Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Amérique latine et le latino-américanisme en France

 | 
Jacques Chonchol
, 
Guy Martinière

Deuxième partie. L’invention scientifique de la “latinité” de l’Amérique et le rayonnement du laboratoire latino-américain (1850-1950)

Texte intégral

1Etablir de nouveaux axes de coopération dans le domaine des sciences de l’homme et de la société entre la France et l’Amérique latine implique cependant de mieux connaître le fonctionnement des institutions et la personnalité des acteurs qui permirent au latino-américanisme français, dans les années 1950, d’affirmer une place prépondérante dans la recherche. Cette place, bien des pays européens, voire même les États-Unis, lui ont envié. Mais, elle était perdue, victime des contre-coups de la crise de moyens qui connaissaient alors les sciences sociales, dans les années 1970, même si de beaux restes demeuraient encore très vivants.

  • 1 Carmelo Mesa Lago : « Latin American studies in Europe », Latin American monograph and document ser (...)

2Comme le constatait l’auteur d’un rapport effectué à la demande de « the Tinker Foundation Incorporated of New York », Carmelo Mesa-Lago, professeur à l’Université de Pittsburgh : « Latin american studies in France are among the best three or four in Europe. They offer hight-level teaching and research (often in multidisciplinary teams) at all university levels, altough they are not well balanced between the social sciences and humanities (history, geography, literature and anthropology countain 75 percent of French latin americanists). They have closed links with other educational and research institutions and attract a good number of students from Latin America... Among the factors that explain the high development of the field in France are : a long tradition of scholarly interest in and french cultural influence on Latin America ; State support for the development of interdisciplinary institutes and research activities in this field particulary since the mid-1950s business and trade connections which have spurred interest in fields outside of the humanities (e.g. ; economies) ; personal involvement of influential French intellectuals in ideological, political, or agricultural struggles of Latin American societies (e.g., Sartre, Dumont, Debray) ; educational, cultural and technical missions supported by international agencies (e.g., UNESCO, FAO) and led by french technicians ; and reception by French Universities, mainly by Sorbonne, of famous Latin American exiled intellectuals (e.g. ; Furtado, Chonchol) who have, in turn, influenced disciples »1. Comment ce latino-américanisme français a-t-il pu naître et se développer au sein de l’Université et des organismes de recherche ? Comment a-t-il évolué ? De quels moyens bénéficiait-il ? Quelle a été son influence sur la formation des communautés scientifiques latino-américaines elles-mêmes ?

L’AUBE DU XXe SIÈCLE : LA QUÊTE D’UNE NOUVELLE POLITIQUE D’ÉCHANGES CULTURELS ET LA PREMIÈRE COOPÉRATION SCIENTIFIQUE ET UNIVERSITAIRE DE LA FRANCE AVEC L’AMÉRIQUE LATINE

3Le latino-américanisme universitaire s’affirme triomphant en France au lendemain de la Seconde Guerre mondiale. Il est né grâce à l’action d’une génération d’universitaires qui, dans la première décennie du xxe siècle, construisit les fondements d’un édifice de coopération scientifique entre la France et l’Amérique latine, au moment où l’Europe et la France en particulier venaient de connaître une phase sans précédent d’organisation de l’enseignement supérieur.

4En Amérique latine, il n’existait alors aucune structure semblable à nos institutions d’enseignement des facultés de lettres et de sciences, même si quelques établissements d’enseignement de droit ou de médecine avaient été créés de ci, de là, dès le xixe siècle. L’influence culturelle, scientifique, commerciale et économique de l’Europe, de l’Angleterre et de la France surtout, c’est-à-dire la « reconquête » des esprits et des produits, atteignait alors son apogée dans cette phase de capitalisme industriel dominant. Pourtant le continent américain avait conquis de haute lutte, pour l’essentiel, son indépendance politique entre 1775 et 1825. Il se sentait naître à une solidarité nouvelle, condamnant, entre autres, le principe de la reconquête coloniale. La crise morale et spirituelle des anciennes métropoles comme l’Espagne et le Portugal, achevait de distendre des liens que la communauté linguistique avait maintenus par-delà les deux rives de l’Atlantique. L’année 1898 — indépendance de Cuba — consacrait bien la fin de l’empire espagnol des Indes et cette rupture engendrait sur le continent du Nouveau Monde un sentiment très fort d’américanité.

5Toutefois, le panaméricanisme, cher au président Monroe, n’était pas parvenu à séduire les élites des jeunes États indépendants d’Amérique centrale et d’Amérique du Sud. Bolivar, de son côté, avait bien souhaité les unir tout en se méfiant du grand voisin du nord. Si la première conférence interaméricaine avait eu lieu à Washington en 1889, à l’initiative des États-Unis, les élites culturelles des États ibéro-américains paraissaient néanmoins davantage fascinées par la découverte de leurs racines latines d’origine européenne. La latinité triomphante des années 1880-1900 régnait presque sans partage dans une Amérique de langue espagnole et portugaise qui se découvrait « latine » dans le prolongement du quatre centième anniversaire de l’invention européenne du Nouveau Monde — la découverte —-et d’une expansion démographique progressant au rythme migratoire de l’occupation de terres nouvelles, en quête de produits d’exportation.

  • 2 Suzanne Balous : L’action culturelle de la France dans le Monde, p. 11, Paris, PUF. 1970, 190 p. (P (...)

6Si, comme le dit Suzanne Balous, « le fait nouveau du xxe siècle est bien l’importance croissante prise par les relations culturelles dans la vie internationale », analyser les principales lignes de force du « rayonnement culturel français » dont les méthodes de coopération scientifique furent élaborées et mises en application dès la première décennie du xxe siècle, apparaît bien comme une des pierres de touche de cette dialectique subtile constituée par le phénomène de transplantation culturelle et de stratégie de la modernité2. Cette phase première et intense de coopération scientifique universitaire qui assuma l’héritage de la latinité d’une Amérique reconquise et séduite, ne caractérise-t-elle pas la naissance du latino-américanisme français ?

Le Groupement des Universités et grandes écoles de France pour le développement des relations avec l’Amérique Latine

  • 3 Charles Lesca : « Histoire d’une revue », p. 428, in Hommage à Ernest Martinenche (Etudes hispaniqu (...)

7Le 4 février 1908 se réunissait à Paris pour la première fois le Comité de direction du Groupement des Universités et Grandes écoles de France pour les relations avec l’Amérique latine. La naissance de ce Groupement était due à l’initiative d’un certain nombre d’universitaires français qui aspiraient à favoriser le développement des relations intellectuelles entre la France et les républiques « sœurs » de l’Amérique latine. « Parmi ces professeurs, MM. Georges Dumas et Le Châtelier avaient fait des voyages au Brésil, en Argentine, en Uruguay. Ils avaient été frappés de la fidélité des Sud-américains à notre langue, à notre littérature, à notre science, à notre culture en un mot. L’ignorance dans laquelle la plupart des Français étaient de l’Amérique latine, constatait Charles Lesca, leur parut, par contraste, plus choquante, et ils décidèrent d’y remédier, tout du moins sur le plan universitaire »3.

8En effet, l’idée de créer un tel groupement avait été d’emblée acceptée avec enthousiasme par « quelques-uns des représentants les plus éminents des Universités françaises » (Ernest Martinenche). Ce « groupement » se trouvait présidé par le vice-recteur de l’Université de Paris, Louis Liard, assisté d’un conseil et d’un comité de direction. Parmi les membres de ce comité, présidé par le mathématicien Paul Appell, alors doyen de la Faculté des sciences de l’Université de Paris et futur recteur de l’Académie, on relevait les noms de l’historien Émile Bourgeois, professeur à la Sorbonne, spécialiste des relations internationales, du professeur Larnaude, de la Faculté de droit, du physicien Henri Le Châtelier, qui avait énoncé en 1884 une fameuse loi de déplacement de l’équilibre et était fondateur de la Revue de métallurgie, Louis Olivier directeur de la Revue générale des sciences, du sous-directeur de l’École nationale des mines Pelletan et du physicien Lucien Poincaré, directeur de l’enseignement secondaire du ministère de l’Instruction publique, futur recteur de l’Académie de Paris, frère de Raymond Poincaré. Il apparaissait difficile d’imaginer alors un groupe de pression plus important.

9Raymond Poincaré, qu’une carrière politique devait conduire à l’Académie française, où il fut élu en 1909, à la présidence du Conseil et au ministère des Affaires étrangères en 1912, puis à la présidence de la République française en 1913, avait joué un rôle essentiel dans l’organisation de l’enseignement supérieur en France. Son nom était attaché à la création des Universités, comme ministre de l’Instruction publique en 1893. Le philosophe positiviste Louis Liard avait été, pour sa part, directeur de l’enseignement supérieur auprès du ministre de l’Instruction publique et auteur d’un ouvrage fondamental intitulé Universités et Facultés. Entre la circulaire du 17 novembre 1883 et la loi du 10 juillet 1896 généralement saluée comme l’acte de naissance des Universités, la France avait connu une véritable structuration de l’enseignement supérieur. Disposer d’un tel groupe de pression pour « fonder » le « groupement » montrait à quel point la coopération universitaire avec l’Amérique latine arrivait à son heure.

  • 4 Antoine Prost : L’enseignement en France (1800-1967), pp. 235-237, Paris, A. Colin, 1968, 524 p. Co (...)

10Ce but explicitement assigné par les universitaires à la réforme de l’enseignement supérieur, but recherché par Ernest Lavisse et Louis Liard, reposait sur trois considérations : le « haut » enseignement supposait une spécialisation, un approfondissement des études nécessitant l’existence de grands centres regroupant de nombreux étudiants ; le développement dans les régions non d’une poussière de facultés mais de quelques grands établissements susceptibles d’exercer un rayonnement véritable, devait contribuer aussi bien à l’essor de l’histoire et de l’archéologie régionales qu’à celui du commerce et de l’industrie et assurer l’animation culturelle de la province. Enfin, constate Antoine Prost, « les promoteurs des universités s’inspirent d’une idée philosophique de la science. La mission essentielle du “haut” enseignement, c’est de faire avancer la science. Dans le vocabulaire de Liard, sa fonction scientifique s’oppose toujours à sa fonction professionnelle. Or l’université a une grande vertu : celle d’un organisme pleinement adapté à sa fonction ». Pourquoi ? Parce que la science est une. Par paliers successifs, on s’élève à des lois de plus en plus générales, pour trouver « au sommet de toutes choses quelques lois universelles desquelles toutes les autres dérivent... Il en résulte que l’enseignement supérieur qui est l’organe de la science, doit être comme elle multiplicité et unité, tout ensemble ». Ainsi, le cloisonnement, la séparation des différentes sciences, constitueraient en eux-mêmes un obstacle insurmontable à l’achèvement de la science. « Sous peine de trahir définitivement et statutairement sa mission, l’université doit regrouper toutes les facultés... »4. De fait, un tel programme ne fut que très partiellement exécuté. On sait le poids réel que les facultés furent amenées à prendre dans l’équilibre de fonctionnement des universités jusqu’en 1968. Toutefois, l’objectif de mettre en place un « haut » enseignement universitaire n’était pas perdu de vue par les principaux acteurs de cette réforme avortée de 1896 ; ils s’attachèrent en particulier à constituer quelques groupes de pression en marge des facultés et à rassembler quelques personnalités éminentes en vue d’une action concertée pour la promotion de l’Université et de la Science françaises à l’étranger. Le regroupement des Universités et Grandes écoles en France pour développer les relations avec l’Amérique latine se trouvait bien constitué dans cet esprit.

11Cette action — et donc le groupement — bénéficièrent, de plus, de l’appui institutionnel de deux structures administratives créées afin d’assurer plus ou moins directement l’expansion universitaire française l’étranger. Le « Fond pour l’expansion universitaire et scientifique de la France à l’étranger » institué en 1912, émargeait sur un chapitre spécial du budget du ministère de l’Instruction publique ; le Service des œuvres françaises à l’étranger, créé en 1919 par le secrétaire général du ministère des Affaires étrangères, Philippe Berthelot, permettait de renforcer l’action du bureau des Écoles et des Œuvres, institué dès 1911. L’objectif de ce bureau avait été de suivre les problèmes posés par les œuvres françaises tant charitables qu’enseignantes, tant laïques que religieuses en Orient et en Extrême-Orient. Sa compétence s’élargit peu à peu aux lycées de la Mission laïque puis aux relations universitaires. Le Service des œuvres devait être illustré par Jean Giraudoux jusqu’en 1939 et par l’activité de Jean Marx. La constitution de ces deux structures permit de renforcer singulièrement les actions entreprises par une institution spécialisée, créée dès 1883, l’Alliance française. Cette association avait d’abord pour tâche d’assurer la promotion de la langue française dans les colonies et à l’étranger. L’outil de la langue se révéla jusqu’à la première guerre mondiale un moyen incomparable du rayonnement français en Amérique latine, auprès des élites à qui un savoir devait être transmis.

12Le premier conflit mondial allait exacerber les luttes d’influence et de rayonnement culturel dans le monde. Comme l’écrivait le rédacteur du Larousse mensuel de 1922, assurant le compte rendu d’un rapport d’Édouard Herriot consacré à l’appréciation de l’expansion universitaire dans le cadre du budget de l’instruction publique : « Un des bénéfices les moins contestables de notre histoire aura été de rendre à la culture française son ancien prestige. Après 1870, les Allemands n’avaient pas manqué d’exploiter leurs succès militaires pour propager au-dehors leur propre culture et favoriser l’expansion du germanisme intellectuel. Les méthodes allemandes s’implantèrent partout et il faut bien reconnaître que notre pays ne fut pas des derniers à les accueillir, parfois même avec excès. Pourtant un mouvement de réaction se dessina nettement en France, dans la première décennie du xxe siècle. Le bon sens français reconnut ce qu’il y avait de factice dans ces constructions — en apparence si rigoureuses — de la science allemande et ce qu’avait d’insuffisant une méthode qui, prétendant exclure du travail intellectuel toute personnalité en l’asservissant à des procédés mécaniques, mettait toute sa gloire à dresser des inventaires et des catalogues. Du même coup, l’on comprit la nécessité d’opposer un effort sérieux aux tentatives de domination intellectuelle de l’Allemagne ».

13Dans cette double perspective de « haut » enseignement et d’expansion de l’université française, le groupement des Universités et Grandes Écoles de France pour les relations avec l’Amérique latine devait permettre de « maintenir et développer les affinités intellectuelles existant entre les latins d’Amérique et ceux de France, organiser une collaboration méthodique des universités et grandes écoles françaises et américaines, faire connaître en France l’Amérique latine ». Partant du constat selon lequel « la culture française est en honneur dans la plupart des collèges et des universités d’Amérique latine ; que les jeunes gens s’y instruisent en grande partie dans nos livres et avec nos méthodes ; que quelques-uns viennent en France pour achever leurs études ou les compléter », le « groupement » allait rapidement s’organiser et prouver son efficacité.

14Le 15 juillet 1908, Ernest Martinenche, maître de conférence de littérature et langue espagnole à la Sorbonne, présentait devant le comité de direction un projet de publication d’une revue, rediscuté le 28 novembre et chaudement appuyé par Georges Dumas à son retour d’une mission au Brésil. La décision de créer cette revue fut prise le 11 mars 1909 ; le premier Bulletin de la Bibliothèque américaine vit le jour en juin 1910.

  • 5 Paul Appell cité par Charles Lesca in « Histoire d’une revue », pp. 430-431, o.c. D’autre part cf. (...)

15Paul Appell présentait ce premier numéro du Bulletin en ces termes : « La Bibliothèque du groupement des Universités et Grandes écoles de France pour les relations avec l’Amérique latine vient d’être fondée pour réunir les livres et publications périodiques édités dans les Républiques d’Amérique latine ainsi que les ouvrages et revues parus en France et à l’étranger concernant ces mêmes pays. Il n’est pas besoin d’insister sur l’utilité de cette création. Le Groupement... ne pouvait travailler avec efficacité à la tâche qu’il a entreprise s’il ne disposait de moyens d’information et de documentation sur les pays auxquels il s’adresse ; les livres américains sont rares en France ; les bibliothèques publiques n’en possèdent que quelques exemplaires isolés et les libraires parisiens n’en connaissent même pas les noms.., Le Bulletin mensuel de la Bibliothèque servira d’abord à propager en France et en Amérique l’activité du “groupement”. Il publiera des articles sur les principales questions intéressant le mouvement intellectuel de l’Amérique latine et il sollicitera la collaboration des professeurs, savants et écrivains américains ainsi que les décisions des gouvernements intéressant l’œuvre du Groupement. Il publiera aussi, dans la mesure où le lui permettra la place dont il disposera, les nombreux manuscrits inédits concernant l’histoire de l’Amérique, épars dans les bibliothèques et archives de l’Europe et du Nouveau Monde. Une partie importante sera réservée aux bibliographies critiques des ouvrages récemment parus. Enfin, nous demanderons tous les ans à un collaborateur autorisé de chacun des pays d’Amérique latine de nous dresser un tableau de l’activité universitaire, scientifique, littéraire et artistique de l’année écoulée. Ainsi compris, le Bulletin de la Bibliothèque nous semble appelé à rendre d’importants services ; tout en faisant connaître aux Universités des deux mondes et au public lettré l’œuvre d’un groupement, il tiendra le lecteur français au courant d’un mouvement intellectuel qu’il ignore à peu près complètement et aidera les travailleurs à orienter leurs recherches »5.

16De fait, en deux ans, les choses avaient évolué très vite. Non seulement le Groupement s’était doté le 11 mars 1909 d’un secrétariat général occupé par Ernest Martinenche, mais encore son comité de direction avait reçu le renfort du ministère des Affaires étrangères en la personne du sous-directeur des archives, Piccioni, remplaçant Louis Olivier, décédé, et du directeur de l’École nationale des Mines, Delafond, remplaçant Pelletan. De plus, le Groupement avait fondé à Paris un comité d’accueil des étudiants étrangers composé des professeurs Gley, du Collège de France, Geouffre De La Pradelle, de la Faculté de droit, Borel, de la Faculté des sciences, Bourlet, du Conservatoire national des Arts et Métiers et de Georges Dumas, professeur à la Sorbonne. Le Groupement se proposait aussi d’entreprendre la rédaction d’un « livret de l’étudiant en France » destiné à être massivement diffusé en Amérique latine de façon à faciliter le « placement des étudiants à Paris et dans les Universités de province ». Il effectuait, à côté du Brésil qui avait tant séduit Georges Dumas, une percée remarquable dans les pays latins de langue espagnole grâce à une longue mission d’Ernest Martinenche, chargé de représenter l’Université de Paris au Congrès scientifique international de Buenos-Aires et aux cérémonies d’inauguration de l’Université de Mexico.

  • 6 Ibidem, p. 432.

