amérique latine et la France, les apports français au développement du continent » p.  (...)

19A partir de 1948, la France a commencé à reconquérir une partie de ses marchés. Certes les exportations françaises, de l’ordre de 18 milliards de francs sont encore loin de couvrir les importations (53 milliards). Le terrain est largement perdu au profit du Canada et surtout des États-Unis qui avaient été les seuls pays susceptibles, depuis la guerre, de pourvoir aux besoins latino-américains. De fait, la Seconde guerre mondiale, en ce sens, a poussé jusqu’à la caricature l’exclusivité panaméricaine. Alors que les pays latino-américains exportaient en 1938 pour 1 054 millions de dollars vers l’Europe et 453 millions vers les États-Unis, en 1951, ils exportent 2 609 millions de dollars vers l’Europe et 3 350 vers les États-Unis. Les importations ont subi le même sort, passant de 494 millions en provenance des États-Unis en 1938 à 3 638 millions en 1951. Mais la part de l’Europe n’est plus négligeable en cette même année 1951 (2 609 millions d’importations) et la part de la France n’est plus ridicule (279 millions de dollars d’exportation et 337 millions en importation)8.

  • 9 « Les échanges commerciaux entre la France et l’Amérique latine », pp. 4-6 in Notes et Etudes docu (...)
  • 10 Ibidem, p. 40.

20La reprise se poursuit dans les années suivantes malgré des conditions économiques moins favorables en Amérique latine. Après la guerre de Corée, qui permet aux produits agricoles d’obtenir leurs cours les plus hauts, l’Amérique latine commence à connaître la fin d’une période spécifique d’expansion économique et les cours des produits primaires évoluent vers la baisse. Néanmoins, compte tenu des expertises techniques de la Commission Nathan qui remettait son rapport en mars 1954, suggérant la reprise des investissements productifs français sur le continent, la situation économique et commerciale est jugée favorable par les milieux financiers français. La note est à l’optimisme : « L’Amérique latine, conclut une étude de la Documentation française, semble prendre conscience de l’intérêt qu’elle a à acheter en Europe pour économiser ses dollars. La France, en particulier, est bien placée en raison des brillantes réalisations de ses techniciens en Amérique latine. Etant donnés les énormes besoins actuels de l’Amérique latine en biens d’équipement et le revirement qui s’opère insensiblement dans les achats sud-américains, les exportateurs français ont une belle carte à jouer pour améliorer leurs positions et renverser en leur faveur les préférences existantes »9. Jacques Oudiette et la Chambre de Commerce France-Amérique latine plaidaient au mieux la cause du continent : le 6 décembre 1949, celui-ci affirmait au siège du CNPF que la seconde moitié du xxe siècle pourrait fort bien être l’âge de l’Amérique latine et dans cette expansion, la France ne pouvait avoir qu’un « rôle magnifique » à jouer10.

tableau no 12. comparaison des échanges commerciaux entre la france. le royaume-uni, l’europe, les états-unis et l'amérique latine en millions de dollars (Importations f.o.b. — Exportations c.i.f.)

tableau no 12. comparaison des échanges commerciaux entre la france. le royaume-uni, l’europe, les états-unis et l'amérique latine en millions de dollars (Importations f.o.b. — Exportations c.i.f.)

Source : F.A.O.
D’après Notes et études documentaires, no 2214, La Documentation française.

tableau no 13. décomposition des échanges de la france avec les principaux pays de l’amérique latine en millions de dollars (Importations f.o.b. — Exportations c.i.f.)

tableau no 13. décomposition des échanges de la france avec les principaux pays de l’amérique latine en millions de dollars (Importations f.o.b. — Exportations c.i.f.)

(1) Il s’agit ici des importations de l’Amérique latine en provenance de la France et des exportations à destination de la France.
D’après Notes et études documentaires, no 2214, La Documentation française.

tableau no 14. part des différents pays dans les échanges france-amérique latine

tableau no 14. part des différents pays dans les échanges france-amérique latine

D’après Notes et études documentaires, no 2214, La Documentation française.

tableau n15. part de la france dans le commerce de chaque pays

tableau no 15. part de la france dans le commerce de chaque pays

D’après Notes et études documentaires, n2214, La Documentation française.

tableau no 16. balance commerciale france-amérique latine (millions de francs) Source « Revue de la C.C.F.A.L. »

tableau no 16. balance commerciale france-amérique latine (millions de francs) Source « Revue de la C.C.F.A.L. »

D’après Notes et études documentaires, no 2214, La Documentation française.

tableau no 17. part des échanges effectués avec l’amérique latine relativement aux échanges extérieurs globaux de la france

tableau no 17. part des échanges effectués avec l’amérique latine relativement aux échanges extérieurs globaux de la france

D’après Notes et études documentaires, no 2214, La Documentation française.

Le Groupe parlementaire d’amitié France-Amérique latine

  • 11 « Les organismes... », parag. IV, « Le groupe parlementaire d’amitié France-Amérique latine », p.  (...)

21Le Groupe parlementaire d’amitié France-Amérique latine, quant à lui, a été créé en 1947 à l’Assemblée nationale. Il se proposait de « resserrer les liens séculaires existant entre la France et les Républiques d’Amérique latine, de développer les courants d’échange qui avaient été interrompus par la guerre, de favoriser les rencontres et de permettre une confrontation d’idées entre les hommes politiques des pays respectifs »11.

  • 12 Edouard Herriot : Allocution inaugurale de la Première semaine de l’Amérique latine, Lyon, 1916, p (...)

22Grâce à la présidence d’Édouard Herriot, président d’honneur de l’Assemblée nationale, ce groupe d’amitié renouait avec la tradition du « Comité d’action parlementaire à l’étranger » qui avait organisé à Lyon en 1916, Paris en 1917, Bordeaux en 1918, pendant la Première guerre mondiale, trois « semaines » de l’Amérique latine. Il renouait d’autant mieux avec cette tradition républicaine et latine que le jeune Édouard Herriot, sénateur-maire, avait alors accueilli les congressistes de 1916 en sa bonne ville de Lyon par ces mots : « A l’heure où se débat un drame qui par son ampleur, par son importance, par son tragique par ses conséquences, dépasse assurément tous les drames que l’histoire ait jamais enregistrés, dans ce temps où le peuple français lutte de tout son cœur, de tout son sang, non seulement, il le croit fermement pour lui-même, mais pour un idéal de vie dans lequel sont comprises la beauté et la bonté et qui est pour une grande part l’héritage de notre idéal latin, dans le temps même où cette nation souffre et travaille autant qu’une nation peut à la fois travailler et souffrir, sans que rien n’abatte sa volonté, son courage, sans que rien ne trouble la clarté de ses intentions et de son but, il était impossible à la France de ne pas se souvenir que, par-delà les mers il y avait des peuples, je les en félicite, plus heureux que nous, qui continuent à jouir des bienfaits de la paix, dans des climats et dans des conditions économiques spécialement favorables. Et bien, en ce moment, il est indispensable que ces liens de fraternité réapparaissent »12.

23De fait, en 1947, le Groupe parlementaire d’amitié France-Amérique latine de l’Assemblée nationale était placé sous la présidence effective d’Édouard Bonnefous. Il était subdivisé en sections s’occupant chacune des relations avec un pays (ou un groupe de pays) d’Amérique latine précis et placées sous l’autorité d’un vice-président. Quelques années plus tard, un groupe analogue allait être constitué au Conseil de la République à l’initiative du sénateur Jean-Louis Tinaud. Mais le Sénat ne faisait que rattraper le temps perdu et réoccuper une place institutionnelle que l’Assemblée lui avait ravie à la Libération. Toujours est-il que le rôle d’Édouard Bonnefous apparaissait essentiel, au carrefour de la Maison de l’Amérique latine, de la Chambre de Commerce France-Amérique latine, du Groupe parlementaire d’amitié France-Amérique latine de l’Assemblée nationale. Or c’était précisément Édouard Bonnefous, futur chancelier de l’Institut de France, qui présentait aux gouvernements d’Amérique latine, lors d’un voyage ministériel pendant l’été 1952, le projet de création d’un Institut des Hautes études de l’Amérique latine que le recteur Sarrailh avait proposé quelques mois plus tôt au Conseil de l’Université de Paris, et que le Gouvernement avait adopté en Conseil des ministres. Compte tenu des services rendus, il était donc de l’ordre naturel des choses, que le professeur Bonnefous devienne vice-président de l’Institut des Hautes études de l’Amérique latine, dès le début de son fonctionnement dans des locaux provisoires en 1954. Aux côtés d’Édouard Bonnefous, parmi d’autres, Jacques Oudiette, praticien de l’économie, enseignait les questions financières.

24Avec la création de l’Institut, l’enseignement supérieur et la recherche scientifique trouvaient enfin leur place dans l’ensemble des institutions françaises accordant à l’Amérique latine une place de choix. Le latino-américanisme en France pouvait désormais aspirer à jouer un rôle spécifique et moteur dans le développement des relations entre la France et l’Amérique latine, fort de ses découvertes scientifiques récentes dans le domaine des sciences de l’homme et de la société, appuyé sur des laboratoires de terrain au Mexique et dans les Andes, riche de l’expérience des missions de qualité conduite à Sao Paulo et à Buenos-Aires.

25Mais le succès même du fonctionnement de l’ensemble des institutions qui, en France, assuraient le développement des relations avec l’Amérique latine, permettait de faire croire à la renaissance opérationnelle de l’idée de latinité. Cette idée qui avait connu tant d’applications exceptionnellement réussies auprès des élites et des Etats d’Amérique n’était-elle pas précisément en train de connaître une renaissance spectaculaire avec la signature le 15 mai 1954 à Madrid de la Convention pour la création de l’Union latine ?

L’Union latine

  • 13 Déclaration adoptée à l’unanimité moins une abstention (le Mexique) à l’issue des travaux du premi (...)

26La réunion, en octobre 1951 à Rio de Janeiro, d’un Congrès des pays latins, convoqué par le gouvernement brésilien, avait été le point de départ de la création en 1954 de cette organisation internationale, de caractère culturel, qui devait prendre le nom d’Union latine. La déclaration adoptée par les congressistes, rédigée par le délégué du gouvernement espagnol Juan Pablo de Lojendio, précisait : « Face à la dramatique situation présente du monde, les peuples latins, unis par un destin commun et rassemblés par des liens de solidarité et de communauté d’idéal avec les autres peuples libres, réaffirment leur foi dans la dignité et la liberté de la personne humaine, dans ses droits fondamentaux comme dans la souveraineté et l’intégrité des nations ; dans l’empire du droit, dans la justice sociale, et dans les suprêmes valeurs spirituelles qui constituent l’héritage indivis de leur civilisation humaniste chrétienne. Us repoussent toutes les normes de servitude économique et politique et ils sont convaincus que les principes qu’ils soutiennent dicteront leur conduite aux gouvernants des peuples du monde »13.

27Approuvé par la délégation française présidée par Edgar Faure, cette déclaration pouvait être interprétée comme une manière de « distancier » les pays latins d’Amérique du panaméricanisme triomphant, symbolisée par l’OEA, tout autant que de réintroduire les deux pays de la péninsule ibérique dans une opinion internationale acceptant difficilement le dialogue avec l’Espagne de Franco et le Portugal de Salazar. En tout état de cause, qu’elle soit présentée dans sa version authentique et occidentale, comme une pièce d’équilibre à la prépondérance anglo-saxonne et nord-américaine, ou dans sa version indo-méditerranéo-américaine, cette Union latine aspirait à défendre des valeurs qui ne s’accommodaient guère avec la prépondérance soviétique sur les pays de l’Europe de l’Est et prétendait à dépasser les conflits de la guerre froide, les conflits de la bipolarisation planétaire entre les États-Unis et l’Union Soviétique.

  • 14 Cf. Paulo E. de Berredo Carneiro : Vers un nouvel humanisme, p. 314, Paris, Seghers, 1970, 340 p.
  • 15 Ibidem, p. 315.

28Trouvant en Paulo E. de Berredo Carneiro, un avocat brésilien de la cause positive héritée d’Auguste Comte, le constructeur d’un nouvel humanisme aux aspirations universelles, l’Union latine tînt son congrès constitutif à Madrid en 1954. Le premier délégué général de l’Union latine cherchait à mêler étroitement à l’œuvre nouvelle, l’ancienne Commission de Coopération Intellectuelle de la Société des Nations, créée en 1921 et qui avait connu à Paris, dès 1924, avec le prestige d’Albert Einstein, de Marie Curie, d’Henri Bergson, les ressources financières et le cadre administratif indispensables à l’accomplissement de sa mission14. Paulo de Berredo Carneiro ralliait aussi à l’Union latine les aspirations culturelles de l’UNESCO. Il soulignait : « C’est surtout dans le cadre de l’Union latine, créée sur leur propre initiative et aux seules fins d’intensifier leurs rapports mutuels, que les pays latins devront désormais chercher les moyens d’accroître leur collaboration sur le plan intellectuel »15.

  • 16 Pierre Cabanes : « Dans la perspective du Troisième Congrès de l’Union latine » in Horizons latins (...)

29De fait, le Conseil international fondateur de l’Union latine avait été créé à Paris en 1948 par Pierre Cabanes avec la collaboration de Jean de Broglie. Ce Conseil avait été composé des chefs de mission diplomatiques d’Argentine, du Brésil, du Chili, du Mexique et de l’Uruguay. Pierre Cabanes entendait réaliser « un programme particulièrement important... afin de susciter une action encore plus ample que celle déployée par les États latins d’Europe. Il s’agit d’amener progressivement l’Europe occidentale toute entière à participer à cette œuvre capitale que constituera une coopération dense et organisée entre latins d’Europe et d’Amérique. Car défendre la civilisation latine et renforcer l’assistance à l’Amérique latine, c’est défendre l’Occident tout entier »16.

30Toutefois les espérances de Paul Rivet et de Paulo de Berredo Carneiro, pour latines qu’elles fussent, se démarquaient singulièrement de cette vision d’immédiateté politique des choses. Confiant ses « Impressions d’Amérique latine » à la revue Esprit en avril 1953, Paul Rivet constatait : « Si les aspirations de l’Europe à l’indépendance se réalisent un jour, comme celles de l’Amérique latine et dans le même esprit, c’est-à-dire, sans rien renier des dettes de reconnaissance que nous avons contractées avec chacun des deux grands antagonistes de l’heure présente et des liens d’amitié qui nous unissent à eux, un immense groupement, dont personne ne pourrait suspecter le caractère pacifique, pourrait se constituer, basé sur le même idéal humaniste, et sur un culte commun des valeurs spirituelles. Je m’en voudrais d’enlaidir cette vue d’avenir, en insistant sur la puissance économique et financière d’un tel groupement, qui pourrait trouver, jusque dans l’Inde, d’authentiques alliés, représenterait et pourrait utiliser pour des buts de paix et de progrès... Il y a là, je crois les éléments d’une politique à long terme, dont la réussite pourrait peut-être sauver la civilisation des catastrophes qui la menacent ».

L’Institut des Hautes Études de l’Amérique latine

  • 17 Jean Sarraihl : Discours prononcé le 9 mars 1953 à la Sorbonne à propos de la création de l’Instit (...)
  • 18 « Les organismes... », parag. II « Le Groupement des Universités et Grandes Écoles de France pour (...)

31Ce fut dans ce contexte que le 3 mars 1954, Paul Rivet présenta la première leçon — la leçon inaugurale — du nouvel Institut des Hautes études de l’Amérique latine dans ses locaux provisoires de la Sorbonne17. Le recteur Jean Sarrailh présidait. L’éminent hispaniste avait défini dans un discours prononcé à la Sorbonne, un an plus tôt, le programme de cet Institut qui lui était cher : « L’Institut, soulignait Jean Sarrailh, comportera des cours permanents et des conférences extraordinaires. Des cours permanents qui seront confiés à des maîtres français et aussi à des maîtres américains résidant à Paris. Des conférences demandées à d’illustres américains, de passage dans notre capitale, aussi bien qu’à des personnalités françaises de retour d’Amérique latine, dont les observations et les réflexions pourront être d’un haut intérêt. Tandis que les conférences aborderont les sujets les plus divers, les cours permanents seront rigoureusement méthodiques. Ils devront porter sur les traits éternels de l’Amérique latine — sur son développement historique, économique et culturel — et surtout sur son état présent. C’est d’abord à une étude du cadre et du milieu qu’il faudra se livrer. C’est dire que l’étude des sols, des climats, des végétations, infinis et variés, aussi bien que celle des éléments constitutifs de la population, et non pas leur simple juxtaposition, mais de leur fusion, retiendront l’attention de nos étudiants. Ethnographie, géographie physique et humaine, sociologie constitueront donc le premier programme d’enseignement. Un autre groupe se proposera l’étude des grands événements historiques et politiques qui se sont déroulés dans l’Amérique latine, tout particulièrement et pour ne parler que des plus grands, des conquêtes espagnoles et portugaises et de la glorieuse indépendance des colonies. Mais, parallèlement, on exposera surtout les progrès réalisés dans les divers domaines de la vie matérielle et spirituelle, jusqu’à l’époque actuelle. On étudiera les prodigieuses civilisations autochtones dont les puissants vestiges nous émerveillent encore, leurs contacts avec la civilisation importée d’Europe ou d’Afrique, et l’on mesurera les effets de leur mélange dans le gigantesque creuset où tant de sang a coulé et tant de charité a fleuri. Un bon programme pourrait être dressé en tenant compte de celui qui a servi de base à la magnifique exposition de Chapultepec, pour l’histoire mexicaine, que nous avons admirée sur place il y a un an et demi. C’est le miracle de l’épanouissement présent — et futur — de l’Amérique latine qui devra surtout préoccuper nos maîtres. Il importera par-dessus tout de montrer la puissance actuelle des nations qui, de plus en plus, joueront un rôle décisif dans l’histoire du monde, tant dans le domaine spirituel que dans le domaine économique ». Et Jean Sarrailh concluait : « Juristes et médecins, littérateurs et artistes, pédagogues et éducateurs, philosophes et physiciens s’attacheront à montrer que l’Amérique latine d’aujourd’hui collabore heureusement à la science universelle et que sa voix est écoutée avec une attention de plus en plus déférente »18.

32Le programme de travail de l’Institut se trouvait donc tracé de main de maître. La complicité latino-américaniste existant entre l’anthropologue du Musée de l’Homme, Paul Rivet, et le recteur hispaniste Jean Sarrailh pouvait-elle ouvrir la voie à un programme plus ambitieux ? L’ancrage institutionnel du nouvel établissement d’enseignement dans une Université de Paris rénovée depuis la Seconde guerre mondiale laissait augurer d’un bel avenir. Ainsi l’Institut s’assurait-il la collaboration de diverses personnalités qui apportaient à la connaissance de l’Amérique latine un enseignement de haut niveau, faisant sa réputation. Par exemple les cours et conférences de Jacques Oudiette, René David et Joseph Hamel en matière d’économie et de droit, de Robert Ricard, Roger Bastide, Jacques Soustelle en matière de littérature, sociologie et anthropologie faisaient-ils l’objet de publications grâce au Centre de documentation universitaire de même que certaines conférences de personnalités latino-américaines comme Luis Hector Corréa de Azevedo sur la musicologie et Francisco de Mirandes Miranda en histoire.

  • 19 Ibidem, p. 238.

33Certes l’Université de Paris, au même titre que l’ensemble des dix-sept Universités françaises commençait à souffrir des crises d’immobilisme que ne parvenait pas à surmonter la bonne volonté réformatrice du ministère de l’Education nationale. André Marie, qui resta quatre ans rue de Grenelle, ni René Billères, malgré leurs projets, ne parvinrent pas à modifier les structures de l’enseignement. Les idées pourtant n’avaient pas manqué, dans la ligne des réformes de Jean Zay issues du gouvernement du Front Populaire et dans les perspectives d’espoir soulevées par le plan Langevin-Wallon après la Libération. En ce sens, la création de l’Institut des Hautes études de l’Amérique latine montrait les possibilités nouvelles que l’humanisme républicain, hérité de la IIIe République, était à même de mettre en œuvre. Cet ancrage institutionnel latino-américaniste dans l’Université même de Paris n’avait-il pas pour objectif de développer ce haut enseignement qui faisait les beaux jours de l’École pratique des Hautes études et du Collège de France, afin de modifier les habitudes de fonctionnement élaborées par les Facultés ? Cet ancrage n’était-il pas aussi la « consécration et quelque peu le résultat des efforts » du Groupement des Universités et Grandes Écoles de France pour les relations avec l’Amérique latine déployés « pendant près de cinquante ans »19 ?

  • 20 Suzanne Balous : L’action culturelle... pp. 31-32, o.c.

34Toujours est-il que la création de l’Institut, couronnement tardif d’un édifice, mais couronnement quand même, reflétait à sa manière la perception d’une autre politique de coopération culturelle scientifique et technique que le Quai d’Orsay s’attachait à promouvoir. L’élan de création des instituts français à l’étranger entrepris par le Service des Œuvres, s’était tari pendant le second conflit mondial. La persuasion active de Paul Rivet, née de la Résistance, c’est-à-dire de l’espérance nationale, avait permis de fonder malgré tout les instituts de Mexico et de Lima. « Quand prendra fin cette horrible guerre, remarquait Suzanne Balous, à propos de l’action culturelle de la diplomatie française, il faudra, en 1945, faire face aux conséquences d’une absence qui avait duré cinq ans, pendant lesquels la plupart des pays du monde n’avaient pu recevoir ni professeurs, ni livres, n’avaient pu envoyer aucun étudiant. Devant cette situation dramatique, le Ministère des Affaires étrangères reçut la mission de procéder au regroupement des services chargés des relations culturelles avec l’étranger, de regagner les positions perdues, d’aborder de nouveaux domaines d’action, d’affirmer la vitalité et la permanence de la pensée et de la langue française dans le monde, bref de reprendre l’offensive culturelle en l’adaptant aux circonstances nouvelles par l’utilisation de toutes les méthodes modernes. L’action culturelle était considérée désormais comme inséparable de l’action politique et économique, elle devenait un élément essentiel de la politique extérieure de la France. Le Service des Œuvres d’avant la guerre devint donc en 1945, la Direction générale des Relations culturelles qui prit, en 1956, le titre de Direction générale des Affaires culturelles et techniques pour marquer qu’à l’action traditionnelle de diffusion des valeurs humanistes de notre culture s’ajoutait désormais l’accent mis sur la coopération scientifique et technique »20.

35En ce sens, les premiers accords culturels étaient signés avec les pays d’Amérique latine comme le Brésil (1948), le Guatemala en 1950 voire le Chili en 1955. Le 11 juin 1953, le recteur Sarrailh et l’ambassadeur du Brésil en France, Caio de Mello Franco, signaient à la Sorbonne l’Acte de donation de la Maison du Brésil à l’Université de Paris. Cet acte, préparé par Paulo E. de Berredo Carneiro, s’inscrivait dans la volonté délibérée de poursuivre la coopération scientifique entre la France et l’Amérique latine.

36En fait, la phase optimiste de l’élan de reconstruction nationale de la Libération passée, le redéploiement des moyens et des objectifs de la politique culturelle du Quai d’Orsay se faisait sur la base d’une transformation de l’influence française. Or, cette transformation ne pouvait être assimilée à un déclin que si l’on perdait de vue le nouvel objectif de remise en cause du modèle de transplantation culturelle hérité des années 1880-1910.

  • 21 « Les organismes... », parag. I « Les relations culturelles entre la France et l’Amérique latine » (...)
  • 22 Ibidem, p. 238.