17« Avant de se rendre en Argentine, première étape de son voyage, commentait Charles Lesca, Ernest Martinenche s’arrêta au Brésil où il visita Rio de Janeiro et Saint-Paul et en Uruguay où il séjourna à Montevideo. Sa mission argentine terminée, il poursuivit sa mission d’études au Chili, au Pérou et à Panama avant d’arriver au Mexique. Enfin, sur le chemin du retour en France, il s’arrêta à la Havane. La chaleur de l’accueil... montrait la double évidence de la fidélité des latins d’Amérique à la culture qu’ils avaient adoptée dès leur naissance à la vie indépendante et de l’utilité de l’œuvre que s’était tracée le groupement. Même dans les pays où Ernest Martinenche n’était qu’un voyageur sans caractère officiel, gouvernement, universités et particuliers rivalisaient de généreuse délicatesse dans la réception qui lui était faite et ce fut souvent que s’exprima la joie de constater que la France intellectuelle, sortant de son apparente indifférence, se tournait vers des pays lointains pour qui elle a toujours représenté une tradition et un idéal. A Mexico, ce fut un véritable enthousiasme lorsque, à la séance solennelle de l’inauguration de la nouvelle Université, après les multiples délégués des Universités des Etats-Unis qui, en bonnet carré, lisaient des adresses en latin, après le délégué allemand qui parla en sa langue, peu familière aux hispano-américains, le représentant de l’Université de Paris, première marraine de la nouvelle Université de Mexico, prit la parole en pur castillan »6. Dès lors, la valeur ajoutée des spécialistes de langue et littérature espagnoles au développement de la coopération universitaire avec les pays d’Amérique latine commençait à prendre une mesure particulière.

Ernest Martinenche, l’hispanisme français et l’invention de la latinité

  • 7 Ernest Martinenche : Histoire de l’influence espagnole sur la littérature française. L’Espagne et l (...)

18De fait, au début du xxe siècle, dans ce monde universitaire réorganisé où l’enseignement des langues vivantes avait réussi une percée spectaculaire, la place de l’hispanisme apparaissait de première importance, ne risquant guère, à l’époque, la concurrence de l’anglais. La création, en 1903, de l’Association des professeurs de langues vivantes consacrait cet essor de l’enseignement des langues et la période 1894-1904 apparaissait, selon la formule de Charles V. Aubrun, comme « une décade décisive dans l’histoire de l’hispanisme français ». Certes, et le terme même est significatif, hispanisme signifiait d’abord et avant tout connaissance et diffusion de la langue et de la littérature d’Espagne. Ce n’était que dans une mesure nettement moindre, même dans le cas particulier que représentait la carrière d’Ernest Martinenche, qu’il signifiait aussi connaissance de la littérature des pays d’Amérique de langue espagnole. D’ailleurs, la remarque de Charles Lesca à propos des discours d’Ernest Martinenche apparaissait bien significative : le secrétaire général du Groupement s’adressait à ses collègues mexicains en « pur castillan » ! En ce sens, les préoccupations hispaniques premières de cette corporation universitaire des professeurs de langues vivantes se trouvaient clairement affichées. Un des cours de E. Martinenche, pourtant le plus « latino-américain » des hispanistes français, professé devant la Faculté de philosophie et lettres de Buenos-Aires, avait symboliquement donné naissance à un ouvrage intitulé : Histoire de l’influence espagnole sur la littérature française. L’Espagne et le romantisme français7.

19Aussi, la nomination en 1906 à Paris d’Ernest Martinenche comme maître de conférences, résultait d’abord du mouvement de présence affirmée de l’hispanisme au sein de l’enseignement de la littérature et des langues vivantes en France. Ce mouvement était porté par la dimension des personnalités d’A. Morel-Fatio et celle de ses disciples ainsi que par le « talentueux rival » Fouché-Delbosc, dans la continuité de l’Institut français créé en Espagne dont le premier numéro du bulletin avait vu le jour en 1875. Ce mouvement hispaniste avait atteint son point culminant avec la fondation d’une part, dans le cadre des Annales de la Faculté des lettres de Bordeaux en 1898-1899, du Bulletin hispanique grâce à la collaboration de G. Cirot, E. Mérimée, A. Morel-Fatio, P. Paris et, d’autre part, de la Revue hispanique dirigée par Raymond Fouché-Delbosc.

20Sans doute, les origines provençales d’Ernest Martinenche, né dans le Gard comme Georges Dumas, amoureux des Cévennes, de la Méditerranée et des Pyrénées, que des postes d’enseignement secondaire à Nîmes et Montpellier lui avaient permis de redécouvrir après avoir passé son agrégation de lettres en 1891 dans la foulée de l’École normale supérieure, ont-elles joué dans son horizon latin des questions hispaniques. Dans cette perspective, on peut penser que son admiration et son amitié à l’égard d’Émile Faguet, fondateur de la Revue latine, à l’égard aussi de Ferdinand Brunetière et d’Ernest Dupuy, l’ont quelque peu aidé à découvrir les choses de l’Espagne à travers un prisme latin que les fêtes latines imaginées par les félibres et régionalistes méridionaux avaient généré.

  • 8 Roger Barthe : L’idée latine, pp. 104-105, Toulouse, Institut d’études occitanes, 1962, 220 p.

21On sait comment Charles de Tourtoulon avait fondé, en 1879, avec Maurice Faure, un futur ministre de l’Instruction publique, le Félibrige de Paris. De ces contacts était née la Revue du monde latin dont Tourtoulon annonça en ces termes à Frédéric Mistral la création en 1882 : « le papier sur lequel je vous écris et les programmes que je vous envoie par le même courrier vous signaleront un nouveau développement de l’idée félibréenne. La Revue du monde latin se constitue sur des bases solides. Vous trouverez ci-joint la composition de son Comité de direction. Malgré les longs ennuis et les cruelles douleurs de ces dernières années, j’ai consenti à rentrer dans le monde des vivants et à accepter les fonctions de directeur, surtout pour que le Félibrige profite de la nouvelle œuvre. On a décidé la publication de cinq éditions de la Revue (française, espagnole, italienne, portugaise et roumaine) ; je voudrais une édition provençale... »8.

  • 9 Ibidem, p. 105.

22Certes, l’expérience de la Revue du monde latin tourna court. Mais, comme le soulignait Roger Barthe, « bien qu’éphémère, la Revue du monde latin avait représenté un effort vraiment sérieux en faveur de l’idée latine ; sa collection — trop ignorée — reste précieuse. Tourtoulon avait su rassembler des collaborateurs excellents, et plusieurs d’entre eux étaient illustres ; lui-même rédigeait chaque mois un bulletin diplomatique où la science de l’historien ne s’affirmait pas moins que la clairvoyance du politique »...9.

23Au moment où, sous prétexte d’efficacité, les générations félibréennes des années 1890-1900 se proposaient de concentrer leurs efforts sur le Félibrige, et le Félibrige seul, l’avenir de l’idée latine trouvait une renaissance culturelle dans l’étude universitaire et scientifique des langues romanes, des langues modernes (la Revue était créée en 1903) et des langues néo-latines — dont la Revue fut créée en 1907.

  • 10 Paulette Patout : Alfonso Reyes et la France..., pp. 85-86, o.c.

24L’hispanisme, grâce à Ernest Martinenche, fut en mesure d’établir un lien entre le nouvel enseignement des langues vivantes, l’étude des langues néo-latines et l’ouverture de la coopération universitaire vers l’Amérique latine. Afin de comprendre le rayonnement d’Ernest Martinenche, il convient de savoir l’attachement que lui réserve le jeune Alfonso Reyes arrivant de son Mexique natal et immergé dans la communauté intellectuelle parisienne. « Le foyer de Garcia Calderon était un centre de réunion pour les écrivains hispano-américains qui se trouvaient plus ou moins provisoirement exilés dans la capitale française, constatait Paulette Patout. Reyes y connut José de la Riva Aguero, historien et admirable érudit, et surtout Felipe Cossio del Pomar, encore jeune et mal défini, mais très introduit dans les milieux artistiques de Montmartre et qui décrivait ce qu’il avait vu dans les ateliers de Picasso, Juan Gris, de Van Dongen ou chez Pierre Mac Orlan, au Lapin Agile ou au Bateau Lavoir... Reyes fait souvent allusion aux conversations qu’il eut avec Ventura, aussi bon connaisseur de notre littérature que des lettres américaines. Ensemble, ils fréquentaient les maisons d’édition francohispano-américaines, celle de la veuve Bouret, et surtout l’importante maison Garnier, bien installée rue de Lille et qui avait un peu l’air d’un ministère... Reyes retrouva Ventura Garcia Calderon parmi les hispanisants qui, autour du professeur Martinenche, formaient un groupe bruyant, bienveillant et cosmopolite... Ernest Martinenche, au centre des relations culturelles entre la France et l’Espagne, était conscient de la nécessité de resserrer les liens avec l’Amérique latine... Reyes revivait dans cette ambiance universitaire de haut niveau et y retrouvait un goût pour l’Espagne et la littérature »10. Ainsi, malgré tout l’attrait que représentait le développement des relations avec l’Amérique latine, l’essor de l’hispanisme demeurait aux yeux d’Ernest Martinenche la pierre de touche de l’enseignement de haut niveau des langues vivantes. Cette prépondérance se traduisait par la création, en 1913, de l’Institut français de Madrid et celle de la Casa de Velazquez en 1916. Ernest Martinenche épousait le mouvement et fondait en 1918 la revue Hispania, témoin du génie castillan, qu’il compensait en 1922 par la création de la Revue de l’Amérique latine, après la disparition en juillet 1921 du Bulletin de la bibliothèque américaine, transformée en 1916 en Bulletin de l’Amérique latine, sous la houlette du Groupement. De fait, la grande œuvre de Don Ernesto et des hispanistes français fut la fondation de l’Institut d’études hispaniques inauguré en 1929 par le Président de la République Gaston Doumergue, rue Gay-Lussac, consacrant la tâche entreprise par le Centre d’études hispaniques de l’Université de Paris.

  • 11 Guy Martinière : « L’image de l’Amérique latine dans Fermina Marquez », pp. 200-217, in Valery Larb (...)
  • 12 Emile Témine : « Naissance et définition de l’Américanisme espagnol », pp. 103-104, in Travaux et r (...)

25Sous l’impulsion d’Ernest Martinenche, les études de langue et de littérature hispaniques avaient permis à la coopération universitaire française avec l’Amérique latine de découvrir la valeur ajoutée de la pratique et de la connaissance d’une langue dans l’élaboration d’une politique de coopération. Le prisme latin et l’attrait pour le Nouveau Monde n’avaient de raison d’être qu’en fonction du rayonnement du génie castillan. L’hispanisme français épousait à sa manière l’hispanidad retrouvée d’une Espagne en quête de son identité. Il est significatif de noter cette évolution au moment où la diffusion de la littérature hispano-américaine va connaître une dimension inattendue sous l’impulsion d’un cosmopolitisme littéraire lié à Valery Larbaud, à la Nouvelle revue française et à la maison Gallimard11. Il est significatif de noter aussi cette évolution au moment où l’américanisme prenait en Espagne une orientation nouvelle qu’Émile Témine décrit en ces termes : « Cette nouvelle orientation américaniste en Espagne se produit... dans un contexte particulier. L’ouvrage d’Altamira est publié en 1917, à un moment où la “grande guerre” provoque un effacement momentané des grandes puissances européennes, et où la prospérité illusoire dont bénéficie l’Espagne lui laisse espérer un redémarrage économique toujours attendu et toujours déçu. L’Espagne pourrait-elle retrouver un peu de sa puissance par le développement de “ces intérêts matériels” ? Beaucoup y ont cru, ce qui explique la littérature extrêmement abondante consacrée à l’américanisme entre 1914 et 1918. Mais il est rare que ces ouvrages soient uniquement consacrés à l’économie. L’idée dominante est l’espérance de Rahola : les rapports nouveaux établis entre l’Espagne et les États ibéro-américains débouchent naturellement sur une entente politique et militaire entre ces pays. Il ne s’agit plus de cette communauté mal déterminée dont rêvaient les premiers américanistes. L’idée prend corps que, par-delà la nation espagnole, un super nationalisme ibéro-américain pourrait se développer. Il n’est certes plus question de reconquête, mais l’Espagne peut jouer un rôle d’arbitre dans les conflits entre nations espagnoles d’Amérique ; elle peut devenir la puissance tutélaire, protectrice de ses anciennes colonies, l’intermédiaire nécessaire entre elles et les grandes puissances, particulièrement les États-Unis. La glorification de l’hispanidad, la conception impérialiste de l’Espagne avant 1936 reposent à la fois sur cette espérance et sur la certitude affirmée depuis 1860 d’une étroite communauté culturelle, que ne pourraient rompre en aucune façon les désaccords politiques du moment. L’américanisme des débuts du xxe siècle apparaît en somme comme une combinaison d’éléments assez divers mais aussi comme une évidence ressentie profondément par les Espagnols, sans qu’il soit besoin de l’assimiler à ces rêves impérialistes. Le panhispanisme est en définitive une déformation de l’américanisme. Mais il ne se manifeste que dans une minorité. La doctrine américaniste est devenue populaire parce qu’elle était essentiellement la prise de conscience d’une réalité politique et culturelle »...12.

Les conséquences scientifiques de l'intervention au Mexique : la naissance de l’américanisme

  • 13 Marcel Bataillon : « Mérimée et l’américanisme d’il y a cent ans », in Bulletin Hispanique, pp. 424 (...)

26En France, les relations entre l’américanisme et l’hispanisme universitaires ne se trouvèrent donc pas en mesure de renforcer de concert la connaissance du monde latino-américain. Pourtant, la greffe aurait pu prendre, ne serait-ce qu’en raison des liens étroits qu’établirent les milieux universitaires un demi-siècle plus tôt, lors de la découverte du Mexique sous le Second Empire. Marcel Bataillon a évoqué la figure de Prosper Mérimée, attaché à soutenir les recherches archéologiques et ethnologiques de l’abbé Brasseur de Bourbourg en Amérique centrale dès 185513.

27En fait, les travaux des « américanistes » français ne connurent un véritable essor que sous l’impulsion de l’expédition engagée par Napoléon III au Mexique. Toute une campagne littéraire accompagne ainsi cette campagne militaire dont la presse rendait compte avec régularité et dont le couronnement intellectuel fut en 1864, d’une part la création de la « Commission scientifique du Mexique » à Paris, directement inspirée de l’Institut du Caire fondé par le premier Bonaparte et d’autre part de son homologue au Mexique la « Comision cientifica, literaria y artistica » de Mexico. Cette commission était appelée à développer sur place la recherche scientifique transmise par la France mais déjà naissante au Mexique grâce aux travaux du conservateur Lucas Alaman et au dynamisme de la Société mexicaine de géographie et statistiques créée en 1833.

28Sous l’impulsion de Victor Duruy et sous la direction du maréchal Vaillant et de Michel Chevalier, animées par le vice-amiral Jurien de la Gravière, les membres de l’Institut Boussingault, Combes, Decaisne, Faye, de Longpérier, de Quatrefages, C. Saint-Claire-Deville de Tessan, par l’astronome Marie-Davy, l’archéologue et ethnologue Brasseur de Bourbourg, le mathématicien J. Aubin, le baron de Larrey, de l’Académie de médecine, le consul Angrand, le colonel Ribourt, chef de cabinet du ministre de la Guerre, Bellaguet, chef de cabinet du ministre de l’Instruction publique, les quatre sections de la « Commission » française dont le secrétariat était assuré par A. Duruy, contribuèrent à l’élaboration de nombreux travaux publiés régulièrement entre 1865 et 1870 par les soins du ministère de l’Instruction publique, puis sous forme de monographies après la chute de l’Empire. Les minéralogistes et géologues E. Guillemin-Tarayre, L. Coignet, A. Dollfus, E. de Montserrat, P. Pavie, les archéologues et ethnologues L. Méhédin, J.A. Bourgeois, Brasseur de Bourbourg, Lari, Brocchi durent ainsi leur réputation à cette commission de même que le futur général Niox, spécialiste de cartographie qui participa en tant que capitaine à cette expédition dont il écrivit l’histoire en 1874. Ce fut aussi le cas de la réputation de Milne-Edwards, du savant allemand J. Burkart ou du suisse H. de Saussure. Le Mexique apparaissait alors comme le premier laboratoire, le centre de nombreux travaux scientifiques qui vont acquérir une réputation mondiale. Toute une pléiade de savants français découvrir, grâce à cette expédition, l’américanisme qu’ils s’attachèrent à cultiver sous la Troisième République tels Charnay ou Hamy parmi les ethnologues, Reclus parmi les géographes... Les origines des civilisations indiennes du Mexique d’avant la découverte et la conquête espagnole furent ainsi étudiées par les jeunes archéologues et ethnologues qui favorisèrent l’essor de leurs nouvelles et récentes disciplines dans leur pays. Dans le même esprit, les savants des disciplines cartographiques, géologiques, biologiques, anthropologiques firent remarquablement avancer et la connaissance du pays visité — le Mexique — et leurs propres « sciences » respectives. Les Bulletins de la Société de géographie de Paris ou ceux du Journal de la Société des Américanistes à partir de 1877 furent à ce titre des soutiens de valeur.

29En d’autres termes, les travaux effectués par des savants français sur le terrain mexicain, valorisés dans le domaine archéologique ou anthropologique par la création de la Société des américanistes en 1875, orientèrent dans une large mesure les recherches des américanistes de toute spécialité, portant en eux une problématique latine concernant l’ancienne Amérique luso-hispanique, profondément marquée par l’idéologie dominante du Second Empire. On sait combien cette problématique « interventionniste », très clairement exposée par Michel Chevalier, mais aussi espérée par une large fraction de la colonie française du Mexique, développa une croyance affirmant la mission exportatrice de progrès de l’Humanité à partir de la France, nation héritière du monde « latin », vers l’Europe et l’Amérique, l’Afrique et l’Asie, tous continents menacés par l’expansionisme anglo-saxon puis germanique qu’il convenait d’endiguer.

30Or, le Mexique s’était trouvé une zone frontière idéale de ce combat « latin » qu’il ne fallait pas perdre sous peine d’être victime d’hégémonies rivales. Dans de telles conditions, le concept d’Amérique latine, devenu opératoire dans les années 1860, apparaissait bien entaché d’un aspect interventionniste rédhibitoire mais les milieux latino-américains eux-mêmes gravitant à Paris, vont parvenir peu à peu à le « démilitariser ».

31La chance culturelle des Latino-américains fut le désastre militaire du Second Empire à Sedan. Le succès définitif du concept d’Amérique latine trouva dès lors ses racines dans l’œuvre idéologique et économique du Second Empire un peu de la même manière que le couronnement universitaire dans les années 1890 avait pris racine dans l’ébranlement de l’état de la science en France en 1868 imposé par le ministre Victor Duruy.

32Ce mouvement avait donné naissance, dès 1868 par exemple, à l’École pratique des Hautes Études. Il se poursuivit dans l’effort de transformation des universités sous la marque du saint-simonisme triomphant et laïque de la Troisième République. Ce mouvement transforma aussi cette Troisième République en héraut de la latinité portée par la révolution industrielle et l’essor de la science, des techniques et du progrès.

33Schématiquement, on peut considérer que Georges Dumas avait permis au Groupement de trouver au Brésil un ancrage saint-simonien et positiviste. Cet ancrage ne subit pas comme l’Amérique espagnole le détournement linguistique de la mère patrie castillane régenté par les hispanistes. Ainsi, les carences françaises d’enseignement du portugais, en dépit de la création de l’Institut français de Lisbonne en 1928, n’entraînèrent pas le Brésil dans les dédales de l’hispanisme, et Georges Dumas créa les comités d’échange de professeurs et d’étudiants dans les villes de Rio et de Sao Paulo, où l’efficace Union franco-pauliste prodiguait son activité. Malgré tout, Ernest Martinenche, de son côté, avait entrouvert, grâce au Groupement, l’hispanisme français aux dimensions du Nouveau Monde, engageant de fructueuses négociations avec l’Amérique de langue espagnole à partir de trois pôles prioritaires : Buenos-Aires, Lima et Mexico.