37Dans une large mesure, les fondateurs de l’Institut des Hautes études de l’Amérique latine avaient perçu l’importance de cette transformation. Le diagnostic était précis : « Le prestige de la culture française en Amérique latine, écrivaient en 1954, les rédacteurs de l’Encyclopédie, a été pendant longtemps, un fait incontesté. Les membres de l’aristocratie latino-américaine se rendaient, chaque année, à Paris ou sur la Côte d’Azur ; ils avaient des livres français dans leurs bibliothèques ; leurs enfants allaient à l’école du Sacré-Cœur ou à Sion, chez les frères des Écoles chrétiennes ou chez les Maristes. Les écrivains admiraient Victor Hugo, Verlaine, Maupassant. Les médecins avaient des livres français. Des sociétés françaises participaient à la construction des ports et des chemins de fer. Quant aux intellectuels qui rêvaient de modifier l’ordre établi, c’est aux révolutionnaires de 1789 et de 1848 qu’ils empruntaient leur idéal. Langue de l’aristocratie, langue de la liberté, langue de la foi, langue de la culture, le français bénéficiait donc d’un prestige éclatant. La situation de la langue et de la culture françaises en Amérique latine n’est plus aujourd’hui, ce qu’elle était avant 1914. Mais l’Amérique latine d’aujourd’hui n’est-elle pas elle-même profondément différente de ce qu’elle était avant 1914 ? L’ascension des nouvelles classes sociales, la nationalisation de l’enseignement, le développement des universités locales, l’influence croissante des États-Unis ont transformé la nature des rapports culturels entre la France et l’Amérique latine. Mais si ces rapports se sont transformés, ils ne se sont point altérés, bien au contraire... Si l’on a parfois pu dire, dans le passé, que les relations intellectuelles entre la France et l’Amérique latine étaient à sens unique, il faudrait être mal informé pour avancer aujourd’hui une telle affirmation. Souvent par la conclusion d’accords culturels, les relations entre la France et les différents pays d’Amérique latine ont pris naturellement la forme de l’échange »21. Et les rédacteurs concluaient : « Si la présence de l’Amérique latine en France est de plus en plus évidente, la France n’a pas cessé d’être présente en Amérique latine... H faut donc se garder également d’un optimisme satisfait et d’une nostalgie morose. L’Amérique latine connaît à l’heure actuelle une période de transformation et même de révolution sociale dont certains mouvements politiques sont les conséquences plutôt que les causes. Dans cette phase présente les relations sont aussi actives et peut-être plus réellement compréhensives que dans le passé »22.

38Afin d’ancrer ce véritable acte de naissance du latino-américanisme français, André Siegfried, Paul Rivet, Raymond Ronze, Pasteur Vallery-Radot, Jean Sarraihl et Robert de Billy accordaient leur patronage à la première Encyclopédie de l’Amérique latine, publiée en France sous la direction d’Edouard Bonnefous et la coordination de Pierre Gerbet. Près de trente collaborateurs qui se trouvaient au cœur même de ce vaste mouvement, de cette transplantation scientifique, apportaient leur concours à cette œuvre originale couvrant les domaines politique, économique et culturel. Parmi ces auteurs on relevait les noms de Paul Arbousse-Bastide, Louis Baudin, Roger Bastide, Jean Borde, Marc Bouloiseau, Igor Boussel, Jean Cassou, François Chevalier, Pierre Deffontaines, René Durand, Henry Lavachery, Jean Meyriat, Jacques Oudiette, Marc Pieyre, Georges Poussot, Georges Raeders, Georges Sachs, Abelardo Saenz, Filoteo Samaniego, Jacques Soustelle, Michel de Toro, Jean Touchard, Angel Trapero-Ballestero, Jean Vellard, Auguste Viatte, Jean Viet et Alberto Zerega-Fombona.

  • 23 Claude Lévi-Strauss : Tristes tropiques, p. 18, Paris, Plon, 1955, 480 p.

39Dans une large mesure, ce diagnostic sur la coopération nouvelle établi par les rédacteurs de l’Encyclopédie rejoignait celui de Claude Lévi-Strauss concernant la formation de nouveaux étudiants brésiliens dévolue à la mission pauliste de 1934. La découverte du laboratoire brésilien par les missionnaires français ne modifiait pas seulement la problématique même des disciplines traditionnellement enseignées en France, introduisant en retour une curiosité latino-américaniste et dotant la France de plusieurs « brasilianistes » de talent. Cette découverte leur permit aussi de construire les fondements de l’enseignement des sciences sociales au Brésil même, en se situant à l’origine de bien des recherches effectuées in situ par leurs élèves et disciples brésiliens. Ces derniers se trouvaient donc orientés par les problématiques nouvelles dès leur formation. Il en résulta une autre analyse du passé et du présent de la brasilianité : « La fondation de l’Université de Sao Paulo, constatait Claude Lévi-Strauss, grande œuvre de la vie de Georges Dumas, devait permettre à ces classes modestes, issues d’immigrants récents ou de hobereaux liés à la terre et ruinés par les fluctuations du commerce mondial, de commencer leur ascension en obtenant des diplômes qui leur ouvraient les positions administratives, si bien que notre mission universitaire a contribué à former une élite nouvelle, laquelle allait se détacher de nous dans la mesure où Dumas et le Quai d’Orsay à sa suite, se refusaient à comprendre qu’elle était notre création la plus précieuse, même si elle s’attelait à la tâche de déboulonner une féodalité qui nous avait, certes, introduits au Brésil, mais pour lui servir en partie de caution et pour l’autre de passetemps »23.

40Autrement dit, là où certains groupes sociaux avaient ressenti le besoin impératif de trouver des solutions à leurs problèmes de société et de civilisation, cette politique de coopération avait contribué à l’élaboration d’une autre vision du nationalisme brésilien dans les années 1945-1950. Un tel nationalisme s’engageait alors sur la voie d’une transformation des archaïsmes économiques, sociaux et politiques afin de construire un pays différent, à même de bouleverser ses propres structures bloquées de développement. L’intégration des nouvelles problématiques scientifiques transplantées au Brésil signifiait la brasilianisation des sciences sociales pour permettre précisément la mise en œuvre des mutations de structure que de nouvelles classes montantes cherchaient à réaliser. Les nouvelles classes aspiraient à proposer un nouveau destin national dont ce pays avait un besoin impératif pour assurer son avenir.

41Le cas brésilien n’était pas isolé : l’enseignement du latino-américanisme français cherchait à comprendre et analyser cette période de transformation que connaissait l’ensemble du continent dans les années 1950. La perception de ces transformations allait donner matière à bien des travaux originaux, ouvrant la voie à des innovations théoriques et fondamentales dans les débats et combats des sciences de l’homme et de la société des années 1950-1960. D’autres, de plus en plus nombreux, permettaient aux chercheurs latino-américains de s’exprimer et d’atteindre une réputation de scientificité reconnue par la communauté scientifique internationale.

  • 24 Pierre Chaunu : « L’Amérique latine, les grandes lignes de la production historique (1950-1962) », (...)

42Dans tous les cas, le latino-américanisme, qui avait désormais droit de cité, se trouvait situé au cœur des polémiques. L’époque des pionniers, des pionniers-missionnaires, des « laboratoires-eldorados » était close. Celle des organisateurs, des héritiers apparaissait, naissante. Pierre Chaunu, l’avait bien remarqué qui écrivait en 1964 : « Le tableau que l’on brossait couramment, voici quinze ou vingt ans encore, d’un champ vierge, d’un champ privilégié d’histoire est largement périmé. L’ère des francs-tireurs est révolue. On est tenté d’écrire que l’époque de la frontière est close. Les pionniers cèdent la place aux organisateurs »24.

43Les organisateurs allaient devoir faire face à d’autres problèmes, d’autres difficultés. L’identification du latino-américanisme en France, désormais acquise au sein des sciences de l’homme et de la société, ne connaissait-elle pas le risque d’un isolement renforcé, à la mesure de sa croissance même, précisément parce qu’elle se trouvait en état de promouvoir cette croissance ? Ne connaissait-il pas le risque d’un éclatement entre différentes écoles dont les combats et débats internes conduisaient à l’épuisement des acteurs ? L’analyse des sociétés latino-américaines en mutation, l’accent mis sur la mesure de ces mutations, de leurs blocages, de leurs transformations avec ces engagements, ces compromissions, ces radicalisations qui leur sont inhérentes, n’entraînerait-elle pas l’aiguisement des pensées comparatives voire combattives au cœur même du discours scientifique ?

44Les organisateurs préoccupés de l’héritage latino-américain, eux-mêmes partagés entre les débats et combats scientifiques et les joutes idéologiques, entre les analyses techniques et les discours politiques, ne se trouvaient-ils pas ainsi aux prises avec un triple dilemme : celui de la montée des jeunes chercheurs latino-américains qui « nationalisaient » des sciences de l’homme et de la société interpellées de plus en plus vigoureusement pour répondre aux problèmes de développement, aux crises de développement des sociétés latino-américaines ; celui de l’isolement renforcé et croissant du latino-américanisme au sein d’une université française en proie à une crise interne, structurelle et profonde dont l’explosion symbolisa, en 1968, la gravité et l’espoir ; celui d’une politique de coopération scientifique avec l’Amérique latine enfin, dont la mise sous boisseau pendant la grave crise des guerres coloniales en Asie et en Afrique, symbolisa longtemps le déclin français mais qu’un projet de réactivation, à partir de 1962-1964, fit buter sur une question de choix des partenaires et des acteurs sociaux de la modernité ?

LES DILEMMES DES ORGANISATIONS : LE LATINO-AMÉRICANISME ÉCARTELÉ (1955-1970)

45De fait, entre le moment de l’inauguration du bâtiment de l’Institut des Hautes études de l’Amérique latine en 1956 et la nouvelle mission de coopération qui s’offrait à la France à l’occasion du voyage du général de Gaulle en Amérique latine en 1963 et en 1964, la recherche latino-américaniste française a traversé une première crise. Crise de croissance de la recherche sur l’Amérique latine, affirmèrent les organisateurs par l’intermédiaire de Frédéric Mauro. Peut-être. En tout cas crise de croissance sur fond de déclin de la coopération scientifique et culturelle, économique et commerciale avec l’Amérique latine, surtout si cette coopération était conçue sur le modèle de transplantation des années 1880-1910.

46Certes, il est toujours possible de constater que les statistiques, en valeur absolue, « prouvent » l’accroissement des relations. De 1945 à 1960, il n’y a jamais eu autant de publications, de travaux réalisés en France sur l’Amérique latine. Il y en aura encore plus entre 1960 et 1970. De même l’accroissement quantitatif en valeur absolue des relations commerciales « prouve » que le « toujours plus » existe entre l’Amérique latine et la France. Il n’en demeure pas moins que le rayonnement séducteur fléchit sérieusement. Prise en tenailles entre le nationalisme montant d’une Amérique latine à la recherche des voies nouvelles de son développement et la fascination exercée par le panaméricanisme triomphant sur des nouvelles générations d’élites séduites par les vertus communicatives de l’anglais, l’influence de la latinité culturelle d’inspiration saint-simonienne décline.

47La relecture positive du christianisme social qui avait permis à la France, entre les deux guerres de proroger ce rayonnement mondial au sein duquel les élites créoles d’une Amérique capturée dès sa découverte par l’Espagne et le Portugal avaient pris rang, ne fonctionne plus.

48Surtout cette opération de transplantation culturelle, conduite à un moment où le livre, l’imprimé connaissait en Europe une diffusion proportionnelle à l’instauration d’un modèle d’enseignement de masse et de formation des élites dans et par l’Université ne correspond plus à la réalité. Par exemple, de nouvelles techniques de communication que l’Europe, la France maîtrisent mal se propagent. Les conséquences européo-centristes de la reconstruction de la France préoccupée essentiellement de l’élaboration de l’écheveau d’une Europe à l’horizon du Traité de Rome et de la Communauté naissante, aux prises avec la chute d’un empire colonial dont les pans n’en finissaient pas de s’effondrer, coupent la politique française de ses ancrages latino-américains. L’absence de tout grand dessein de politique latino-américaine de la France se fait d’autant plus cruellement sentir que le moment est propice où cet apport de modernité commençait à transmettre au monde le message de cosmopolitisme et d’américanité d’où surgissait le roman latino-américain et les théories du développement.

  • 25 Sur le rôle joué par la révolution cubaine, son impact sur le développement des études latino-amér (...)

49De plus la découverte, puis la fascination exercée par le marxisme et le castrisme auprès des « nouveaux » intellectuels latino-américains contribuaient à radicaliser certains de ces courants de pensée « structuralistes » et « modernisateurs ». Le bouillonnement idéologique que connaissait l’Amérique latine entre 1956 et 1964 renforçait l’espoir placé dans ces réformes de « structure » que plusieurs gouvernements mettaient en application dans une Amérique latine aux yeux rivés sur la révolution cubaine de 195925.

La fécondité d’une recherche scientifique française face aux nécessités des mutations structurelles de l’Amérique latine (1955-1964)

  • 26 De C. Lévi-Strauss, on peut citer par exemple : La vie familiale et sociale des indiens Nambikwara (...)

50En fait les travaux publiés par les pionniers du latino-américanisme français, les missionnaires des laboratoires-eldorados, avaient couvert la période 1945-1954. Des missions brésiliennes, mexicaines et andines avaient émergé les noms de jeunes chercheurs comme Claude Lévi-Strauss, Roger Bastide, Pierre Monbeig, Jacques Lambert, Paul Arbousse-Bastide, Jacques Soustelle, François Chevalier, Guy Stresser-Péan, etc.26 (Les productions scientifiques qui furent réalisées dans les laboratoires donnèrent preuve de leur fécondité en attirant au latino-américanisme de nombreux chercheurs de renom comme René Courtin, Maurice Byé, François Perroux, Gaston Leduc, le père Lebret... qui ouvrirent la voie à des universitaires confirmés entreprenant des voyages de coopération dans le cadre du prolongement des accords d’échanges culturels et scientifiques.

  • 27 Victor L. Tapié : Histoire de l’Amérique latine, o.c. ; Louis Papy : « Au pays des plantations caf (...)

51Certains d’entre eux profitèrent de l’occasion pour s’initier à la connaissance du terrain. Ce fut le cas en particulier de Charles Morazé, Maurice Le Lannou, E. Aubert de la Rue, Pierre Gourou, Emmanuel de Martonne, Louis Papy, Victor L. Tapié, Francis Ruellan, etc. D’autres tels Jean Gagé, Philippe Wolff ou plus récemment Charles-Olivier Carbonnel, continuèrent à se rendre en mission sans pour autant se convertir, ne serait-ce que partiellement, au latino-américanisme27 (Mais les missionnaires firent école in situ et toute une génération de chercheurs épris de modernité s’affirma dans la lignée nationalitaire des sciences humaines et sociales latino-américaines. Maria Isaura Pereira de Queiroz aime à dire ce qu’elle doit à Roger Bastide. Les jeunes géographes brésiliens formés dans les années 1940-1950 ont en mémoire Pierre Monbeig ou Francis Ruellan ; les historiens, Fernand Braudel, etc. Un économiste comme Celso Furtado ne fit-il pas partie de ces premières générations de chercheurs latino-américains en sciences sociales qui n’hésitèrent pas à entreprendre le voyage parisien dès la fin de la Seconde guerre mondiale afin de présenter une thèse devant un jury composé de Maurice Byé, René Courtin et Louis Baudin ? D’ailleurs le retour en France de ces missionnaires leur permit d’orienter certains jeunes étudiants de l’hexagone sur les recherches latino-américanistes.

  • 28 Germain Bazin : L’architecture religieuse baroque au Brésil, Paris, Plon, 1956-1958 (2 vol.) ; Jea (...)
  • 29 Fernand Braudel : Personal testimony in The Journal of modem history, p. 452, déc. 1972, vol. 44, (...)

52En ce sens, entre 1954 et 1960, tout un ensemble de travaux latino-américanistes entraîna Georges Friedmann, Jacques Boudeville, Jacques Wolff, Denis Lambert, Michel Rochefort, Pierre Chaunu, Frédéric Mauro, Ruggiero Romano, Jean Roche, Germain Bazin sur la voie de la consécration universitaire28. Même si certains jeunes missionnaires ne produisirent pas sur l’Amérique latine des travaux de laboratoire essentiels à la compréhension de ces sociétés en cours de transformation, l’impact de l’Amérique latine sur l’évolution de leurs travaux apparaît essentiel. Fernand Braudel, par exemple, en a témoigné : « By chance in 1935, confessa-t-il, I was offered a position on the faculty of Sao Paulo in Brazil. I found it a paradise for work and reflexion. Charged with conducting a general course in the history of civilization, I had attractive students — combative about some things, living close to you, obliging you to take a position on every thing. I spend three marvellous years in this fashion ; in winter, during the period of Southern vacations, I was in the Mediterranean ; the rest of the year, in Brazil, with leisure and fantastic possibilities for reading. And so I read kilometers of microfilm... »29.

  • 30 Ibidem, p. 452. D’autre part, la Méditerranée et le monde méditerranéen à l’époque de Philippe II,(...)

53Aussi, dès son retour en France, l’ancien étudiant d’Henri Hauser, qui avait commencé à réfléchir à Alger, dans les années 1930 à la politique méditerranéenne de Philippe II, élargit son horizon européen à l’horizon atlantique du Nouveau Monde. Si l’essentiel de sa « Méditerranée... à l’époque de Philippe II » était prêt en 1939, la maturation de son œuvre « révolutionnaire » s’effectua pendant son séjour au Brésil. Un Brésil qui lui permit de connaître véritablement Lucien Febvre grâce à l’escale effectuée à Santos par le bateau qui reconduisait le maître, de Buenos-Aires aux rivages européens. Ce moment décisif fut décrit en ces termes : « I also made direct contact with Lucien Febvre in 1932 and 1933, once at home of Henri Berr (with whom I had been in touch since 1930,) once at the Encyclopédie française, rue du Four, and once at his house, in his amazing office in the rue du Val de Grâce. And then, when I was finally leaving in Brazil, at Santos in october 1937, as I was boarding the ship (there were no transoceanic airplanes in thoses days), I encountred Lucien Febvre, who was returning from a series of lectures in Buenos-Aires. Those twenty days of the ocean Crossing were, for Lucien Febvre, my wife and me, twenty days of happy conversation and laughter. It was then that I became more than a companion to Lucien Febvre — a little like a son ; his house in the Juras at Souget became my house, his children, my children »30. Entre Fernand Braudel et Lucien Febvre, le Brésil de Gilberto Freyre trouva une place de choix.

  • 31 Pierre Chaunu, un réactionnaire progressiste ». Entretien avec Michel Winock in l'Histoire, no 44, (...)

54La même fascination filiale fut exercée dix ans plus tard par Fernand Braudel sur Pierre Chaunu dont le témoignage aussi mérite du latino-américanisme français. « Je n’ai même eu qu’un maître : Fernand Braudel, confie Pierre Chaunu à Michel Winock. J’ai rencontré Braudel de retour de captivité ; ce fut une rencontre décisive. Il était chargé de cours à la Sorbonne. Je préparais l’agrégation et nous avions une question sur l’Amérique latine. J’ai suivi le séminaire de Braudel qui me fit découvrir une autre histoire... Qu’est-ce que je vois ? l’Amérique. Et il me fait rêver. L’Amérique, c’est à nouveau une autre dimension. Ce sont des espaces qui portent du temps. Et ce que je trouve de fabuleux dans l’histoire que Braudel nous raconte, c’est que c’est une histoire où il y a une chronologie, la chronologie de mon enfance. C’est une chronologie mystérieuse, où rien ne commence ni ne s’arrête, où par exemple, quand on va de la côte vers l’intérieur du Brésil, on fait une remontée dans le temps. Avec Braudel donc, dans ses séminaires, je parcours alors l’Amérique en pensées, un peu comme je parcours le chemin de Metz à Verdun... Et cette histoire de Braudel, détachée de l’événement est une histoire qui retrouve les respirations lentes de la vie et qui restitue les mystères du temps et de la mort. C’est seulement aujourd’hui que je découvre que ce que me racontait Braudel... c’était, dans une certaine mesure, la même chose que les discours de l’oncle. Ce qui explique peut-être que j’ai aimé Braudel comme un père, c’est-à-dire avec toutes sortes de conflits, de violences, de ruptures »31.

  • 32 Parmi les ouvrages non déjà cités, Jacques Butterlin : Géologie générale et régionale de la républ (...)

55Ainsi est née la thèse monumentale : « Séville et l’Atlantique », dont la collection des « Travaux et Mémoires » de l’Institut des Hautes études de l’Amérique latine peut s’enorgueillir de la publication en 1959. Ainsi est née aussi la thèse de Frédéric Mauro sur « le Portugal et l’Atlantique » publiée l’année suivante. D’ailleurs, parmi les premiers auteurs de travaux publiés par l’Institut des Hautes études de l’Amérique latine, on relevait les noms des auteurs suivants entre 1957 et 1962 : Michel Rochefort, Jean Roche, Pierre Chaunu, Denis Clair Lambert, Jacques Butterlin, Marcel Bataillon, Yvonne Beigbeder, François Bourricaud ainsi que ceux de deux jeunes chercheurs d’Amérique latine, l’haïtien Pradel Pompilus et le chilien Alvaro Jara32.

  • 33 Sans vouloir multiplier les exemples, il convient de remarquer comment grâce à F. Perroux, l’Améri (...)

56Ainsi, les thèses de doctorat d’Etat en lettres et sciences humaines, en droit et sciences économiques, les articles publiés dans les revues scientifiques comme les Annales. Economies. Sociétés. Civilisations, les Cahiers d’Outre-mer, les Annales de géographie, la Revue de Psychologie des Peuples ou encore Sociologie du travail animée par Alain Touraine, Tiers-Monde fondée en 1960 dans la foulée de la création de l’Institut d’Etude et de Développement Economique et Social (IEDES) par l’Université de Paris en 1957 sous l’impulsion de François Perroux, les Cahiers de l’ISEA (Institut des Sciences Economiques Appliquées) etc., se sont multipliés dans les années 1950-1965, reflétant à leur manière les retombées des travaux de laboratoires et des missions de coopération universitaire33. Grâce au latino-américanisme français et à ses relations maintenues fort étroites entre les chercheurs français en sciences de l’homme et de la société et leurs collègues latino-américains œuvrant dans les jeunes universités ou dans les organismes comme la CEPAL, la France constituait un pôle rayonnant de recherche en Europe. Les acteurs du latino-américanisme français se trouvaient à même de connaître un vent nouveau au moment où l’Amérique latine pouvait enfin devenir un champ privilégié de la politique internationale de la France en 1963-1964. La Direction de la Coopération du Ministère des Affaires étrangères confiant à François Perroux la revue Coopération Technique faisait preuve d’une remarquable initiative en vue de promouvoir une articulation entre la nouvelle politique de coopération, la recherche économique et le monde industriel. Au moment où François Perroux passait le relais à Jean Bancal, cette revue ne publiait-elle pas un numéro spécial consacré à « l’Amérique latine et la France » où l’on relevait parmi les auteurs d’articles les noms de Pierre Dreyfus, alors directeur général de la Régie Renault, Henri Roson, maître des requêtes au Conseil d’État qui analysait la coopération nouvelle en matière d’administration publique, et l’économiste argentin Moïse Ikonicoff ?

  • 34 Antoine Prost : L’enseignement en France, p. 469, o.c.

57Or, ces nouveaux acteurs qui apparaissent, les organisateurs latino-américanistes étaient-ils en mesure de les assimiler au rayonnement latin ? D’une part l’Amérique latine entre par la grande porte du débat politique français avec l’irruption du castrisme et du mythe révolutionnaire. Déjà suspectes à bien des regards conservateurs, les sciences de l’homme et de la société latino-américanistes, fières d’une approche structurelle des sociétés latino-américaines deviennent de plus en plus entachées par les débats contestataires. Afin de ne pas se laisser emporter par la vague révolutionnaire, les organisateurs latino-américanistes coupent les ponts avec un tel mouvement en France et en Amérique latine ; ils se drapent dans leur dignité scientifique. D’autre part, l’Amérique latine entre par la porte de la coopération technique avec l’irruption de l’assistance au développement économique et social. Déjà suspectes d’insuffisances techniques et professionnelles, les sciences de l’homme et de la société latino-américanistes subissent dès lors les critiques inhérentes au dysfonctionnement de l’Université française. « Traditionnellement, en effet, constate A. Prost, l’Université prétend à un quasi monopole. C’est le service public d’enseignement et il revendique un contrôle sur l’ensemble des activités éducatives, même techniques. Mais d’autre part, aux yeux des universitaires — de l’instituteur au chercheur du CNRS — la fonction essentielle de l’Université est le progrès du savoir et sa transmission. Elle doit en quelque sorte “produire” des connaissances nouvelles et transmettre celles qui sont déjà acquises. Mais il s’agit dans l’esprit des universitaires de connaissances théoriques, abstraites, désintéressées. Ils croiraient déchoir, ou du moins se consacrer à une tâche de moindre valeur, s’ils se vouaient à l’amélioration des techniques ou à la transmission de savoir-faire. Et nous avons maintes fois rencontré l’éloge de la culture désintéressée. Or voici que, sur une large échelle, notre société, conclue A. Prost, exige la transmission et l’approfondissement de savoirs techniques, utilitaires. Dès lors, les deux principes qu’affirme simultanément la société enseignante deviennent contradictoires. Ou bien l’Université veut maintenir dans sa mouvance l’ensemble des activités de formation, et elle doit renoncer à valoriser exclusivement la culture désintéressée pour prendre au sérieux l’ordre technique. Ou bien elle refuse de se dégrader à ses propres yeux en accordant pleinement droit de cité aux études techniques, et elle doit tolérer que d’autres assurent, en dehors d’elle, les tâches qu’elle dédaigne »34.

La contestation latino-américaniste : l’irruption du débat politique dans la France de 1968

58En 1963-1964, l’Europe est en cours de construction autour de la Communauté économique des Six ; la France a tant bien que mal résolu la décolonisation de son empire colonial d’Asie et d’Afrique. L’heure est donc venue pour élaborer une nouvelle politique française à l’égard de l’Amérique latine. La demande latino-américaniste était d’ailleurs forte dans les années 1960. Le continent doute de ses racines européennes et se trouve confronté aux craintes comme aux espoirs, et de l’Alliance pour le progrès, et de la Révolution cubaine. Le développement, la crise de son développement plaçaient l’Amérique latine face à un dilemme lui imposant d’imaginer de nouvelles sources de modernité, de mutations structurelles, sous peine de radicalisation révolutionnaire. Les réformes, particulièrement les réformes agraires, étaient à l’ordre du jour ; les modèles traditionnels de croissance soutenus par l’exportation de produits primaires ne fonctionnaient plus. Etait-il possible de constituer un marché intérieur ? Ce marché devait-il être pourvu par les produits des entreprises nées en Amérique latine ou par les multinationales en quête de terrains nouveaux ? L’émergence du Tiers-Monde à partir de l’Asie et de l’Afrique commençait à trouver des échos bienveillants sur un continent qui avait accompli la première décolonisation mondiale, un siècle et demi plus tôt, mais constatait que le développement économique n’était pas synonyme d’indépendance politique.

59De fait, l’irruption de l’Amérique latine dans le débat politique français est dû, pour l’essentiel, aux curiosités provoquées par la Révolution cubaine. Les combats d’une partie de l’intelligentsia française contre les guerres coloniales et pour l’indépendance des pays du Tiers-Monde allaient rebondir sur les querelles d’interprétation de la révolution « marxiste » de Cuba. Avec la prise de pouvoir par Fidel Castro, le débat politique en France accorde en profondeur, dans la « masse » de la population française, une place que l’Amérique latine n’avait jamais occupée avec autant d’intensité à l’écoute de Jean-Paul Sartre ou de Roger Garaudy. La redécouverte par l’opinion publique de l’Amérique latine s’effectua au rythme de l’évolution et des ruptures de la Révolution cubaine. Sans doute l’exotisme militant rencontra alors une évasion aux dures réalités de la guerre d’Algérie. Dans les années 1960, les projecteurs de l’actualité politique se trouvèrent braqués sur le processus d’instauration du socialisme dans un pays du continent latino-américain, sur les crises qui en résultèrent, aussi bien au niveau international (affaire des fusées soviétiques à Cuba) qu’au sein des mouvements révolutionnaires, à propos des stratégies et tactiques de prise de pouvoir. Incontestablement, les problèmes de transposition du modèle cubain de « foyer de guerilla » sur le continent latino-américain, les débats autour de la mort tragique du « Che » Guevara, le 2 septembre 1967 dans le maquis bolivien, l’instauration de la dictature militaire au Brésil, ont été les pierres de touche de ce latino-américanisme politique nouveau qui fit irruption dans la grande presse d’opinion et entraîna de nombreux journalistes, professionnels ou non, à mieux connaître l’Amérique latine. Car ce sont les journalistes politiques, un peu de la même façon que les voyageurs au siècle précédent, qui ont surtout répondu à cette demande de « couverture » de l’Amérique latine par la presse d’opinion. De Marcel Niedergang à Jacques Arnault, de Claude Julien à Edouard Bailby, de Jean-Jacques Faust à Jean-Pierre Joffroy ou Pierre Rondière, de Georges Fournial à René Laurentin, Jean Toulat, José de Broucker, Charles Antoine, Alain Gheerbrandt, Léo Sauvage, Georges Soria, Ania Francos, Victor Franco, K.S. Karol..., les commentaires et témoignages n’ont pas manqué.

  • 35 Marcel Niedergang : Les vingt Amériques latines, Paris, Plon, 1962 ; Jacques Arnault : Journal de (...)

60Les éditeurs politiques ont suivi, qui présentèrent à la devanture des librairies bien des ouvrages « engagés » aux lecteurs sensibilisés du grand public (Fidel Castro, Ernesto Che Guevara, Francisco Juliao, Miguel Arraes, Carlos Marighela, Josué de Castro, Helder Camara, Juan Bosch, Camilo Torres, Jose Carlos Mariategui...) ; devant ce succès de librairie, plusieurs jeunes auteurs politiques français se lancèrent plus ou moins directement dans leur sillage comme Régis Debray, Claude Durand ou Christine Glucksman35. Nombreux furent alors les ouvrages de vulgarisation comme les interprétations d’acteurs de la vie politique latino-américaine, des livres de « combats » pour reprendre le titre d’une collection dirigée aux éditions du Seuil par Claude Durand, publiés en France pendant cette période. Articles de journaux, quotidiens et hebdomadaires, numéros spéciaux de revues d’opinion se multiplièrent de L’Humanité au Monde, de France-Soir au Figaro, même dans la presse économique spécialisée, de Planète à Esprit, des Temps Modernes à Europe, des Cahiers libres et Partisans de l’éditeur Maspéro aux Cahiers du communisme à la Nouvelle critique et à la revue Recherches internationales à la lumière du marxisme. Certains partis politiques comme le Parti communiste français, les divers courants de la gauche socialiste et chrétienne s’efforcèrent même de confier à des spécialistes l’analyse de l’évolution politique de l’Amérique latine. Georges Fournial pour le courant communiste, et Antoine Blanca pour le courant socialiste se trouvèrent au cœur des mouvements de ce latino-américanisme politique français d’opposition. Leurs relations avec les courants tiers-mondistes internationaux, exprimés par la revue Tricontinental, organe théorique du secrétariat exécutif de l’Organisation de solidarité des peuples d’Afrique, d’Asie et d’Amérique latine (OSPAAAL), situé à La Havane, défrayèrent la chronique politique française à la fin des années soixante. Le débat politico-scientifique sur la stratégie révolutionnaire et la lutte contre le sous-développement prit même une dimension particulière avec la diffusion en France, des travaux d’André Gunder Frank, Rui Mauro Marini, Giovanni Arrighi, Samir Amin, A. Emmanuel et quelques autres.

61Le Centre catholique des intellectuels français n’était pas absent d’un tel débat. Il publiait en 1963 un important dossier sur l’Amérique latine en devenir où l’on trouvait, entre autres, sous la plume de R.P. Roger Vekemans et de Jacques Chonchol, différentes analyses concernant la situation pré-révolutionnaire du continent. La revue Développement et Civilisations, publiée par le Centre international de recherche et de formation en vue du développement harmonisé (CIRFED), offrait en mars 1969 un numéro spécial consacré à « l’Amérique latine, demain », coordonné par l’économiste argentin Julio Cesar Neffa, reproduisant les contributions de chercheurs latino-américains comme Enrique Oteira, Celso Furtado, Sergio Arce Martinez, Hiber Contreris, Floreal Forni, Adolfo Gurrieri et Edelberto Torres Rivas. A cet égard le CIRFED présidé par Robert Buron, tenait à affirmer la place occupée par l’esprit de coopération du monde catholique français à l’égard de l’Amérique latine. Cette place de choix concernait aussi bien la recherche fondamentale que la coopération technique et la recherche appliquée. Elle permettait de mieux comprendre la nature d’entreprises comme celle de Heron de Alencar, ancien conseiller du gouverneur de l’État de Pernambouc Miguel Arraes et collaborateur de Darcy Ribeiro au moment de la fondation de l’Université pilote de Brasilia avant le 1er avril 1964. Elle trouvait son fondement dans l’œuvre accomplie par Joseph Lebret.

62En effet, comment ne pas évoquer dans ce domaine aux frontières du latino-américanisme français, de la lutte politique contre le sous-développement et la faim et le catholicisme social, l’admirable figure de Louis Joseph Lebret ?

  • 36 Economie et humanisme, sept.-oct. 1966, « Louis Joseph Lebret 1897-1966 », p. 5, signé l’équipe d' (...)

63Ce Breton, officier de marine, entré chez les Dominicains en 1923, s’était d’abord consacré au combat syndical et aux réformes de droit maritime, en France comme au Bureau international du travail ou à la Sociétés des Nations. Il fonda la revue Economie et Humanisme en 1941, au lendemain de l’armistice. Sa découverte de l’Amérique latine après la Seconde guerre mondiale lui ouvre les yeux sur le sous-développement et la faim. Désormais il a « compris, soulignaient les rédacteurs d’Economie et Humanisme, que le destin du monde ne va pas se jouer en Occident mais dans les pays du Tiers-Monde. Dès 1947, au retour de son premier voyage en Amérique latine, une lettre collective à ses amis va déjà à l’essentiel : “Il s’agit avant tout de faire monter le peuple. C’est là le problème numéro un, le problème essentiel. Le peuple montera quand il sera suffisamment nourri, suffisamment couvert, suffisamment logé, suffisamment soigné, suffisamment instruit”. C’est là l’obsession de sa vie et il se consacre de plus en plus exclusivement à ces pays. Dans tous les continents, mais tout particulièrement en Amérique latine, en Afrique noire, il poursuit sa carrière d’enquêteur et de conseiller. Progressivement il améliore ses techniques d’observation, précise sa connaissance du sous-développement et met au service de ces peuples une expérience sans cesse enrichie »36. On sait le rôle de conseiller qu’il eut la possibilité de jouer auprès du groupe fondateur de la CEPAL à Santiago du Chili.

  • 37 Ibidem, p. 11.
  • 38 Ibidem, p. 12.

64Après d’importants travaux au Brésil, en Colombie et en Afrique noire, le père Lebret assure la fondation et la direction de l’Institut international de recherche et de formation en vue du développement harmonisé (IRFED). « De cette expansion d’Economie et Humanisme, constatait le R.P. Chenu, de ces diverses expériences... de l’IRFED qui, à Paris, fournissait équipement, information, cours, méthode, encadrement à ceux qui, indigènes ou européens, voulaient se préparer au travail pour la promotion de ces peuples en voie de développement... naquit une nouvelle revue Développement et civilisation qui répondait à ces besoins spécifiques »37. Expert du Concile Vatican II, représentant du Saint-Siège aux Conférences internationales des Nations-Unies, mandaté par le Vatican à la première Conférence internationale du commerce et du développement à Genève en 1964, le Père Lebret « soutint vigoureusement cette pleine “doctrine” qu’illustrait d’ailleurs le projet français du gouvernement du général de Gaulle. La proposition, précisait le R.P. Chenu, fut contrecarrée par les économistes et les pratiques politiques du libre-échange, “avarice des nations” (F. Perroux). Il n’hésitait pas à requérir de ses jeunes disciples la plus solide formation “doctrinale” — sans négliger — la connaissance du marxisme... La paix passe par le développement a dit au Concile le cardinal Feltin. Ainsi parlait déjà Josué de Castro, un des partenaires du Père Lebret, dans sa Géopolitique de la faim. Les nantis occidentaux les écouteront-ils ? Et les chrétiens croiront-ils enfin à l’Evangile, en économie politique, comme dans leur vie privée ? »38.

65Incontestablement, le rayonnement de ce dominicain, maître de recherche au CNRS, ami de François Perroux, avait été un des principaux acteurs qui avait fait entrer les milieux catholiques français et internationaux — et le monde protestant, constatait le socialiste André Philip — dans le monde de la libération de l’homme, de la « survie de l’Occident » par la recherche de solutions au développement du Tiers-Monde et de l’Amérique latine en particulier. En ce sens, les travaux de J. Lebret sur l’Amérique latine, son action, se situaient aux origines d’un vaste mouvement politique qui, peu à peu, allait permettre l’émergence des organisations non-gouvernementales et la conciliation d’interventions technologiques au service du Tiers-Monde dont les interventions se multiplieront en Amérique latine et en Afrique dans les années 1970.

  • 39 Manuela Sémidei : Les Etats-Unis et la révolution cubaine, Paris, FNSP, 1968 ; Kennedy et la révol (...)

66De tels combats politiques avaient attiré les économistes au cœur du sous-développement, ils ne pouvaient manquer d’entraîner à leur tour quelques spécialistes de science politique aux crises de l’Amérique latine. De nouveaux acteurs du latino-américanisme universitaire se préoccupèrent en France de la politique cubaine tels Manuela Semidei, Cheng Ying-Hsiang, Jacques Lévesque ou tout récemment Gabriel Robin. La célèbre Revue française de science politique, entre juin et octobre 1969, consacra une dizaine d’études à l’Amérique latine, faisant connaître, aux côtés de Jean Meyriat et de François Chevalier, toute une pléiade de nouveaux jeunes chercheurs exerçant leurs talents au Centre d’études des relations internationales (CERI) tels Jean-Pierre Bernard, Silas Cerqueira, Pierre Gilhodès, Hélène Graillot, Leslie F. Manigat, Hugo Neira, Alain Rouquié... Leur travail commun permit d’ailleurs la rédaction d’un excellent Tableau des partis politiques en Amérique du Sud, consacrant une ouverture exceptionnelle du latino-américanisme français sur les sciences politiques, à la croisée des chemins du latino-américanisme universitaire de l’Institut des Hautes études de l’Amérique latine et du latino-américanisme d’actualité politique exprimé par les journalistes et l’intelligentsia d’opposition39.

67Les succès de librairie de cette actualité politique latino-américaniste étaient même tels qu’à la fin de 1969, un an après le bouleversement de la société française, des laboratoires pharmaceutiques français éditaient, dans un but publicitaire, et expédiaient à leur clientèle réservée, une bibliographie critique d’ouvrages français ou publiés en France sur l’Amérique latine. Les nouveaux acteurs politiques du latino-américanisme français connaissaient un beau succès.

  • 40 Bibliographie américaniste française in Cahiers des Amériques latines, 1968, no 1, pp. 233-267 ; 1 (...)

68D’ailleurs plusieurs recensements de la bibliographie américaniste française, effectués entre 1965 et 1969 par les bibliothécaires et les documentalistes de l’IHEAL, permettaient d’estimer le nombre de livres et d’articles de revues parus sur l’Amérique latine en France, à l’exclusion des journaux quotidiens et des hebdomadaires, à un peu plus de cent-cinquante livres et environ deux mille articles en cinq ans. La part des ouvrages généraux consacrés à l’ensemble du continent atteignait plus d’une centaine de livres, soit les deux tiers des livres publiés ; celle des articles généraux était moindre, de l’ordre de six cents sur deux mille, soit à peine un tiers des articles publiés. La radiographie d’ensemble de la production du latino-américanisme français d’actualité faisait apparaître un intérêt incontestable pour le Brésil qui, à lui seul totalisait 32 livres et 255 articles, soit environ 290 publications. Venaient ensuite le Mexique avec un peu plus de 200 publications, le Pérou (176), Cuba et l’Argentine (125), le Chili (99), la Colombie, le Venezuela, etc.40.

69Dans cette perspective, certains universitaires de renom comme René Dumont ou Charles Bettelheim, voire Pierre Vilar ou de jeunes hispanistes comme Roland Labarre, n’hésitaient pas à mêler leur signature aux débats politiques. De fait les luttes politiques engagées sur le continent latino-américain traversaient les courants de l’opinion politique française. Des travaux plus techniques consacrés par des universitaires à l’Amérique prenaient place dans les collections de grande diffusion des maisons d’édition universitaires. Ainsi la célèbre collection « Que sais-je ? » des Presses Universitaires de France, qui avait consacrée dès 1949 deux ouvrages à l’Histoire et à l’Economie de l’Amérique latine, rédigés par Pierre Chaunu et Jacqueline Beaujeu-Garnier, rééditait-elle ces volumes en 1961 et 1962, alors que leur tirage était respectivement de 16 000 et 24 000 exemplaires. Le Brésil de Pierre Monbeig, édité en 1954, connaissait sa troisième édition en 1968 avec un tirage de 26 000 exemplaires. Michel Rochefort publiait en 1966 une Géographie de l’Amérique du Sud ; Charles V. Aubrun s’attachait à présenter l’Amérique centrale deux ans plus tard. L’époque des monographies de pays lancées par le Brésil, semblait venue : Le Chili en 1965 de Raymond Avalos, La République argentine de Jean Touchard en 1966, les Guyanes de Michel Devèze en 1968, Cuba de Jean Lamore en 1970 constituaient les temps forts d’une production de vulgarisation scientifique de haut niveau.

  • 41 Alain Touraine : Vie et mort du Chili populaire, juillet-septembre 1973, Paris, Seuil, 1973.

70Toutefois, le latino-américanisme d’actualité politique marchait à son rythme propre. Après l’éveil aux Amériques symbolisé par Cuba, une image de l’Amérique latine « noire », « tragique » victime du sous-développement, de la faim, et des régimes militaires, allait être portée par les courants de gauche de l’intelligentsia, un moment attentive aux espoirs populistes du Chili de Salvador Allende, évoqués par Alain Touraine41. A partir de 1964, cette image de « crise » de l’Amérique latine, cette image de répression ne pouvait pas ne pas modeler le latino-américanisme français. L’accueil solidaire d’un certain nombre d’universitaires latino-américains de renom, exilés politiques, renforça la suspicion du pouvoir politique français à l’égard du développement des sciences de l’homme et de la société latino-américanistes.

Le latino-américanisme des technocrates ; la propagation de la coopération technique et administrative à la suite du voyage du général de Gaulle

  • 42 Gilles Gozard : Demain l'Amérique latine, pp. 228-229, Paris, PUF, 1964, 250 p. avec une préface d (...)

71Mais, en 1963-1964, au moment où le destin de l’Amérique latine basculait entre l’Alliance pour le Progrès et la Révolution cubaine, la diplomatie gaulliste trouvait un terrain à la mesure de la vision politique mondiale du chef de l’État français. Les visites officielles préparaient à forger un nouveau grand dessein. Le projet se trouvait défini en ces termes par Gilles Gozard dans un livre au titre prometteur : Demain l’Amérique latine. « La mise en œuvre du développement du continent latino-américain, commentait Gilles Gozard, appelle, pour être efficace une organisation de ce développement... Le premier secteur dans lequel les pays du continent d’Amérique latine devraient s’imposer des disciplines nouvelles est celui de l’organisation sociale et politique. Il doit être de règle absolue que l’octroi d’une assistance en vue du développement d’un pays du Tiers-Monde par un pays industrialisé n’entraîne de la part de celui-ci aucune exigence ou même aucune suggestion à l’égard du pays aidé quant à la structure sociale et agraire de même qu’en ce qui concerne le régime politique du pays aidé. Cependant, il s’est avéré qu’il est des structures sociales et agraires et des systèmes d’organisation politique dont la seule existence est de nature à rendre stériles et vains tous les efforts entrepris pour réaliser le développement des pays insuffisamment développés. Il en est ainsi lorsque les structures sociales et agraires aboutissent à éliminer toute activité économique et à rayer en quelque sorte de la vie active, toute une masse de la population ainsi condamnée à demeurer à un niveau de vie des plus bas. Même si par hasard... le produit national brut s’accroît sensiblement, sa répartition effective entre les diverses populations est telle que le revenu annuel moyen par habitant n’a aucune signification. Son accroissement ne fait que masquer l’aggravation de la situation de fait antérieure et l’élargissement du fossé qui sépare les niveaux de vie dramatiquement éloignés les uns des autres d’une minorité abusivement riche et d’une masse terriblement miséreuse. Dans ce cas, ce n’est pas imposer de l’extérieur et faire pression sur les dirigeants des pays en voie de développement qui peuvent être bénéficiaires de l’aide des pays industrialisés que de les inviter à mettre fin à une telle situation. Or, telle est malheureusement la situation dans laquelle se trouve la plupart des pays du continent latino-américain »42.

72De fait, le projet de mise en œuvre d’une nouvelle politique latino-américaine de la France du général de Gaulle se précisait... « Les pays d’Amérique latine, remarquait l’ancien délégué de la France à l’assemblée de la Communauté européenne du charbon et de l’acier (CECA), collaborateur occasionnel de l’hebdomadaire gaulliste de gauche Notre République et du quotidien de l’UDR La Nation, sont profondément attachés aux idées de liberté individuelle et politique et de démocratie politique. C’est dire qu’à cet égard ils retrouvent volontiers dans la France des droits de l’homme un modèle qu’ils admirent. Peut-être pourrait-on ajouter que l’institution en France avec la Constitution de 1958 d’un régime semi-présidentiel, avec des assemblées parlementaires à pouvoirs limités, assez voisins des régimes présidentiels que connaissent un certain nombre de pays latino-américains a également été de nature à ce que l’ensemble de l’Amérique latine cherche à se rapprocher de la France »... Et la coopération technique devenait l’enjeu de cette nouvelle coopération. « Une autre considération, conclut Gilles Gozard, plus actuelle et plus matérielle paraît avoir joué dans le même sens d’un désir de rapprochement des pays latino-américains vers la France. C’est celle qui résulte de l’appréciation de la vigueur du redressement matériel de notre pays depuis le dernier conflit mondial et l’estime portée à nos techniques. Depuis toujours... l’Amérique latine apprécie la culture française d’ordre littéraire, philosophique et artistique. Maintenant dans l’élite des jeunes classes moyennes qui se rapprochent chaque jour davantage du pouvoir politique et qui animent les réalisations industrielles qui constituent des “levains” d’un plus large développement ce sont aussi et surtout les techniques françaises qui sont appréciées. Elles le sont grâce à d’heureuses réalisations d’importance très variable mais qui toutes affirment aux yeux des latino-américains la maîtrise française ».

  • 43 Rapport Jeanneney, 1963, cité p. 10 d’après Bilan de l’assistance technique de la France en Amériq (...)

73Le grand dessein latino-américain du général de Gaulle se trouvait ainsi clairement présenté. Il répondait aux analyses relatives au redéploiement progressif de l’aide française en situant le cadre et les objectifs d’une nouvelle politique de coopération en Amérique latine proposées dès 1963 par le rapport Jeanneney : « L’expérience prouve que certains États, pour des raisons politiques qui leur sont propres et tiennent notamment à leur désir de ne pas rester en tête à tête avec un donateur prépondérant, souhaitent que la France intervienne isolément. Cette préoccupation peut les conduire à appeler des interventions bilatérales de la France bien que son apport ne puisse pas avoir un poids économique décisif et immédiat ; le rapport des forces, des masses, des richesses ne permet pas à la France de faire dans les immenses continents asiatiques ou sud-américains des opérations suffisamment importantes et diversifiées pour modifier de façon décisive le rythme de leur développement »43. Toutefois, l’idée de ce redéploiement était précise, le choix était fait : l’Amérique latine devenait la pierre angulaire de cette stratégie nouvelle où une nouvelle forme de coopération, la coopération technique, allait jouer un rôle prépondérant.

  • 44 Roger Barthe : L’idée latine, pp. 201-204, o.c.
  • 45 Suzanne Balous : L’action culturelle, p. 158, o.c.

74Ainsi l’entreprise, ambitieuse, semblait à la mesure d’une liberté de manœuvre retrouvée. Les voyages présidentiels eurent lieu en mars 1964 au Mexique puis en octobre de la même année en Amérique du Sud. Le projet d’Union latine, en sommeil depuis 1955, fut même sur le point de renaître des cartons d’E. Michelet qui avait, un temps, présidé le Comité français de l’Union. La troisième voie sociale de la latinité, entre capitalisme et communisme, rencontrait la géopolitique où le partage du monde entre les deux grands se trouvait contesté44. « Réticents à l’égard tant de l’hégémonie des États-Unis que de la menace communiste, soulignait Suzanne Balous, les Latino-américains ont accueilli avec enthousiasme tout ce que représentait le Président de la République française : l’esprit d’indépendance nationale, la coopération sur la base de l’égalité, l’équilibre entre le libéralisme et l’étatisme, l’attachement à l’humanisme et à la latinité »45.

  • 46 Bilan de la coopération française en Amérique latine. Annexe au procès de la séance du 21 mars 196 (...)
  • 47 L’Usine nouvelle, no 12, 23 mars 1967 : « Les crédits français à l’Amérique du sud serviront-ils a (...)