Diffusion des idées, des produits et des marchandises : latino-américanisme et milieux d’affaires

34En fait, la création du Groupement des Universités et grandes Écoles de France pour les relations avec l’Amérique latine n’était pas une initiative isolée. Un intérêt spécifique pour l’Amérique latine aussi bien universitaire et scientifique que culturel et artistique s’était manifesté depuis quelques années. Mais les aspects commerciaux et économiques n’étaient pas absents de telles préoccupations. Le rapprochement politique entre la France et l’Italie eut des répercussions dans le domaine bancaire aboutissant, en 1910 à la création de la Banque Française et Italienne pour l’Amérique du Sud, l’ancêtre de Sudameris. Louis Dapples, un des directeurs de la Banque commerciale Italienne avait saisi l’opportunité de racheter l’actif du Banco commerciale Italo-Brasileiro avec la participation de la Banque de Paris et des Pays-Bas, et de la Société générale.

35Ainsi, les relations commerciales et financières entre la France et l’Amérique latine se trouvaient-elles hissées, au début du xxe siècle, à un niveau que concurrençait seule, et de tradition, la Grande-Bretagne. Fiers de l’indépendance politique acquise à l’encontre de leurs anciennes métropoles espagnoles ou portugaises, les élites créoles latino-américaines avaient été conduites à intensifier au maximum les relations culturelles et marchandes avec les bourgeois triomphants des deux premières nations européennes et conquérantes du xixe siècle, l’Angleterre et la France. Ayant transmis les idéologies de l’indépendance à ces nations colonisées, les « missionnaires » et « voyageurs » anglais et français continuèrent à renforcer les transplantations idéologiques indépendantistes, concurrentielles par le jeu même de l’âpre rivalité opposant ces deux pays à leurs anciennes métropoles. De la même manière que les relations culturelles et idéologiques avaient fait de l’Angleterre et de la France les nouveaux pôles du progrès de l’humanité, fascinant d’autant les élites créoles, les relations commerciales et financières entraînèrent dans le domaine économique l’extension des liens privilégiés de ces pays d’Amérique latine avec les nouvelles métropoles capitalistes mondiales. Dès lors, ces élites créoles ne pensaient pouvoir participer à la grande marche de la civilisation qu’en imitant les modes de vie et le savoir européens.

36Cependant, dans le dernier tiers du xixe siècle, l’Allemagne puis l’Italie d’une part, les États-Unis d’Amérique d’autre part s’attachèrent à remettre en cause cette prépondérance conflictuelle que l’Angleterre et la France avaient établie sur l’Amérique latine. Ce qu’Henri Hauser appela, en 1905, « l’impérialisme américain », obtenait d’importants succès territoriaux et commerciaux au Mexique, dans les Caraïbes et en Amérique centrale. De tels succès provoquaient même le renforcement d’une méfiance expansionniste que les jeunes diplomaties des grands pays d’Amérique du Sud s’efforçaient de circonscrire.

tableau no 5. a) investissements français en amérique latine, 1902 (en milliers de francs)

PAYS

Total

Emprunt d’État

Participations

Argentine

923 000

310 000

613 000

Bolivie

70 000

70 000

Brésil

696 000

490 000

206 000

Chili

226 000

8 000

218 000

Colombie

246 000

246 000

Equateur

5 000

5 000

Paraguay

1 000

1 000

Pérou

107 000

2 000

105 000

Uruguay

297 000

48 000

249 000

Venezuela

130 000

30 000

100 000

Mexique

300 000

pr. mém.

300 000

Cuba

126 000

126 000

Haïti

76 000

66 000

10 000

République Dominicaine

8 000

7 000

1 000

Costa-Rica

10 000

10 000

El Salvador

10 450

10 450

Guatemala

8 620

8 620

Honduras

6 500

pr. mém.

6 500

Nicaragua

6 150

6 150

Total

3 252 720

961 000

2 291 720

Chemins de fer (sauf la Peruvian Corp.) Uruguay Mexique

158 000

Argentine

100 000

Brésil

40 000

Venezuela

18 000

Banques et Établissements financiers

138 000

Argentine

53 000

Brésil

11 000

Colombie

22 000

Uruguay

8 000

Mexique

20 000

Haïti

7 000

Venezuela

7 000

Propriétés foncières

995 000

Argentine

366 000

Bolivie

60 000

Brésil

30 000

Chili

80 000

Colombie

10 000

Pérou

60 000

Uruguay

138 000

Venezuela

40 000

Mexique

100 000

Cuba

100 000

tableau no 5 (suite). b) investissements français en amérique latine, 1913 (en milliers de francs)

PAYS

Total

Emprunts d’État

Participations

Argentine

2 000 000

640 000

1 360 000

Bolivie

100 000

14 000

86 000

Brésil

3 500 000

880 000

2 620 000

Chili

212 000

70 000

142 000

Colombie

15 000

7 000

8 000

Equateur

15 000

13 000

2 000

Paraguay

40 000

40 000

Pérou

50 000

12 500

37 500

Uruguay

200 000

65 000

135 000

Venezuela

50 000

15 000

35 000

Mexique

2 000 000

750 000

1 250 000

Cuba

20 000

20 000

Haïti

100 000

90 000

10 000

République Dominicaine

500

500

Costa Rica

38 000

34 000

4 000

El Salvador

12 000

12 000

Guatemala

9 000

9 000

Hondura

7 000

7 000

Nicaragua

6 000

6 000

Panama

500

500

Total

8 375 000

2 590 000

5 784 500

Chemins de fer

2 203 000

Argentine

600 500

Brésil

1 390 500

Venezuela

17 500

Mexique

194 500

Mines

750 000

Banques et Etablissements financiers

900 000

Propriétés foncières

965 000

Divers, industrie, commerce, etc

966 500

D’après L’Amérique Latine et la France, Notes et Etudes documentaires no 3084, La Documentation Française.

tableau no 6. investissements britanniques en amérique latine

tableau no 6. investissements britanniques en amérique latine

D’après J.F. Rippy, British Investments in Latin America (1822-1949), Minneapolis, 1959, University of Minnesota Press, p. 25.

37De leurs côtés, les percées allemande et italienne connaissaient des succès retentissants. Certes, dans les toutes premières années du xxe siècle, le gouvernement français ne s’était pas inquiété outre mesure de l’implantation allemande en Amérique latine. Les banques françaises et allemandes en particulier coopéraient même sans problème apparent.

38Mais, à partir de 1904-1908, une double évolution s’amorça : alors que la rivalité était de plus en plus manifeste dans les relations franco-allemandes, une coopération de plus en plus étroite caractérisait l’évolution des relations franco-italiennes. La forte implantation italienne au Brésil et en Amérique latine donnait même à la France l’occasion d’affirmer une certaine complicité.

tableau no 7. capitaux allemands engagés outre-mer (valeurs mobilières non comprises). Enquête de la Marine (en millions de marks) pour 1898

Turquie

400

Afrique (sauf Égypte et colonies allemandes)

970-980

Perse, Arabie, Indes anglaises

50

Asie du Sud-Est

240

Extrême-Orient

370-400

Australie, Polynésie

610-670

Amérique centrale, Antilles

1 000-1 250

Amérique du Sud :

— Littoral ouest

370-420

— Littoral est

1 000-1 300

États-Unis, Canada

2 025

Total

7 035-7 735

Précisions données à propos de cette enquête par G. Monod (Berlin à A.E. 30-3 ; 1900 dans F. 30 259) Millions de Marks.
Amérique du Sud : 1 750 à 2 000 dont 500 (Chili + Pérou + Équateur), 750 (Argentine), 750 (Brésil + Uruguay).
Amérique centrale + Iles + Mexique : 1 000 à 1 200
États-Unis : 2 000
Continent australien : 550 à 600
Asie (Levant compris) : 1 000 dont 1/3 en Extrême-Orient, 1/4 aux Indes + Indochines + Indes néerlandaises, 400 dans l’Empire ottoman.
Afrique (sauf Égypte et colonies allemandes) : 1 000 (presque entièrement dans les mines du Transvaal).
(Cf. Export 1900, pp. 201 sq. qui donne et critique les résultats de l’enquête).
D’après Raymond Poidevin : Les relations économiques et financières entre la France et l'Allemagne de 1898 à 1914, p. 39, Paris, A. Colin, 1969, 930 p.

tableau no 8. les investissements nord-américains en amérique latine. a) par pays et par régions - b) par industries investissements nord-américains en amérique latine par pays et par régions (en millions de francs)

tableau no 8. les investissements nord-américains en amérique latine. a) par pays et par régions - b) par industries investissements nord-américains en amérique latine par pays et par régions (en millions de francs)

Nation Unies, CEPAL, Foreign Capital in Latin America, op. cit. p 15.

investissements directs nord-américains en amérique latine par industries (en millions de dollars)

ACTIVITÉ

1897

1908

1914

Agriculture

58

162

243

Mines

79

303

549

Production pétrolière

5

57

110

Chemins de fer et entreprises publ.

141

162

274

Manufacture

3

30

37

Commerce

20

37

57

Autres

2

3

11

Total

308

754

1 281

Nations Unies, CEPAL, Foreign Capital in Latin America, op. cit., p. 15. D’après Leslie Manigat : Évolution et révolutions. L’Amérique latine au xxe siècle 1889-1929, p. 91, Paris, Ed. Richelieu, 1973, 414 p.

tableau no 9. peuplement du brésil. immigration nationalité des immigrants entre 1820 et 1907

Italiens

1 213 167

Ottomans

11 731

Portugais

634 585

Anglais

11 068

Espagnols

288 646

Suisses

9 086

Allemands

93 075

Suédois

3 780

Autrichiens

56 892

Belges

3 716

Russes

54 593

Divers

161 874

Français

19 269

Cité par d’Anthouard, p. 316.
D’après Bulletin commémoratif de l’Exposition Nationale de 1908 (Direction Générale de la Statistique Fédérale du Brésil).

39La Direction politique et commerciale du ministère des Affaires étrangères envoya alors Charles Wiener étudier sur place les conditions d’une meilleure organisation de l’action financière et commerciale française au Brésil (1907-1909). Puisque la communauté de vue franco-italienne s’était affirmée particulièrement sensible dans le domaine politique depuis la conférence d’Algésiras, de leur côté, Louis Dapples et plusieurs financiers proposèrent à la Banque de Paris et des Pays-Bas et à la Société générale la fondation à Paris, en 1909, d’une société française avec des capitaux mi-partie français, mi-partie italiens. L’intérêt de cette opération fut décrit en ces termes par A. Cretelier, directeur de la Banque Française et Italienne pour l’Amérique du Sud : « Le caractère franco-italien de cette société lui assurait en même temps qu’un capital important et des ressources de crédits considérables, le personnel, la clientèle et les appuis locaux que les colonies françaises seules ne lui procuraient pas de façon satisfaisante ».

tableau no 10. banque française et italienne pour l’amérique du sud (en milliers de francs)

tableau no 10. banque française et italienne pour l’amérique du sud (en milliers de francs)

A. Cretelier, Les banques de commerce français en Amérique Latine, p. 283, o.c.

  • 14 Baron d’Anthouars : Le progrès brésilien. La participation de la France. Etude sociale, économique (...)

40Aussi, conscient du fait que l’impact du rayonnement culturel, de l’intellectualité française, était en mesure de mettre la France en situation privilégiée par rapport à ses concurrents plus nombreux, l’un des meilleurs théoriciens de la latinité appliquée, le baron d’Anthouars écrivit : « Malgré la faiblesse numérique de notre émigration et l’infériorité de notre commerce, la langue française a pénétré partout dans le pays entraînant avec elle notre influence intellectuelle. Aussi est-elle sue aujourd’hui plus ou moins par toute personne instruite et est-elle très souvent usitée comme véhicule de l’enseignement supérieur. Au point que l’intellectualité des classes dirigeantes est pour ainsi dire française. Ainsi s’explique cette fascination que, de leur propre aveu, la culture française exerce sur les Brésiliens et voilà pourquoi beaucoup parmi eux proclament qu’ils considèrent la France comme leur patrie intellectuelle »14.

Le réveil français, France-Amérique et les deux mondes : du rayonnement de la langue française à l’implantation des établissements d’enseignement secondaire

  • 15 Raymond Poincaré, Préface à F. Garcia Calderon : Les démocraties latines de l’Amérique, Paris, Flam (...)

41Le caractère franco-italien de cette opération reflète à sa mesure le mouvement d’ensemble de cette espérance panlatine que G. Ferrero aimait à proclamer. Avec la naissance du Groupement, l’Université française avait bien joué la carte du développement latin. Trouvant grâce au Groupement le moyen d’associer ces grands centres universitaires de haut enseignement français et latino-américains, dans les entreprises de formation commune et de coopérations, l’Université de Paris contribuait à affirmer le rayonnement culturel français en diffusant cette idéologie « panlatine » qui séduisait tant les élites créoles d’outre-atlantique à cheval entre les expériences nationalitaires et le cosmopolitisme. En associant étroitement les élites latino-américaines à l’essor de la latinité positive, l’offensive culturelle française offrait toutes les garanties de succès. Ainsi, en conservant leur rôle et leur action propre, nombreux étaient les membres du groupement des Universités qui allaient animer les activités du comité France-Amérique dont la création, en 1905, reflétait ce que Gabriel Hanoteaux appelait « le réveil français » et dont l’action s’étendait aux « deux Amériques », à tout le continent. En fait, ce réveil français qui consacrait la revanche de 1870, se situait bien dans une perspective mondiale de partage colonial entre impérialismes rivaux comme le reflétait l’existence des comités de l’Afrique française et de l’Asie française. Ce second partage colonial, quatre siècle après celui de Vasco de Gama, de Christophe Colomb et quelques autres, tenait compte de la spécificité américaine dans le prolongement culturel de l’Europe et reconnaissait dans l’américanité, voire la latino-américanité, l’autonomie conquise de haute lutte entre 1775 et 1825. La création du comité France-Amérique rétablissait une perspective continentale des relations avec le Nouveau Monde que l’impact de la latinité culturelle aurait pu faire oublier. Car l’Amérique latine était devenue ce domaine où s’aventuraient bien des « têtes » politiques de la Troisième République en plein réveil : Georges Clemenceau ne venait-il pas de publier dans l’Illustration ses « notes de voyage en Amérique du Sud » réunies en volume par Hachette en 1911 et Raymond Poincaré n’avait-il pas rédigé la préface d’un livre de l’essayiste péruvien Francisco Garcia Calderon, intitulé Les démocraties latines de l’Amérique et publié dans la célèbre collection de la Bibliothèque de philosophie scientifique de l’éditeur Flammarion dirigée par Gustave Le Bon15 ?

42Dans l’élan qui suivit la création du Groupement, on vit la Sorbonne créer une chaire d’études brésiliennes, inaugurée en 1911 par Oliveira Lima qui prononça douze conférences sur « la formation de la nationalité brésilienne ». Fondée à l’initiative de l’Union scolaire franco-pauliste, cette chaire fut occupée en 1912 par le géographe Miguel Arrojado Ribeiro Lisboa et, en 1913, par le juriste Rodrigo Octavio de Menezes. En fait, l’activité d’Ernest Martinenche et du médecin et psychologue Georges Dumas, l’un plutôt autour de l’Amérique de langue espagnole, l’autre plutôt autour du Brésil, fut à l’origine de bien des entreprises de coopération universitaire. Certes, la Première guerre mondiale allait interrompre les flux en dépit de l’affirmation renouvelée de la solidarité latine que portèrent à leur point culminant les trois « semaines » de l’Amérique latine organisées en 1916 à Lyon, en 1917 à Paris et en 1918 à Bordeaux. Le rôle du « Comité d’action parlementaire d’action à l’étranger » se révéla essentiel dans le déroulement de ces manifestations auxquelles participèrent activement le Comité France-Amérique et le Groupement des universités. Après la Guerre, le « rayonnement » latin continua de s’exprimer trouvant au Service des œuvres du ministère des Affaires étrangères, en la personne de Jean Marx qui avait fait ses premières armes à la Section italienne des services de la propagande, le compagnon idéal de Georges Dumas.

43Ainsi naquirent bien des établissements français d’enseignements secondaires, tel le lycée franco-brésilien de Rio fondé en 1915, le lycée français franco-brésilien de Sao Paulo fondé en 1924, devenu le lycée Pasteur, le lycée de Montevideo, le lycée Pasteur de Bogota... Ces différents établissements d’enseignements secondaires furent établis en complément des créations réalisées par les Alliances françaises, la Mission laïque et d’autres missions et congrégations religieuses.

Les missions et congrégations catholiques d’enseignement et d’éducation

44Ainsi, un effort remarquable avait-il été accompli par les missions et congrégations catholiques françaises en Amérique latine, dans le dernier tiers du xixe siècle. « Outre les Missions catholiques bien délimitées que nos religieux ont établies dans l’Amérique du Sud, écrivait le R.P. J.B. Piolet dans le célèbre ouvrage collectif sur les Missions catholiques françaises au xixe siècle, ils y ont fondé d’autres établissements, surtout d’enseignement et d’assistance disséminés un peu partout, au Brésil, dans la République argentine, en Uruguay, au Chili, au Pérou, en Colombie, etc. Plusieurs Congrégations françaises d’hommes, sans compter nos congrégations de frères-enseignants et de plus nombreuses congrégations de femmes se sont établies dans l’Amérique du Sud : les Lazaristes un peu partout ; les Pères de Betharram en Argentine, dans l’Uruguay et au Paraguay ; les Dominicains enseignants d’Oullins a Buenos-Aires ; les Pères de N.D. de Lourdes dans la République argentine ; les Pères de Picpus à Valparaiso au Chili, au Pérou, dans l’Equateur et en Bolivie ; les Rédemptoristes en Colombie, dans l’Equateur, au Pérou et au Chili ; les Pères oblats de Saint-François de Salles de Troyes dans l’Equateur et dans l’Uruguay ; les Eudistes en Colombie, etc. »

  • 16 R.P. Jean-Baptiste Piolet : « Les congrégations françaises dans l’Amérique latine », pp. 453-486, i (...)

45La plupart de ces établissements d’enseignement primaire et secondaire avaient été créés dans les années 1885-1895 alors que la vague d’émigration européenne en direction de l’Amérique du Sud atteignait son point culminant. Les « colonies » françaises n’exprimaient-elles pas le besoin de recevoir une éducation que les pays d’accueil ne se trouvaient guère en mesure de leur proposer ? A aucun point de vue, poursuivait le R.P. Piolet, « le public français ne saurait se désintéresser de ces contrées, trop peu connues et cependant si dignes de l’être, très riches et dont les richesses ne demandent qu’à être mises en œuvre où nos compatriotes se sont établis en assez grand nombre, mais où la concurrence est très rude avec les Anglais, les Italiens, les Allemands et où nous avons besoin de tous nos moyens d’action pour y défendre la situation que nous y avons acquise ». Certes, remarquait notre jésuite, dressant un tableau de l’émigration française, guidant la stratégie d’implantation des missions et congrégations catholiques, « il n’existe de groupe compact de Français qu’en Argentine et en Uruguay. Dans le premier de ces pays, on compte pour le moins 250 à 300 000 de nos nationaux immigrés ou créoles de la première génération. Sur ceux-ci, il doit y en avoir 130 000 ayant gardé la nationalité française. En Uruguay, le nombre des immigrés français a dépassé 100 000. Il en reste dans ce pays environ 35 000 dont 9 à 10 000 n’ont pas changé de nationalité. Le nombre des Français dans tout le Brésil n’atteind pas 7 à 8 000 ; au Chili environ 6 000 ; la moitié au Pérou ; moins de 1 500 en Equateur ; 300 en Bolivie, beaucoup moins encore en Colombie et au Paraguay ; quelques milliers de Corses, non recensés d’ailleurs, au Venezuela, où un grand nombre de créoles, je veux dire des Corses nés dans le pays, occupent de hautes fonctions politiques et administratives. » De fait, la création de l’ensemble de ces services d’éducation, de missions religieuses ou laïques jouaient un rôle essentiel dans le processus de transplantation culturelle et de conquête des élites que la France était en train de réaliser par l’intermédiaire de l’exportation de l’idéologie latine16.