75En fait, le nouvel élan de coopération entre la France et l’Amérique latine s’inscrivait dans le cadre d’une opportunité nouvelle : le rétablissement des relations économiques et commerciales, effectué après la Libération, avait permis de créer de nouveaux liens ; puis à partir de 1955-1956, la balance commerciale française était devenue bénéficiaire. Or, lors d’une audition devant la section du développement économique et social des pays autres que la France et de la coopération technique du Conseil économique et social, le 21 mars 1968, le chef du service des accords bilatéraux au ministère des Affaires étrangères, constatait : « Dans nos échanges économiques avec l’Amérique latine, la date de 1961 est une date importante, car c’est à partir de cette époque que nous voyons un renversement de tendance. Jusque-là nous étions généralement créditeurs globalement, depuis nous sommes débiteurs, globalement »46. En effet en 1960, le montant des exportations françaises en direction du continent latino-américain était de l’ordre de 1 293 millions de francs et celui des importations de l’ordre 1 160 millions. En 1966, la tendance confirmait l’inversion : la France exportait pour 1 579 millions de francs contre 1 961 millions de francs d’importation. Ainsi, était-il décidé par les pouvoirs publics, d’entreprendre une nouvelle politique de crédits à l’égard de l’Amérique latine susceptibles de servir la double ambition du développement de ce continent et du développement des exportations françaises. L’hebdomadaire L’Usine nouvelle constatait à cet égard : « Sans vouloir concurrencer les Américains qui sont et demeureront le premier fournisseur de l’Amérique du Sud, il est à remarquer que... nos concurrents européens, Allemagne, Italie, Grande-Bretagne ou même des pays plus petits comme la Belgique et les Pays-Bas, occupent sur ces marchés une position plus importante que la nôtre. On peut donc espérer que des crédits français accordés à des pays qui souhaitent se dégager d’une trop grande dépendance économique vis-à-vis de leur grand voisin d’Amérique du Nord, permettront de développer nos exportations et de nous placer à un niveau au moins équivalent à celui des autres pays industriels européens »47. Et l’hebdomadaire économique présentait un tableau significatif des effets d’entraînement que l’octroi de ces crédits liés permettait de provoquer auprès des secteurs industriels français.

  • 48 Rapport de Georges Oudard : Bilan..., p. 24, o.c.

76D’ailleurs, cette nouvelle stratégie de distribution de crédits publics d’investissements et de coopération technologique avec l’Amérique latine constituait bien l’action principale du grand dessein du général de Gaulle. Evoquant le bilan de l’assistance technique de la France en Amérique latine en 1968, devant le Conseil économique et social, Georges Oudard avait tenu à préciser combien, dès 1961, la direction de la coopération technique du ministère des Affaires étrangères « a préparé les bases d’une action future orientée vers l’Amérique latine, proportionnée aux moyens humains et financiers dont la France peut disposer. Tout d’abord, des accords cadres furent négociés, des rapports suivis furent établis entre organismes français et latino-américains dans certains domaines ; (services sociaux, agriculture tropicale...) ; sur un plan d’action multilatérale ou internationale, des bureaux et des sociétés d’études français... reçurent des facilités pour l’accès aux opérations de développement régional menées par la FAO, le BIT, etc., et des études furent entreprises en vue d’établir des projets susceptibles d’être réalisés en commun par plusieurs Etats européens dans le cadre des recommandations de la Conférence de Punta del Este. En cette même année le Brésil a bénéficié d’environ la moitié des crédits français consacrés à l’Amérique latine, de l’envoi de 18 experts français (enseignement technique, agriculture tropicale, etc.) et notre action s’est renforcée au Chili, en Equateur, au Venezuela, en Colombie et au Mexique. En 1962, l’action de coopération technique connaît tout à la fois une extension géographique et une diversification de nature. Après avoir dépassé le stade expérimental, elle permet la conclusion d’accords de coopération, le premier étant celui signé avec le Chili le 14 septembre 1962, suivi d’autres avec la Colombie le 18 septembre 1963, l’Argentine le 19 novembre 1963 et le 3 octobre 1964, avec le Paraguay le 10 décembre 1963 complété en décembre 1967, avec l’Uruguay le 3 octobre 1964, avec le Mexique le 22 avril 1965. En 1964, précisait Georges Oudard, année du voyage du président de la République en Amérique du Sud, sont ouverts, pour la première fois, des crédits d’investissement destinés à la coopération technique avec l’Amérique latine. Ainsi devenait-il possible d’envisager une programmation d’opérations intégrées de plus grande envergure avec l’envoi d’experts, de matériel scientifique ou pédagogique ainsi que la formation des stagiaires en France »48. Désormais, la voie nouvelle de coopération technique et économique avec l’Amérique latine se trouvait greffée sur la coopération scientifique et culturelle, y compris en tenant compte de la diffusion de la langue française en pays latins.

tableau no 18. balance commerciale (en milliers de francs) france-amérique latine

tableau no 18. balance commerciale (en milliers de francs) france-amérique latine

D’après l’Usine Nouvelle, no 12, du 23 mars 1967.

  • 49 Ibidem, pp. 43-45.

77Mais la réussite de cette nouvelle politique impliquait l’imbrication de ces deux modèles de coopération, une imbrication que Georges Oudard décrivait en 1968 en ces termes : « C’était de notre part, un devoir national de nous appliquer plus que précédemment à favoriser la diffusion de notre langue à l’heure où elle subissait dans ces pays un déclin qui eût pu être définitif, mais ce devoir aurait-il pu être pleinement rempli s’il n’avait correspondu à un désir latent des couches instruites des populations concernées ?... Ainsi s’ouvre aux uns la possibilité de mieux s’assimiler à notre culture et aux autres de s’initier à nos techniques qu’on ne saurait connaître sans savoir notre langue. Les deux domaines, culturel et technique, se découvrent donc, dans la plupart des cas, inséparables... Il était fréquent, naguère, que les homologues des stagiaires que nous accueillons aujourd’hui dans l’ignorance où ils se trouvaient de nos techniques, ne fussent pas éloignés de leurs accorder peu de valeur, voire de les dédaigner. Un rétablissement salutaire a déjà été effectué depuis et l’on a déjà vu, à leur retour de stage, beaucoup de ces jeunes gens soit se faire zélateur de nos méthodes, soit occuper des postes de direction démontrant de la sorte que nous avions su les rendre aptes. Le capital de sympathie dont nous jouissons de longue date en Amérique latine s’est fortement consolidé pour ces raisons et d’autres. Notre coopération est en effet exempte de l’esprit de domination propre à certains et respecte scrupuleusement l’indépendance des pays latino-américains, en répondant aux demandes qui nous sont adressées sans imposer aucune condition. L’œuvre entreprise sera de longue haleine, si l’on veut qu’elle porte ses fruits, dans le secteur spécialement technique. Elle sera facilitée au fur et à mesure que s’étendra leur connaissance du français. Lorsque les stagiaires que nous recevrons en auront plus que des notions, les cours que nous sommes encore obligés de leur faire suivre se borneront désormais à leur apprendre seulement les termes scientifiques et techniques de notre langue. Inversement nos experts doivent avoir une connaissance suffisante de l’espagnol et du portugais, et aussi bien connaître ces pays et la psychologie de leurs interlocuteurs, leur permettant ainsi de mieux respecter la personnalité de ces pays et de ne pas risquer d’offenser la sensibilité nationale »49.

78Ainsi, le nombre total des professeurs français en Amérique latine était-il passé de 1961 à 1967 de 261 à 554, compte non tenu des 53 lecteurs français en poste dans les différentes universités latino-américaines. Les professeurs latino-américains de français étaient passés quant à eux de 2 755 à plus de 3 000 pendant la même période. Le nombre de bourses qui était de 241 en 1961 s’était élevé à 794 pour l’année universitaire 1967-1968 principalement destinés aux étudiants brésiliens, argentins et mexicains. Entre 1965 et 1968, trois nouveaux lycées français avaient été créés au Guatemala, au Costa-Rica et surtout à Buenos-Aires, où le lycée franco-argentin était susceptible d’accueillir 2 000 élèves. L’annexe technique du lycée franco-mexicain était construite et la modernisation du lycée franco-brésilien de Rio et de l’école de Quito entreprises. Le réseau des Alliances françaises connaissait une expansion notable, dispensant par exemple l’enseignement du français à 25 000 personnes en Argentine, 35 000 au Brésil, 6 000 en Uruguay, près de 6 000 au Pérou, etc. Au cours de l’année 1967, 132 missions de courte durée étaient organisées contre 75 en 1964, concernant la médecine, les sciences humaines ou les sciences exactes avec le concours des professeurs Kastler, récent prix Nobel, Milliez, de Michel Butor, Jean-Marie Domenach, etc.

79La coopération technique se manifestait par l’envoi de 611 experts en 1966 contre 378 l’année précédente. Le rôle de l’Association pour l’organisation des missions de coopération technique (AFMIC) devenait fondamental avec l’appui du service de la coopération technique du ministère de l’Économie et des Finances. Les bourses de coopération technique, qui n’étaient que de 176 en 1961-1962, s’élevaient à 1 109 en 1967-1968. Des centres de formation professionnelle au Venezuela, au Mexique, au Brésil, en Colombie étaient créés soit avec le concours de l’association pour l’organisation des stages en France (ASTEF), soit avec des secteurs professionnels comme la Fédération des industries mécaniques et transformation des métaux (FIMTM) ou des entreprises comme Électricité de France (EDF). La sous-administration de l’Amérique latine faisait l’objet d’un début de formation des cadres de la fonction publique : Léo Hamon se rendait en Colombie en 1963 pour étudier des projets afin de diriger des stagiaires vers l’École supérieure d’administration publique ou vers l’École nationale d’administration (ENA) ; la création d’un institut argentin des statistiques et du plan était envisagée à l’occasion d’une collaboration avec l’INSEE, etc. Le bilan de l’assistance technique et culturelle de la France en Amérique latine était donc particulièrement éloquent.

  • 50 Pour une analyse de synthèse de la politique extérieure culturelle française dans son ensemble à c (...)
  • 51 Ibidem, p. 164.

80Ce bilan, établi par Georges Oudard, avait été réalisé grâce à l’audition de Jean Basdevant, directeur général des Relations culturelles et Jacques Viot, directeur de la coopération technique au ministère des Affaires étrangères, Jacques Vattaire, chef du service de la coopération technique au ministère de l’Economie et des Finances, d’Aumale, chef du service des Accords bilatéraux au ministère des Affaires étrangères, de Christiane Scrivener, directeur général de l’ASTEF et de l’ASMIC, de Jacques Vincenot, directeur de la Banque franco-italienne pour l’Amérique du Sud, de Jacques Oudiette, président de la Chambre de commerce France-Amérique latine et de Pierre Monbeig, directeur de l’Institut des Hautes études de l’Amérique latine50. Il permettait de constater que les exportations de livres français en Amérique latine progressaient passant de 6 105 quintaux métriques pour une valeur de 7 810 000 francs en 1964 à 6 283 quintaux métriques pour une valeur de 10 821 000 francs en 1967. De 1965 à 1967, la vente de la presse scientifique française par abonnement et au numéro avait augmenté de 58 % et celle de la presse technique de 61 %. Toutefois, l’action par les moyens audio-visuels modernes connaissait une percée spectaculaire : « Une place privilégiée est faite à l’envoi de programmes radiophoniques français, commentait Suzanne Balous, enregistrés sur bandes magnétiques ou disques, et diffusés sur les antennes des émetteurs des pays d’Amérique latine. Les enregistrements sont envoyés systématiquement et en nombre de plus en plus élevé. Dans le domaine de la radiodiffusion, ils comportent des chroniques sur la vie culturelle en France, des concerts, des festivals de musique et surtout des émissions de variétés et de chansons dont le public sud-américain est très friand (17 528 heures en 1967). Les cinq magazines de télévision que fait produire la Direction générale des relations culturelles, scientifiques et techniques sont diffusés abondamment en version espagnole ou brésilienne ; 5 290 copies de ces magazines ont été envoyées en 1967 à l’Amérique latine. Au Brésil, 1 668 copies en version brésilienne et 240 en version internationale sont diffusées par 33 stations de la télévision brésilienne... Les films de télévision scolaire ont un succès croissant... Les actualités journalières pour la télévision envoyées sous forme de reportage et accompagnées de commentaires en espagnol ou en brésilien connaissent une grande faveur, de même que les cours de français par la radio et la télévision qui sont diffusés par plus de 40 stations latino-américaines »51.

  • 52 Ibidem, p. 165.

81Somme toute, le grand dessein latino-américain impulsé lors des voyages présidentiels du général de Gaulle incitait officiellement à l’optimisme. « Depuis quatre ou cinq ans, concluait Suzanne Balous en 1970, l’esprit français souffle beaucoup plus fortement sur l’Amérique latine. Celle-ci est incontestablement satisfaite car, outre qu’elle retrouve une tradition ancienne à laquelle elle est très attachée, sa personnalité en est renforcée et, par suite ses chances sont accrues d’assurer son développement politique et économique dans la stabilité et la concorde »52. Afin de contribuer à mieux faire connaître l’Amérique latine en France la Documentation française détachait quatre livraisons annuelles de ses Notes et Études documentaires en 1966, créant une collection intitulée Problèmes d’Amérique latine, dont la direction fut confiée à Suzanne Candeau-Faure.

Le latino-américanisme universitaire et la crise de l’IHEAL : entre le splendide isolement corporatiste et la cellule d’accueil des chercheurs latino-américains

82Le latino-américanisme français universitaire, dont l’Institut des Hautes études de l’Amérique latine devait être le support essentiel, allait-il profiter de ce vaste mouvement ? Allait-il se trouver stimulé par les engagements officiels assurant la promotion d’une nouvelle coopération aux dimensions technologiques et commerciales essentiellement ancrées sur les idéologies du développement ? Allait-il s’engager dans les batailles de l’actualité politique qui mobilisaient autour du combat contre le sous-développement et pour les mutations structurelles des sociétés latino-américaines, une partie de l’intelligentsia française et des journalistes d’opinion introduisant la connaissance de l’Amérique latine dans le grand public ?

83Incontestablement, dans les années 1960, une telle double opportunité pouvait être la chance du latino-américanisme français d’affirmer son rayonnement conquérant. Le géographe Pierre Monbeig qui avait reçu en mains les destinées de l’Institut des Hautes études de l’Amérique latine, essaya pourtant de jouer cette carte, car la fracture entre les deux mondes, celui du latino-américanisme politique et celui de la coopération officielle apparut un instant susceptible d’être réduite autour de François Perroux ou de Louis Joseph Lebret, dans la vaste perspective d’un engagement pour la paix et le développement. En 1966-1967, un pont semblait même être construit par les économistes qui tenaient à Toulouse, en juillet 1967, leur troisième congrès international d’économie France-Amérique latine autour du thème d’actualité de recherche d’une nouvelle politique du commerce extérieur. Mais cette fracture s’aggrava à un moment où l’état général de l’Université empirait et consacrait la crise institutionnelle de l’Institut des Hautes études de l’Amérique latine. Le latino-américanisme universitaire français ne s’est donc pas trouvé en mesure de répondre efficacement à un appel de la coopération technique, support d’un dynamisme économique et commercial, véritable grand projet de la coopération nouvelle, greffé sur la coopération scientifique et culturelle traditionnelle. Après avoir constaté l’occupation du terrain grand public par les acteurs politiques et les journalistes d’actualité, les latino-américanistes français allaient laisser passer la chance d’anticiper sur le renouvellement des fonctions économiques et professionnelles de l’Université. Et ce, même si les visites du général de Gaulle en Amérique latine ne furent pas sans provoquer de timides tentatives de renaissance.

  • 53 Jean Revel-Mouroz : « Note sur les recherches françaises en sciences sociales sur le Mexique (1960 (...)

84À cet égard, les recherches entreprises sur le terrain latino-américain, dans les laboratoires, par une pléiade de jeunes chercheurs pouvaient donner matière à construire des ponts entre les diverses rives du latino-américanisme français. Incontestablement, le Mexique apparaissait au cœur de cette stratégie nouvelle : l’IFAL, la mission archéologique, les mexicanistes français avaient-ils la possibilité de saisir l’occasion ? « Le Mexique focalise alors, constatait récemment Jean-Revel Mouroz, une part que les sciences économiques et sociales portent au sous-développement, aux pays du Tiers-Monde. La précocité de la Révolution mexicaine, de la réforme agraire, de la nationalisation du pétrole, la mise en place d’un parti monopolisant le pouvoir politique, le développement d’un grand secteur public attirent l’attention (tout comme, au même moment, la Chine, la Yougoslavie ou Cuba) de toute une génération d’économistes, sociologues, historiens et géographes que préoccupe le problème de la formation et de l’intervention de l’État. De cette agitation d’idées, de ces nouvelles préoccupations témoignent alors le premier colloque franco-mexicain d’économie (organisé au Collège de France, en 1963 par François Perroux), les enquêtes agronomiques (cf. René Dumont), géographiques (celles de Claude Bataillon, Henri Enjalbert et Guy Lasserre en 1962-1963) ou encore les nouvelles orientations d’historiens comme François Chevalier, Frédéric Mauro et Jean-Pierre Berthe. Les revues Tiers-Monde et Caravelle publient en 1963 des numéros spéciaux sur le Mexique »53. De nouvelles pistes, de nouveaux chantiers furent donc ouverts. Une nouvelle génération de latino-américanistes, sous la houlette des organisateurs, commençait à produire, mordant sur le latino-américanisme d’actualité où excellait par exemple René Dumont ou Michel Gutelman. Les visites du président Lopez Mateos en France, en 1963, et celle du général de Gaulle, en 1964, contribuaient à donner un nouveau visage à la coopération entre les deux pays. Le nombre de boursiers mexicains en France augmenta tandis que l’envoi de coopérants du service national, à partir de 1965, permit de développer de nouvelles filières.

  • 54 « Mexique. L’Institut français d’Amérique latine a célébré son 25e anniversaire », in Le Monde, 26 (...)

85Toutefois l’IFAL ne connut pas le renouveau espéré. Le départ de François Chevalier pour Lima désorganisa même en grande partie l’Institut de Mexico dont l’avenir, en 1969, à l’occasion du bilan du vingt-cinquième anniversaire de sa création demeure « encore confus ». Certes, précisait le correspondant du Monde au Mexique, « un effort particulier a été fait en matière de diffusion culturelle. Complétant la bibliothèque qui ne compte pas moins de vingt mille ouvrages, une filmothèque est actuellement en voie de constitution. D’ores et déjà, elle met à la disposition des organismes intéressés trois cent cinquante longs métrages et huit cent cinquante courts métrages. Il convient encore de signaler la multiplicité des manifestations organisées par l’Institut dans les domaines du théâtre, du cinéma, de la musique, de la peinture, etc. Environ deux mille cinq cents élèves suivent chaque année des cours de langue et de civilisation françaises. La question est de savoir si l’Institut doit continuer dans cette voie, concluait le journaliste, ou revenir à sa vocation d’origine. En 1968, un premier pas a été fait avec la création du service d’investigation et de documentation. Responsable de ce nouveau secteur, M. Jean Rose estime que face à l’intérêt grandissant qui se manifeste en France pour tout ce qui touche au continent, l’IFAL pourrait être une antenne de l’américanisme français en Amérique latine. Mais dit-il, les responsables ne semblent pas avoir réellement pris conscience de ce renouveau »54.

86Avec l’arrivée de François Chevalier à Lima en 1963, la vie de l’Institut français d’études andines connaît de son côté un nouvel essor. « Doté de moyens supplémentaires qui lui avaient toujours manqué, remarque Henri Favre, l’IFEA est placé sous la direction de F. Chevalier à qui succèdera quelques années plus tard O. Dollfus et il se voit attribuer deux postes de pensionnaires par la Direction générale des relations culturelles, scientifiques et techniques dont il dépend. C. Collin-Delavaud et H. Favre qui sont les premiers titulaires de ces postes ouvrent la liste des scientifiques sociaux à qui est désormais offerte la possibilité de s’engager dans des études de longue haleine, assurés qu’ils sont de pouvoir séjourner au moins deux ans d’affilée au Pérou dans des conditions satisfaisantes. »

  • 55 Henri Favre : « La recherche française en sciences sociales sur les pays andins (Pérou, Bolivie, E (...)

87Sous la triple impulsion de François Bourricaud puis de François Chevalier et d’Olivier Dollfus, une politique de coopération s’efforçant de prendre en compte les nouveaux aspects techniques de la coopération commence à produire ses effets alors que les recherches fondamentales donnent d’excellents résultats. « Les relations que les chercheurs français nouent avec les universités, les institutions scientifiques, les agences gouvernementales ou paragouvernementales auxquelles ils apportent souvent leur concours au juste retour d’une aide qui ne leur est guère mesurée, poursuit Henri Favre, insèrent assez bien dans le milieu péruvien une recherche française qui se diversifie. Elles contribuent à développer entre le Pérou et la France un réseau informel mais de plus en plus serré d’échanges scientifiques qui opère dans les deux sens. Les étudiants péruviens à la formation desquels les pensionnaires de l’IFEA ont pu collaborer sur place, se rendent dans les universités françaises afin d’y parachever leurs études et d’y obtenir un doctorat. Des enseignants et des chercheurs liméniens viennent participer aux premiers colloques qui sont organisés à partir de 1965 sur des thèmes latino-américains ou plus spécifiquement andins, et qui ont lieu à Paris, à Toulouse, à Aix »55.

88A leur retour des massifs andins, les Olivier Dollfus, Claude Collin-Delavaud, Henri Favre vont s’affirmer comme des acteurs dynamiques d’un renouveau du latino-américanisme français des années 1970, alors que les effets de la crise universitaire de la rue Saint-Guillaume paraissent loin d’être surmontés. Cette nouvelle génération, contestataire autant que professionnelle, se démarque du latino-américanisme des organisateurs ; elle trouve dans la géographie d’aménagement comme dans l’ethnologie appliquée des modes d’activités scientifiques qu’elle s’efforcera de transmettre aux jeunes pensionnaires de l’IFEA des années 1970 : Jean Piel, M. Birckel, Jeannine Brisseau, Pierre Duviols, Nathan Wachtel, Jean-Paul Deler, D. Lavallée, etc. Le laboratoire de l’IFEA que Jean Vellard avait quitté pour La Paz, prenait désormais rang parmi les structures de recherche les plus animées d’un latino-américanisme français que l’hispaniste Henry Bonneville n’allait pas tarder à ancrer en province, à Grenoble, au tout début des années 1970.

  • 56 Discours de Francisco Delich, pp. 61-62, in Actes..., o.c. D’Alain Rouquié, on citera par exemple  (...)

89Quant aux pays du cône sud, le Chili et l’Argentine, ils recevaient leur part de jeunes chercheurs dont le rayonnement était particulièrement apprécié. Comme tenait à le faire remarquer Francisco Delich, dans son discours prononcé lors de la séance d’ouverture des Etats Généraux de la Recherche et de l’Enseignement sur l’Amérique latine : « en 1958 a été fondée la FLACSO au Chili. Il y avait là des jeunes français, par exemple M. Brams, un certain Alain Touraine qui par la suite est devenu très connu. A la même époque, au début des années soixante, il y avait chez nous de jeunes chercheurs. En Argentine, dans les zones arides, Romain Gaignard commençait à transformer ce qu’était l’enseignement de la géographie et préparait ce qui maintenant est devenu un très bel ouvrage, l’analyse de la “pampa humeda” argentine. Alain Rouquié commençait aussi à étudier le mystère des coups d’Etat militaires dont nous connaissons maintenant les causes d’après lui, mais dont on ne sait comment se débarrasser (on en trouvera les moyens) »56.

90D’ailleurs, la place de l’Argentine s’affirmait singulièrement importante auprès des économistes puisque les deux premiers congrès internationaux d’économie France-Amérique latine avaient été organisés en 1955 et en 1966 à Cordoba, ainsi que le premier colloque franco-argentin de sciences économiques appliquées (1965). À cette occasion, d’étroites relations s’étaient nouées entre des disciples de François Perroux et des économistes et chercheurs argentins dont plusieurs animeront la Fondation Bariloche tels Jorge Sabato ou Raul Prebisch. Ainsi Gérard Destanne de Bernis qui s’attachait, à Grenoble, à mettre sur pied une jeune équipe d’économistes français planificateurs autour de l’Institut de recherches économiques et de planification (IREP), put mieux connaître un continent que plusieurs de ses élèves tels Jean-Marie Martin ou Jacques Freyssinet fréquentaient assidûment. Le IIIe congrès international d’économie France-Amérique latine qui se déroulait à Toulouse en juillet 1967 permettait d’ailleurs de renforcer ces liens et d’établir des confrontations entre les théoriciens de l’économie, les spécialistes de l’économie appliquée et les adeptes de la coopération technique. Présidé par François Perroux, ce congrès était placé sous le haut patronage de la direction des Affaires culturelles du ministère des Affaires étrangères et de la Direction de la Coopération du ministère de l’Éducation nationale, organisé par l’ISEA, l’IEDES, l’IRFED et le Centre de politique étrangère ainsi que par l’IHEAL. Il bénéficia d’une allocation de bienvenue prononcée par le représentant de Couve de Murville. Le thème du colloque « Pour une nouvelle politique du commerce extérieur » retenait pendant cinq jours l’attention des quelques 200 participants et montrait à quel point certains économistes et universitaires français attachés à la connaissance de l’Amérique latine comme Alain Barrère, Michel Cépède alors vice-président de la FAO, Pierre Llau, Denis Lambert, Jean Weiller, Jacques Vernant, alors directeur du Centre de politique étrangère... avaient à cœur d’associer les pratiques économiques et le latino-américanisme. L’analyse des moyens techniques et financiers apparaissait au centre du renouvellement des cadres doctrinaux et des pratiques du commerce extérieur, un domaine que les économistes latino-américains maîtrisaient remarquablement sous l’impulsion de la CEPAL. De jeunes économistes argentins comme Moïse Ikonicoff ou Julio Cesar Neffa prirent dès lors l’habitude de travailler en coopération avec leurs collègues français.