Les missions militaires de longue durée

46Mais ce travail de coopération dans l’éducation ne constituait qu’une des pièces dans l’écheveau des relations privilégiées que la France avait établi en Amérique latine. Un tel dispositif d’exportation d’idées apparaissait complété par le développement d’une coopération étroite dans le domaine militaire, en prolongement direct des événements de la Première Guerre mondiale où Georges Dumas joua un rôle notable dans la coopération des services militaires de santé.

  • 17 A. de Lvra Tavares : Regard sur 5 siècles. France-Brésil, Paris, s.d., 144 p. avec une préface de R (...)

47Au lendemain de la Première Guerre mondiale, le général Mangin effectua une mission officielle pour représenter la République française au centenaire de l’Indépendance du Pérou. Là se trouvait une mission militaire française permanente créée afin de contrebalancer l’influence allemande au Chili. Le périple de Mangin autour du continent latin avec le croiseur cuirassé « Jules-Michelet » le conduisit du 3 juin au 3 décembre 1921 des Antilles françaises au Guatemala, au Panama, au Pérou, au Chili, en Argentine et au Brésil. Il rencontra le général Gamelin, chef de la mission militaire française, qui séjournait au Brésil sur les ordres du maréchal Joffre. Depuis 1919 en effet, conformément à l’accord signé à Paris le 8 septembre, une mission d’instruction et d’évaluation de l’armée brésilienne était à la charge du général Gamelin. De fait, l’accord de 1919 avait été préparé par le ministre de la Guerre francophile Joao Pandia Calogeras. Or, Calogeras n’avait-il pas été un élève du géologue Henri Gorceix, fondateur de l’Ecole des Mines en 1876 ? Comme le souligne A. de Lyra Tavares, général et ambassadeur du Brésil à Paris, la mission militaire française « en tant qu’organe assistant l’Etat-Major brésilien donna à notre armée une allure tout à fait nouvelle »17. La mission militaire française permanente au Brésil contribua à sa mesure au rayonnement latin de la France que la coopération universitaire promouvait de son côté en multipliant les missions ponctuelles d’universitaires français de haut niveau en Amérique latine et en accueillant des étudiants latino-américains à Paris.

L’industrie du livre et le rayonnement latin

48Toutefois, dans un vaste mouvement d’échange des idées et des hommes, la place occupée par le livre français, produit commercial et culturel s’il en est, en Amérique latine était de première importance. Certes, là aussi, la concurrence de l’Allemagne et de l’Italie apparaissait croissante. Mais l’analyse comparée des exportations de livres français dans les librairies d’Amérique latine montrait l’impact de la transplantation française.

exportation du livre en amérique latine (moyenne 1910-1915 ; valeur en francs)

Argentine

Brésil

Chili

Uruguay

France

950 000

2 858 000

305 000

605 000

Allemagne

880 000

706 000

610 000

306 000

Italie

746 000

400 000

80 000

54 000

Espagne

1 850 000

165 000

450 000

280 000

D’après Georges Lafond : « La librairie française en Amérique latine », Actes de la Première semaine de l'Amérique latine, Lyon, 1916.

49On note à quel point l’Espagne occupe un rôle notable dans les pays de langue espagnole. Mais les exportations de livres de ce pays n’affectent guère le marché du livre au Brésil, alors que la place du Portugal y atteint le deuxième rang après... la France. L’exportation du livre français bénéficie donc incontestablement de la séduction latine de la France. Mais, constatait en 1916 Georges Lafond, en traçant un tableau très instructif de la « librairie française en Amérique latine » : « C’est un de nos défauts capitaux de supposer que partout on parle et on comprend aisément le français... Certes, l’enseignement du français est presque partout obligatoire en Amérique latine, mais cet enseignement n’est pas à tel point poussé, ni hâtif qu’il permette de donner aux élèves de l’enseignement primaire, secondaire et universitaire le texte français. C’est donc, suivant le cas, l’Espagne ou le Portugal qui fournissent, et ensuite l’Allemagne. Les maisons allemandes n’hésitent pas à éditer tous les ouvrages d’enseignement simultanément en plusieurs langues »...

50Bien évidemment, si les publications françaises s’adressaient exclusivement à l’élite latino-américaine, la francophilie demeurait la carte maîtresse à jouer. Seulement ajoutait Georges Lafond, « heureusement pour la librairie, ce n’est pas là le public. L’effort dans la documentation, dans la nutrition de la pensée doit être réduit à son minimum de tension. Il le sera d’autant plus que l’étude à faire se présentera dans le mode le plus familier et le plus courant : la langue native ».

51Aussi, le rapporteur s’attachait à montrer toute l’importance que représentait une politique de traduction en espagnol et en portugais ; cette politique de traduction devrait même être effectuée de préférence par des auteurs sud-américains eux-mêmes car la librairie française « trouvera dans le corps enseignant sud-américain des auteurs de valeur qui lui prépareront des textes dont le succès sera assuré par avance, parce qu’ils profiteront de l’autorité locale de l’auteur et de sa situation dans le corps même de l’enseignement qui utilisera et préconisera son œuvre. Elle les trouvera même avec d’autant plus de facilité et de libéralité que jusqu’ici le nombre des ouvrages d’instruction est extrêmement réduit et que l’industrie du livre est encore embryonnaire en Amérique du Sud. Les prix de revient y sont excessivement élevés par suite de la difficulté de recruter une main-d’œuvre professionnelle, en raison de la cherté du papier et du cartonnage et aussi parce que la vente se restreint à une seule nation... C’est ainsi qu’une histoire de l’Amérique du Sud éditée à Buenos-Aires aura bien peu de chances d’être vendue au Chili et au Pérou, alors que la même éditée à Paris pourra être vendue indistinctement dans toute l’Amérique du Sud. Le commerce est en effet plus facile entre la France et les républiques sud-américaines que pour ces républiques entre elles ».

  • 18 Georges Lafond : « La librairie française en Amérique latine, pp. 285-301, in Actes de la Première (...)

52D’une façon générale, Georges Lafond proposait aux éditeurs français d’adapter leur production aux programmes nationaux en sachant que « cette adaptation sera d’autant plus aisée que la création de la plupart des universités sud-américaines, que la fondation des collèges nationaux, que la confection de leurs programmes sont l’œuvre de nos compatriotes. Ce fut une des particularités de l’Amérique latine de solliciter à toutes les époques de son histoire le concours de l’intellectualité européenne — c’est-à-dire française — pour mettre à exécution les initiatives nationales ». Et dans le cas où l’action d’implantation des idées n’était pas aussi directe, le relai francophile faisait autorité : « Les livres que l’on recommandera, dans les universités, poursuivait Georges Lafond, ceux que l’on adjoindra aux programmes scolaires, ceux que les institutions libres achèteront à leurs élèves, ceux qui seront compris dans les acquisitions de bilbothèques ceux-là dépendent de la volonté et aussi de la sympathie d’un administrateur, d’un fonctionnaire, d’une personnalité officielle ou officieuse faisant autorité. Parmi ces hommes nous jouissons d’une sympathie sans égale »18. Aussi un effort particuler fut-il entrepris après la Première Guerre mondiale, pour accueillir à Paris les futurs cadres des nations latino-américaines en formation.

L’accueil des étudiants latino-américains en France et la création de la Cité universitaire internationale

  • 19 Général Paul Azan : Argentine, terre promise, pp. 279-280, Paris, Hachette, 1943, 320 p.

53Le mouvement d’accueil des étudiants latino-américains à Paris commença à trouver quelques solutions partielles lors de la création, en 1925, de la Cité universitaire. De 1929 à 1938, par exemple, Ernest Martinenche dirigea la maison des étudiants argentins de cette Cité animée par André Honnorat. D’ailleurs, la séduction argentine de Martinenche l’entraîna à patronner un « Institut des Universités argentines à Paris » dès 1924 et être le représentant de l’Institut de l’Université de Paris à Buenos-Aires, fondé en 1922 auprès du ministre de l’Instruction publique. Il est intéressant de noter que le but de cet Institut constitue un modèle que l’on s’efforça d’appliquer dans d’autres pays latins du continent. « Les professeurs et conférenciers français, commentait le général Paul Azan, sont choisis chaque année, au mois de décembre, par un accord entre l’Université de Buenos-Aires et l’Institut dont la direction est exercée par un comité de vingt membres dont font partie de droit l’ambassadeur de France et le président de l’Alliance française de Buenos-Aires. Ils sont proposés à l’Université de Paris, qui conserve le soin de les désigner. Pendant leur séjour en Argentine, ils sont considérés comme des professeurs de l’Université de Buenos-Aires ; ils reçoivent leur honoraires du comité qui en fixe le montant chaque année pour l’année suivante. La durée de leur séjour est de 90 jours ou de 30 jours. S’ils restent 90 jours ils sont tenus de faire au maximum vingt-six conférences, que l’Institut peut diviser en un ou deux grands cycles, deux petits cycles ou plus, et même des conférences isolées. S’ils restent 30 jours, ils doivent donner neuf conférences au maximum ». L’Institut a été présidé d’abord par Carlos Ibarguren puis par Adolfo Bioy à partir de 192819.

Georges Dumas et l’esprit missionnaire : des missions scientifiques de prestige à l’organisation de l’Université de Sao Paulo

  • 20 Archives du ministère des Affaires étrangères, service des œuvres, carton 134.

54L’organisation des missions ponctuelles de professeurs français dans les Universités et grandes écoles d’Amérique latine accapara une grande partie des énergies de Georges Dumas et d’Ernest Martinenche. Cette activité concernant Georges Dumas se trouve ainsi décrite dans une « note pour le Président du Conseil, ministre des Affaires étrangères » élaborée le 25 juin 1924 par la section des écoles du Service des œuvres françaises à l’étranger de la direction des affaires politiques et commerciales au ministère des Affaires étrangères précisant : « M. le docteur Georges Dumas, au cours de deux missions qu’il a rempli en Amérique latine en 1920 et 1921, et pendant le temps qu’il a passé au Brésil comme membre de la délégation française aux Fêtes du centenaire de l’Indépendance de ce pays, a conçu et préparé une série de fondations nouvelles. À la suite de ces voyages, des Instituts français ont été créés auprès des Universités de Rio de Janeiro et de Buenos-Aires et des Chaires françaises à l’Université de Santiago du Chili, avec l’appui et une très large participation financière des nations intéressées. En même temps, M. Georges Dumas, obtenait du Parlement brésilien et du Parlement de l’État de Saint-Paul le vote de très larges crédits en faveur du lycée franco-brésilien de Saint-Paul qui a ouvert ses portes cette année. Chaque année, des professeurs appartenant à notre enseignement supérieur sont invités par les Universités sud-américaines à donner une série de cours et de conférences. En 1922, à Buenos-Aires, MM. Martinenche, Lévy-Bruhl et Fougères ; en 1923 à Buenos-Aires, MM. Gèze et Hourticq ; à Rio de Janeiro, MM. Abraham, Gley, Germain-Martin et Piéron ; au Chili, M. Abel Rey. En 1924, à Buenos-Aires, MM. Charles Dielh, le professeur Vaquez et M. Roustan ; à Rio de Janeiro, MM. Gustave Lanson, Jacques Hadamard, Truchy et Brumpt ; au Chili, MM. Paul Hazard et Truchy. Le Service des œuvres françaises à l’étranger a l’honneur de proposer à Monsieur le président du Conseil, ministre des Affaires étrangères, de confier une nouvelle mission de ce genre à M. Georges Dumas qui s’efforcerait de créer au Mexique un Institut auprès de l’Université de Mexico »20.

55En fait, l’opération mexicaine fut reportée. En 1925, Georges Dumas se rendit à cet Institut franco-brésilien de haute culture de Rio qui avait été fondé en 1922, en compagnie des professeurs Germain-Martin, Paul Janet et Marchoux. L’année suivante en 1926, ce même Institut fut fréquenté par Paul Hazard et Mme Pierre Curie. D’ailleurs en 1926, Georges Dumas revenait au Brésil en compagnie des professeurs Piéron, Kuss, médecin-chef du dispensaire franco-américain de l’Office public d’hygiène sociale du 19e arrondissement, Mauduit, de la Faculté des sciences de Nancy et Laugier, directeur des travaux de physiologie à la Sorbonne. Il se rendait alors à l’Institut franco-brésilien de haute culture de Sao Paulo créé en 1925, à l’initiative du Service des œuvres et du gouvernement de l’État de Sao Paulo. Cet Institut de Sao Paulo était d’ailleurs calqué sur le modèle de l’Institut franco-brésilien de haute culture de Rio, fondé en 1922 par le Service des œuvres et le gouvernement fédéral carioque. En fait, cette politique fut vivement soutenue à Paris par l’ambassadeur du Brésil Luiz Martins de Souza Dantas.

  • 21 Georges Dumas et Henri Germain-Martin : « Une grande ville de l’Amérique du Sud. Rio de Janeiro, ca (...)

56L’objectif de ces deux Instituts franco-brésiliens de haute culture « dont le succès, écrivait Georges Dumas et Germain-Martin, dans l’Illustration, a été considérable et où s’affirment tous les jours davantage les heureux résultats de la collaboration intellectuelle des deux pays », était d’organiser des cours brésiliens à l’Université de Paris et des cours français à l’Université de Rio puis dans la ville de Sao Paulo. À cet égard, les professeurs brésiliens Miguel Osorio, Austregesilo et Tobias Moscoso professèrent en 1925 et 1926 à Paris respectivement un cours de physiologie, de médecine et de statistiques »21. Toutefois, remarquaient Georges Dumas et Germain-Martin, « à côté des échanges universitaires que nous avons organisé délibérément, il en est qui se font d’eux-mêmes, tous les jours plus nombreux et particulièrement dans l’ordre médical ». De tels échanges conduisaient à Paris Miguel Couto, professeur à la Faculté de médecine de Rio et surtout Carlos Chagas, directeur de l’Institut Oswaldo Cruz de Rio. Il est vrai que les liens tissés entre l’Institut Pasteur et Oswaldo Cruz, l’homme qui, de 1902 à 1909, entreprit une action sanitaire sans précédent au Brésil et assainit Rio, étaient particulièrement étroits et que Dumas avait travaillé, de juillet 1917 à mars 1918, à la reconnaissance de l’état de guerre et pour recruter des médecins brésiliens dans le cadre de la fondation de l’Hôpital brésilien prévue à Paris.

  • 22 Anonyme : « Notre enseignement scientifique et les étudiants d’Amérique latine », in Bulletin de la (...)

57En ce sens, on peut remarquer que la présence notable de savants français travaillant dans d’autres domaines que la langue et la littérature, voire même dans d’autres domaines que les sciences de l’homme et de la société, était devenue un élément fondamental de la coopération universitaire entre la France et le Brésil. Et ce, même si un universitaire spécialiste de sciences exactes avait cru pressentir, dès 1913, la capture latine de la connaissance du continent latino-américain sur l’enjeu de la coopération scientifique et universitaire avec l’Amérique latine. « Je félicite les étudiants latino-américains, écrivait-il, d’applaudir M. Georges Dumas parlant à Saint-Paul de la “philosophie contemporaine” comme j’envie les jeunes gens de la Sorbonne ou de l’Ecole de droit de suivre les conférences de M. Oliveira Lima ou de M. Rodrigo Octavio. Mais ne peut-on souhaiter que le jour vienne proche où M. Jean Perrin exposera devant un public argentin ou brésilien, la “théorie des Ions” et M. Urbain “les méthodes d’extraction des métaux rares” ? Ne peut-on désirer ardemment que le Groupement des Universités donne bientôt des auditeurs et des élites sud-américaines à nos Ecoles d’agriculture, à nos Instituts de chimie et de géologie ?... La foi que nous avons dans l’idéalisme latin est absolue, l’union des races dites latines doit être plus étroite que jamais. Mais... que nos amis sachent bien que, dans la vieille maison de Robert Sorbon, comme dans toutes les universités françaises, jamais le “trivium”, étude des lettres, ne s’est développé au détriment du “quadrivium”, enseignement des sciences »22.

58L’ère des missions ponctuelles en Amérique latine, d’une durée de quelques semaines à quelques mois pendant les vacances d’été des enseignants français, avait ainsi permis à la France universitaire de diffuser son rayonnement et de mieux connaître l’Amérique latine. Un équilibre à peu près respecté entre les disciplines scientifiques et les sciences sociales et humaines n’avait pu empêcher une certaine prépondérance philosophique ou littéraire de se manifester, aux côtés de la médecine. La personnalité des deux principaux missionnaires Georges Dumas et Ernest Martinenche, orienta cette évolution. Toutefois, la création des Instituts franco-latino-américains de haute culture, sur le modèle argentin de Buenos-Aires ou brésilien de Rio ou de Sao Paulo, ne compensa pas l’attrait représenté dans l’enseignement primaire et secondaire par les lycées. D’implantation locale beaucoup plus structurée, ces établissements dont Georges Dumas et Paul Claudel s’entendaient à dire qu’ils devaient fonctionner « dans un esprit de tolérance absolue, ignorant les divisions qui existaient entre nous avant la guerre », ne trouvaient pas, dans le développement de la coopération universitaire liée aux missions ponctuelles, un prolongement mérité.

59L’idée d’implanter des missions universitaires françaises de longue durée ne vint à Georges Dumas que lorsque de nouveaux établissements d’enseignement supérieur furent créés au Brésil dans les années 1934-1936. L’intégration des professeurs français s’effectua dans ces mêmes établissements alors qu’ailleurs se généralisait la pratique d’une greffe dans le pays d’accueil d’instituts français dont l’Institut français d’Amérique latine à Mexico allait devenir l’exemple. Toutefois, afin de bien montrer à quel point ces Instituts s’attachaient à faire connaître l’état de situation des pays dans lesquels ils étaient implantés, leur objectif fut d’étudier, sur place, et non plus de Paris ou d’Europe, un continent conçu comme laboratoire au moment où en Europe, en France même, l’intérêt porté à la connaissance du continent transformait les chercheurs de sciences sociales et humaines en spécialistes de l’aire culturelle latino-américaine.

60La grande œuvre de coopération universitaire réalisée par Georges Dumas avec l’étroite collaboration de Jean Marx, fut l’envoi de missions universitaires de longue durée à l’Université de Sao Paulo. Et, dans une moindre mesure à l’Université de Rio. Au moment où l’influence économique de la France au Brésil et en Amérique latine connaissait un déclin sensible, la réussite de cette greffe universitaire fut spectaculaire. Mais cette opération n’aurait pas été entreprise sans la prise de conscience préalable réalisée dans les années 1928-1929 de l’importance du « laboratoire latino-américain » par une fraction marginale de l’Université française qui œuvrait à l’émergence d’une nouvelle conception des sciences de l’homme et de la société.

  • 23 Lucien Febvre : « Un champ privilégié d’études : l’Amérique du Sud » in Annales d’histoire économiq (...)