91Mais ce furent surtout des recherches franco-brésiliennes qui posèrent de nombreux problèmes au latino-américanisme universitaire français. L’élan donné par les organisateurs se brisa sur deux récifs : le premier était l’absence, comme en Argentine, de tout établissement français de recherche implanté au Brésil, constituant un frein puissant pour la stimulation de la recherche brésilianiste française. Ce frein était de plus en plus perceptible à mesure que les effets d’entraînement des missions d’enseignement dans les universités brésiliennes perdaient de leur utilité. Frédéric Mauro ayant découvert le Brésil par les archives coloniales de Lisbonne, le dénonça avec force.

  • 57 Paulo E. de Berredo Carneiro : Vers un nouvel humanisme, pp. 143-144, o.c. D’autre part de Frédéri (...)

92Pourtant dès 1955, Paulo E. de Berredo Carneiro notait le décalage : « Le Brésil possède aujourd’hui, écrivait-il, avec ses 56 millions d’habitants la plus grande population de tous les pays latins. Avant la fin du siècle, elle s’élèvera à cent millions. À ce rythme de développement tous les problèmes acquièrent une intensité dramatique. Parmi eux, le plus grave et le plus complexe est la formation culturelle des nouvelles générations. La Constitution brésilienne prévoit que dix pour cent de la rente tributaire de l’Union fédérale ainsi qu’un minimum de vingt pour cent des revenus des États et des municipalités doivent être annuellement attribués à l’enseignement public. Les ressources financières demeureraient pourtant sans effet s’il n’existait un puissant contingent humain capable de les employer utilement. Pour former ses élites dirigeantes le Brésil ne dispose actuellement que de 350 établissements d’enseignement supérieur et de 13 universités. Le nombre des étudiants dans ces diverses institutions s’élève à peine à 45 000. Afin de donner un essor plus grand à son expansion culturelle, le Brésil a mis en chantier deux grandes cités universitaires : l’une à Rio de Janeiro, sur un terrain de 6 millions de mètres carrés, destinées à recevoir 30 000 étudiants, l’autre à Sao Paulo, de dimensions à peu près semblables. Si grands que soient les efforts tendant à étendre et à perfectionner l’enseignement, ils risquent d’être à tout moment submergés par la marée montante de la population. C’est pourquoi le Gouvernement brésilien envisage... d’augmenter dans une large mesure le nombre des boursiers qui, chaque année, complèteront à l’étranger leur formation technique, scientifique et littéraire »57. La Maison du Brésil à la Cité Universitaire internationale devint un de ces lieux d’accueil privilégié et un foyer intellectuel exceptionnel de débats. Il faudra bien écrire un jour l’histoire de ce foyer où des joutes épiques opposèrent, autour des thèmes du christianisme social et du marxisme, les apprentis intellectuels brésiliens de l’époque.

93Quoiqu’il en soit, le deuxième récif sur lequel buta le latino-américanisme universitaire français fut le coup d’État militaire de 1964, le premier en date d’une série nouvelle en Amérique latine qui s’efforça d’établir une sécurité politique intérieure à partir d’une guerre inattendue portée sur les frontières idéologiques. Dès lors, les débats scientifiques concernant le développement qui se propageaient en France et au Brésil autour des recherches économiques et sociologiques d’orientation structuraliste, prirent une autre dimension, essentiellement politique. En ce sens le latino-américanisme universitaire français fut à même de devenir, pour les chercheurs et universitaires brésiliens qui n’étaient plus en mesure dans leurs pays d’exercer leurs enseignements et cessaient leurs fonctions, une structure d’accueil de renommée internationale. Cette structure d’accueil « structuraliste » permettra ensuite dans les années soixante-dix de recevoir des chercheurs chiliens et argentins. Dès cette époque, deux des principaux acteurs de la vie scientifique et politique brésilienne, trouvèrent à Paris, dans des conditions plus ou moins honorables, un accueil satisfaisant : Josué de Castro et Celso Furtado.

94Le cas de Celso Furtado paraît tout à fait significatif. L’économiste brésilien venait d’exercer d’importantes responsabilités ministérielles à la Superintendance pour le développement du Nordeste (SUDENE), dont la création et direction lui avaient été confiées par le président Kubitschek, puis au Ministère du Plan où il bénéficia de la confiance du président Goulart. Ses travaux récents avaient retenu toute l’attention de Pierre Massé, Commissaire général au Plan en France, qui avait tenu à préfacer la traduction d’un de ses ouvrages. L’ancien étudiant de René Courtin et de Maurice Byé, l’admirateur de François Perroux, se trouva alors dans l’obligation de quitter le Brésil et, après un bref séjour à l’université de Berkeley, fut accueilli par la Faculté de droit et sciences économiques de l’Université de Paris.

  • 58 De Celso Furtado en langue française : Le Brésil à l’heure des choix. La politique économique d’un (...)

95Il s’efforça d’animer, à l’Institut des Hautes études de l’Amérique latine, un Centre d’études politiques, économiques et sociales (CEPES) en collaboration avec d’autres universitaires brésiliens dont Maria Isaura Pereira de Queiroz et contribua à créer un foyer parisien de réflexion et d’études propices à l’analyse des réalités du Brésil qui permit d’accueillir bien des chercheurs en délicatesse avec le régime militaire. Ainsi le sociologue Fernando Henrique Cardoso put-il poursuivre à Paris, en 1967-1968, dans le département de sociologie de la jeune université de Nanterre, ses travaux sur la sociologie du développement entrepris à Santiago du Chili depuis 1964, avant de créer le prestigieux Centre brésilien d’analyse et de planification de Sao Paulo (CEBRAP)58. L’impact des travaux de Celso Furtado à Paris fut tel que des journalistes comme Hubert Beuve-Méry, directeur du journal Le Monde, ou Edouard Bailby s’intéressèrent avec chaleur à ses études concrètes sur les rapports entre le sous-développement de l’Amérique latine et les États-Unis, contribuant à mieux les faire connaître auprès du public français.

  • 59 « L’itinéraire de Milton Santos. A propos de l’espace partagé », in Hérodote, 1er trimestre 1980, (...)

96Toutefois, les universitaires brésiliens, qui bénéficièrent de la structure d’accueil du latino-américanisme français, n’eurent pas toujours les possibilités d’exercer pleinement leurs talents. Milton Santos, par exemple, a tenu à livrer un témoignage personnel à Yves Lacoste. Après avoir rappelé son attachement à l’école française de géographie qui avait joué un rôle prépondérant dans sa formation (Jean Tricart, Michel Rochefort), Milton Santos évoquait en ces termes son itinéraire... « J’ai d’abord passé trois ans à Toulouse, puis un an à Bordeaux et enfin trois ans à Paris. En France j’étais encouragé à écrire. J’ai écrit d’abord en tant que géographe, mais aussi en tant qu’homme. Ensuite j’ai beaucoup travaillé sur les problèmes du sous-développement, mais plus particulièrement sur les problèmes urbains auxquels je me suis intéressé. Petit à petit, je commençais à prendre des positions de plus en plus éloignées des positions officielles, celles de l’establishment qui contrôle les manifestations de l’activité universitaire et en particulier les publications... L’exilé est une non-marchandise ambulante et qui souvent doit voyager à des milliers de kilomètres pour partager ses peines parce que ses amis sont éparpillés dans le monde. Je me souviens qu’au moment où j’ai dû quitter la France, un ami m’a dit ceci : « Voilà, on n’a pas voulu renouveler votre contrat cette année ». Je lui ai dit : « C’est fini d’être considéré comme un objet de charité ». L’idée d’être un pensionné de l’État et en même temps un inutile provoque le doute quant à la valeur de ce que l’on est en train de faire. Un jour on m’a dit que le fait que je sois professeur associé était dû à des raisons humanitaires et qu’on les avait invoquées devant le corps académique chargé de décider les promotions des enseignants (CCU). Or, moi je croyais que je travaillais comme tout le monde... »59.

  • 60 Paul Verdevoye : Domingo Faustino Sarmiento, éducateur et publiciste, Paris, 1964 : Pages choisies (...)

97Bien évidemment l’Institut des Hautes études de l’Amérique latine essaya de trouver sa place au milieu de toute cette ébullition du latino-américanisme français. Entre 1964 et 1968, la politique d’édition entreprise dans le cadre des « Travaux et Mémoires » de l’Institut connut une nouvelle vigueur et publia onze ouvrages d’importance scientifique certaine, s’efforçant de concilier les diverses disciplines de sciences humaines et sociales ; l’Institut entreprit la publication de deux travaux de spécialistes de l’hispanisme ouverts vers une dimension latino-américaine toujours marginale mais qu’il convenait de renforcer. Paul Verdevoye et Charles V. Aubrun donnèrent leurs signatures autour des figures de Sarmiento et de Bolivar. Les recherches archéologiques donnèrent aussi matière à deux ouvrages de Jorge Enrique Rodo et de Claude Baudez, un des espoirs de l’archéologie d’Amérique centrale. Les historiens eurent droit à leur part de rétribution avec la monographie de Michèle Colin sur le Cuzco, grâce à l’appui de Pierre Chaunu. Les économistes ne furent pas oubliés avec les publications de Jean-Marie Martin, en quête des rapports entre l’industrialisation et le développement énergétique du Brésil, fleuron de l’équipe grenobloise animée par Gérard de Bernis, et de Victor Alfonso Maldonado, présentant au public français le marché commun latino-américain qui avait attiré bien des curiosités de la part des économistes français désireux de relier l’avenir de l’Europe à celui de l’Amérique latine. Bien entendu, les géographes apportaient leurs contributions avec les travaux de Pierre Pagney introduisant les Antilles dans le contexte latino-américain, et surtout des deux grands espoirs, l’un mexicaniste, l’autre andiniste, Claude Bataillon et Olivier Dollfuss. Dans la foulée des dernières années de la décennie 1960, Charles Minguet produisait sa thèse sur Alexandre de Humboldt et le P. Gonzalez traduisait le témoignage d’un jésuite Joseph Neuman sur les révoltes des indiens Tarahumas. Le témoignage du jésuite Antonil était aussi porté à la connaissance du public français grâce à la traduction réalisée par Andrée Mansuy, afin de ne pas isoler les rares spécialistes français d’un monde luso-brésilien quelque peu marginalisé par les hispanistes malgré les efforts de Georges Le Gentil et de Léon Bourdon. L’année 1970 s’ouvrait sur la publication de la thèse du géographe Yves Leloup qui appliquait les leçons de la géographie régionale française aux villes du Minas Gerais60.

98En 1968, l’Institut se dota d’une nouvelle revue : les Cahiers des Amériques latines, qui modifia complètement la formule des Cahiers de l’Institut, dont huit numéros avaient été publiés depuis 1961 sous les signatures de Maximilien Sorre, Marcel Bataillon, Jean Dorst, Henry Reichlen, Edgar Aubert de la Rue, Jean Sarraihl, Silvio Zavala.

99La parution des Cahiers des Amériques latines consacrait un moment de l’évolution du latino-américanisme universitaire français. D’une part, elle signifiait que la diversité des réalités du continent se trouvait désormais prise en compte, renonçant à l’unicité du concept singulier d’Amérique latine. Cette diversité reconnue était le résultat d’un combat entrepris par Fernand Braudel dès le lendemain de la Seconde guerre mondiale à partir de l’école des Annales. Elle signifiait, d’autre part, que l’Institut de l’Université de Paris s’attachait à prendre la mesure de la division du latino-américanisme autour des sciences de l’homme et des approches conduites par les spécialistes d’art et de littérature. Les Cahiers des Amériques latines étaient divisés en deux séries : l’une consacrée aux « Sciences de l’homme » au sein de laquelle historiens et géographes se partageaient la prépondérance ; l’autre consacrée à « Arts et Littératures » qui devait refléter l’évolution de l’hispanisme français. En fait, la série « Arts et Littératures » disparut assez rapidement. En dépit de quelques soubresauts notables, dès 1970, la série « Sciences de l’homme » poursuivit son existence jusqu’en 1984.

  • 61 Pierre Monbeig, Editorial, p. 1, Cahiers des Amériques latines, 1969, no 1.

100La création de cette revue fut soulignée en ces termes par Pierre Monbeig : « Jadis l’Amérique latine, sa littérature, ses productions artistiques, ses sociétés et ses économies n’intéressaient qu’un petit nombre de pionniers. Nul n’ignore que les temps ont changé. Les latino-américains puisent dans la connaissance de leur passé et de leur présent, les raisons de leurs espérances, tandis qu’à travers de leurs œuvres littéraires et artistiques, ils affirment leurs génies nationaux. Ailleurs, en Amérique du Nord, comme dans les démocraties populaires ou en Europe, la littérature et l’art des pays latino-américains ont conquis droit de cité. Les vocations de chercheurs se multiplient qui, sans méconnaître ce que la péninsule ibérique a apporté outre-atlantique, s’attachent à l’Amérique latine pour elle-même. Notre entreprise s’inscrit logiquement dans un tel courant de pensée. Il manquait en France un périodique qui soit exclusivement consacré à l’Amérique latine. Les Cahiers des Amériques latines veulent combler cette lacune »61.

101Cependant, la crise universitaire de 1968 frappa durement l’Institut des Hautes études de l’Amérique latine dans ses structures administratives mêmes. Les bouleversements de la réforme universitaire, l’éclatement de l’Université de Paris en une douzaine d’universités réduisirent considérablement le rôle fédérateur de l’Institut prévu lors de sa création en 1954. L’Institut se trouva rattaché à la seule Université de Paris III, dite Sorbonne nouvelle, avec un simple statut d’unité d’enseignement et de recherches (UER) : l’UER de langues et civilisations latino-américains n113 puis n13. Les habilitations de délivrance des diplômes entraînèrent l’Institut à partager son champ d’activités avec l’UER d’Études ibériques de l’Université de Paris III, nouvelle dénomination de l’Institut Hispanique de la rue Gay-Lussac cher à Ernest Martinenche, Jean Sarraihl et Marcel Bataillon. L’UER de langues et civilisations latino-américaines, que nous continuerons d’appeler Institut se consacra dès lors à la préparation aux unités de valeur de langues et civilisations latino-américaines en vue de l’obtention d’un diplôme spécial de l’Institut réservé aux étudiants licenciés. Le modèle de ce diplôme calqué sur celui de l’Institut d’études politiques de la même rue Saint-Guillaume aurait pu entraîner la formation de nouveaux cadres de la vie administrative ou économique française désireux de mieux connaître un continent qui développait ses relations techniques et commerciales avec la France. La délivrance de ce diplôme ne donna pas les résultats escomptés. L’habilitation à délivrer un doctorat de troisième cycle « Études de l’Amérique latine » permit à l’Institut de développer sa vocation de recherche et d’enseignement de haut niveau.

102Mais le problème de l’ancrage de ce doctorat d’aire culturelle sur des disciplines de sciences de l’homme et de la société se posa rapidement pour les étudiants français. De fait, seule l’augmentation quantitative d’étudiants du troisième cycle d’origine latino-américaine dont la formation à la recherche devait être assurée en France, aida à la propre promotion de la recherche latino-américaniste française qui puisa dans ce vivier des éléments, souvent trop rares, de qualité.

  • 62 F. Mauro : « L’américanisme... », p. 36, art. cit.

103Dans cette perspective la création, en 1968, du nouveau centre de recherche de l’Institut auquel le CNRS reconnut le statut de laboratoire associé, le Centre de recherche et de documentation sur l’Amérique latine (CREDAL), a donné une impulsion à l’organisation de la recherche latino-américaniste universitaire parisienne compensant partiellement l’effet de marginalisation du statut universitaire. Le CREDAL résulta, en 1968, de la réorganisation des trois centres de l’Institut créés au fil des années après 1954 : le Centre d’études politiques, économiques et sociales (CEPES), le Centre d’étude technique du milieu naturel des Amériques latines et le Centre de littérature et de philologie ibéro-américaines. Certes, l’organisation même du CNRS répartie sur les critères disciplinaires des commissions, ne favorisa guère le regroupement pluridisciplinaire d’un laboratoire associé comme le CREDAL. Mais, au moins, celui-ci a-t-il le mérite de pouvoir accueillir, à leur retour en France, les jeunes chercheurs qui avaient été envoyés sur le terrain des laboratoires outre-Atlantique, à Mexico ou à Lima. Si la part des historiens et surtout des géographes fut là aussi prépondérante, les disciplines spécifiques des chercheurs fondées exclusivement sur les thèses de doctorat, comme la sociologie, ne bénéficiant pas du statut de fonctionnarisation de l’enseignement liée aux concours d’agrégation, assurèrent un débouché non négligeable pour la carrière des latino-américanistes français. Et ce, à un moment où il était assez « difficile à un professeur, selon les termes de Frédéric Mauro, de se consacrer à plein temps à l’Amérique latine. Ou bien, il se partage entre celle-ci et la péninsule ibérique, ou bien entre elle et d’autres parties du Tiers-Monde ou de l’Ancien monde. L’homme qui vouerait entièrement sa vie à un ou deux pays d’Amérique latine, comme cela se voit aux États-Unis, n’existe pas en France » constatait le titulaire de la première chaire d’histoire de l’Amérique latine qui avait été créée à Paris en 1967 à Nanterre et non à la Sorbonne comme le voulait Fernand Braudel62.

104Précisément, au moment où la modification du statut de l’Institut des Hautes études de l’Amérique latine réduisait son rôle à celui d’une UER de l’Université de Paris III complété par le centre de recherche du CREDAL, le latino-américanisme universitaire en France s’exprima avec force dans d’autres établissements parisiens. Il parvenait aussi à s’exprimer nettement dans d’autres universités de province alors que le Groupement des Universités et Grandes Écoles pour les relations avec l’Amérique latine avait disparu dans les faits.

La diffusion du latino-américanisme dans les pôles universitaires régionaux

  • 63 M. Mauro : « Comment développer... » p. 424, art. cit.

105Trois éléments permettent de mesurer le développement du latino-américanisme universitaire en province : les colloques, les revues, les soutenances de thèses. À partir de 1962-1963, les organisateurs ont trouvé les moyens financiers et techniques, auprès du CNRS ou des Universités pour développer une politique de grands colloques assurant la coopération entre chercheurs français et latino-américains et permettant de promouvoir la pluridisciplinarité. Les grands colloques donnèrent matière à de volumineuses publications dont certaines atteignirent la spectaculaire dimension d’un véritable dictionnaire d’encyclopédie. « Depuis quelques années, constatait Frédéric Mauro en 1967, consciente de ses responsabilités, la France s’est efforcée de développer ses relations techniques, scientifiques et culturelles avec l’Amérique latine. Elle a fait de cette région du monde une grande priorité de ses recherches, sur laquelle elle tient périodiquement des colloques »63.

106Dès mars 1963, se tenait par exemple à Bordeaux un colloque sur « l’histoire de l’Amérique latine au xxe siècle » ; en février 1964 à Toulouse, le « problème des capitales en Amérique latine » était évoqué. Si l’année suivante, en octobre 1965, la délicate question des « problèmes agraires des Amériques latines » était abordée à Paris, des thèmes plus nationaux donnaient matière à de spectaculaires rencontres régionales : le thème « Littérature et histoire du Pérou » était apprécié à Toulouse en novembre 1965 ; celui de la « civilisation péruvienne » était défini en mai 1966 à Aix-en-Provence. En juillet 1967 se tenait à Toulouse pour la première fois en France, le IIIe Congrès international d’économie France-Amérique latine ; en septembre 1971, l’année de l’exceptionnelle exposition technique française de Sao Paulo, avait lieu à Paris un colloque franco-brésilien d’« histoire quantitative du Brésil ». Les points forts d’un latino-américanisme universitaire en région transparaissaient donc dans l’organisation des colloques. Bordeaux et Toulouse constituaient les deux principaux foyers où d’importantes revues apparaissaient comme les moyens de diffusion d’une production scientifique notable.

  • 64 La collection Pays d’Outre-mer dirigée par Charles-André Julien a été publiée par les Presses univ (...)

107La revue Cahiers d’outre-mer fondée en 1948, permettait à l’Institut de Géographie de Bordeaux d’affirmer une vocation tropicale que le CNRS reconnaissait avec la création du Centre national d’études des pays tropicaux, devenu depuis le Centre d’études de géographie tropicale (CEGET). Sous l’impulsion de Guy Lasserre, les géographes bordelais, ouverts à l’espace africain et caraïbe, entreprenaient l’analyse comparée de la tropicalité dans laquelle la dimension latino-américaine trouvait sa juste place. La voie avait été ouverte par Pierre Gourou qui, en 1947, avait publié son ouvrage devenu classique sur Les Pays tropicaux, dans une collection animée par l’historien Charles-André Julien, cherchant à mieux comprendre comment l’expansion outre-mer et la colonisation de l’empire français s’effritaient. La perception de l’importance de cette question coloniale avait ainsi conduit l’historien de l’Afrique du Nord à découvrir les rivages des Amériques françaises, que cette marque française ait été une empreinte du sable ou non64.

108Les études des géographes bordelais, de Louis Papy, à Guy Lasserre, Romain Gaignard et quelques autres sur la tropicalité, contribuèrent à modifier l’image très critique que Pierre Gourou avait présenté du continent latino-américain. L’irruption dans le débat de l’œuvre de Gilberto Freyre, de celle de Josué de Castro puis de plusieurs géographes brésiliens tels Milton Santos, entraînèrent Pierre Gourou à réévaluer trente ans plus tard cette Amérique tropicale et australe chargée de bien des péchés. La « géographie zonale » apparaissait dès lors à même d’intégrer le continent latino-américain dans une dimension intertropicale que Suzanne Daveau et Orlando Ribeiro présentaient au public français en 1973. Il est vrai que l’Amérique latine occupait dans le cœur des géographes une place significative que Pedro Cunill définissait par rapport à l’espace andin et que Guy Lasserre exposait par rapport à l’espace centre-américain, tous deux dans la célèbre collection Magellan dirigée par Pierre Georges.

  • 65 Suzanne Daveau et Orlando Ribeiro : La zone intertropicale humide, Paris, A. Colin, 1973 ; Pierre (...)

109Ces travaux constituaient le complément indispensable à la dimension latine du continent américain que Claude Collin-Delavaud, en collaboration avec une quinzaine de géographes latino-américanistes français, tenait à présenter au public français, en écho aux réflexions d’Yves Lacoste sur la géographie du sous-développement65.

110Parmi les collaborateurs de Claude Collin-Delavaud, on trouvait, patronnés par Pierre Monbeig, la plupart des géographes français qui firent leurs armes sous la bannière du latino-américanisme universitaire à l’Institut des Hautes études de l’Amérique latine, à Bordeaux ou à Toulouse, à savoir Olivier Dollfuss, Michel Rochefort, Romain Gaignard, Claude Bataillon, Yves Leloup, Anne Collin-Delavaud, Philippe Grenier, Bernard Marchand, Jean Revel-Mouroz, Hélène Lamicq, Guy Lasserre et Jean-Claude Giacottino.

111De son côté, le continent brésilien bénéficiait d’un traitement spécial sous la plume de Jean Demangeot. Si les géographes bordelais avaient trouvé dans la tropicalité une originalité latino-américaniste que propageaient les Cahiers d’outre-mer, l’Institut d’études hispaniques, hispano-américaines et luso-brésiliennes de Toulouse s’attachait à promouvoir les études latino-américanistes avec la revue Caravelle, fondée en 1963.

112Certes, Caravelle ne cherchait à concurrencer ni le très respectable Bulletin Hispanique qu’animait alors Noël Salomon de sa chaire de l’Institut d’études ibériques et ibéro-américaines de la Faculté des Lettres de Bordeaux, ni le tropicalisme des géographes du CEGET. Constituée à partir d’une institution universitaire calquée du modèle des « area studies », alors en vogue aux États-Unis, la revue Caravelle s’efforçait d’être le point de rassemblement des enseignants chercheurs toulousains qui travaillaient, même à temps partiel, sur l’Amérique latine. Frédéric Mauro, alors professeur d’histoire économique à la Faculté des lettres, avait obtenu de ses collègues hispanistes que les sciences sociales constituent un pôle spécifique d’attraction de cette revue de civilisation latino-américaniste.

113Toulouse voyait même sa vocation de recherche latino-américaniste confirmée avec la création le 2 août 1966, par arrêté ministériel, du diplôme d’études techniques et pratiques latino-américaines. L’enseignement était assuré par les spécialistes de langues et littérature avec le concours de spécialistes d’autres sciences humaines et sociales et comportait deux options : l’une hispano-américaine consacrée à une double formation linguistique et de civilisation, l’autre brésilienne de conception identique. Ce diplôme d’études latino-américaines, inspiré de celui de l’IHEAL, avait pour objectif de donner aux candidats une connaissance de vocabulaire nécessaire à l’exercice d’une profession en relation avec les pays d’Amérique latine. Avec la promulgation de la loi du 16 juillet 1971 sur la formation permanente, l’inscription aux cours en vue de l’acquisition de ce diplôme a été étendue aux étudiants inscrits dans un autre établissement d’enseignement supérieur de Toulouse. La porte se trouvait grande ouverte pour la création d’un diplôme d’études approfondies (DEA) d’études latino-américaines et la promotion d’un ensemble universitaire de recherche fondé sur le doctorat de troisième cycle dans les années 1970. Cette promotion avait même réussi à établir une liaison privilégiée entre le domaine littéraire des hispanistes et le domaine ethnolinguistique des américanistes.

114En effet, en novembre 1966, un séminaire de recherches concernant la pratique de la langue nahualt avait ainsi permis d’aborder l’étude des civilisations et littératures d’expression vernaculaire du Mexique. En liaison avec les recherches entreprises à partir des Congrès internationaux des américanistes (1966-1968-1970, etc.) et avec les travaux élaborés autour des commissions des sections 28 et 29 du CNRS relatives aux langues exotiques, Georges Baudot n’allait pas tarder à affirmer l’originalité de son œuvre. En ce sens, l’école latino-américaniste toulousaine d’ethnolinguistique et de littérature pré-colombienne constituait un contrepoids régional aux différentes institutions parisiennes, animées, au CNRS, par Bernard Pottier, et à l’École pratique des Hautes études, par Jacques Soustelle : Ruben Barreiro-Saguier dans le domaine Guarani, Henri Favre dans le domaine Maya, Nathan Wachtel dans le domaine inca, Simone Dreyfus au Brésil s’attachaient à lier l’ethno-linguistique, la sociologie et l’histoire renouvelant les traditions du Musée de l’Homme chères à Paul Rivet, adaptées par Raphaël Girard.

  • 66 Jacques Lafaye : Quetzalcoatl et Guadalupe, la formation de la conscience nationale au Mexique, Pa (...)

115En fait, le mouvement latino-américaniste trouvait en province une dynamique nouvelle : Bordeaux et Toulouse n’étaient pas les deux seules villes universitaires disposant de moyens d’expression éditoriale. Strasbourg, dès 1961, publiait annuellement la revue TILAS par l’intermédiaire de l’Institut d’études latino-américaines de la Faculté des lettres, sous la responsabilité d’un comité de rédaction composé d’André Labertit, directeur de l’Institut d’espagnol et de portugais, de l’historien Georges Livet et du géographe Jean Tricart, directeur du centre de géographie appliquée. D’évidence, les universitaires strasbourgeois, renforcés par Jacques Lafaye qui assurait, par ailleurs, des responsabilités au sein de la Société des Américanistes, tenait à promouvoir un équilibre entre la littérature, la linguistique, l’histoire, la géographie et l’ethnographie, reflétant les disciplines fortes du groupe. Sans bénéficier de la même critique et du support représenté par la publication d’une revue, d’autres villes universitaires comme Aix-en-Provence, Poitiers, Rennes, Grenoble, Lyon, Caen accueillaient en leur sein et à leur manière, des enseignants chercheurs qui portaient un intérêt particulier à l’Amérique latine. En œuvrant même de façon marginale dans des institutions qui consacraient à la recherche individuelle une place essentielle dans le dispositif général de la recherche universitaire, l’activité de ces latino-américanistes de province permettait de constituer les prémisses d’un réseau qui sera conduit à se structurer vers la fin des années 197066.

116L’activité de ce latino-américanisme universitaire, œuvrant en province et à Paris dans des universités en proie à la croissance, à la crise et au doute des années 1960, pouvait aussi se mesurer à travers l’analyse dans les grandes lignes des publications spécialisées. Quantitativement, la place du latino-américanisme en France commençait à faire masse puisqu’on pouvait recenser, en quinze ans, de 1954 à 1969 une production minimum de 659 travaux, thèses d’État, de troisième cycle et d’universités confondus ainsi que diplômes d’études supérieures, mémoires de maîtrise et d’instituts universitaires.

117Un classement géographique et par discipline du catalogue des thèses et mémoires soutenus en France sur l’Amérique latine de 1954 à 1969, établi par Claudie Duport, permettait de constater que la part des monographies consacrées à un pays en particulier était beaucoup plus importante parmi les publications spécialisées que parmi les publications d’actualité. Sur un total de 659 travaux, 574 étaient consacrés à des monographies dont 123 concernaient le Mexique et seulement 76 le Brésil. Incontestablement la part prépondérante des recherches effectuées en France sur le Mexique et dans une certaine mesure le Pérou, transparaissait nettement à travers ce bilan, permettant de souligner la faiblesse quantitative des travaux universitaires sur le Brésil qui était pourtant le pays sur lequel l’actualité latino-américaniste s’apesantissait le plus.

118Certes, cette disproportion n’apparaissait pas si grave dans le domaine de recherches de haut niveau, puisque 36 travaux sur 76 concernant le Brésil étaient constitués par des thèses, soit de doctorat de troisième cycle (18), soit de doctorat d’université ou d’État (18). À cet égard, la répartition des thèses de doctorat d’État était intéressante puisqu’elle montrait que, pendant ces quinze années, le Brésil avait été l’objet de quatre thèses principales de doctorat d’Etat ès lettres et de neuf thèses complémentaires, de trois thèses de doctorat en droit et de deux thèses de doctorat en sciences économiques. Onze de ces thèses avaient été soutenues à Paris, trois à Bordeaux, deux à Poitiers, une à Montpellier et une à Alger. Les principaux auteurs de ces travaux constituaient le noyau « brasilianiste » des organisateurs du latino-américanisme français des années 1960. Il s’agissait de Raymond Cantel, Claude Henri Frèches et Jean-Michel Massa dans le domaine émergent des spécialistes de langue portugaise, aux frontières de l’hispanisme rayonnant ; de Jean Roche oscillant entre le lusitanisme ouvert à la connaissance des civilisations et les sciences de l’homme et de la société ; de Germain Bazin dans le domaine de l’histoire de l’art, Frédéric Mauro dans le domaine de l’histoire économique, Roger Bastide en sociologie, Michel Rochefort et Roger Teulières en géographie. Quant à la valeur des travaux des chercheurs brésiliens formés en France, optant souvent pour un doctorat d’université, la seule mention des noms de Celso Furtado, Milton Santos, Maria Isaura Pereira de Queiroz, Maria Luiza Marcilio, Joao Guilhermo de Aragao etc., suffit à en démontrer la qualité. Cette facture apparaissait aussi lors de la réalisation de certaines thèses de doctorat de troisième cycle (Pierre Verger, Andrée Mansuy-Diniz-Silva, Alain Tobelem...) voire même de certains mémoires de l’IHEAL ou de l’Ecole pratique des Hautes études.

119Or, la disproportion entre le nombre de travaux universitaires réalisés sur le Brésil et celui réalisé sur le Mexique se trouvait flagrante, essentiellement dans le domaine des diplômes et mémoires de fin d’études du second cycle : 78 diplômes et mémoires étaient consacrés au Mexique sur 123 travaux, dont 47 en littérature, 13 en histoire, 11 en géographie... principalement soutenus à Paris (47), Bordeaux (13), Toulouse (11), Aix-en-Provence (4) etc. En fait cette disproportion reflétait l’importance en France de l’organisation des études de langues et civilisation hispaniques et hispano-américaines dominant les études littéraires luso-brésiliennes en matière de diplômes d’enseignement supérieur traditionnels tout en permettant de noter combien le Brésil attirait les étudiants inscrits dans des cadres universitaires moins classiques où prédominaient les sciences sociales (politologie, économie, sociologie).

120Quant aux travaux universitaires consacrés aux autres pays d’Amérique latine, ils se répartissaient en quatre groupes de pays dont un ensemble Pérou, Argentine, Venezuela oscillait autour d’une cinquantaine de travaux et un autre ensemble Colombie, Chili, Cuba, Haïti se situait aux environs d’une trentaine de travaux. Incontestablement, la percée de Cuba dans le latino-américanisme d’actualité ne se reflétait guère dans la production du latino-américanisme universitaire qui, au niveau des diplômes de fin d’études du second cycle, reflétait l’émergence de l’hispanisme français.

121L’hispanisme français commençait d’ailleurs à prendre en compte de façon moins marginale le domaine latino-américain. En 1968, par exemple sur 427 sujets de thèses déposés concernant le monde ibérique et ibéro-américain, l’Amérique latine attirait le quart des chercheurs (105 thèses). Cet attrait pour l’Amérique latine se révélait particulièrement fort dans les sciences de l’homme et de la société puisque 13 sujets de thèse de géographie sur 26 et 13 sujets de thèse de sociologie sur 15 lui étaient spécifiquement consacrés. Le domaine colonial, et donc la péninsule ibérique fascinait encore les historiens qui avaient beaucoup de mal à franchir l’Atlantique (15 thèses sur 42). Toutefois, près des 2/3 des latino-américanistes universitaires étaient issus des départements d’études ibériques et ibéro-américaines des Facultés de Lettres puisque près de 70 sujets de thèse étaient déposés par des hispanistes ou des lusistes. En fait le domaine portugais et luso-brésilien atteignait à peine 1/6 des sujets de thèse concernant l’ensemble du monde ibérique et ibéro-américain (59 sujets de thèse sur 364). Ce fut bien autour et à la frontière de l’hispanisme français que le latino-américanisme universitaire s’est ancré en France dans la vie des Facultés.

Le latino-américanisme à la croisée des sciences sociales et de l’hispanisme

122Le recteur Jean Sarrailh avait été bien à même, de par l’évolution de sa carrière universitaire et scientifique, de mettre en œuvre ces relations entre l’hispanisme et le latino-américanisme universitaire.

  • 67 Marcel Bataillon : « Jean Sarrailh (1891-1964) », p. 20, in Mélanges à la mémoire de Jean Sarrailh (...)
  • 68 Ibidem, pp. 23-24.
  • 69 Ibidem, p. 25. D’autre part Jean Sarrailh : L’Espagne éclairée de la seconde moitié du XVIIIe sièc (...)

123Jean Sarrailh, en effet, avait été initié à l’hispanisme grâce à Enest Mérimée qui dirigeait dans les années 1916-1917 l’Institut français de Madrid. Issu de l’École Normale Supérieure de Saint-Cloud (1911-1913) — fils et petit-fils de directeur de cours complémentaire, de Monein où ses origines béarnaises l’avaient fait naître le 14 octobre 1891, Jean Sarrailh fréquenta d’abord G. Cirot qui présidait aux destinées de l’Institut hispanique de la Faculté des Lettres de Bordeaux avant d’être appelé par Don Ernesto comme secrétaire de l’Institut madrilène. Séduit par le maître toulousain, il avait été un des animateurs de la Casa de Velazquez de 1916 à 1925 avant de connaître selon le mot de Marcel Bataillon l’élargissement de ses horizons d’hispaniste avec les pensionnaires de l’Ecole des Hautes Etudes Hispaniques dirigée par Pierre Paris67. « Le monde intellectuel de la péninsule ibérique livrait peu à peu ses secrets à ce brillant agrégé d’espagnol. Mais au moment où Robert Ricard et Marcel Bataillon s’attachaient à comprendre les mutations du xvie siècle qui coupaient l’Espagne du mouvement de l’humanisme de la Renaissance pour l’ouvrir sur celui de la Contre-Réforme et de la transplantation culturelle des ordres religieux dans le Nouveau Monde christianisé, Jean Sarrailh cherchait à pénétrer « les Espagnols qui avaient voulu, au siècle des lumières, éduquer et moderniser l’Espagne... cette Espagne même qu’ils entendaient transformer » dans les années 1936-193768. Désormais l’hispaniste s’engageait sur la voie de la connaissance de l’Espagne éclairée de la seconde moitié du XVIIIe siècle, un ouvrage publié avec le concours du CNRS en 1954, l’année de la création de l’Institut des Hautes Études de l’Amérique latine, et qui a « contribué de façon décisive à ouvrir à son auteur, en 1955, les portes de l’Académie des Sciences morales et politiques. Celle-ci voulut honorer en Sarrailh, commentait Marcel Bataillon, non seulement le premier recteur de France, mais le savant qui avait su malgré la lourde charge d’une grande université en expansion rester attaché à une recherche personnelle. Il est vrai qu’en son œuvre maîtresse, notre ami avait fait revivre un mouvement de pensée dont l’idéal de progrès par l’éducation était celui-là même qu’il servait dans son action de chaque jour »69.

124Certes, l’ancien professeur de l’Université de Poitiers qui allait véritablement créer dans cette ville, dès les années 1930-1937, une tradition de recherches hispaniques, avait été initié aux charges administratives des rectorats à Grenoble dans la foulée du gouvernement du Front Populaire, puis à Montpellier en 1941. Son opposition à la France de Pétain l’avait entraîné à être relevé de ses fonctions. Mais il eut la charge, en 1944, de la Direction générale de l’éducation physique et des Sports au ministère de l’Éducation nationale et sa nomination au rectorat de Paris fut prononcée en 1947. L’hispaniste allait vivre dès lors cette période d’intense activité administrative jusqu’à sa retraite en octobre 1961. La fidèle admiration de son disciple Amédée Mas comme son amitié pour Marcel Bataillon lui permettront de garder une vive attention aussi bien à l’Institut des Hautes Études de l’Amérique latine qu’à l’Institut d’Études hispaniques.

  • 70 Ibidem, pp. 25-26. D’autre part la vie de Jean Sarrailh a été très étroitement mêlée à la vie de l (...)

125Ce fut d’ailleurs Marcel Bataillon qui contribua à la diffusion de son Espagne éclairée en traduction espagnole au Mexique en 1957. Jean Sarrailh découvrait alors à nouveau le continent américain qu’il avait fréquenté en tant que membre de la délégation française à la Conférence internationale de l’UNESCO en 1947 à Mexico. « Il s’ouvrait personnellement à la curiosité américaniste à travers l’étude des colonies espagnoles insurgées du Nouveau Monde. Sarrailh avait recommencé à projeter et entreprendre. Nous pouvions espérer qu’une troisième étape de sa vie d’hispaniste s’inaugurait. Dans la tranquillité retrouvée à Bayonne et à Monein, il prenait plaisir à des recherches sur l’hispanisme de l’auteur de Gil Blas. Hélas il n’eut que le temps d’en mettre en forme un chapitre divertissant pour lui, que lui remémorait sa propre visite à Mexico. Il était à la dernière extrémité quand ses amis reçurent, comme un message d’adieu l’étude intitulée « A propos de A.R. Le Sage américaniste ». Marcel Bataillon concluait son hommage en ces termes : « Le souvenir du grand recteur hispanisant n’est pas près de s’éteindre. Non seulement il vivra dans les cœurs, que Sarrailh avait le don de conquérir, confirmant par les actes et par les attachements fidèles, l’amitié que promettaient son serrement de main et son regard. Mais quelques demeures de l’hispanisme porteront aussi témoignage du rôle qui lui incomba à une époque de rénovation de l’Université de Paris. Sans négliger les développements dont d’autres secteurs avaient un besoin non moins urgent, il prit à l’instigation de Paul Rivet en 1954, l’initiative de fonder l’Institut des Hautes études de l’Amérique latine, qui permet aujourd’hui rue Saint-Guillaume, la coopération de diverses disciplines sur un terrain riche d’avenir. Grâce à son appui, l’Institut d’Études Hispaniques de la rue Gay-Lussac a pu enfin s’étendre (vers le haut), à la mesure des effectifs d’étudiants que le fondateur Ernest Martinenche était loin de prévoir. Le nom de Sarrailh, perpétré par une belle œuvre d’hispanisant, restera aussi durablement lié à une phase d’essor de notre hispanisme universitaire »70.

  • 71 Bernard Lavallée : « Rapport de la sous-commission Littérature Civilisation, idéologie, histoire » (...)

126Or, cet hispanisme universitaire appréhendait de plus en plus le monde latino-américain. Certes, l’introduction du latino-américanisme dans l’hispanisme triomphant des années 1950-1960 ne s’était pas réalisée sans difficulté, ni même, parfois sans polémiques. Retenant l’expérience de Jean Sarrailh, de Marcel Bataillon au Collège de France, de Robert Ricard à la Sorbonne, qui avaient tous deux si bien décrit la découverte de l’Amérique dans la conscience espagnole du xvie siècle et les vertus critiques de l’élan missionnaire de l’Espagne coloniale de La Casas aux différents ordres religieux, poussaient de jeunes universitaires vers cette terre d’Amérique que le Bulletin Hispanique se plaisait à découvrir en 1953-1954 à l’occasion d’une célèbre polémique opposant Edmundo O’Gorman et Marcel Bataillon. Marcel Bataillon et Robert Ricard marchaient dans les traces de Jean Cassou, aux portes de l’Amérique espagnole et des conquistadors. Comme le constatait Bernard Lavallée « un nombre réduit de spécialistes passés auparavant et selon des chemins très divers par l’hispanisme avaient essentiellement pour champ d’investigation les rapports entre la littérature et la société, les formes et les modes d’expression des idées, leur filiation et l’histoire de leurs relations avec les milieux dont elles étaient issues, qu’elles étaient censées refléter ou qu’elles voulaient modifier. Il s’agissait de travaux qui tenaient surtout à la fois, quoiqu’en proportion variable, de l’histoire des idées et de la littérature, envisagée moins sous ses aspects formels et esthétiques que dans une perspective de type sociologique. Certaines de ces recherches se situaient aux frontières de l’histoire, telles celles de Robert Ricard sur les missions mexicaines, d’autres comme celles de Marcel Bataillon, notamment sur le xvie siècle américain qu’il soit hispanique ou portugais, couvraient l’ensemble du domaine, d’autres enfin, comme celle de Paul Verdevoye sur le Rio de la Plata et de Noël Salomon sur le Mexique et le Chili allaient davantage dans le sens d’une analyse littéraire. Avec les années soixante et surtout leur seconde moitié, une première évolution se dessina à savoir l’affirmation des travaux effectués par des chercheurs issus de l’hispanisme et enseignant, dans les universités, au sein des départements d’études ibériques et ibéro-américaines. La plupart des grands livres de l’américanisme français parus ou menés à terme à cette époque sont de leur fait... On pense aux travaux de Pierre Duviols sur l’extirpation de l’idolâtrie au Pérou, d’André Saint-Lu sur La Casas, de Charles Minguet sur Humboldt, de Jacques Lafaye sur les mythes de Quetzacoalt et Guadalupe, de Claude Dumas sur le xixe siècle mexicain, etc. »71.

  • 72 Pierre Chaunu : Conquête et exploitation des nouveaux mondes (XVIe siècle), Paris, PUF, 1969 ; L’e (...)

127Incontestablement, ce mouvement latino-américaniste né de l’hispanisme a été en mesure de s’affirmer au sein de la Société des hispanistes de l’enseignement supérieur, créée dans les années 1963-1964. Tous les congrès annuels de cette société ont donné matière à expression aux adeptes du latino-américanisme. Il est vrai qu’au sein de cette société, Marcel Bataillon et Noël Salomon œuvraient en faveur d’une ouverture qui n’était acceptée par beaucoup qu’avec réticences. L’éminent hispaniste, originaire de Dijon, s’employait à redonner une véritable dimension aux vertus lascasiennes que les historiens démographes, de Pierre Chaunu à Marianne Mahn-Lot, redécouvraient à la lumière des travaux de démographie historique sur l’évolution du peuplement indien du continent et du choc de la conquête72.

128Quant à Noël Salomon, toujours fidèle à son engagement politique qui le conduisit des FTP lors de la Seconde Guerre mondiale au parti communiste français et au Comité directeur de l’association France-Cuba depuis sa fondation en 1961, il s’efforçait d’établir un pont entre la conscience historique et la littérature du continent latino-américain. Dès 1955, il avait publié, avec Yves Lacoste un dossier pédagogique sur l’Amérique latine, mis à jour en 1964 et complété grâce aux collaborations de Pierre Heugas-Lacoste, Georges Fournial et Roland Labarre. Incontestablement, les deux présidents d’honneur de la Société des hispanistes français s’attachèrent à faire en sorte que l’Amérique latine puisse avoir une place de choix dans la connaissance du monde ibérique. Et cet attrait pour l’Amérique latine Noël Salomon s’efforça de le faire partager au sein même de l’association internationale des hispanistes, dont il était vice-président et qu’il accueillit en sa bonne ville de Bordeaux, en septembre 1974, à l’occasion du cinquième congrès mondial de l’association. Dès lors, Bordeaux occupait le même rang que Mexico ou Salamanque dans le cœur des hispanistes du monde entier.

Le latino-américanisme existe-t-il ?

129Toutefois, cette affirmation en France du latino-américanisme universitaire, son organisation autour de la promotion des études latino-américaines dans les universités, la création d’institutions spécialisées sur l’Amérique latine, bref tous les facteurs permettant de mesurer l’essor du latino-américanisme, n’étaient pas sans poser de graves problèmes de conscience à certains acteurs, et non des moindres. Pendant cette période où, de 1954 à 1970, tout un mouvement s’attacha à comprendre, de France, le fonctionnement du laboratoire américain aussi bien dans le domaine des sciences de l’homme et de la société que dans le domaine de la littérature et de la civilisation, nombreux furent les universitaires français qui aspirèrent à identifier leurs disciplines scientifiques à cette aire culturelle.

130Afin d’atteindre un effet d’entraînement, une masse critique, un certain nombre d’universitaires français se transformèrent en latino-américanistes. L’aventure de cette mutation scientifique qui a donné ainsi naissance au latino-américanisme a permis de délimiter les acquisitions tant matérielles que spirituelles de ces groupes d’universitaires pour qui le laboratoire latino-américain était devenu une raison de vivre, d’écrire et de penser. Au moment même où l’ancrage de ce latino-américanisme s’effectuait dans le cadre propre des structures de l’enseignement supérieur et de la recherche, au moment même où cet essor s’affirmait, d’autres universitaires refusaient l’option latino-américaniste estimant que la connaissance de l’Amérique latine pouvait être entreprise soit dans le cadre des laboratoires disciplinaires eux-mêmes, soit dans le cadre d’autres champs d’études comparatives.

131A leurs yeux, le laboratoire latino-américain avait été un moment essentiel des débats et combats de la recherche, au carrefour de problématiques et d’une épistémologie des sciences. Le laboratoire avait permis d’apporter un certain nombre de preuves infirmant ou confirmant des hypothèses scientifiques. Le vaste mouvement d’intérêt que des chercheurs d’horizons disciplinaires différents avaient extrait du laboratoire avait même pu modifier le cours épistémologique des sciences de l’homme et de la société. Le cours modifié, leur intérêt pour l’Amérique latine ne s’exprimait plus de la même manière. Certes, des trahisons spectaculaires ont pu apparaître ici ou là ; pour quelques-uns d’entre eux l’Amérique latine a été victime d’une damnatio memoriae. Pour la plupart cependant, la promotion des recherches sur l’Amérique latine ne passait pas par la voie exclusive de l’intensification des études latino-américanistes. L’affirmation de la nécessité de celles-ci enclenchait l’apparition d’un ghetto.

132Ce débat eut lieu surtout parmi les économistes, les juristes, les sociologues, les historiens ; il était présent aussi parmi les géographes, même si les vertus latino-américanistes furent particulièrement cultivées chez eux. Le besoin impératif que les spécialistes de langue et littérature d’Amérique latine ont éprouvé pour se démarquer des hispanistes a, de fait, provoqué la création d’études latino-américaines spécifiques au sein desquelles les chercheurs en science de l’homme et de la société se trouvaient obligés d’adhérer sous peine de se trouver exclus. A partir du moment où des institutions propres étaient créées en vue de développer la connaissance de l’Amérique latine, ces institutions impliquaient l’engagement des hommes sous la bannière du latino-américanisme.

  • 73 Pierre Chaunu, « Un réactionnaire progressiste ? » Entretien avec Michel Winock in l’Histoire no 4 (...)
  • 74 Pierre Chaunu : « Sevilla y yo : conférence inédite prononcée le 14 novembre 1980 à l’Université d (...)