61Ouvrant de nouvelles perspectives, de nouvelles problématiques à l’ethnologie, la sociologie, à l’histoire, à la géographie, quelques universitaires français établirent un programme original de recherches au sein desquelles l’Amérique du Sud fut présentée « comme un champ privilégié d’études »23. Ces universitaires avaient créé plusieurs revues dont une des principales et des plus significatives, les Annales d’histoire économique et sociale, fut fondée en 1929 par Marc Bloch et Lucien Febvre. Dès lors, l’Amérique n’était plus seulement reliée à un éveil de curiosités « mais constituait en elle-même une leçon de méthode et un champ précieux d’expériences et de comparaisons... riche en enseignements », grosse d’une formation idéale au métier d’historien. Pas seulement d’historien d’ailleurs, car les préoccupations des pères fondateurs de l’école des Annales touchaient étroitement à l’ethnographie, chère aux adeptes du Musée de l’Homme créé en 1936 sous l’impulsion de Paul Rivet, à la géographie dont les liens avec l’histoire étaient en train de donner naissance à la géohistoire, à l’économie dont l’enseignement se propageait depuis que la crise mondiale des années 1929-1931 avait ébranlé les esprits. Le programme de travail de Lucien Febvre, établi en 1929, trouva incidemment dans la création de la Faculté de philosophie, sciences et lettres de l’Université de l’État de Sao Paulo, le 25 janvier 1934, une matière première exceptionnelle en vue de sa réalisation.

62En effet, le gouverneur Armando de Salles Oliveira et le groupe de pression de la bourgeoisie libérale du café gravitant autour du directeur du quotidien Estado de Sao Paulo, Julio de Mesquita Filho avait décidé de jouer la carte de la modernité. Après l’échec de la révolte sécessionniste de 1932, cette modernité ne pouvait passer que par une réforme fondamentale de l’enseignement, en particulier de l’enseignement supérieur. L’État de Sao Paulo méritait donc d’être doté d’un établissement nouveau et autonome, fondé sur une haute qualité scientifique et technique. Aux yeux des Paulistes les messagers de cette modernité ne pouvaient que venir d’Europe. Ainsi, Theodoso Augusto Ramos fut envoyé quérir un contingent de professeurs dignes de mettre en place cet enseignement. Sur les treize professeurs recrutés, Georges Dumas parvint à placer six français, contre quatre italiens et trois allemands.

63À l’intérieur de la Faculté de philosophie, sciences et lettres, le partage des disciplines consacra la prédominance française dans le domaine des sciences de l’homme et de la société alors que les chercheurs comme Luiggi Fantappié ou Gleb Wathagin, de nationalité italienne, capturaient les mathématiques et la physique, Heinrich Rheinboldt, Ernst Breslau ou Felix Rawitscher, de nationalité allemande, s’attachaient l’enseignement de la chimie, de la zoologie ou de la botanique. Désormais, la voie était ouverte en France pour que le laboratoire brésilien des sciences de l’homme et de la société génère les mutations épistémologiques de certaines disciplines en partie engendrées par des missionnaires tels Fernand Braudel en histoire, Claude Lévi-Strauss en ethnologie, Roger Bastide en sociologie. La voie était ouverte aussi pour qu’une certaine rupture s’établisse entre coopérants rattachés aux sciences de l’homme et attachés aux sciences exactes. La réussite des missions françaises dans l’isolement de la capture par les sciences de l’homme et de la société de l’entreprise missionnaire de Sao Paulo favorisa cette rupture tout autant qu’elle spécialisa par la suite des chercheurs français sur Faire culturelle. En tout cas, l’opération de création de l’Université de Sao Paulo connut un succès sans précédent au point qu’une opération semblable fut tentée deux ans plus tard par les Carioques à l’occasion de la création des Facultés de lettres et sciences de l’Université fédérale de Rio.

64Certes, le rôle joué sur place par les Instituts franco-brésiliens de haute culture aussi bien à Rio qu’à Sao Paulo, tint une place notable dans la décision brésilienne de faire appel aux professeurs français. En ce sens, les missions effectuées en 1933 et 1934, particulièrement par Robert Garric mais aussi le philosophe Janet, voire Charles Rist, portèrent leurs fruits. Mais la nouveauté essentielle fut de décider de l’envoi de missionnaires de longue durée, jeunes agrégés pour la plupart, afin d’enseigner dans une structure exclusivement locale, de création récente, afin de se fondre dans l’ensemble du corps professionnel. De plus, le choix des missionnaires effectué par Georges Dumas se révéla excellent et compléta très avantageusement le choix des professeurs déjà connus et de bonne réputation scientifique qui assurèrent pendant quelques mois une présence française de haut niveau dans l’enseignement de ces Universités.

  • 24 La commémoration de la création du cinquantième anniversaire de l’Université de Sao-Paulo a donné m (...)

65Dès lors, les noms d’Emile Coornaert, Fernand Braudel, Claude Lévi-Strauss, Paul Arbousse-Bastide, Etienne Borne, Jean Mauguë, Robert Garric, Pierre Hourcade, François Perroux, René Courtin, Pierre Fromont, Pierre Deffontaines, Pierre Monbeig et quelques autres, furent attachés à la fondation de l’Université de Sao Paulo et contribuèrent à son rayonnement. Dans la foulée, d’autres universitaires français comme Henri Hauser, Gaston Leduc ou Maurice Byé officièrent à l’Université du district fédéral de Rio voire même à Porto Alegre où l’Université de l’État de Rio Grande do Sul accueillit le juriste Jacques Lambert24.

66Cette greffe universitaire française joua un rôle de premier plan dans l’élaboration des premiers travaux de sciences de l’homme et de la société, faisant du Brésil un laboratoire de haut niveau : non seulement la description des zones pionnières devint exemplaire dans l’école de géographie régionale française mais encore l’étude des Indiens donna à l’analyse des structures élémentaires de parenté une dimension aussi inattendue que celle d’une Amérique noire. Au Brésil, l’histoire devint un champ d’étude et de réflexion sur les rapports entre l’espace et le temps, un temps désormais fractionné, adapté à une périodisation de longue durée que les économistes ancrèrent dans la perspective dualiste d’une croissance en prise avec les blocages du sous-développement. Si le laboratoire brésilien avait ainsi apporté sa pierre exemplaire et appliquée aux travaux de recherche fondamentale qui modifièrent profondément le paysage épistémologique français des sciences de l’homme et de la société, les Paulistes eux-mêmes trouvèrent dans le laboratoire une manière unique d’interpréter le Brésil, de le découvrir, de le comprendre, de le transformer. Désormais intégrés au cœur même d’une production scientifique, les premiers chercheurs brésiliens commencèrent à produire. De leur côté, les missionnaires français du Brésil ne voyaient plus guère l’intérêt de maintenir l’existence des Institut franco-brésiliens de haute culture, qui périclitèrent lors de la Seconde Guerre mondiale. Le tradition des missions universitaires françaises au Brésil allait être reprise dans les années 1945-1950 donnant à Charles Morazé, Jacques Boudeville et quelques autres qui eurent l’occasion de découvrir à leur tour ce monde où s’étaient enracinés Roger Bastide, Paul Arbousse-Bastide et Pierre Monbeig. Mais la belle période de cette tradition française de greffe missionnaire sur les Universités brésiliennes imaginée par Georges Dumas déclina dans les années 1950, dès lors que les universitaires brésiliens s’attachèrent à « brasilianiser » les sciences sociales en réinventant leur pays et que les études sur l’Amérique latine trouvèrent en France un lieu d’accueil spécifique à l’Institut des Hautes Études de l’Amérique latine dont la création avait été décidée en 1952.

L’IMPLANTATION RAYONNANTE D’INSTITUTIONS FRANÇAISES DE RECHERCHE ET D’ENSEIGNEMENT DANS LE LABORATOIRE LATINO-AMÉRICAIN (1940-1950)

L’Institut français de Buenos-Aires et la séduction de Roger Caillois

  • 25 Voir Marcel Bataillon : « Jubilé universitaire de M.E. Martinenche », in Annales de l’Université de (...)

67L’exemple des missions françaises au Brésil n’a pu être imité en Argentine avec le même succès. Certes, l’Institut de l’université de Paris à Buenos-Aires avait permis de développer de très étroites relations que prolongeait l’action d’Ernest Martinenche à l’Institut des universités argentines de Paris comme à l’Institut hispanique où se confirmait par ailleurs le talent de Marcel Bataillon25. Mais la plaque tournante représentée par Buenos-Aires dans la vie intellectuelle et scientifique des années 1930, donnait à l’influence française une dimension culturelle internationale que la prépondérance acquise par les hispanistes dans les relations franco-argentines ne pouvait occuper dans son entier. L’Institut français avait beau accueillir Georges Dumas, Ernest Martinenche, Raymond Ronze, Louis Hourticq, Gaston Gèze, Charles Diehl, Émile Sergent, Paul Langevin, Paul Rivet, Emile Borel, Pierre Lasserre, Louis Baudin, André Siegfried, Pierre Janet, Robert Garric, Jérôme Carcopino..., il avait beaucoup de difficultés à exercer cette influence rayonnante que les Instituts franco-brésiliens exerçaient au Brésil, précisément parce que le Brésil ne jouait alors qu’un rôle modeste dans le concert intellectuel des nations. La coopération universitaire n’était pas à la mesure de l’intelligentsia qui fréquentait les rives de la Plata, et Buenos-Aires s’identifiait totalement à ce pôle des cultures d’Europe et d’Amérique latine que l’Entretien de la coopération intellectuelle de la Société des nations avait inculqué comme thème de son colloque en 1936. N’était-ce pas à Buenos-Aires, la plus grande métropole d’Amérique, que l’Europe serait susceptible de trouver le meilleur abri culturel face aux dangers qui la menaçaient ?

68Certes, les grands noms des lettres françaises comme Georges Duhamel faisaient recette. Certes, la coopération universitaire continuait de dépêcher des valeurs émergentes comme Lucien Febvre en 1937. Mais il fallut le séjour forcé de Roger Caillois, entre 1939 et 1945, pour que le rayonnement d’une France hostile à la collaboration avec l’Allemagne nazie parvînt à se hausser au niveau de l’influence de l’Argentine en Amérique latine.

69Le jeune et brillant agrégé de grammaire, après avoir rompu avec le groupe surréaliste, fréquentait alors les arcanes de la Nouvelle revue française et Jean Paulhan. Lorsqu’il partit à Buenos-Aires, invité par l’égérie de la revue Sur, Victoria Ocampo, il venait de créer à Paris avec Georges Bataille et Michel Leiris, le Collège de sociologie (1938) et de publier L’Homme et le sacré. Son voyage en Patagonie, son séjour dans la cordillère des Andes, sa découverte du détroit de Magellan et de l’île de Chiloé lui permirent d’appréhender ce monde de la Croix du Sud qu’il propagea dans les lettres françaises dès son retour en France grâce à la célèbre collection fondée chez Gallimard en 1948.

70Le succès actuel de la littérature latino-américaine en France lui doit presque tout. Les relations privilégiées de Caillois et de Bernanos, en exil au Brésil, forgèrent dans les réseaux de résistance des sympathies uniques dont bénéficia l’Institut français de Buenos-Aires.

71Caillois revint en France en 1945 avec Pasteur Vallery-Radot qui effectuait alors une mission exceptionnelle avec rang d’ambassadeur. Il accompagna l’éminente personnalité gaulliste dans les trois pays qui lui restait à visiter, le Chili, le Pérou et l’Équateur. En effet, la mission de Pasteur Vallery-Radot avait été organisée par le ministre des Affaires étrangères de la Libération, Georges Bidault, sur les instructions expresses du général de Gaulle, afin de permettre à la France résistante de renouer victorieusement avec l’Amérique latine. Dès 1948, après son retour à Paris, Roger Caillois entreprit la tâche importante que l’on connaît à l’UNESCO qui venait d’être créé.

  • 26 Sur Roger Caillois, on consultera parmi d’autres le petit ouvrage d’Alain Bosquet : Roger Caillois,(...)

72Les relations de coopération universitaire entre la France et l’Argentine reprirent mais les universitaires français avaient pris conscience de l’importance de l’écoute de Buenos-Aires. Les chercheurs français ne se trouvaient plus, sur les rives de la Plata, en position de messagers de la Science alors que, dans d’autres pays, ils ancraient leurs instituts dans la recherche des réalités nationales de l’Amérique latine26. Si toute implantation française connut un échec à Buenos-Aires au lendemain de la Seconde guerre mondiale, les raisons même de cet échec apparaîtront singulièrement positives lorsque le latino-américanisme français aura perdu son aspect conquérant. Quatre Instituts français à vocation universitaire furent implantés en Amérique latine dans la foulée de la Libération, dès la fin de la Seconde guerre mondiale : trois d’entre eux avaient une vocation essentiellement latino-américaniste, l’Institut français d’Amérique latine (IFAL) créé à Mexico en 1944, l’Institut français de Santiago du Chili créé en 1947, l’Institut français d’études andines (IFEA) créé à Lima en 1948.

  • 27 Suzanne Balous : L’action culturelle..., p. 162, o.c.

73L’Institut français de Port-au-Prince, quant à lui, avait consacré depuis 1945 l’essentiel de ses activités à l’enseignement universitaire des disciplines scientifiques et littéraires dans un pays réputé francophone, Haïti. Compte tenu des problèmes particuliers posés par la tragique crise du développement d’Haïti, cette enclave joua un rôle appréciable dans la formation des élites puisque, selon Suzanne Balous, à la fin des années 1960, l’Institut « ne touche pas moins des deux tiers des étudiants haïtiens..., sa bibliothèque la plus riche de la capitale, compte 25 000 volumes et son laboratoire scientifique est fortement apprécié des étudiants et des professeurs haïtiens »27. En fait, l’ancrage de ces Instituts français dans les trois principales villes d’Amérique latine, Mexico, Santiago du Chili et Lima permirent essentiellement d’assurer les assises de ce latino-américanisme français latent dont les premières esquisses avaient émergé dès la première décennie du xxe siècle lorsque l’université française, en veine d’expansion, cherchait à séduire les élites locales afin de présenter les qualités culturelles et intellectuelles du produit de la latinité. Cette influence « missionnaire » avait connu son couronnement au Brésil, dans les années 1935-1938, à l’occasion de la découverte du « laboratoire brésilien » par ces universitaires français qui utilisèrent leur expérience « pauliste » pour entreprendre une mutation épistémologique de leurs propres disciplines. Mais ce modèle missionnaire n’avait donné l’illusion d’une réussite à Buenos-Aires que grâce au rayonnement exceptionnel de Roger Caillois.

74Toutefois, le succès — total au Brésil, partiel en Argentine — d’une telle influence missionnaire dans la formation des élites universitaires locales impliqua l’échec de toute tentative ultérieure d’implantation physique d’un Institut français aux objectifs latino-américanistes aussi précis que ceux des trois centres de Mexico, de Lima voire de Santiago. Cette période de création et d’implantation de structures universitaires et scientifiques françaises sur le modèle des Instituts français à vocation essentiellement latino-américaniste, allait connaître son couronnement grâce à la décision prise le 11 février 1952 par le Conseil de l’Université de Paris, de fonder un Institut des hautes études de l’Amérique latine, sur proposition du recteur de l’Académie de Paris, l’hispaniste Jean Sarrailh.

L’Institut français d’Amérique latine à Mexico, pièce maîtresse du quadrillage américaniste de Paul Rivet

75Le Dr Paul Rivet joua un rôle essentiel dans la création de l’Institut français d’Amérique latine. Paul Rivet exerçait à Mexico une séduction proche de celle de Caillois à Buenos-Aires. Son rayonnement scientifique se doublait d’une activité politique essentielle au fonctionnement des réseaux de la France résistante, en lutte contre l’Allemagne nazie.

  • 28 Paulette Patout : Alfonso Reyes et la France, pp. 561-562, o.c.

76« Avec Paul Rivet, en juillet 1943, commentait Paulette Patout, une importante personnalité française était venue s’installer à Mexico pour y représenter sur le plan culturel le Comité de libération nationale. Du Mexique, le célèbre anthropologue devait faire rayonner son action sur l’Amérique centrale, les Antilles, le Venezuela, la Colombie, l’Equateur et le Pérou. Dès son arrivée, il prit contact avec Alfonso Reyes et c’est à Paul Rivet que don Alfonso parla le premier des projets de réorganisation concernant l’Institut international de coopération intellectuelle... L’activité de l’Institut ayant été suspendue dès l’occupation allemande, sept membres avaient été choisis, lors de la conférence de la Havane, pour l’organiser de nouveau en Amérique. Reyes était du nombre de ces délégués parmi lesquels Henri Bonnet, vite remplacé par Jacques Maritain, représentait la France... Les Etats-Unis avaient invité ces sages à se réunir à Washington mais beaucoup d’intellectuels français réfugiés en Amérique craignaient pour ce Comité l’emprise nord-américaine. Installé aux États-Unis, pourrait-il vraiment être le continuateur de l’institut qui siégeait à Paris ? Paul Rivet et Alfonso Reyes souhaitèrent donc ensemble voir le nouvel organisme naître ailleurs qu’à Washington, par exemple au Mexique »28.

77En fait, Paul Rivet avait un autre objectif. Il souhaitait créer à Mexico un Institut Europe-Mexique afin de montrer à l’Amérique que la vieille Europe n’était pas moribonde. Avec le concours de Jules Romain, il créa, en août 1943, le « Comité pour les relations culturelles Europe-Mexique » afin de préparer aussi dans l’Europe d’après-guerre des « œuvres mexicaines et latino-américaines les plus représentatives de ces régions culturelles ». De ce comité devait naître en 1944, l’Ecole française de Mexico, inspirée du Colegio espanol de Mexico fondé par les républicains exilés, l’ancêtre du Colegio de Mexico. L’École française allait rapidement se transformer en Institut français d’Amérique latine (IFAL).

78En fait, la dimension prise par la prépondérance de l’américanisme dans la personnalité et l’œuvre personnelle de Paul Rivet orienta sa conception de la diffusion de l’influence scientifique française au Mexique, porte d’entrée du continent latin, vers une prise en compte de la perception des réalités latino-américaines comme moyen idéal de mieux ancrer localement cette influence tout autant que de transmettre vers la France, porte d’entrée d’une Europe libérée, l’apport des œuvres latino-américaines à la culture universelle. Il faut reconnaître que l’héritage spirituel des « commissions scientifiques » du Second Empire trouvait là une renaissance exceptionnelle : l’américanisme retrouvé tenait à Mexico son laboratoire idéal, ses « origines de l’homme américain » qu’il fallait implanter dans un Mexique apparemment beaucoup plus sensible au rayonnement d’une France libre que l’hostilité d’Alexis Léger, l’ancien secrétaire général du quai d’Orsay, en exil aux États-Unis, à l’égard du général de Gaulle, empêchait de se développer auprès du grand voisin du Nord.

  • 29 Jacques Soustelle : Rapport sur la recherche française en archéologie et anthropologie présenté au (...)

79Le « réseau de résistance » du Musée de l’homme avait fait son choix. L’américanisme français, en effet, avait beaucoup oscillé entre une orientation vers les sciences naturelles ou vers les sciences de l’homme, dans leur version archéologique, ethnologique et anthropologique. Les « commissions scientifiques » de l’expédition mexicaine à l’époque de Victor Duruy avaient offert une ubiquité de principe essentiellement due à cette perspective d’invention généralisée que représentait la découverte du Mexique dans les années 1860-1870. Au prix de quelques difficultés, cette ubiquité première de l’américanisme avait pu se transférer dans le cadre du Muséum d’histoire naturelle, où, conformément au décret de 1793, les collections de zoologie, botanique, minéralogie, paléontologie et anatomie comparée faisaient bon ménage avec une bibliothèque et un haut enseignement. « Le Muséum d’histoire naturelle, a constaté Jacques Soustelle, comporte un important ensemble d’enseignement et surtout de recherche en préhistoire, anthropologie somatique et ethnologie : trois chaires groupées au sein du Musée de l’homme... Le musée d’ethnographie du Trocadéro, fondé en 1878 à l’occasion de l’Exposition Universelle, eut pour premier directeur un excellent américaniste, E.T. Hamy. De plus, une chaire d’anthropologie, avec son laboratoire situé rue de Buffon, relevait du Muséum. Le Dr Rivet, succédant à Verneau en qualité de professeur au Muséum, réalisa la fusion de la chaire du laboratoire et du Musée. Quand le palais du Trocadéro fut démoli et remplacé par le palais de Chaillot, à l’occasion de l’Exposition de 1936, le Musée rénové, à la fois institution d’enseignement et d’éducation populaire et le laboratoire de recherche, centre de conservation et d’étude des collections, devint le Musée de l’homme, qui sous l’impulsion de Paul Rivet, ne tarda pas à acquérir un prestige international. Cet essor devait être brisé par la guerre et l’occupation »29.