133Parmi les historiens, avec sa franchise coutumière, Pierre Chaunu évoqua les dangers d’un tel ghetto : « ma réflexion sur l’Amérique, confessait-il à Michel Winock, aboutit en 1960 à une thèse qui restitue au centre de l’explication des phénomènes observés par Hamilton, le rythme de la population indienne. Il s’ensuit toutes sortes de problèmes et de drames. Je ne m’entends plus avec mon maître Braudel. Je prends conscience que je ne deviendrai pas ce que j’avais rêvé d’être, c’est-à-dire directeur d’étude à l’École des Hautes études. D’où une reconversion brutale, sans rupture cependant. Je deviens maître de conférence en province. J’arrive en 1959 à Caen. Que puis-je alors faire faire aux étudiants ? Les faire travailler sur l’Amérique ? Certes pas. Cela ne présente pas d’intérêt, c’est irréaliste. Nous allons faire ensemble de la démographie historique. Je deviens professeur, je me passionne pour mon métier et je fais à la fois de la démographie historique, du quantitatif — une enquête sur le bâtiment — et puis un peu de synthèse sur les grandes civilisations. Et j’achève le cycle américain par mes deux ouvrages sur l’expansion européenne et la conquête des nouveaux mondes »73. Et Pierre Chaunu conclue : « La démographie historique en était à ses premiers pas. Pas question d’envoyer mes élèves travailler en Espagne. J’en ai envoyé quelques-uns et quelques-unes... et je n’en suis pas peu fier..., mais il me fallait un champ plus proche, plus accessible. Le monde amérindien... m’avait fasciné. Je prenais donc en marche le train de la démographie historique. Et c’est une autre étape de ma carrière de chercheur. Je n’ai pas contribué à mettre au point la méthode qui a révolutionné la démographie historique, mais mon expérience américaine m’a permis de proposer une lecture nouvelle des données rassemblées... J’ai vu la France, l’Italie, l’Allemagne, l’Angleterre de l’Ancien régime, de la société chrétienne traditionnelle du monde plein, avec le regard de Bernardino Sahagun ou d’un Montesinos débarquant dans la société nahualt... J’ai perfectionné ce système tout récemment grâce au traitement sériel de l’information contenue dans les pénitentiels. J’ai maintenant un système démographique cohérent qui me permet d’interpréter les phénomènes démographiques. Le système s’est révélé assez opérationnel : c’est ainsi que j’ai été amené à prévoir par l’analyse des séries publiées dès 1965-1967 l’amplitude et la durée du bouleversement démographique et l’extension progressive de ce système pourtant non reproductible à d’importants secteurs du Tiers-Monde, toutes les parties acculturées du Tiers-Monde »74.

134Certes, il est possible de dire que Pierre Chaunu, historien, a abandonné le laboratoire américain parce que, nommé à Caen, le terrain n’était pas propice au latino-américanisme. Dans la même perspective, on peut considérer que la nomination de Frédéric Mauro à Toulouse a permis de trouver un terrain favorable à l’éclosion du latino-américanisme.

  • 75 Frédéric Mauro : « Enseignement de l’histoire de l’Amérique latine dans les universités françaises (...)

135En ce sens, le contenu d’un enseignement d’histoire sur l’Amérique latine était défini de la façon suivante : « Des questions sur l’Amérique latine peuvent être mises au programme du DEUG ou de la licence dans toutes les universités, même celles qui ne possèdent pas de spécialistes. Là où il y a un spécialiste, précisait Frédéric Mauro, l’Amérique latine fournit toujours une question du programme soit du DEUG, soit de la licence, soit de l’agrégation et souvent de deux des trois. A Paris X, où l’on a conservé le système du C1 de la réforme Fouché de 1967, sous le nom d’enseignement spécialisé, le professeur d’histoire de l’Amérique latine consacre cet enseignement à l’histoire contemporaine, l’histoire moderne, c’est-à-dire coloniale, étant plutôt donné comme enseignement général. Mais rien ne lui interdit de faire un jour un cours sur l’histoire contemporaine de l’Amérique latine. L’enseignement spécialisé... n’est pas donné sous forme de cours, mais de pré-séminaires où les étudiants doivent faire preuve d’un peu d’initiative dans leur travail. Au niveau de la maîtrise..., l’année que l’on y consacre est entièrement réservée à la recherche dans les archives et en bibliothèque pour la préparation d’un mémoire d’environ 200 pages dactylographiées, fait de première main et faisant avancer la connaissance »75. De ce point de vue, l’Amérique latine se trouve au carrefour des miroirs du latino-américanisme et de la discipline universitaire classique.

  • 76 Daniel Pécaut : Rapport de la sous-commission Sciences Politiques et sociologie in Actes des Etats (...)

136De fait, le rejet du latino-américanisme par de nombreux universitaires peu suspects d’abandonner l’Amérique latine dans leurs recherches personnelles pouvait aussi déboucher sur une autre perception des choses. Le « colombianiste » Daniel Pécaut n’était-il pas conduit à préciser : « l’essor même des sciences sociales en Amérique latine, en qualité et en quantité, ne fait que rendre plus manifestes les carences de la recherche française dans les disciplines de sciences politiques et de sociologie. Dans la coopération avec les équipes latino-américaines, elles risquaient désormais de constituer un handicap. Il ne s’agit pas de plaider ici seulement la cause des études latino-américanistes en un sens étroit. La référence à une aire culturelle ne peut tenir lieu de définition scientifique et le brevet de latino-américaniste ne vaut que s’il est soutenu par l’excellence dans un champ disciplinaire ou interdisciplinaire : l’ère de la découverte de l’Amérique latine est derrière nous. Il s’agit au contraire d’indiquer que, plus encore qu’auparavant, il n’est de recherche sur l’Amérique latine qui ne doive s’étayer sur des thématiques rigoureuses et que les sociologues ou politologues non latino-américanistes sont appelés, dans les recherches en coopération, à jouer un rôle essentiel. Ce qui vaut pour la recherche vaut aussi pour la formation des chercheurs : les DEA latino-américanistes ne sont peut-être pas la panacée »76.

Notes

1 « Les organismes assurant la liaison entre l’Amérique latine et la France » parag. II, « L’Institut des Hautes Etudes de l’Amérique latine de l’Université de Paris », p. 238 in Encyclopédie de l’Amérique latine, o.c. pref. d’Edouard Bonnefous, ancien ministre, vice-président de l’Institut des Hautes études de l’Amérique latine, professeur à l’Institut des Hautes Etudes Internationales. Cet ouvrage a été publié sous le patronage de : André Siegfried de l’Académie française, président de la Fondation nationale des Sciences politiques ; Paul Rivet, directeur honoraire du Musée de l’Homme, président de la Société des Américanistes ; Raymond Ronze, directeur du Groupement des Universités et des Grandes Ecoles pour les relations avec l’Amérique latine ; Pasteur Vallery-Radot, de l’Académie française et de l’Académie de médecine ; Jean Sarrailh, recteur de l’Académie de Paris, président du Conseil de l’Université ; Robert de Billy, président exécutif de la Maison de l’Amérique latine.

2 Fernand Braudel, article publié in Annales E.S.C., 1951 cité d’après Guy Martinière, Contribution à l’étude rétrospective du Brésil. Essai d’historiographie, pp. 345-346, t. II, Paris, thèse multigr., 1973. D’autre part de Victor L. Tapié : Histoire de l’Amérique latine au XIXe siècle, Paris, Aubier, 1945, 300 p.

3 « Les organismes... » parag. V, « La Maison de l’Amérique latine à Paris » in Encyclopédie, p. 240, o.c.

4 Ibidem, p. 241.

5 Ibidem, p. 241.

6 France et Brésil. Catalogue de l’exposition 24 mai-27 juin 1955, Hôtel de Rohan. Avant-propos de Charles Braibant, p. 9.

7 « Les organismes... », parag. VI, « La Chambre de commerce France-Amérique latine », p. 241, o.c.

8 D’après « l’Amérique latine et la France, les apports français au développement du continent » p. 14 in Notes et Etudes documentaires, 27 avril 1964, no 3084, La Documentation française. Dans le même esprit, cf. Frédéric Mauro : « Les investissements français en Amérique latine aux XIXe et XXe siècles » pp. 193-202 in La position internationale de la France. Aspects économiques et financiers. XIXe-XXe siècles, textes réunis et présentés par Maurice Lévy-Leboyer, Paris, éditions de l’EHESS, 1977, 472 p.

9 « Les échanges commerciaux entre la France et l’Amérique latine », pp. 4-6 in Notes et Etudes documentaires, 15 septembre 1956, no 2214, La Documentation française.

10 Ibidem, p. 40.

11 « Les organismes... », parag. IV, « Le groupe parlementaire d’amitié France-Amérique latine », p. 239, o.c.

12 Edouard Herriot : Allocution inaugurale de la Première semaine de l’Amérique latine, Lyon, 1916, p. 4.

13 Déclaration adoptée à l’unanimité moins une abstention (le Mexique) à l’issue des travaux du premier Congrès de l’Union latine a Rio de Janeiro (octobre 1951), texte cité d’après Roger Barthe : L’idée latine..., pp. 181-182, o.c.

14 Cf. Paulo E. de Berredo Carneiro : Vers un nouvel humanisme, p. 314, Paris, Seghers, 1970, 340 p.

15 Ibidem, p. 315.

16 Pierre Cabanes : « Dans la perspective du Troisième Congrès de l’Union latine » in Horizons latins, no 27, avril-mai 1973.

17 Jean Sarraihl : Discours prononcé le 9 mars 1953 à la Sorbonne à propos de la création de l’Institut des Hautes études de l’Amérique latine, cité d’après Encyclopédie, pp. 238-239, o.c. D’autre part de Jacques Oudiette : Problèmes d’épargne et d’investissement en Amérique latine, o.c. ; René David : L’originalité des droits de l’Amérique latine, Paris, CDU, IHEAL, s.d., 19 p. ; Joseph Hamel : Les efforts des Etats de l’Amérique latine en vue d’unifier leur droit privé, Paris, CDU, IHEAL, s.d., 18 p. ; Roger Bastide : Etudes de littérature brésilienne, Paris, CDU, IHEAL s.d., 56 p. ; Jacques Soustelle : Rencontre de la civilisation hispanique et des civilisations indigènes de l’Amérique, Paris, CDU, IHEAL, s.d., 34 p. ; Robert Ricard : Une poétesse mexicaine du XVIIe siècle, sor Juana Inès de la Cruz, Paris, CDU, IHEAL, s.d., 45 p. L’évolution spirituelle de Perez Galdos, Paris, CDU, IHEAL, s.d., 27 p. ; Luis Heitor Correa de Azevedo : La musique en Amérique latine, Paris, CDU, IHEAL, s.d., 64 p. ; Francisco de Mirandes Miranda : Le duché de Veraga et les origines du Costa-Rica, Paris, CDU, IHEAL, s.d., 21 p.

18 « Les organismes... », parag. II « Le Groupement des Universités et Grandes Écoles de France pour les relations avec l’Amérique latine », p. 239 in Encyclopédie, o.c.

19 Ibidem, p. 238.

20 Suzanne Balous : L’action culturelle... pp. 31-32, o.c.

21 « Les organismes... », parag. I « Les relations culturelles entre la France et l’Amérique latine », pp. 234, in Encyclopédie... pp. 234-238, o.c.

22 Ibidem, p. 238.

23 Claude Lévi-Strauss : Tristes tropiques, p. 18, Paris, Plon, 1955, 480 p.

24 Pierre Chaunu : « L’Amérique latine, les grandes lignes de la production historique (1950-1962) », pp. 154-155, in Revue historique, janvier-mars 1964, 88e année T. CCXXXI, pp. 153-186.

25 Sur le rôle joué par la révolution cubaine, son impact sur le développement des études latino-américanistes aux États-Unis et en Europe, cf. Carmelo Mesa-Lago : Latin american studies in Europe, o.c.

26 De C. Lévi-Strauss, on peut citer par exemple : La vie familiale et sociale des indiens Nambikwara, Paris, Société des américanistes, 1948 ; Roger Bastide : Brésil, terre des contrastes, Paris, Hachette, 1948 ; Pierre Monbeig : Pionniers et planteurs de Sao Paulo, Paris, A. Colin, 1952 ; Jacques Lambert : Le Brésil, structures sociales et institutions politiques, Paris, A. Colin, 1953 : Amérique latine, structures sociales et institutions politiques, Paris, PUF, 1963 (Collection Thémis).

27 Victor L. Tapié : Histoire de l’Amérique latine, o.c. ; Louis Papy : « Au pays des plantations caféières de Sao Paulo » in Cahier d’Outre Mer, no 26, 1954, pp. 195-203 ; Pierre Gourou : Les pays tropicaux, Paris, PUF, 1954 ; Maurice Le Lannou : Le Brésil, Paris, A. Colin, 1955 ; E. Aubert de la Rue : Brésil aride, la vie dans la caatinga, Paris, Gallimard, 1957 ; Emmanuel de Martonne : « Problèmes morphologiques du Brésil tropical atlantique » in Annales de géographie, 1940 ; Charles Morazé : Les trois âges du Brésil, Paris, A. Colin, 1954 ; Francis Ruellan ; « Les surfaces d’érosion de la région sud-orientale du plateau central brésilien » in Compte rendu du Congrès International de géographie, Lisbonne, 1949, t. II, pp. 659-673 ; « A evoluçao geomorfologica da Baia de Guanabara e das regioes vizinhas » in Revista brasileira de geografia, VI, 4 oct. 1944, pp. 450-500, etc.

28 Germain Bazin : L’architecture religieuse baroque au Brésil, Paris, Plon, 1956-1958 (2 vol.) ; Jean Roche : La colonisation allemande et le Rio Grande do sul, Paris, IHEAL, 1959 ; Ruggiero Romano : Les mécanismes de la conquête coloniale : les conquistadores, Paris, Flammarion, 1972 ; Frédéric Mauro : Le Portugal et l’Atlantique au XVIIe siècle. Etude économique, Paris, SEVPEN, 1960 ; Pierre Chaunu : Séville et l’Atlantique (1504-1650). Structures et conjoncture de l’Atlantique espagnol et hispano-américain, Paris, IHEAL, 1960 ; Michel Rochefort : Rapports entre la pluviosité et l’écoulement dans le Brésil subtropical et le Brésil atlantique, Paris, IHEAL, 1958 ; Denis Lambert : Les inflations sud-américaines. Inflation de sous-développement et inflation de croissance, Paris, IHEAL, 1959 ; Jacques Boudeville : « Contribution à l’étude des pôles de croissance brésiliens : une industrie motrice, la sidérurgie du Minas Gerais » in Cahiers de l’ISEA, juin 1957, no 56 ; Jacques Wolf : « Le plan de développement brésilien » in Cahiers de l’ISEA, no 63, janvier 1958 ; Celso Furtado : L’économie coloniale brésilienne (XVIe-XVIIIe siècles), thèse de doctorat d’université soutenue le 1er juin 1948 à Paris ; sur C. Furtado, cf. Guy Martinière : « Celso Furtado face aux dilemmes de l’économie brésilienne : progrès et/ou stagnation ; créativité et/ou dépendance » in Aspects de la coopération, pp. 171-176, o.c. ; Georges Friedmann : Problèmes d’Amérique latine, Paris, Gallimard, 1959 ; Signal d’une troisième voie : l’Amérique latine, Paris, Gallimard, 1960.

29 Fernand Braudel : Personal testimony in The Journal of modem history, p. 452, déc. 1972, vol. 44, pp. 448-467. De F. Braudel : « A travers un continent d’histoire. Le Brésil et l’œuvre de Gilberto Freyre », in Mélanges d’histoire sociale, IV, 1943, pp. 1-20 ; Gilberto Freyre : Maîtres et esclaves, Paris, Gallimard, 1954 (Collection La croix du Sud dirigée par Roger Caillois) avec une préface de Lucien Febvre.

30 Ibidem, p. 452. D’autre part, la Méditerranée et le monde méditerranéen à l’époque de Philippe II, Paris, A. Colin, 1966 (sec. éd. revue et augmentée) ; d’Henri Hauser : « Naissance, vie et mort d’une institution : le travail servile au Brésil » in Annales d’histoire économique et sociale, 1938, pp. 309-318. Sur les réflexions brésilienne d’H. Hauser, cf. Pierre Chaunu, Introduction à La prépondérance espagnole 1559-1660, Paris, Mouton, 1973, p. XII, note 2.

31 Pierre Chaunu, un réactionnaire progressiste ». Entretien avec Michel Winock in l'Histoire, no 44, avril 1982 et L’Historien dans tous ses états, Paris, Perrin, 1984.

32 Parmi les ouvrages non déjà cités, Jacques Butterlin : Géologie générale et régionale de la république d’Haiti, Paris, IHEAL, 1960 ; Concolorcorvo : Itinéraire de Buenos-Aires à Lima, préface de Marcel Bataillon, Paris, IHEAL, 1960 ; Yvonne Beigbeder : La région moyenne du haut Rio Branco, étude géomorphologique, Paris, IHEAL, 1959 ; François Bourricaud : Changements à Puno. Etude de sociologie andine, Paris, IHEAL, 1962 ; Pradel Pompilus : La langue française en Haiti, Paris, IHEAL, 1961 ; Alvaro Jara : Guerre et société au Chili, Paris, IHEAL, 1961.

33 Sans vouloir multiplier les exemples, il convient de remarquer comment grâce à F. Perroux, l’Amérique latine est devenue un des thèmes privilégiés de la revue Tiers-Monde qui lui a consacré trois numéros spéciaux entre 1963 et 1965. Cette revue étudiait en 1963 dans le tome IV, no 15 les caractères très particuliers de la situation économique et sociale du Mexique au sein de l’Amérique latine ; dans le tome V, no 19, un numéro était entièrement consacré à « Amérique latine - Europe 1964 » présenté par Pierre Monbeig afin de montrer la possibilité de développer les relations malgré l’isolement actuel de l’Amérique latine et sa dépendance vis-à-vis de l’Amérique du Nord, et malgré la crainte que lui inspirait la nouvelle puissance industrielle de l’Europe. Dans le tome VI, no  23, un numéro, présenté par François Perroux, dirigé par Gustavo Lagos, directeur de l’Institut d’intégration pour l’Amérique latine, permettait à une dizaine d’économistes latino-américains de très haut niveau dont, par exemple, le président de la Banque Interaméricaine de Développement (BID) Felipe Herrera, de faire le point des enjeux de l’intégration latino-américaine. D’autre part la Revue de psychologie des peuples consacrait en 1963 un numéro spécial sur le « Rapport d’ensemble sur les journées havraises de septembre consacrées à l’Amérique latine » avec des interventions entre autres d’H. Kellenbenz, Olivier Brachfeld, Raymond Ronze, Marlyse Meyer, Dusan Sidjanski, Abel Miroglio (4e trimestre 1963). La revue Sociologie du travail a publié en 1961 un numéro spécial « Ouvriers et syndicats d’Amérique latine » dirigé par Alain Touraine et en 1967 un autre numéro « Classes sociales et pouvoir politique en Amérique latine ».

34 Antoine Prost : L’enseignement en France, p. 469, o.c.

35 Marcel Niedergang : Les vingt Amériques latines, Paris, Plon, 1962 ; Jacques Arnault : Journal de voyage en Amérique latine, Paris, Editions Sociales, 2 vol. ; Cuba et le marxisme, Paris, La nouvelle critique, 1962 ; Edouard Bailby : Brésil, pays clé du Tiers-Monde, Paris, Calmann-Lévy, 1964 ; Claude Julien : La révolution cubaine, Paris, Julliard, 1961 ; Jean-Jacques Faust : Le Brésil, une Amérique pour demain, Paris, Seuil, 1966 ; Pierre Rondière : Délirant Brésil, de Copacabana à l’Amazonie, Paris, Hachette, 1964 ; Le Brésil, Paris, F. Nathan, 1965 ; Georges Fournial : De Monroe à Johnson. La politique des Etats-Unis en Amérique latine, Paris, Ed. Sociales, 1966 (en collaboration avec Roland Labarre) ; Pauvres ou riches Amériques, Paris, Editions Sociales, 1968 ; Pierre Vilar, Henri Claude, Roger Garaudy, Georges Fournial, Roland Labarre : Eveil aux Amériques. Cuba, Paris, Editions Sociales, 1962 (avec une préface de Jacques Duclos) ; Jean-Pierre Joffroy : Brésil, Paris, Seuil, 1959 ; René Laurentin : Flashes sur l’Amérique latine, Paris, Seuil, 1968 ; L’Amérique latine à l’heure de l’enfantement, Paris, Seuil, 1968 ; Développement et salut, Paris, Seuil, 1969 ; Jean Toulat : Espérance en Amérique du sud. Paris, Desclée de Brouwer, 1968 ; Alain Gheerbrant : L’église rebelle d’Amérique latine, Paris, Seuil, 1969 ; Sous la direction de G.M. Mattéi, Brésil. Pouvoirs et luttes de classe, Paris, Cujas, 1966 ; Léo Sauvage : Autopsie du castrisme, Paris, Flammarion, 1962 ; Ania Francos : La fête cubaine, Paris, Julliard, 1962 ; Georges Soria : Cuba à l’heure de Castro, Paris, Del Duca, 1961 ; Victor Franco : La révolution sensuelle, Paris, Grasset, 1962 ; Jean-Paul Sartre : « Ouragan sur le sucre » in France Soir (1960) ; René Dumont : Cuba : socialisme et développement, Paris, Seuil, 1964 (Dédicacé « aux Algériens ») ; K.S. Karol : Les guerilleros au pouvoir. L’itinéraire politique de la révolution cubaine, Paris, Robert Laffont, 1970 ; Fidel Castro : Discours, Paris, Coll. 10/18, 1964 (Textes réunis par Christine Glucksman) ; Ernesto Che Guevara : OEuvres complètes, Paris, Maspéro, 1969 (3 vol.) ; Juan Bosch : Le pentagonisme, Paris, Seuil, 1969 ; Carlos Marighella : Pour la libération du Brésil, Paris, Seuil, 1970 ; Miguel Arraes : Le Brésil. Le peuple et le pouvoir, Paris, Maspéro, 1969 ; François Juliao : Combao (le joug) la face cachée du Brésil, Paris, Maspéro, 1968 ; Helder Camara : Le Tiers-Monde trahi, Paris, Desclée, 1968 ; Pour arriver à temps, Paris, Desclée, 1970 ; Spirale de la violence, Paris, Desclée, 1970 ; Régis Debray : Essais sur l’Amérique latine, Paris, Maspéro, 1968 ; La guerilla du Che, Paris, Seuil, 1974 ; La critique des armes, Paris, Seuil, 1974, (2 vol.), coll. Combats dirigée par Claude Durand ; Charles Antoine : L’Eglise et le pouvoir au Brésil. Naissance du militarisme, Paris, Desclée, 1971 ; Camilo Torres : Ecrits et paroles, Paris, Seuil, 1968 ; Josué de Castro : Une zone explosive, le Nordeste du Brésil, Paris, Seuil, 1965 ; Géographie de la faim. Le dilemme brésilien : pain ou acier, Paris, Seuil, 1964 ; La géopolitique de la faim, Paris, 1951 ; Des hommes et des crabes, Paris, Seuil, 1966 ; Jose Carlos Mariategui : Sept essais d’interprétation de la réalité péruvienne, Paris, Maspéro, 1968 (avec une préface de Robert Paris) ; Charles Bettelheim : « La planification de l’économie cubaine » in Recherches internationales à la lumière du marxisme, numéro spécial « Amérique latine » 32, 1962, pp. 150-179. La rédaction du cahier 32 a été réalisée par Georges Fournial, Paul Delanoue et Brigitte Magnien sous la direction de Francis Cohen et Jean Kanapa. Un choix de textes politiques marxistes a été établi par Michel Lowy : Le marxisme en Amérique latine. Anthologie, Paris, Maspéro, 1980, 446 p. D’André Gunder Frank : Capitalisme et sous-développement en Amérique latine, Paris, Maspéro, 1968 : Développement et sous-développement, Paris, Maspéro, 1969 ; Lumpenbourgeoisie, lumpendéveloppement, Paris, Maspéro, 1971 ; L’accumulation mondiale (1500-1800), Paris, Calmann-Lévy, 1977, etc. Ruy Mauro Marini : Sous-développement et révolution en Amérique latine, Paris, Maspéro, 1972 ; Samir Amin : L’accumulation à l’échelle mondiale, Paris, Anthropos, 1970 ; A. Emmanuel : L’échange inégal, Paris, Maspéro, 1969, etc.

36 Economie et humanisme, sept.-oct. 1966, « Louis Joseph Lebret 1897-1966 », p. 5, signé l’équipe d'Economie et Humanisme ainsi que la reproduction de deux articles, l’un pulbié par F. Perroux dans La Croix du 22-7-1966 intitulé « Présence du Père Lebret », l’autre publié par M.D. Chenu dans Témoignage Chrétien du 28-7-1966 intitulé « Le père Lebret, l’Evangile dans l’économie ». D’autre part « Amérique latine demain », Développement et Civilisations, no 37, mars 1969.

37 Ibidem, p. 11.

38 Ibidem, p. 12.

39 Manuela Sémidei : Les Etats-Unis et la révolution cubaine, Paris, FNSP, 1968 ; Kennedy et la révolution cubaine, un apprentissage politique ? Paris, Juliard, 1972 ; Cheng Ying-Hsiang : Idylle sino-cubaine. Brouille sino-soviétique, Paris, FNSP, 1973 ; Jacques Lévesque : L’URSS et la révolution cubaine, Paris, FNSP, 1976 ; Gabriel Robin : La crise de Cuba (octobre 1962) du mythe à l’histoire, Paris, Economica, 1984. D’autre part les dossiers Amérique latine ont été publiés in Revue française de science politique, no 3, juin 1969, no 4, août 1969 et no 5, septembre 1969 ; Tableau des partis politiques en Amérique du sud, par J.P. Bernard, Silas Cerqueira, Pierre Gilhodès, Hélène Graillot, Leslie F. Manigat, Hugo Neira, Paris, FNSP, 1969, 430 p. Créé en 1952, le CERI avait pour directeur Jean-Baptiste Duroselle et Jean Meyriat. Il n’est guère possible ici de dresser une bibliographie même sommaire des dizaines d’articles consacrés à l’Amérique latine et publiés dans les revues d’opinion de l’intelligentsia française. À titre tout à fait arbitraire, on mentionnera « Amérique latine » un numéro spécial de Recherches internationales à la lumière du marxisme, no 32, 1962, « Amérique centrale et conscience chrétienne » in Esprit, juillet-août 1965, « L’Amérique latine en devenir, économie, politique, religion, recherches et débats » in Cahiers, publiés par le Centre Catholique des intellectuels français, 1963.

40 Bibliographie américaniste française in Cahiers des Amériques latines, 1968, no 1, pp. 233-267 ; 1968, no 2, pp. 231-268 ; 1969, no 3, pp. 189-225 ; no 5, 1970, pp. 158-187. L’ensemble porte sur les années 1965 à 1969. Cette bibliographie permet de radiographier les grandes tendances des publications françaises ; elle a été rassemblée par les attachés du Centre de documentation de l’IHEAL, dirigé par Claude Bataillon. Le premier dossier a été constitué par Hélène Le Doaré et Marie-Noëlle Pellegrin.

41 Alain Touraine : Vie et mort du Chili populaire, juillet-septembre 1973, Paris, Seuil, 1973.

42 Gilles Gozard : Demain l'Amérique latine, pp. 228-229, Paris, PUF, 1964, 250 p. avec une préface de François Perroux intitulée « Le nouveau dialogue entre l’Europe et l’Amérique latine », ainsi que p. 248.

43 Rapport Jeanneney, 1963, cité p. 10 d’après Bilan de l’assistance technique de la France en Amérique latine. Etude présentée par la section du développement économique et social des pays autres que la France et de la coopération technique in le Rapport de Georges Oudard le 18 juillet 1968. Conseil économique et social 636/nc 11/13, 97 p.

44 Roger Barthe : L’idée latine, pp. 201-204, o.c.

45 Suzanne Balous : L’action culturelle, p. 158, o.c.

46 Bilan de la coopération française en Amérique latine. Annexe au procès de la séance du 21 mars 1968. Audition de M. d’Aumale accompagné de Mlle Audinet ; Président M. Lamy, p. 3, Conseil économique et social, HD/PF, 340/sec 11/22, 30 p.

47 L’Usine nouvelle, no 12, 23 mars 1967 : « Les crédits français à l’Amérique du sud serviront-ils au développement de nos exportations vers ce continent ? », pp. 25-26.

48 Rapport de Georges Oudard : Bilan..., p. 24, o.c.

49 Ibidem, pp. 43-45.

50 Pour une analyse de synthèse de la politique extérieure culturelle française dans son ensemble à cette époque, cf. Suzanne Balous : L’action culturelle de la France dans le monde, o.c., plus particulièrement pp. 158-165 sur l’Amérique latine.

51 Ibidem, p. 164.

52 Ibidem, p. 165.

53 Jean Revel-Mouroz : « Note sur les recherches françaises en sciences sociales sur le Mexique (1960-1980) », p. 7 ; La recherche latino-américaniste en France par les chercheurs de l’AFSSAL, Cahiers des Amériques latines, 1980, o.c. De Claude Bataillon : Les régions géographiquees du Mexique, Paris, IHEAL. 1968 ; Villes et campagnes dans la région de Mexico, Paris, Anthropos, 1971 ; Guy Lasserre : Les Amériques du centre, Paris, PUF, 1974 ; La Guadeloupe, étude géographique, Bordeaux, 1961, 2 vol. ; François Chevalier : « Survivances seigneuriales et présages de la révolution agraire dans le nord du Mexique » in Revue historique, juillet 1959 ; « Conservateurs et libéraux au Mexique, de l’indépendance à l’intervention française » in Cahiers d’histoire mondiale, 1964 ; « Un facteur décisif de la révolution agraire au Mexique : Le soulèvement de Zapata » in Annales ESC, janvier 1961 ; « Ejido et stabilité au Mexique », in RFSP, octobre 1966 ; Frédéric Mauro : « Le développement économique de Monterrey (1890-1960) » in Caravelle, 1964 ; Michel Gutelman : L’agriculture socialisée à Cuba, Paris, Maspéro, 1971 ; Structures et réformes agraires, Paris, Maspéro, 1974, etc.

54 « Mexique. L’Institut français d’Amérique latine a célébré son 25e anniversaire », in Le Monde, 26 juillet 1969.

55 Henri Favre : « La recherche française en sciences sociales sur les pays andins (Pérou, Bolivie, Equateur) » in La recherche latino-américaine en France..., pp. 23-24, o.c. De François Bourricaud : Changement à Puno..., o.c., Pouvoir et société dans le Pérou contemporain, Paris, A. Colin, 1967 ; Olivier Dollfuss : Le Pérou, Paris, PUF, 1967 ; Le Pérou, introduction géographique à l’étude du développement, Paris, IHEAL, 1967 ; Claude Collin-Delavaud : Les régions côtières du Pérou septentrional, Lima-Paris, IFEA, 1968 ; Nathan Wachtel : La vision des vaincus, Paris, Gallimard, 1971 ; Pierre Duviols : La lutte contre les religions autochtones dans le Pérou colonial, Paris, Ophrys, 1971 ; Henri Favre : Les Incas, Paris, PUF, 1972 ; Jean-Paul Deler : Lima 1940-1970. Aspects de la croissance d’une capitale latino-américaine, Bordeaux, CEGET, 1974 ; Danielle Lavallée et Michèle Julien : Les établissements astoo à l’époque préhispanique, Lima-Paris, IFEA, 1973 ; Jeanine Brisseau-Loavza : Le Cuzco et sa région, Lille, Atelier de reproduction de thèse, 1977 ; François Chevalier : « L’expansion de la grande propriété dans le haut Pérou au XXe siècle », in Annales ESC, 1966 ; Jean Piel : Capitalisme agraire au Pérou, Paris, Anthropos, 1975, etc.

56 Discours de Francisco Delich, pp. 61-62, in Actes..., o.c. D’Alain Rouquié, on citera par exemple : Le mouvement Frondizi et le radicalisme argentin, Paris, FNSP, 1967 et surtout Pouvoir militaire et société politique en République argentine », Paris, FNSP, 1977 etc. De Romain Gaignard, on mentionnera : « L’économie de la république argentine », in Cahiers d’Outre-mer, t. 13, juil.-sept. 1960 ; « La montée démographique argentine : le recensement du 30 septembre 1960 », in Cahiers d’Outre-mer, t. 14, 1961 ; « Les plantations de canne à sucre à Tucuman », in Cahiers d’Outre-mer, t. 17, 1964 ; « L’évolution de la politique argentine de 1970 et 1971 », in Problèmes d’Amérique latine, Notes et Etudes documentaires, no 3913-3914), 1972, La Documentation française ; « L’économie de l’Argentine. Déséquilibres et retards de croissance industrielle » in Problèmes d’Amérique latine, Notes et études documentaires, no 4006-4007, 1973 ; « Les mutations de la politique de l’Argentine. Du “tout pétrole” au “tout électrique” », in Problèmes d’Amérique latine. Notes et études documentaires, no 4265-4267, 1976 (en collaboration avec Jean-Michel Beyna) ; « Origine et évolution de la petite propriété paysanne dans la Pampa sèche argentine », in Problèmes agraires de l’Amérique latine, Paris, C.N.R.S., 1967 ; La Pampa argentine : l’occupation du sol et la mise en valeur, Bordeaux, 1980 (thèse d’Etat), etc.

57 Paulo E. de Berredo Carneiro : Vers un nouvel humanisme, pp. 143-144, o.c. D’autre part de Frédéric Mauro : « Comment développer les recherches françaises sur l’histoire de l’Amérique latine ? » in Revue d’histoire moderne et contemporaine, oct.-déc. 1967, t. XIV, pp. 424-435 ; « L’américanisme en France », in Anuario et estudios americanos, Séville, 1968, t. XXV, pp. 25-39.

58 De Celso Furtado en langue française : Le Brésil à l’heure des choix. La politique économique d’un pays en voie de développement. Paris, Plon, 1964 (Préface de Pierre Massé) ; Développement et sous-développement, Paris, PUF, 1966 (Avant-propos de J.R. Boudeville et préface de Maurice Byé) ; Théorie du développement économique, Paris, PUF, 1970 ; Les États-Unis et le sous-développement de l’Amérique latine, Paris, Calmann-Lévy, 1970 ; Politique économique de l’Amérique latine, Paris, Sirey, 1970 ; La formation économique du Brésil de l’époque coloniale aux temps modernes, Paris - La Haye, Mouton, 1972 (Préface de Frédéric Mauro), etc. Parmi les revues qui reçurent la collaboration de C. Furtado : Les Temps modernes, oct. 1967 ; Développement et civilisations, mars 1969 (publication de l’IRFED) ; Esprit, avril 1969 ; Tiers-Monde, oct.-déc. 1972 ; Annales ESC janvier-février 1966, etc. De Maria Isaura Pereira de Queiroz : O cangaceiros : les bandits d’honneur brésiliens, Paris, Juliard, 1968 ; De Fernando Henrique Cardoso : Sociologie du développement en Amérique latine, Paris, Anthropos, 1969 ; Dépendance et développement en Amérique latine, Paris, PUF, 1978 (traduction d’un essai publié en 1969 en collaboration avec Enzo Faletto, membre du comité directeur de la FLACSO, directeur de l’école latino-américaine de sociologie à Santiago du Chili, etc.).

59 « L’itinéraire de Milton Santos. A propos de l’espace partagé », in Hérodote, 1er trimestre 1980, no 17, pp. 89-104 (interview réalisée par Yves Lacoste). Le nombre de publications de Milton Santos est assez remarquable. Avant d’être accueilli en France pour des raisons politiques, le géographe brésilien avait déjà publié dans notre pays deux articles significatifs : « Salvador... », L’information géographique, mai-juin 1959 ; « La culture du cacao dans l’Etat de Bahia », in Cahiers d’Outre-mer, oct. 1963.

60 Paul Verdevoye : Domingo Faustino Sarmiento, éducateur et publiciste, Paris, 1964 : Pages choisies de Simon Bolivar. (Traduction et notes de Charles V. Aubrun), Paris, 1966 (Publication en collaboration avec l’UNESCO) ; José Enrique Rodo : Les motifs de Protée, Paris, 1966 (publication en collaboration avec l’UNESCO) ; Claude Baudez : Recherches archéologiques dans la vallée du Tempisque, Guanacaste, Costa-Rica, Paris, 1967 ; Michèle Colin : Le Cuzco de la fin du xviie au début du xviiie siècles, Paris, 1966 (Préface de Pierre Chaunu) ; Jean-Marie Martin : Industrialisation et développement énergétique du Brésil, Paris, 1966 ; Victor Alfonso Maldonado : Le marché commun latino-américain, Paris, 1967 ; Pierre Pagney : Le climat des Antilles, Paris, 1966 ; Claude Bataillon : Les régions géographiques du Mexique, Paris, 1968 ; Olivier Dollfuss : Le Pérou, introduction géographique à l'étude du développement, Paris, 1968 ; Charles Minguet : Alexandre de Humboldt historien et géographe de l’Amérique espagnole (1799-1804), Paris, 1969 ; traduction du P. Luis Gonzalez R. ; Joseph Neciman, s.j. : Révoltes des Indiens Tarahumars, Paris, 1969 ; Antonil : Cultura e opulencia do Brasil por suas drogas e minas (1711), Paris, 1968 (traduction d’Andrée Mansuy) ; Yves Leloup : Les villes du Minas Gerais, Paris, 1970.

61 Pierre Monbeig, Editorial, p. 1, Cahiers des Amériques latines, 1969, no 1.

62 F. Mauro : « L’américanisme... », p. 36, art. cit.

63 M. Mauro : « Comment développer... » p. 424, art. cit.

64 La collection Pays d’Outre-mer dirigée par Charles-André Julien a été publiée par les Presses universitaires de France. Comprenant six séries, Etudes d’outre-mer, Les classiques de la colonisation, Histoire de l’expansion et de la colonisation française, Géographie des pays d’outre-mer d’expression française, Art et littérature, Peuples et civilisations d’outre-mer, elle présentait à son catalogue plusieurs ouvrages traitant du continent américain comme par exemple : Claude de Bonnault : Histoire du Canada français (1534-1763) ; Pierre Gourou : Les pays tropicaux ; Hubert Deschamps : Les voyages de Samuel Champlain, saintongeais, père du Canada ; Charles-André Julien : Les techniciens de la colonisation ; les politiques d’expansion colonialiste ; Les Français en Amérique pendant la première moitié du XVIe siècle ; les voyages de découverte et les premiers établissements (XVe-XVIe siècles) ; André Thévet : Le Brésil et des Brésiliens ; Victor Schoelsher : Esclavage et colonisation ; Suzanne Lussagnet : Les Français en Floride ; Georges Le Gentil : Découverte du monde ; André Leroi-Gourhan, Jean Poirier et André G. Haudricourt : Ethnologie de l’Union française, etc.

65 Suzanne Daveau et Orlando Ribeiro : La zone intertropicale humide, Paris, A. Colin, 1973 ; Pierre Gourou : L’Amérique tropicale et australe, Paris, Hachette, 1976 ; Pedro Cunill : L’Amérique andine, Paris, PUF, 1967 ; Guy Lasserre : Les Amériques du centre (Mexique, Amérique centrale, Antilles, Guyanes), Paris, PUF, 1974 ; Claude Collin-Delavaud (Sous la dir. de) : L’Amérique latine : approche géographique générale et régionale, Paris, Bordas, 1973 (2 tomes) préface de Pierre Monbeig ; Yves Lacoste : Géographie du sous-développement, Paris, PUF, 1965 ; Jean Demangeot : Le continent brésilien. Etude géographique. Paris, SEDES, 1972 (Préface de Pierre Monbeig).

66 Jacques Lafaye : Quetzalcoatl et Guadalupe, la formation de la conscience nationale au Mexique, Paris, Gallimard, 1973 ; Georges Baudot : Utopie et histoire au Mexique, Toulouse, Privat, 1977 ; Les lettres précolombiennes, Toulouse, Privat, 1976, etc. ; Nathan Wachtel : La vision des vaincus. Les Indiens du Pérou devant la conquête espagnole (1530-1570), Paris, Gallimard, 1971 ; Henri Favre : Changement et continuité chez les Mayas du Mexique. Contribution à l’étude de la situation coloniale en Amérique latine, Paris, Anthropos, 1971 ; Ruben Barreiro-Saguier : Le Paraguay, Paris, Bordas, 1971 ; Raphaël Girard : Le Popol-Vuh. Histoire culturelle des Mayas Quichés, Paris, Payot, 1954 ; L’ésotérisme du Popol-Vuh, Paris, Maisonneuve, 1960 ; Paul Rivet et G. dé Crequi-Montfort : Bibliographie des langues Aymara et Kichua, Paris, Institut d’ethnologie 1954 ; Bernard Pottier : Bibliographie américaniste. Linguistique amérindienne Paris, Société des Américanistes, Musée de l’Homme, 1967-1969 ; « Les langues indiennes d’Amérique », in Le courrier du CNRS, no 19, janv. 1976, etc. Frédéric Mauro : Le Brésil au XVIIe siècle, Coimbra, 1963 ; « L’âge de l’artisanat », in Histoire générale du travail (en collaboration avec Philippe Wolff) sous la direction de L.H. Parias, Paris, 1960 ; L’expansion européenne (1600-1870), Paris, PUF, 1964 ; Le XVIe siècle européen. Aspects économiques. Paris, PUF, 1966, etc.

67 Marcel Bataillon : « Jean Sarrailh (1891-1964) », p. 20, in Mélanges à la mémoire de Jean Sarrailh, Paris, Centre de recherche de l’Institut d’études hispaniques, 1966, t. 1, 474 p.

68 Ibidem, pp. 23-24.

69 Ibidem, p. 25. D’autre part Jean Sarrailh : L’Espagne éclairée de la seconde moitié du XVIIIe siècle, Paris, Lib. C. Klinksieck, 1954, 779 p. (traduction en espagnol, Mexico, Fondo de Cultura económica, 1957 par Antonio Alatorre) ; « A propos de A.R. Le Sage américaniste », Cahiers de l’Institut des Hautes Etudes de l’Amérique latine, no 5, 1964.

70 Ibidem, pp. 25-26. D’autre part la vie de Jean Sarrailh a été très étroitement mêlée à la vie de l’UNESCO. L’hispaniste était à Mexico au moment de la Conférence internationale de 1947 ; il présida aussi la Commission française après la mort de Gaston Berger en 1960. Par ailleurs Jean Sarrailh présida également de 1950 à 1955 l’Association Internationale des Universités.

71 Bernard Lavallée : « Rapport de la sous-commission Littérature Civilisation, idéologie, histoire », pp. 82-83 in Actes des Etats Généraux... o.c. D’autre part Marcel Bataillon : « L’idée de la découverte de l’Amérique chez les espagnols du xvie siècle in Bulletin Hispanique, 1953, no 1, t. LV ; Edmundo O’Gorman : « Marcel Bataillon et l’idée de la découverte de l’Amérique » in Bulletin Hispanique 1954, no 4, t. LVI, etc. Marcel Bataillon : « Un chroniqueur péruvien retrouvé : Rodrigo Lozano » in Cahiers de l’IHEAL, no 2, 1961 ; Etudes sur Bartolomé de Las Casas, Paris, Centre de recherche de l’Institut d’études hispaniques, 1965 (avec la collaboration de Raymond Marcus) ; Las Casas et la défense des Indiens, Paris, Juliard, 1971 (en collaboration avec André Saint-Lu) ; Barthélemy de Las Casas, L’Evangile et la force, présentation de Marianne Mahn-Lot, Paris, Ed. du Cerf, 1964 (2e éd. 1977) ; M. Bataillon : Erasme et l’Espagne, Paris, 1937 (traduit en espagnol à Mexico en 1966) ; Mélanges offerts à Marcel Bataillon par les hispanistes français, Bulletin Hispanique, 1962, t. LXIV bis. De Noël Salomon, outre ses travaux sur la péninsule ibérique aux xvie et xviie siècles en particulier « La campagne de Nouvelle Castille à la fin du XVIe siècle d’après les Relaciones topográficas », Paris, SEVPEN, 1964, on consultera : « Féodalisme et capitalisme au Mexique de 1856 à 1910 » in Recherches Internationales à la lumière du marxisme, Amérique latine, 1962, No 32 ; L’Amérique latine, Chambéry, éditions scolaires, 1955 (Dossier pédagogique en collaboration avec Yves Lacoste), Nouvelle édition 1964, les documents EDSCO étaient publiés sous la direction d’André et Lucien Sève ; Juarez en la consciencia francesa 1861-1867, Mexico, 1975, etc. Pierre Duviols : la lutte contre les religions autochtones dans le Pérou colonial. L’extirpation de l’idolâtrie entre 1532 et 1660, Paris-Lima, IFEA, 1971 ; André Saint-Lu : La Vera Paz, esprit évangélique et colonisation, Paris, Institut d’Etudes Hispaniques, 1968 ; Condition coloniale et conscience créole au Guatémala (1524-1821), Paris, PUF, 1970, etc. De Jean Cassou, né en 1897 à Bilbao d’un père béarnais de lointaine origine mexicaine et d’une mère espagnole, on sait combien l’hispaniste n’a pas étouffé l’écrivain et poète qui reçut l’attribution du Grand Prix National des Lettres en 1971. Son ouvrage Les conquistadors a été publié en 1941 à Paris par les éditions Gallimard.

72 Pierre Chaunu : Conquête et exploitation des nouveaux mondes (XVIe siècle), Paris, PUF, 1969 ; L’expansion européenne du XIIIe au XVe siècle, Paris, PUF, 1969 ; L’Amérique et les Amériques de la préhistoire à nos jours, Paris, A. Colin, 1964 ; Les Amériques XVIe-XVIIe-XVIIIe siècles, Paris, A. Colin, 1976 ; Séville et l’Amérique au XVIe et XVIIe siècles, Paris, Flammarion 1977, etc. De Marianne Mahn-Lot : Christophe Colomb, Paris, Le Seuil, 1960 ; Les plus belles lettres de Christophe Colomb, Paris, Calmann-Lévy, 1961 ; La découverte de l’Amérique, Paris, Flammarion, 1970 ; La conquête de l’Amérique espagnole, Paris, PUF, 1974, etc. Sur Noël Salomon, cf. la notice de Robert Escarpit in Le Monde du 25 mars 1977 et L’Humanité du 21 mars 1977.

73 Pierre Chaunu, « Un réactionnaire progressiste ? » Entretien avec Michel Winock in l’Histoire no 44, avril 1982, art. cit.

74 Pierre Chaunu : « Sevilla y yo : conférence inédite prononcée le 14 novembre 1980 à l’Université de Séville », d’après L’Historien dans tous ses états, Paris, Perrin, 1984.

75 Frédéric Mauro : « Enseignement de l’histoire de l’Amérique latine dans les universités françaises », p. 435, in annexe 3 de la Commission « modalités de fonctionnement de l’enseignement et de la recherche sur l’Amérique latine en France » in Actes des Etats Généraux..., o.c.

76 Daniel Pécaut : Rapport de la sous-commission Sciences Politiques et sociologie in Actes des Etats Généraux..., p. 103, o.c.

Table des illustrations

Titre tableau n11. investissements français en amérique latine, 1943 (en milliers de francs)
Légende D’après les Notes et études de commentaires no 3084, La Documentation française.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/3375/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 141k
Titre tableau no 12. comparaison des échanges commerciaux entre la france. le royaume-uni, l’europe, les états-unis et l'amérique latine en millions de dollars (Importations f.o.b. — Exportations c.i.f.)
Légende Source : F.A.O.D’après Notes et études documentaires, no 2214, La Documentation française.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/3375/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 126k
Titre tableau no 13. décomposition des échanges de la france avec les principaux pays de l’amérique latine en millions de dollars (Importations f.o.b. — Exportations c.i.f.)
Légende (1) Il s’agit ici des importations de l’Amérique latine en provenance de la France et des exportations à destination de la France.D’après Notes et études documentaires, no 2214, La Documentation française.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/3375/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 121k
Titre tableau no 14. part des différents pays dans les échanges france-amérique latine
Légende D’après Notes et études documentaires, no 2214, La Documentation française.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/3375/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 201k
Titre tableau n15. part de la france dans le commerce de chaque pays
Légende D’après Notes et études documentaires, n2214, La Documentation française.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/3375/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 105k
Titre tableau no 16. balance commerciale france-amérique latine (millions de francs) Source « Revue de la C.C.F.A.L. »
Légende D’après Notes et études documentaires, no 2214, La Documentation française.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/3375/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 384k
Titre tableau no 17. part des échanges effectués avec l’amérique latine relativement aux échanges extérieurs globaux de la france
Légende D’après Notes et études documentaires, no 2214, La Documentation française.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/3375/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 57k
Titre tableau no 18. balance commerciale (en milliers de francs) france-amérique latine
Légende D’après l’Usine Nouvelle, no 12, du 23 mars 1967.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/3375/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 251k

© Éditions de l’IHEAL, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540