  • 30 Paul Rivet : Les origines de l’homme américain, Montréal, les Editions de l’Arbre, et Los origenes (...)

80De fait, Paul Rivet, l’un des fondateurs du comité des intellectuels antifascistes, avait soutenu de son prestige le gouvernement du Front Populaire, avant de fonder le mouvement de résistance « Musée de l’homme », sans doute le premier en date des réseaux de zone occupée. Ce réseau fut démantelé en 1941. Paul Rivet poursuivi par la Gestapo, réussit à se réfugier en Amérique du Sud, à Bogota d’où il gagna Mexico. Le séjour de Paul Rivet au Mexique facilita la publication en 1943 des Origines de l’homme américain. Cet ouvrage permettait d’introduire scientifiquement l’analyse préhistorique et anthropologique du continent dans la perspective offerte par la recherche des racines de l’humanité30.

  • 31 Lucien Febvre : « Quelques aspects d’une ethnographie en plein travail », in Annales d’histoire éco (...)

81D’ailleurs, au Mexique Paul Rivet eut la possibilité de compter sur le soutien de deux jeunes chercheurs qu’il avait eu la chance de former dans son enseignement parisien : Guy Stresser-Péan et Jacques Soustelle. La carrière américaniste de ces deux mexicanistes français était dès lors toute tracée. Paul Rivet fit de Stresser-Péan, en 1952, un de ses collaborateurs directs dans sa remarquable contribution ethno-linguistique à l’étude des langues américaines, une partie essentielle de l’ouvrage de synthèse consacré aux Langues du monde. Il encouragea Jacques Soustelle à tenir les promesses que Lucien Febvre avait remarquées, dès 1938, dans sa perspicacité coutumière. Relevant les « quelques aspects d’une ethnographie en plein travail », Lucien Febvre n’écrivait-il pas : « Ancien élève de l’École normale supérieure, agrégé de philosophie et soucieux d’éviter les chemins battus, M. Jacques Soustelle s’il avait eu 20 ans en 1900, aurait fait sa médecine pour nous donner ensuite une thèse valable de psychologie pathologique ; ou bien, sans quitter Paris et ses bibliothèques, il eut composé, en lisant beaucoup de vieux livres, quelque savante thèse de sociologie économique ou religieuse sur des primitifs d’Australie qu’il n’avait jamais vus. Comme il eut 20 ans vers 1930 il a fait tout autre chose. Il s’est laissé attirer par ces études d’ethnographie qu’ont rendu séduisantes des influences diverses — celle de notre maître Lucien Lévy-Brulh, celle du grand animateur qu’est Paul Rivet, celle de Mauss également, incarnation vivante d’une sociologie qui tout de même évolue — plus peut-être qu’elle ne croit. Il est parti, à deux reprises, en mission au Mexique. Il en a rapporté de nombreux articles et des vues d’ensemble affermies : celles, par exemple, qui lui ont fourni la matière de deux exposés, remarquables et remarqués, l’un sur l’homme et le Surnaturel, l’autre sur l’ethnographie et l’Amérique du Nord et du Centre dans le tome VII (L’Espèce humaine de l’Encyclopédie française, d’ailleurs dirigée par Paul Rivet). Il en a rapporté aussi un charmant petit livre, plein d’allant, d’allégresse et de netteté : Mexique, terre indienne. Il en a rapporté enfin des thèses de doctorat qui le classent parmi les meilleurs espoirs de notre jeunesse et très vieille école d’ethnographie »31.

  • 32 Paul Rivet : Les origines de l’homme américain... Avant-propos, o.c. À ce propos, il convient de re (...)

82Dans cette perspective, Paul Rivet recueillait les fruits de son enseignement au Musée de l’homme mais aussi à l’Institut d’ethnologie de l’Université de Paris dont il était secrétaire général depuis 1926. D’ailleurs, la place de l’américanisme en France se trouva mesurée en ces termes en 1955 par celui qui allait devenir le président du Conseil international des sciences anthropologiques et ethnologiques et président de la Société des Américanistes : « après avoir subi une éclipse que je déplorais amèrement en 1940, l’enseignement de l’Américanisme tend à reconquérir une place importante en France. Si le cours d’Antiquités américaines, fondé au Collège de France en 1903 par le duc de Loubat, après avoir été professé par Léon Lejeal, puis par Louis Capitan, a été supprimé à la mort de ce dernier, en 1929, les revenus de la dotation étant insuffisants pour assurer le recrutement d’un nouveau titulaire, il a été décidé en 1939 que les arrérages accumulés depuis 1929 serviraient à rétribuer des conférenciers chargés d’exposer chaque année quelques problèmes américanistes. D’autre part, une chaire de la Civilisation de l’Amérique du Nord et une chaire des langues et de la littérature de la péninsule ibérique et de l’Amérique latine y ont été fondées en 1944 et en 1946 respectivement. À l’Université en 1954, a été créée sur la proposition du recteur Jean Sarrailh, un Institut des Hautes Études de l’Amérique latine... À l’école pratique des Hautes Études, une chaire consacrée aux sociétés autochtones de l’Amérique a été attribuée à Jacques Soustelle en 1952, et la chaire des religions de l’Amérique précolombienne, occupée par G. Raynaud, supprimée en application de décrets lois de 1935, a été rétablie en 1954 et confiée à Guy Stresser-Péan. Cet effort marque bien que la France entend maintenir une tradition qu’une lignée de savants illustres ou d’explorateurs courageux ont créée. Sans parler des premiers laïques et religieux de la conquête de l’Amérique, comment ne rappellerais-je pas les noms de La Condamine, d’Alcide d’Orbigny, de Francis de Castelnau, de Paul Marcoy, de Henri Ternaux-Compans, de Léon de Rosny, de Charles Etienne Brasseur de Bourbourg, de Jean de Nadaillac, d’Alphonse Pinar, de Désiré Charnay, de Léon Diguet, de Charles Wiener, de Lucien Adam, de E.T. Hamy ? J’en oublie et des meilleurs »32.

83En 1944, à Mexico, grâce à la collaboration de Guy Stresser-Péan et Jacques Soustelle, Paul Rivet saisissait l’opportunité de créer l’IFAL et faisait personnellement l’acquisition de terrains qui devaient abriter l’Institut. La création de l’IFAL répondait à des objectifs précis. Ces objectifs étaient directement inspirés d’une implantation des idées maîtresses du Groupement des Universités et Grandes Écoles outre-Atlantique sur un terrain mexicain symbolisant à lui seul le continent latino-américain. Diffuser les connaissances françaises dans tous les domaines scientifiques en contribuant à la formation d’étudiants de valeur pour promouvoir un haut enseignement supérieur était l’objectif premier de l’IFAL. C’est ainsi que des cours de physique et de mathématiques furent professés au même titre que des cours de littérature, d’histoire, d’anthropologie... L’accueil des étudiants n’était pas réservé aux seuls Mexicains mais devait s’étendre aux ressortissants en provenance de toute l’Amérique latine puisque le Mexique était censé représenter la porte d’entrée et le relai idéal de la France en Amérique latine. Promouvoir la vocation latino-américaniste d’un certain nombre d’enseignants français permanents était le second objectif de l’IFAL puisque la bonne connaissance du terrain mexicain et latino-américain constituait la pierre de touche du nouveau laboratoire que les sciences humaines et sociales étaient en train de construire afin de mieux assurer les mutations épistémologiques des disciplines scientifiques.

  • 33 Robert Escarpit (Lettre de) à Guy Martinière le 21 décembre 1979.
  • 34 Ibidem.

84La stratégie de transplantation culturelle connaissait donc avec l’implantation d’une structure permanente d’enseignement et de recherche en Amérique latine une nouvelle phase de la politique culture française qui ne pensait plus se satisfaire de la seule exportation des idées par le jeu des missions ponctuelles. Cependant, l’implantation de l’IFAL au Mexique, son ancrage dans les réalités de la vie politique, culturelle et scientifiques mexicaines furent délicates. Comme le constatait Robert Escarpit, un des premiers directeurs : « notre problème était que d’une part les instructions du gouvernement français étaient d’éliminer toute collaboration anti-française et surtout anti-gaulliste alors que d’autre part la Colonie française avait été largement pétainiste et que les “Aliadophiles” comme Alfonso Reyes qui nous a puissamment aidés, étaient assez mal considérés par l’opinion mexicaine. Il y a donc eu une période de diplomatie assez difficile pour mettre en place les activités de l’IFAL »33. De fait, entre 1944 et 1945, les activités de l’IFAL se limitèrent à la tenue de « quelques conférences, à quelques cours de français et surtout à des rencontres avec des intellectuels résidant à Mexico, parmi lesquels Jules Romains, Benjamin Péret, le philosophe Ramon Xiran... »34. Il convenait essentiellement d’obtenir du Mexique à cette époque la reconnaissance première des activités politiques et culturelles du nouveau gouvernement né de la Libération. Jacques Soustelle avait reçu le flambeau de Paul Rivet, il le transmit à Marceau-Pivert qui le remit à Fiasson. C’était d’ailleurs avec ce vétérinaire des colonies, ancien officier des Forces françaises libres que Robert Escarpit arriva au Mexique au début de l’année 1945, quelques mois après avoir été sollicité par Jean Marx, au nom de la direction générale des relations culturelles.

  • 35 D’après Paulette Patout : Alfonso Reyes..., pp. 576-579, o.c. La Guirlande espanole, Les cent plus (...)

85Robert Escarpit et l’agrégé de mathématiques Jean Brille constituèrent avec Fiasson, directeur par intérim, la première équipe envoyée de France après la Libération. Cette équipe devait être renforcée par l’arrivée de l’hispaniste Jean Camp à la fin de l’année 1946, nommé au poste de directeur. Robert Escarpit, après avoir assuré le lancement du Bulletin de l’IFAL devenait secrétaire général de cette nouvelle structure en raison du départ de Jean Brille à Port-au-Prince. Le travail de Robert Escarpit et Jean Camp infléchit l’activité de l’IFAL vers des orientations plus culturelles et littéraires où la latinité transplantée pouvait s’affermir. Il est vrai que la préparation de la Conférence de l’Assemblée générale de l’UNESCO qui se déroula à Mexico en 1947, aida à développer cette évolution. La création de la revue Terre latine renforçait l’ancrage de l’IFAL en pays d’accueil. Dès lors un foyer intellectuel animant la vie culturelle du Mexique se constitua autour de l’IFAL. Les liens d’amitié personnelle établis à cette époque jouèrent même par la suite un rôle important dans le développement des relations culturelles et diplomatiques franco-mexicaines. « Un peuple s’est formé autour de l’IFAL, témoigne Robert Escarpit, composé soit de jeunes mexicains qui devaient plus tard occuper des postes importants (Jose Luiz Martinez, Octavio Paz, Ramon Xiran, fils du philosophe qui devait d’ailleurs être tué dans un accident l’année suivante), soit d’intellectuels mexicains de premier plan comme Alfonso Reyes et Jaime Torres-Bodet, soit d’émigrés espagnols, soit de personnalités francophones comme le docteur Stoopen, Belge qui devait fonder l’association médicale franco-mexicaine abritée par l’IFAL et le professeur Marchand, personnage énigmatique et influent »35.

86Dans cette perspective Jean Camp obtenait d’Alfonso Reyes une préface pour l’édition d’un ouvrage composé de cent sonnets espagnols avec leur traduction française. Robert Escarpit faisait traduire en espagnol l’une de ses premières œuvres de théâtre en demandant à Reyes le « Nihil obstat » et préfaçait avec quelques lignes de présentation de D. Alfonso, Les Parallèles franco-russes de René Marchand.

  • 36 Lettre de Robert Escarpit à Guy Martinière déjà citée.

87Toutefois, l’action de l’IFAL au Mexique n’était pas encore totalement assurée. L’alerte avait même été chaude en cette année 1947 lorsque des questions de renouvellement de poste se posèrent. Alfonso Reyes intervint énergiquement auprès de Paul Rivet pour que le poste de directeur soit maintenu. Lorsque Jean Camp repartit en France en 1948, Robert Escarpit assura la direction avec le concours de François Chevalier qui venait d’être nommé bibliothécaire un an plus tôt. En fait, en 1948, la question de la représentativité d’une France issue de la Libération n’était plus de mise. Seul le statut véritablement stable de cette institution demeurait en suspens. « Le choix n’était pas fait, témoigne Robert Escarpit, entre la formule “base scientifique de recherche insérée dans les structures mexicaines” que je préconisais et la formule “centre d’activités culturelles de type plus ou moins mexicaines” que préconisait l’attaché culturel de l’ambassade de France »36. Cette situation devint même de plus en plus difficile en raison des conflits personnels qui opposèrent le directeur de l’IFAL et Jean Sirol, l’attaché culturel. Au printemps 1949, Robert Escarpit laissait à François Chevalier le soin de définir la véritable place de l’IFAL au Mexique, à côté des réseaux de l’Alliance française pris en main par Henri Argous, au moment où les structures universitaires mexicains connaissaient, grâce à l’essor de l’Université nationale autonome de Mexico (UNAM), un essor sans précédent.

88Certes, les liens que les missionnaires français de longue durée établirent avec l’UNAM furent étroits mais ne s’orientèrent pas, comme au Brésil, vers des liens institutionnels. En fait, l’action de François Chevalier se plaça essentiellement dans le cadre du développement d’une vocation de recherche latino-américaniste française qui permit de trancher en partie le débat opposant R. Escarpit et J. Sirol. Cette vocation convenait aux priorités des universitaires et chercheurs mexicains eux-mêmes plongeant les sciences humaines et sociales dans les racines des réalités mexicaines.

  • 37 François Chevalier : La formation de grands domaines au Mexique. Terre et société aux XVIe et XVIIe(...)

89En effet, cette vocation de recherche latino-américaniste en sciences humaines et sociales de l’IFAL n’aurait pu être définie sans l’arrivée du jeune historien François Chevalier au Mexique en 1947. Avant d’être chargé des fonctions de bibliothécaire à l’IFAL, François Chevalier avait commencé d’entreprendre, à partir des archives espagnoles, des recherches d’histoire rurale sur le Mexique. L’impulsion lui avait été donnée par Marc Bloch, peu de temps avant sa mort tragique durant la guerre, puis confirmée par Lucien Febvre, Charles-André Julien et Fernand Braudel. Paul Rivet permit à François Chevalier de gagner le Mexique où l’IFAL devint le creuset essentiel de la genèse de La formation des grands domaines au Mexique37. La thèse, soutenue en Sorbonne en 1949, devint un des ouvrages de référence d’une analyse des rapports entre terre et société.

90De tels travaux réalisés hors de France auraient pu donner matière à une dimension fondamentalement comparative d’une histoire rurale générale mais le succès même de la jeune école française d’histoire rurale, appliquant d’abord sur l’hexagone les idées fécondes des Annales, annihila dans les années 1950 cette perspective « internationaliste ». François Chevalier, à Mexico, se trouva dès lors dans l’obligation de consacrer ses efforts au développement de recherches latino-américanistes que les universitaires mexicains s’efforçaient de promouvoir pour mieux comprendre les réalités de leurs pays. Alfonso Reyes se prêta bien au jeu de Paul Rivet qui avait entrepris pour l’américanisme de pratiquer une politique de capture des universitaires français.

91Après avoir contribué à sauver l’IFAL d’une disparition prématurée, il essaya d’attirer au Mexique le brillant hispaniste Marcel Bataillon dont « l’amitié et l’autorité lui étaient entre toutes précieuses » et dont il n’avait cessé de suivre la carrière et les écrits depuis les temps madrilènes des années 1915-1920. Ouverts à la « latinité » de l’Amérique grâce à l’action d’Ernest Martinenche, quelques hispanistes avaient déjà trouvé dans l’analyse des réalités mexicaines un peu de cet esprit des missions religieuses qui avait prévalu dans la conquête spirituelle du Mexique réalisée par les ordres mendiants du xvie siècle. Robert Ricard s’était ainsi engagé dans cette perspective « chère aux amis des Espagnes des deux mondes » (A. Reyes) et aidait à soutenir l’influence latine au carrefour de l’humanisme et de la transplantation culturelle de l’Europe. Son essai sur l’apostolat et les méthodes missionnaires des Ordres mendiants en Nouvelle Espagne de 1523-24 à 1572, intitulé la « conquête spirituelle » du Mexique, publiée en 1933, avait montré combien la conquête des âmes pouvait être une entreprise essentielle de l’œuvre civilisatrice d’une Espagne d’abord préoccupée de conquête militaire avant d’affirmer au monde son hispanité.

  • 38 Paulette Patout, o.c., pp. 577-578. D’autre part de Robert Ricard : La conquête spirituelle du Mexi (...)

92Marcel Bataillon venait de révéler combien la vie spirituelle de l’Espagne avait été fécondée avant d’être victime de l’immense entreprise de contre-réforme. Celle-ci avait éteint les feux érasméens qui avaient brillé en elle dans le premier tiers du xvie siècle. Aussi Marcel Bataillon se prêta de bon gré au renouvellement idéologique de la transplantation missionnaire au Mexique. « En 1947, Don Alfonso, constatait Paulette Patout, avait été déçu de ne pas compter, parmi les délégués français à la Conférence de l’UNESCO réunie à Mexico, cet hispanisant qu’il espérait bien attirer vers des études américaines. Sur sa proposition, Marcel Bataillon fut invité l’année suivante à donner un cycle de conférences au Colegio de Mexico. Cette invitation fut à l’origine d’une nouvelle vocation d’américaniste. Marcel Bataillon prit à cette occasion contact avec le continent américain ; ce premier voyage fut suivi de beaucoup d’autres... »38.

93L’IFAL trouva ainsi ouverte sa nouvelle voie latino-américaniste qu’E. Aubert de la Rue, dès 1945, et surtout Henri Lehmann et Guy Stresser-Péan avaient liée à la géographie, à l’archéologie et à l’ethnologie. Désormais, une structure française de coopération universitaire de type latino-américaniste avec la double antenne de l’IFAL et de la mission archéologique et ethnologique à vocation précolombienne se trouvaient implantée au Mexique, grâce à la perspicacité des services du ministère des Affaires étrangères. Cette structure renforcée par le Centre scientifique et technique qui aura pour tâche de coordonner les actions de coopération technique, contribuera à promouvoir le Mexique comme laboratoire des sciences humaines et sociales au moment où ce pays était en train de se doter d’institutions d’enseignement supérieur et de recherche aidant à découvrir ses réalités nationales à l’aulne d’une « mexicanisation » de ces disciplines.

94Dans les années 1945-1948, la structure d’implantation mexicaine pouvait servir de modèle aux autorités françaises. Ces dernières, après quelques hésitations, avaient perçu que le laboratoire mexicain n’était pas en mesure de couvrir l’ensemble du continent latino-américain ; elles s’étaient donc proposées d’implanter d’autres institutions et missions en Amérique latine, particulièrement en Amérique du Sud. Le Centre français d’études andines qui deviendra l’Institut français d’études andines (IFEA) n’avait-il pas été inauguré le 14 mai 1948 à Lima ?

L’Institut français d’études andines et le laboratoire péruvien

95Le Centre français d’études andines avait été créé, en effet, en janvier 1948. Son inauguration officielle, le 14 mai, fut réalisée en présence du ministre péruvien de l’Instruction publique, le général Oscar Torres, et de l’ambassadeur de France à Lima, Albert Ledoux. Les représentants diplomatiques des pays andins et des pays de langue française accrédités au Pérou avaient été spécialement invités à l’inauguration ainsi que les autorités universitaires de Lima, les membres actifs et associés du Centre, les représentants des principales sociétés scientifiques du Pérou, diverses personnalités de la société péruvienne et de la colonie française.

  • 39 Docteur Jean Vellard : « Discours... prononcé à l’occasion de l’inauguration du Centre Français d’é (...)

96L’origine de la création du Centre, ses principaux objectifs ont été définis en ces termes par le Dr Jean Vellard, son premier directeur : « L’idée première de créer un Centre français d’études andines est née du désir de réunir les professeurs et chercheurs français, actuellement au Pérou, afin de leur permettre de discuter ensemble les problèmes qui les intéressent, et de mettre en commun une expérience acquise en des domaines différents... Notre but est double : réaliser des recherches sur le terrain et créer un organisme de liaison, véritable secrétariat scientifique, entre les hommes de Science du Pérou et de l’Amérique latine et les milieux scientifiques de France et de langue française s’intéressant aux questions andines »39.

  • 40 Ibidem, p. 17. Le corps enseignant de l’Ecole polytechnique de Quito accueillait à l’époque deux pr (...)

97De fait, la localisation de ce Centre au Pérou, rue San Marcelo, dans la capitale liménienne, ne devait pas dissimuler sa vocation de couverture des autres pays andins : « L’étude des problèmes andins, précisait Jean Vellard, dépasse souvent largement les frontières politiques. Nous désirons entrer en relation avec les Centres scientifiques des pays andins voisins : Chili, Bolivie, Equateur, Colombie, Venezuela ; et créer dans chacun de ces pays un centre correspondant à notre Centre de Lima. Notre collègue, J. Hofstetter... veut bien se charger d’organiser un premier centre à Quito. La présence des chefs de mission et de représentants diplomatiques des autres pays andins nous donne l’espérance de pouvoir réaliser ce projet. Notre unique désir est de remplir notre mission d’homme de Science, de faciliter la tâche de tous ceux qui s’occupent de problèmes andins, et avec la collaboration des autres institutions européennes et américaines, ayant des programmes analogues, de réaliser une œuvre scientifique et américaniste renforçant les liens unissant le Pérou et les autres pays du continent sud-américain aux Centres intellectuels d’Europe et surtout de France »40.

98La vocation andine du centre français de Lima parvint en effet à se matérialiser en Equateur et en Bolivie. L’antenne de Quito puis l’Institut français de biologie d’altitude de La Paz développèrent un programme de recherche et de coopération scientifiques en étroite relation avec le Centre de Lima qui devenait officiellement l’Institut français d’études andines alors que l’institut français de Santiago du Chili, créé en 1947, privilégiait l’apprentissage et la diffusion de la langue française complété par quelques projets de coopération en sciences humaines et sociales sans établir de relations particulières avec Lima. Fallait-il voir dans ces complémentarités des structures françaises implantées dans les pays andins une résurgence des influences de l’ancienne administration coloniale espagnole attirant autour de Lima d’abord et avant tout, l’Équateur et la Bolivie alors que les forces centrifuges de l’Indépendance avaient contribué, à partir des marges colombiennes, vénézuéliennes et chiliennes, à l’écroulement du vice-royaume du Pérou ?

  • 41 Robert Bazin : « présentation » des Travaux de l’Institut français d’études andines, p. 3, Paris-Li (...)

99Toujours est-il que l’ancrage liménien n’attira dans sa mouvance que les deux pays indiens d’immédiate proximité andine. La vocation de l’Institut français d’études andines, dont la direction fut confiée à Robert Bazin, alors attaché culturel près de l’ambassade de France à Lima en congé en France lors de l’inauguration du Centre en 1948, se trouvait confirmée dans son rôle de laboratoire scientifique spécifique : « les Andes offrent un champ immense aux sciences de la Terre et de l’Homme, précisait Robert Bazin, dans la présentation de la première publication de l’IFEA en 1949. La France a de par le monde quelques établissements de recherches scientifiques qui l’honorent. Il me parut que les Andes valaient qu’elle s’y intéressât aussi. Une glorieuse et déjà ancienne tradition semblait confirmer ce jugement. L’appui de M. Albert Ledoux alors ambassadeur de France au Pérou, la compréhension de la Direction générale des relations culturelles, bientôt la bienveillance de l’Université de Paris et du Muséum d’histoire naturelle, la présence au Pérou de scientifiques français permirent à l’Institut français d’études andines d’exister et de commencer son travail. D’autres considérations m’avaient fait désirer cette création : les facilités que l’Institut devait offrir aux chercheurs de France, l’aide qu’il pouvait apporter aux chercheurs locaux, le rôle d’initiateur qu’il pouvait remplir auprès des jeunes universitaires sud-américains... L’Institut français d’études andines incarne heureusement le concept français des relations culturelles : fondé sur la notion de service, il sert à la fois la France et les pays andins. C’est ce qu’ont compris les autorités politiques et scientifiques du Pérou, cœur du monde andin, où se trouve notre siège. Que le Pérou auquel nous portons tous une vive affection, en soit remercié »41.

100De fait, à travers les institutions de parrainage de l’IFEA, c’est-à-dire l’Université de Paris, aussi bien sa Faculté de sciences que sa Faculté des lettres, et le Muséum d’histoire naturelle grâce à sa vocation anthropologique, les principaux acteurs du développement de l’américanisme français apparaissaient en filigrane. Les recherches sur les sciences de la Terre constituaient un des points forts de l’IFEA, dans une perspective à la fois fondamentale et appliquée. Ces recherches appliquées étaient consécutives à la participation de plusieurs ingénieurs de l’école des Mines attachés à des exploitations du sol et du sous-sol andin, tels Gustave d’Auriol, Gherineau et Garrigue. Il est vrai que la présence d’entreprises comme la Compagnie des Mines de Huaron donnait à cette recherche appliquée une dimension de coopération technique e tindustrielle de première importance. L’analyse géologique et minière dans sa perspective théorique se trouvait quant à elle garantie par la présence de membres de l’IFEA aussi prestigieux que les géographes André Cholley, recteur de l’Institut de géographie de la Faculté des Lettres de Paris et de Raoul Blanchard, directeur de l’Institut de géographie alpine de l’Université de Grenoble.

  • 42 Le premier colloque de l’AFERPA organisé par le CERPA à Grenoble en décembre 1973 avait pour thème  (...)

101Au demeurant, les recherches sur les massifs montagneux alpins et andins offraient des champs approfondis d’études comparées avec pour conséquence d’établir des relations scientifiques étroites entre Grenoble et Lima. À cet égard, l’active participation de l’hispaniste Henry Bonneville, attaché culturel adjoint près de l’ambassade de France à Lima, lors de la création du Centre français d’études andines dont il fut un des membres du comité-directeur, va ouvrir la voie à la création du Centre d’études et de recherches sur les pays andins (CERPA) au sein de l’Université de Langues et de Lettres de Grenoble, près de vingt-cinq ans plus tard. Dès lors, l’ouverture latino-américaniste des universitaires français spécialistes de la langue et de la civilisation espagnoles s’exprimera à travers le CERPA et l’Association française pour l’étude et la recherche sur les pays andins (AFERPA). Les différents colloques de l’AFERPA organisés tous les deux ans depuis 1973 par le CERPA à Grenoble, ont montré combien l’hispanisme français pouvait être porteur d’une dynamique latino-américaniste lorsqu’il savait entreprendre des études sur une aire culturelle précise en collaboration avec les chercheurs des sciences sociales42.

102Or à Lima dans le cadre de l’IFEA, la coopération des sciences humaines et sociales avec les sciences de la terre avait montré sa fécondité en matière d’anthropologie. Il est vrai que la personnalité de Jean Vellard, au carrefour de l’anthropologie physique et sociale, traduisait une des préoccupations constantes de Paul Rivet. Le directeur du Musée de l’Homme, après avoir implanté à Mexico l’IFAL, avait toutes les raisons d’être satisfait de la création de l’Institut français d’études andines de Lima dont la direction scientifique avait été confiée à son disciple et ami, le Dr Jean Vellard.

  • 43 Paul Rivet in « Préface » à J. Vellard : Une civilisation du miel. Les Indiens Guayakis du Paraguay (...)

103Le parcours scientifique de Jean Vellard, des Tropiques aux Andes, de la biologie à l’ethnologie, a été présenté en ces termes par Paul Rivet : « J’ai fait la connaissance du Dr Jean Vellard en 1928 à Rio de Janeiro », confessait Paul Rivet. Après avoir collaboré de longues années à l’Institut de Butantan (Etat de Sao Paulo) avec le Dr Vital Brasil, et fait de remarquables travaux sur le venin, il avait accepté de continuer ses recherches similaires à Nitcheroy. « Le professeur Caullery, qui se trouvait également en mission au Brésil et moi-même, nous fûmes aussitôt séduits par l’extraordinaire connaissance que Jean Vellard avait de la nature tropicale. Biologiste dans l’âme, il fut pour nous, Européens, un peu désorientés dans un milieu nouveau, le plus sûr et le plus précieux des guides. Comme il n’avait manifesté le désir d’entreprendre de grands voyages d’étude, je lui promis de l’aider à les réaliser, certain que son tempéramment de naturaliste saurait s’adapter à l’observation ethnologique. C’est ainsi que Jean Vellard put organiser une première mission de Rio au Parà par l’Araguaya, d’où il rapporta une ample moisson de documents sur ces Indigènes des rives du grand fleuve brésilien. Ensuite... il s’en fut au Paraguay, explora le Chaco dans des conditions singulièrement difficiles et dangereuses puisqu’y sévissait la guerre entre la Bolivie et le Paraguay, et termina par un voyage chez les Indiens Guayaki... À son retour à Rio, Jean Vellard partit pour le Venezuela où je lui avais signalé des populations indigènes de la cordillère de Merida. Là encore, il fit preuve des plus belles qualités de chercheur et d’observateur et, par ses envois, combla une des lacunes les plus regrettables de nos collections ethnographiques et archéologiques. Jean Vellard se fixa ensuite à Pernambuco où le gouvernement brésilien avait songé à utiliser une nouvelle fois sa remarquable expérience de naturaliste. Actuellement — soit en 1937-38 — il se prépare à accompagner M. Lévy-Strauss dans une grande expédition vers des régions les moins connues du Brésil central, la cordillère des Paressi, où vivent des tribus mal connues, mal classées, dont l’existence nous a été révélée par les travaux du général Rondon et de ses collaborateurs du service de protection des indigènes et du Musée national de Rio »43.

  • 44 J. Vellard : Civilisations des Andes. Evolution des populations du Haut-plateau bolivien. Paris, NR (...)

104En fait, à partir de 1940, la séduction andine fascina Jean Vellard qui assura la direction du Musée national de Bolivie avant de devenir chef du département de zoologie de l’Université de Tucuman. Lorsque Paul Rivet fut obligé de partir à Bogota où il créa pendant la seconde guerre mondiale l’Institut d’anthropologie, ce fut tout naturellement à celui qui était alors professeur à l’Université de La Paz et à l’Université San Marcos de Lima que le directeur du Musée de l’Homme pensa pour assurer l’ancrage scientifique de l’IFEA. Le laboratoire de Lima devint alors l’objet attentionné de l’étude de ces civilisations des Andes auxquelles Jean Vellard consacra la plus grande part de ses travaux. Après la découverte de ces civilisations andines, ceux-ci trouvèrent leur prolongement dans l’analyse de ce carrefour sud-américain de l’Amazonie, des hauts plateaux et du massif montagneux symbolisé par la Bolivie. Au début des années 1960, Jean Vellard, père adoptif d’une petite fille Guayaki, Marie-Yvonne, crée l’Institut franco-bolivien de biologie des hauteurs de La Paz afin de comparer le comportement des populations d’une Amérique du Sud en quête de son identité44.

105Il est vrai que, dans les années 1940-1950, la connaissance des population indiennes des régions andines avait largement besoin d’une « scientificité » nouvelle. Lucien Febvre avait appelé cette « scientificité » de ses vœux après avoir constaté avec inquiétude les problématiques socialisantes inattendues que le juriste Louis Baudin projetait dans les sociétés incas. Dès lors, l’école anthropologique française avec Jacques Soustelle au Mexique et en Méso-Amérique, Jean Vellard dans les pays andins, Claude Lévy-Strauss au Brésil et Alfred Métraux, initié dès les années 1927-1928 aux mystères des migrations Tupi-Guarani, l’anthropologie et l’ethnographie françaises ne se contentaient plus des fascinations d’explorations-découvertes.

  • 45 Alfred Métraux : La civilisation matérielle des tribus Tupi-Guarani, Paris, Librairie orientaliste (...)

106Le laboratoire américaniste implanté dans un ensemble de régions stratégiques du continent était à même de mettre en valeur l’unité et la diversité de l’Amérique latine. Une Amérique latine qu’André Siegfried avait comparée à la « rose des vents » des oscillations d’une Europe Nord-Sud, transplantées sur un continent en cours de modernité civilisatrice, voie de passage privilégiée vers l’Asie, désormais confrontée au conflit Est-Ouest. Des Amériques latines auxquelles Alfred Métraux et Roger Bastide n’allaient pas tarder à révéler leurs racines noires africaines se greffant sur une latinité exportée et une indianité d’origine45. Le temps des laboratoires implantés battait son plein. Le temps des études latino-américaines en France, couronnement de l’édifice, était venu.

107Le bilan de l’époque des missions était dressé par les historiens de l’École des Annales : les propos de Lucien Febvre, constatant « à travers les Amériques latines », selon le beau titre du numéro spécial que la célèbre revue consacrait en 1948 au Nouveau Monde, ouvraient « l’Amérique du Sud devant l’histoire ». Quelques années plus tard, l’Institut des Hautes études de l’Amérique latine était créé à Paris dans la meilleure des traditions de ce « haut enseignement » que les acteurs du Groupement des Universités et grandes écoles de France pour les relations avec l’Amérique latine avaient essayé d’impulser aux frontières d’une recherche universitaire et scientifique digne de ce nom.

Notes

1 Carmelo Mesa Lago : « Latin American studies in Europe », Latin American monograph and document series, no 1, pp. 46-47, Center for Latin American studies ; University of Pittsburgh (USA). The Tinker Foundation Inc. of New York, 1979, 190 p. (en collaboration avec Sandra E. Miller et Shirley A. Kregar). Dans le même ordre d’idées, cf. aussi : Ida L. Suarez et Esther Sanchez M. : Latinoamericanistas en Europa 1981. Registro bio-bibliográfico, Amsterdam, Centro de estudios y documentación latinoamericanos, 1981, 263 p., faisant suite au Directorio de Latinoamericanistas en Europa, Amsterdam, CEDLA, édition de 1973 et de 1976. Répertoire des recherches latino-américanistes en France (No 1), Groupe de recherche sur l’Amérique latine (GRAL), Centre de recherche sur l’Amérique latine Toulouse-Perpignan (CIELA) CNRS, ministère des Universités, mission de la recherche, publié par le service des publications de l’Université de Toulouse Le Mirail, 1979, 203 p. Une nouvelle édition de ce répertoire entreprise sous la direction d’Annie Alvinerie et de Michèle Bincaz a été publiée en 1982 par les éditions Recherche sur les Civilisations, conjointement élaborée par le GRAL-CNRS Toulouse et le GRECO 26 (Groupement de recherches coordonnées « Réseau Documentaire Amérique latine » du CNRS), 315 p.

2 Suzanne Balous : L’action culturelle de la France dans le Monde, p. 11, Paris, PUF. 1970, 190 p. (Préface de Maurice Genevoix). L’analyse des mécanismes relationnels produits par le phénomène des relations culturelles internationales a fait l’objet d’un intéressant colloque organisé à Genève en 1980 et présidée par Jean-Baptiste Duroselle et Jacques Freymond dont les communications ont été publiées par la revue Relations Internationales, en deux livraisons (no 24 - hiver 1980, no 25 - printemps 1981) sous le titre « Cultures et relations internationales », 1, pp. 360-502 et 2, pp. 1-154.

3 Charles Lesca : « Histoire d’une revue », p. 428, in Hommage à Ernest Martinenche (Etudes hispaniques et américaines), Paris, Ed. D’Artrey, 1939, 537 p. On consultera aussi Guy Martinière : « Aux origines de la coopération universitaire entre la France et l’Amérique latine : Georges Dumas et le Brésil (1900-1920) », Relations internationales, no 25, Printemps 1981, pp. 41-66 (article reproduit in Aspects de la coopération franco-brésilienne, o.c., pp. 39-68).

4 Antoine Prost : L’enseignement en France (1800-1967), pp. 235-237, Paris, A. Colin, 1968, 524 p. Collection U.

5 Paul Appell cité par Charles Lesca in « Histoire d’une revue », pp. 430-431, o.c. D’autre part cf. l’article : « L’expansion universitaire française à l’étranger » in Le Larousse mensuel, juin 1922, no 184, pp. 810-811.

6 Ibidem, p. 432.

7 Ernest Martinenche : Histoire de l’influence espagnole sur la littérature française. L’Espagne et le romantisme français, Paris, Hachette, 1922. Il s’agit en fait du troisième volume d’une série sur l’influence espagnole dans la littérature française. Les deux volumes précédents étaient : La comedia espagnole en France de Fardy à Racine et Molière et Le théâtre espagnol. D’autre part de Charles V. Aubrun : « Une décade décisive dans l’histoire de l’hispanisme français (1894-1904) » in Bulletin de l’Association des professeurs de langues vivantes, pp. 93-98, 1953 ; compte rendu de Sirter A. Coutu, Hispanism in France from Morel-Fatio to the present (Circa 1875-1950), Washington, D.C. 1954, 168 p., publié in Bulletin Hispanique, 1955, no 3, tome LVII, pp. 334-336. De Gérard Delpy on consultera : « Nécrologie. Ernest Martinenche » in Bulletin Hispanique, juillet 1943, no 2, tome XLV, pp. 164-174. De Silvia Molloy : La diffusion de la littérature hispano-américaine en France au XXe siècle, Paris, PUF, 1972, 355 p. De Paulette Patout : Alfonso Reyes et la France (1889-1959), Paris, Klincksieck, 1978, 687 p. De Pierre Rivas : Les relations littéraires entre la France, le Portugal et le Brésil de 1880 à 1930, Paris, thèse dactylographiée de troisième cycle, 643 p., 1976, Université de Paris-Sorbonne.

8 Roger Barthe : L’idée latine, pp. 104-105, Toulouse, Institut d’études occitanes, 1962, 220 p.

9 Ibidem, p. 105.

10 Paulette Patout : Alfonso Reyes et la France..., pp. 85-86, o.c.

11 Guy Martinière : « L’image de l’Amérique latine dans Fermina Marquez », pp. 200-217, in Valery Larbaud et la littérature de son temps, Paris, Klincksieck, 1978, 238 p., Actes du colloque de Vichy (17-18 juin 1977) sous la présidence de Marcel Arland et Roger Caillois pour le xxe anniversaire de la mort de V. Larbaud.

12 Emile Témine : « Naissance et définition de l’Américanisme espagnol », pp. 103-104, in Travaux et recherches de l’Institut d’études politiques d’Aix-en-Provence, colloque « Amérique latine, 26-27 janvier 1974 », Université de droit d’économie et des sciences d’Aix-Marseille, 1975, 155 p.

13 Marcel Bataillon : « Mérimée et l’américanisme d’il y a cent ans », in Bulletin Hispanique, pp. 424-430, 1954, no 4, tome LVI ; de même compte rendu de « Prosper Mérimée, Correspondance générale » établie et annotée par Maurice Parturier in Bulletin Hispanique, 1961, no 1-2, tome LXIII, pp. 109-115, etc. Par ailleurs sur les relations scientifiques entre la France et le Mexique, on lira avec profit les interventions du colloque organisé par l’Institut français d’Amérique latine de Mexico sous la direction d’Arturo Arnalz y Freg et Claude Bataillon, publiés en 1965, plus particulièrement l’article de M. Maldonado Koerdelle : « La obra de la commision cientifica de Mexico », in La intervención francesa y el imperio de Maximiliano, Mexico, 1965, 225 p. ainsi que Guy Martinière : « L’expédition mexicaine dans l’historiographie française », pp. 142-173, in « L’historiographie du second empire », Revue d’histoire moderne et contemporaine, janv.-mars 1974, tome XXI.

14 Baron d’Anthouars : Le progrès brésilien. La participation de la France. Etude sociale, économique et financière, Paris, Plon, 1911, 420 p., p. 370 (Préface de Gabriel Hanoteaux). Par ailleurs sur les relations franco-allemandes à l’égard de l’Amérique latine, cf. Raymond Poidevin : Les relations économiques et financières entre la France et l’Allemagne de 1888 à 1914. Paris, A. Colin, 1969, 930 p. ; sur les relations franco-italiennes : La France et l’Italie pendant la première guerre mondiale. Avant-propos de P. Guillen, Grenoble, Presses Universitaires, 1976, 620 p. Sur les investissements français en Amérique latine, cf. les récentes mises au point de F. Mauro : « Les investissements français en Amérique latine, XIXe-XXe siècles », pp. 193-202 in La position internationale de la France. Aspects économiques et financiers, Paris, Association Française des Historiens économistes, 2e congrès national, ed. de l’EHESS, 1978, 472 p. et « Les investissements français en Amérique latine des origines à 1973 » in Revue d’Histoire économique et sociale, 1977, 55e vol., no 1-2, pp. 235-262 ; sur l’Angleterre cf. J.-F. Rippy : British investments in Latin America (1822-1949), Minneapolis, University of Minnesota Press, 1959, et pour une vision d’ensemble cf. Leslie Manigat : Evolution et révolution. L’Amérique latine au XXe siècle (1889-1929). Paris, Ed. Richelieu, 1973, 414 p. De G. Ferrero, cf. Le génie latin et le monde moderne, Paris, Grasset, 1917, 340 p... Sur la Banque Française et Italienne pour l’Amérique du Sud. cf. le rapport d’A. Cretelier présenté à la Deuxième Semaine de l’Amérique latine à Paris, Paris, 1918, 520 p., pp. 277-284.

15 Raymond Poincaré, Préface à F. Garcia Calderon : Les démocraties latines de l’Amérique, Paris, Flammarion, Nouvelle bibliothèque scientifique, 1912, 383 p. L’ouvrage était dédié à Emile Boutroux pour lequel le foyer des Calderon cultivait une admiration à toute épreuve et Raymond Poincaré avait rédigé la préface avant d’être en charge de la Présidence du Conseil, tenait-il à préciser, p. 7.

16 R.P. Jean-Baptiste Piolet : « Les congrégations françaises dans l’Amérique latine », pp. 453-486, in La France au-dehors. Les missions catholiques françaises au XIXe siècle, Paris, A. Colin, 1903, tome VI, Missions d’Amérique.

17 A. de Lvra Tavares : Regard sur 5 siècles. France-Brésil, Paris, s.d., 144 p. avec une préface de Robert de Billy. Par ailleurs, du général Mangin : Autour du continent latin avec le Jules Michelet. Paris, Pierre Roger, éd., 1923, 377 p., 18 planches et 1 carte.

18 Georges Lafond : « La librairie française en Amérique latine, pp. 285-301, in Actes de la Première semaine de l’Amérique latine, Lyon, 1916.

19 Général Paul Azan : Argentine, terre promise, pp. 279-280, Paris, Hachette, 1943, 320 p.

20 Archives du ministère des Affaires étrangères, service des œuvres, carton 134.

21 Georges Dumas et Henri Germain-Martin : « Une grande ville de l’Amérique du Sud. Rio de Janeiro, capitale du Brésil », in L’Illustration, 26 juin 1926, no 4347.

22 Anonyme : « Notre enseignement scientifique et les étudiants d’Amérique latine », in Bulletin de la Bibliothèque américaine, p. 192, mars 1913, pp. 189-192.

23 Lucien Febvre : « Un champ privilégié d’études : l’Amérique du Sud » in Annales d’histoire économique et sociale, 1929, pp. 258-278. D’autre part « À travers les Amériques latines », in Annales. Economies. Sociétés. Civilisations, oct.-déc. 1948, pp. 385-576. Sur l’école des Annales et la mutation épistémologique des sciences de l’homme et de la société à cette époque, cf. Hans Dieter Mann : Lucien Febvre, la pensée vivante d’un historien, Paris, Cahiers des Annales. A. Colin.

24 La commémoration de la création du cinquantième anniversaire de l’Université de Sao-Paulo a donné matière à toute une série d’écrits et de témoignages dans la presse écrite et audio-visuelle. Sur le rôle des universitaires français au Brésil, on consultera plus particulièrement le classique ouvrage de Fernando de Azevedo : A cultura brasileira, Sao-Paulo, 1964, 803 p., éd. Melhoramentos, ainsi que C. Lévi-Strauss : Tristes tropiques, Paris, Plon, 1955, 490 p. et Jean Mauguë : Les dents agacées, Paris, Buchet-Chastel, 1982, 237 p. ou encore G. Martinière : Aspects de la coopération franco-brésilienne... o.c.

25 Voir Marcel Bataillon : « Jubilé universitaire de M.E. Martinenche », in Annales de l’Université de Paris, nov.-déc. 1939, no 6, 14e année. L’hommage de ses pairs et collègues à E. Martinenche était offert le 1er juillet 1939 ; le maître de l’hispanisme décédait en décembre 1941.

26 Sur Roger Caillois, on consultera parmi d’autres le petit ouvrage d’Alain Bosquet : Roger Caillois, Paris, Seghers, 1971, 190 p. Collection Poètes d’aujourd’hui. D’autre part de Pasteur Vallery-Radot : Mémoires d’un non-conformiste (1886-1966), 410 p. et Georges Bernanos : Combat pour la liberté. Correspondance inédite 1934-1948, Paris, Plon, 1971, 795 p., tome II. Un tableau d’évaluation de l’apport des médecins latino-américains à la discipline d’Hippocrate a été dressé par Pasteur Vallery-Radot, membre de l’Académie française et de l’Académie de médecine, professeur de clinique médicale à la Faculté de médecine de Paris : « La médecine en Amérique latine » a été publiée in Encyclopédie de l’Amérique latine. Politique, économique, culturelle, pp. 206-214, Paris, 1954, PUF, 628 p. avec une préface d’Edouard Bonnefous.

27 Suzanne Balous : L’action culturelle..., p. 162, o.c.

28 Paulette Patout : Alfonso Reyes et la France, pp. 561-562, o.c.

29 Jacques Soustelle : Rapport sur la recherche française en archéologie et anthropologie présenté au Premier ministre, p. 24, Paris, La Documentation Française, 1975, 121 p.

30 Paul Rivet : Les origines de l’homme américain, Montréal, les Editions de l’Arbre, et Los origenes del Hombre americano, Mexico, ediciones Cuadernos americanos, 1943, cité d’après l’édition publiée en 1957 à Paris, Gallimard, NRF, 183 p. Collection L’Espèce humaine.

31 Lucien Febvre : « Quelques aspects d’une ethnographie en plein travail », in Annales d’histoire économique et sociale, pp. 248-249, 1938, pp. 248-255. D’autre part de Jacques Soustelle : Le Mexique, terre indienne, Paris, Grasset 1937, 270 p. ; La Famille Ottomi-Pame du Mexique central, Paris, Institut d’ethnologie, 1937, XVI-572 p. ; La culture matérielle des Indiens Lacandons, Paris, Société des Américanistes, 1937, 95 p. La contribution de Jacques Soustelle à L’Encyclopédie française, coordonnée par Lucien Febvre, tome VII, L’Espèce humaine, dirigée par Paul Rivet, Paris, Comité de l’Encyclopédie, 1937, apparaît dans les fascicules 7-16 et 7-38. Un autre ouvrage de J. Soustelle était publié en 1940 : La pensée cosmologique des anciens Mexicains, Paris, Hermann, etc. Enfin Paul Rivet (en collaboration avec Guy Stresser-Péan et Cestmir Loukotka) : « Langues américaines », in Les langues du monde a été établie en 1924 par un groupe de linguistes sous la direction de A. Meillet et Marcel Cohen, Paris, Librairie ancienne Honoré Champion.

32 Paul Rivet : Les origines de l’homme américain... Avant-propos, o.c. À ce propos, il convient de remarquer que c’est à dessein que nous n’avons pas évoqué les activités de ceux que Georges Lafond appelait « nos soldats, nos savants, nos professeurs » de « l’œuvre du passé » en Amérique latine dans la mesure où une coopération universitaire et scientifique n’était pas alors véritablement structurée, à quelques exceptions près comme le fut le cas des commissions scientifiques du Mexique. Cela, toutefois, n’a pas empêché par exemple Bompland de parcourir avec Humboldt l’Amérique méridionale et de jouer un rôle notable au Paraguay de Francia sous la « couverture » du Museum d’histoire naturelle, pour ne rien dire de la mission artistique de Lebreton au Brésil en 1816. Alcide d’Orbigny, toujours en mission pour le compte du Museum, couvrit le Brésil, le Pérou, le Cône Sud ; Martin de Moussy explora le bassin de La Plata de même que l’amiral Mouchez, directeur de l’Observatoire de Paris et membre de l’Académie des Sciences, Crevaux, explorateur de l’Orénoque et de l’Amazone, etc. Comme le commente Georges Lafond : « Ce sont les Sazie, les Thévenot, les Claude Gay, les Courcelle-Senueil, les Lozier qui président à la formation intellectuelle du Chili et projetèrent en cette vaillante race sous la vive lumière du génie français. C’est l’ingénieur Gorceix qui crée la première École des Mines dans l’Etat du Minas Gerais, c’est le docteur Pradier qui fonde l’Ecole de Médecine de Lima ; c’est le commandant Bœuf qui installe l’observatoire astronomique de La Plata ; c’est le professeur Nocard qui révèle les procédés scientifiques et rationnels de l’élevage ; c’est le docteur Lahille qui connaît une à une toutes les plantes, tous les animaux de l’Argentine, qui crée dans les eaux de Bahia Blanca des parcs d’ostréiculture et dans les hautes Andes, des exploitations d’animaux à fourrures ; c’est un Paul Lavenir qui analyse toutes les terres et toutes les eaux et qui avertit les agriculteurs des avantages ou des désagréments de leurs entreprises. C’est un Thays qui étudie toutes les espèces d’arbres croissant sur le sol national et détermine leur application industrielle, qui trace des jardins d’essai où se développe journellement l’arboriculture scientifique qui va ajouter un fleuron de plus à la couronne des richesses argentines ; c’est un Lignières qui découvre et applique en un établissement modèle le sérum qui sauve le bétail d’une épizootie étrange qui menaçait de le décimer ; c’est un Groussal enfin, qui, lettré et érudit bibliophile, organise les bibliothèques nationales et fait de celle de Buenos-Aires une des plus riches du monde »... cf. Georges Lafond : L’effort français en Amérique latine, pp. 17-18, Paris, Payot, 1917, 308 p. avec une préface de R.G. Lévy, de l’Institut.

33 Robert Escarpit (Lettre de) à Guy Martinière le 21 décembre 1979.

34 Ibidem.

35 D’après Paulette Patout : Alfonso Reyes..., pp. 576-579, o.c. La Guirlande espanole, Les cent plus belles fleurs du sonnet espagnol transplantées en terre française, par Jean Camp, Prologue d’Alfonso Reyes, Mexico, Le coq français, 1947 ; René Marchand : Parallèles franco-russes, Mexico, 1949 ; Robert Escarpit : « Sous toutes les latitudes, Alfonso Reyes, poète mexicain et humaniste nous parle », in Une semaine dans le monde, Paris, 8 fév. 1947.

36 Lettre de Robert Escarpit à Guy Martinière déjà citée.

37 François Chevalier : La formation de grands domaines au Mexique. Terre et société aux XVIe et XVIIe siècles, pp. XXV-XXVII, introduction, Paris, Institut d’ethnologie, 1952, 480 p., tome LVI des Travaux et Mémoires de l’Institut. Par ailleurs nous remercions M. Chevalier d’avoir accepté de nous présenter ses souvenirs personnels à l’occasion d’un long entretien le 19-XII-1979.

38 Paulette Patout, o.c., pp. 577-578. D’autre part de Robert Ricard : La conquête spirituelle du Mexique. Essai sur l’apostolat et les méthodes missionnaires des Ordres Mendiants en Nouvelle-Espagne de 1523-1524 à 1572, Paris, Institut d’ethnologie, 1933.

39 Docteur Jean Vellard : « Discours... prononcé à l’occasion de l’inauguration du Centre Français d’études andines le 14 mai 1948 » reproduit in Centre français d’études andines. Inauguration du Centre. Lima, 14 mai 1948, pp. 16-17, Lima, Empresa Editora La Cronica y Variedades, 1948, 24 p.

40 Ibidem, p. 17. Le corps enseignant de l’Ecole polytechnique de Quito accueillait à l’époque deux professeurs agrégés français Hofstetter et Julien Mastelly, qui se trouvaient « membres correspondants » du CFEA.

41 Robert Bazin : « présentation » des Travaux de l’Institut français d’études andines, p. 3, Paris-Lima, 1949, tome 1. Volume unique. Dans cette même présentation, Robert Bazin tenait à remercier le Directeur de la Compagnie des Mines de Huaron, à l’époque Pierre Garrigue, pour son soutien à la création de l’IFEA. On sait le rôle que cette société a joué dans le développement de l’exploitation du sous-sol andin.

42 Le premier colloque de l’AFERPA organisé par le CERPA à Grenoble en décembre 1973 avait pour thème : Littérature et société au Pérou du XIXe siècle à nos jours (Actes-Grenoble, 1975) ; le deuxième colloque s’attachait à analyser Lima dans la réalité péruvienne (Actes-Grenoble, 1976) ; puis la formule qui, à l’origine pouvait paraître hasardeuse, selon les termes d’Henry Bonneville, alors président de l’Université des Langues et Lettres de Grenoble, « s’est révélée particulièrement efficace et enrichissante pour tous » et la formule d’un décloisonnement de la recherche trouvait son rythme bi-annuel de croisière. En 1977, le troisième colloque traitait de la Forêt dans ses confins andins. La ceja de montana ; en 1979, L'indigénisme andin. Approches, tendances, perspectives ; en 1981 La marginalité dans les pays andins etc., permettaient de confronter les spécialistes de l’andinité qui se trouveront réunis à Bordeaux pour la première fois dans les années 1980. Les lieux de l’hispanisme français ouverts au monde latino-américain ont consacré l’axe Grenoble-Bordeaux comme un des traits marquants de la découverte sociale d’une approche de langue et littérature élargie à la civilisation...

43 Paul Rivet in « Préface » à J. Vellard : Une civilisation du miel. Les Indiens Guayakis du Paraguay, pp. 5-6, Paris, NRF, Gallimard, 1939, 189 p., collection Géographie humaine dirigée par P. Deffontaines. La composition du Comité directeur du Centre français d’études andines lors de son inauguration était la suivante : Jean Vellard directeur ; Marc Pieyre, secrétaire général ; Henri Reichlen, archéologue ; Robert Bazin, attaché culturel et Henry Bonneville, attaché culturel adjoint. Parmi les membres français on relevait : Louis Baudin, Raoul Blanchard, Jacques Berlioz, Maurice Caullery, André Cholley, Emile Fisher-Piette, Paul Rivet et A. Urbain.

44 J. Vellard : Civilisations des Andes. Evolution des populations du Haut-plateau bolivien. Paris, NRF, Gallimard, 1963, 270 p. ; Histoire du curare. Les poisons de chasse en Amérique du Sud, Paris, NRF Gallimard, 1965, 216 p. Sur Marie-Yvonne Vellard, on consultera l’article de Roland Jaccard : « Psychologie en miettes. Peut-on mesurer l’intelligence ? » in Le Monde, 8-9 juillet 1973.

45 Alfred Métraux : La civilisation matérielle des tribus Tupi-Guarani, Paris, Librairie orientaliste Paul Geuthner, 1928, 331 p. ; Les peaux rouges de l’Amérique du Sud, Pasis, Ed. Bourrelier, 1946 (Réédition Paris, A.M. Métailié, 1982, accompagnée d’un texte de Jacques Meunier intitulé : « Premiers pas en Amazonie » ; Religions et magies indiennes d’Amérique du Sud, Paris, NRF, Gallimard, 1967 (édition posthume établie par Simone Dreyfus) ; Les incas, Paris, Seuil, 1962 ; L’Ile de Pâques, Paris, NRF, Gallimard, 1941 (édition revue et augmentée 1970) ; Le Vaudou Haïtien, Paris, NRF, Gallimard, 1958 ; Haïti, la terre, les hommes et les Dieux, Neuchâtel, la Baconnière, 1957 (en collaboration avec Pierre Verger) etc. De Louis Baudin : L’empire socialiste des Incas, Paris, Travaux et Mémoires de l’Institut d’ethnologie de Paris, 1928, vol. 5 ; La vie quotidienne des Incas, Paris, Hachette, 1959, etc. « À travers les Amériques latines », Cahier des Annales no 4, Paris, A. Colin, 208 p. avec une introduction de Lucien Febvre reprenant pour l’essentiel la livraison d’octobre-décembre 1948 de la revue où Fernand Braudel allait désormais officier. D’André Siegfried : Amérique latine, Paris, A. Colin, 1934, 175 p. et « Le développement économique de l’Amérique latine », in Revue de Paris, janvier 1947, 54e année, no 1, pp. 3-13.

Table des illustrations

Titre tableau no 6. investissements britanniques en amérique latine
Légende D’après J.F. Rippy, British Investments in Latin America (1822-1949), Minneapolis, 1959, University of Minnesota Press, p. 25.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/3372/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Titre tableau no 8. les investissements nord-américains en amérique latine. a) par pays et par régions - b) par industries investissements nord-américains en amérique latine par pays et par régions (en millions de francs)
Légende Nation Unies, CEPAL, Foreign Capital in Latin America, op. cit. p 15.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/3372/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre tableau no 10. banque française et italienne pour l’amérique du sud (en milliers de francs)
Légende A. Cretelier, Les banques de commerce français en Amérique Latine, p. 283, o.c.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/3372/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 122k

© Éditions de l’IHEAL, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540